Mémoires orales des industries du bord de l'eau des pays Asses, Verdon, Vaïre et Var (04) Ce corpus de 29 enquêtes répond à la commande de l'association Pays A3V (Beauvezer,





télécharger 284.09 Kb.
titreMémoires orales des industries du bord de l'eau des pays Asses, Verdon, Vaïre et Var (04) Ce corpus de 29 enquêtes répond à la commande de l'association Pays A3V (Beauvezer,
page2/6
date de publication09.05.2017
taille284.09 Kb.
typeMémoires
h.20-bal.com > documents > Mémoires
1   2   3   4   5   6

Notices


N° d’inventaire MMSH : 4160

N° d’inventaire Pays A3V : 20120529-01

Souvenirs des travaux à la ferme et d’une carrière aux chemins de fer de Provence par un fils de paysan de Barrême (04)

Cassé, Corinne (enquêteur);Rouvier, André (informateur);Rouvier, Mireille (née Aimé) (informateur);Comité de Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (commanditaire)

Enregistré à Barrême, le 29/05/2012, durée : 52min 10s
L’informateur décrit les activités des familles de petits paysans de Barrême fin 19ème et début 20ème pour obtenir de l'argent liquide en supplément des ressources de « la campagne », et « rester au pays » : cueillettes et ramassage de tilleul, champignons, lavande ou escargots, la coupe du bois et le ramassage du fourrage. Dans tous ces “petits boulots”, il évoque la difficulté de vivre autrefois sans protection sociale. Il parle de l’origine géographique de ses parents, de la pratique du provençal à la maison, des morts de 1914, de la désertification des villages après la guerre de 1939, de la résistance et du ravitaillement du maquis. Il se souvient de sa première coupe de lavande enfant, de son aide aux travaux des champs et explique l’utilisation des terres à blé (terres au sec/terres arrosées, blé d'automne ou blé d'Annot) et des cultures complémentaires (céréales, légumineuses). C'est l'occasion d'apporter des détails sur l’utilisation du rouleau de pierre pour fouler à l’aide d’un cheval et le passage des grains au tarare. L'informateur décrit les embauches des jeunes à l'époque, le contexte de pauvreté assez généralisée, les sentiments sur son enfance comparés aux inquiétudes de la société moderne.

- 21:48 L'informateur explique le fonctionnement de la coopérative à blé, parle du moulin de Digne ou celui de Saint-André les Alpes, de la prise d’eau et de la fabrique de draps devenue usine électrique en 1914 (il explique le paiement de l'électricité « à la lampe » avant EDF en 1934). Sont ensuite évoqués divers sujets : la fabrication du pain et les animaux à la ferme (cochon, poules), l'utilisation de l'argent du foyer, la coupe de la lavande et les outils utilisés. L'informateur relate le souvenir de blessures, et les usages familiaux de l’essence de lavande. Il expose les étapes de sa carrière professionnelle, son entrée aux chemins de fer de Provence en 1958 : ses remplacements des chefs de gare pendant 18 ans, l’état de la ligne et l'évolution des machines, le transport des marchandises (matériel pour la minoterie Dol).

- 42:59 L'informateur cite la culture de la menthe sur Entrevaux et de la sauge transportées en train, les souvenirs d'une année de travail à la distillerie Mane de Barrême. Quelques explications sont apportées sur la technique du « bourrage » au pied dans les cuves des alambics et leur vidange. Il décrit la répartition des tâches selon les employés (manœuvres locaux et employés de Grasse ), l'utilisation de la paille de lavande pour faire chauffer les alambics et cite les villages qui apportaient de la lavande à la distillerie, et enfin les plantations Chauvet qui distillaient leurs propres plants. La fin de l'entretien est une discussion générale sur les embauches à l'époque dans la vallée et sur l’élevage ovin.
N° d’inventaire MMSH : 4161

N° d’inventaire Pays A3V : 20120529-02

Souvenirs d'enfance d'une fille de minotier dans les années 50-60 à la Mure-Argens (04)

Cassé, Corinne (enquêteur);Ebbo, Marie-France (née Dol) (informateur);Comité de Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (commanditaire)

Enregistré à La-Mure-Argens, le 29/05/2012, durée : 1h 30min
L'informatrice décrit ses liens affectifs et l'héritage que le bâtiment du moulin représente. Une discussion suit sur la transmission d’un bien familial à visée patrimoniale et sur la singularité du bâtiment professionnel qui était aussi maison d'habitation. L'informatrice décrit le rythme du travail sur toute une année (surveillance du moulin, évitement des engorgements). Elle se souvient de ses jeux d’enfant dans le moulin et aux bords de l’eau.

- 16:54 Elle raconte les livraisons de farine avec son père, les autres employés du moulin (le chauffeur, l'assistant du chauffeur et le meunier) et les déclarations obligatoires régentant la profession, les livraisons à dos d’homme, l'étendue du territoire des livraisons, l'arrivée du blé par voie ferrée depuis le centre de la France, en camion pour les blés arrivant d’Amérique à Marseille, ou de la coopérative de Valensole.

- 29:08 Suivent des explications sur l'utilisation de la farine à la maison et sur les différentes qualités de blé pour la pâtisserie ou la boulangerie. Elle explique les différentes compétences du boulanger et sa capacité à gérer les différentes farines, l'utilisation des « issus » (son, repasse, remmoulage). Elle se souvient aussi de la vie en autarcie au moulin (chasse, pêche, farine, potager) et de la présence de nombreux animaux (rats, chats, pigeons, grives).

- 47:29 L'informatrice livre ses souvenirs de l'eau au cours des différentes saisons (prise mobile, gestion des crues, sécheresse, gel, entretien du canal). Elle décrit le bâtiment du moulin (odeurs et vibrations), les liens avec son père et sa mère, la vente du contingent suite à l'arrêt du moulin en 1972, et la formation professionnelle de son père à l'école Massena de Digne puis à l’école de gestion de Vaucanson de Grenoble. L'informatrice et l'enquêtrice discutent autour de plusieurs photographies d'archives familiales (baptême d'une cloche à l'église de Saint-André-les-Alpes) et abordent la question du statut social du meunier autrefois.

- 1:10:50 La question de la place des femmes au sein des moulins est abordée, comme celle de la formation professionnelle des hommes de la famille, y compris en Suisse. L'informatrice donne des bribes de souvenirs sur le démarrage de l’entreprise et la transformation du bâtiment de draperie en minoterie. Enfin elle donne son avis sur le métier de meunier, sa transmission et ce qu'elle a pu apprendre de l'activité du moulin pendant les deux guerres mondiales, comme du rôle de son grand-père maternel, soldat et résistant.
N° d’inventaire MMSH : 4162

N° d’inventaire Pays A3V : 20120529-03

Souvenirs des cours d'arts ménagers pour jeunes filles dans les années 30-40 et de l'économie familiale par une femme de minotier à la Mure-Argens (04)

Cassé, Corinne (enquêteur);Dol, Madeleine (née Viglino) (informateur);Ebbo, Marie-France (née Dol) (informateur);Comité de Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (commanditaire)

Enregistré à La-Mure-Argens, le 29/05/2012, durée : 42min
L’informatrice, née en 1920, est fille de plombiers de Saint-André-les-Alpes. Elle témoigne de son apprentissage au cours des arts ménagers dans les années 40 (utilisation de détergents naturels et apprentissage des arts culinaires). Elle évoque la qualité de vie autrefois du temps de sa jeunesse, le relationnel communautaire plus riche, le souvenir du « secours mutuel ». Elle décrit la profession de ses grands-parents et parents (quincailliers, ferblantiers et plombiers), puis donne quelques explications sur sa vie quotidienne dans la minoterie une fois mariée (économie ménagère, élevage de cochons, aménagement des logements). Elle se souvient des détails sur l'abattage du cochon, la préparation et la consommation de ses viandes (conserves, caillettes, jambons, recettes), et sur les terrains cultivés autour de la maison (haricots, lentilles).

- 16:52 La discussion se poursuit sur les draperies et les marchandes de vêtements, les couturières de Saint-André autrefois. L'informatrice décrit la découpe des draps de lit pour leur remise à neuf et se souvient des grandes lessives en plein air. L'informatrice donne rapidement des explications sur l'activité de la minoterie pendant la guerre (les « acquis », la fabrication du pain pour le maquis). Elle évoque avec déplaisir sa surveillance du moulin pendant l’absence des meuniers.

- 29:31 La discussion revient sur ses préparations culinaires et l'utilisation des rôtis de porc salés. Quelques détails des saisons du moulin sont donnés, puis certains aspects de sa vie de femme et de mère, ou de ses relations avec ses parents. L'informatrice explique que la vente au détail à la minoterie était interdite (pas d’acquis), mais que l'échange de farine avec d’autres produits s'est fait pendant la guerre. En fin d'entretien, l'informatrice évoque l’ambiance familiale et la cohabitation avec ses beaux-parents dans la minoterie.
N° d’inventaire MMSH : 4163

N° d’inventaire Pays A3V : 20120530-04

Souvenirs d'enfance et de sa carrière de courtier en essence de lavande par un habitant de Hyèges (04)

Cassé, Corinne (enquêteur);Paul, Louis (informateur);Comité de Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (commanditaire)

Enregistré à Moriez, le 30/05/2012, durée : 1h 24min
L'informateur se présente comme ancien paysan et courtier en lavande depuis 60 ans. Né en 1930 à Hyèges l'informateur explique l'apprentissage de son métier comme celui de cultivateurs de ses parents (culture de blé, de fourrage, de lavande), l'intégration de nouveaux outils, les plants de lavande autrefois et compare la culture de la lavande au fil du temps, la vente de la fleur aujourd'hui pour la concrète. Il se souvient de l'embauche d'ouvriers espagnols et parle de l'influence des cultures des pays de l'Est ainsi que de son impact économique. L'informateur cite la haute qualité de distillation artisanale de la famille Blanc d'Argens, critique ce qui est fait sur le plateau de Valensole avant d'évoquer ses souvenirs d'enfance, les arbres fruitiers de son père pour la vente et la distillation. Il décrit les travaux des champs avec ses parents, leurs évolutions, l'achat progressif de terrains.

- 14:27 L'informateur explique son début de carrière pour les parfumeurs de Grasse et le fonctionnement de la coopérative de Hyèges dans les années 60. Il évoque sa collaboration avec la distillerie Mane de Barrême et le territoire de collectage de la distillerie. Après quelques explications sur son métier de cultivateur et de courtier en parallèle, il parle de la culture du lavandin, de la lavande, et des revenus de chacun avant de parler plus en détail de son métier (sa connaissance d'un territoire, des achats, du relationnel du marché basé sur la confiance). La discussion se poursuit sur le cours des essences, l'élevage ovin qui a supplanté la culture de la lavande grâce aux primes.

- 35:52 L'informateur expose ses connaissances personnelles des producteurs et ses critères de sélection de l'essence. Il exprime ses opinions sur la concurrence de l'essence issue de manipulations chimiques. Courtier pour d'autres essences (sauge, menthe, hysope, cyprès et estragon), il visite ses souvenirs (les fraudes, les ajouts de produits de synthèse, l'évolution des techniques) et commente les exploitations actuelles gigantesques.

- 54:15 L'informateur dresse le portrait des campagnes durant sa jeunesse : le travail des équipes d'ouvriers agricoles, l'arrivée des machines, le blé familial apporté à la minoterie pendant la guerre, l'orge utilisé pour remplacer le café. D'autres activités sont exposées comme l'élevage ovin (vente de laine, présence de petits troupeaux, vente d'agneaux, rôle des négociants en viande et laine). Plusieurs sujets sont visités comme les draperies de Beauvezer, les fêtes votives, les foires. C'est l'occasion d'aborder successivement les sujets de la solidarité paysanne, des veillées, de la qualité de vie autrefois.

- 1: 09:52 En fin d'entretien il est question de l'usage du train, des déplacements à pieds et à vélo, de la coupe de la lavande dans les années 1940 ainsi que quelques commentaires sur les plants dits « sélectionnés » (plus fragiles que les pieds sauvages), les différentes plantations selon la qualité du terrain : saint foin, luzerne, lavande. Il finit par donner son opinion sur les maladies des plantes et sur la présence des abeilles.
N° d’inventaire MMSH : 4164

N° d’inventaire Pays A3V : 20120530-05

Souvenirs d'une femme de boulanger de Saint-André les Alpes dans les années 1950-1960

Cassé, Corinne (enquêteur);Boeuf, Maria (née Juglar) (informateur);Comité de Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (commanditaire)

Enregistré à Moriez, le 30/05/2012, durée : 36min
Après s'être présentée, l'informatrice décrit les activités de ses parents, paysans, cultivateurs de lavande sur Moriez et l'achat par les courtiers de l'entreprise Lautier de Grasse jusqu'en 1939. La mobilisation de son père à la guerre de 1914 est abordée avec émotion comme l'impact qu'elle eut sur sa carrière de cultivateur. L'informatrice cite l'emploi des journaliers locaux ou venant d'Italie. La rencontre de l'époux de l'informatrice et leur mariage (1949) sont abordés, ainsi que le début de leur ménage à la boulangerie de Saint-André-les-Alpes en 1945. L'informatrice décrit la lignée de boulangers de cette famille jusqu'à deux de ses fils. Elle se souvient du fonctionnement du moulin de la famille Dol pendant la guerre et des compléments alimentaires apportés par la ferme (poulets, blé etc). Elle raconte un souvenir d'achat à la minoterie et commente la relation entre le boulanger et le minotier. Elle évoque les souvenirs des odeurs, des bruits du moulin, se souvient aussi de l'entretien du canal.

- 15:50 Des explications sur les boulangers de Saint-André les Alpes sont apportées au cours d'un discussion sur la farine et la fabrication du pain. C'est aussi l'occasion de décrire la vie quotidienne et l'organisation des pièces dans la maison qui hébergeait la boulangerie et les deux générations de boulangers. L'informatrice se souvient du temps des premières cotisations pour la retraite et des premières déclarations de revenus. Elle explique le fonctionnement du budget familial et des paiements avant les premiers comptes bancaires. Citant l'adduction de l'eau au village elle se souvient des installations sommaires, de l'arrivée des grands moulins (Storione) du travail des représentants et de sa fidélité à la minoterie d'Ernest Dol.

- 30:09 La fin de la discussion porte sur les tissus vendus dans la région au temps de sa jeunesse ; elle cite une camarade de collège qui possédait des coupons de drap de Beauvezer . C'est l'occasion d'aborder le sujet des trousseaux de mariage avant de citer l'enseignement du cours des arts ménagers pour les jeunes filles et de faire la description de la formation en cuisine, en ménage, en couture et raccommodage. Quelques derniers éléments sur les marchands de tissu au village sont apportés.
N° d’inventaire MMSH : 4165

N° d’inventaire Pays A3V : 20120530-06

Quelques souvenirs de l'achat et de l'usage de la laine mérinos par la fille d'un drapier du haut Verdon (05)

Cassé, Corinne (enquêteur);0190 (informateur);Comité de Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (commanditaire)

Enregistré à Thorame-Basse, le 30/05/2012, durée : 39min
L'informatrice se souvient être partie avec son père, propriétaire d'une draperie, pour acheter la laine auprès des éleveurs ovins dans les années 1945. Elle se rappelle des éleveurs visités, les tractations pour décider du prix de la laine, de la qualité et de la quantité. Il est question de l'entretien des bergeries, de la qualité de la toison selon l'âge des brebis Mérinos et selon son emplacement sur le corps de la bête. Le thème de la transhumance inversée sur Arles est rapidement évoquée.

- 16:32 Concernant l'époque de la seconde guerre mondiale, l'informatrice parle de la laine destinée à la confection des matelas, des étapes de traitement et, plus rapidement, du nombre d'employés dans la draperie de son père. L'informatrice évoque de vagues souvenirs sur la récupération du suint et de la teinture de la laine.

- 23:50 Il est ici plus précisément question de l'activité de la draperie aux périodes les plus froides de l'hiver. Puis l'informatrice montre différents objets fabriqués avec de la laine : paires de chaussettes tricotées par sa mère, pièces de tissu en lainage de qualités et d'imprimés divers (flanelle, pieds de poule, prince de Galle). Elle cite l'apprentissage sur Toulon de sa sœur comme couturière. Divers sujets sont abordés rapidement : les achats de laine venant d'Australie, la vente de tissu pendant la guerre, le travail d'un tailleur pour homme sur Nice, celui d'un tailleur à Beauvezer et d'une couturières sur Thorame Haute. Enfin il est question des quelques souvenirs parcellaires de l'informatrice sur les expéditions de tissus vers Lyon ou encore la scolarité à Voiron de son père pour apprendre le métier. L'informatrice est partie jeune vers une autre filière et n'a que peu de souvenirs de cette activité.
N° d’inventaire MMSH : 4166

N° d’inventaire Pays A3V : 20120531-07
1   2   3   4   5   6

similaire:

Mémoires orales des industries du bord de l\2006: L’émergence des nouveaux pays industriels est elle un frein...

Mémoires orales des industries du bord de l\Scénario Ivan Arsenjev, Petr Forman, Veronika Švábová
«culture pour tous au pays des fées», avec le soutien de la commune de Retiers et de la communauté de communes du pays de la Roche...

Mémoires orales des industries du bord de l\Atelier n°3 Luxe et pays émergents
«dirigeant pays», pour mieux saisir la culture du pays d’implantation pour une communication et une direction efficaces

Mémoires orales des industries du bord de l\L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu
«in God we trust» suscitent, en particulier en France, l’incrédulité et souvent la réprobation

Mémoires orales des industries du bord de l\L’Utopie, nom du pays de nulle part et de la contrée qui n’existe pas
«Badebec fille du roy des Amaurotes en Utopie», pays qui est le royaume même de Gargantua son père

Mémoires orales des industries du bord de l\Épisodes de l’histoire du xve siecle ­aux pays senonais et gatinais et au comte de joigny
«Il y eut alors, dit-il, de grandes pilleries et ravages de toutes parts ès pays de France»

Mémoires orales des industries du bord de l\Les grandes tendances : secteurs dominants, régions d’origine et d’accueil
«mobile», et même de «internationalement mobiles» si les sites mis en compétition sont situés dans des pays différents du pays d’origine...

Mémoires orales des industries du bord de l\Les Haïtiens se sont rassemblés dans le recueillement mercredi pour...
«actualité» et du corpus de photos proposées. Les dessins de presse réalisés par les élèves aussi

Mémoires orales des industries du bord de l\Comment aménage-t-on une région avec une démographie de pays du Sud,...

Mémoires orales des industries du bord de l\Le Portugal n’est pas un pays méditerranéen ! Seuls les deux tiers...
«Autriche» avant 1867, «Autriche-Hongrie» de 1867 à 1918 (depuis 1918 ce sont deux pays indépen­dants). De 1923 à 1991 (inclus) on...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com