Mémoires orales des industries du bord de l'eau des pays Asses, Verdon, Vaïre et Var (04) Ce corpus de 29 enquêtes répond à la commande de l'association Pays A3V (Beauvezer,





télécharger 284.09 Kb.
titreMémoires orales des industries du bord de l'eau des pays Asses, Verdon, Vaïre et Var (04) Ce corpus de 29 enquêtes répond à la commande de l'association Pays A3V (Beauvezer,
page3/6
date de publication09.05.2017
taille284.09 Kb.
typeMémoires
h.20-bal.com > documents > Mémoires
1   2   3   4   5   6

Souvenirs de la vie quotidienne à Barrême dans les années 1930-1940 par une ancienne propriétaire d'hôtel

Cassé, Corinne (enquêteur);Gibelin, Renée (née Pascal) (informateur);Comité de Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (commanditaire)

Enregistré à Barrême, le 31/05/2012, durée : 1h 16min
L'informatrice explique rapidement les origines villageoises de ses parents et l'école d'arts ménagers de la Sainte-Enfance, fondée par un de ses aïeux. Elle décrit les activités de son père, marchand de moutons et propriétaire d'un hôtel à Barrême, et sa propre carrière dans cet établissement. Jeune elle y connait les plus anciens du village qui fréquentent le café de l'hôtel. De là elle a entendu parlé de l'électrification du village grâce à la turbine hydroélectrique. Elle tente de regrouper ses souvenirs pour situer le début de chaque activité professionnelle du village comme les cinq distilleries à la fin du 19ème siècle. Elle se souvient du fonctionnement des distilleries l'été avec du matériel et des techniciens étrangers ou venant de Grasse, les manœuvres étant des jeunes du pays. L'informatrice évoque les troupeaux transportés en train puis en bétaillères et le label de « lavande fine de Barrême ». Elle revient sur son travail au comptoir de l'hôtel en 1939, sa clientèle de vieux paysans (jeux de cartes, récits d'anecdotes), l'importance que pouvait avoir Barrême autrefois (45 commerces). L'informatrice se souvient de la qualité de la vie quotidienne et du relationnel paysan autrefois. Elle évoque le souvenir des sources d'eau salée de Moriez et de Tartonne, les anciennes activités d'usine de chaux, la vente de produits agricoles par son père. A la demande de l'enquêtrice elle apporte quelques détails sur les clients de l'hôtel : villégiatures, vacanciers de passage, tourisme en car. La discussion porte sur ses connaissances de la distillerie Mane de Barrême ; peu de détails sont apportés. Elle estime néanmoins que le matériel de distillation courante était très rudimentaire sauf chez Mane. Elle revient sur les sources de revenus pour les habitants à l'époque : distillerie, barrage de Castillon, fabrique de draps (fin 1890) remplacée par l'usine électrique.

- 29:00 Il est ensuite question de l'utilisation du canal pour l'activité drapière, pour le moulin, de la vie des paysans autrefois propriétaires de petits troupeaux. L'informatrice revient sur les premiers temps de l'électrification et cite l'activité de sa sœur propriétaire de la minoterie d'Annot qui fonctionne encore aujourd'hui à l'énergie hydroélectrique (farine de pois chiches). L'informatrice évoque le souvenir des repas dominicaux en famille, ses relations avec son père, les déplacements à pieds de celui-ci pour la grande foire de Gap ou pour la vente d'ânes à Entrevaux. C'est ici que la construction de la ligne de chemin de fer est évoquée, comme l'évolution des routes (effondrement des clues de Chabrières, fermeture de la route, réparation par les chômeurs en 1936), la gare de Mezel, la gare de Barrême (transport de moutons, paille, courrier). La discussion s'engage sur la laine (usine de Vienne en Isère, laine lavée en Italie), ses connaissances des draperies de Beauvezer. L'informatrice se souvient y être allé à vélo (achat de tissu en 1942) puis en train à partir de Thorame Haute gare. Après avoir parlé du pèlerinage à Notre Dame de la Fleur le lundi de Pentecôte et d'excursions en cars, l'informatrice revient sur l'utilisation de tissu et du travail de coupe et de couture (deux tailleurs de Barrême sont cités).

- 47:40 La discussion porte ensuite jusqu'à la fin de l'entretien sur des pièces d'archives en possession de l'informatrice : une copie de l'ancien plan de Barrême (les passages du canal, la fontaine, les routes, l'hôtel, la chapelle, l'église, les trois écoles, les draperies) représentant le plan descriptif de la vente aux barrêmois des terrains du marquis de Villeneuve, et de la répartition nominative des lots. Plusieurs fabriques de draps étaient alimentées par le même canal. L'informatrice et l'enquêtrice commentent des anciennes photos de Barrême en 1900 : la procession de Saint Jean avec les saints et la fanfare, les commerces, l'inauguration de monument aux morts 14-18, les environs de Barrême tous cultivés, la distillerie, le moulin, l'Alpes hôtel (anciennement menuiserie). L'informatrice livre des bribes de souvenirs divers et généraux sur la vie quotidienne autrefois, la fermeture progressive des commerces (années 1960), les terrains de son père. En fin d'entretien l'informatrice relate l'anecdote du drapeau français accroché au fronton de la distillerie Schimell pendant 1914-1918 et la propriété d'une roseraie au Maroc d'une distillerie de Barrême. A la demande de l'informatrice l'entretien est arrêté. L'ensemble de l'entretien reste d'un niveau assez superficiel, informatrice très âgée ne peut apporter trop d'approfondissements.
N° d’inventaire MMSH : 4167

N° d’inventaire Pays A3V : 20120601-08

Commentaires sur le fonctionnement de la minoterie de la Mure-Argens (04) par la fille du dernier minotier

Cassé, Corinne (enquêteur);Ebbo, Marie-France (née Dol) (informateur);Comité de Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (commanditaire)

Enregistré à La-Mure-Argens, le 01/06/2012, durée : 20min
L'enquêtrice et l'informatrice visitent la minoterie du père de celle-ci. De nombreux commentaires sur différents aspects de la minoterie sont examinés, notamment les traces encore visibles de la précédente draperie et des réparations faites par le minotier. Dans la salle de la turbine, l'informatrice cite les sept mètres de chute d'eau et les 25 chevaux de puissance. Elle décrit ses recherches sur le moulin et ses appels à des experts depuis 10 ans pour connaître l'état de la minoterie. Elle considère, d'après ces études, que celle-ci serait en état de marche. Il est ensuite question de la longueur du canal à ciel ouvert depuis la rivière de l'Issole et elle explique dans le détail les techniques employées pour stabiliser les berges par clayonnage (piquets d'osier). Suit une courte discussion sur les droits d'usage du canal. L'entretien reprend en intérieur autour du planchister, appareil utilisé dans la production de la farine. L'informatrice livre ses connaissances sur la circulation de celle-ci dans la minoterie.

- 08:07 Après avoir situé la fin de l'activité de la minoterie en 1972, l'informatrice évoque le travail de son père jusqu'à sa retraite pour les moulins de Malijai. Elle aborde rapidement sa propre scolarisation et sa carrière professionnelle pour répondre à l'enquêtrice sur les possibilités d'embauches au temps de sa jeunesse au pays : 4 ou 5 scieries (utilisation de la sciure pour les chaudières), la limacière, la fabrique de pâtes. La conversation revient sur les boulangeries de Saint André et les différents blés (celui du Centre ou en provenance des États Unis). Enfin, l'informatrice évoque les champs de lavande de sa famille et l'embauche d'ouvriers espagnols à la tâche pendant les 15 derniers jours d'août, les produits du potager, la culture de blé et d'arbres fruitiers.
N° d’inventaire MMSH : 4168

N° d’inventaire Pays A3V : 20120604-09

Explications détaillées sur le fonctionnement de la turbine électrique de Colmars les Alpes (04) jusqu'aux années 50 par le fils du responsable

Cassé, Corinne (enquêteur);Michel, Robert (informateur);Comité de Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (commanditaire)

Enregistré à Colmars-les-Alpes, le 04/06/2012, durée : 46min
L'entretien commence par une visite en extérieur des installations autour du foulon de Colmars les Alpes (canal, bâtiment). L'informateur donne des explications sur les améliorations apportées par la famille des propriétaires, les Roux, dans la fabrique de draps construite en aval du moulin sur le canal. Il explique l'utilisation de la force hydromotrice pour des entreprises installées en série (draperie, laiterie, scierie et menuiserie). D'autres commentaires viennent sur le développement des techniques (débit, utilisation d'un bassin de desensablage, l'entretien du canal). L'informateur cite de nombreux détails sur la grande roue du foulon et la construction du canal.

- 11:50 L'informateur décrit le parcours de son père, responsable de la production électrique jusqu'en 1947, arrivée d'EDF. L'informateur décrit la répartition et l'augmentation de la consommation électrique avant les installations EDF, commente la configuration concave du foulon et explique sa passion des technologies comme un héritage paternel. Par la suite, le père de l'informateur s'occupa aussi de la scierie et employa des bûcherons italiens saisonniers. L'informateur possède encore des photographies d'archives personnelles.

- 18:45 Après la visite du site, l'entretien reprend sur les utilisations de l'eau de la Lance depuis 1850. L'informateur apporte les détails qu'il a pu recueillir sur l'historique de ces technologies par la famille Roux, sur l'électrification du village et le fonctionnement de la menuiserie et de la laiterie. Il revient sur le fonctionnement de la turbine selon les saisons, la répartition entre les machines et cite une anecdote de pêche aux truites dans les eaux retenues de la rivière.

- 35:00 Les activités de la ville de Colmars au temps de sa jeunesse sont citées : la scierie, la menuiserie, la laiterie pour laquelle les bidons de lait étaient déposés sur la route, grâce à des nacelles suspendues à des câbles. L'informateur aborde le transport des machines à dos de bêtes, en chariot puis en train. Il évoque le statut social des employés italiens de son père pour l'exploitation forestière pendant la saison (du 1er juin jusqu'au 15 octobre) et tout le long de l'année, ainsi que le transport du bois par câble.
N° d’inventaire MMSH : 4169

N° d’inventaire Pays A3V : 20120605-10

Témoignage sur leur activité d'éleveurs par un couple de Lambruisse (04) et sur leurs cultures de lavande

Cassé, Corinne (enquêteur);0212 (informateur);0353 (informateur);Comité de Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (commanditaire)

Enregistré à Lambruisse, le 05/06/2012, durée : 55min
Le couple d'informateurs, éleveurs ovins, est installé sur Lambruisse. L'entretien traite de l'activité du père de l'informateur, paysan, cultivateur de lavande pour l'entreprise Mane de Barrême. Des explications sont apportées sur la culture de la lavande dans le pays et l'installation des alambics au village, ainsi que le détail du travail à la ferme et dans les lavandes, l'embauche des ouvriers espagnols. L'informateur évoque les souvenirs de travaux avec son père, le troupeau de brebis de celui-ci en 1974, la scolarité de l'informateur. Les éleveurs décrivent l'espèce ovine qu'ils ont choisi (la race Mourérous) en la comparant à la « Métis » (de race Mérinos). Ils apportent des explications sur leurs bergers et la saison d'estive en groupement (avec l'école de Carmejane). Il sera aussi question de l'École du Merle de la Crau.

- 15:37 Leurs saisons de travaux sont décrites (travaux croisés de la lavande et de l'élevage). Il est rapidement question du repiquage des plans, de l'évolution des techniques, de l'arrivée des machines, du soin aux plans, de la vente de la fleur de lavande pour la concrète et pour la distillation à Bras d'Asse. L'informatrice développe son propre parcours et les raisons de sa présence dans la région (issue de l'école de Carmejane). Vient ensuite une discussion sur les lieux d'estive, les différentes saisons dans la vie des bêtes (alpage, agnelage, hiver dans le Vaucluse, déboisement pour la lutte contre les incendies). Quelques explications sont données sur le pacage d'hiver, la lutte contre les incendies après une période de sécheresse et le manque de foin. Les informateurs comparent les deux espaces de pacage en alpage ou dans le Vaucluse.

- 33:50 Les informateurs commentent ce qui fait la qualité de la lavande, l'évolution des métiers d'éleveur ou de cultivateur et leur lente disparition. La discussion traite de l'alambic de Jules Chailan de Lambruisse, l'incidence de la météorologie sur la maturation de la lavande et la participation aux travaux des voisins autrefois. Ils expliquent ensuite les coupes des champs pour la fabrication de la concrète ou pour la distillation.

- 45:30 Enfin l'informateur revient sur la gestion des troupeaux accompagnée par des organismes spécialisés. L'informatrice explique la présence de chèvres dans leur troupeau, son apprentissage de la fabrication de fromages. Des détails sont donnés sur l'élevage et sur les normes de production de la race Mourérous. La fin de l'entretien traite du travail hors coopérative avec des maquignons, comparé aux avantages du travail avec une coopérative (vente, achat de matériel mutualisé).
N° d’inventaire MMSH : 4170

N° d’inventaire Pays A3V : 20120605-11

Témoignages de carrières de l'hôtelière et de l'ancien chef de gare de Thorame-Haute (04)

Cassé, Corinne (enquêteur);Bianco, Odette (née Fournier) (informateur);Bianco, Louis (informateur);Comité de Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (commanditaire)

Enregistré à Thorame-Haute, le 05/06/2012, durée : 1h 14min
Après avoir donné des explications sur son origine familiale, l'informatrice expose les débuts de l'hôtel familial inauguré en même temps que la gare de Thorame Haute en 1911. L'histoire de l'hôtel est déclinée comme la vie quotidienne de ses grands parents agriculteurs et premiers hôteliers (relais pour chevaux jusqu'en 1930 vers les foires ou pour les voyageurs en train). Sont citées principalement les foires d'Annot et de Saint André les Alpes. L'informatrice donne des explications sur le buffet de la gare tenu par les transporteurs de Font Gaillarde, la famille Moulard : le fonctionnement du buffet, propriété de la société des Chemins de fer de Provence. Il est ensuite question des travaux d'amélioration de l'hôtel, de son plein fonctionnement entre 1950 et 1974 notamment pour une clientèle de transhumants à pieds puis en camions (plusieurs noms de transhumants sont cités).

- 24:46 L'impact du chemin de fer de Provence et son utilisation en famille pour Nice sont évoqués. L'informateur, ancien chef de gare de Thorame Haute, intervient pour expliquer les travaux sur la ligne de chemin de fer et les améliorations. Il présente sa carrière : ancien éleveur jusqu'en 1943 puis négociant en bestiaux, muletier, manœuvre, électricien sur chantier, cantonnier pour les chemins de fer puis chef de gare à Thorame-Haute en 1961. Il donne des explications sur le métier de chef de gare, livre plusieurs souvenirs (l'arrivée des pieds noirs, le transport de divers conteneurs, les contre-remboursements de colis, les trains spéciaux, les colonies de vacances, les touristes de la station de la Foux d'Allos, les campings).

- 44:26 L'informateur revient sur son apprentissage du métier et commente les évolutions des machines. Viennent des anecdotes de cambriolages dans la gare dans les années 90 et une discussion sur l'intérêt de la ligne de chemin de fer de Provence en comparaison des routes.

- 59:18 Les informateurs se souviennent des hivers sur la ligne de chemin de fer (travaux de déneigement), les rondes de surveillance à pieds pour l'entretien des voies dans les années 60, la glace dans le tunnel de la Colle Saint-Michel. Les informateurs reviennent sur les débuts de la gare et de l'église de la fleur (1937) construite sur l'emplacement d'une ancienne chapelle. La fin de l'entretien est une discussion autour d'un livre sur l'histoire des rails des explications sur le mur de soutènement le long des rails à la gare de Thorame Haute et l'évocation rapide de l'activité de l'hôtel entre 1939 et 1945 (souvenirs de attentats de la résistance sur la ligne, réquisition des trains par les allemands).
N° d’inventaire MMSH : 4171

N° d’inventaire Pays A3V : 20120606-12
1   2   3   4   5   6

similaire:

Mémoires orales des industries du bord de l\2006: L’émergence des nouveaux pays industriels est elle un frein...

Mémoires orales des industries du bord de l\Scénario Ivan Arsenjev, Petr Forman, Veronika Švábová
«culture pour tous au pays des fées», avec le soutien de la commune de Retiers et de la communauté de communes du pays de la Roche...

Mémoires orales des industries du bord de l\Atelier n°3 Luxe et pays émergents
«dirigeant pays», pour mieux saisir la culture du pays d’implantation pour une communication et une direction efficaces

Mémoires orales des industries du bord de l\L’exception américaine : du pays de Dieu au pays des dieux La vivacité du fait religieux aux eu
«in God we trust» suscitent, en particulier en France, l’incrédulité et souvent la réprobation

Mémoires orales des industries du bord de l\L’Utopie, nom du pays de nulle part et de la contrée qui n’existe pas
«Badebec fille du roy des Amaurotes en Utopie», pays qui est le royaume même de Gargantua son père

Mémoires orales des industries du bord de l\Épisodes de l’histoire du xve siecle ­aux pays senonais et gatinais et au comte de joigny
«Il y eut alors, dit-il, de grandes pilleries et ravages de toutes parts ès pays de France»

Mémoires orales des industries du bord de l\Les grandes tendances : secteurs dominants, régions d’origine et d’accueil
«mobile», et même de «internationalement mobiles» si les sites mis en compétition sont situés dans des pays différents du pays d’origine...

Mémoires orales des industries du bord de l\Les Haïtiens se sont rassemblés dans le recueillement mercredi pour...
«actualité» et du corpus de photos proposées. Les dessins de presse réalisés par les élèves aussi

Mémoires orales des industries du bord de l\Comment aménage-t-on une région avec une démographie de pays du Sud,...

Mémoires orales des industries du bord de l\Le Portugal n’est pas un pays méditerranéen ! Seuls les deux tiers...
«Autriche» avant 1867, «Autriche-Hongrie» de 1867 à 1918 (depuis 1918 ce sont deux pays indépen­dants). De 1923 à 1991 (inclus) on...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com