Et si on se disait tout ?





télécharger 209.91 Kb.
titreEt si on se disait tout ?
page1/23
date de publication07.03.2017
taille209.91 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   23

Et si on se disait tout ?





Et si on se disait tout ?




Préface


Tel que je l'ai connu, l'ayant quotidiennement fréquenté à la Régulation (Poste de commandement ONCF) de 1987 à 1995, M. Abdallah EL Kababri représentait à mes yeux le calme, voire la sagesse. Il avait le visage habituellement illuminé par un sourire agréable... bien que narquois. D'un caractère tempéré, il n'élevait jamais le ton pour imposer son point de vue, cependant que les prises de bec entre collègues étaient monnaie courante.

Je savais qu'il lui prenait souvent envie de "picoler". Jamais je ne l'ai surpris dans un état d'ébriété. Il avait le sens de la mesure et prenait les décisions adéquates pour résoudre les problèmes au travail.

La lecture de ses mémoires m'a laissé songeur, car je ne l'aurais jamais soupçonné, lui précisément, capable de jouer "le délinquant".

Cependant, apprenant qu'il s'était rendu en pèlerinage à la Mecque, cela m'a fait plaisir. Ce qui m'a fait encore plus fait plaisir c'est d'apprendre que ses enfants, dont il prenait soin énormément, ont réussi dans la vie.

Tant mieux, cher ami !
Mohammed SEDRATI

(Journaliste et écrivain)



TABLE DES MATIERES

MEKNES 1950 – 1964…..…………04

SIDI KACEM 1964 – 1968….………….30

EL KSAR 1968 – 1970……………..41

CUESTA COLORADA 1970 – 1975…..…50

EL KSAR 1975 – 1981….…………62

RABAT 1981 – 2000.…………...77

LA RETRAITE à RABAT…..…………….93

Tout d’abord je tiens à remercier Hicham, mon fils, qui m’a incité à écrire cette autobiographie.
 A titre personnel, l’idée m'a paru géniale. 

Brosser un tableau pour me souvenir moi-même des faits marquants de ma vie, lesquels, à défaut d'être couchés sur le papier, pourraient, une fois l'âge atteint où les facultés de l'esprit se trouvent ankylosées, disparaître de ma mémoire.

Et puis, l'idée venant d'un fils, laisser à ma progéniture (quand je ne serai plus de ce monde) des bribes du vécu d'un aïeul.

Des enseignements à tirer ou un amusement suscité par des situations anecdotiques, c'est aussi un legs.

Et puis aussi, une sorte de « scripto-thérapie » à travers laquelle la relation des événements douloureux ou l'analyse d'un style de vie accaparent permettraient de racheter une conduite entachée par des manquements, genre: « Si je ne me suis pas assez occupé de mes enfants, c'est à cause de la nature de mon travail et de ma vie d’alors… ».







  1. Meknès 1950 – 1964



Je suis natif du Douar Oulad Ali de Aïn karma, situé à 14 km de Meknès où j’ai vécu de la naissance (entre 1945et 1947) jusqu’en 1964.

Mon père Sellam ben Benaïssa, benjamin d'une fratrie de   6 garçons et 3 filles, était agriculteur originaire de Aïn karma, une branche des Wlad Nsir, région entre Meknès et Sidi kacem.

Au début, Sellam travaillait la terre avec ses frères. Étant le plus jeune, on le chargeait de toutes les besognes ingrates.

On continua à l'en surcharger jusqu'à ce qu'il finisse par s'écrouler atteint d'une maladie qui le maintint souffrant durant toute une année vers 1940. Cet alitement à un âge encore tendre laissa chez lui des séquelles indélébiles. C'est à cette époque que mes oncles ont choisi de procéder au partage de la terre, fruit d'un héritage commun.

Sellam s'en trouva livré à lui-même, l'isolement, comme un châtiment, succéda à la maladie.

Ma mère, en femme qui ne se laissait pas abattre et ne craint pas la besogne, se chargea sans rechigner de toutes les tâches de la terre, de la récolte jusqu'à la vente de ses produits qu'elle transportait à la ville de Meknès à dos de mulets. Elle s'y rendait en compagnie des hommes du douar, par un chemin de terre battue d'abord, ensuite en empruntant la minuscule route en macadam où l'on ne croisait que quelques camions de transport des produits pétroliers. Les véhicules pour transport en commun n’existaient pas encore.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   23

similaire:

Et si on se disait tout ? icon8. les lois laiques. Interpretation
«L'instruction populaire est contraire à la division du travail, disait-il, en l'introduisant, on proscrirait tout notre système...

Et si on se disait tout ? iconParoisses de l’etang-vergy ~ gevrey-chambertin ~ gilly-lès-cîteaux tél. 03 80 34 31 42
«Le prêtre n’est pas prêtre pour lui, IL est pour vous.» disait le saint Curé d’Ars. Que Dieu vous comble de grâce et vous accorde...

Et si on se disait tout ? iconOu encore écrivez lui à l'adresse
«un critique, un adage, un écrivain»etc. Autrefois, Destouches disait que «la critique est aisée, mais l?art est difficile»Qu?est-ce...

Et si on se disait tout ? iconComme disait Charles Baudelaire
«sainctiers», mot issu du latin signum qui veut dire signal, devenu avec l’usage seing, et les seingtiers étaient les fabricants...

Et si on se disait tout ? icon«Le Rhin est le fleuve dont tout le monde parle et que personne n’étudie,...

Et si on se disait tout ? iconPhèdre/Jouvet/Delbo. 39/45
«l’engagement» comme disait Jean-Paul Sartre, qui seront, parmi d’autres, les enjeux de ce spectacle

Et si on se disait tout ? iconLittérature / Mexique / Carlos Fuentes
«Borgès m’a fait comprendre que je rêvais en espagnol, et non en anglais et que je devais écrire dans cette langue», disait-il

Et si on se disait tout ? iconGilles Laporte
«La femme, c’est l’avenir de l’homme» disait Aragon… Comme c’est vrai en te lisant

Et si on se disait tout ? iconLes catégories à l’épreuve des «associations réelles» : Ni tout à...
«associations réelles» : Ni tout à fait laïques et développementalistes, ni tout à fait confessionnelles et de bienfaisance. Etude...

Et si on se disait tout ? iconRapport au Conseil de l’Ordre des Avocats de Paris sur la communication...
«Tout ce qui est simple est faux, tout ce qui est complexe est inutilisable.» P. Valéry






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com