Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu'aux années 2008 2009 et 2010 qui ont vu répétitivement Juan





télécharger 20.42 Kb.
titreDepuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu'aux années 2008 2009 et 2010 qui ont vu répétitivement Juan
date de publication12.05.2017
taille20.42 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
FONDATION NIMOTAURE

Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu'aux années 2008 2009 et 2010 qui ont vu répétitivement Juan Bautista et Sebastian Castella sortir en triomphe des arènes de Madrid, l'histoire des toreros français est l'histoire d'une conquête. On doit cette réussite aux qualités toreras des individus, notamment des deux chefs de file actuels, mais aussi à l'esprit pionnier qui traverse de part en part le mouvement des toreros français.
Pour que l'aventure continue d'être belle, il faut que l'esprit pionnier demeure.
C'est pourquoi, quelques grands anciens se sont regroupés pour créer une fondation, avec pour but d'entretenir le feu originel de leur aventure. Pour cela il faut, partout, diffuser le savoir accumulé depuis presque trente ans par les toreros français, lesquels sont les seuls à pouvoir transmettre ce savoir dans leur langue. Ce faisant ils transmettront les valeurs humaines, sociales, esthétiques et éthiques qui sous-tendent ce savoir. Celles-ci sont portées par le toro, seul professeur en la matière. Il arrive en piste exempt de toute impureté (limpio) et fait preuve pendant sa vie publique de qualités morales représentatives de l'idéal chevaleresque. Il combat avec panache et générosité, « sans peur et sans reproche », tel un chevalier médiéval. En un mot, il est noble, au sens de gentilhomme. Pour tous, il doit être un modèle et une source d'inspiration. Du reste, c'est pour s'en approprier les vertus, que l'homme le combat depuis la nuit des temps. Dans le respect de ces valeurs, les missions de la fondation se développeront suivant cinq directions:
Diffuser la culture et les valeurs taurines

Assumer la responsabilité des vocations engendrées par le spectacle des corridas

Préparer l'élite à la haute compétition.

Produire des analyses en réponse aux préoccupations de l'aficion

Mettre en place une politique de prix et de bourses pour valoriser l'esprit pionnier
Les modes d'intervention retenus pour la fondation font la part belle à l'implication personnelle de tous les toreros français et à la collaboration avec les entités représentatives de l'aficion. En voici les grandes lignes.


  1. Diffuser la culture taurine


L'avenir de leur art étant engagé, les toreros français ont toujours su prendre en charge l'aspect pédagogique, technique et logistique de nombreuses initiatives en ce sens, y compris les missions d'information dans les établissements scolaires. Ils ont aussi apporté leur collaboration en soulignant l'importance des initiations au maniement des leurres (capes et muletas) Cette pratique physique, si brève soit elle, de la partie chorégraphique de la tauromachie fait plus pour la bonne compréhension des techniques de cet art, que dix ans d'observation militante mais uniquement livresque. Par ailleurs, les gestes de la tauromachie, en tant qu'exercices d'expression corporelle, illustrent parfaitement la difficulté et l'intérêt de la maîtrise de son corps dans l'espace, et ne peuvent que renforcer l'assimilation de celui qui les a pratiquées aux évolutions du torero dans le ruedo. Dans ce cadre de vulgarisation, on a aussi pu constater les vertus éducatives et pédagogiques de la tauromachie en milieu difficile. Là où l'autorité peine à se faire respecter, le toro impose sa loi par sa force et la peur qu'il suscite. Pour des individus en perte de repère, la rencontre avec cet animal mythique peut structurer tout un projet de vie. De plus on sait que les valeurs de courage, de respect de soi même et des autres véhiculées par tous les sports, sont optimisées dans les activités taurines, course libre et corrida confondues.
2) Assumer la responsabilité des vocations
Si on ne donnait pas à notre jeunesse le spectacle des corridas, elle rêverait de foot ou de rugby et trouverait dans ces deux disciplines les structures d'accueil adaptées à ses besoins. Pour la tauromachie bien des progrès ont été enregistrés, mais il reste encore beaucoup à faire. A Nîmes les soubresauts de cet hiver tendent à prouver que les structures existantes gagneraient à être stabilisées. La tauromachie est une activité qui s'apparente aux sports extrêmes pour laquelle les normes usuelles de la pédagogie classique s'avèrent improductives. Plus que de techniques c'est un vécu qu’il convient de transmettre. Cette préoccupation n'est pas nouvelle pour les toreros français. Déjà, à l'orée des années 1980, ils avaient publié un texte, intitulé « Pour une fondation d'art taurin », où ils traitaient de la question. Ils disaient: ««  il n'est pas d'exemple ou un effort en faveur d'une discipline sportive ou artistique n'ait été récompensé par la révélation d'une série de spécialistes capables de représenter la France au plus haut niveau. Le mécanisme de ce phénomène est désormais bien connu. Il prend ses sources dans la popularisation de la discipline. Ce qui entraîne une augmentation du nombre de pratiquants. Ces praticiens improvisent, avec les moyens dont ils disposent les structures de leur perfectionnement. Ce qu'on fait les toreros français qui, dès 1979, ont organisé des stages de tauromachie sous l'autorité du Centre de Formation Interprofessionnel de la chambre de Commerce de Nîmes. Les performances de ces pionniers restent souvent inférieures à celles que de réelles possibilités de formation leur auraient permis d'atteindre. Sans outil de travail adapté, il n'y a pas de progrès possible, surtout dans les compétitions et disciplines de haut niveau. La causalité qui lie ces deux éléments est évidente. Quand, malgré ce, les plus doués de ces praticiens accèdent à une honnête renommée, leurs succès intéressent une nouvelle couche de public et le processus de vulgarisation se trouve relancé. Les automatismes de l'économie jouant alors à plein, il suffit d'assurer le perfectionnement des meilleurs et la formation des jeunes prétendants à la relève pour que le phénomène aille en s'amplifiant ». C'est ce qui s'est passé en France ces trente dernières années.

Les toreros français qui ont réussi à accéder à la catégorie ultime de « matadors de toros » sont la chance historique de la tauromachie française. Après Nimeno II, deux d'entre eux, Juan Bautista et Sebastian Castella se sont hissés au rang des meilleurs. Leur popularité en France comme à l'étranger s'affirme de jour en jour. Ils jouent auprès du public le même rôle de catalyseur, de draineur que Manolete, El Cordobes, Paco Ojeda ou José Tomas, avec les mêmes conséquences économiques au bénéfice des localités où ils se produisent, Naturellement leurs triomphes ouvre la tauromachie à des publics nouveaux et amène a la pratique des dizaines de jeunes auxquels il convient d'offrir le meilleur substrat socio-éducatif. Ce dernier doit permettre à chacun d'aller au bout de son rêve, amateur pour certains, professionnels pour d'autres. On peut parler de devoir d'excellence quant à l'option à prendre en faveur de ces vocations. Parmi elles il y a de nombreuses vedettes potentielles qu'il serait attristant et préjudiciable de ne pas voir se révéler. Les bienfaits moraux et matériels que la société tire de ses vedettes internationales n'est plus à prouver et la tauromachie française lui en promet de nombreuses.
3) Préparer l'élite à la haute compétition

La compétence accumulée tout au long de leurs carrières professionnelles donne aux toreros l'autorité et le recul nécessaire pour mener à bien un projet ambitieux. Leur fondation prendra toute sa part dans l'accueil des vocations mais ne veut pas se substituer aux écoles existantes. Elle n'aspire qu'à combler certains manques trop évidents en aval et en amont de l'activité de ces dernières. Par le passé tous leurs élèves sont venus chercher un perfectionnement auprès des professionnels. Désormais la fondation leur offre un cadre formel et sécurisé où les meilleurs peuvent se préparer à la haute compétition. Ils disposeront d'ateliers de perfectionnement, où chacun recevra le suivi adapté à ses besoins et ses ambitions. Aux outils traditionnels de l'apprentissage s'ajoutera le recours massif aux technologies de pointes, tant pour le perfectionnement en toreo de salon que pour l'analyse détaillée des confrontations avec le bétail. A l'intérieur des ateliers les classes d'élèves seront très hiérarchisées, afin de faire bénéficier les meilleurs d'un soutien (coaching) moderne et individualisé, qui les préparera à la fureur des grands tournois internationaux. Fureur impitoyable, cruelle et destructrice, présente au sommet de toutes les activités extrêmes, dont on peut regretter les effets, mais laquelle toute structure de formation doit préparer ses membres. Cela étant, on évitera qu'en fin de formation l'aspirant torero soit abandonné à lui même pour franchir le pas vers le professionnalisme. Des efforts particuliers seront consentis pour permettre à ceux qui le méritent une transition mieux encadrée vers les novilladas con caballos. La fondation mettra à leur disposition des structures et un réseau propre à assurer un passage sans traumatisme au stade supérieur des novilladas intégrales.
Avec un programme et des moyens en hommes et en matériel, la fondation Nimotaure est en mesure, à chacun de ses niveaux d'intervention, d'apporter la réponse la plus professionnelle et la moins démagogique. Il ne faut pas perdre de vue que, par nature, le toreo est une pratique élitiste qui ne supporte pas l'amateurisme. A tous les stades on doit cultiver l'excellence. Une structure d'accueil des vocations taurines doit permettre à chacun d'aller au bout de son rêve d'aficionado, mais en aucun cas entretenir de faux espoirs pour une profession où il y a plus de chances de finir invalide que de faire fortune. Jamais le devoir d'assistance aux vocations ne doit se confondre avec le prosélytisme.
Fidèle à ces principes et si le règlement du concours lui paraît équitable, la fondation présentera une candidature à l'appel à projet de la Communauté de Nîmes-Métropole pour gérer son tournoi annuel appelé «Graine de torero»


    1. Produire des analyses



De part leur vécu le point de vue des toreros français sur la tauromachie à quelque chance d'être documenté. Il ne peut que venir enrichir un débat déjà copieusement alimenté par les autres représentants de l'aficion militante. Chaque fois qu'ils le jugeront nécessaire, via leur fondation, ils pourront faire part à tous du produit de leur réflexion collective sur les problèmes d'actualité. Leur positionnement au sujet du tournoi « Graine de torero », qui est un sujet urgent à traiter cette année est un bel exemple des analyses qu'ils peuvent produire sur les problématiques taurines. Il n'est pas le seul. L'incidence de la généralisation des fundas dans les élevages, ou l'évolution du tercio de piques, peuvent en être d'autres. Tout comme l'impact de la TVA sur le prix des places, l'équipement des infirmeries, etc... Sur tous ces sujets, les toreros français ont des idées, qui feront l'objet des prochains dossiers de leur fondation.
5) Mettre en place une distribution de prix célébrant l'esprit pionnier
Les grandes corporations du spectacle savent se montrer généreuses envers ceux de leurs rangs dont l'exemplarité et l'excellence est reconnue par tous. Mettre en exergue, chaque année, les meilleures réussites de la temporada, qui soient en accord avec les valeurs défendues par la fondation est un exemple d'initiative qui ne peut qu'aider à clarifier l'image de la corrida. Sur le modèle des « Césars », il peut être envisagé une grande manifestation médiatique de prestige qui récompense et célèbre les évènements de l'année les plus appréciés par un jury de professionnels. Il est clair que l'organisation de ce type de soirée demande une préparation débutée très en amont et une concertation avec tous les acteurs de la tauromachie en France. La fondation se donne du temps pour concrétiser. Pour l'heure l'important est de lancer l'idée avec comme perspective une réalisation après un ou deux exercices de maturation.

Conclusion
On le voit l'objet social et les buts de la fondation embrassent tout le champ de la tauromachie qu’ils soient en rapport avec l’aficion militante où les professionnels. En fait, c’est une société taurine de plus pour la ville de Nîmes, qui en compte déjà une bonne quarantaine, mais elle a pour particularité d’être exclusivement composée de toreros, ce qui lui confère une sensibilité et une compétence particulière. Elle s'exprime aujourd'hui sur le thème de la formation des toreros, parce que les circonstances du moment l'y ont poussé, mais elle est bien plus qu'une école taurine; elle est une école de vie. Une école de vie, dont le seul professeur est le toro. C’est lui qui éclaire notre passion de sa noblesse et de sa générosité.


PatrickVarin, Chinito

Co-présidents du collectif NIMOTAURE

similaire:

Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu\Sommaire
Les recherches archéologiques qui ont été poursuivis sur le Plateau, par plusieurs nations, et par la France en premier lieu, nous...

Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu\1. L’Espagne, un modeste eldorado bancaire et financier (des années 1860 aux années 1900)

Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu\Politiques d’immigration – les années soixante jusqu’aux années quatre-vingt dix

Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu\I – «Il y a des destinées bien singulières»
«ces temps d’inexpérience, de générosité, d’enthousiasme, temps d’immortelle mémoire, vers lequel se tourneront avec admiration et...

Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu\Quelques fautes ont été corrigées => mais d’autres simplement surlignées
«Trente Glorieuses» comme l’écrit Jean Fourastié, économiste français; «Ne doit-on dire glorieuses les trente années qui ont fait...

Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu\L’Ombre : Depuis Venise, nous nous étions perdus de vue. Mais que...
«polémos». En êtes-vous encore à croiser le fer avec l’esprit du temps, avec ces «Modernes» qui ne comprennent rien à vos propos...

Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu\1. Plusieurs transformations ont conduit à l'affaiblissement du syndicalisme...

Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu\Les historiens et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France
«résistancialiste» est dominante. Puis dans un second temps, du début des années 1970 jusqu’à 1995, un travail historique mène à...

Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu\Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde
«temps de renouveau». Au Xvème siècle, les malheurs qui ont frappé l’occident depuis le milieu du xive siècle s’éloignent

Depuis le temps où Simon et Alain se voyaient interdire les novilladas sans chevaux en Espagne jusqu\Résumé Dans le monde de la corrida en France, Alain Montcouquiol...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com