Recherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale





télécharger 255.57 Kb.
titreRecherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale
page3/3
date de publication16.10.2016
taille255.57 Kb.
typeRecherche
h.20-bal.com > documents > Recherche
1   2   3




Le traité de la Triple Alliance de 1882,
entre l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Italie :


 

Leurs Majestés l'Empereur d'Allemagne, Roi de Prusse, l'Empereur d'Autriche, Roi de Bohème etc. et Roi Apostolique de Hongrie et le Roi d'Italie,

fermement résolues d'assurer à leurs États la continuation des bienfaits que leur garantit, au point de vue politique aussi bien qu'au point de vue monarchique et social, le maintien de la Triple Alliance, et voulant dans ce but prolonger la durée de cette alliance, conclue le 20 mai 1882, renouvelée une première fois par les Traités du 20 février 1887, une seconde fois par le Traité du 6 mai 1891 et une troisième fois par le Traité du 28 juin 1902, ont, à cet effet, nommé comme leurs plénipotentiaires, savoir :

Sa Majesté l'Empereur d'Allemagne, Roi de Prusse : le Sieur Heinrich von Tschirschky und Bögendorff, son Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire près Sa majesté l'Empereur d'Autriche, Roi de Bohême etc. et Roi Apostolique de Hongrie ;

Sa Majesté l'Empereur d'Autriche, Roi de Bohême etc. et Roi Apostolique de Hongrie : le Comte Leopold Berchtold von und zu Ungarschitz, son Ministre de la Maison Impériale et Royale et des Affaires Étrangères, Président du Conseil commun des Ministres ;

et Sa Majesté le Roi d'Italie : le Duc Giuseppe d'Avarna, son Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire près Sa Majesté l'Empereur d'Autriche, Roi de Bohême etc. et Roi Apostolique de Hongrie,

lesquels, après échange de leurs pleins-pouvoirs, trouvés en bonne et due forme, sont convenus des articles suivants :

Article I

Les Hautes Parties contractantes se promettent mutuellement paix et amitié et n'entreront dans aucune alliance ou engagement dirigé contre l'un de leurs États. Elles s'engagent à procéder à un échange d'idées sur les questions politiques et économiques d'une nature générale qui pourraient se présenter, et se promettent en outre leur appui mutuel dans la limite de leurs propres intérêts.

Article II

Dans le cas où l'Italie, sans provocation directe de sa part, serait attaquée par la France pour quelque motif que ce soit, les deux autres Parties, contractantes seront tenues à prêter à la Partie attaquée secours et assistance avec toutes leurs forces. Cette même obligation incombera à l'Italie dans le cas d'une agression non directement provoquée de la France contre l'Allemagne.

Article III

Si une ou deux des Hautes Parties contractantes, sans provocation directe de leur part, venaient à être attaquées et à se trouver engagées dans une guerre avec deux ou plusieurs Grandes Puissances non signataires du présent Traité, le casus foederis se présentera simultanément pour toutes les Hautes Parties contractantes.

Article IV

Dans le cas où une Grande Puissance non signataire du présent Traité menacerait la sécurité des États de l'une des Hautes Parties contractantes, et la Partie menacée se verrait, par là, forcée de lui faire la guerre, les deux autres s'obligent à observer, à l'égard de leur allié, une neutralité bienveillante. Chacune se réserve dans ce cas, la faculté de prendre part à la guerre, si elle le jugeait à propos, pour faire cause commune avec son allié.

Article V

Si la paix de l'une des Hautes Parties contractantes venait à être menacée dans les circonstances prévues par les articles précédents, les Hautes Parties contractantes se concerteront en temps utile sur les mesures militaires à prendre en vue d'une coopération éventuelle. Elles s'engagent, dès à présent, dans tous les cas de participation commune à une guerre, à ne conclure ni armistice ni paix ni Traité que d'un commun accord entre elles.

Article VI

L'Allemagne et l'Italie n'ayant en vue que le maintien autant que possible du statu quo territorial en Orient, s'engagent à user de leur influence pour prévenir, sur les côtes et îles ottomanes dans la Mer Adriatique et dans la Mer Égée, toute modification territoriale qui porterait dommage à l'une ou à l'autre des Puissances signataires du présent Traité. Elles se communiqueront, à cet effet, tous les renseignements de nature à s'éclairer mutuellement sur leurs propres dispositions ainsi que sur celles d'autres Puissances.

Article VII

L'Autriche-Hongrie et l'Italie, n'ayant en vue que le maintien, autant que possible, du statu quo territorial en Orient, s'engagent à user de Leur influence pour prévenir toute modification territoriale qui porterait dommage à l'une ou à l'autre des Puissances signataires du présent Traité. Elles se communiqueront, à cet effet, tous les renseignements de nature à éclairer mutuellement sur leurs propres dispositions, ainsi que sur celles d'autres Puissances. Toutefois dans le cas où, par suite des évènements, le maintien du statu quo dans les régions des Balkans ou des côtes et îles ottomanes dans l'Adriatique et dans la Mer Égée deviendrait impossible et que, soit en conséquence de l'action d'une Puissance tierce soit autrement, l'Autriche-Hongrie ou l'Italie se verraient dans la nécessité de le modifier par une occupation temporaire ou permanente de leur part, cette occupation n'aura lieu qu'après un accord préalable entre les deux Puissances, basé sur le principe d'une compensation réciproque pour tout avantage, territorial ou autre, que chacune d'elles obtiendrait en sus du statu que actuel et donnant satisfaction aux intérêts et aux prétentions bien fondées des deux Parties.

Article VIII

Les stipulations des articles VI et VII ne s'appliqueront d'aucune manière à la question égyptienne au sujet de laquelle les Hautes Parties contractantes conservent respectivement leur liberté d'action, en égard toujours aux principes sur lesquels repose le présent Traité.

En foi de quoi, les Plénipotentiaires respectifs ont signé le présent Traité et y ont apposé le cachet de leurs armes.

Fait à Vienne, le vingtième jour du mois de mai mil huit cent quatre-vingt deux.

Mais comment se protéger à part en se réarmant ?

B – 2 : Les systèmes d’alliances.

Les états les + puissants et les + nationalistes vont donc tisser un réseau d’alliances défensives pour se protéger et

dissuader les attaques des autres.

Exemple : la France. Avec qui a-t-elle intérêt à s’allier, avec qui a-t-elle le moins de motifs de guerre ?

- l’Angleterre (ces 2 pays ont également en commun la démocratie, les colonies qu’ils n’ont pas envie de

partager, la rivalité naissante de l’Angleterre avec l’Allemagne qui augmente sa flotte de guerre…)

® Entente Cordiale en 1904 France-Angleterre.

L’Allemagne : quel est son allié naturel ? – l’Autriche-Hongrie (rappelons que Bismarck avait refusé toute

annexion de territoire prise à l’Autriche après Sadowa pour ne pas trop froisser les Autrichiens)

® Duplice Allemagne -Autriche-Hongrie en 1877.

En conséquence, quel camp choisit la Russie ?

Elle a été alliée un moment à l’Allemagne (1881-1888), car elle a besoin d’argent pour lancer la modernisation de

son pays. Mais cette entente fait long feu car l’Allemagne ne fournit pas ce que les russes espéraient, et parce que

la Russie a trop de divergences avec un autre allié de l’Allemagne : l’Autriche-Hongrie.

La Russie choisit donc en 1892 l’alliance française qui accepte de financer les emprunts russes (doc.1 p.158). Elle

entre ensuite dans une triple alliance en signant une entente avec l’Angle terre en 1907.

® Triple Entente Fra.- Ang. –Russie en 1907. (D’où le sentiment d’encerclement des Allemands…)

Et l’Italie ? Au sujet des terres irrédentes, son adversaire principal est l’Autriche-Hongrie. Mais c’est pourtant

l’alliance allemande qui est choisie par l’Italie, essentiellement pour 2 raisons :

- cette alliance avait déjà été contractée lors de la guerre contre l’Autriche, et Bismarck avait respecté ses

engagements e rétrocédant la Vénétie aux Italiens.

- En 1882, Bismarck laisse miroiter aux italiens l’accès à la Tunisie d’où les Français seraient chassés.

® Triple Alliance (Triplice) All. – A-H – Italie conclue en 1882.

En 1907, l’Europe est donc divisée en 2 camps antagonistes, par 2 blocs d’alliances défensives. Cette division

garantit dans une certaine mesure du risque de déclaration de guerre directe entre 2 de ces 6 puissances, dans la

mesure où ladite guerre s’étendrait très vite au continent entier. Mais les motifs de guerre sont bien + nombreux

qu’ente ces 6 puissances dans l’Europe de 1914. Et c’est finalement une affaire assez périphérique qui va

déclencher la 1° GM.

B – 3 :La question serbe et l’attentat de Sarajevo.


Document 1 : Extrait de la TRIPLICE (triple alliance) de 1882

(La Triplice fait suite à la Duplice de 1879 entre l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie.)

" Les hautes parties contractantes se promettent mutuellement paix et amitié, et n'entreront dans aucune alliance ou engagement dirigé contre un de leurs Etats. Elles s'engagent à procéder à un échange de vue sur les questions économiques et politiques de nature générale qui pourraient se poser et elles promettent, en autre, de s'aider mutuellement à l'intérieur des limites de leurs propre intérêt. Au cas où l'Italie, sans provocation directe de sa part, serait attaquée par la France pour une raison quelconque, les deux parties contractantes s'engagent à porter assistance de toutes leurs forces à la partie attaquée(…). Si l'une ou l'autre des parties contractantes était attaquée sans provocation directe de sa part , ou engagée dans une guerre avec deux ou plusieurs grandes puissances non signataires du présent traité, le cas d'assistance surviendrait simultanément pour toutes les hautes parties contractantes. Les hautes parties contractantes promettent mutuellement de conserver secret le contenu et l'existence de ce traité."

1   2   3

similaire:

Recherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale iconChapitre 1 : la premiere guerre mondiale

Recherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale iconEt si France Info avait été là durant la première guerre mondiale...

Recherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale iconChapitre 5 : la troisieme revolution industrielle (1890s-1940)
«industrielle», progrès technique mis au service de la guerre. Première à être une guerre mondiale

Recherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale iconLa commémoration du centenaire de la première Guerre Mondiale
«le Soldat» de Florent Pagny et la Marseillaise pour rendre hommage aux soldats morts pour la France. Ils ont également lu des textes...

Recherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale iconPermettre aux élèves de saisir l’importance qu’occupe en France,...
«Alors que disparaît le dernier combattant français de la Première Guerre mondiale, la Nation témoigne sa reconnaissance envers ceux...

Recherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale iconThème 1 la première guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)

Recherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale iconSolutions d’urgence, habitations provisoires pendant la seconde guerre mondiale en France
«maisonnette 74». Ces structures démontables avaient un confort qui étaient même supérieur à leur espérance

Recherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale iconLa Presse durant la première guerre mondiale

Recherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale iconProgramme : Le règlement de la paix de la première guerre mondiale

Recherche de solutions Chapitre 1 : La première guerre mondiale iconLe Moyen-Orient dans la Première Guerre mondiale






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com