Enseigner la France et ses territoires en géographie





télécharger 13.56 Kb.
titreEnseigner la France et ses territoires en géographie
date de publication14.05.2017
taille13.56 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
Enseigner la France et ses territoires en géographie
Compte-rendu de la table ronde organisée par l’Inspection générale d’histoire et de géographie
1. Un constat inquiétant :

Force est de constater que nos élèves sont mieux formés à la géographie du monde qu’à celle de la France. Toutes les évaluations des acquis des élèves nous donnent des résultats convergents.
- A la fin du primaire, rares sont les élèves qui maîtrisent toutes les compétences sur cette question qui devraient être acquises à l’issue du cycle 3.
- A la fin du collège, le bilan est tout aussi contrasté : si l’on se fonde sur ce qui peut être évalué au DNB, on serait tenté d’être optimiste : l’épreuve sur les repères est moyennement réussie. Les élèves savent en majorité repérer sur une carte leur région et quelques très grandes agglomérations (Paris, Marseille), quelques grandes agglomérations (Bordeaux, Clermont-Ferrand, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Nantes, Nancy, Nice, Paris, Strasbourg, Rennes, Rouen, Toulouse), les régions administratives, les DOM et les TOM.

Il est vrai qu’on leur demande rarement de placer toutes les villes et beaucoup de régions administratives

Mais à leur entrée en Seconde, le bilan d’ensemble n’est pas aussi satisfaisant pour les régions administratives et de nombreuses agglomérations dont la localisation n’est pas maîtrisée
- A la fin du lycée, si la situation s’est un peu améliorée, elle est loin d’être bonne comme on peut le constater en hypokhâgne.
Dans les concours de recrutement d’enseignants, la situation est même plus inquiétante.

Au CAPES externe, à l’épreuve du commentaire de document, à l’oral, passée par les historiens (90% des admissibles) les sujets portant sur la France donnent des notes inférieures de 1,5 points à tous les autres sujets portant sur la question de géographie thématique ou sur la géographie d’un autre pays ou d’un autre continent. Il est vrai que si le dossier contient une carte topographique, cela pénalise beaucoup de candidats qui découvrent ce « curieux document ». Tout se passe comme si les futurs professeurs connaissaient mieux l’Afrique ou l’Amérique du Sud que la France !

A l’épreuve de leçon de géographie orale, passée par les géographes, les résultats sont trop contrastés pour que les moyennes soient significatives ; mais en moyenne 1 à 2 points inférieurs aux autres sujets.

Même remarque lorsque, à l’écrit, la question porte sur la France.
2. Quelques éléments pour éclairer cette situation déplorable
D’une manière générale, l’enseignement de la géographie est sacrifié au profit de celui de l’histoire (rapport de 1/3- 2/3 du temps de cours). Une majorité d’enseignants, maîtrisant mal le programme d’histoire, accordent à celui-ci un temps excessif et on constate que c’est surtout la géographie de la France qui pâtit de ce traitement inégal. De surcroît, les nombreux enseignants qui traitent le programme de géographie dans l’ordre de son écriture n’abordent l’étude de la France et de ses territoires qu’à la fin de l’année ce qui a pour conséquence un traitement beaucoup trop rapide, souvent bâclé de ces questions, faute d’un temps suffisant.
Ainsi le programme de 2002 du primaire :

  1. Regards sur le monde

  2. Espaces européens : une diversité de paysages

  3. Espaces français

  4. La France à l’heure de la mondialisation


Ainsi le programme de quatrième, actuel

  1. le continent européen

  2. la France : unité, diversité, l’aménagement du territoire, les grands ensembles régionaux


Ainsi le programme de première

  1. l’Europe des États et des régions

  2. réseaux et flux en Europe et en France

  3. la France et son territoire


Pour comprendre la situation, il faut ajouter une mauvaise compréhension et gestion de certains programmes : par exemple, ceux du collège qui dissocient l’étude du territoire en quatrième et celle de la puissance en troisième
Enfin, pour le lycée il faut tenir compte du fait que les questions portant sur la géographie de la France ne sont pas évaluées au baccalauréat
Or, enseigner la France n’est pas plus difficile qu’enseigner les Etats-Unis ou l’Amazonie.
3. Les solutions :
Aujourd’hui,

    • d’une part, l’inspection générale rappelle que l’ordre de traitement du programme de géographie peut être bouleversé. Il est indispensable de se reporter au document d’orientation sur la mise en œuvre du programme de première diffusé par l’inspection et en ligne sur le site eduscol (www.eduscol.education.fr). Il indique des préconisations pour traiter ce programme.




    • D’autre part, nous sommes dans une phase de rénovation des programmes. Tous intègrent la nécessité de refonder l’étude de la France.


Les programmes qui viennent d’être rédigés pour le collège tiennent compte de ces nouvelles logiques d’une rupture avec l’approche continentale. La France peut être présente à tous les niveaux. De même au lycée, l’étude des différents échelons territoriaux (local, régional, national, européen, mondial) permettent, avec les emboîtements d’échelles, de définir les enjeux, les acteurs, les moyens de gestion territoriale, base indispensable à la formation citoyenne et à la construction des identités nationale et européenne.


    • Même les jurys de concours de recrutement d’enseignants (agrégation, CAPES) rénovent l’écriture des questions de géographie de la France afin de relancer une dynamique, au niveau des préparations universitaires, de cette étude fondamentale à la formation de tout citoyen. La question traditionnelle sur la France est désormais thématisée pour deux ans ; exemple : « la France : aménager les territoires ».

(On pourra par exemple se reporter au dossier « Construire les territoires » paru dans Historiens et Géographes en juillet-août 2008, dossier n° 403)
Enseigner la France et ses territoires s’impose comme une nécessité incontournable si l’on considère que l’histoire et la géographie font partie du socle commun et du tronc commun des disciplines obligatoires et constituent ainsi une base fondamentale de la culture citoyenne des élèves.

similaire:

Enseigner la France et ses territoires en géographie iconGroupe de formateurs d’histoire-géographie – Dijon – Lundi 21 mars 2011
«Territoires européens : régions, États, Union», «la France, des territoires en mutation» (article intéressant sur les «pays»)

Enseigner la France et ses territoires en géographie iconEnseigner de la géographie aux jeunes écoliers du primaire en France
«géographie ancienne et sacrée» qui sert de cadre à l’étude des textes anciens écrits en latin dans le cadre des humanités, mais...

Enseigner la France et ses territoires en géographie iconEnseigner et representer les territoires
«territoire» apparaît dans le discours scolaire, bien qu’il soit rarement défini avec précision

Enseigner la France et ses territoires en géographie iconAnimation pédagogique «Enseigner l’histoire et la géographie au cycle 3»

Enseigner la France et ses territoires en géographie iconEnseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire

Enseigner la France et ses territoires en géographie iconL’ocp sur ses territoires

Enseigner la France et ses territoires en géographie iconAteliers didactiques. Ii/Après-midi : Ateliers didactiques : Le sujet...
«L’union Européenne et ses territoires») peut être le premier sujet d’étude abordé en géographie pour le programme de Terminale Bac...

Enseigner la France et ses territoires en géographie iconSujet d’étude I. L’Union Européenne et ses territoires

Enseigner la France et ses territoires en géographie iconTerritoires et nations en europe
...

Enseigner la France et ses territoires en géographie iconDes pistes pour enseigner la géographie
...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com