La presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels





télécharger 0.64 Mb.
titreLa presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels
page1/12
date de publication19.05.2017
taille0.64 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12
CONNAISSANCE SUR LA SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

OUSMANE YAMEOGO

Technicien supérieur en santé et sécurité au travail

70 06 87 22 – 78 29 79 90 – 76 62 22 97

ousmane.yam76@yahoo.fr
PLAN DU COURS
A - OBJECTIF GENERAL:


  • Acquérir des compétences en santé et sécurité au travail


B - OBJECTIFS SPECIFIQUES :
A la fin du cours les apprenants en SST doivent être capables de :

  • connaître le concept et l’évolution de la SST

  • définir : risque ; facteur de risque ; risque acceptable…

  • définir : accident de travail et maladie professionnelle

  • connaître les principes de la prévention des risques professionnels

  • citer les partenaires de l’agent de santé au travail

  • connaître les indicateurs en SST

  • construire l’arbre des causes d’une lésion

  • reconnaître les nuisances sonores et lumineuses

  • participer à la prévention des maladies professionnelles


C - CONTENU DU COURS :


  1. LE CONCEPT ET EVOLUTION

  2. LES FACTEURS DE RISQUES EN MILIEU DE TRAVAIL

  3. QUE FAIRE DANS UN LIEU DE TRAVAIL DANGEREUX

  4. LES ETAPES A SUIVRE POUR ASSURER SA SECURITE

  5. LA PRESENTATION DE LA DEMARCHE D’ANALYSE DES RISQUES PROFESSIONNELS

  6. LES RISQUES PROFESSIONNELS

  7. LA CONVENTION COLLECTIVE

  8. LE BRUIT

  9. L’ECLAIRAGE

  10. LES AMBIANCES THERMIQUES

  11. AERATION, ASSAINISSEMENT

  12. LES MALADIES DUES AUX POUSSIERES

  13. LES INFECTIONS ET PARASITOSES PROFESSIONNELLES

  14. LES DERMATOSES PROFESSIONNELLES

  15. LES PESTICIDES

  16. LA PREVENTION ET LA PROTECTION

INTRODUCTION
Les problèmes de santé et sécurité au travail auxquels fait face l’Afrique sont multiples. Au moment où les risques traditionnels tels que l’exposition aux bruits et à la poussière ne sont pas encore pris en compte d’une manière effective, les nouveaux risques, tels que l’importation des produits toxiques, le nombre d’heures devant les écrans d’ordinateurs, le stress au travail y sont introduits. Le fardeau des problèmes de santé liés au travail est par conséquent élevé et varie d’une sous-région, d’un pays et d’une communauté à l’autre.

Dans le même temps, l’on observe une mutation importante des ressources humaines.

L’économie des pays n’a pas permis l’intégration complète des ressources humaines dans le développement économique, et un énorme secteur informel s’est constitué au cours des années. Les estimations actuelles attestent qu’en Afrique plus de 60% des forces vives se trouvent dans le secteur informel. Beaucoup d’enfants ont intégré la population active, les privant souvent d’éducation et de la vie d’enfant. Pour ces groupes de travailleurs, les conséquences de la pauvreté telle que la malnutrition, l’habitat précaire et le manque de soins de santé de base sont combinés aux méfaits des mauvaises conditions de travail.

Pour toutes ces raisons, l’OMS et le BIT ont décidé de joindre leurs efforts pour renforcer les capacités des pays dans le domaine de la santé et sécurité au travail, tant dans le secteur formel qu’informel, à travers l’Effort Conjoint OMS/BIT pour la Santé et Sécurité au Travail en Afrique, récemment formalisé à Harare.

Un travail ne peut être décent que s’il est sûr et salubre. Un travail bien payé qui comporte des dangers n’est pas un travail décent. Des travaux effectués en toute liberté, mais qui exposent les travailleurs à des risques pour leur santé, n’est pas un travail décent. Un contrat de travail équitable portant atteinte au bien-être des personnes qui l’exécutent n’est pas un travail décent. Un travail décent doit être un travail en sécurité. 1

Dr Scherrer a partagé son expérience en médecine tropicale qui lui a permis d’une part de remarquer qu’il est difficile de faire la médecine du travail sans penser aux prestations, à la formation et à la recherche et d’autre part de dégager les principes directeurs de la santé sécurité au travail que sont :
- le principe de l’égalité

- le principe de l’autorité

- le principe de visibilité

- le principe de transdisciplinarité.
I - CONCEPT ET EVOLUTION

  1. DEFINITIONS

    1. Les services de santé au travail

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation Internationale du Travail (OIT), la sécurité et santé au travail serait un état de bien-être physique, mental et social optimal résultant d’un milieu de travail sûr et salubre dans lequel les travailleurs pourraient exercer une influence sur leur propre travail et accomplir des tâches professionnelles motivantes. Cette notion de sécurité et santé au travail inclut aussi bien la sécurité, l’hygiène, la prévention de tous les risques professionnels, que l’amélioration des conditions de travail et la prise en compte des facteurs liés à l’environnement du système de travail. Cette définition large fixe en même temps les objectifs du système de santé au travail et les missions des institutions intervenant dans ce système.
Ce sont des services investis de fonctions essentiellement préventives et chargés de conseiller l’employeur, les travailleurs et leurs représentants dans l’entreprise en ce qui concerne les exigences requises pour établir et maintenir un milieu de travail sur et salubre, propre à favoriser une santé physique et mentale optimale en relation avec le travail et l’adaptation du travail aux capacités des travailleurs compte tenu de leur état de santé physique et mentale.

C’est une équipe intégrée, polyvalente et multidisciplinaire offrant tous les services nécessaires pour améliorer la santé au travail et le milieu de travail, promouvoir la santé des travailleurs et, en général, développer les aspects structurels et administratifs nécessaires à la sécurité et la santé sur les lieux de travail.2

    1. La sécurité

Selon le petit Larousse illustré la sécurité représente:

  • Une situation où l’on n’a aucun danger à craindre

  • Se dit de choses destinées à empêcher un accident, à atténuer un inconvénient. 3


De plus, Koys et De Cotiis, un climat de sécurité est considéré comme un résumé des perceptions saillantes que les travailleurs ont de leur milieu de travail. Les perceptions sont les descriptions du vécu d’un individu au sein d’une organisation plutôt que ses réactions d’appréciation affective à ce vécu. 4

Toujours en matière de sécurité dans l’entreprise, c’est l’ensemble des moyens et techniques qui concourent à la protection des travailleurs et à la prévention du risque d’accident et qu’elle fait l’objet d’une série de disposition parfaitement codifiées et les textes législatifs et réglementaires qui la régissent doivent être parfaitement connus des travailleurs et des employeurs.

1.3. L’hygiène

Selon le petit Larousse illustré l’hygiène se définit comme l’ensemble de règles et de pratiques relatives à la conservation de la santé.1

C’est aussi la partie de la médecine qui traite des milieux où l’homme est appelé à vivre, et de la manière de les modifier dans le sens le plus favorable à son développement.

Pour A-BREMANT, l’hygiène est une science qui a pour but de rechercher quelles sont les meilleures conditions pour conserver sa santé. L’étude de l’hygiène est un devoir absolu ; car l’homme est responsable de sa santé et de sa vie non seulement envers Dieu, mais encore envers lui-même et la société, dont il est un des membres constitutifs.4

Toujours pour le même auteur c’est la science qui enseigne ce qu’il faut faire pour se bien porter.

    1. Hygiène et sécurité

C’est l’ensemble des lois, règlements, dispositions générales et prescriptions concourant à la prévention des risques professionnels et au mieux- être des travailleurs à leur poste de travail, ainsi que les actions menées dans ce but.5

    1. Les fonctions d’un service de sécurité et santé au travail

Pour protéger et promouvoir la santé des travailleurs, le service de santé au travail doit répondre aux besoins particuliers de l’entreprise et des personnes qui y travaillent. Vu l’ampleur et la diversité des activités industrielles, commerciales, agricoles et autres activités économiques, il est impossible de formuler, pour les services de santé au travail, un programme d’activités détaillé ou un modèle d’organisation et des conditions de fonctionnement qui conviennent à toute les entreprises et dans toutes les circonstances.

Les fonctions d’un service de santé au travail sont de protéger et de promouvoir la santé des travailleurs, d’améliorer les conditions et le milieu de travail et de protéger la santé dans l’entreprise toute entière en fournissant des services de santé au travail aux travailleurs et en donnant des conseils d’expert à l’employeur sur la façon de satisfaire aux normes les plus rigoureuses possible en matière de sécurité et de santé, dans l’intérêt de la communauté professionnelle particulière qu’il dessert.

  1. L’évaluation préliminaire de l’entreprise

  2. La surveillance du milieu de travail

  3. Informer l’employeur, la direction de l’entreprise et les travailleurs des risques pour la santé au travail

  4. L’évaluation des risques pour la santé

  5. La surveillance de la santé des travailleurs

  6. Les mesures de prévention et de contrôle

  7. Les services de premiers secours et la capacité d’intervention en cas d’urgence

  8. La protection de la santé au travail et les services de santé préventifs et curatifs généraux

  9. La réadaptation

  10. L’adaptation du travail aux travailleurs

  11. La protection des groupes vulnérables

  12. L’information, l’éducation et la formation

  13. Les activités de promotion de la santé

  14. La collecte de données et la tenue de dossiers

  15. La recherche 2



  1. HISTORIQUE ET EVOLUTION DU CONCEPT DE LA MEDECINE DU TRAVAIL

    1. Historique

C’est une notion évoquée par HYPPOCRATE sur la souffrance des ouvriers qui brassaient les pièces d’étoffes dans les bains de teinture mais surtout par GALLIEN qui par ses observations sur les maladies des mineurs dévolus à l’extraction du sulfate de cuivre attire le premier l’attention sur l’action et l’influence que peut avoir les conditions et les milieux de travail sur la santé des travailleurs. 5

Ainsi PARACELSE, en 1527 attira l’attention sur la nocivité des métaux et les maladies des mineurs, ce qui fut confirmé par AGRICOLA en 1530.

Plus tard RAMAZZINI rédige le premier traité des maladies des artisans. Au 17eme siècle le développement industriel avec l’introduction de nouveaux moyens «  procédé – méthode  et organisation du travail »accentue l’incidence de certains risques sur la population actif du caractère professionnel de certaines affections, les corporations des travailleurs en font de la maladie du travail sous la responsabilité de l’employeur.5

Ces revendications deviennent légitimes quand en 1775 POTT décrit le 1er cancer de l’homme au travail, le cancer du scrotum des Ramoneurs. 5

    1. Historique des infirmiers du travail

Les prémières surintendantes d’usines, ancêtres des infirmières en santé –travail existent dès 1916, soit trente ans avant le texte de 1946 rendant obligatoire la médecine du travail en France. Leur attention au « facteur humain », leur approche multidisciplinaire, leur action originale sur les conditions de travail…les distinguaient de leurs prédecesseurs institués en 1892-1893(inspecteurs du travail et médecins d’usine des insdustries à risques) ; parmi leurs multiples fonctions c’est surtout l’accompagnement social auprès des ouvrières et ouvriers que l’histoire retiendra…

« Tiraillée entre patronat, syndicats d’ouvriers et médecine libérale », la médecine du travail poursuivra, elle, son évolution (avec l’apparition notamment du tiers temps médical pour l’analyse de l’hygiène des locaux et l’adaptation des conditions de travail…) les textes de sa recente reforme de 2002-2004 :

  • Confirment la notion de prévention et de multidisciplinarité ;

  • Renforcent le rôle des intervenants en prévention des risques professionnels ;

  • Impliquent une évolution des missions de l’infirmier 6



    1. évolution

La réforme du milieu de travail mise en œuvre dans la plus des pays industriels au cours des années soixante dix et quatre vingt à donné lieu à l’élaboration de directives et d’instruments internationaux importants. En 1976, le BIT lançait le Programme International pour l’Amélioration des Conditions et milieu de Travail (PIACT). 2

Parallèlement, la stratégie mondiale de la santé pour tous d’ici l’an 2000, lancée par l’OMS en 1979 a donnée lieu dans les années quatre vingt, à l’adoption de stratégies régionales et nationales axées sur la santé des travailleurs. En 1987, l’OMS lançait un plan d’action pour la santé des travailleurs et en 1994, les Centres collaborateurs de l’OMS pour la santé au travail formulaient la Stratégie mondiale pour la santé au travail pour tous, approuvée par le Conseil exécutif de l’OMS et adoptée à l’unanimité par l’Assemblée mondiale de la santé en mai 1996.

La convention n° 155 et la recommandation n°164 sur la sécurité et la santé des travailleurs(1985), de même que la convention n° 161 et la recommandation n°171 sur les services de santé au travail(1985), ont accru l’influence de l’OIT sur le développement de ces services.

Au 31 mai 1995, quarante pays avaient ratifiés ces conventions.

Jusqu’en 1984 on décrivait 3 étapes:

  1. Etape descriptive : la simple description des risques supposés avoir un lien avec la profession

  2. Etape curative : intervenue avec la notion de prise en charge, d’abord les accidents de travail puis les maladies professionnelles exprimées en devoir pour l’employeur et en droit pour le travailleur.

  3. Etape préventive : affirme qu’aucun accident n’est accidentel et qu’un accident a au moins une cause.2

La promotion de la santé et sécurité au travail est l’affaire de tous. Les travailleurs de tous les secteurs doivent être informés, formés et doivent participer activement au rayonnement du « bien-être » au travail préconisé par l’organisation Internationale du Travail (OIT).

La loi sur le Bien-être au travail publiée le 4 août 1996 requiert que l'employeur assure la sécurité et la santé des travailleurs dans tous les aspects liés au travail, en mettant en œuvre les principes généraux de la prévention:

- Les principes généraux de la prévention des risques professionnels2
1. Eviter les risques;

2. Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités;

3. Combattre les risques à la source;

4. Adapter le travail à l’homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé ;

5. Tenir compte de l’état d’évolution de la technique;

6. Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n’est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux;

7. Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l’organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants, notamment en ce qui concerne les risques liés au harcèlement moral;

8. Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle ;

9. Donner les instructions appropriées aux travailleurs.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

La presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels iconRésumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise...
...

La presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels iconPrésentation de la démarche de la Fondation de France
«coopérative d'habitation à vocation sociale avec programmation participative» en utilisant le nouveau statut des «sci d'accession...

La presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels icon04. 10. 2015 : 399. Tests de cosmétiques
«Peut-on se laver, se raser, se maquiller sans risques ?» Le magazine 60 millions de consommateurs de l'Institut national français...

La presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels iconAnalyse critique du champ socio-politique des risques techniques et sociaux
«comportemental» du risque a évolué. IL a été repris en tant que tel dans le vaste secteur des idéologies de masse pour situer moralement...

La presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels icon2 Facteurs de risques; généralités 3 Identification des facteurs de risques

La presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels iconFace aux risques de l’existence (ou «risques sociaux») : de la charité au welfare state
«Le peuple dans ses peines, dans sa misère, en face des maladies et des accidents de la vie, n’avait qu’un moyen, la pitié, qu’un...

La presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels iconTwitter : questionnement sur les usages par les professionnels de la communication
«Pour les professionnels de la communication des organisations, quelles potentialités du distic twitter dans ses dimensions stratégiques...

La presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels iconDoctorants et nouveaux docteurs : des jeunes professionnels reconnus ?
«Doctorants et nouveaux docteurs : des jeunes professionnels reconnus ?» (l’aspect professionnel, c’est le grand dada de la cjc)

La presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels iconLe programme d’une analyse linguistique du texte littéraire
«analyse du discours littéraire», aisi que l’unification synthétique du champ est plutôt assumée en France par D. Maingueneau

La presentation de la demarche d’analyse des risques professionnels iconRencontre avec des professionnels






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com