La mission, oui





télécharger 19.02 Kb.
titreLa mission, oui
date de publication20.05.2017
taille19.02 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
La mission, oui,

mais à quelles conditions et comment ?


  1. Il faudra d’abord que nous devenions ce que nous avons à être ;

  2. Cette mission, il nous faut la remplir dans un joyeux amour de Dieu, du monde et des hommes ;

  3. Pour bien la remplir, il nous faudra la joie de l’audace du Christ lui-même.




  1. Devenir ce que nos avons à être

  • La vie du témoin n’est pas tant dans ce qu’il fait que dans ce qu’il est. Etre missionnaire, c’est une vie, pas un métier ! « Les gens ne devraient pas tant se préoccuper de ce qu’ils doivent faire, disait maître Eckardt, ils feraient mieux de s’occuper de ce qu’ils doivent être. Si nous-mêmes et notre manière d’être sommes bons, ce que nous ferons rayonnera ».

  • Pour que cela soit, laissons-nous maintenant saisir par la joie, cette joie qui traverse toute l’Histoire du Salut et qui seule peut nous empoigner, s’emparer de nous, nous jeter en elle et métamorphoser nos vies. ( cf parcours biblique de l’annexe)

  • Mais il n’y a pas que la Bible qui parle de joie. Les écrivains et les philosophes contemporains en parlent eux aussi et, ce faisant, il arrive qu’ils nous provoquent. Ecoutons-les. (cf annexe p 3 –1,2,3)




  1. Le joyeux amour de Dieu, du monde et des hommes

Si nous voulons être missionnaires, il nous faut être brûlants d’amour.


  1. brûlants d’amour pour Dieu

La 1ère caractéristique de toute vie apostolique est d’être un partage de la vie même du Seigneur. Partage qui ambitionne la conformité avec le Christ, grâce à l’alliance avec Marie et grâce à :

  • la méditation de la Parole : la Parole nous nourrit, nous donne vie et nous rend capable de renvoyer le sourire de Dieu aux hommes de notre temps, en même temps qu’elle nous introduit dans un monde plus vaste ;

  • la pratique assidu de la prière. Si notre apostolat nous enlève le temps de prier, il y a quelque chose qui ne va pas… La prière nous pousse hors de notre petit univers et nous introduit dans l’univers même de Dieu. Elle remet nos cœurs à neuf et les guérit de leurs peurs, de leur frilosité . Elle ouvre nos cœurs aux initiatives secrètes de Dieu lui-même. Laissons-nous emporter dans le mouvement de l’Esprit… Alors : ‘Nous ne prions pas, nous sommes priés’ – Maître Eckhart. Quelle joie !




  1. brûlants d’amour pour le monde

Souvenons-nous de ce que disait Sulivan : « Pécher contre la chair du monde, c’est pécher contre la chair de Dieu ».

Le P. Stenger, évêque de Troyes et président de Pax Christi France, dit qu’il faut se sentir sympathisant du monde et solidaire avec lui. Ne convient-il pas d’aller plus loin que la sympathie (même au sens étymologique de ‘souffrir avec’) ? Ne faut-il pas aller jusqu’à brûler d’amour, comme fit le Créateur lui-même et le Christ Rédempteur ?

Bien sûr qu’il faut accepter de se laisser blesser par la souffrance du monde : « c’est en des lieux de calvaire qu’on peut rencontrer Dieu », a dit un théologien, et, dans notre monde, Dieu nous précède toujours sur le terrain, lui qui a pris le risque de l’Incarnation. Rejoignons-Le au cœur du monde, le cœur brûlant d’amour, et, avec Lui, agissons : « que notre théologie soit une théologie de la cité et des places du marché » (idem). Pour cela, employons un langage qui puisse être compris.

Et puis, comme saint Jérôme, ayons de l’audace : « Sciens et prudens, manum misi in ignem » = En pleine connaissance de cause, j’ai plongé la main dans le feu.

Aurons-nous l’audace d’en faire autant (ou préférons-nous ne pas être dérangés) 

  • tout en sachant que, dans notre société, toute affirmation est perçue comme totalitaire et suspecte et que notre société multiculturelle rejette la prétention à l’absolu, elle qui a l’habitude du supermarché des valeurs ;

  • tout en sachant aussi, avec saint Thomas d’Aquin, que « le recours à l’autorité est le plus faible des arguments »…, surtout dans une société individualiste et qui semble avoir perdu ses repères.




  1. brûlants d’amour pour les hommes

Des hommes qui, dans ce monde tel qu’il est, veulent vivre à leur propre rythme, par essais, tâtonnements successifs, erreurs, retours en arrière… et qui pensent qu’une deuxième chance est accordée à chacun. Ils cherchent une sagesse individuelle qui respecte leur liberté.

C’est la prière, disions-nous, qui nous permet d’ouvrir tout grand notre cœur aux autres.

  • « Ma vocation, disait Thérèse de Lisieux, c’est l’amour ». Et nous ? Avons-nous lu, par ex, Dieu est amour de Benoît XVI ?

  • Commentant l’évangile de saint Jean, saint Augustin s’écriait : « Montre-moi quelqu’un qui aime, car il comprend ce que je dis ». Sommes-nous ce quelqu’un qui aime ?

  • L’amour pousse à donner sa vie pour les autres, dans la joie.

  • Mais l’aboutissement de notre amour sera une dépossession. C’est lorsque nos flancs sont grand ouverts que peut jaillir l’eau vive.

  • Alors seulement notre amour pourra être un amour joyeux, celui-là même qui osera implorer Dieu de se faire irrésistible pour les hommes de notre temps.




  1. La joie de l’audace du Christ lui-même

  • Pour que la joie de l’audace nous vienne, il faut que nous prenions conscience combien fut audacieux le Christ lui-même quand il a su combler la distance entre la vie du Père et ce qui, dans le monde, en était le plus éloigné, aliéné et blessé.

  • Nous n’aurons une parole d’espérance que si nous entrevoyons de l’intérieur la souffrance et le désespoir des hommes ;

  • Nous n’aurons pas pour eux de compassion sans connaître en quelque sorte comme nôtres leurs échecs et leurs tentations ;

  • Nous n’aurons pas de paroles qui proposent un sens à la vie des gens à moins d’avoir été touchés par leurs doutes et d’avoir entrevu l’abîme… ( = 1 beau risque de la mission).

  • Comment le Christ s’y est-il pris ? Regardons-le faire à travers l’évangile des disciples d’Emmaüs.




  1. Une démarche d’accompagnement Tout d’abord, Jésus marche avec les disciples alors qu’ils s’enfuient.

  • en quelque sorte, il les accompagne dans leur fuite, voire dans leur désespoir : fuir Jérusalem n’est-il pas, pour eux, un acte de désespoir ?

  • il ne les arrête pas, il ne leur barre pas la route au nom de son autorité. Mais il marche avec eux, il entre dans leur maison, il partage leur pain. Ce faisant, il donne autorité à leur expérience et devient du fait même crédible pour eux.

  •  Pour avoir aujourd’hui une autorité convaincante, nous devons partager le chemin des personnes, entrer dans leurs peurs, être touchés par leurs déceptions, leurs questions, leurs échecs et leurs doutes.




  1. une démarche de dialogue

  • Jésus, tout en accompagnant les disciples, entre en dialogue avec eux, faisant confiance à leur intelligence. « Commençant par Moïse et parcourant tous les prophètes, il leur interpréta dans les Ecritures ce qui le concernait ».

  • Il se met aux prises avec leur intelligence

  • Il essaie de donner sens – grâce au recours à la Parole- à leur expérience.

  • Nous voyons là l’autorité de la raison, même si ce n’est qu’un premier pas.

  •  dans le dialogue, nous devrons nous adresser à l’intelligence des femmes et des hommes d’aujourd’hui pour leur montrer, dans l’évangile, la signification de leur expérience. N’oublions pas, l’Esprit nous précède toujours…


c) une démarche de partage

  • Jésus a ensuite accepté de partager leur logis avec les pèlerins, avant de partager avec eux la table.

  •  à notre tour d’accepter ce que les autres ont à offrir : leur hospitalité, leur langage, leur culture (ou leur absence de culture), leur pain…

  • Qu’ils soient pauvres, émigrés, divorcés, homosexuels, toxicomanes, divorcés, personnes ayant eu recours à l’avortement… Il faut donner autorité à leur expérience (si douloureuse soit-elle – mais habitée elle aussi par la Parole), pour que notre témoignage puisse avoir chez eux une quelconque autorité. Avoir des paroles de bienvenue et non de condamnation, des paroles qui rassemblent pour le Royaume, au lieu d’exclure…NB. Cela peut être mal compris, mais notre Maître lui-même n’a-t-il pas fréquenté les publicains et les prostituées ?




  1. une démarche de confiance, qui suscite la foi du cœur

  • Les yeux des disciples s’ouvrent lorsqu’ils voient Jésus rompre le pain. « Notre cœur n’ était-il pas brûlant … ? »

  • Voilà ce que nous aurons à faire à un moment ou à un autre nous aussi : poser le geste, le signe, oser la parole, le témoignage qui rende présent le Seigneur…

  • Chez les disciples d’Emmaüs, la fraction du pain a suscité la « foi du cœur » chère à Chaminade. Le récit culmine dans le retour des disciples à Jérusalem pour témoigner de ce qu’ils ont vu. Cela ne finit pas par leur soumission à la parole d’autrui, mais par la proclamation de leur propre expérience, proclamation jaillie du cœur embrasé. A leur tour, ils deviennent eux-mêmes autorité parce qu’ils ont rejoint la Parole en eux, présente comme une source prête à jaillir. Et c’est de leur propre liberté qu’elle jaillira (exactement ce qu’a voulu le Ressuscité qui les avait rejoint dans leur fuite).


Voilà comment, à l’image du Maître, nous pouvons aujourd’hui, chacun ds sa Famille spirituelle, être missionnaire. Voilà l’audace que je nous propose, la joyeuse audace imitée du Maître de toute Joie et de toute audace.

Laissez-moi finir par trois citations d’écrivains contemporains que je vous laisserai méditer ensuite : il s’agit de Nietzsche, Bernanos et Cesbron.

Avec eux, nous voyons bien que la mission est une question de bonheur, de joie (celle des apôtres sur le Thabor ?). Puisse la nôtre surgir et être contagieuse, d’une irrésistible contagion.
Roger Bichelberger

similaire:

La mission, oui iconMission Catholique
«la mission de l’Eglise est de porter patiemment témoignage de Celui qui désire attirer à lui toute la création et chaque homme et...

La mission, oui iconLes materiels du crimson circle
«Ahhh !» lorsqu’il le met Ahhh. Oui, un peu de couleurs, un peu de style. Oui

La mission, oui iconLa congregation de la mission, en france, 1947-2015
«Les Frères de la Mission» Document du Conseil Général cm, 1990, Vincentiana 1990

La mission, oui iconEntretien de l’artiste-peintre Florent Moutti avec Fabio
Oui et non. Oui, parce que la France est un pays qui a accepté beaucoup de nationalités différentes et où IL y a beaucoup de cultures....

La mission, oui iconPremiere partie : histoire (13 points)
«mission de Jean Moulin». Qui est cette personne, quelle est cette mission et qui lui a confiée ? (1,5pt)

La mission, oui iconLittérature et Société Dossier Ciné Astérix Mission Cléopâtre
«Astérix Mission Cléopâtre» est donc un choix qui nous tient particulièrement à cœur et un des points communs des membres de notre...

La mission, oui iconBulletin gratuit de liaison de la communauté de la Cathédrale de...
«Le Seigneur dit : “J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu ses cris sous les coups des...

La mission, oui iconRapport de mission

La mission, oui iconOffres de mission

La mission, oui iconExtrait : La Cavalerie
«Y a-t-il quelqu’un qui veuille m’écrire des chansons ?» Et une voix répond : «Oui.» C’est Étienne Roda-Gil






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com