Entraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle





télécharger 0.89 Mb.
titreEntraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle
date de publication20.05.2017
taille0.89 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
3 septembre
141


Fair-play, l’heure des lauriers !

Remise des trophées le 14 septembre au Musée Würth à Erstein
Prime à l’exemplarité


Le rendez-vous est désormais ancré dans cette rentrée du football alsacien. Des seniors aux jeunes (U15/U15F et DH U14/U16), les clubs sont conviés à la remise des Trophées du Fair-Play au Musée Würth à Erstein, le dimanche 14 septembre (9h30). Parmi les lauréats, deux équipes de l’US Oberlauterbach et du FC Wintzfelden/Osenbach 06.
entraîneur. « Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle- ment, je ne me rappelle pas qu’un joueur m’a déjà manqué de respect ».
à ses joueurs de commettre une faute pour « casser une action » et qu’à partir de là on ne peut pas contester un carton s’il est justifié. Sur le coup de l’énerve- ment, dans le feu de l’action, je peux le concevoir, mais des gestes déplacés,


« Au risque de vous décevoir, on ne fait rien de particulier, on demande sim- plement aux joueurs de respecter les règles, ça fait partie des valeurs qu’on essaie d’inculquer au club depuis des années ». Richard Kraemer, le pré- sident d’Oberlauterbach, sourit quand on lui parle de « fair-play », pour lui, il se conjugue au quotidien. Même son de cloche, à Wintzfelden/Osenbach. Là-bas, l’équipe dirigeante autour du président Damien Burgsthaler, a fait du fair-play

A Wintzfelden comme à Oberlauterbach, ici le président Richard Kraemer, l’esprit sportif se vit au quotidien (photo lafa.fff.fr).

son cheval de bataille. « Il y a trois sai- sons encore, on avait constaté une recrudescence des cartons ou autres sanctions et c’était surtout devenu une charge financière pour le club. J’ai repris la présidence depuis un an et demi et je resterai fidèle aux principes mis en place par mon prédécesseur. Cela me tient à cœur car sans respect il n’y a pas de sport » insiste le jeune président. L’esprit sportif, la conduite sur un terrain et autour, sont des vecteurs d’éducation et de culture. Dans les deux clubs, on ne badine pas avec ce que les dirigeants considèrent comme la base du fair-play, des valeurs qu’on retrouve dans le projet

« J’ai rêvé le foot ».

Dans les Vosges du Nord comme dans la Vallée Noble, le football doit rester un moment privilégié, peu importe l’engage- ment et l’enjeu. « Ici on fonctionne comme ça, c’est dû, sans doute, à une certaine régularité au sein du club et les anciens sont peut- être un peu plus calme que les jeunes » continue Richard Kraemer. Il est rejoint par Fabrice Muller, joueur-

Damien Burgstahler avoue que dans son club, c’était un peu plus difficile, mais les règles mises en place depuis peu sont bien assimilées : « On reste intransigeant sur les cartons. Toutefois, on prend en compte le fait qu’une faute est intention- nelle ou pas. S’il le joueur a fauté, c’est lui qui paie l’amende ». A Oberlauterbach, pas d’actions spécifiques, chaque joueur s’acquitte d’une petite amende et en fin de saison, les joueurs se réunissent pour un repas en commun. « C’est juste le signe d’une continuité. Mais ce sont sur- tout l’état d’esprit général et les valeurs humaines qui font qu’on a deux équipes en tête. Ici, les gens sont comme ça dans la vie, et ils le montrent aussi sur le ter- rain » résume Fabrice Muller.
L’idée prônée dans les deux clubs, c’est que chaque licencié soit l’ambassadeur du sport et que le football reste l’image de l’école du respect de tous les acteurs qui l’entourent. Un mauvais geste, une contestation n’a pas de place dans leur vitrine, même si Fabrice Muller reconnait que « chaque entraineur a déjà demandé

des contestations je ne tolère pas ».

A Wintzfelden, le club appliquait une sanction « sportive » qui obligeait le joueur à arbitrer un match de jeunes. Mais pour Damien Burgstahler l’amende à plus d’impact que cette obligation.

« Les gestes antisportif, on ne pouvait plus les accepter, à présent on applique les deux s’il s’agit d’un fait grave ».

Déjà primé il y a deux ans, le club d’Ober- lauterbach apprécie à sa juste valeur, le prix qui récompense ses deux équipes séniors. A Wintzfelden, on considère tout simplement que c’est le fruit d’un tra- vail et d’efforts et être classé premier au challenge du fair-play traduit d’une part le slogan du club : « Seul on peut aller vite, ensemble on peut aller loin », car le football n’est pas un sport individuel et l’esprit du sport c’est jouer et prendre du plaisir.
Jean-Marie Holtz


+ d’infos sur la remise des Trophées du Fair-Play


« Un travail à part entière »


Le samedi 13 septembre (8h30 à

12h), la Ligue organise à Strasbourg et Illzach une formation destinée aux secrétaires et nouveaux dirigeants de club. L’occasion pour certains de se lancer dans le grand bain en étant informer et conseiller par la Ligue. Na- bil Ourouh, secrétaire général du FC Sierentz, étaient l’un des participants de la dernière session organisée à Ill- zach, en mai dernier.
C’est un fait : de plus en plus de clubs se structurent et se dotent de moyens pour continuer à grandir. Dans le cadre d’une progression constante visée par la majorité des clubs, le recrutement de secrétaires se révèle bénéfique, voire nécessaire. Pour mener à bien l’éventuelle construction d’un projet de club, ces derniers se doivent d’être déjà formés aux rouages élémentaires dans la gestion d’un club. C’est ainsi que la LAFA propose, le 13 septembre prochain, une formation destinée aux dirigeant(e)s. Au menu ? L’étude d’un certain nombre d’informations admi- nistratives (nouvelles dispositions ré- glementaires, feuille de match, réserve, réclamation…) avec également une partie axée sur la communication.
Après avoir pratiqué le football dès l’âge de 15 ans, tout en se rendant
compte qu’il n’avait plus les capacités physiques pour continuer à jouer régu- lièrement, Nabil Ourouh s’est naturelle- ment tourné vers la formation et l’édu- cation pédagogique. « Je suis arrivé au FC Sierentz il y a 2 ans, témoigne-t-il. L’entraîneur des U17 m’a proposé de le seconder. C’est à ce moment que je me suis découvert une passion à travers l’éducation pédagogique des jeunes. »

Participer

à l’épanouissement des licenciés
L’année dernière, Jean-Louis Sengelen, le président du FCS, lui propose d’occu- per le rôle de secrétaire du club. « Je me consacre depuis peu totalement à cette fonction » souligne un Nabil Ourouh qui conçoit son nouveau rôle comme un

« travail à part entière. Le secrétaire est un maillon important dans la vie admi- nistrative d’un club. »
La formation qu’il a suivi à la LAFA lui a été bénéfique à plus d’un titre. « J’ai pris conscience de l’importance de cette mission. Pour qu’un club puisse bien fonctionner d’un point de vue administratif, et donc d’un point de vue sportif, il est nécessaire d’avoir un secrétaire bien informé. J’ai également
pu me rendre compte que de nom- breuses personnes faisant partie des instances du football sont à notre dis- position pour nous aider à mener à bien cette fonction. » Désormais, les tâches administratives et les divers règlements qui entourent une rencontre n’ont plus aucun secret pour le secrétaire du FC Sierentz. « J’ai pu prendre connais- sance de petites astuces en matière de licence qui évitent toute surprise le jour du match. » Internet et la communica- tion en générale ayant pris une place importante dans la vie de tous les jours, les secrétaires sont également formés dans ce domaine. « J’ai apprécié les différentes suggestions évoquées pour faciliter la communication au sein d’un club. De nos jours, il existe énormément de solutions permettant d’y parvenir (facebook, site web…). Il faut simple- ment bien définir des règles de com- munication. »
Fort de sa petite expérience qu’il s’est forgé depuis deux ans, Nabil Ourouh compte bien apporter sa pierre à l’édi- fice dans la construction du FC Sie- rentz, un club « qu’il aime » et dont il a étudié son histoire afin de bien cerner ses besoins. « Avec Manuel Prieto, qui nous a rejoint cet été en prenant les rênes de l’équipe Une (Excellence), nos présidents, notre éducateur des U19 DH et tous les membres du comité, nous travaillions pour mettre en œuvre notre projet de club. Il a pour but principal de mettre en place une équipe compéti- tive en senior tout en s’appuyant sur les meilleurs éléments de nos équipes jeunes. Nous aspirons également à ce que nos licenciés puissent s’épanouir dans le club. »
Frédéric Gomez


Nabil Ourouh compte bien participer à la progression du FC Sierentz (photo : DR).

Formation des secrétaires et nouveaux dirigeants, le 13 septembre à Stras- bourg et à Illzach : je m’inscris




Page facebook

Tout au long de la saison, l’équipe de rédaction vous invitera à découvrir la page facebook d’un club alsacien. Cette semaine direction le secteur Hardt Trois Vallées, pour un coup de projecteur sur celle de l’AS Berrwiller Hartmannswil- ler qui compte actuellement 395 fans (photo DR). La page facebook de l’AS- BH a été créée le 30 juin 2014.

Détections

U13-U14-U15

Comme chaque année, les dirigeant(e) s

des clubs sont invités à signaler leurs jeunes des catégories U13/U14/U15 (photo lafa.fff.fr) qui participeront au

1er tour de détections, en octobre et novembre prochains : accédez aux formulaires

Fiche comité

Les clubs n’ayant pas encore envoyé

la fiche comité 2014/2015, compor- tant également les correspondants, sont invités à vérifier dans Footclubs l’exactitude des données et de signa- ler, le cas échéant, les éventuels chan- gements le plus rapidement possible concernant : le président, le trésorier, le correspondant senior, le correspondant jeune et le correspondant féminin, le correspondant éducateur et le corres- pondant arbitre. A envoyer au plus vite, car ces changements sont nécessaires pour la prochaine édition de l’annuaire

2014/2015.

Cours pour débutants

Pour celles et ceux qui veulent se lan-

cer dans l’arbitrage, la Ligue d’Alsace leurs propose des cours pour débutants (photo www.fff.fr). Les prochaines ses- sions sont programmées à compter du

26 septembre sur six centres : infos &

inscriptions

Module U6-U7

L’équipe technique de la Ligue pro-

pose, les vendredi 12 et samedi 13 septembre, sur quatre sites, une for- mation spécifique pour l’encadrement des pitchounes et pitchounettes (photo lafa.fff.fr), afin de permettre aux clubs de répondre dès la rentrée au slogan :

« pour chaque équipe engagée, un édu- cateur diplômé » : infos & inscription

L’Officiel - PV

Comme chaque semaine, retrouvez les

derniers PV publiés par les commis- sions de la Ligue : L’Officiel du mardi

2 septembre 2014 + le carnet de famille de la semaine (nouvelles pro- cédures de publication des sanctions disciplinaires : + d’infos).


Agenda du 3 au 9 septembre

Jeudi 4 septembre :

• Éliminatoires Euro 2015, Kazakhstan-France Espoirs (16h15, D17)

• Match amical, France – Espagne (21h, TF1)
Vendredi 5 septembre :

• 5e journée de National, Paris FC-Red Star (20h30, Ma Chaîne Sport)
Samedi 6 septembre :

• 2e journée de D1 Féminine, Guingamp-Paris SG (13h, Eurosport)

• 4e journée de CFA, Mulhouse-Viry Chatillon (15h) et Sarre Union- Drancy (18h)
• 3e journée de CFA 2, Schiltigheim-Sarreguemines et Biesheim-Auxerre

2 (17h), St Louis Neuweg-Epernay et ASIM-Haguenau (18h)

• 5e journée de National, Colmar-Racing (18h, Ma Chaîne Sport)
Dimanche 7 septembre :

• 2e journée de National U17, Racing-St Avold (15h)

• Match amical, Serbie-France (21h, TF1)
Lundi 8 septembre :

• Éliminatoires Euro 2015, France-Islande Espoirs (21h, D17)



Alsace Foot est une publication de la Ligue d’Alsace de Football • Responsable de la publication : Albert Gemmrich, Président de la LAFA Rédaction : Olivier Teissère, Stéphane Heili • Abonnement : Formulaire@lsace Foot


L’intérêt de prévenir...


Le 30 août dernier, à l’occasion du recyclage des éducateurs alsaciens à Benfeld, le Dr Christian Lutz et le pré- parateur physique Nicolas Delpech ont effectué une intervention sur la prévention de la rupture du ligament antérieur du genou, la blessure grave la plus fréquente chez le footballeur. Retour.
30% des blessés feront une rechute dans les cinq ans, soit au même genou, soit à l’autre genou. Le temps écoulé en moyenne avant la reprise de la com- pétition est d’environ 8 mois et on sait qu’à peine 40 % des personnes opé- rées retrouvent leur niveau sportif au bout d’un an. On sait aussi qu’environ un tiers des personnes opérées seront
qu’il y a des facteurs physiologiques et hormonaux », poursuit Christian Lutz,

« la phase ovulatoire chez la femme est propice. Chez le footballeur on sait aussi que le déséquilibre musculaire entre le quadriceps et les ischio jam- biers favorise la rupture du ligament ».
Les sujets qui présentent une grande laxité des articulations et notamment celle du genou seraient aussi plus sou- vent victimes que les autres. « A partir de 12, 13 ans, on peut démarrer, lors des entraînements, un protocole sus- ceptible de réduire le nombre de rup- ture des ligaments croisés », explique Christian Lutz qui s’appuie sur des études scandinaves qui ont démontré que le nombre de blessures avait dimi- nué de 50% lorsqu’un programme de prévention avait été mis en place.



La rupture du ligament croisé du genou est très fréquente chez le footballeur, aussi bien le pro, ici

Falcao, que chez l’amateur (photo DR).

Des exercices simples

Il s’agit d’abord d’identifier les sujets « à

risque », ceux qui auront plus de mal à

Le premier est un des meilleurs spé- cialistes français de la chirurgie répa- ratrice du genou, le second connaît très bien le football pour y avoir longtemps joué mais aussi pour avoir assuré la préparation physique de clubs comme Vendenheim, Geispolsheim ou Vauban, tout en s’occupant également d’athlète comme Benjamin Compaoré, le récent champion d’Europe du triple saut. La rupture du ligament croisé du genou est très fréquente chez le footbal- leur. Elle constitue 25% des blessures graves dans ce sport alors que 45.000 personnes par an, en France, subissent une intervention chirurgicale. Le « pic » se situe entre l’âge de 15 à 20 ans et on sait aussi que les femmes sont, à ni- veau de pratique égale, plus sujettes à cette blessure que les hommes. « C’est un vrai problème de santé publique », explique le Dr Lutz, « il faut savoir que

victime d’arthrose dix ans après l’inter- vention. Vous imaginez alors les consé- quences pour des sujets encore jeune, en plein milieu de leur vie active et même sportive». Sans oublier que 40 % des victimes arrêtent la pratique de leur sport après cette blessure.

Marge

de manœuvre ?

On le sait, la rupture du ligament croisé

du genou intervient de façon méca- nique sur une torsion forte du genou vers l’intérieur ou l’extérieur. Alors est- il possible de prévenir cette blessure ? De nombreuses études ont été lancées. Peu ou pas de réponse au niveau des chaussures utilisées. Si les terrains synthétiques des premières généra- tions avaient été mis en cause, ce n’est plus le cas aujourd’hui. « On sait aussi

stabiliser leur genou sur des exercices de petits sauts. C’est là qu’intervient Nicolas Delpech. Le préparateur phy- sique insiste beaucoup sur l’échauffe- ment qui doit être « minutieux », mais aussi « adapté au travail qui sera effec- tué au cours de la séance ». Le reste du travail de prévention vise au renforce- ment des ischio jambiers afin d’opérer un rééquilibrage musculaire, et à un travail spécifique sur les appuis, les changements de direction, la réception de petits sauts « afin que le joueur com- prenne les bonnes et les mauvaises positions, celles qui sont plus ou moins dangereuses ».


Pour aller plus loin : télécharger le manuel FIFA 11+ sur les exercices à effectuer dans le cadre de la prévention de la rupture du ligament croisé.



Entre félicitations et encouragements



Après la grande rentrée des arbitres de Ligue à Ittenheim, une grande pre- mière, il était encore question d’arbi- trage alsacien en fin de semaine der- nière. Une fois n’est pas coutume, les deux assemblées générales des com- missions départementales de l’arbi- trage (CDA 67/68) se sont déroulées le même jour, vendredi soir.

Celle du Bas-Rhin, qui avait lieu à la maison des associations et de la culture de Bischwiller, a ravi Raymond Roser, qui entame sa dixième année à la présidence de la CDA 67. « Plus de

450 personnes ont répondu présent, je vous en remercie » s’est-il réjoui. Le président a également fourni les tradi- tionnelles directives d’avant-saison, en expliquant qu’il n’y avait « pas grand- chose de neuf. On est dans la continui- té de la saison passée. Notre principal souci reste la protection des joueurs. Les 10 minutes d’exclusion temporaire sont toujours belles et bien présentes et précieuses. N’hésitez pas à l’utiliser. »

Gérard Seitz, Albert Gemmrich et Raymond Roser ont félicité les arbitres pour leur dévoue- ment (photo Sébastien Lustig).
Comme toute assemblée générale qui se respecte, il a également été ques- tion de récompenses et de félicita- tions. Ainsi, on aime à rappeler que Franck Schneider a été promu arbitre

Fédérale 1. Autrement dit, il est amené cette saison à officier au sein de l’élite française, où il forme un trio alsacien en compagnie de ses assistants Gilles Lang et Matthieu Lombard. Corentin Beyer a été félicité pour avoir été promu récemment jeune arbitre de la Fédéra- tion.

Quant à Henri Aeschelmann, il a été distingué et chaleureusement applaudi. Et pour cause, l’ancien arbitre s’est re- tiré de toute fonction après 35 années de présence à la CDA, pour la simple raison d’avoir dépassé la limite d’âge autorisée pour exercer. « 35 années de désignations, de formations, de temps passer bénévolement à la LAFA, c’est énorme, rappelle Gérard Seitz, le président du conseil départemen- tal du Bas-Rhin. Henri a toujours eu la confiance des instances de l’arbitrage et de la Ligue. Merci pour tout ce que tu as fait. »

Présent à Bischwiller, Albert Gemmrich s’est dit « heureux et fier de nos 1000 arbitres en Alsace » avant d’ajouter :

« c’est un chiffre que beaucoup de ligues nous envient. Semaines après semaines vous faites le maximum pour donner la meilleure image de l’arbitrage. Nous sommes à vos côtés et en relations permanentes avec les responsables de l’arbitrage. Nos axes prioritaires restent inchangés, à savoir rendre la fonction attractive et fidéliser les plus ou moins jeunes afin de garder un effectif stable. »

Celui du Bas-Rhin l’est resté à quelques arbitres près (604 en 2013 contre 597 actuellement), quand celui du Haut-

Rhin a enregistré plus de 50 départs.

« La majorité des départs est à trouver chez les jeunes, regrette Jean-François Binder, le président de la CDA 68. Beau- coup ne restent qu’une seule saison. C’est embêtant car il faut en former sans cesse d’autres, chaque année. »


Bernard Tournegros, président de la CRA et Jean-François Binder, président de la CDA 68 lors de l’AG organisée comme chaque année à Fessenheim (photo André Moritz).

Devant près de 250 directeurs du jeu, le président s’est cependant montré ras- surant pour la suite des évènements.

« Heureusement qu’on a un noyau fort qui reste. On est un peu juste chez les jeunes, on a presque plus d’arbitres sur Colmar. Mais on espère bientôt l’arri- vée de 50 nouveaux, les clubs se sont réveillés, certes un peu tard, mais ils se sont réveillés. »

Quand on le questionne sur les éven- tuels points à améliorer pour gagner en efficacité, Jean-François Binder reste sur la thématique de la formation. « Il faut qu’on renforce les équipes forma- trices, témoigne celui qui en est à sa

16eme année de présidence. On est en difficulté mais on sait très bien qu’on va finir par y arriver. »

Frédéric Gomez


Le SAMU de l’environnement à la rescousse

Intervenu lors de la première initiative Eco-foot effectuée par le FC Geispol- sheim mercredi dernier, le SAMU de l’environnement a sensibilisé les pe- tits footballeurs de l’école de foot aux enjeux du développement durable. Une action amenée à l’avenir à se repro- duire ailleurs. Explications.

stage de rentrée de son école de foot qui se tenait la semaine dernière, pour une intervention conduite par le SAMU de l’Environnement. Dans un premier temps sensibilisés à la protection du sol et de l’eau par les deux chargés d’études de l’association alsacienne, les jeunes ont le lendemain pu mettre

lant, le SDE Alsace est l’organisme à ap- peler en cas de doutes concernant une potentielle pollution. Service d’Analyse Mobile en Urgence par excellence en matière d’environnement, l’association alsacienne ne se cantonne pas qu’à cette mission. « Une partie de notre mé- tier consiste également à dresser des analyses en dehors de la situation d’ur- gence pour prévenir toutes les formes de pollution,» indique Simon Lecluse, le responsable de la cellule « eau » de l’association.



Chargés d’études au sein du SDE Alsace, Florence Arnould et Simon Lecluse interviennent auprès des enfants pour les sensibiliser à la protection de l’environnement (photo lafa.fff.fr).

Sensibiliser les plus jeunes

Egalement organisme dispensateur de

formations agréé par la préfecture, le SAMU de l’environnement mène des actions de sensibilisation au sens large afin de faire connaître à la population les enjeux de la protection de l’envi- ronnement. C’est dans ce sens qu’il a répondu favorablement à la sollicitation

Le développement durable est l’affaire

de tous. La Ligue d’Alsace, par l’inter- médiaire de son challenge Eco-Foot, en a fait un de ses chevaux de bataille pour les années à venir. Après une première année de lancement jugée intéressante, nombreux sont les clubs ayant déjà émis le souhait de participer à ce dispositif cette saison. Innenheim, Ostwald, Geispolsheim, Lampertheim, la FAIG, Fegersheim ou encore l’entente AGIIR dans le Haut-Rhin ont choisi de monter dans le wagon d’une locomo- tive environnementale en voie d’accé- lération. Booster les aspects éducatifs et sociaux du football, améliorer son image, contribuer à la préservation de l’environnement, les répercussions de la participation à ce challenge éco-ci- toyen sont, pour tous les clubs enga- gés, positives et bénéfiques.
Premier club cette saison à mettre sur pied une action en faveur de ce projet, le FC Geispolsheim a opté, lors de son

en pratique leurs connaissances autour d’un jeu de piste consacré à la protec- tion de l’environnement. Une théma- tique qui anime ce SAMU au nom on ne peut plus explicite.

Les missions du SDE Alsace

Créés en 2004 par écotoxicologue du

centre antipoison de Strasbourg, le Samu de l’environnement (SDE Alsace) revêt, comme son nom l’indique, un caractère d’urgence. Reconnue orga- nisme d’intérêt général, cette structure intervient dans un rayon de 100km autour de Strasbourg sur des lieux de suspicions de contamination. « Nous répondons aux problématiques envi- ronnementales au niveau de l’air, de l’eau et du sol, » explique Florence Ar- nould, l’un des deux chargés d’études environnement. Capable de connaître l’origine du problème en moins de 45 minutes grâce à son laboratoire ambu-

du FC Geispolsheim appuyée par la Ligue d’Alsace dans le cadre du Chal- lenge Eco-Foot. « Les interventions que l’on fait ne sont pas facturées, nous de- mandons juste aux personnes si elles souhaitent adhérer à l’association, » précise Florence Arnould.
Plébiscitée, cette opération est amenée à être reconduite dans le futur auprès des clubs demandeurs participant au challenge Eco-Foot. Les enfants d’au- jourd’hui étant les adultes de demain, un éveil des consciences autour des problématiques liées à l’environnement semble judicieux. Par l’intermédiaire du challenge Eco-Foot, les clubs alsaciens ont l’opportunité d’y contribuer.
Steve Delannée


SAMU de l’environnement : 03.88.37.37.37

www.samudelenvironnement.fr

Challenge Eco-Foot : ecofoot@lafafoot.fr

similaire:

Entraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle iconComment la droite est-elle devenue libérale ?
«les fondamentaux républicains du pays» : la laïcité, l'indépendance de la France vis-à-vis des Etats-Unis, le progrès social Bref,...

Entraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle iconDe Henri IV jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, deux politiques françaises...
«autorisées». Ces politiques contradictoires s’expriment au xviie siècle d’un côté, par des professions de foi amicales, de l’autre...

Entraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle iconNuit et brouillard
«télescopage» des mémoires Déportés politiques / déportés raciaux; volonté d’oubli des survivants d’une expérience douloureuse et...

Entraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle iconVis-à-vis Corrigé du Cahier, Chapitre 2

Entraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle iconVis-à-vis Corrigé du Cahier, Chapitre 9

Entraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise
«chefs d’entreprise, artisans, commerçants» est une classe, moins confiante vis à vis des médias, située plutôt à droite et plus...

Entraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle iconLa sportivisation de l’EP
«grandeur nationale». IL veut rendre à la France sa pleine souveraineté sur la scène internationale. L’état est dans une situation...

Entraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle iconLa perception des risques du nationalisme anti-impérial par les dirigeants...
«club» d’hommes d’affaires, celui du patronat impérial ou ultramarin, dont les contours commencent à être mieux connus grâce à des...

Entraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle iconLe club de judo fait la fête et remets des ceintures Une nouvelle...
«Je suis satisfait de cette saison car ils ont confirmé les espoirs que j’avais en eux», déclare le professeur. Chaque judoka s’est...

Entraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles. Personnelle iconJeux littéraires du 31 mars : mise en bouche
«mode d'emploi» d'un texte préexistant, qui reste inconnu des joueurs; ceux-ci doivent écrire un texte respectant au mieux les consignes....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com