Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs





télécharger 15.43 Kb.
titreMesdames, mesdemoiselles et Messieurs
date de publication20.05.2017
taille15.43 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs,
C’est des leçons de l’Histoire que l’on tire les enseignements du présent, pour préparer l’avenir sans pour autant oublier ceux qui sont morts.
Nous sommes réunis, aujourd’hui, au pied de notre monument aux morts, pour célébrer ensemble le 65ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 45.
Aujourd’hui, dans chacune des communes de France, la Nation rend un hommage solennel aux vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale, mais aussi et surtout, à toutes les victimes de cette tragédie sans pareille.
Il est important d’associer la jeunesse à cette manifestation pour que vive le devoir de mémoire. J’en remercie les enseignants. Je remercie également les Associations patriotiques, les pompiers, les membres de l’harmonie municipale et de la chorale colla Voce pour la dimension que par leur présence, ils confèrent à cette cérémonie.
Ce rassemblement est l’occasion de rendre hommage aux anciens combattants, de témoigner notre reconnaissance éternelle à toutes ces femmes et à tous ces hommes venus d’horizon et de pays différents, morts pour la France, au nom de la liberté, de notre liberté.
Dans la liesse d’une vie redevenue possible, les joies et les pleurs se sont indistinctement mélangés. Notre mémoire populaire porte le deuil de 52 millions de victimes, de pères, de mères, de frères, de sœurs, d’enfants .
Aux victimes que j’évoquais, vinrent s’ajouter 35 millions de blessés et 3 millions de disparus
Pour la première fois dans l’Histoire de l’Humanité, cette guerre fit plus de victimes civiles que militaires. Parmi ces victimes, des thaonnaises et des thaonnais ont connu cette destinée terrible. Nous pensons à eux.
‘‘Plus jamais ça !’’. Cette formule retentit en France quand, le 8 mai 1945, fut paraphé à Berlin l’acte solennel de capitulation qui mit fin à la seconde guerre mondiale. Ainsi prirent fin ces années de terreur, de souffrance et de douleurs. Cette commémoration représente pour nous un double devoir. Un devoir envers notre passé et un devoir envers notre avenir.
Devoir envers notre passé tout d’abord, cette guerre sera toujours plus qu’un pan de l’histoire des hommes, plus qu’un morceau du vingtième siècle, plus qu’une page de gloire, de conquêtes, de défaites et de massacres.Ces années de guerre ont montré ce que les hommes peuvent être capables de faire, au nom de leur nation, au nom de leur frontière, au nom de leurs convictions, et parfois même au nom de rien du tout. Nous devons nous souvenir de toutes ces vies perdues, nous devons honorer nos morts et leur sacrifice pour la liberté de notre pays et la lutte contre la barbarie.
Nous avons également un devoir aussi important envers l’avenir. C’est d’abord un message de vigilance que nous adressons pour la paix dans le monde.

Dans une société qui souffre, il est plus commode de désigner des boucs émissaires que de s’interroger sur les causes du mal être économique et social. Il faut « écraser le serpent dans l’œuf », disait Berthold Brecht. C’est bien cela, la première leçon de l’histoire que nous devons tirer. C’est cela, désormais, notre devoir contemporain. Ne pas laisser le moindre espace au racisme, à la stigmatisation des étrangers, à la désignation des plus faibles et des plus pauvres comme responsables de nos maux.
Quotidiennement, nous devons être vigilants pour défendre les valeurs telles que le respect des autres, l’acceptation des différences, la tolérance, l’acceptation et le respect des règles d’une manière générale. Mais aussi le respect de l’hymne national et du drapeau français.
C’est encore un message d’espoir que nous transmettons notamment aux jeunes. Un message de confiance dans l’humanité qui sait aussi faire preuve de sagesse et de solidarité. Il est de notre devoir à tous, de dénoncer partout dans le monde les tentatives d’atteinte aux Droits des Hommes. Des mots simples, forts, en résonance avec la pensée du résistant que fut Pierre Brossolette : ‘‘ce que nos morts attendent de nous, ce n’est pas un sanglot, mais un élan’’. Un élan porteur d’une société de paix, de justice, de tolérance, de solidarité entre les peuples.
65 ans après le 8 mai 1945, nous sommes toujours aussi ardents pour évoquer ce qu’a été la seconde guerre mondiale pour la France et pour l’Europe. La liberté est une valeur infiniment fragile. Transmettons avec vigueur les valeurs de courage de ceux qui au cours de ce conflit ont permis le développement humain de notre pays.

Qu’il me soit permis d’évoquer deux de ceux-là : Jean Moulin d’abord, André Malraux ensuite…
André Malraux à qui j’emprunte humblement pour conclure, un des passages de son discours lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon : ‘‘Comme Leclerc entra aux Invalides, avec son

Cortège d’exaltation dans le soleil d’Afrique et les combats d’Alsace, entre ici, Jean Moulin avec ton terrible cortège ! Avec ceux qui sont morts dans les caves sans avoir parlé, comme toi ; et même, ce qui est peut être plus atroce, en ayant parlé ;

Avec tous les rayés et tous les tondus des camps de concentration, avec le dernier corps trébuchant des affreuses files de Nuit et Brouillard, enfin tombé sous les crosses ;

Avec les huit mille françaises qui ne sont pas revenues des bagnes, avec la dernière femme morte à Ravensbrück pour avoir donné asile à l’un des nôtres. Entre, avec le peuple de l’ombre et disparu avec elle –nos frères dans l’ordre de la Nuit…

En 1959, commémorant l’anniversaire de la libération de Paris, je disais :

« Écoute ce soir, jeunesse de mon Pays, ces cloches d’anniversaire qui sonneront comme celles d’il y a quatorze ans. Puisses-tu, cette fois, les entendre : elles vont sonner pour toi ».

L’hommage d’aujourd’hui n’appelle que le chant qui va s’élever maintenant, ce Chant des Partisans que j’ai entendu murmurer comme un chant de complicité, puis psalmodier dans le brouillard des Vosges et les bois d’Alsace, mêlé au cri perdu des moutons de tabors, quand les bazookas de Corrèze avançaient à la rencontre des chars de Rundstedt, lancés de nouveau contre Strasbourg.
Ecoute, aujourd’hui, jeunesse de France, ce qui fut pour nous le Chant du Malheur. C’est la marche funèbre des cendres que voici. A côté de celles de Carnot avec les soldats de l’an II, de celles de Victor Hugo avec les Misérables, de celles de Jaurès veillées par la justice, qu’elles reposent avec leur long cortège d’ombres défigurées.

Aujourd’hui, jeunesse, puisses-tu penser à cet homme comme tu aurais approché tes mains de sa pauvre face informe du dernier jour, de ses lèvres qui n’avaient pas parlé ; ce jour là, elle était le visage de la France.’’
Souvenons-nous que, face aux grands périls qui menacèrent notre pays, il y eut toujours des hommes capables de surmonter leur rancœur, leur partialité, leurs divergences, pour lutter au nom du peuple : de tout le peuple.
Pour que vive la Liberté et que vive la France !

Je vous remercie pour votre attention

similaire:

Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs iconBonjour Mesdames & Messieurs de la presse

Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs iconFiche d’activités
«Mesdames et Messieurs, vous invite à laisser éteints vos pendant toute la durée de cela vous permettra de pleinement du film, et...

Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs iconMon Colonel, Mesdames, Messieurs, chers Adhérents
«banque/assurance», bien que nous ne fassions ni l’une ou l’autre de ces activités, mais uniquement de la couverture complémentaire...

Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs iconA messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily

Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs iconMessieurs les Sous-préfets
«escapade» l’an dernier, à la saline d’Arc et Senans, en raison des impératifs de calendrier liés aux cérémonies du 8 mai

Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs iconNotes romaines sur Mesdames Tantes et le Dauphin
Des historiens sont toujours très passionnés par l’affaire, mais l’énigme reste entiere “ (B. Melchior bonnet, Dictionnaire de le...

Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs iconActivites de recherche et d’enseignement : chercheur associe
«Le Maghreb dans son système relationnel», dirigée par Madame Françoise lorcerie et du pôle disciplinaire «Sciences sociales du contemporain»,...

Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs iconMessieurs les secrétaires perpétuels
«par le devoir militaire, l’enchaînement révolutionnaire, la montée de tous les sadismes»1…L’émission qui sert de cadre à la pièce,...

Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs iconI le frère Sam et le frère Sib
Ces messieurs ont appelé dame Bess, dit-il; mais dame Bess n’est pas au cottage

Mesdames, mesdemoiselles et Messieurs iconLa petite histoire d’un grain de sable dans la Grande Histoire
«Messieurs, j’ai reçu l’ordre de me maintenir ici et d’attendre l’ennemi, mais je suis un général qui n’a, croyez-le, qu’un désir,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com