Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914





titrePerception et intégration des immigrés en France depuis 1914
date de publication21.05.2017
taille17 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914.

Au XIXe siècle, la natalité française est faible alors que l’industrialisation engendre un besoin de main d’oeuvre important. Dans un contexte de forte croissance économique, la France fit appel à la main d’oeuvre étrangère dès la fin du XIXe siècle. De 1918 à 1974, avec le recours à l’immigration et la venue de réfugiés, le nombre des étrangers augmenta fortement en France. En 1974, au début de la crise économique, l’Etat a décidé la fermeture des frontières. Cependant, les immigrés venus dans les Trente Glorieuses gardent la possibilité de faire venir leur famille proche.

Comment la société française perçoit-elle les immigrés arrivés en masse depuis 1914?

Pourquoi l’intégration des immigrés a-t-elle été difficile malgré de belles réussites?

Nous nous appuyerons sur deux documents. Le premier texte est un article rédigé par Alex Witt dans le journal socialiste Le Réveil du Nord et paru en mars 1914. L’auteur juge la main d’oeuvre étrangère qui est venue dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais dès la fin du XIXe siècle à l’appel des compagnies minières françaises. Le second document est un fragment d’un article du magazine Le Point rédigé par Saïd Mahrane et paru le 26 juillet 2012. Le journaliste présente le parcours de la Française d’origine marocaine Najat Vallaud-Belkacem, à l’occasion de l’accès de cette jeune femme au gouvernement en mai 2012 après la victoire des socialistes aux élections présidentielles et législatives.

I La France, un grand pays d’immigration

Dès le début du texte, Alex Witt nous apprend l’arrivée d’un “grand nombre d’étrangers” dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. A la veille de la Première Guerre mondiale, la région Nord-Pas-de Calais est l’une des régions françaises où la proportion d’étrangers est la plus élevée.

Cette population immigrée est constituée de « Belges, …Allemands,Italiens, Espagnols ». La main d’œuvre immigrée présente en France avant la première guerre mondiale est donc essentiellement d’origine européenne. On aurait pu ajouter les Kabyles algériens qui travaillaient également dans les mines. L’auteur parle d’un “formidable contingent” de Belges qui représentaient la quasi-totalité des étrangers dans la région. A l’échelle nationale, ils formaient la 2e communauté étrangère. Les Italiens étaient peu nombreux dans le Nord-Pas-de-Calais en 1914. En revanche, avec 420 000 personnes à cette même date, ils formaient le plus gros contingent en France.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’appel à l’immigration s’intensifie. L’immigration d’origine européenne reste dominante. Aux peuples déjà cités s’ajoutèrent les Polonais qui arrivèrent en masse dans le Nord-Pas-de-Calais. La France devient ainsi le premier pays d’immigration devant les Etats-Unis.

La période 1945-1974 correspond à l’apogée de l’immigration en France. Les effectifs passent de 1 700 000 en 1946 à 3 400 000 en 1975. A partir des années 1960, la France accueille un nombre croissant d’immigrés en provenance du Maghreb et de l’Afrique noire qui viennent seuls pour occuper des emplois peu qualifiés. D’après Le Point, le père de Najat Vallaud-Belkacem était un ouvrier. On peut penser qu’il est également venu seul à cette époque avant de faire venir sa famille après la fermeture des frontières en 1974. En effet, la femme âgée de 34 ans en 2012 “est arrivée en France à l’âge de 4 ans”, c’est-à-dire en 1982. Par la politique de regroupement familial, les immigrés ont la possibilité de faire venir les membres de leur famille.

II L’Etat encourage intégration des étrangers

Le modèle d’intégration à la française a une double origine. D’une part, comme nous venons de le voir, la France est une importante terre d’immigration depuis le milieu du XIXe siècle . D’autre part, la conception française de la nation insiste sur l’adhésion libre de citoyens égaux en droits. Le modèle d’intégration développé par la France s’appuie donc sur ce fondement idéologique. Il repose sur l’adhésion individuelle à la nation française et permet l’accession à une égalité de droits et de devoirs des immigrés. Chacun peut garder son particularisme (culturel, social, moral) à la condition de respecter les lois de la République. Plusieurs lois, en particulier en 1889 et en 1927, ont favorisé l’accès à la nationalité française et ainsi l’intégration des immigrés.

Ainsi, l’intégration des immigrés d’origine européenne (Belges, Italiens, Espagnols, Polonais) se fait progressivement. Les Italiens se sont intégrés par le travail et le combat politique et syndical. Le bâtiment a été par exemple un vecteur d’intégration. D’abord simples maçons, un certain nombre de travailleurs s’engage dans la création d’entreprise et leurs enfants font des études supérieures. Le rôle du combat politique et syndical est décisif dans l’intégration de la famille d’Aurélie Filipetti. Tommaso Filipetti, le grand-père de l’actuelle ministre, est arrivé en Lorraine en 1919 pour travailler dans les mines de fer. Antifasciste pendant les années 1930, il s’engage dans la Résistance aux côtés de communistes français pendant la Seconde Guerre mondiale. En vertu du droit du sol, son fils Angelo acquit la nationalité française. Le mineur de fond devint maire communiste de sa commune et conseiller général. Aurélie adhéra aux Verts (parti écologiste) puis au Parti socialiste après des études à l’Ecole Normale Supérieure. Depuis mai 2012, elle est ministre de la culture dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

A propos de Najat Vallaud-Belkacem, le journaliste dit “C’est l’histoire d’un rêve français.” En effet, c’est un autre bel exemple de réussite du modèle d’intégration. La jeune femme vit bien sa double identité française et marocaine. Elle adhère au Parti socialiste et devient une “élue lyonnaise”, à savoir conseillère municipale de Lyon. Par ailleurs, elle est diplômée de l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris ou Sciences Po, un prestigieux établissement d’enseignement supérieur. Elle incarne ainsi la “méritocratie républicaine” qui est un système dans lequel les postes les plus importants sont obtenus par le mérite, reconnu notamment par la réussite de brillantes études universitaires. Depuis mai 2012, elle est ministre des Droits des femmes.

Comme le laisse supposer son nom de famille, Najat Vallaud-Belkacem est mariée à un Français de souche. On sait que 20 à 30 % des Français d’origine maghrébine se marient avec des Français de souche, ce qui est un bon indicateur de l’intégration des jeunes issus de l’immigration. Remarquons que Najat Vallaud-Belkacem n’est pas tout-à-fait dans cette situation puisqu’elle est une immigrée “de 1ère génération” arrivée en France à l’âge de 4 ans .

III Les limites de l’intégration: la méfiance et le rejet auxquels sont confrontés les immigrés

En période de croissance économique, l’étranger inspire la méfiance. C’est le cas en 1914 dans le Nord-Pas-de-Calais qui connaissait une situation économique favorable. Dans le 1er article, ont voit que les étrangers sont les victimes de préjugés xénophobes . L’auteur parle de “la saleté de la plupart de ces étrangers surtout des gens venus du Midi”. Pourtant peu nombreux dans le Nord de la France, les Italiens étaient plus touchés par les préjugés que les autres communautés étrangères. En parlant des Italiens méridionaux, l’auteur évoque le faciès qui les distingue physiquement du reste de la population de la région. Par “Leur silhouette exotique”, il entend le teint basané et sans doute le port de la moustache, une particularité mentionnée dans l’enquête consacrée aux étrangers. Les Belges à la même époque et les Polonais à partir des années 1920 furent également les victimes de préjugés.

« rixes … violence (…) les vols se multiplient (…) la police a peur de cruelles représailles » La description d’une communauté immigrée dangereuse au sein d’une population française qui en est la victime est diffusée par une partie de la presse. A ces reproches faits aux Italiens, il faudrait ajouter la ferveur religieuse qui leur valut le surnom péjoratif de “Cristos” sur les docks de Marseille. Pour finir, la méfiance vis-à-vis des Italiens n’est sans doute pas étrangère au fait que l’Italie appartienne en 1914 à la Triple Alliance alors que la France est membre de la Triple Entente.

Les étrangers italiens étaient pour la plupart des habitants des campagnes, souvent analphabètes lorsqu’ils venaient du Sud, qui ne parlaient que le dialecte de leur région. L’intégration était donc difficile d’autant que les immigrés étaient exposés à des préjugés xénophobes, comme nous venons de le voir. A propos des mineurs polonais, le préfet du Pas-de-Calais notait en 1929: “ils ne veulent pas s’intégrer”. En réalité, le fonctionnaire ne cherche pas à comprendre leur situation.

En période de ralentissement économique, l’étranger devient l’adversaire, le concurrent sur le marché du travail. En 1893 des ouvriers italiens sont massacrés à Aigues-Mortes par une foule de Français les accusant de leur faire concurrence dans les salines. Plus tard, dans les années 1930, la montée du chômage attise la xénophobie et amène la revendication de la “préférence nationale” au travail.

Dans le contexte de la forte montée du chômage dans les années 1970 et 1980, le rejet de l’étranger augmente. Il touche plus particulièrement les Maghrébins sur lesquels la xénophobie se focalise depuis les années 1970. A la suite d’agressions racistes, une loi contre le racisme à été votée en 1972. Par ailleurs, sur le plan politique, on voit l’émergence de mouvements opposés à l’immigration et au métissage culturel tel que le Front national, un parti d’extrême droite né en 1972.

Même si Najat Vallaud-Belkacem est un bel exemple d’intégration, elle n’est pas à l’abri des préjugés. Elle est prise pour la “domestique” lors d’une réunion électorale organisée chez elle. A la différence de la jeune ministre, une partie des jeunes Français issus de l’immigration maghrébine connaît un malaise identitaire. Ces jeunes se sentent “étrangers” dans le pays d’origine des parents et en France. Plus touchés que les autres Français par l’échec scolaire et le chômage, exposés à des discrimnations (délits de faciès), ils rejettent un modèle d’intégration qui n’offre pas l’égalité des chances. Leur mécontentement s’est exprimé dans les émeutes urbaines de 1981 et 2005.

Les deux documents révèlent la permanence des préjugés sur près d’un siècle, de 1914 à 2012, vis-à-vis d’immigrés d’origines diverses, les Européens dans le premier cas et les Maghrébins dans le second. Dans le premier texte, la présentation des étrangers est partiale. L’intégration semble impossible pour des étrangers irrémédiablement différents des Français . En revanche, la capacité de la France à intégrer ses immigrés est bien illustrée un siècle plus tard par la figure de Najat Vallaud-Belkacem mais les limites de l’intégration ne sont pas soulignées par le dernier document.

Toutes les vagues d’immigration ont été exposées à des préjugés xénophobes qui rendent difficile leur intégration. Le modèle français d’intégration a permis hier l’intégration des Européens dans une période de croissance mais aujourd’hui, face à une crise économique durable, le modèle est en panne pour intégrer des immigrés non-européens malgré d’indéniables réussites.

similaire:

Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914 iconOu la mort programmée de la. France
...

Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914 iconEtrangers définition (étrangers, immigrés) Immigrés = 8% de population...
«crainte révérencielle des parents» = pas 1 cause de nullité des contrats.  devrait plus s’appliquer au mariage

Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914 iconRésumé Depuis les indépendances, des générations successives de migrants...

Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914 iconLa stratégie de déploiement des entreprises américaines en France...
«les secrets des géants américains» : «L’entreprise américaine [ ] peut-elle être acclimatée en France ?»7

Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914 iconQ10 : Choisissez deux personnes qui sont arrivées en France dans...

Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914 iconDepuis la loi du 7 mars 2009, France Télévisions regroupe au sein...

Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914 iconNotre Dame de Paris de Victor Hugo-Le spectacle
«Les sans-papiers» évoque avec force le problème de l’immigration en France aujourd’hui. Elle rappelle le problème des exclus de...

Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914 iconRésumé de la thèse durkheimienne par Philippe Besnard : Un groupe...
«l’intégration», au sens large des fondateurs de la sociologie qui s’interrogeaient sur la nature du lien social, à «l’intégration»...

Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914 iconAtelier «intégration linguistique» 10 Atelier «intégration professionnelle»

Perception et intégration des immigrés en France depuis 1914 iconLorsque Yves Lacoste écrit que «La géographie, ça sert d’abord à...
«gouverner la France depuis 1946» : l’organisation de la défense et de la sécurité en France depuis 1946 (ordonnances de 1946 et...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com