Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire





télécharger 293.41 Kb.
titrePanorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire
page8/14
date de publication16.10.2016
taille293.41 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   14

Les marins CGT bloquent le « SeaFrance-Molière » pour appuyer de multiples revendications visant à relancer l'emploi des navigants français.


Veolia Transport n'en a décidément pas fini avec la CGT et la SNCM. Le groupe, actionnaire opérationnel de la compagnie maritime marseillaise, se retrouve au coeur de revendications de marins CGT qui, depuis mardi, bloquent à Marseille l'appareillage du car-ferry « SeaFrance-Molière », récemment racheté par SeaFrance à Veolia Transport. Une action qui n'a rien à voir avec le nouveau propriétaire, mais qui se veut une caisse de résonance pour le dossier de l'emploi des marins français.

La CGT évoque pêle-mêle le renouvellement des navires de la SNCM, le développement des autoroutes de la mer en Méditerranée, les « cadeaux fiscaux » faits aux armateurs, les exonérations de cotisations du pavillon du registre international français (RIF), ainsi que les problèmes de sécurité et d'environnement. Les marins assurent qu'ils ne quitteront pas le « Molière » tant qu'ils n'auront pas obtenu de rendez-vous sur ces thèmes avec les directions des deux compagnies méditerranéennes SNCM et CMN, ainsi qu'avec le gouvernement.

Procédure en référé
Peu de commentaires du côté des compagnies concernées. SeaFrance a engagé une procédure en référé auprès du tribunal de Marseille pour demander l'évacuation du navire sous peine d'une astreinte de 1.000 euros par heure. A la SNCM, on remarque qu'une grande partie des revendications ne concerne pas l'entreprise. « Pour le renouvellement de la flotte, tout est prévu dans le plan d'entreprise et nous tiendrons nos engagements », répète la directrice de la communication. La compagnie veut impérativement tourner la page de sa mauvaise réputation de fiabilité sociale, mais la CGT, même si elle a signé l'accord qui prévoit la suppression de 389 emplois, dont 213 navigants, a toujours dit qu'elle serait attentive à des développements pouvant permettre de limiter ces départs.

Par ailleurs, la Commission européenne doit bientôt faire connaître le résultat de l'enquête engagée le 13 septembre 2006 sur les aides d'Etat versées à l'occasion de la privatisation de la SNCM. Selon nos informations, la décision devrait être rendue au plus tard dans deux à trois mois, car le délai de dix-huit mois auquel Bruxelles s'engage pour se prononcer est nettement dépassé. Les travaux ont pris du retard et butent encore sur le fait suivant : pour éviter que l'injection en capital réalisée par l'Etat en 2005 ne soit considérée comme une aide à la restructuration, venant ainsi s'ajouter aux subsides accordés en 2002-2003, l'Etat doit montrer que liquider la société lui aurait coûté plus cher que de la vendre.


BRIGITTE CHALLIOL (À MARSEILLE) AVEC ALEXANDRE COUNIS (À BRUXELLES)



Tous droits réservés : Les Echos

Diff. 140 313 ex. (source OJD 2005)

8490334B8500FB00C55815501D0B512B6C446E17651736179133C2A




Retour Sommaire



Vendredi 4 Avril 2008
Eco-Terre
Remue-méninges pour Gandrange
Social.


Environ 200 salariés du site ArcelorMittal de Gandrange (Moselle) se sont rassemblés hier à Metz devant la préfecture, au lendemain de la confirmation par l'aciériste de son projet de fermeture partielle des installations, qui devrait se solder par 575 suppressions de postes sur 1 108. Une délégation a été reçue par le préfet. «Il nous a dit que l'Etat attend la fin de la procédure légale, relate Pierre Sutter, de la CFE-CGC. Et qu'ensuite il y aurait des annonces, dans les heures ou les jours qui suivent.» Incessamment, donc, puisque la «procédure légale» se termine ce matin, avec une ultime réunion du comité d'entreprise.

En attendant, le gouvernement continue de chercher une porte de sortie dans un dossier, où Nicolas Sarkozy avait, début février, pris le risque de promettre beaucoup. «L'Etat est prêt à prendre en charge tout ou partie des investissements nécessaires» pour maintenir l'activité, avait-il déclaré, devant des salariés médusés. Ajoutant même que cela pourrait se faire avec ou sans ArcelorMittal. Depuis, les syndicats pressent le Président «d'entrer dans la danse» . Et une demi-douzaine de noms de repreneurs potentiels ont fusé ces derniers jours. Pour l'ex-directeur du site, Alain Grenaut, qui bataille pour le maintien de l'activité, il faut «exercer des pressions intelligentes et efficaces» pour convaincre Mittal de passer la main. L'affaire semble mal partie.

«Pas vendeur».
Le sidérurgiste brésilien Gerdau, reçu vendredi au ministère de l'Economie, a fait savoir qu'il n'était pas intéressé par Gandrange. «Gerdau était demandeur du rendez-vous, mais pour les gens de Bercy, l'affaire était pliée», affirme Alain Stahl, un consultant chargé de mission par Jean Kiffer, le maire d'Amnéville (commune sur laquelle est en partie implanté le site). «On ne peut pas tordre le bras de Mittal et le forcer à vendre une usine. On est dans un état de droit quand même...» se justifie-on au gouvernement. Or, ArcelorMittal, agacé par toutes ces rumeurs, ne cesse de répéter que «non, il n'est pas vendeur» et qu'il souhaite conserver un laminoir sur place. Mais, selon Alain Stahl, des discussions ont encore eu lieu mercredi entre Jean Kiffer et Romain Zaleski, un milliardaire franco-polonais qui a récemment démissionné du conseil d'administration d'ArcelorMittal. L'idée d'une reprise du site par Zaleski et la mairie d'Amnéville aurait été transmise à Lakshmi Mittal. Mais ce dernier n'a pas confirmé l'existence de cet éventuel contact.

Pendant ce temps-là, le gouvernement pousse en coulisse ArcelorMittal à investir sur le site de Florange (3 000 salariés directs), à 10 km du site de Gandrange, où certains ouvriers seraient reclassés. Lors de la fusion, Lakshmi Mittal avait annulé la fermeture partielle de Florange, programmée du temps d'Arcelor. «Mais pour le moment, le site n'est pérennisé que jusqu'en 2012-2014», indique Marc Barthel, de la CGT. Les investissements en cours (65 millions d'euros) ne sont pas suffisants pour maintenir l'activité au-delà.

Permis à polluer.
Deux dossiers sont sur la table des négociations. D'abord, inciter le groupe à rénover les deux hauts-fourneaux et garantir un avenir à Florange. En contrepartie, l'Etat pourrait lui accorder des permis à polluer supplémentaires. Il y a plusieurs semaines, ArcelorMittal avait réussi à obtenir la même chose des autorités belges sur son site de Liège. «Si les investissements se font, on est repartis pour un quart de siècle. Mais il faut prendre une décision rapidement», prévient Marc Barthel. Enfin, l'Etat veut convaincre Mittal d'accueillir à Florange un projet ambitieux de captation du CO2. «Mais, c'est techniquement très compliqué», prévient-on dans l'entourage du groupe. Et pas pour tout de suite.


GRÉGOIRE BISEAU et THOMAS CALINON (à Strasbourg)



Tous droits réservés : Libération

Diff. 144 054 ex. (source OJD 2005)

C69243518A102209859118C02F04A1EB67E4731E05A63936B01C500




Retour Sommaire



Vendredi 4 Avril 2008
Les « Kleber » s'expliquent sur la « retenue » de deux cadres

1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   14

similaire:

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 07/09/2010 cgt sommaire
«On peut avoir une journée exceptionnelle et, si elle est exceptionnelle, on peut être à un tournant.» Bernard Thibault, secrétaire...

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 01/07/2010 cgt sommaire
«régression générale» des financements et les baisses de subventions de l’État et des collectiv

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 16/03/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 20/08/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 24/08/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 28/04/2009 revue de presse ffr sommaire
J’ai tendance à ne pas complimenter très souvent. Au point d’apparaître un peu injuste

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 05/08/2009 revue de presse ffr sommaire
...

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconSommaire Communiqué de presse p. 3
...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com