Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire





télécharger 293.41 Kb.
titrePanorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire
page9/14
date de publication16.10.2016
taille293.41 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   14

social toul Les « Kleber » s'expliquent sur la « retenue » de deux cadres Après la séquestration, pendant quatre jours, de deux cadres de l'usine Kleber à Toul, une quarantaine de salariés est entendue par la police, depuis hier ...


Après la séquestration, pendant quatre jours, de deux cadres de l'usine Kleber à Toul, une quarantaine de salariés est entendue par la police, depuis hier matin. Dès 9 heures du matin, hier, la première vague des quarante salariés de Kleber convoqués comme témoins se présente dans le hall d'accueil du commissariat. Les policiers chargés de les auditionner ne sont pas encore prêts. Une petite demi-heure plus tard, les mêmes font à nouveau leur entrée dans le commissariat. Ils sont là pour éclairer la justice sur la séquestration de deux cadres dans les locaux de l'usine entre le 14 et le 17 février derniers. La direction et les syndicats se trouvaient alors en pleine négociation sur les conditions de licenciement ou de mutation des 826 salariés du site qui fermera ses portes en janvier 2009.

Le 14 février, une réunion demandée par la direction tourne court. Le directeur des ressources humaines, le chef du personnel et un autre cadre restent bloqués dans la salle de réunion. Le lendemain, le troisième cadre quitte les lieux. Les deux autres responsables ne ressortiront que le 17, en début d'après-midi, après une partie de bras de fer entre la CGT et Michelin. Au terme de celle-ci le manufacturier s'est engagé à augmenter significativement les indemnités de licenciement des employés. Depuis, le directeur de Kleber a déposé plainte contre X pour vols et dégradations et les deux cadres pour séquestration. Dans le cadre de l'enquête préliminaire, une liste de quarante témoins a été établie.

« Des agents de maîtrise ont été entendus au début de la semaine, voilà d'où proviennent les noms des Kleber auditionnés », pestent des salariés. « Ceci ne grandit pas Michelin, l'entreprise désire remettre le feu aux poudres », déplore un autre groupe. Vers 11 h, Jean-Luc quitte le premier les locaux du commissariat de Toul. « On m'a posé beaucoup de questions, demandé beaucoup de noms, l'identité des meneurs, on m'a parlé de vol de clés, de dégradations, de séquestration auquel je préfère le mot " retenue". On n'a rien à se reprocher, nous ne leur avons pas fait de mal ». « La porte de la salle de réunion n'était pas fermée à clé, les deux cadres pouvaient sortir quand ils le voulaient », précise Jean-François, à sa sortie. Après son audition, Pierre Kovaslki, le leader CGT de Kleber, ira encore plus loin : « Je me demande si la direction n'a pas tout organisé depuis le début. Pour jouer les martyrs et nous faire matraquer ». Les auditions se poursuivront jusqu'à lundi.
M.- O. N.



Tous droits réservés. © Le Républicain Lorrain 2002


Tous droits réservés : Le Républicain Lorrain



3894B3638A80AC0F05241030C904E17D6E54DA1105723656E825CCA




Retour Sommaire

Actualité sociale


Vendredi 4 Avril 2008
Economie
Les syndicats veulent une clarification sur la formation professionnelle


RÉFORME. 
Pas de consensus, hier matin, sur le projet d'avis du Conseil d'orientation pour l'emploi (COE) qui devait présenter les premières pistes de réforme de la formation professionnelle. « Le problème est d'avoir confié au COE un sujet si compliqué dans un temps si court », reconnaît-on à la CFDT, ce qui participe à la confusion entre ce qui relève de la décision de l'État et ce qui dépend la négociation entre les partenaires sociaux.

De son côté, la CGT s'inquiète que le gouvernement tente de « récupérer l'argent collecté pour la formation de tous les salariés pour le concentrer vers les demandeurs d'emploi et les jeunes sans qualification ».

À la demande de plusieurs syndicats, les membres de cette instance se donnent quelques jours supplémentaires pour établir un texte dont la ligne directrice soit plus claire. « La séance s'est déroulée dans un climat très constructif », témoigne pour sa part Marie-Claire Carrère-Gée, présidente du COE. La ministre de l'Économie, Christine Lagarde, avait saisi le 4 février cette instance afin d'élaborer les priorités du système de formation professionnelle.


L. C.



Tous droits réservés : Le Figaro Economie (matin)

Diff. 342 445 ex. (source OJD 2005)

C79C43778850300435A016901B0E119A6D04F71B05EF367B053799A




Retour Sommaire



Vendredi 4 Avril 2008
Débats
Réhabilitons le smic
Il faut relever le salaire minimum pour protèger les plus modestes de l'inflation


En refusant en juillet 2007 de donner un coup de pouce au smic et de revaloriser la prime pour l'emploi au moment où il distribuait 14 milliards d'euros de cadeaux fiscaux aux plus fortunés de nos concitoyens, Nicolas Sarkozy a jeté l'une des bases du profond mécontentement qu'il recueille aujourd'hui. Pour celui qui s'autoproclamait le président du pouvoir d'achat et de la revalorisation du travail, cette première décision économique fut non seulement une erreur politique et une profonde injustice ; ce fut aussi dans le contexte conjoncturel actuel une erreur économique majeure.
Car, avec une forte accélération de l'inflation depuis l'été 2007, ce sont les salariés les plus modestes qui sont les plus touchés par l'amputation de leur pouvoir d'achat. Et aucun des arguments traditionnellement avancés pour critiquer le smic ne tient la route dans le contexte français.
Le smic écrase-t-il la hiérarchie des salaires ? Non. Comme le montrent les rapports successifs du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale, la hiérarchie des salaires est comparable en France à celle des autres pays européens et beaucoup moins resserrée qu'en Europe du Nord. Le rapport du salaire moyen des 10 % de salariés les moins bien payés au salaire médian est comparable en France à celui des autres pays européens. Ce que le smic empêche, c'est l'apparition de très bas salaires conduisant à la pauvreté au travail. C'est d'ailleurs pour cette raison que dans des pays où l'on s'en remettait jusqu'ici aux seules conventions collectives pour fixer les salaires, comme l'Allemagne, on envisage désormais l'instauration d'un salaire minimum pour éviter les abus et l'apparition de travailleurs pauvres dans des secteurs peu syndiqués.
Le smic se substitue-t-il à la négociation collective ? L'argument conservateur traditionnel pour fustiger le rôle du smic s'appuie sur deux particularités françaises. Tout d'abord, le rôle prépondérant du smic dans la fixation des bas salaires, qu'atteste le nombre élevé des salariés payés au salaire minimum en France relativement aux autres pays. Ensuite, le fait qu'à chaque relèvement du smic, les minima des grilles salariales négociées dans certaines branches deviennent inférieurs au smic. Accuser le smic de ces particularités, c'est prendre le problème à l'envers : cette situation est due à la faiblesse de la négociation collective en France. En quoi le fait de ne pas revaloriser le smic remédierait-il à la faiblesse de cette négociation ? Il en résulterait ce qu'observent certains pays européens dans les branches les moins syndiquées : des salaires très bas pour les salariés les moins qualifiés et les moins en position de se défendre.
En empêchant l'apparition d'emplois à très bas salaires, le smic nuit-il à l'emploi ? Comme l'ont montré nombre d'études, les allégements de cotisations sur les bas salaires ont eu pour conséquence d'empêcher que les hausses du smic ne se répercutent en augmentation du coût du travail. De ce fait, même dans la première moitié des années 2000 où le smic horaire a progressé rapidement en raison de la convergence des différents salaires minima, la hausse est restée inférieure à celle de la productivité du travail.
Les exemples étrangers ne confortent d'ailleurs guère la vision selon laquelle l'existence d'un salaire minimum réduirait l'emploi. Aucun effet n'a pu être mis en évidence au Royaume-Uni depuis l'instauration d'un salaire minimum et certains travaux soulignent même des effets opposés : l'instauration d'un salaire minimum peut dans des secteurs où existe une pénurie de main-d'oeuvre attirer des salariés et augmenter l'emploi.
En outre, dans une situation où la hausse des prix ampute le pouvoir d'achat des ménages les plus modestes et pèse sur la demande, la proposition que nous, socialistes, réitérons depuis l'été de revalorisation du salaire minimum et d'augmentation de 50 % de la prime pour l'emploi que touchent les 9 millions de salariés les plus modestes répond non seulement à une profonde injustice, mais est également la réponse pertinente à la situation conjoncturelle actuelle.
Un relèvement du salaire minimum doit s'accompagner dans notre pays d'un renouveau de la négociation collective. Dans les pays scandinaves, le niveau des salaires de base est supérieur à ceux pratiqués en France et le taux de syndicalisation qui permet de garantir ce résultat y est élevé. D'une façon générale, la réussite économique des social-démocraties du nord de l'Europe n'a pas reposé sur une stratégie d'affaiblissement du système social ou de développement des bas salaires, mais sur un investissement massif dans la recherche, l'université, l'innovation, la formation et la sécurisation des parcours professionnels. C'est là qu'est la véritable solution à notre problème de compétitivité.
Comme le rappelait Philippe Askenazy ( Le Monde du 26 mars), la proposition de porter le smic à 1 500 euros d'ici à la fin de la législature que nous faisions pendant les campagnes présidentielle et législative prend tout son sens dans le contexte économique actuel. Articulée comme nous le proposions au conditionnement des allégements de cotisations sociales au développement de la négociation salariale, et à l'augmentation de la prime pour l'emploi, elle reste la réponse pertinente à la question du pouvoir d'achat.
Ce n'est pas la voie prise par M. Sarkozy qui préféra les cadeaux fiscaux aux plus fortunés. Au lieu de bâtir une politique économique cohérente et adaptée à la conjoncture, la droite française crut trouver son inspiration dans la révolution conservatrice américaine au moment où l'on s'en détournait dans sa patrie d'origine. Ce n'est pas en imitant les moins bons Américains que la France rejoindra les meilleurs Européens.
Harlem Désir Pierre-Alain Muet

Député socialiste européen
Député PS du Rhône ,
ancien président délégué du Conseil d'analyse économique




Tous droits réservés : Le Monde

Diff. 367 153 ex. (source OJD 2005)

9E9D33E08D70500E25EF1CF04F03E16961A4521485F13D1B52B8EAC




Retour Sommaire



Vendredi 4 Avril 2008
France
Les DRH favorables à une réduction des cotisations sociales des plus de 55 ans

1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   14

similaire:

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 07/09/2010 cgt sommaire
«On peut avoir une journée exceptionnelle et, si elle est exceptionnelle, on peut être à un tournant.» Bernard Thibault, secrétaire...

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 01/07/2010 cgt sommaire
«régression générale» des financements et les baisses de subventions de l’État et des collectiv

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 16/03/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 20/08/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 24/08/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 28/04/2009 revue de presse ffr sommaire
J’ai tendance à ne pas complimenter très souvent. Au point d’apparaître un peu injuste

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconPanorama de presse 05/08/2009 revue de presse ffr sommaire
...

Panorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire iconSommaire Communiqué de presse p. 3
...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com