En couverture : visite tactile au musée Belmondo





télécharger 117.39 Kb.
titreEn couverture : visite tactile au musée Belmondo
page4/6
date de publication21.05.2017
taille117.39 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6

Visites culturelles et handicap visuel : une offre de plus en plus diversifiée



Selon les enquêtes, une majorité de personnes déficientes visuelles aime aller au musée. Comment les outils de médiation peuvent-ils alors répondre à leur recherche d’émotions ?
Enquête
Des études réalisées entre 2005 et 2007(1) ont montré que 70,7 % des personnes déficientes visuelles aimaient aller au musée afin de se cultiver. Dix ans plus tard, et alors que la mise aux normes, conformément à la loi de 2005 sur l’égalité des chances, devait être réalisée pour le 1er janvier 2015, les lieux accueillant les visiteurs déficients visuels se sont multipliés. Le travail efficace des responsables handicap répond à une constatation établie dans la lettre de l’OCIM1 disant « qu’une synergie réelle entre le public déficient visuel et les personnes chargées de la médiation permet une offre culturelle considérable ». Par ailleurs, la diversification des outils de médiation, grâce aux progrès technologiques et à la participation active des associations, évite toute standardisation et conduit à ce qu’effet de surprise et émotions accompagnent le visiteur.
Rappel de la loi du 11 février 2005
La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances faisait obligation aux établissements recevant du public (ERP), de réaliser un diagnostic d’accessibilité avant le 31 décembre 2010 pour une mise aux normes avant le 1er janvier 2015. Cette loi concerne le stationnement, les cheminements, l’accueil, les sanitaires, les revêtements des sols et des parois et le mobilier. Le budget est donc prioritairement consacré à ces travaux environnementaux comme le déplore Maud Dupuis de la société Polymorph design : « On assiste depuis trois ans à une baisse de nos commandes en éléments de médiation ».
Dans la pratique et devant l’impossibilité matérielle et/ou financière de certains ERP à réaliser les travaux en temps voulu, un agenda d’adaptation programmée, Ad’AP, devait être déposé dans les préfectures avant le 30 septembre 2015.
En conséquence, sur le terrain, soit les sites répondent aux critères définis par la loi, soit ils sont en cours d’adaptation ou ils bénéficient d’une dérogation, ce qui est souvent le cas des monuments historiques.
Les efforts des comités régionaux du tourisme
De nombreux comités régionaux du tourisme présentent sur leur page d’accueil un onglet permettant d’aller directement sur les sites accueillant les visiteurs en situation de handicap ou bien un lien vers un site spécifique. La région PACA, primée en 2010 pour son site www.handitourismepaca.fr

a ouvert la voie, et il existe maintenant le site http://handi.tourismebretagne.com ou encore handitourisme.hautes-alpes.net. Pour affiner encore leur offre, les offices de tourisme établissent des listes personnalisées à la demande.
Des parcours adaptés
Les responsables « handicap » des musées publics ont à leur disposition un budget octroyé par le directeur du musée qui leur permet de mettre en place des parcours adaptés. Alexandre Therwath, responsable « handicap » du musée d’Orsay à Paris, a commencé par organiser des visites à partir d’objets existants pouvant servir d’objets de médiation : reproduction de sculptures ou objets que le conservateur autorisait à toucher.
Les commandes spécifiques sont venues dans un second temps comme la maquette du musée qui permet de commencer la visite proposée aux groupes sur le thème : « L’architecture et l’histoire du musée d’Orsay ». Irène, malvoyante, interrogée à l’issue de sa première visite culturelle au musée, commente : « La maquette 3D m’a permis de comprendre son architecture et le discours de la conférencière a bien restitué l’esprit qui a conduit la transformation de la gare en musée. Je suis enchantée et j’admire le travail qui a été fait par les lieux culturels pour que nous trouvions là aussi notre place ». Pour satisfaire le public individuel à côté de l’audiodescription des œuvres majeures du musée, et à l’occasion de la restauration de

« L’atelier du peintre » de Courbet, une double installation a été conçue : une

image tactile de l’œuvre accompagnée d’un commentaire enregistré et une succession de chevalets palpables mettant en scène une toile, une toile avec apprêt, une toile avec vernis. Cette double installation fait l’objet de prêt : elle a ainsi été envoyée pour quelques mois à la médiathèque de Rouen. Un partenariat qui peut aller jusqu’à une mise en réseau comme dans la région Hauts-de-France. Le réseau « Musée du bout des doigts » fédère cinq musées : Valenciennes, Douai, Arras, Calais et Lille. Les parcours, les discours, les objets de médiation et les activités sont conçus pour se compléter et permettre de « se forger une représentation mentale de l’histoire des styles ».


Conférence devant une reproduction en taille réelle de « la porte des enfers » de Rodin
Les expositions temporaires
Le musée des Arts Décoratifs de Paris a créé à l’occasion de l’exposition

« Chronologie de la mode 1715-1914 » un atelier mettant en scène trois mannequins habillés et pouvant être touchés.
Le MuCEM de Marseille prévoit des visites en audiodescription de toutes ses expositions temporaires tout comme le musée des Beaux- Arts de Bordeaux. Un premier pas méritoire, moins onéreux que de financer des outils mais qui demande un texte bien préparé.
Une mention spéciale doit être accordée aux expositions temporaires dédiées au public déficient visuel mais également à tous ceux qui désirent appréhender l’art au travers d’autres sens que celui de la vue. Ainsi, l’association ARTESENS propose dix expositions itinérantes : « L’enjeu est de faire jouer les différents registres sensoriels, de les stimuler et de mieux les utiliser pour développer nos connaissances tout en vivant des moments d’émotion et de plaisir esthétique ». Françoise Raynette peut être qualifiée de « responsable handicap itinérante » puisque ces expositions sont présentées dans les communes du pays d’Aix comme dans les musées nationaux. L’exposition « Divina Natura », conçue autour des œuvres majeures des civilisations antiques, a été ainsi présentée au musée du Quai Branly à Paris et dans des communes du Pays d’Aix. www.artesens.org/
Le rôle du mécénat
La place du mécénat se trouve fréquemment à ce niveau de la présentation des œuvres au public en situation de handicap. Il peut être le facteur déclenchant d’une initiative en faveur des déficients visuels comme dans le cas de « La mise au tombeau » de Véronèse (voir illustration page 16), puisque le financement de la restauration n’était assuré que si une action en faveur des personnes déficientes visuelles était programmée ou l’offre d’un mécénat de compétences comme l’a fait la société Cinquième Sens avec la conception d’une mallette plurisensorielle et la formation de dix conférencières.
Les techniques
La technique du thermogonflage peut être utilisée pour faire comprendre les principes de composition d’une oeuvre picturale, avec des masses et des vides, des lignes et des formes. La société Polymorph Design a imaginé de gonfler non plus des traits noirs plus ou moins épais, mais des masses noires de grande surface. Il suffit ensuite de dissimuler un capteur dans la bulle. Lorsque le visiteur passe la main, il déclenche la mise en route de l’explication de l’œuvre.


Mise en relief d'une mosaïque découverte à Saint-Romain-en-Gal Réalisation : Remy Closset
La mise en relief de tableaux, mosaïques ou médailles met en évidence, avec une extrême précision, tous les éléments concernés : les contours des personnages, les plis des robes, les frisottis des cheveux... Rémy Closset, lui-même déficient visuel, a élaboré une technique en deux étapes : après une modélisation 3D qui permet de concevoir un outil en taille réelle, agrandie ou diminuée, il fait effectuer un fraisage numérique dans un bloc de polyuréthane. L’objet obtenu résiste bien aux manipulations des visiteurs et son prix de revient est tout à fait raisonnable.

www.invisibleart.eu
La maquette 3D d’un tableau, quant à elle, rend compte de la situation des personnages, de leur position mais aussi de leurs vêtements. Ainsi, les tissus des vêtements des neuf personnages de « La mise au tombeau » de Véronèse ont fait l’objet d’une longue réflexion à laquelle a participé un groupe de déficientes visuelles, « coquettes et sensibles à la qualité des tissus » comme le précise Maud Dupuis, réalisatrice du projet. Leur choix, parmi tout un panel de textures et de couleurs a été respecté. Elles ont choisi les étoffes qui correspondaient le mieux à la personnalité des personnages représentés : Marie, mère de Jésus, Marie-Madeleine, l’apôtre Jean... et ces choix n’étaient pas ceux prévus par les concepteurs de la maquette ! D’où l’importance d’associer les personnes déficientes visuelles dès l’initiation du projet.
Les mallettes plurisensorielles : un assemblage d’objets de médiation
Les premières à avoir vu le jour, dans les années 2000, ont été réalisées par le Centre des monuments nationaux et l’idée de base était de faire correspondre une sensation tactile à une couleur. En 2016, le musée du Louvre et la société Cinquième sens travaillent autour de trois mallettes : l’idée n’est plus d’essayer de transcrire les couleurs mais les odeurs. Ainsi, par exemple, pour le portrait de Madame de Pompadour de Quentin de La Tour, la mallette comprend des tissus rappelant ceux du XVIIIe siècle, des extraits de musique du XVIIIe siècle, une reproduction tactile du tableau et deux parfums, l’un associant la maîtresse de Louis XV à un parfum lourd et entêtant, l’autre à une senteur légère et subtile.
Pour la mallette présentant trois tableaux autour de l’enfance, en plus du parfum, un récipient peut contenir des madeleines. À l’animatrice de le remplir régulièrement !

Ces outils ne seraient pas complets sans le discours oral qui doit accompagner toute visite. Il faut restituer l’atmosphère se dégageant des lieux, « raconter » l’œuvre en expliquant le thème, les couleurs, les formes et en la replaçant dans un contexte géographique et politique.
« L’important est de créer des émotions... »
Alain Jouno, propriétaire du jardin botanique de Haute Bretagne, nous explique sa démarche : « Patrick Otto, compositeur et chef d’orchestre rennais souhaitait composer une pièce à jouer dans le jardin. J’ai décidé de transformer cette animation ponctuelle en parcours pérenne. J’ai donc acheté trente haut-parleurs et un détecteur de mouvements. Ainsi le visiteur parcourt les dédales du labyrinthe de camélias au son du violoncelle, des cors, des harpes et des flûtes. Le Minotaure hante les lieux ! L’important est de créer des émotions... ».
Ainsi, l’outil de médiation va-t-il jouer le rôle de « déclencheur d’émotions » et c’est pour mettre la peinture à la portée des déficients visuels que les recherches sont les plus intenses. Cependant, loin de rendre le livret en braille et le plan en relief obsolètes, les nouveaux outils comme le dit Monique, non-voyante, « ne donnent pas tous la même information et donc se complètent ». ■
Cécile de Kernier


Malette sensorielle avec des tissus, un tableau en relief de la Pompadour et des coupelles de senteurs
Le label « Tourisme & Handicap » : un plus

Ce label, mis en place en 2002 par l’association Tourisme & Handicap, permet de récompenser les sites qui, volontairement, ont répondu à un cahier des charges visant à une autonomie totale du visiteur possédant un handicap. Il est attribué pour un minimum de deux handicaps sur quatre et pour une durée de cinq ans. La participation des associations dans la mise en œuvre sur le terrain des divers aspects du cahier des charges est fondamentale dans la constitution d’un dossier de labellisation.

www.tourisme-handicaps.org/les-labels/
Une application pour smartphones

Une application du circuit du Méjean, sortie en décembre 2015, a été conçue directement pour les personnes déficientes visuelles avec toutes les possibilités technologiques offertes par les smartphones adaptés. En premier lieu, cette application permet le guidage sur le site avec une géolocalisation mettant en évidence les points spécifiques du parcours (reproduction d’un nid d’oiseau en osier, planche en relief présentant les oiseaux du territoire et la taille des œufs...) et les autres lieux de visite du territoire en proposant l’audiodescription du contenu des panneaux et du paysage.

http://www.ville-lattes.fr/appmejeanDV.html


Planche en relief présentant les oiseaux du territoire
La malouinière du Puits Sauvage à Saint-Malo

N’offre ni label, ni livret en braille, ni plan en relief mais une visite guidée adaptée au visiteur qui parcourt la maison et le parc, en compagnie de Jean Gauttier qui raconte avec passion l’histoire de son ancêtre corsaire malouin et présente avec enthousiasme sa collection de cactus. Cette audiodescription permet de répondre à l’attente exprimée par une personne aveugle : « Ce n’est pas moi qui entre dans le musée, c’est le musée qui entre en moi ! »
Trente œuvres photographiques du musée de l’Élysée à Lausanne pour expliquer l’histoire de la photographie aux déficients visuels

L’association « Feel the Arts » ne cherche pas à mettre en ligne une reproduction tactile des œuvres mais « un voyage tactile» dans la photographie. Ce voyage commence en bas à droite du document et se poursuit sous la conduite d’une audiodescription. Pour le voyant, l’impression tactile, grâce à une imprimante utilisant un papier à microcapsules, ne ressemble certes pas tout à fait à l’oeuvre originale mais sous les doigts du non-voyant, elle prend vie. Ces 30 œuvres et leurs explications seront téléchargeables sur le site du musée fin 2016 comme nous l’a confirmé Madame Hauer, chargée du projet pour le musée.

Site en construction : www.feelthearts.com/
« Les souffleurs d’images » : un service sur mesure

Vous désirez visiter un musée de la Ville de Paris ?

Téléphonez au CRTH, le Centre de recherche théâtre handicap. Il vous mettra en contact avec un étudiant en histoire de l’art qui, à la demande, vous « soufflera les images ». Vous déciderez du parcours que vous souhaitez faire et en donnant vos préférences à votre guide d’un jour, vous saurez alors tout sur les œuvres qui vous intéressent.
« Les souffleurs d’images » vous accompagnent aussi au théâtre et au festival d’Avignon.
CRTH Tél. : 01 42 74 17 87
Des guides adaptés :

  • le guide Céci’Tourisme, fruit d’un partenariat entre l’association Braille & Culture et la fondation d’entreprise Michelin, sort tous les deux ans sur Internet et est disponible en braille. La prochaine version, en 2017, sera également en format Daisy2. Le label « Tourisme & Handicap » n’est pas le critère de sélection ;

www.braille-culture.com/guide-en-ligne.php


  • le Petit Futé Handi-tourisme, lui en revanche, recense toutes les adresses possédant le label « Tourisme & Handicap ».


RENNES : accessibilité culture pour tous

Le programme culturel mêlant visites culturelles comme la visite du Parlement ou du Fonds régional d’art contemporain, et sorties culturelles avec représentations théâtrales ou opéras en audiodescription, est conçu et distribué par le service culturel de la ville. Pour ceux qui fréquentent le comité Valentin Haüy d’Ille-et-Vilaine à Rennes, un planning est créé afin qu’un bénévole puisse les accompagner. Pas un lieu public ne programme quelque chose sans qu’une journée ou une représentation au moins ne soit adaptée au public en situation de handicap.
Les comités régionaux et locaux Valentin Haüy sont à l’initiative de nombreux partenariats avec les musées afin de rendre ceux-ci de plus en plus accessibles au public déficient visuel et organisent eux aussi leurs propres visites.
Retrouvez le comité local le plus proche : www.avh.asso.fr/ rubrique

« Implantations locales ».



AVH EN ACTION


Photo de groupe lors de la visite du SESSAD du comité de la Somme
1   2   3   4   5   6

similaire:

En couverture : visite tactile au musée Belmondo iconHI01 Visite du musée de l’Ancien Evêché à Grenoble

En couverture : visite tactile au musée Belmondo iconSéance 1 : Emettre des hypothèses de lecture à partir du titre, de...

En couverture : visite tactile au musée Belmondo iconRechercher les mots et les phrases en décrivant l'atmosphère
«le plus jeune était fort délicat et ne disait mot» Le petit Poucet Charles Perrault et faire le parallèle avec ce quia été lu sur...

En couverture : visite tactile au musée Belmondo iconElements notes lors de la visite de la mediatheque du haillan
«alternatives à la Dewey»a été essentiellement consacrée à la visite commentée de la médiathèque du Haillan, les 5 personnes présentes...

En couverture : visite tactile au musée Belmondo iconAnalyser un monument aux morts et comprendre ses enjeux : un exercice...

En couverture : visite tactile au musée Belmondo icon• Recherche sur l’image tactile avec le Centre Amandine

En couverture : visite tactile au musée Belmondo iconCompte rendu de Conseil d'école 2
«La vallée de Tom Pouce» et la visite du parc animalier (qui se fera en calèche pour les ps). Pour les gs : animation autour du loup...

En couverture : visite tactile au musée Belmondo iconE X p o s I t I o n musÉe Goya Musée d’art hispanique

En couverture : visite tactile au musée Belmondo iconProgramme disponible à l’office de tourisme
«Autour de la nature morte» -musée de la crèche et Musée d'Art et d'Histoire – tous les jours sauf le mardi de 14h à 18h

En couverture : visite tactile au musée Belmondo iconEcomusée départemental de Cuzals
«musée» qui en fait n’en ai pas un… Ou alors un musée en plein air dans lequel vous pourrez découvrir l’histoire rurale et agricole...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com