Les tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique





télécharger 287.94 Kb.
titreLes tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique
date de publication21.05.2017
taille287.94 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
LES TICE DANS LA PERSPECTIVE ACTIONNELLE: COMMENT L’APPLIQUER DANS UNE DISCIPLINE NON LINGUISTIQUE

L’importance accordée à la Perspective Actionnelle (désormais PA) depuis la publication du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (désormais CECR) nous pousse à nous poser la question en tant que didacticiens: comment adapter les TICE à cette méthodologie? Nous ferons d’abord une réflexion sur les caractéristiques de la PA et les possibilités du Web 2.0 et nous proposerons par la suite quelques activités pédagogiques avec les TICE.
1.- La Perspective Actionnelle
Ce n’est pas notre but d’entreprendre des discussions sur la notion de tâche, mais nous voulons ici tout d’abord préciser la définition de tâche et déterminer ses caractéristiques. Notre objectif vise à faire une réflexion sur la PA dans la salle de classe et à donner des idées sur sa mise en place avec les TICE comme outil pédagogique.

On a largement considéré la perspective actionnelle comme une succession logique de l’approche communicative (Cambria, 2003 ; Puren, 2006b) mais avec quelques nuances:
Avant, on mettait les apprenants dans une situation de communication définie pour développer leur compétence communicative, maintenant on attend des apprenants qu’ils réalisent des actions 1
Il faut tenir compte à ce sujet que, même si on veut que les élèves fassent la tâche, nous restons toujours des professeurs, il faut donc que nous soyons conscients de ce que nous voulons atteindre : où, comment nous devons mener nos élèves et pourquoi. Même si «il ne s’agit plus pour lui de déverser des savoirs[…] ou de diriger des exercices2 » il faut que nous soyons convaincus de l’importance de la PA et de ses bénéfices pour bien pouvoir la mettre en place dans nos cours.
1.1 Définition de tâche
Même si dans le CECR sont nombreuses les fois que la tâche est mentionnée la définition reste un peu floue et trop générale. Voici une des définitions que nous trouvons dans le CERC:
Les tâches ou activités sont l’un des faits courants de la vie quotidienne dans les domaines personnel, public, éducationnel et professionnel. L’exécution d’une tâche par un individu suppose la mise en oeuvre stratégique de compétences données, afin de mener à bien un ensemble d’actions finalisées dans un certain domaine avec un but défini et un produit particulier3
Puren (2006b) nuance la définition :
Ce que l’on fait faire aux élèves en classe (agir d’apprentissage, ou « scolaire ») pour

qu’ils soient capables de réaliser ce qu’on veut qu’ils fassent plus tard dans la société4
En fait ceci révèle un grand défi pour le professeur. Il faut que l’apprentissage soit susceptible d’être transposé dans la société et en même temps il ne faut pas oublier que le contexte est tout à fait scolaire. Nous reprendrons cette idée plus tard en parlant du Web 2.0 et comme tout ce qui est fait peut être transposé via Internet partout dans le web, et donc, partout dans le monde.
Nous présentons, maintenant une autre définition :

 a piece of classroom work which involves learners in comprehending, manipulating, producing or interacting in the target language while their attention is principally focused on meaning rather than form 5
Ce que dans le CERC est commenté comme :
La communication fait partie intégrante des tâches dans lesquelles les participants s’engagent en interaction, réception, production, compréhension ou médiation ou une combinaison de deux ou plus de ces activités6
Ainsi nous ajoutons une autre particularité de la tâche, c’est à dire, elle doit inclure plusieurs compétences linguistiques, car dans la communication authentique les compétences communicatives se mélangent souvent. Par exemple, si on discute avec quelqu’un sur quel film on va voir ; d’abord il faut lire les critiques de cinéma (Compréhension Écrite), après argumenter sur quel film on va voir (Expression Orale), écouter les propos de l’autre (Compréhension Orale). C’est à dire, très rarement nous trouvons dans la communication réelle l’utilisation d’une seule compétence. Il faut insister plus sur la signification que sur la forme. Si on réfléchit un peu ; n’est-il pas vrai qu’il faut encourager les élèves à s’exprimer (même avec des fautes) plutôt que les corriger sans arrêt?
Dans une tâche communicative, l’accent est mis sur le succès de l’exécution de la tâche et, en conséquence, le sens est au centre du processus tandis que les apprenants réalisent leurs intentions communicatives. Cependant, dans le cas des activités conçues en vue de l’apprentissage et de l’enseignement d’une langue, l’intérêt de la performance porte à la fois sur le sens et sur la façon dont le sens est compris, exprimé et négocié. Dans le plan général présidant au choix des activités et à leur organisation, Il faut maintenir constamment l’équilibre toujours instable entre forme et fond, aisance et correction de telle sorte que la réalisation de la tâche, mais aussi les opérations d’apprentissage, puissent être facilitées et convenablement identifiées7.
C’est à dire, l’enseignant doit faire en sorte que toutes les tâches proposées aient un sens pour les apprenants et au même temps une motivation, ce que reste assez facile lorsqu’on travaille avec TICE.
1.2 Caractéristiques de la tâche
Selon Denyer (2006) voilà les caractéristiques de la tâche que nous allons commenter :


  • Un contexte : Toujours, comme nous l’avons dit auparavant il est scolaire. Le fait

de proposer une tâche motivante ne relève pas d’une grande difficulté pour une classe désirant d’apprendre, mais même dans ce cas, il faut considérer leur âge et leur façon d’agir. Le professeur dans ce contexte ne fait plus de grammaire descriptive mais il reste toujours un professeur, car son but reste noter la tâche (ou projet).

Un problème à résoudre: c’est au professeur d’abord de bien construire sa tâche car c’est lui qui connaît ses élèves. Ceci implique un travail de réflexion et d’organisation de la part de l’enseignant. Comment va-t-on faire faire cette tâche ?, il faudrait aussi lancer des défis pour que les élèves les relèvent. Lorsqu’on travaille avec les TICE, il s’impose, bien évidemment, des connaissances techniques, ces connaissances surtout pour le Web 2.0 sont de plus en plus accessibles et simples.

Un but: pour le professeur ? pour celui qui crée les méthodes ? pour l’élève ? ou pour celui qui travaille avec la langue. Il est clair que le but du professeur, et ici on a besoin d’une réflexion est de travailler avec la langue. L’élève peut avoir ce besoin mais pas tellement. Il faut donc avoir un but linguistique et communicatif à la fois.

Un résultat ou produit: c’est le produit qui a été construit en classe de langue, le fait d’avoir été capable de construire un produit en FLE est motivant en lui même de la même façon que le placer sur Internet et permettre que tous les internautes aient accès à ce travail, on ne sera que très surpris quand on vérifie le nombre de visites que notre site est susceptible d’avoir et tous les commentaires écrits par les lecteurs.

D’après ces caractéristiques, nous pouvons nous apercevoir comme le rôle du professeur prend son importance avant d’établir la tâche, il s’impose une réflexion avant de commencer son travail avec les TICE.
1.3 Comment développer la tâche dans un cours
Une fois définie la tâche et commentées certaines de ses caractéristiques nous allons essayer de donner quelques idées pratiques pour travailler les tâches dans la classe de FLE. C’est à dire comment construire les projets et comment les mettre en place en classe de FLE, pour ce faire nous allons reprendre les idées de Fernández (2001) :

1.3.1 Décider le thème
Cette décision dépend du professeur après réflexion sur ce qui peut motiver ses élèves ou bien après un travail en classe et une mise au point avec le groupe. C’est l’enseignant qui doit décider si une discussion à ce sujet convient ou non à sa classe ou même s’il considère plus approprié donner les consignes les plus importantes de la tâche.

Étant donné que l’on parle de FLE et les TICE toute l’information est sur le Net, n’importe quel thème peut être un objet de travail car Internet se relève comme une source d’information (presque) sans limites.
1.3.2 Choisir le produit final
Tout est planifié pour créer un produit final. Le mieux est de décider, d’abord, où l’on va et ensuite déterminer ce qu’on veut construire. Si le professeur a une idée claire d’où il veut aller, il saura aussi comment avancer pas après pas et franchir les obstacles pour arriver à son but qui est le produit final. Ce produit final qui peut être fait en papier, en format Power Point ou faire un site web, un blog, un wiki etc.…

1.3.3 Tâches intermédiaires
C’est à dire, aider les élèves à faire la tâche, leur expliquer ou les diriger et leur montrer comment arriver à ce but qu’ils veulent atteindre. C’est ici que le rôle du professeur devient le rôle d’accompagnateur dans la tâche, les apprenants s’adresseront à lui et lui demanderont conseil; d’accord, il faut qu’on fasse mais comment?.

De cette tâche il faudra définir toutes les activités préalables comme quête d’information, écriture des faits etc.…

1.3.4 Délimiter les objectifs communicatifs et les éléments linguistiques
C’est la suite logique du pas antérieur. Comme on a dit dans la définition de tâche, celle-ci doit comporter tous les éléments fondamentaux de la communication authentique. Pour cela on doit renforcer ces éléments et être sûr que les élèves maîtrisent les éléments linguistiques qu’on leur demande d’utiliser lors de la réalisation de la tâche. Par expérience si la tâche est trop facile ou trop compliquée il y a aura une forte démotivation de la part de l’élève. Il est donc important de proposer aux élèves une tâche qui suppose un grand intérêt pour le succès de ce travail.

Les TICE nous permettent la possibilité de travailler plusieurs compétences linguistiques au même temps ainsi que les adapter à n’importe quel niveau linguistique.
1.3.5 Prévoir les matériaux nécessaires
Une fois délimité où l’on va et ce qu’on va faire il faut alors fournir le matériel nécessaire pour le travail. De nos jours l’accès au matériel authentique ne pose aucun problème grâce à Internet mais justement à cause de l’énorme source d’information qu’il nous offre, il faudrait limiter le choix de ce matériel, tout en sachant que:
L’entrée par l’action est …l’entrée la plus adéquate pour exploiter la potentialité didactique spécifique à l’Internet, qui est de mettre les élèves eux mêmes immédiatement et directement en contact avec une masse énorme de documents authentiques en langue étrangère”… avant même d’allumer l’ordinateur et de se connecter, [les élèves] …doivent savoir ce qu’ils doivent faire… pour les élèves sur Internet …au début est l’action 8
Le travail du professeur sera de faire un choix des sites tout en ayant compte du niveau linguistique de ses élèves et l’adéquation des sites à ses propos didactiques : parfois nous trouvons des sites avec des données incorrectes ou des sites qui disparaissent tout ce qui est sur Le Net a besoin d’un esprit critique et d’une vérification régulière.
1.3.6 Organiser
Nous faisons ici référence à la temporalité de la tâche, on peut très bien prévoir un projet pour l’année, pour quelques mois ou même pour une séance de classe. De la même façon qu’il est important de bien choisir la tâche, d’orienter correctement les élèves pour son accomplissement, il est aussi primordial de bien déterminer quand on va la faire après avoir défini le quoi et le comment. Nous insistons sur le fait que si on consacre trop de temps à une tâche, l’élève va perdre son temps, alors que si on lui donne peu de temps, la tâche sera trop compliquée.
1.3.7 Évaluer
Comme nous avons déjà exposé auparavant nous nous confrontons à un système scolaire. Ceci implique une évaluation tant de la part de l’élève que de la part du professeur. D’une part il faut que l’élève soit noté et sa tâche corrigée et d’autre part il faut que le professeur fasse une évaluation de la tâche proposée : a-t-elle marchée ? est-ce qu’on a atteint les buts qu’on s’était proposés? Est-ce que les élèves ont appris? Et quoi ? si c’était à refaire qu’est-ce qu’on pourrait changer pour l’améliorer?
2. L’avenir: le web 2.0 et les perspectives didactiques
Nous proposons une définition sur le web 2.0 :
Le Web 2.0 décrit une deuxième génération de sites Web, nés depuis 2005, basés sur des fonctions simples, facilitant la participation et l’accessibilité et, par conséquent, centré sur les utilisateurs les plus actifs.

Dans ce nouveau web, ce qui change vraiment ce ne sont pas tant les technologies que les internautes, qui ne se contentent plus de consommer des informations, bien au contraire, ils se mettent eux aussi à en produire et à les rendre publiques grâce à des services qui rendent cette tâche très facile. En outre, sur le Web 2.0 la collaboration et le partage sont mis en avant, et voilà une des raisons pour lesquelles ce sont des outils intéressant tous les professeurs.9
Tout en sachant que :
La communication fait partie intégrante des tâches dans lesquelles les participants s’engagent en interaction, réception, production, compréhension ou médiation ou une combinaison de deux ou plus de ces activités (CERC)
Il nous semble évident que le Web 2.0 un instrument très adapté pour développer la PA en cours de FLE. Ce Web nous permet le développement de compétences écrites (lire et écrire) et orale (écouter pour insérer des contenus, s’exprimer pour exposer ce qu’on a laissé sur le Net) et nous ne pouvons pas laisser de côté le fait que tout ce qui est rédigé avec ces outils est visible par tout Internet :
L’enseignant […], devrait veiller à ce que ces tâches s’inscrivent dans une véritable relation sociale demandant une réelle implication du sujet. Il s’agit en effet, comme dans le long terme, de permettre à l’apprenant, pensé comme “acteur social”, de faire quelque chose en utilisant la langue qu’il est en train d’apprendre.10
En plus du fait du travail linguistique le web 2.0 nous permet de communiquer, d’écrire pour être lus et entendus ailleurs la salle de classe

3.- Idées de classe
Après avoir exposé les principes théoriques de la PA et les possibilités qu’Internet nous11










































12

  • Comme site web. Pourquoi ne pas utiliser un blog et y insérer une simple chasse au

trésor portant sur un thème de notre intérêt ?

  • Comme outil de communication du professeur avec ses élèves


N’importe quel thème peut être travaillé dans un blog. Le blog devient ainsi le produit final. Pour construire ce produit final l’enseignant devrait diriger la tâche des élèves avec des questions techniques et l’organisation du blog : ce qu’ils doivent faire, les contenus attendus et quand ils doivent écrire (rendre) ce travail. Pour réaliser ce projet, il faudrait aussi recommander des sites appropriés pour la tâche proposée. L’évaluation sur un blog peut se faire de deux façons: si chaque élève travaille chez soi le professeur peut le corriger virtuellement depuis son poste informatique soulignant les erreurs ou en écrivant des commentaires sur son travail. Si l’on travaille à l’école l’enseignant peut vérifier les contenus avant qu’ils ne soient publiés sur le Net, il faut dire que les élèves sont bien conscients de que leur travail est visible partout dans le monde.


LA PA

LE BLOG

Thème

Ouvert

Tâche

Faire un blog

Tâches intermédiaires + l’organisation

Technique, temps

Matériel nécessaire

Sites

Évaluation

Commentaires

Délimiter les objectifs communicatifs et les éléments linguistiques

CE, CO, PE, PO


Avec nos élèves, nous avons fait pendant 3 mois un blog sur l’histoire de France, cette activité a été utile car les apprenants ont dû lire et résumer les faits fondamentaux de l’histoire de France et ainsi ils ont bien acquis des connaissances qui auraient été moins bien retenues si le professeur avait exposé en cours tout simplement les contenus.

Voici le site : http://petitehistoiredefrance.wordpress.com

3.3 WIKI
Un wiki (en français prononcer oui-qui) est un type de site web qui permet aux utilisateurs d'ajouter et de modifier facilement du contenu. Ce sont généralement des sites web très bien adaptés pour l'écriture collaborative. Le terme wiki renvoie aussi au logiciel collaboratif qui facilite le fonctionnement de ce type de site web13.
Le wiki partage avec le blog la simplicité de son usage, la différence avec le blog est que les contenus sont disposés par l’ordre attribué par celui qui gère le wiki et non pas par ordre chronologique.

Avec nos élèves, nous avons fabriqué un Wiki sur la chanson francophone. http://notremusique.wikispaces.com dans lequel les élèves ont dû chercher des chansons francophones avec leurs paroles, la seule condition était qu’on ne pouvait pas répéter la même chanson, pour cela il fallait écouter le reste des chansons des élèves. Après le choix, chaque groupe d’élèves a dû exposer à leurs collègues de classe la chanson et expliquer la signification des paroles.

Nous écrivons ici une grille qui résume de la PA et la wiki, étant donné qu’elle est très semblable à celle du blog :


LA PA

LE WIKI

Thème

Ouvert (la musique)

Tâche

Wiki

Tâches intermédiaires + l’organisation

Technique et temps

Matériel nécessaire

Sites

Évaluation

+ 1 point note finale

Délimiter les objectifs communicatifs et les éléments linguistiques

CO, EO ,CE



Après avoir donné les traits les plus importants de la PA et leur correspondance avec les TICE nous pouvons vérifier que les TICE s’adaptent très bien à la PA, il suffit que le professeur accomplisse un travail préalable sur les objectifs pédagogiques et qu’il sache où mener ses élèves pour qu’ils réussissent dans leur apprentissage. Les WQ, les blogs et les wikis s’adaptent ainsi à la PA, n’importe quelle matière peut se faire objet d’un apprentissage d’une telle sorte , c’est à l’enseignant de bien réfléchir d’abord où il va mener ses apprenants, dans quel but il va les faire travailler.
Nous proposons une bibliographie pour approfondir sur ce sujet.
4. BIBLIOGRAPHIE
Cambria, A. (2003). L’interculturel dans le Cadre européen Commun de Référence. Hyperbul, nº 7
Conseil de l’Éurope (2001). Cadre européen commun de référence pour les langues, Paris, Didier.
Denyer, M. (2006). La perspective actionnelle définie par le CERC et ses répercussions dans l’enseignement des langues. Barcelona, 1ère Rencontre Difusión FLE, 9-16.
Fernández, S. (Éd.).(2001). Tareas y proyectos en clase. Madrid, Edinumen.
Johnson, K. (2003). Designing language teaching tasks. New York: Palgrave Macmillan.
Nunan, D. (1989). Designing tasks for the communicative classroom, Cambridge: Cambridge University Press.
Ollivier, C (2007). Ouvrir la classe de langue sur le monde pour motiver

Les apprenants et modifier la relation enseignants-apprenants. Les nouveaux rôles de l’enseignant et de l’apprenant dans une perspective actionnelle. Barcelona. II ème rencontré FLE Difusión, pp.15-21.
Puren, C. (2006 a). De l’approche communicative à la perspective actionnelle, Le français dans le monde, 347, 37-40.
Puren, C. (2006 b). La perspective actionnelle: vers une nouvelle cohérence didactique, Le français dans le monde, 348, 42-44.
Puren, C. (2006 c). Comment harmoniser le système d’évaluation français avec le Cadre Européen Commun de Référence ?, APLV Régionale de Grenoble Assemblée Générale du 22 mars 2006.
Vera Pérez, C. (2007). Le web 2.0 dans l’enseignement des langues étrangères. Les nouveaux rôles de l’enseignant et de l’apprenant dans une perspective actionnelle. Barcelona. II ème rencontré FLE Difusión, pp. 57-63.


SITOGRAPHIE
Sites consultés en août 2008
http://www.over-blog.com/offres-blog/definition-blog.php
http://wiki.crao.net/index.php/CestQuoiUnWiki?redirectfrom=WiKi
http://www.aula21.net/


1 Cambria, A. (2003),  L’interculturel dans le Cadre européen Commun de Référence, Hyperbul, nº 7.

2Denyer, M. (2006). La perspective actionnelle définie par le CERC et ses répercussions dans l’enseignement des langues. Barcelona, 1ère Rencontre Difusión FLE, p.15

3 Conseil de l’Éurope (2001). Cadre européen commun de référence pour les langues, Paris, Didier, p. 121

4 Puren, C. (2006), « Comment harmoniser le système d’évaluation français avec le cadre européen commun de référence ? APLV Régionale de Grenoble Assemblée Générale du 22 mars 2006

5 Nunan, D. (1989), Designing tasks for the communicative classroom, Cambridge, cambridge University Press. 10

6 CERC p.121

7 CERC P.122

8 Puren, C. (2006) “La perspective actionnelle: vers une nouvelle cohérence didactique”, Le français dans le monde, 348, 44.


9 Vera Pérez, C. (2007). Le web 2.0 dans l’enseignement des langues étrangères Les nouveaux rôles de l’enseignant et de l’apprenant dans une perspective actionnelle II ème reencontré FLE Difusión, P. 58.

10 Ollivier, C (2007). Ouvrir la classe de langue sur le monde pour motiver

Les apprenants et modifier la relation enseignants-apprenants. Barcelona. II ème rencontré FLE Difusión, p.16

11 Godet, C. , 2005 De la WebQuest ou cyberquête en langue étrangère, Ac-tice nº 41


13 http://wiki.crao.net/index.php/CestQuoiUnWiki?redirectfrom=WiKi




similaire:

Les tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique iconDire l’indiaoceanite dans les manuels d’enseignement de la reunion
«d’imagination conditionnée»2, à l'élaboration d’un roman indiaocéanique à valeur de mythe et construit dans une perspective téléologique....

Les tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique iconLe Québec et les fédérations de l’Amérique du Sud dans une perspective comparée
«Vers une pensée politique fédérale : la répudiation du mythe de la différence québécoise «radicale», dans André Pratte (dir.), Reconquérir...

Les tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique icon2002: En quoi les crises économiques et financières majeures marquent-elles...

Les tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique iconRésumé : Cet article s’insère dans une perspective d’étude des comportements...

Les tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique iconRapport de stage présenté par
«didactiques des langues et environnements informatiques», et particulièrement travailler avec les ntic et les tice. IL me fallait...

Les tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique iconMultimédiatiser l'école ?
«nouvelles», dites multimédia, dont Internet est le fer de lance. Les initiales tice sont entrées dans les textes officiels, nous...

Les tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique iconAtelier chantier de fouilles… exposition Balade dans l’évolution 15
«font parler» les fossiles des êtres vivants retrouvés dans les entrailles de la Terre et retracent ainsi l’histoire de l’évolution...

Les tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique iconManuel de formation
«Démarche actionnelle: donner du sens à l’apprentissage» transposée dans la pédagogie du projet, de la réalisation d'un produit final...

Les tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique iconLes vertus de l’économie ouverte ?
«nouvelle» mondialisation, inscrite elle-même dans une longue perspective historique5

Les tice dans la perspective actionnelle: comment l’appliquer dans une discipline non linguistique iconL’économie sociale en France dans une perspective européenne






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com