Programme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011)





télécharger 323.15 Kb.
titreProgramme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011)
page2/5
date de publication09.11.2017
taille323.15 Kb.
typeProgramme
h.20-bal.com > documents > Programme
1   2   3   4   5

Le Français dans le monde – Recherches et applications


La Sihfles est membre associée de la Fédération internationale des professeurs de français, dont dépendent le magazine Le Français dans le monde et son supplément académique Recherches et applications, qui va bientôt célébrer son 50e numéro. Voilà les thèmes des 5 dernières années.

  • n° 49 (janvier 2011) : Curriculum, programmes et itinéraires en langues et cultures, coordonné par Pierre Martinez, Mohamed Miled, Rada Tirvassen

  • n° 48 (juillet 2010) : Interrogation épistémologiques en didactique des langues, coordonné par Jean-Paul Narcy-Combes, Henri Portine, Dominique Macaire

  • n° 47 (janvier 2010) : Faire des études supérieures en langue française, coordonné par Chantal Parpette et Jean-Marc Mangiante

  • n° 46 (juillet 2009) : La circulation internationale des idées en didactique des langues coordonné par Geneviève Zarate, INALCO

  • n° 45 (janvier 2009) : La perspective actionnelle et l’approche par les tâches en classe de langue coordonné par Évelyne Rosen, université Lille III

  • n° 44 (juillet 2008) : Du discours de l'enseignant aux pratiques de l'apprenant, coordonné par Fatima Chnane-Davin et Jean-Pierre Cuq

  • n° 43 (janvier 2008) : Quel oral enseigner, cinquante ans après le Français fondamental coordonné par Claude Cortier et Robert Bouchard

  • n° 42 (juillet 2007) : Langue et travail - deux cents pages de réflexions théoriques et pratiques, coordonné par Florence Mourlhon-Dallies, université Paris III

  • n° 41 (janvier 2007) : Formation initiale en français langue étrangère : actualité et perspectives, coordonné par Mariella Causa avec Jean Binon et Jean-Louis Chiss

  • n° 40 (juillet 2006) : Les échanges en ligne dans l’apprentissage et la formation : cadrage et présentation coordonné par Charlotte Dejean-Thircuir et François Mangenot

  • n° 39 (janvier 2006) : Biographie langagière et apprentissage plurilingue : Dire et écrire son plurilinguisme, coordonné par Muriel Molinié, DILTEC/Université de Cergy-Pontoise

25e Congrès du Conseil International d’Études Francophones

Aix-en-Provence, Cité du livre

29 mai-5 juin 2011

http://www.cief.org

Mardi 31 mai 09:00 – 10:30

Session III Présidente :

Marie-Christine KOK ESCALLE, Université d’Utrecht

Éducation francophone : éducation genrée ? L’enseignement du français langue étrangère/seconde hors de France XVIIIe – 1e moitié du XXe siècle

« Représentations et enjeux de l’enseignement du français dans l’enseignement féminin au Portugal au XIXe siècle », Ana Clara SANTOS, Université d’Algarve

« Éducation en français pour la ‘régénération’ de la femme orientale en Palestine ottomane et mandataire (1870-1939) », Karène SANCHEZ-SUMMERER, Université de Leyde

« Éducation en français aux Pays-Bas aux XVIIIe et XIXe siècles : une éducation à la féminité ? », Marie-Christine KOK ESCALLE, Université d’Utrecht


Journée d’étude internationale

Sources et “questions” en histoire de l’éducation : à propos des répertoires de manuels scolaires

vendredi 24 juin 2011, de 8h45 à 17h

Université de Mons, Campus Plaine de Nimy, Avenue du Champ de Mars, audit. Vésale 025

Responsable : Michel Berré

Diffusé à plusieurs centaines de millions d’exemplaires dans le monde, le manuel scolaire constitue un des premiers outils d’acculturation dans les sociétés contemporaines (XIXe - XXe siècles). Son intérêt majeur en tant que source permettant de mieux connaître la “culture scolaire », mais aussi la “culture commune“ d’une société (dans ses contenus comme dans ses “formes“) est reconnu depuis quelques années par les spécialistes de l’histoire de l’éducation et de l’histoire culturelle.

La journée d’étude a pour but de dresser un état des lieux de la recherche sur les manuels scolaires dans le domaine de l’histoire de l’éducation et de l’histoire des didactiques disciplinaires ; plus particulièrement, elle entend s’interroger sur la manière dont les répertoires de manuels scolaires sont réalisés et mis à la disposition des chercheurs et sur les “questions“ nouvelles que les historiens de l’éducation et de l’enseignement sont amenés à se poser en travaillant sur ce type de sources.

Les organisateurs espèrent ainsi stimuler des recherches dans ce domaine reconnu internationalement depuis une vingtaine d’années – comme le confirment de nombreux travaux bibliographiques et scientifiques – mais qui jusqu’ici n’a guère trouvé d’écho dans les universités de la Communauté française de Belgique.

Programme

8h45 - Accueil et allocutions de bienvenue

9h15 - La base Emmanuelle : histoire et perspectives, Cl. Cardon-Quint, INRP (SHE), Paris

9h40 - Leerboeken Vlaanderen : un “inventaire“ des manuels scolaires belges (1830-1940), M. Depaepe, KULeuven

10h05-10h30 - Discussion

Pause café

11h - Les répertoires de manuels de français langue étrangère dans l’histoire de l’enseignement. Pourquoi, pour qui ? N. Minerva, Université de Catane, Italie

11h25 - Répertoire des manuels scolaires du Congo belge, Honoré Vinck, KULeuven et Centre Aequatoria de Bamanya, RDC

11h50-12h15 - Discussion

12h30 - Déjeuner

14h - Manuels scolaires et histoire de l’éducation : expériences et directions de recherche, M. Depaepe, KULeuven

14h25 - Les instructions concernant la prononciation du néerlandais dans les manuels scolaires pour francophones du XVIIe siècle : les techniques utilisées et leurs limites, G. Janssens, Université de Liège

14h50 - Textbooks as history writ Small? The case of the representation of Amerindians in French Canadian National History Textbooks and Islam in American Catholic Church history textbooks (1870-1950), J. Van Wiele, Université de Tilburg, Pays-Bas

15h15-15h40 - Discussion

Pause café

16h - Présentation du “fonds de l’enseignement“ de la Bibliothèque centrale de l’UMONS, M. Berré, Université de Mons

16h15-17h - Table ronde Bibliographie locale ou Worldcat : quels horizons pour les répertoires de manuels scolaires ?

Avec Ph. Delfosse, inspecteur coordonnateur de l’enseignement secondaire ordinaire (Communauté française de Belgique) ; M. Depaepe, KULeuven ; J.-L. Jadoulle, Université de Liège et Université catholique de Louvain ; S. Vandamme, directrice de la Réserve centrale du Réseau public de Lecture de la Communauté française.

Avec le soutien du FNRS et de l’Académie universitaire Wallonie-Bruxelles.

►Accès libre

►inscription obligatoire

►Merci également de signaler si vous souhaitez prendre part au déjeuner

(restaurant universitaire)

►Inscription et renseignement :

Michel Berré, UMONS, Place du Parc, 23, B-7000 Mons, Tél. 32 (0)65 37 36 01 ou 32 72, michel.berre@umons.ac.be

organisée par l’asbl Éducation & Société

Fondée par Marie-Thérèse Isaac en 1989, Éducation & Société est une association sans but lucratif de l’Université de Mons. Elle a pour vocation de contribuer au développement de la recherche et de la connaissance dans le domaine de l’histoire de l’éducation et de l’enseignement du XVIe siècle à nos jours. Ses objectifs sont :

►la conservation et la mise en valeur de documents (manuels, cahiers d’élèves, revues, textes officiels, objets scolaires…)

►l’organisation de manifestations scientifiques (colloques, journées d’étude, expositions...)

►la publication d’ouvrages en vue d’encourager la recherche et de diffuser ses résultats.

Appels à communications
Colloque international

La perception des accents du français hors de France

Avignon (France), 17-18 novembre 2011

Date limite: 30 avril 2011

Lors de ce colloque, nous tenterons de mettre en perspective les acquis des recherches de différents domaines (psycholinguistique, sociophonétique, sociolinguistique cognitive, dialectologie perceptuelle, reconnaissance automatique de la parole) concernés par l’identification des accents du français. Nous encourageons des présentations qui touchent aux sujets suivants :

- le rôle de facteurs linguistiques et non linguistiques dans la perception de la variation linguistique en francophonie

- les prototypes cognitifs et stéréotypes culturels dans la perception des accents

- le degré d’intercompréhension entre les variétés de français

- les approches dialectométriques (distance perçue entre les parlers)

- l’identification automatique des accents

- le traitement automatique de la parole accentuée

- les enjeux de la perception des accents pour l’enseignement du français en francophonie.

L’appel à communications peut être téléchargé à l’adresse suivante : http://cecav.univ-avignon.fr/index.php?id=935

Toute correspondance à: anika.falkert@univ-avignon.fr

Plurilinguisme et internationalisation à l’université : formes, instruments, objectifs

Università della Calabria, Dipartimento di Linguistica – DORIF-Università

29-30 septembre 2011

Le colloque organisé à l’Université de la Calabre, avec la collaboration du Département de Linguistique de la Faculté de Lettres et Philosophie, représente un des volets de l’initiative à caractère national du DORIF-Università pour promouvoir une réflexion transversale et commune sur le binôme « Plurilinguisme et monde du travail ».

Dans ce cadre, il a semblé opportun de proposer un thème qui prenne en compte la mobilité et les aspects professionnalisants de la formation linguistique universitaire. Le Colloque a pour objectif de faire le point sur la politique linguistique européenne et ministérielle, et, en particulier, sur l’état du plurilinguisme et les différents aspects de l’internationalisation dans le contexte universitaire. Quelques orientations possibles  des travaux de recherche (liste non exhaustive) :

  • les politiques linguistiques européennes ;

  • les politiques ministérielles en matière d’internationalisation ;

  • les initiatives plurilingues et d’internationalisation mises en place ;

  • le compte rendu de projets en cours ;

  • les aspects linguistiques et sociolinguistiques de l’internationalisation ;

  • les enjeux de la formation plurilingue et de l’internationalisation ;

  • leurs retombées sur l’insertion dans le monde du travail.

Les collègues intéressés à participer au colloque sont invités à envoyer le titre de leur communication (avec un bref résumé) avant le 30 juin 2011 aux adresses suivantes :

regine.laugier@unical.it; r.defelici@unical.it.

Les organisateurs : Roberta De Felici & Régine Laugier
Colloque international organisé par le DILTEC (EA 2288)

Groupe de recherche FICEL – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Formation et professionnalisation des enseignants de langues.
Évolution des contextes, des besoins et des dispositifs


Paris, Université Sorbonne Nouvelle les 3 et 4 novembre 2011

1er appel à communication

Dans la plupart des pays de l’Union européenne, l’entrée dans le système universitaire européen a donné l’occasion aux décideurs politiques en matière d’éducation, aux responsables universitaires ainsi qu’aux formateurs d’enseignants de repenser les différents dispositifs de formation préparant au métier d’enseignant de langue(s) étrangère(s). Pour comprendre les enjeux actuels de ces formations professionnelles, il convient de s’interroger sur :

  1. - la diversification des contextes et des publics pour une éducation au(x) plurilinguisme(s) ;

  2. - la mise en place de nouveaux cursus universitaires issus des réformes prônées par l’Europe (LMD) et, plus récemment par la France (réforme de la formation des enseignants).

L’impact des mutations sociales, économiques, juridiques et culturelles sur la didactique des langues explique le fait que la formation initiale – potentiellement professionnalisante – se trouve au cœur des préoccupations actuelles de notre domaine de recherche. Dans une démarche d’éducation aux plurilinguismes des futurs enseignants qui tienne compte des dimensions transversales des langues et de leur(s) statut(s) (enseignement intégré d’une ou de plusieurs langues : langue maternelle, langue étrangère, langue seconde ; enseignement simultané/successif de plusieurs langues proches/lointaines ; enseignement de disciplines « dites » non linguistiques en langues étrangères, etc.), plusieurs composantes seront questionnées dans ce colloque.

1. Les disciplines associées à la didactique des langues (DLE)

Quelle est la place des disciplines traditionnellement convoquées et comment répondent-elles à la complexification de la DLE ?

De même, comment des disciplines nouvellement questionnées telles que la sociologie des professions, la didactique professionnelle – ou d’autres à explorer lors de ce colloque – viendraient enrichir la formation initiale ?

Comment formaliser les apports de ces disciplines pour agir sur la déstabilisation/ modification/problématisation des représentations sur le métier d’enseignant, sur la (les) langue(s) enseignée(s) et, plus largement, sur le plurilinguisme et la construction d’un répertoire didactique plus ouvert à la pluralité ? Enfin, quel est l’apport des recherches dans ces domaines spécifiques sur la formation ?

2. Les compétences professionnelles requises pour pouvoir enseigner la (les) langue(s) et pour répondre à la diversification de l’activité professionnelle

Comment former aux nouveaux enjeux liés à l’évolution des contextes, des besoins et des publics ? Les méthodologies et les pratiques utilisées en formation sont-elles à renouveler ?

Comment passer d’un profil d’expert en une seule langue à un profil moins figé à la fois d’enseignant d’une langue et de spécialiste dans l’enseignement des langues ? Dans quelle mesure la formation initiale peut-elle se mettre en place concrètement en cohérence avec les processus de formation tout au long de la vie ?

3. Le rôle de l’accompagnement et de l’évaluation en formation initiale

Quel est le rôle joué par les formateurs des futurs enseignants de langues étrangères dans la construction d’une compétence professionnelle ?

Quels sont les moyens dont ils disposent pour évaluer cette compétence et, ces moyens, lorsqu’ils existent, suivent-ils l’évolution du concept même de professionnalisation ?

Ce colloque international se propose d’avancer la réflexion sur ces thématiques. Les débats entre participants permettront de présenter les dispositifs actuels de formation initiale/continue en fonction des théories/méthodologies de référence dont ces dispositifs se réclament et des situations/contextes dans lesquels ils ont été élaborés.

Les moyens et les outils proposés dans les formations comme les stages, les journaux d’apprentissage, les mémoires professionnels, les auto-observations et observations/analyses des pratiques enseignantes, les journaux de formation, le Portfolio – seront également discutés et mis en lien avec les processus réflexifs dans le cadre de l’émergence d’une didactique professionnelle spécifique.

Ces axes, qui constituent les thématiques principales du colloque, seront envisagés du point de vue des enseignants, des formateurs et des décideurs du domaine. L’accent sera mis sur les possibles interactions et synergies entre les trois niveaux d’intervention ainsi que sur la transdisciplinarité des différentes disciplines convoquées dans cette réflexion commune.

PROPOSITIONS DE COMMUNICATION ET CALENDRIER

  1. ►Envoi des propositions de communication avant le 15 mai 2011 sous format .doc ou .rtf à l’adresse suivante : monicavlad@yahoo.fr

Pour chaque proposition se présentera de la manière suivante :

    1. - sur la première page : titre de la proposition suivi de l’axe dans lequel elle pourra s’inscrire dans le colloque, nom, coordonnées (adresse postale et courriel) et affiliation professionnelle ;

    2. - sur la deuxième page : titre de la proposition, 4 à 5 mots clés et résumé anonyme de 400 mots maximum plus une bibliographie sélective (5 références).

Les propositions seront évaluées de façon anonyme par deux relecteurs issus du comité scientifique.

  1. ►Retour de la décision du comité scientifique quant à l’acceptation ou non des propositions de communication : 30 juin 2011

  2. ►Langues du colloque : français et anglais.

  3. ►Durée prévue des présentations : 30 minutes (20 minutes suivies de 10 minutes pour les questions).

  4. ►Publication des communications sélectionnées courant 2012 ; les détails seront donnés ultérieurement.

FORMAT DU COLLOQUE

Conférenciers invités : S. BORG, School of Education, University of Leeds, Leeds, UK, M. CAMBRA-GINÉ, Université de Barcelone, M. KELLY, University of Southampton, UK, D.-L. SIMON, Université de Grenoble

Alternance de conférences plénières et de 2 sessions d’ateliers en parallèle.

COMITÉ D’ORGANISATION. Cécile Bruley, Mariella Causa, Mariela De Ferrari, Martine Derivry, Stéphanie Galligani, Véronique Laurens, Eleni Papadopoulos, Sofia Stratilaki, Monica Vlad

COMITÉ SCIENTIFIQUE: I. ANDRADE, Université d’Aveiro (Portugal), E. BOULEA, Université de Genève (Suisse), M. CAUSA, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, C. CARLO, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis

Colloque thématique et interdisciplinaire de la VALS-ASLA

Le rôle des pratiques langagières dans la constitution des espaces sociaux pluriels d’aujourd’hui : un défi pour la linguistique appliquée

Université de Lausanne, 1-3 février 2012

www.unil.ch/vals-asla2012

Présentation

Les sociétés contemporaines s’inscrivent dans des espaces de tension entre des réalités et des processus a priori opposés : régionalisation vs globalisation, diversité vs uniformité, normalisation vs dérégulation. Dans les pratiques langagières ou dans les rapports aux langues et aux discours, ces tensions se matérialisent par exemple par un repli dialectal vs l’illusion d’une lingua franca ; le purisme vs un mélange des langues et des lectes (socio-, dialectes); une représentation monolingue des langues vs une représentation plurilingue des langues. La linguistique appliquée se veut une linguistique engagée dans l’action. Elle interroge ainsi, par exemple, les modalités complexes par lesquelles les sujets parlants et écrivants interviennent en tant qu’acteurs dans la constitution des espaces sociaux : l’éducation, la formation, les médias, le politique, la santé, ainsi que l’économie, le droit et la recherche scientifique.

Le colloque thématique et interdisciplinaire de Lausanne a pour objet l’étude de ces espaces de tension que les pratiques langagières contribuent à instaurer, à entretenir, à maximiser ou minimiser. Le colloque vise ainsi non seulement à identifier et décrire les lieux et modalités d’expression de ces espaces– éventuellement à les déconstruire – mais aussi à débattre des compromis et solutions qui permettraient de gérer discursivement ces espaces Comme exemples de questionnement, on pourra se demander quels sont les modes d’ancrage privilégiés de ces espaces de tension, dans quelles pratiques sociales et discursives ? En quoi ces dernières favorisent-elles ou empêchent-elles une forme de participation à la vie sociale, économique ou politique? Quelles formes discursives de médiation : interculturelle, politique, économique, juridique, médiatique, seraient à considérer ? Quelles nouvelles formes discursives mixtes ou hybrides seraient à imaginer ? être envisagés, chacun supposant, comme cadre de réflexion, l’ancrage des pratiques langagières dans un espace social particulier:

1. Les pratiques langagières dans les domaines de l’éducation et de la formation

Les pratiques langagières contribuent de manière essentielle à la construction du sujet et de ses connaissances, inscrite notamment dans la tension entre individualisation et socialisation, entre espace monolingue et espace plurilingue, entre nécessité d’un ancrage local et ouverture à l’internationalisation (pour la formation supérieure, notamment).

2. Les pratiques langagières dans les domaines médiatique et politique

Les pratiques langagières sont constitutives de la « tension médiatique » entre mission citoyenne d’informer et exigences commerciales de vendre, et de la « tension politique » entre identité collective et publique et identité singulière et privée.

3. Les pratiques langagières dans le monde de la recherche scientifique

Les pratiques langagières de la science s’inscrivent dans la double exigence de compétitivité internationale et de valorisation des cultures scientifiques, impliquant tout à la fois de promouvoir une lingua franca de la science et de faire place aux autres langues.

4. Les pratiques langagières dans le domaine de la santé

Les pratiques langagières dans le domaine de la santé organisent un espace en tension entre les pratiques qui servent à l’organisation du travail — qui sont donc tournées vers la production d’un ordre interne, et celles qui accomplissent la communication avec les patients.

5. Les pratiques langagières dans le domaine de l’économie

Les pratiques langagières au sein de l’entreprise sont aujourd’hui soumises à deux exigences antagonistes: celle de devoir répondre à un besoin d’ancrage local tout en ayant l’ambition de s’ouvrir au marché international.

6. Les pratiques dans le domaine du droit

Les pratiques langagières du monde juridique sont mues par la nécessité de coordonner tout à la fois droit national et droit international, prises ainsi dans la tension entre des règles et pratiques spécifiques et des règles et pratiques standardisées.

7. Les pratiques langagières dans le domaine des nouvelles technologies

Les pratiques langagières dans le domaine des nouvelles technologies tendent à composer avec les contraintes antagonistes de la communication immédiate et de l’élaboration textuelle; l’émergence des réseaux sociaux conduit par ailleurs à repenser l’opposition entre communication privée et publique.

Le comité scientifique :

►encourage les propositions de communication portant explicitement sur le rôle des pratiques langagières dans la constitution des espaces sociaux : éducation et formation, médias et politique, santé, économie et droit, recherche scientifique.

►retiendra les communications qui abordent ces espaces comme étant «en tension».

►donnera la priorité aux propositions qui explicitent leur méthode et leurs catégories d’analyse et qui privilégient la description de données empiriques constituées en corpus.

►sélectionnera les propositions reçues sur la base d’une anonymisation des résumés.

Les propositions de communication en français, anglais, allemand ou italien s’alignent sur l’un des sept axes de questionnement mentionnés ci-dessus et qu’il s’agira de préciser lors de la soumission.

Types de contribution

Outre les conférences plénières, le colloque sollicite deux types de contributions pour lesquelles les participant-e-s s’inscrivent : les communications individuelles et les panels.

A) Communication individuelle

Il s’agit d’un exposé de 20 minutes suivi d’une discussion de 10 minutes. Le propos sera ancré explicitement dans l’un des sept axes de questionnements ci-dessus.

Les propositions peuvent être soumises jusqu’au 1er juin 2011.

Le résumé ne dépassera pas 300 mots (comportant la problématique, le cadre théorique et méthodologique, et soulignant l’originalité de la question).

B) Panel

Il s’agit d’une session thématique de 2 heures comprenant 3 exposés de 30 minutes et une discussion de 30 minutes. La personne responsable du panel organise la session au plan thématique et logistique se conformant à la problématique du colloque. Lors de la soumission, la personne responsable a la charge de déposer un descriptif général du panel ainsi que les résumés des trois communications qu’elle aura sélectionnées. Les propositions de panel peuvent être soumises jusqu’au 15 mai 2011. Le descriptif et les résumés ne dépasseront pas 300 mots chacun (comportant la problématique, le cadre théorique et méthodologique, et soulignant l’originalité de la question) En cas de refus du panel, les personnes concernées ont la possibilité de soumettre leur proposition en tant que communication individuelle (voir (A) ).

Conditions et tarifs  

Les frais d’inscription couvrent :

►l’entrée au colloque.

►un dossier personnel (programme, petit matériel).

►les repas de midi

►les pauses café.

Un dîner de gala sera proposé le jeudi soir. Il fera l’objet d’une inscription et d’un paiement spécifiques.

Tarifs

Catégorie Prix Remarque

Early bird 150 CHF Inscription jusqu’au 15 octobre 2011

Standard 200 CHF Entre le 16 octobre et le 15 novembre 2011

En formation 80 CHF Fournir une pièce justificative

Auditeur 80 CHF Participant non intervenant

Calendrier

7 mars 2011 Lancement de l’appel

15 mai 2011 Panels : clôture des soumissions

1er juin 2011 Conférences individuelles : clôture des soumissions

15 septembre 2011 Réponse du comité scientifique

15 octobre 2011 Clôture des inscriptions “Early Bird”

15 novembre 2011 Clôture des inscriptions

1-3 février 2012 Déroulement du colloque

Organisation

Comité d’organisation

Marcel Burger (président), Anne-Claude Berthoud, Thérèse Jeanneret, Jérôme Jacquin, Raphaël Micheli, Anne-Christel Zeiter, Xavier Gradoux

Comité scientifique

Jean-Michel Adam, Claudine Balsiger, Lazare Benaroyo, Anne-Claude Berthoud, Marcel Burger, Jean-François de Pietro, Elwys de Stefani, Alexandre Duchêne, Yves Erard, Laurent Filliettaz, Laurent Gajo, Michèle Grossen, Jérôme Jacquin, Thérèse Jeanneret, Laurence Kaufmann, Marianne Kilani, Andreas Langlotz, Georges Lüdi, Rosanna Margonis, Gilles Merminod, Raphaël Micheli, Lorenza Mondada, Alain Papaux, Simona Pekarek, Daniel Perrin, Andrea Rocci, Sabina Schaffner, Pascal Singy, Daniel Stotz, Jean-Claude Usunier, Iwar Werlen, Eva Lia Wyss, Aris Xanthos.

Soutiens

UNIL (Université de Lausanne), (CLSL, EFLE, sections de français et de linguistique, Centre de Langues, Cours de Vacances), VALS-ASLA (Association Suisse de Linguistique Appliquée), ASSH (Académie Suisse des Sciences Humaines et Sociales)

AUTRES COLLOQUES

Les contextes éducatifs plurilingues et francophones
hors de la France continentale : entre héritage et innovation


Université de Nantes, France

16-18 juin 2011

Ce colloque international est organisé par les membres de l’axe Éducation et plurilinguismes : mises en perspective historiques et sociales du Projet régional des Pays de la Loire, PLURI-L (http://www.projetpluri-l.org/). Ce projet réunit des chercheurs de disciplines diverses des trois pôles universitaires, Angers, Le Mans et Nantes, qui contribuent au renouvellement des conceptions et pratiques en matière d’enseignement et d’apprentissage de langues.

De nombreuses recherches contemporaines portent sur la compréhension des fréquentes situations de bi/plurilinguisme dans les contextes éducatifs, en France. De plus en plus nombreux, des chercheurs et des enseignants essaient de préconiser et de construire des dispositifs éducatifs qui prennent en compte cette diversité linguistique et culturelle en travaillant sur l’éveil ou l’ouverture aux langues, sur l’intercompréhension entre les langues et sur les actions scolaires en faveur de la reconnaissance des langues et des cultures autres. Ces recherches, (études et actions) réagissent surtout à un monolinguisme scolaire hégémonique issu du lent processus durant lequel la langue française est devenue à la fois un instrument d’unification pour l’État et le symbole de l’appartenance à la nation française.

Afin d’enrichir ce champ de recherche, le colloque se propose d’explorer des situations où le français, hors de la France continentale, est devenu, soit une langue d’enseignement, soit une langue enseignée très tôt ou enseignée sur un mode intensif, dans des contextes bi/plurilingues reconnus. Il peut s’agir de contextes de bi/plurilinguisme social toléré ou entériné par l’État sans pour autant que les langues qui coexistent soient toutes officiellement reconnues et enseignées, ou encore de contextes bi/plurilingues plus restreints spécifiquement générés par les institutions éducatives.

L’objectif est de parvenir à collecter de manière non exhaustive des situations d’enseignement passées et présentes dans lesquelles 1) on enseigne entièrement ou partiellement en français aux niveaux primaire, secondaire et supérieur, 2) on enseigne le français très tôt et/ou intensivement. Pour les constellations étudiées, les études se demanderont quelle est la part d’une politique linguistique surtout héritée de la tradition et quelle est la part d’une politique linguistique qui s’efforce de prendre en compte les aspirations et les souhaits des catégories de population dont les langues sont minoritaires et/ou minorées. Simultanément, il sera bienvenu de s’interroger sur les conceptions simplement élitistes ou les visions plus démocratiques qui caractérisent ces contextes éducatifs.

Trois grands thèmes seront privilégiés :

Thème 1 : Expériences de politique linguistique éducative durant la scolarité obligatoire et dans la formation des enseignants.

a) Dans les contextes éducatifs passés : analyses d’expériences de scolarisation bi/plurilingues et francophones, depuis la construction de l’État-nation européen et la colonisation en Afrique et en Asie, c’est-à-dire depuis la deuxième moitié du 19e siècle jusqu’à la décolonisation.

b) Dans les contextes éducatifs présents : analyses d’expériences de scolarisation bi/plurilingues et francophones dans des États et/ou des territoires issus d’une histoire coloniale, connaissant des conflits de type nationaliste/ethniciste, laïque/religieux etc.

Thème 2 : Acquisition du français et de la compétence bi/plurilingue dans le secondaire et à l’université.

a) Analyse de contextes variés où existent des sections bi/plurilingues francophones dans le secondaire ou des sections francophones universitaires. Situation de ces sections par rapport aux sections anglophones et autres. Caractéristiques des publics recrutés. Objectifs de ces sections etc.

b) Spécificités de l’apprentissage du français comme L3 à l’université.

Thème 3 : Politique linguistique des familles durant le préscolaire, la scolarité obligatoire et après.

Analyse de contextes plurilingues et francophones variés ; représentations et pratiques des parents par rapport aux langues de scolarisation, aux langues de communication internationale (anglais en tête), et aux langues de la maison. Attitude par rapport aux sections bilingues etc.

Format des contributions :

Les propositions de contribution se feront sous la forme soit d’une communication individuelle soit sous la forme d’un symposium (voir les détails ci-dessous). Toutes les propositions seront soumises au comité scientifique qui en évaluera la pertinence et la rigueur scientifique.

Publication : les actes du colloque seront mis en ligne sur le site du projet PLURI-L (http://www.projetpluri-l.org/). Une sélection d’articles sera publiée. Les deux formules donneront lieu à une évaluation préalable par un comité de lecture.

Comité scientifique

Françoise Armand, Université de Montréal, Canada. Violaine Bigot, Université d’Angers, France. Philippe Blanchet, Université de Rennes, France. Sâadane Braik, Université de Mostaganem, Algérie. Michel Candelier, Université du Maine, France. Arnaud Carpooran, University of Mauritius. Pierre Dumont, Université des Antilles et de la Guyane, France. Luc Collès, Université catholique de Louvain, Belgique. Daniel Coste, ENS, Lyon, France. Christine Cuet, Université de Nantes, France. Alexandra Cuniţa, Université de Bucarest, Roumanie. Jacqueline Feuillet, Université de Nantes, France. Gina Ioannitou, Université du Maine, France. Christine Jeoffrion, Université de Nantes, France. Latifa Kadi, Université d’Annaba, Algérie. Patricia Lambert, INRP, Lyon, France. Bruno Maurer, Université de Montpellier, France. Mohamed Miled, Université du 7 novembre, Carthage, Tunisie. Danièle Moore, Université de Vancouver, Canada. Dalila Morsly, Université d’Angers, France. Marie Françoise Narcy-Combes, Université de Nantes, France. Danielle Omer, Université du Maine, France. Jacky Simonin, Université de La Réunion, France. Frédéric Tupin, Université de Nantes, France. Marie-Thérèse Vasseur, Université du Maine, France. Michèle Verdelhan, Université de Montpellier, France. Rodolphine Wamba, Université de Yaoundé I, Cameroun

Comité d’organisation

- Pilotage : Danielle Omer et Frédéric Tupin

- Membres de l’Axe Éducation et plurilinguismes : mises en perspective historiques et sociales du projet PLURI-L : Christine Cuet, Gina Ioannitou, Christine Jeoffrion, Christel Troncy.

- Ingénieurs d’études du projet PLURI-L : Ilker Birkan et Émilie Boursier.

- Contact et inscriptions : cepfhi(a)univ-nantes.fr

- Site du colloque pour informations : http://www.projetpluri-l.org/cepfhi


Société Internationale de Diachronie du Français

L’histoire du français : état des lieux et perspectives

Nancy, 6-8 septembre 2011

Colloque organisé avec la collaboration du laboratoire ATILF / CNRS

Nous souhaitons que le Premier Colloque de la SIDF soit l’occasion d’une réflexion approfondie sur le domaine de l’histoire du français, ainsi que d’un état des lieux qui permettrait, pour orienter le futur, de discerner les acquis, les points forts, mais aussi et peut-être surtout, les lacunes de nos connaissances.

Certaines questions méritent plus particulièrement l’attention : quels sont, depuis trente ans, les objets linguistiques (catégories, constructions, paradigmes,..) qui ont bénéficié de l’attention prioritaire des linguistes ? Quelles sont les approches théoriques qui se sont montrées les plus efficaces dans la pertinence et la finesse des descriptions, dans la mise au jour des phénomènes de langue, dans leur explication ? Quelles sont les méthodologies qui se sont révélées les plus adaptées au domaine ? Y a-t-il des approches qui ont été abandonnées, soit comme inefficaces, soit comme idéologiquement marquées ?

Les thèmes de ce premier colloque seront les suivants :

  • Réflexion générale sur la discipline / le domaine

  • État des lieux : les points forts et les lacunes, les voies les plus récentes

  • Questions de méthodologie et d’épistémologie : les méthodes, les objets

  • Confrontation et évaluation des approches théoriques

  • Les ‘grands équipements’ (outils, ouvrages, corpus...) pour l’étude de l’histoire du français: état des lieux et besoins.
1   2   3   4   5

similaire:

Programme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011) iconListe des films au siège de Survie – mise à jour juillet 2011

Programme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011) iconProgramme n° 7 parution juillet/aout 2011 et abonnements saison 2011/2012

Programme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011) iconDernière mise à jour le: 30/10/09

Programme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011) icon1. Hivon, Maxime, «La justice américaine enquête sur Google Books»,...
«La justice américaine enquête sur Google Books», Le Figaro fr, 10/06/2009 | Mise à jour : 15: 57. 4

Programme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011) iconMaquette du site internet mise à jour le 10 Juillet 2012

Programme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011) iconMaquette du site internet mise à jour le 10 Juillet 2012

Programme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011) icon1travail sur les continuites – mise à jour juillet 2014

Programme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011) icon1S’inscire dans une démarche de veille mise à jour avril2013

Programme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011) icon1prise en compte des valeurs de la république mise à jour juillet 2014

Programme susceptible de modifications (mise à jour 04. 2011) iconProgramme du Mémorial de Caen pour les lycées, cfa et Missions Locales d’Ile-de-France
«Jour J. et Bataille de Normandie» du Mémorial de Caen et projection du film Le Jour J






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com