Panorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire





télécharger 144.87 Kb.
titrePanorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire
page5/8
date de publication05.10.2017
taille144.87 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

Edition de HUMANITE-QUOTIDIEN



Mercredi 1er Avril 2009
social - économie
Chronique de six semaines de grève à Mantes-la-Jolie

connectique . Les salariés de FCI Microconnections occupent leur usine desYvelines depuis six semaines. Ils craignent une délocalisation à Singapour.


L'usine porte les traces de six semaines d'occupation : résidus de palettes brûlées, murs recouverts de slogans et la « popote », où s'affairent les cuistots du jour : 200 bouches quotidiennement, mais avec le sourire et la bonne humeur. « Ce n'est pas au bout de six semaines de grève qu'on va craquer. » Comme tous ses collègues grévistes de l'usine FCI Microconnections (ex-Areva, rachetée en 2005 par un fonds américain) de Mantes-la-Jolie (Yvelines), Émilie* est « remontée à bloc ». Depuis le 24 février, cette usine spécialisée dans la fabrication de microcircuits électroniques pour cartes à puce est occupée jour et nuit par la moitié de ses 400 salariés. Non pas en raison d'un plan social, mais par crainte d'une délocalisation à Singapour, où est implantée une usine jumelle.

prime amputée, report des augmentations

« Jusqu'en début d'année 2008, le site de Mantes assurait deux tiers de la production, contre un tiers pour celui de Singapour. Puis, en avril, la tendance s'est inversée, relate Éric Scheltienne, délégué CGT. Mais le conflit n'a pas démarré de ça. » En septembre, un plan de réduction des coûts est assorti d'un gel des embauches. Début 2009, nouvelles déconvenues : restrictions budgétaires, prime amputée, report des augmentations de salaires. Fin janvier, FCI annonce que le site de Mantes est en sureffectif d'une quarantaine de salariés. Le directeur du groupe, Pierre Vareille, évoque « la détérioration du marché » en annonçant le recours renforcé au chômage partiel ou l'encouragement aux départs volontaires. La goutte d'eau, c'est lorsque la direction propose aux anciens « des licenciements négociés, déguisés en fautes ». Après avoir demandé en vain à obtenir des informations précises sur les comptes, les salariés votent la grève. Massivement.

Ils ne veulent pas un chèque mais la « transparence » et des assurances fermes quant à l'avenir du site de Mantes. Ils veulent la communication des volumes et des comptes de la division « pour contrôler la répartition équitable de l'activité entre les deux sites de FCI », dixit Éric Scheltienne. « On ne veut pas que Mantes crève au profit de Singapour, tout comme on ne veut pas l'inverse. » Ils veulent un accord d'entreprise avec des indemnités élevées en cas de plan social. FCI a beau promettre que ce n'est prévu ni en 2009 ni en 2010, personne n'y croit.

« On tiendra le temps qu'il faudra »

Jeudi dernier, le tribunal de grande instance de Versailles, saisi par la direction de FCI, laquelle a mis les voiles depuis quatre semaines et refuse toute négociation, a donné aux grévistes « vingt-quatre heures pour quitter (les lieux) spontanément », sinon « la force publique » les expulsera. Mais le référé rejette toute astreinte. « C'est un jugement favorable pour nous », interprètent les salariés qui attendent de pied ferme les forces de l'ordre.

« On tiendra le temps qu'il faudra, répète Émilie. C'est vrai, c'est dur », admet la jeune femme. Comme tous ses collègues, elle a réduit ses dépenses et ses sorties. Pour elle, le soir, « c'est steak surgelé et pâtes ». « Les fins de mois sont très, très difficiles », confirme Nathalie, dont le mari chôme un jour par semaine. Nabil, lui, vient d'aller voir son banquier pour étaler les échéances de son crédit. Hier, avec plusieurs collègues, le jeune homme est allé au siège du groupe, à Versailles, chercher les chèques-déjeuners que la direction leur a prélevés mais pas distribués, mais, dit-il, « (j')ai la chance d'avoir de la famille sur qui compter ». Ce n'est pas le cas d'Anita, qui a dû faire une demande de crédit pour pouvoir payer ses traites. « Je vis seule et j'ai un loyer élevé, témoigne-t-elle. Heureusement que tout le monde est solidaire ici. » Habitants, commerçants, élus de gauche, tous soutiennent le mouvement. « C'est important financièrement, mais aussi moralement. Car même quand vous êtes chez vous, vous ne pensez qu'à FCI », dit Pascal, dix-neuf ans d'ancienneté.

Les grévistes savent bien que FCI pourrait leur reprocher de tout faire pour fermer l'entreprise. « Le risque, on l'a mesuré, mais on a pris notre décision. On l'assumera jusqu'au bout, confie Éric Scheltienne. La boîte, on ne veut pas la fermer, mais la préserver. » Et il prévient : « Même si on est expulsés, on continuera la grève. »

(*) Tous les prénoms ont été modifiés, par souci d'anonymat.


Alexandra Chaignon



Tous droits réservés : L'Humanité

Diff. 55 629 ex. (source OJD 2005)

F098F3698300B60015351A105C0AE13C4F83235019DA4DFBAFDD439




Retour Sommaire



Mercredi 1er Avril 2009
Economie - Entreprises
La radicalisation des conflits sociaux se banalise
La violence générée par l'exaspération et le sentiment d'injustice des salariés face à la crise inquiète les experts



Directeur d'usine bombardé d'oeufs et de noms d'oiseaux chez Continental, dirigeants de Sony et de 3M retenus contre leur gré dans un bureau : le climat s'alourdit au sein des entreprises qui compriment leurs effectifs ou mettent la clé sous la porte. Ulcérés par ces restructurations, des salariés multiplient les opérations coup de poing.
Jusqu'à présent, leurs accès de colère sont restés limités, comparés - par exemple - aux explosions sociales qui accompagnèrent la fermeture des mines et des hauts-fourneaux dans les dernières décennies du XXe siècle. Mais plusieurs incidents récents révèlent un niveau de tensions élevé.
Ainsi, à Auxerre, des ouvriers de l'usine Fulmen, qui fabrique des batteries pour voitures et poids lourds, ont forcé leur directeur à manifester avec eux, lors de la journée nationale d'action du 29 janvier. Alain Royer a même dû revêtir un tee-shirt avec le nombre d'emplois supprimés dans le groupe. Une semaine plus tôt, Exide Technologies, propriétaire du site, avait annoncé son intention de le fermer, d'après les syndicats.
Aujourd'hui, certains représentants du personnel relativisent le traitement infligé à leur patron. " On lui a indiqué que s'il voulait s'en aller de la manifestation, il était libre. Il a répondu non " , affirme Omar Berdaoui, délégué syndical (FO). D'après lui, les salariés qui ont encadré le directeur dans le cortège cherchaient à " le protéger " de collègues agressifs.
Présidente d'Exide Technologies France, Yvonne Russo donne une autre version des faits : " Il a refusé de quitter le défilé car des menaces avaient été lancées contre sa famille " , assure-t-elle. Par la suite, M. Royer a écrit un texte à l'intention des salariés où il dit avoir été " humilié " . Il n'a toutefois pas porté plainte, selon Mme Russo, mais l'entreprise, elle, l'a fait. Une procédure de licenciement a par ailleurs été engagée à l'encontre de deux salariés.
Pour expliquer cette radicalisation des conflits, syndicalistes et experts mettent d'abord en avant un " contexte " général qui a nourri " l'exaspération " des salariés : successions de révélations sur les rémunérations accordées à certains dirigeants de grands groupes qui bénéficient par ailleurs d'aides publiques, débat sur le " bouclier fiscal " (dont 14 000 contribuables ont profité via des restitutions d'impôt s'élevant à 458 millions d'euros), suppression de postes dans des entreprises qui dégagent des bénéfices et versent des dividendes à leurs actionnaires, positions de la présidente du Medef, Laurence Parisot, jugées caricaturales ou maladroites (notamment lorsqu'elle réclame un assouplissement des procédures de licenciement), etc.
Dans l'esprit de beaucoup s'est insinuée l'idée que " la crise n'est pas partagée par tout le monde " , commente Jean-Michel Denis, chercheur au Centre d'étude de l'emploi. Peu importe que ce sentiment d'injustice, d'inégalités aggravées soit fondé ou non : il existe, et " peut jouer un rôle dans le raidissement " que l'on observe depuis plusieurs semaines, d'après Jean-Michel Denis.
Ce facteur subjectif est très prégnant chez les salariés qui, avant d'être touchés par un plan social, ont consenti divers sacrifices (augmentation du temps de travail, diminution de la rémunération à cause du chômage partiel...).
Bien souvent, les débordements se sont produits dans des sociétés du secteur industriel où les salariés savent qu'ils vont avoir de la peine à retrouver rapidement un travail car le bassin d'emploi offre peu de postes correspondant à leur profil, constate Xavier Lacoste, directeur général du cabinet de conseil Altedia.
Chez Fulmen, par exemple, certains ouvriers n'ont " connu que cette usine " , d'après un représentant de la CGT. Leurs perspectives pour rebondir sont minces, voire inexistantes, d'autant que Fruehauf, un autre employeur parmi les plus importants d'Auxerre, sabre aussi dans sa main-d'oeuvre. Dans ces conditions, les salariés " n'ont plus rien à perdre et rien à gagner " , selon la formule de Patrick Rouvrais, responsable de l'union départementale FO dans l'Yonne.
Parfois, des formations politiques, comme le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot, soufflent sur les braises, ce qui irrite les leaders de grandes confédérations. Sous le sceau de l'anonymat, un conseiller ministériel rapporte que des représentants syndicaux ont parfois été débordés par une base réceptive aux discours de l'extrême gauche.
Toutefois, Jean-Michel Denis doute que celle-ci joue un rôle décisif dans la genèse des tensions. Pour lui, la seule annonce d'une fermeture de site suffit à mobiliser les salariés. Ces derniers y sont d'autant plus enclins que les relations sociales se sont durcies sur la période 2002-2004, d'après la dernière enquête " Reponse ". Publiée par le ministère du travail, celle-ci note une progression des grèves de moins de deux jours et des débrayages, une hausse des conflits sans arrêt de travail et un accroissement des recours devant les prud'hommes.
Ex-secrétaire général de la CFDT et consultant en stratégies sociales, Jean Kaspar pense pour sa part que la crispation des salariés illustre aussi " la faiblesse du dialogue social " en France. A ses yeux, les représentants du personnel sont trop souvent tenus à l'écart des " choix stratégiques des entreprises " . Du coup, la " logique de confrontation " l'emporte sur la recherche de solutions négociées. " Il ne faut pas exclure que la situation dégénère de manière plus forte " , conclut Jean-Michel Petit, secrétaire général de la Fédération nationale des industries chimiques CGT.
Bertrand Bissuel



Tous droits réservés : Le Monde

Diff. 367 153 ex. (source OJD 2005)

4F9613D78B20EE0D85421CA0FC0CB17F4853395EF93E45BF7B500A4




Retour Sommaire

Actualité sociale


1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Panorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire

Panorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 07/09/2010 cgt sommaire
«On peut avoir une journée exceptionnelle et, si elle est exceptionnelle, on peut être à un tournant.» Bernard Thibault, secrétaire...

Panorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 05/08/2009 revue de presse ffr sommaire
...

Panorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 20/08/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 16/03/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 24/08/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 28/04/2009 revue de presse ffr sommaire
J’ai tendance à ne pas complimenter très souvent. Au point d’apparaître un peu injuste

Panorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire
«collecte géante» de solidarité avec les travailleurs de Dacia, en lutte pour des augmentations de salaires en Roumanie

Panorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 01/07/2010 cgt sommaire
«régression générale» des financements et les baisses de subventions de l’État et des collectiv

Panorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire iconSommaire Communiqué de presse p. 3
...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com