Le cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours





télécharger 103.92 Kb.
titreLe cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours
page1/3
date de publication07.10.2017
taille103.92 Kb.
typeCours
h.20-bal.com > documents > Cours
  1   2   3

Jean-Pierre Meyniac 04/10/2017

Le 11 septembre 2001
Plan du document

  1. L’activité : description

  2. Le descriptif pédagogique

  3. Annexe #1 : Comment enseigne-t-on le 11-Septembre aux élèves français ?

  4. Annexe #2 : des pistes pour étudier le 11 septembre en histoire

  5. Annexe #3 : des journalistes racontent comment ils ont vécu l'événement et ce qu'il a changé pour la profession...

  6. Annexe #4 : qu'est-ce qu'un tournant de l'histoire ? Les Echos n° 20866 du 09 février 2011 • page 15

  7. Annexe #5 : le Jalon des attentats du 11 septembre

  8. Annexe #6 : Fahrenheit 9/11



L’activité
Le cours

  • En terminale S option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours.

  • D’autres pistes : en terminale S (2014) ou en ES-L (2013) : faire faire la partie factuelle en DM et en classe insister sur le traitement de l’information de la même façon que présenté là.


Les documents

  1. Le Jalon « les attentats du 11 septembre 2001 », France 3, 4’19’’, fiche 00219. On peut aussi avoir le même reportage plus complet (14’32’’) sur http://www.ina.fr/video/1822139001 où on voit l’effondrement de la 1ère tour quasiment en direct ; les journalistes ne s’en rendent pas de suite compte ; les analystes sont quasi totalement sur O Ben Laden).

  2. Un extrait du film 9/11 de M. Moore.


Le descriptif pédagogique de la séance
Objectifs

Les élèves ont déjà les connaissances factuelles à propos du 11 septembre (cours de première S)  on s’intéressera au mode de représentation et de traitement des attentats du WTC : le travail du journalisme à chaud / le traitement artistique de l’évènement.
Descriptif de la séance


  1. Le Jalon : quel traitement journalistique ?


Passer le Jalon en interrogeant les élèves sur 3 thèmatiques.


  • Quels sont les signes d’un traitement journalistique « à chaud » ? 

Le vocabulaire (absolument incroyable) – l’image (en continue – voix off) – signes corporels (yeux d’E Lucé – ton de P Mallard) – mise en scène de plateau (flash spécial – logo / musique)  émotion / analyse  au cœur d’un évènement / tournant de l’histoire (un tournant par l’intensité / l’imprévisibilité / le retentissement / les conséquences).


  • Quelles analyses mènent les journalistes dans ces conditions ?


Relater les faits

Les journalistes sont dans l’immédiateté :
8 h 46 le 1er avion

Vers 8h50 CNN transmet les 1ères images

9 h 03 le 2nd avion

9 h 29 1ère intervention de GW Bush

9 h 37 le crash sur le Pentagone

9h49 (15h49)  reportage de France 3

9 h 59 effondrement 1ère tour

10 h 03 crash du vol 93

10 h 28 effondrement 2nde tour

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_des_attentats_du_11_septembre_2001
Qui sont les auteurs ?

2 hypothèses sont émises (l’une s’avèrera exacte) mais pas d’analyse de fond (normal).
Quels en sont les conséquences ?

Elles ne sont absolument pas envisagées (normal).


  • Conclusion : que retirer / quelle validité de ce travail à chaud ?

Analyse simple

  • Positif  : le souci d’informer – des analyses prudentes…

  • Négatif  : le spectaculaire et le pathos (discutable ici)

Analyse plus complexe

  • La notion de tournant de l’histoire (cf annexe)

  • La notion d’élèves démiurges (nous savons ce qui s’est passé… mais ceux qui vivent l’avènement ?)



  1. Passer l’extrait de M. Moore : quel traitement artistique ?


M Moore : Fahrenheit 09/11 (Palme d'or au Festival de Cannes 2004)

Revendiqué par Michael Moore comme un acte politique visant à la non-réélection de George W. Bush à la présidence des États-Unis en novembre 2004, ce film est un réquisitoire contre George Bush. Il prétend en particulier que ce dernier et ses partisans ont manœuvré pour assurer leur victoire aux élections américaines en 2000, en truquant le recomptage des bulletins de vote. Le film établit également une part des liens qui existent entre la famille Bush et la famille Ben Laden, et comment l'administration américaine a facilité le départ de membres de cette famille après les attentats du 11 septembre 2001. Il expose enfin que, selon lui, la mainmise sur le pétrole irakien serait un des motifs, sinon le seul motif réel, de l'invasion américaine de 2003 en Irak : le développement du film révèle des images tirées de conférences préparatoires à la reconstruction en Irak, illustratrices de la collusion entre les financeurs du complexe militaro-industriel américain, les compagnies de mercenaires privées, et les grandes compagnies américaines, équipementiers pétroliers en tête. Michael Moore avait lié le succès de son film à la défaite de George W. Bush à l’élection présidentielle du 2 novembre 2004. Il fut effectivement projeté, et pesa dans le débat politique ; en revanche, le président fut réélu, la presse indiquant alors que, conformément à l'Histoire américaine, le peuple américain ne change pas de destrier lorsqu'un conflit est en cours.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fahrenheit_9/11
L’extrait dure 2’45’’ ; il est dans la continuité et intervient à la 10° minute du film.


  • Quels sont les choix de mise en scène ? (les élèves ont une fiche-technique depuis le début de l’année)






  • Pourquoi ces choix de mise en scène ?


Les élèves émettent des hypothèses pour arriver à l’idée que M. Moore rejette toute volonté informative (présupposé : tout le monde connait…) pour arriver à ancrer l’évènement dans une dimension psycho-affective et la notion de traumatisme.


  • Conclusion : pourquoi M. Moore a-t-il choisi de présenter les attentats du WTC ainsi ? Hypothèses  ce renforcement de la dimension socio-affective appuie le reste du film qui est une dénonciation virulente de l’administration et des soutiens de G W Bush.



Une remarque pour terminer

L’usage des Jalons pour l’histoire du temps présent est répandu (généralisation) et diversifié. Mais cette activité insiste sur 3 points :

  • Un usage approfondi des Jalons nécessite une utilisation complète de la ressource : l’archive + notices !

  • Privilégier l’éducation à l’œil plutôt que le factuel et l’apport de connaissances

  • Croiser avec d’autres sources, audiovisuelles avant tout

Annexe #1 : Comment enseigne-t-on le 11-Septembre aux élèves français?
http://www.slate.fr/story/77538/comment-enseigner-11-septembre-histoire
Des professeurs qui ont vécu l'évènement doivent l'enseigner à des élèves qui étaient dans leur petite enfance. Pas facile d'aborder «à chaud» une date aussi complexe et polémique.

Le 11 septembre 2001, Tegualda s’épilait à Santiago du Chili quand son cousin lui a dit qu’il se passait quelque chose et qu’elle avait tout intérêt à allumer sa télévision. Guilhem rentrait en première année de fac et a appris la nouvelle en cours par un prof. Sans télé et sans Internet dans son studio d’étudiant, il a d’abord cru à une énorme blague tellement ça paraissait impossible. Bruno avait rejoint ses amis au Café du commerce de Cazouls-lès-Béziers, où le patron regardait les informations en boucle.
Douze ans plus tard, leur travail de professeur d’histoire-géographie consiste entre autres à enseigner les attentats du 11-Septembre et leurs conséquences à des élèves qui ne les ont pas vécus ou ne s’en souviennent guère. Ceux qui viennent de rentrer en 3e avaient deux ans, les 1e et les Terminales entre quatre et cinq ans (ou un peu plus pour les redoublants).
Alors, comment enseigne-t-on un événement qu’on a soi-même vécu, et qui a encore des répercussions aujourd'hui, avec le recul généralement associé à l’apprentissage de l’Histoire ? Et ce, à des élèves qui ne l'ont pas en mémoire ?
«On l’a vu de loin, finalement, ce n’est pas comme si j’avais été là-bas», relativise Tegualda Aviles, enseignante d’histoire-géo dans un lycée de l’Essonne. «Mais c’est difficile, on nous demande d’être assez rigoureux en histoire et de ne pas faire du sentimentalisme. Et quand on parle de ce genre d’évènements, il faut faire comprendre aux élèves ce qui s’est passé. On peut parfois tomber dans l’émotion, comme les médias, et il faut éviter ça
En fait, depuis leur entrée dans le programme et les manuels, dès 2003-2004, les attentats du 11-Septembre en tant que tels sont très peu évoqués. «Ce qui nous intéresse, ce sont les conséquences», explique Charlotte Sorin Jacqmin, professeure d’histoire-géographique dans un lycée de la région parisienne. Les attentats y constituent un point de repère qui marque une rupture dans les relations internationales.
Conséquences et aspects symboliques
Quand on regarde les manuels d’histoire-géo de 3e, on voit que l’accent est mis sur la capacité de l’élève à raconter un événement et ses conséquences.

En 1ere, les attentats sont évoqués au sein d’un chapitre sur la guerre au XXème siècle, de la Guerre froide aux nouvelles conflictualités. «On aborde le 11-Septembre pour évoquer ce qu’est un acte terroriste, présenté comme nouveau type de guerre», détaille Charlotte Sorin Jacqmin. Soit cinq à dix minutes maximum sur les attentats en tant que tels, et davantage de temps sur leurs conséquences géopolitiques (guerres en Afghanistan et en Irak, unilatéralisme américain, conflits asymétriques...). Reste que ces quelques heures ne suffisent pas pour aller au fond des choses, regrettent les profs d’histoire que nous avons interrogés.
Dans le cadre des nouveaux programmes, les Terminale L et ES en parleront eux brièvement dans le thème des puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours et les Terminale S qui auront choisi l’option histoire-géo dans une partie consacrée aux rapports entre Etats-Unis et le reste du monde depuis les «14 points» du Président Wilson.
Un des problèmes, c’est que même si les élèves savent ce qui s’est passé le 11-Septembre, ils n’en perçoivent pas nécessairement l’aspect symbolique. «Le World Trade Center, pour eux, c’est deux tours» remarque Guilhem Cassagnes, qui a travaillé en collège et lycée cinq ans en France avant de partir enseigner à Jakarta. Les élèves ne savent pas forcément que l'édifice incarnait la puissance économique et financière américaine: «Un sur deux croit que des gens habitent dedans. Donc ça fait beaucoup de choses à expliquer» en une ou deux heures. Et encore, deux heures, c’est «le maximum, et en faisant ça on dépasse le temps imparti dans les programmes».
Mensonge des Illuminati
Plus gênant, la diffusion des théories du complot auprès des élèves, avec une intensité variable selon l’endroit et la période. Tegualda Aviles a rarement à y faire face, là où Charlotte Sorin Jacqmin a systématiquement des élèves qui lui disent que les Américains ont fomenté le 11-Septembre. «Je leur rappelle que je fais de l’Histoire et que cette théorie du complot n’est pas étayée, qu’on n’est pas là pour travailler sur des rumeurs mais sur des faits», explique-t-elle.
De son côté, Guilhem Cassagnes a corrigé des copies du bac histoire 2012 en série ES, où une étude de documents portait sur le 11-Septembre. Et en a tiré cette statistique inquiétante: sur les 120 copies qu’il a corrigées, environ 80 mêlaient théories du complot et Illuminati. «Il n’y avait pas d’Histoire», se souvient-il, laconique. Aucune analyse historique des faits, rien que de la paraphrase des documents, «et l’analyse historique, c’était que le 11-Septembre était un mensonge des Illuminati».
Un autre prof d’histoire-géo dans un collège de la région parisienne, qui souhaite rester anonyme, se souvient d'un élève de 6e en particulier, qui est venu quatre ou cinq fois dans l’année avec les derniers documentaires/articles/ discussions qu’il avait vus ou lus sur internet. «Il commençait à parler du 11-Septembre, et puis au-delà, on passait à Israël, aux Américains qui dirigent le monde, il y avait le thème du complot mondial derrière ça.» Difficile de savoir s’il y croyait à 100% ou s’il voulait seulement se mettre en opposition avec une figure d’autorité: «il pourrait changer d’avis» en vieillissant, espère ce prof, qui a tenté de recadrer les faits et lui a conseillé de ne pas croire tout ce qu’il voyait sur Internet.
La complexité de l'Histoire du temps présent
Une autre difficulté à enseigner le 11-Septembre réside dans le fait qu’il appartient à l'histoire du temps présent, c'est à dire «l’idée que l’historien étudie une période dans laquelle il est partie prenante, et où les acteurs sont encore présents», explique Christian Ingrao, directeur de l’Institut de l’Histoire du Temps Présent.
Les théories du complot, de même que celles auxquelles certains enseignants doivent répondre quand ils enseignent la Shoah, sont «la marque de l’histoire du temps présent. C’est ce qui fait que le travail est plus difficile», estime-t-il.
«Ce n’est pas propre au 11-Septembre», note Charlotte Sorin Jacqmin, «mais à l’ensemble de nos programmes qui vont jusqu’à aujourd’hui.» Une conception de l’Histoire qui peut paraître paradoxale et pas toujours facile à gérer pour les enseignants. «Je précise toujours qu’on ne sait pas forcément toutes les données, et que la manière dont on l’enseigne aujourd’hui est amenée à changer.»
Le défi ne fait pas peur à Bruno Modica, professeur d’histoire-géo et président de l’association Les Clionautes, qui aime dire à ses élèves que le journal d’hier est un livre d’histoire et les rayons du supermarché un livre de géo parfait pour comprendre la mondialisation:
«Si ce n’est pas nous qui le faisons, qui donnons du sens à la masse d’informations que les élèves prennent sur la figure, qui le fera?»
«Je lui parlerais du néolithique ancien, ça serait pareil»
Souvent, le plus compliqué à expliquer n’est même pas les conséquences, mais les causes. «Ils ont du mal à comprendre que Ben Laden ait pu à un moment être financé par les Américains pour lutter contre les communistes», après l'invasion soviétique en Afghanistan en 1979, explique Guilhem Cassagnes:
«Autant le 11-Septembre, la guerre en Irak ou en Afghanistan, ça leur parle, il y a des films, des séries, autant la guerre en Afghanistan des années 80, il n’y a rien, ça ne leur parle pas du tout
Etablir des liens de causalité, c’est la plus grosse difficulté du prof d’histoire aujourd’hui, confirme Bruno Modica. Mais pour lui, ce n’est pas le 11-Septembre qui cause le plus de problèmes:
«Là où c’est compliqué, c’est quand je raconte aux élèves ce que j’ai vécu quand il y a eu la chute du mur de Berlin. Parce que l’élève standard en face de moi, quand je lui parle du système soviétique, je lui parlerais du néolithique ancien, ça serait pareil. Ça fait vraiment partie du livre d’histoire, alors que le terrorisme islamiste, on en parle à la télé
Annexe #2 : des pistes pour étudier le 11 septembre en histoire
  1   2   3

similaire:

Le cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours iconCours du 15 janvier 1975 sur la sexualité

Le cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours iconHistoire – Thème 2, question 1, cours 1
«planqués» et les «profiteurs de guerre». Côté allemand, Ernst Jünger (Orages d’acier) et Erich Maria Remarque (A l’Ouest, rien de...

Le cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours iconCours sur la rive sauvage qui est narré par un «je»
«On supposa de bonne heure qu’à côté du texte écrit, Dieu avait communiqué à Moïse de vive voix l’interprétation du text»

Le cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours iconCours Internet sur le thème de «la peine de mort en France et dans...
«Wikipédia», sites de l’ «association ecpm», d’ «Amnesty International», et «peinedemort com», page du site du Sénat (voir la sitographie...

Le cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours iconHistoire objet d’étude 3 : La République et le fait religieux depuis 1880 (cours)

Le cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours iconProgramme histoire terminale es thème 1 – Le rapport des sociétés à leur passé

Le cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours iconLittérature et politique Un titre plus exact serait «Littérature...
«Littérature et politique en France au xxème siècle». Ce cours se justifie en termes de science politique, c’est un complément aux...

Le cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours iconCours annuel, en français. 1 heure hebdomadaire, le jeudi de 9h30...

Le cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours iconCours document n°1 : Les grandes dates du circuit de Magny Cours,...

Le cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours iconCours d’Histoire de Première IL trouve sa place dans le thème 2 du...
«culture de guerre». IL s’agit de confronter les visions française et allemande






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com