Thème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies





télécharger 108.03 Kb.
titreThème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies
page6/6
date de publication07.10.2017
taille108.03 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6

Le rejet de greffe

Qu'est ce que le rejet ?


La principale complication de la greffe d'organe est le phénomène de rejet. Ce rejet va dépendre essentiellement de la réaction immunologique du Receveur contre l'organe greffé.
Cette réaction de défense immunologique développée par le Receveur est très proche de celle générée au cours de la défense contre une infection.
Elle met en jeu des cellules (essentiellement les lymphocytes T), des anticorps, et la production de médiateurs solubles qui participent à cette réaction (les cytokines).

Les cibles du rejet


Les cibles de la réaction immunologique de rejet sont les antigènes de transplantation propres au Donneur et portés par le greffon.
Le Receveur va reconnaître ces antigènes de transplantation comme étrangers, au même titre qu'il reconnaît comme étranger un agent bactérien infectant, avant de mettre en place un processus de défense visant à son élimination.

Les principaux antigènes de transplantation sont les antigènes d'histocompatibilité, appelés antigènes HLA.
Ces antigènes sont des molécules présentes sur l'ensemble de nos cellules, très polymorphes au niveau de l'espèce humaine, ce qui en d'autres termes signifie que la probabilité que deux individus non apparentés soient HLA identiques, est un événement exceptionnel.
Le système HLA pourrait ainsi être considéré comme une carte d'identité biologique, permettant de différencier les individus entre eux.
Ceci explique qu'en situation de greffe d'organe, le greffon étant le plus souvent issu d'un Donneur non apparenté, les différences dans le système HLA entre le Donneur et le Receveur (appelées aussi incompatibilités) existent et vont stimuler la réaction de rejet immunologique du Receveur.
Des différences dans d'autres systèmes antigéniques que le système HLA sont également capables de stimuler cette réaction de rejet immunologique. Citons pour exemple le système des groupes sanguins ABO dont le pouvoir stimulant est également très fort en cas d'incompatibilité.
Heureusement dans ce dernier cas, compte tenu du polymorphisme beaucoup moins étendu de ce système, il est plus facile de respecter l'appariement compatible du Donneur et de son Receveur

Les différentes formes de rejet


Plusieurs formes de rejets existent. Elles se caractérisent par leur moment de survenue plus ou moins précoce après la greffe, par les mécanismes unologiques mis en jeu et par les types de lésions constituées au niveau du greffon.

Dans tous les cas, ces rejets mettent en péril la fonctionnalité du greffon. C'est ainsi qu'il faut distinguer :

Le rejet suraigu: il survient dans les heures qui suivent la transplantation et se manifeste sous la forme d'un infarctus du greffon (oblitération des vaisseaux qui irriguent l'organe).
Ce type de rejet est essentiellement dû à des anticorps pré-existant chez le Receveur et dirigés contre les antigènes de transplantation portés par le greffon.
Il doit être prévenu par la pratique systématique de l'épreuve de compatibilité lymphocytaire qui précède la greffe et qui mime au laboratoire le conflit immunologique entre les antigènes du greffon et les anticorps du Receveur.
L'existence de tels anticorps préformés s'explique par une réaction immunologique antérieure à l'occasion d'une transfusion, par la formation d'anticorps générés lors d'une première greffe ou par une immunisation foeto-maternelle chez la femme.

Le rejet aigu: il survient à partir du 4è jour post-greffe. L'organe greffé est le siège d'une infiltration par des cellules immuno-compétentes se manifestant par des signes fonctionnels et biologiques qui témoignent de sa survenue.
Ces signes alertent le médecin qui met rapidement en place un traitement visant à contrecarrer cette réponse immunitaire de rejet. De la précocité de ce traitement va dépendre la réversibilité des lésions.

Le rejet chronique : il s'agit de la principale cause d'échec des transplantations. Le rejet chronique s'installe insidieusement au cours du temps pour aboutir à une perte de l'architecture du greffon qui progressivement devient le siège d'une fibrose aboutissant à la perte progressive des fonctions de l'organe greffé.

La prévention du rejet


Grâce à des traitements immuno-suppresseurs de plus en plus efficaces et de mieux en mieux maîtrisés, les crises de rejets aigus survenant la première année après la greffe sont de plus en plus rares et de mieux en mieux contrôlées.
Il existe aujourd'hui de nombreux arguments pour penser que cette meilleure gestion du rejet au cours de la première année post greffe aura des répercussions importantes sur l'incidence de rejet chronique à long terme en retardant et diminuant sa fréquence de survenue.

En outre, si le respect des compatibilités HLA entre le Donneur et le Receveur participe également à un meilleur pronostic de la greffe à long terme, il est maintenant bien établi que d'autres facteurs non immunologiques jouent un rôle non négligeable dans la survenue du rejet chronique.
Citons pour exemples le conditionnement de l'organe prélevé et le délai écoulé entre le moment de son prélèvement et celui de sa réinplantation (appelé temps d'ischémie froide).
La meilleure connaissance de ces paramètres non immunologiques, le respect autant que possible des compatibilités HLA ainsi que l'utilisation des drogues anti-rejet de nouvelle génération permettront sans aucun doute, dans les années à venir, de ralentir l'évolution vers le rejet chronique et de favoriser la survie à long terme de l'organe greffé.


DOC 12




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2f/Organe.jpg/480px-Organe.jpg



http://letortjm.free.fr/images/carte.jpg


http://lewebpedagogique.com/svt3ic/files/2012/12/don-organe-application-blinder.gif

DOC 13
http://www.dondorganes.fr/002-la-penurie-d-organes

La pénurie d’organes

L’augmentation des besoins en greffons


Entre 2000 et 2012, le nombre de personnes prélevées a augmenté de 56,5 % et le nombre de greffes de 56,4 %. Le besoin en greffons ne cesse de croître et le niveau de l’activité, bien qu’importante, ne suffit pas à le couvrir.

L’augmentation des besoins témoigne du succès de la greffe. Cette technique médicale est en effet de mieux en mieux maîtrisée, avec des résultats en termes de durée et de qualité de vie en constante progression. Les situations dans lesquelles une greffe est recommandée sont de plus en plus nombreuses et diversifiées.

Par ailleurs, le vieillissement de la population accentue les problèmes de santé aboutissant à une greffe.

Chaque année, le nombre de personnes inscrites en liste d’attente de greffe progresse. Actuellement, l’attente des patients peut durer plusieurs mois, voire des années.

La lutte contre la pénurie


La majorité des donneurs prélevés sont des personnes qui décèdent à l’hôpital en état de mort encéphalique suite à un arrêt vasculaire cérébral ou un traumatisme cranien. Cela concerne moins de 1 % des décès à l’hôpital ; or cette source d’organes représente actuellement près de 92,5 % des greffes réalisées en France.

L’Agence de la biomédecine soutient donc le développement du prélèvement d’organes sur d’autres catégories de donneurs : les donneurs vivants et les donneurs décédés après un arrêt cardiaque.
Néanmoins, ces pratiques ne permettent pas de venir à bout du problème de pénurie. Elles concernent quasi-exclusivement le rein et se limitent aux hôpitaux qualifiés et équipés notamment pour le prélèvement sur donneur décédé après un arrêt cardiaque.

S’agissant des défunts en état de mort encéphalique, le recensement plus systématique des donneurs potentiels dans les différents services hospitaliers a permis une progression sensible des prélèvements ces dernières années. En 2012, 3 230 défunts susceptibles d’être prélevés ont été signalés par les équipes médicales, soit une hausse de 60 % par rapport à 2000.

Un enjeu clé : limiter le refus des familles « par précaution »


Certains défunts, pour lesquels un prélèvement est envisagé se révèlent être non prélevables pour des raisons médicales ou logistiques. Pour d’autres, le prélèvement est refusé. Soit par le défunt lui-même, qui s’était inscrit au registre national des refus ou qui avait signalé son opposition à ses proches. Soit par la famille qui, faute d’information sur le choix du défunt, refuse, par précaution, le prélèvement d’organessur leur proche.

Actuellement, près d’un prélèvement possible sur trois est refusé.

1   2   3   4   5   6

similaire:

Thème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies icon«je n’écris pas des histoires, j’écris des vies» (Plutarque)
«je n’écris pas des histoires, j’écris des vies» (Plutarque) : la vérité factuelle importe peu, ce qui compte, c’est l’écriture des...

Thème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies iconDu «faire entendre une voix» au «faire connaissance»
«Frontières. Images de vies entre les lignes»1 pour recueillir des paroles de personnes réfugiées en France afin de proposer au public...

Thème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies iconAppel pour des initiatives visant à sauver le syndicalisme confédéré en France
«position commune», c’est une nouvelle donne en matière de représentativité des Organisations Syndicales – la suppression de l’irrefragabilité...

Thème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies iconJournée nationale à
«Justes» sauvèrent la vie de nombreux Juifs. Leur bravoure et leur foi en l’humanité ont évité à notre pays le déshonneur total....

Thème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies iconLa France, qui a entrepris de restaurer la population d’ours dans...
«Habitats», concernant la conservation des habitats naturels, ainsi que de la faune et de la flore sauvages du 21 mai 1992

Thème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies iconOrienter… son histoire, son évolution, ses espoirs … et de nombreuses vies sauvées depuis 24 ans
«toxicomanie solidarité» avec deux de ces collègues qu’il a formé pour venir en aide aux membres du Ministère de l’Intérieur en difficulté,...

Thème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies iconSfr player mondes numeriques numero 2 – homo numericus le numérique révolutionne nos vies

Thème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies iconQu’est-ce que la politique de la concurrence ?
«décisions d’associations d’entreprises et toutes pratiques concertées […] qui ont pour objet ou pour effet d’empêcher, de restreindre...

Thème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies iconEn réunion cvx, S’Écouter, mais ensuite ?
«être plus prompt à sauver la proposition du prochain qu'à la condamner» (Ex. Sp. 22)

Thème 6 : Pratiques médicales pour sauver des vies icon08/04/2014 Inspection du travail et entreprises : deux mondes qui ne se comprennent pas
«Ils travaillent sur délation, sont péremptoires et ne cherchent pas à comprendre nos contraintes. Ils ne comprennent pas que l'on...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com