Résumé du cours d’histoire deug II





télécharger 45.85 Kb.
titreRésumé du cours d’histoire deug II
date de publication07.10.2017
taille45.85 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > documents > Résumé
Fiche de révisionrésumé du cours d’histoire deug ii 1er semestre


les exercices physiques de l’antiquité àu 18e s.
De l’Antiquité au 18e s., l’exercice physique a été utilisé selon 3 orientations :

  • militaire  se préparer au combat.

  • médicale  se maintenir en bonne santé.

  • éducative  avoir un effet bénéfique sur le comportement des individus.


dans l’antiquité : (cf. J.Ulmann – « De la gymnastique au sport moderne »)

Chez Homère, des jeux sportifs sont pratiqués par les aristocrates pendant les périodes oisives, dans un but de préparation aux combats futurs.

Avec la création des Jeux Olympiques (en 776 av. J.-C.), l’aspect ludique de l’exercice physique apparaît.

Avec Hippocrate est inaugurée une utilisation médicale de l’exercice physique ; on découvre les bienfaits du sport sur la santé.

Par la suite, Galien, célèbre médecin inventeur du mot ‘hygiène’, privilégiera l’aspect médical de l’exercice physique.

Platon, lui, a voulu concilier l’usage militaire et l’usage médical de l’exercice physique.
au moyen-âge :

Au Moyen-Âge, l’exercice physique, étant condamné par le christianisme, ne sera pas utilisé pour l’éducation des enfants.

Cependant, les jeux sportifs perdurent. Ils sont utilisés pour le folklore, mais aussi dans un but de préparation à la guerre.

à la renaissance :


A la Renaissance, on redécouvre l’importance accordée à l’exercice physique dans la bonne santé à travers les textes médicaux d’Hippocrate et de Galien.

Mercurialis différencie l’usage militaire, l’usage médical et l’usage athlétique de la pratique physique. Il propose aussi d’adapter les exercices physiques aux individus.

Avec l’arrivée de la Renaissance apparaît une nouvelle importance accordée au corps qui est le réceptacle de l’âme. On utilise donc l’exercice physique à des fins morales (cf. Montaigne) ; on l’intègre dans ‘l’hygiène des passions’.
aux 17e et 18e s. :

Après la Renaissance, l’usage médical se perpétue, mais en assimilant le corps à une machine dont on cherche à améliorer le fonctionnement.

A cette époque, une profonde mutation des modes de pensées s’opère (période pré-révolutionnaire). Cela aura des conséquences sur la perception de l’exercice physique.

On commence à entrevoir l’exercice physique dans un but récréatif.

Le terme ‘éducation physique’ apparaît en 1762 ; il désigne à cette époque la gymnastique appliquée aux nourrissons.

Les philosophes de la nature (dont J.-J. Rousseau) prônent les visées intellectuelles et morales de l’exercice physique.

Basedow pose les fondements de la gymnastique ; il systématise les exercices physiques.

Verdier met l’accent sur les fonctions orthopédiques et curatives de l’exercice physique.

L’exercice physique commence à être intégré à l’éducation des enfants, dans un but médical, mais aussi pour perfectionner leurs sens et leur intelligence.
De nombreux mouvements sont apparus et ont disparu. Cependant, il n’existe pas de continuité entre les exercices physiques dans la Grèce Antique et ceux du 18e s., de même qu’il n’y aucun rapport entre la gymnastique appliquée aux nourrissons et l’éducation physique d’aujourd’hui.

panorama des pratiques corporelles aux 19e et 20e s.
l’histoire de l’éducation physique (et sportive) :

L’histoire de l’Education Physique commence réellement en 1869 avec l’introduction de la gymnastique comme matière obligatoire dans les collèges et les lycées impériaux.

De 1869 à 1918, on assiste à une période de stabilité dans l’évolution de l’éducation physique.

A cette époque, on a une mosaïque de pratiques qui poursuivent essentiellement 2 buts : la préparation militaire et l’utilisation hygiénique du mouvement. C’est l’époque de la guerre des méthodes entre la gymnastique naturelle de Hébert, la gymnastique suédoise de Tissié, le mouvement sportif de Grousset et Saint-Clair et la théorie du mouvement complet, continu, arrondi de Démeny.

Après la première guerre mondiale, l’école de Joinville va élaborer la méthode éclectique française, dans le but de reconstruire les forces vives du pays.

Pendant l’entre-deux-guerres, l’éducation physique est placée sous tutelle médicale.

En 1941 paraissent les premières Instructions Officielles spécifiques à l’éducation physique. On développe alors la méthode naturelle de Hébert.

En 1945, la méthode éclectique est rétablie. L’éducation physique change de nom et devient l’EPS (Education Physique et Sportive), mais l’amalgame avec le sport ne se fait pas encore.

Dans les années 60, la méthode suédoise est développée.

A partir de 1967, les APS (Activités Physiques et Sportives) sont utilisées en EPS. L’éducation physique change d’orientation et se décalque sur les pratiques sportives en club.

Durant les années 70, l’EPS subit une crise identitaire : les professeurs se demandent ce qui les différencie des entraîneurs. Parlebas notamment entame une réflexion épistémologique sur l’EPS et sur sa place dans le système éducatif.

L’EPS prend un nouveau virage au début des années 80 avec l’émergence de la didactique.

En 1981, l’éducation physique quitte le ministère de la Jeunesse et des Sports et intègre le ministère de l’Education Nationale.

Le courant didactique va prendre de l’ampleur jusqu’en 1995, puis va peu à peu s’estomper.
les pioniers du début du 19e s. et leur gymnastique
A partir de 1815, les pratiques gymniques sont pensées et pratiquées par des spécialistes. Les auteurs suivants, placés à de hauts rangs institutionnels, auront une grande influence dans le développement de la gymnastique. Au-delà de leurs différences, leurs conceptions de la gymnastique se basent toutes sur le fait que l’exercice physique a des vertus qui prouvent la nécessité de sa diffusion.
francisco amoros (1770-1848) :

Amoros est considéré comme le père de l’éducation physique en France. Il a dirigé plusieurs établissements de gymnastique.

Sa conception de la gymnastique est raisonnée : il invoque la science pour fonder la pratique gymnique.

La gymnastique d’Amoros a une forte origine militaire.

Ses leçons sont composées d’exercices d’ordre et de mise en rang, d’exercices élémentaires ainsi que d’exercices complexes.
friedrich jahn (1778-1852) :

Jahn a mis en place une gymnastique appelée le ‘Turnen’.

Le ‘Turnen’ est sensé restaurer la virilité et le sentiment national du peuple prussien après la défaite de Iéna.

Selon Jahn, il faut rompre avec le confort de la vie moderne et développer la solidarité du peuple.

La gymnastique de Jahn se base sur des exercices utilitaires : marche, course, natation, exercice d’équilibre, …

Le ‘Turnen’ est présenté comme un des points déterminants de la victoire prussienne à Sedan en 1870.
clias (1782-1854) :

Selon Clias, la gymnastique a des applications orthopédiques, c’est pourquoi elle nécessite le travail en collaboration avec des médecins.

La gymnastique de Clias est dure, sévère, exigeante : « Il faut accoutumer les élèves à supporter la douleur ».

Les exercices qu’il propose ressemblent à ceux d’Amoros et de Jahn, mais il utilise une autre classification : exercices du membre inférieur, exercices du membre supérieur et exercices compliqués.
napoléon laisné (1811-1896) :

Laisné a enseigné la gymnastique dans plusieurs établissements et a été également inspecteur.

Laisné veut faire pratiquer la gymnastique à un public de plus en plus large pour rendre les gens plus robustes, mais il veut aussi différencier les exercices en fonction du public auquel il s’adresse (ex : parcours adaptés pour les soldats en fonction de leur corps ; différenciation hommes/femmes).

Comme Amoros, Laisné utilise beaucoup les exercices de gymnastique de plancher et les déplacements.
antoine triat (1813-1881) :

Triat a découvert la gymnastique à travers le milieu du cirque.

Il a fait de la gymnastique un commerce.

Sa méthode est basée sur un travail dosé, utilisant beaucoup les haltères, dans une recherche explicite de la transpiration.
eugène paz (1836-1901) :

Paz a guéri d’une infection nerveuse grâce à la gymnastique de Triat et à l’hydrothérapie. Il a consacré sa vie à promouvoir l’exercice physique. Il a fondé plusieurs associations de gymnastique (notamment l’USGF).

Paz a beaucoup utilisé la presse pour divulguer ses idées.

Il attire l’attention sur la nécessité d’une pratique de la gymnastique à l’école. Il va faire partie d’une commission chargée par Duruy d’aller étudier la gymnastique dans les pays voisins. Le rapport consécutif à cette mission va aboutir en 1869 à l’institution de la gymnastique comme matière obligatoire dans les collèges et lycées.

Paz donne à la gymnastique des buts de santé publique, de préparation militaire et d’éducation. Parallèlement, il insiste sur les bienfaits de l’hydrothérapie.

Sa gymnastique est basée sur des exercices de plancher et sur les mouvements d’ensemble.

l’émergence du sport moderne en angleterre



Il faut différencier sport antique et sport moderne. Le sport antique relevait d’une signification mythique, religieuse, alors que le sport moderne relève d’une logique technologique et économique.
L’émergence des sports modernes en Angleterre est très étroitement liée aux progrès industriels. Au cours du 18e s., l’Angleterre subit une mutation sans précédents : le pays s’enrichit et le culte du rendement s’impose. On va retrouver ce rapport à l’argent dans le domaine sportif (ex : paris).

Le sport émerge d’une double origine : les pratiques populaires traditionnelles et les jeux ruraux. Ces pratiques populaires sont organisées, patronnées et financées par les nobles. Ils s’y affrontent par l’intermédiaire de leurs employés.

La logique de ces pratiques populaires change complètement. On base le nouveau calendrier festif sur l’alternance de périodes de compétition et de périodes d’entraînement. Les entraîneurs apparaissent. Des athlètes se professionnalisent. On standardise les pratiques dans l’optique de comparaison des performances (poursuite du record et obsession du mesurable). Tout cela relève de la même logique d’efficacité et de performance relative à la société industrielle émergente.

Thomas Arnold (1785-1842), sous la pression des élèves, sera le premier à développer les pratiques sportives au sein des collèges anglais. L’enseignement supérieur anglais va faire émerger la notion d’amateurisme.

l’émergence du sport en france



Le terme ‘sport’ apparaît en France en 1850, alors que la France est en pleine révolution industrielle. Jusqu’en 1914, on va assister à une phase d’instauration du sport moderne.

Contrairement à l’Angleterre, l’apparition du sport en France n’a pas de lien avec le système scolaire.

Des pratiques sportives et des clubs apparaissent, inspirés du modèle anglais.

Ces pratiques sportives sont en totale opposition avec la gymnastique.

Les Jeux Olympiques de l’ère moderne sont créés sur l’initiative de Pierre de Coubertin, un français. Ces JO modernes n’ont pas de rapport avec les JO de la Grèce Antique ; leur but est complètement différent. Les Jeux Olympiques modernes n’étaient au départ qu’un moyen de promotion de la pratique sportive, dans un but de réforme sociale visant à rendre les gens plus ‘débrouillards’ (P. de Coubertin croyait fortement aux vertus éducatives de la pratique sportive).
Après la première guerre mondiale, le nombre de pratiquants croît très rapidement parce que le nombre de clubs augmente et que les femmes commencent à pratiquer.

L’USFSA (Union des Sociétés Françaises de Sport Athlétique) éclate et donne naissance à des fédérations.

Le développement des moyens de communication favorise le développement du sport professionnel et du spectacle sportif.

Le Front Populaire va mener la première politique en faveur du sport (construction de nombreuses installations sportives), visant à l’amélioration physique et morale de la jeunesse. Le régime de Vichy poursuivra cette politique, mais avec une réorganisation du sport français pour le mettre sous contrôle de l’Etat.

Après 1945, l’Etat délègue ses pouvoirs aux fédérations sportives. Le nombre de pratiquants croît exponentiellement ; le sport devient un phénomène des sociétés de consommation.
la méthode suédoise
La méthode suédoise a été inventée par la famille Ling (Per et Hjalmar), qui avait de nombreuses connaissances anatomiques et physiologiques.

Elle a une visée essentiellement hygiénique, avec pour objectif premier la rectitude de la colonne vertébrale pour permettre aux organes de fonctionner de façon optimale.

Elle a été découverte par une commission envoyée en Suède, alors que l’on cherchait à développer l’hygiène des Français, la dégénérescence de la race menaçant après la défaite face à la Prusse à Sedan en 1870.

L’engouement pour la méthode suédoise s’explique par :

  • son objectif sanitaire

  • son sous-bassement scientifique

  • sa facilité d’application

  • ses impératifs d’ordre et de discipline relatifs à l’époque.


les grands noms de l’éducation physique au 20e s.
georges DEMENY :

Au début de sa carrière, Démeny va travailler en collaboration avec Marey sur des études sur le mouvement. C’est dans leur station physiologique du Parc des Princes que va naître la biomécanique moderne. Ils vont aborder le mouvement sous son aspect physiologique pour quantifier les dépenses d’énergie (cf. la marche militaire fléchie). Aux côtés de Marey, Démeny va non seulement se former mais aussi se faire connaître.

Démeny tomba d’abord sous le charme de la méthode suédoise, puis, au fur et à mesure de son perfectionnement physiologique, il sera amené à la critiquer de plus en plus sur son aspect statique et sur son caractère analytique.

Démeny va alors tenter d’élaborer sa propre méthode, basée sur des connaissances scientifiques. Sa logique est une logique industrielle, productiviste, relative au contexte de l’époque. Sa méthode, élaborée à partir d’un mouvement animal (le vol des oiseaux), est la méthode du mouvement complet, continu, arrondi. Cette méthode est en totale rupture avec la gymnastique suédoise.

On différencie 2 phases dans la méthode de Démeny :

  • La gymnastique éducative qui vise 4 buts : la santé, la beauté, l’adresse (utilisation optimale de l’énergie) et la virilité (volonté, courage).

  • La gymnastique d’application qui vise 2 buts : utilisation économique de l’énergie et recul de la fatigue.

La méthode de Démeny aura une longue vie institutionnelle car elle colle au rôle de l’école, et parce que Démeny ne sera pas un doctrinaire.
philippe tissié :

Tissié était un ardent défenseur de l’exercice physique ; il a milité pour sa propagation, que ce soit sous la forme de la gymnastique ou du sport. Il a instauré les lendits, rencontres scolaires où les élèves pratiquent des activités athlétiques et gymniques.

Il fut, tout comme Démeny au début de sa carrière, un ardent propagandiste de la méthode suédoise. Il collabora longtemps avec Démeny jusqu’à ce que celui-ci se démarque de la méthode suédoise.

A partir de ce moment-là, Tissié va démolir toute affirmation de Démeny, s’enfermant dans un vrai sectarisme. Tissié va rentrer dans une période sombre ; il va être petit à petit écarté de toute responsabilité à cause de sa trop grande agressivité vis-à-vis des autres méthodes. Il va alors publier de nombreux articles pamphlétaires.
georges hébert :

Hébert, marin, a découvert des ethnies sauvages au cours de ses expéditions et a été frappé par leur ‘beauté’ et leur bonne santé, alors qu’ils ne pratiquent pas d’exercices physiques autres que les travaux quotidiens.

Il a déduit de ce constat une méthode basée sur les exercices naturels, dont la devise est « être fort pour être utile », et qui se place en rupture avec la gymnastique contemporaine et surtout avec le sport qui est artificiel et socialement inutile.

La méthode naturelle est basée sur 2 concepts :

  • le concept de nature  pratiquer en plein air

  • le principe d’utilité  pratiquer les mouvements naturels

Hébert classe ces différents mouvements en fonction du principe d’utilité :

  • la locomotion normale (marche, course, sauts)

  • les locomotions secondaires (quadrupédie, grimpers, équilibrisme, natation)

  • les mouvements de défense (luttes, lancers)

  • les activités industrieuses (levers)

  • les divertissements (danse)

Hébert propose l’utilisation de ces exercices dans une optique de travail foncier et de réglage de l’effort.

Hébert renie à la science toute possibilité d’éclairer l’exercice physique ; il est donc contre l’intervention des médecins dans l’éducation physique.
La méthode suédoise de Tissié, la méthode naturelle de Hébert et la méthode du mouvement complet, continu, arrondi de Démeny sont contemporaines et sont donc entrées en concurrence. La guerre des méthodes sera résolue par la méthode éclectique française élaborée à l’école de Joinville en 1925.

Durant l’entre-deux-guerres, sous le règne de la méthode éclectique française, va s’instaurer une collaboration médico-pédagogique où les médecins vont encadrer le travail des enseignants à tous les niveaux.

Grâce à la politique de loisirs sportifs du Front Populaire, le mouvement sportif connaît une forte expansion.

Avec les IO du 1er Juin 1941, l’EGS (Education Générale et Sportive) rompt avec l’éclectisme de la méthode française pour promouvoir la méthode naturelle d’Hébert. Une épreuve facultative d’EP au Bac est créée. Sous le régime de Vichy, la politique de construction d’installations sportives du Front Populaire va être poursuivie. Les CREGS, où sont formés les futurs maîtres d’éducation physique, vont être créés.

Le régime de Vichy, malgré le fait qu’il représente une période noire de l’histoire de France, a tout de même beaucoup apporté à l’éducation physique et au sport par la construction de nombreuses infrastructures et la formation des enseignants d’EP.
Après la radicalisation du régime de Vichy, avec la nomination du colonel Pascot à la place de Borotra au Commissariat Général, la méthode Iréne Popard est promue méthode officielle.

A la libération, ce qui a été mis en place sous le régime de Vichy va être conservé ; on va simplement changer les appellations.

L’éclectisme de la méthode française est remis en place ; on donne le choix de la méthode aux enseignants.
maurice baquet :

C’était un athlète confirmé et un entraîneur chevronné.

Il a mis l’accent sur l’utilité du sport dans le milieu scolaire.

Il propose de mettre en place un enseignement sportif pluridisciplinaire sensé favoriser l’acquisition d’une motricité sportive. Il insiste également sur les aspects psychologiques du sport : il développe la personnalité, le courage, la persévérance, la confiance en soi, et impose de connaître et de respecter les règles du jeu.
pierre seurin :

Seurin se place en opposition avec Baquet.

Seurin est allé en Suède où il a découvert la gymnastique néo-suédoise et la gymnastique volontaire.

Il était désappointé par la méthode éclectique française qui pour lui envoyait le message « Remuez, tout est là ».

Selon lui, l’éducation physique garde un but principal hygiénique, de santé.
La méthode néo-suédoise est basée comme son ancêtre sur la rectitude de la colonne vertébrale, mais elle insiste également sur le développement de la fonction respiratoire.
Dans les années 60, on assiste à la sportivisation de l’EP. La méthode sportive est alors consacrée. Celle-ci prône l’utilisation de la compétition comme motivation et comme principe pédagogique ; on met en place un calendrier de compétitions, on évalue à partir de performances, …
justin teissié :

Teissié essaye d’analyser les activités physiques en terme de maîtrise corporelle dont il décrit les aspects fondamentaux : maîtrise du corps propre, maîtrise des déplacements, maîtrise des engins, maîtrise de l’opposition.

Il accorde donc beaucoup d’importance à la motricité mais aussi à la perception.

Il propose un traitement du sport civil pour l’intégrer à l’EP.
Les IO de 1967 officialisent la sportivisation de l’EP.
jean lé boulch :

Le psychocinétisme de Le Boulch s’oppose au courant sportif et aux propositions hygiéniques de Seurin.

Le Boulch veut accéder à la maîtrise du comportement afin de rendre les individus adaptables aux différentes situations.

La psychocinétique met donc l’accent sur l’ajustement moteur et sur les structures perceptives.

Cette méthode est aujourd’hui utilisée en maternelle.
Fiche de révisionsynthèse du cours d’histoire deug ii 1er semestre


3 grandes parties :

  • L’évolution de l’éducation physique

  • Les auteurs qui ont marqué l’éducation physique et leurs méthodes

  • L’apparition du sport moderne en Angleterre, puis en France




9742.doc

similaire:

Résumé du cours d’histoire deug II iconRésumé du cours d’histoire deug II

Résumé du cours d’histoire deug II iconCours de l’histoire Au placard les présentations PowerPoint, place au «Storytelling»
«Storytelling». Derrière ce mot made in usa, se cache un concept qui se résume en : une bonne histoire vaut mieux qu’un long discours...

Résumé du cours d’histoire deug II iconRésumé Le cinquième centenaire de la ‘découverte’ de l'Amérique est...

Résumé du cours d’histoire deug II iconCours de mme tenenbaum
«bis». IL n’y aura pas de résumé ou topo du cours présenté par le(a) chargé(e) de td au début de chaque séance. Le cours doit donc...

Résumé du cours d’histoire deug II iconRésumé du livre «Congo, Mythes et réalités»
«Congo, Mythes et réalités» pour le cours d’histoire politique contemporaine de la Belgique

Résumé du cours d’histoire deug II iconRésumé du cours de 3ème sous forme de fiches

Résumé du cours d’histoire deug II iconPlan du cours Conférence de méthode : Histoire des faits économiques et sociaux
«fiche» (coeff 4) sur l’exposé, résumé si possible pas trop long, où les articulations, principaux arguments et chiffres sont bien...

Résumé du cours d’histoire deug II iconRappel : les cours d’histoire ont lieu à Paris 8, les cours de géographie à Paris XIII
«Prince et arts «C. Verna B. 233 15 h 00 18 h 00 Préparation au C2e2i Salle (voir sufice) 12h00 15h00 Histoire «Prince et arts»

Résumé du cours d’histoire deug II iconRappel : les cours d’histoire ont lieu à Paris 8, les cours de géographie à Paris XIII
«Prince et arts «C. Verna 15h 18h00 Préparation au C2i2e 12h00 15h00 Histoire «Prince et arts»

Résumé du cours d’histoire deug II iconLittérature et politique Un titre plus exact serait «Littérature...
«Littérature et politique en France au xxème siècle». Ce cours se justifie en termes de science politique, c’est un complément aux...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com