3. Calendrier et contacts p 44





télécharger 201.46 Kb.
titre3. Calendrier et contacts p 44
page1/6
date de publication07.10.2017
taille201.46 Kb.
typeCalendrier
h.20-bal.com > documents > Calendrier
  1   2   3   4   5   6
g:\enseignement artistique\schéma départemental des enseignements artistiques\elaboration nouvelle politique 2014-2019\réunion du 4 mai 2015\fond pour le power point\rond001.png

g:\enseignement artistique\schéma départemental des enseignements artistiques\elaboration nouvelle politique 2014-2019\réunion du 4 mai 2015\fond pour le power point\la manche 2015_sanso#3345f9.png

PROPOSITIONS DE RESIDENCES D’ARTISTES

ANNEE 2016-2017
Schéma départemental des enseignements et des pratiques artistiques en amateur

g:\enseignement artistique\schéma départemental des enseignements artistiques\résidences d\'artistes\2016-2017\logo far.png g:\enseignement artistique\schéma départemental des enseignements artistiques\résidences d\'artistes\2016-2017\logo la brèche.png g:\enseignement artistique\schéma départemental des enseignements artistiques\résidences d\'artistes\2016-2017\logo cnn.jpg g:\enseignement artistique\schéma départemental des enseignements artistiques\résidences d\'artistes\2016-2017\logo trident.jpg

SOMMAIRE

1. Rappel de la philosophie des résidences et des critères de recevabilité P 3


2. Les résidences par thématiques P 5




  • Musique P 6




  • Sébastien Bertrand P 7




  • Norka P 11




  • Specifik Duo P 14




  • Bal autour du tango P 17

  • Daisy P 21




  • Ensemble Magnétis P 25



  • Danse P 27




  • Mickaël Phelippeau P 28



  • Théâtre P 32




  • Compganie Toutito Teatro P 33



  • Arts du cirque P 36




  • Jeanne Mordoj P 37




  • Clément Dazin P 41


3. Calendrier et contacts P 44

Établi en lien avec les structures ressources du territoire (le FAR Agence musicale régionale, le Trident Scène nationale de Cherbourg-en-Cotentin, le Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie et le Pôle national des arts du cirque), ce listing est fourni à titre indicatif, comme autant de pistes de réflexions pour la construction de projets de résidences toutes disciplines et esthétiques confondues pour l’année 2016-2017
N’hésitez pas à consulter les sites internet indiqués pour compléter les informations, et à entrer directement en contact avec les artistes via les adresses mail communiquées.

PHILOSOPHIE DES RESIDENCES ET CRITERES DE RECEVABILITE


UNE RESIDENCE D’ARTISTES : POUR QUOI FAIRE ? VERS QUELLE FINALITE ?
La mission première des établissements d’enseignement artistique est de former des amateurs, développer le plaisir du jeu, le plaisir de la rencontre avec l’autre, avec la perspective, à terme, qu’ils s’engagent peut-être dans un des nombreux métiers relevant de domaines artistiques. Permettre la rencontre et l’échange des élèves de ces établissements, tout au long de leur parcours, avec des artistes professionnels, s’inscrit donc bien dans cette mission. L’accueil d’artistes en résidence amène la pratique artistique au cœur des activités et de la vie de l’établissement. L’élève acquiert ainsi une compréhension globale du milieu dans lequel l’artiste évolue en le côtoyant sur une base régulière.

Suivre la démarche de création d’un artiste permet à l’élève de se nourrir, d’élargir son champ de compétences. Il peut se projeter, se construire en tant qu’« artiste » autonome, complet et polyvalent, et, qui sait, s’imaginer en bout de chaîne d’apprentissage dans un futur plus ou moins proche, comme « pratiquant artistique » amateur éclairé ou professionnel. Sa motivation s’en trouve alors renforcée, ainsi que son implication, pour une pratique artistique en dehors des enjeux d’évaluation.
Une résidence doit donc permettre la rencontre des élèves, de l’équipe enseignante d’un établissement artistique avec la démarche propre de l’artiste, les processus créatifs qui l’animent, son univers. L’artiste doit être en capacité de transmettre sa démarche, son positionnement. C’est bien là le but et l’enjeu même de la résidence, qui ne peut se concevoir comme une simple master class. Ainsi, les résidences, qui se déroulent au sein des établissements d’enseignement artistique, sont bien entendu des résidences artistiques mais aussi pédagogiques, qui, sans se substituer aux objectifs de formation inscrits au projet d’établissement, viennent les compléter, les enrichir.

LES CRITERES DE RECEVABILITE SPECIFIQUES AUX RESIDENCES D’ARTISTES


  • La résidence doit avoir lieu entre septembre et juin ;

  • La résidence peut concerner tous les champs de la création artistique contemporaine et les approches pluridisciplinaires;

  • Possibilité de résidences partagées entre plusieurs établissements d’un même territoire;

  • Durée minimale de 15 jours (résidence accueillie par un seul établissement d’enseignement artistique) à 3 semaines (résidence partagée);

  • Choix de(s) l’artiste(s) à la libre initiative de l’établissement ou sur proposition du Conseil départemental (listing d’artistes fourni, établi en lien avec les structures ressources du territoire);

  • Résidences organisée autour de plusieurs temps forts: ateliers de pratiques artistiques, pratiques collectives liées à la création, moments de visibilité du travail, restitution publique finale.

  • La résidence devra être soutenue financièrement par la collectivité locale (commune ou communauté de communes) : valorisation, mise à disposition de locaux au minimum, participation sur l’hébergement et les repas, etc.

  • Les habitants peuvent être associés au temps de résidence, notamment via l’accueil partagé de(s) l’artiste(s) (hébergement et repas)



LES RESIDENCES PAR THEMATIQUES

1. MUSIQUE

Sébastien Bertrand
g:\enseignement artistique\schéma départemental des enseignements artistiques\résidences d\'artistes\2016-2017\musique\photo sébastien bertrand.jpg
Présentation et parcours artistique
Directeur artistique de CAHPA (Compagnie des Arts d’Hier Pour Aujourd’hui), Sébastien BERTRAND construit depuis plusieurs années une œuvre inédite. Son spectacle « Chemin de la Belle Etoile » résume bien le personnage ! Un personnage qui se balance entre la France et le Liban, entre les musiques traditionnelles et les musiques actuelles, entre concert et bal…
Né en 1973 à Beyrouth au Liban, Sébastien est adopté à l’âge de 9 mois et arrive en France dans une famille vendéenne où la recherche des traditions et du folklore local fait partie du quotidien. Tout gamin, il se retrouve sur les planches avec un accordéon diatonique et un costume traditionnel pour faire danser les jeunes du groupe folklorique Tap dou Païe. Il aurait pu en rester là, mais les journées de collectage avec son père, les découvertes musicales avec son oncle Thierry, l’amènent rapidement à regarder les musiques traditionnelles comme des musiques du quotidien, son quotidien. Il quitte le costume pour assumer son diatonique au collège, au lycée, croise des musiciens d’horizons musicaux différents. Avec son oncle Thierry Bertrand, ils bousculent la tradition et crée un duo inédit rassemblant l’accordéon diatonique et la veuze, le Duo Bertrand. En 2003, il décide de créer une compagnie à l’instar de la danse, du théâtre, pour partager, scène après scène, avec un public de plus en plus large, ce que des artistes d’avant-garde des années 30 appelaient déjà  les "Arts Populaires Modernes" : la compagnie CAHPA. Depuis, au sein de cette entité, il développe des projets originaux de création artistique contemporaine. Parallèlement, il passe le diplôme d’état pour l’enseignement des musiques traditionnelles, et débute l’enseignement de l’accordéon diatonique à la Maison des Arts de Challans (85).

Ce regard croisé se prolonge et s’enrichit de la rencontre avec Yannick Jaulin. À l’issue du spectacle "Forêts", de Wajdi Mouawad, Sébastien, le maraîchin se raconte à son ami Jaulin : "J’ai été adopté à l’âge de 9 mois, je suis né à Beyrouth pas en Vendée". L’aventure "Chemin de la Belle Etoile" commence un an plus tard.

Depuis, il continue son travail autour des musiques traditionnelles avec la seule différence d’être entre la tête et les pieds, d’ici et de là-bas: un artiste nomade à l’intérieur de lui-même. Accordéoniste diatonique inspiré, le jeu de Sébastien Bertrand se caractérise par un toucher léger et rapide. Sa technique s’inspire des ornementations utilisées sur la veuze (cornemuse) par son oncle Thierry, instrument dont il maîtrise également la pratique, et des techniques de chant traditionnel. On le reconnaît à la manière de faire sonner son accordéon, sa maîtrise du passage de l’air dans le soufflet. « C’est peut-être pour ça que je joue de l’accordéon, pour le souffle. »
Les différents projets menés :

En 2006, création du groupe Sloï, aux confluences du trad, du jazz et du rock, Parallèlement, création avec Alain Pennec du Duo Pennec/Bertrand, duo d’accordéons diatoniques.
En 2007, le travail scénique initié avec Sloï s’enrichit de la rencontre avec Yannick Jaulin, rencontre qui donne lieu à la création du spectacle « La Tournée du Ponant », qui met en scène le conte et la musique.
Juillet 2009 : « Chemin de la Belle Etoile » est créé au festival d’Avignon. Les textes de Yannick Jaulin et les musiques de Sébastien résonnent comme une sorte de réponse immédiate aux questions sur l’identité, la famille, l’enracinement, l’adoption, les adoptions…
2011 : Nahas Project (oud, piano, guitare, beat box, accordéon diatonique), suivi, en 2013 du Nahas Project Grand Ensemble, avec la présence du trio Lo’Jo (Denis Péan, Yamina et Nadia Nid El Mourid) et d’un quatuor à cordes dont la direction, les compositions et les arrangements ont été confiés à Alban Darche.
En 2012, CAHPA s’enrichit d’un nouveau projet : le Grand'Danse Connection Club voit le jour en septembre 2012. Ce concert-bal propose une relecture des danses traditionnelles pour leur donner une dimension complètement actuelles.

Comment imaginer l’accordéon diatonique autrement ?
« Depuis des années je me pose cette question – Comment sortir des stéréotypes et permettre à cette musique classée comme traditionnelle de reprendre une place dans le quotidien des uns et des autres ? En 2006, le CD du groupe « Sloï » portait le sous-titre de «Musiques du Monde d’Ici » – une manière pour moi d’affirmer, après une tournée marquante en Inde, que l’exotisme ou que la rythmique envoûtante des musiques des peuples nous environnent aussi, tout près.

Suite à la collaboration récente avec Alban Darche, compositeur et arrangeur, j’ai pour la première foi entendu ma musique « sonner », « résonner » différemment. Un quatuor à cordes en conservait l’essence pour s’évader, transgresser, sublimer…

Je souhaite poursuivre cette innovation, ce virage en mettant à disposition cette musique modale à des arrangeurs, cinéastes, publicistes… souvent organisée autour de ritournelles, de structures simples, compositions inspirées de la musiques traditionnelles sont d’une appropriation simple et transgénérationnnelle…

Adapter pour L’Aurore de Murneau et composer pour Les Aventures du Prince Ahmed la musique en lien avec les images est une expérience riche que j’aimerais poursuivre plus largement que sur des films du répertoire. L’écriture récente pour Mizou le Petit Chat Noir (éd. Didier Jeunesse), coup de coeur Charles Cros en 2013 – a été à nouveau pour moi l’occasion de sortir des sentiers battus.

Je reste curieux, attentif et persuadé que ces sonorités peuvent surprendre, étonner, et séduire… »
Juin 2013 - Sébastien BERTRAND

Quelques pistes de contenu pour le travail en résidence : de l’oralité à la musique savante



  • Un lien étroit avec le territoire de la Manche :

Depuis plusieurs années, Sébastien Bertrand apparait régulièrement dans les programmations culturelles du territoire de la Manche. Les spectacles « Chemin de la Belle Etoile », « Les Aventures du Prince Ahmed », « Grand Danse Connection Club »…résonnent encore dans les mémoires, programmés dans le cadre de Villes en scène (2013/2014) ou du festival Les Traversées Tatihou (août 2014).

Plus récemment, il est venu animer un master classe autour de l’accordéon diatonique sur l’ile de Tatihou pendant le festival « Les Traversées » (août 2015). Son dernier spectacle et album (à sortir prochainement sous le Label Daqui – distribution Harmonia Mundi) a d’ailleurs fait l’objet d’un temps de résidence de création sur l’île de Tatihou (mai 2015).

Son nouveau spectacle, « Traversées diatoniques », est inscrit pour une diffusion dans le cadre de Villes en Scène (saison 2016/2017, du 27 février au 4 mars 2017).


  • Un parcours, des rencontres :

L’idée de la résidence est d’articuler la présence de Sébastien Bertrand dans les établissements d’enseignement artistique du territoire, en s’appuyant sur sa ligne artistique : l’ancrage et l’ouverture.

Pour cela, plusieurs pistes peuvent être imaginées :


  1. Travail musique et danse

  • L’appréhension d’un répertoire issu de l’oralité : à partir de films d’archives (scènes de danses, de musique, des années 1920 aux années 1970) et de collectages, il s’agit de permettre aux élèves de « rencontrer » cette spécificité et de questionner leur spécificité identitaire territoriale (en référence aux travaux d’associations comme « La Loure » par exemple). Un aller-retour avec les familles, les grands-parents peut être facilement envisagé sur cette thématique transgénérationelle ;




  • Repartir du mouvement de départ : la danse – apprentissage de plusieurs formes de danses traditionnelles et populaires (rondes, branles, demi-rond, scottish…) – le fond de répertoire plus ancien permet facilement de faire référence au répertoire de la renaissance (cf : Thoinot Arbeau et son orchésographie…) ;




  • Mémoriser les mélodies et les retranscrire sur l’instrument : apprentissage par le chant et par la mémorisation de thèmes simples – retranscription sans partition sur l’instrument par la reconnaissance des notes, de la mélodie (un travail en amont avec les professeurs peut permettre l’écriture de partitions disponibles dans un second temps) ;




  • Travail sur la cohérence du jeu en groupe : forme simple de l’orchestre : ce travail d’ensemble peut permettre de croiser les niveaux et de couper les groupes avec des musiciens et des danseurs. La structure simple des mélodies permet de se laisser aller à la musique (transe) sans anticiper tel ou tel changements ou parties.



  1   2   3   4   5   6

similaire:

3. Calendrier et contacts p 44 iconCalendrier romain: calendrier lunaire 9 Les Romains 9

3. Calendrier et contacts p 44 iconL’espace mediterraneen : un interface nord-sud
«Mare Nostrum», trois religions majeures : espace de contacts au Moyen Age. Croisades

3. Calendrier et contacts p 44 iconCours : dates non définies : journées de formation sur les ancres...
«Les terrassiers de Clio», au musée archéologique de Saint- raphaël Contacts : Anne Joncheray et Lénaïc Riaudel

3. Calendrier et contacts p 44 iconAdresse Horaires Accès Contacts presse Edito «Les Juifs du Pape»
«Les Juifs du Pape», ces Juifs tolérés dans les États pontificaux d’Avignon et du Comtat Venaissin durant tout l’Ancien Régime, bénéficient...

3. Calendrier et contacts p 44 iconEcp, essec, hec, isae-supaero, navale, X, sc-po, uniagro
«nouveaux arrivants» : jeunes diplômés de nos écoles mais aussi nouveaux installés dans la région et qui souhaitent établir ou renforcer...

3. Calendrier et contacts p 44 iconCalendrier julien

3. Calendrier et contacts p 44 icon4 Calendrier universitaire 6

3. Calendrier et contacts p 44 iconCalendrier grégorien

3. Calendrier et contacts p 44 iconCalendrier ( masc.)

3. Calendrier et contacts p 44 iconCalendrier annuaire






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com