Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux





télécharger 30.45 Kb.
titreLe rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux
date de publication07.10.2017
taille30.45 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > documents > Documentos
Diffusion et résistance au christianisme à travers l’exemple de Bernard de Clairvaux


  • Travail préparatoire, effectué à la maison :

Les élèves préparent au préalable cette étude de documents. L’enseignant saura adapter à la classe les modalités du travail demandé : répartition en petits groupes ou travail plus individuel.
Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux :


  • Bernard de Clairvaux, propagateur de la foi chrétienne : documents 1 et 2 (dossier ci-dessous), doc p 117 et doc 2 p 101 manuel Hachette 2de Histoire




    1. Quelle fut la première abbaye de l’ordre cistercien ? Où est-elle représentée sur le document p 117 ?

    2. Qui sont les « quatre filles de Cîteaux » ? pourquoi les désigne-t-on ainsi ? où sont-elles représentées sur le document p 117 ?

    3. Qui a joué un rôle important dans le développement de l’ordre cistercien ? Comment ?

    4. Que relate le document 2 ? Expliquez les expressions soulignées dans le document.

    5. Où l’ordre cistercien s’est-il diffusé ? Au détriment de quelle religion ?

    6. Montrez en quoi les moines cisterciens et en particulier Saint-Bernard ont participé à la christianisation de l’Occident.




  • Bernard de Clairvaux et la croisade : document 3 (dossier)




    1. Présentez l’auteur de ce discours.

    2. Qu’est-ce qu’une croisade ? Quel est son objectif ? Contre qui est –elle menée ?

    3. Que cherche à faire l’auteur ? Comment cherche-t-il à convaincre ceux qui l’écoutent ?




  • Bernard de Clairvaux et les hérétiques : documents 4 et 5 (dossier)




    1. Quelles sont les croyances des Albigeois ?

    2. Comment sont-elles perçues par les cisterciens ?

    3. Quelle méthode préconise Saint-Bernard pour lutter contre les hérétiques ?

    4. Quel autre moyen est proposé par l’abbé Césaire de Heisterbach ?

    5. Expliquez l’expression «  on prêcha dans toute l’Allemagne et en France… » Quel sort sera finalement réservé aux Albigeois ?


Document 1 : Saint Bernard et les progrès de Cîteaux : l’organisation de l’ordre cistercien
Son ordre, car Cîteaux n’a connu sa vraie naissance qu’avec lui, fut sa plus grande œuvre et le meilleur levier de toutes ses actions apostoliques. Trois ans après son entrée au monastère, il partit fonder Clairvaux au Sud-Est de Bar-sur-Aube, et il en demeura l’abbé jusqu’à sa mort en 1153. Moine avant tout, Bernard se complaisait dans son monastère et dans la direction de ses fils. Sans cesse il travailla à la diffusion de son idéal cistercien et il suscita une multitude de vocations. A côté de Clairvaux, trois autres abbayes furent fondées dans les débuts : La ferté, Pontigny et Morimond . Ces quatre abbayes, avec Cîteaux, furent les cinq têtes de l’ordre nouveau, chacune essaimant pour son compte. Pendant l’abbatiat de Bernard, Clairvaux à lui seul donna naissance à soixante-huit fondations nouvelles. Au milieu du XIIè siècle, il y avait trois cents abbayes cisterciennes, et un siècle et demi plus tard, plus de sept cents monastères d’hommes et un peu plus de femmes.

J.Chelini, Histoire religieuse de l’Occident médiéval, Hachette «  Pluriel », 1993.
Document 2 : Saint Bernard et le développement de l’ordre cistercien en Angleterre :
L’histoire de l’abbaye de Wells, en Angleterre, nous fait connaître, ce qu’il faut entendre par ces paroles de notre Saint. Voici ce qu’on y lit (Hist. Des monast. D’Anglet., tome Ier, p 733) : «  Bernard, abbé de Clairvaux, avait envoyé des détachements de son armée d’invasion prendre possession des pays les plus éloignés ; ils remportaient partout de brillantes victoires sur l’antique ennemi du salut et lui arrachaient sa proie des mains pour la remettre entre celles du souverain Roi. Le Ciel lui avait inspiré la pensée d’envoyer en Angleterre de sa noble vigne de Clairvaux quelque plant de grande espérance pour recueillir des fruits dans ces contrées, comme il le faisait dans le reste de l’univers. On possède encore la lettre même qu’il écrivit pour ses religieux au roi d’Angleterre, et dans laquelle il lui dit que son royaume renfermant une sorte de butin qui appartient à son maître, il y envoie de ses meilleures troupes pour le rechercher, s’en emparer et le rendre à celui à qui il appartient. Il engage le roi à prêter assistance à ces envoyés, et à ne pas manquer en cette circonstance de remplir les devoirs qu’il doit au suzerain dont il n’est que le feudataire. C’est ce qui arriva. Les religieux de Clairvaux furent reçus avec honneur par le roi Henri, ainsi que par ses sujets, et jetèrent dans la province d’York les fondements de l’abbaye de Ridal. Ce fut le premier établissement de l’ordre de Cîteaux en Angleterre 

Note de Mabillon* sur la lettre XCII de Saint Bernard écrite en 1132 au roi Henri.
*Moine bénédictin, érudit et historien du XVIIè siècle, qui commenta les lettres et sermons de Saint Bernard.
Document 3 : l’appel à la croisade :
Fondateur et premier abbé de Clairvaux en 1115, Bernard de Clairvaux est un des grands personnages de l’Occident chrétien et un conseiller écouté des papes. Exploitant l’émotion suscitée par la chute d’Edesse en 1144, il prêche la seconde croisade.
Pour les chevaliers du Christ, au contraire, c’est en toute sécurité qu’ils combattent pour leur Seigneur, sans avoir à craindre de pécher en tuant leurs adversaires, ni de périr, s’ils se font tuer eux-mêmes. Que la mort soit subie, qu’elle soit donnée, c’est toujours une mort pour le Christ : elle n’a rien de criminel, elle est très glorieuse. Dans un cas, c’est pour servir le Christ ; dans l’autre, elle permet de gagner le Christ lui-même : celui-ci permet en effet que, pour le venger, on tue un ennemi, et il se donne lui-même plus volontiers encore au chevalier pour le consoler. Ainsi, disais-je, le chevalier du Christ donne-t-il la mort sans rien redouter ; mais il meurt avec plus de sécurité encore : c’est lui qui bénéficie de sa propre mort, le Christ de la mort qu’il donne.(…)

Pourtant il ne convient pas de tuer les païens si l’on peut trouver un autre moyen de les empêcher de harceler ou d’opprimer les fidèles. Mais, pour le moment, il vaut mieux que les païens soient tués, plutôt que de laisser la menace que représentent les pécheurs suspendus au-dessus de la tête des justes (…).

Qu’ils soient rejetés loin de la cité du seigneur, ceux qui commettent l’iniquité, ceux qui s’efforcent d’enlever les inestimables richesses que Jérusalem réserve au peuple chrétien, ceux qui veulent souiller les Lieux saints et s’approprier le sanctuaire de Dieu.

Saint Bernard, De laude novae militiae, cité par Jean Richard dans L’Esprit des croisades Paris, 1969.

Document 4 : l’hérésie cathare vue par un abbé cistercien :
« C’est à l’époque du pape Innocent(…)que sur l’instigation du diable les hérétiques albigeois se mirent à pulluler, ou plutôt, plus exactement, à atteindre leur maturité. (…)Les abbés de notre ordre furent envoyés avec quelques évêques pour arracher cette mauvaise herbe par la houe de la prédication catholique. Mais devant la résistance de l’ennemi qui l’avait semée, leurs résultats furent médiocres. (…)Ils croient(…) en deux principes, un dieu bon et un dieu mauvais,c’est-à-dire le diable dont ils disent qu’il a créé tous les corps, comme le dieu bon a créé toutes les âmes.(…)Aller à l’église ou y prier, rien de cela n’est utile,disent-ils.(…)Ils ont rejeté le baptême ;ils blasphèment le sacrement du corps et du sang du Christ.(…)L’erreur des Albigeois prit une telle ampleur qu’en peu de temps elle infecta jusqu’à mille cîtés,et si elle n’avait pas été réprimée par le glaive des gens de foi, je pense qu’elle aurait corrompu toute l’Europe. L’an du Seigneur(1209), on prêcha dans toute l’Allemagne et en France… »

Césaire de Heisterbach, Dialogues des Miracles, 1219-1223.Strange éd.,Cologne, 1851.
Document 5 : Saint Bernard et les hérésies.

(…) on doit prendre les hérétiques plutôt que de les chasser. Mais qu’on les prenne non par les armes, mais par des raisonnements qui réfutent leurs erreurs, et que, pour eux, s’il se peut, on les réconcilie avec l’Eglise catholique, et qu’on les ramène à la vraie foi. Car telle est la volonté de celui qui veut que tous les hommes soient sauvés, et viennent à la connaissance de la vérité. (…) C’est pourquoi lorsqu’un catholique instruit et versé dans ces matières, entreprend de disputer contre un hérétique, il doit se proposer en le réfutant de le convertir (…)S’il ne veut pas revenir, et si après le premier et le second avertissement, on en le peut réduire, parce qu’il est entièrement perverti, il faudra fuir sa compagnie selon le commandement de l’Apôtre. Et il vaudra mieux, comme je crois, le chasser, ou le lier que le laisser ravager les vignes.

Sermon LXIV , Saint Bernard.


  • Travail en classe :


Il s’agit de reprendre le travail effectué en « devoir – maison » pour aboutir à la rédaction d’une trace écrite, synthèse expliquant la diffusion du christianisme et les résistances suscitées à travers la vie de Saint Bernard.
Eléments de réponse attendus :


  • Bernard de Clairvaux, propagateur de la foi chrétienne :




    1. La première abbaye de l’ordre cistercien fut fondée à Cîteaux (en Bourgogne) en 1098 par Robert de Molesmes. Sur le document, elle est représentée sur la partie gauche.

    2. Les quatre « filles » de Cîteaux sont : Clairvaux, La Ferté, Pontigny, Morimond => ce sont les quatre premières abbayes cisterciennes fondées après Cîteaux, c’est donc le début de la diffusion de l’ordre cistercien, ces abbayes vont ensuite servir de point de départ à de nouvelles fondations.

Ces « filles » de Cîteaux sont représentées sur la partie droite du document.

    1. Le fondateur de l’abbaye de Clairvaux et son premier abbé : Bernard de Clairvaux (1115-1153), il a envoyé des moines fonder d’autres monastères notamment en Angleterre avec l’exemple de l’abbaye de Wells, au total durant son abbatiat 68 monastères cisterciens furent fondés par Clairvaux.

    2. La fondation d’un nouveau monastère cistercien en Angleterre avec l’action de moines cisterciens envoyés par Saint-Bernard, qui obtiendra le soutien du roi d’Angleterre.

« Armée d’invasion » : cette expression désigne les moines cisterciens envoyés par Bernard de Clairvaux.

« Souverain Roi » : cette expression désigne Dieu.

    1. Large diffusion dans tout l’Occident avec de nombreuses fondations de monastères en particulier en France (28 fondations) mais aussi en Europe du Nord jusqu’en Suède (3 fondations) et Danemark, nombreuses fondations dans le Saint-Empire (plus d’une soixantaine de fondations) et même plus à l’Est en Pologne et Hongrie, enfin de nombreuses fondations en Angleterre, Ecosse et Irlande => une très large diffusion de l’ordre cistercien à toute « l’Europe ».

    2. Saint-Bernard et à travers son action l’ordre cistercien, a participé à la diffusion du christianisme en fondant de nombreux monastères dans tout l’Occident, christianisé ou non : 68 abbayes ont été fondées par Clairvaux quand il était abbé, l’ordre cistercien s’est d’une façon plus générale largement implanté dans tout l’Europe, y compris dans des régions encore païennes, où la christianisation progresse donc avec un travail d’évangélisation( Europe de Nord ( Norvège avec le roi Olaf) et de l’Est ( Pologne avec le roi Etienne), au milieu du XIIème siècle ce sont 300 abbayes cisterciennes qui existent.


=> Aux XIè et XIIè siècles la chrétienté va s’étendre en Occident faisant reculer le paganisme notamment en Europe de l’Est (Pologne, Hongrie) et du Nord ( Norvège avec le roi Olaf) ou s’implantant plus solidement dans des régions déjà christianisées. Saint-Bernard et à travers lui l’ordre cistercien, a activement participé à cette diffusion en fondant de nombreux monastères dans tout l’Occident : le réseau des monastères cisterciens s’est beaucoup étoffé au XIIè pour atteindre 300 établissements.


  • Bernard de Clairvaux et la croisade :




    1. Bernard de Clairvaux, fondateur et premier abbé de Clairvaux de 1115 jusqu’à 1153, abbaye cistercienne. Un rôle important dans l’essor de l’ordre cistercien.

    2. Une croisade est un pèlerinage en armes, décidé par l’Eglise, l’objectif est de délivrer les Lieux Saints et en particulier Jérusalem (tombeau du Christ) des Musulmans.

    3. Saint-Bernard cherche à convaincre les fidèles de partir en croisade une nouvelle fois (première croisade 10095 1099 qui avait permis la création des Etats latins d’Orient) pour sauver les Lieux Saints menacés par les Musulmans (perte d’Edesse 1144). Il leur promet le Paradis : « elle permet de gagner le Christ », « il bénéficie de sa propre mort »…or question du salut =préoccupation essentielle pour le chrétien à l’époque.




  • Entre XI et XIIIè siècle, les Chrétiens vont partir à l’appel de l’Eglise (pape mais aussi d’autres religieux comme Saint-Bernard lors de son discours de Vézelay en 1146) en croisade pour délivrer et ensuite protéger les Lieux Saints (Jérusalem) en Orient contre la menace musulmane.




  • Bernard de Clairvaux et les hérétiques :




  1. Les Albigeois croient en deux principes : Un Dieu bon (créateur des âmes) et un Dieu mauvais (corps et matière, Diable). => ils croient que le monde terrestre est dominé par le mal, vision très rigoureuse des textes saints.

  2. Vision très négative : « pulluler », »instigation du Diable », « ils blasphèment », « l’erreur des Albigeois », « la mauvaise herbe ».Ils la voient comme une hérésie ( = mouvements de contestation en rupture avec l’Eglise chrétienne dont ils critiquent certaines positions doctrinales et comportements), comme une déviance, comme un danger.

  3. Il veut les convaincre, leur montrer leur erreur par la prédication : « les ramener à la vraie foi ».

  4. Il propose d’agir par la répression «  le glaive des gens de foi ».

  5. On lança des croisades contre les hérétiques : exemple de la croisade contre les Albigeois dans le Sud de la France lancée à partir de 1209 jusqu’en 1229 menée par des chevaliers du Nord de la France et les rois de France. Les Albigeois seront donc persécutés, « éradication » de cette hérésie (siège de Montségur).

Saint-Bernard a activement cherché à lutter contre ceux qui dans la communauté chrétienne étaient considérés comme déviants : les hérétiques comme les Albigeois du Sud de la France, il a cherché à agir par la prédication en convaincant les hérétiques de leur erreur mais face aux résistances, c’est par la répression que l’Eglise chrétienne viendra à bout de ces « chrétiens déviants » en particulier la croisade menée contre les Albigeois entre 1209 et 1229. D’une façon plus générale, l’Eglise lutte contre tout écart des fidèles vis-à-vis de sa doctrine et de ses usages : elle utilise à la fois la répression (Inquisition) et l’éducation (ordres mendiants chargés de cette mission).

similaire:

Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux iconDéfense Contre les Aéronefs puis Défense Contre-Avion, est née avec...
«Croissance de la dca» lui fait jouer un rôle capital contre les actions aériennes adverses

Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux iconUn grand nombre de nos concitoyens ne perçoit dans la revendication...

Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux iconRegard contemporain sur Bernard de Clairvaux Laillet Sabine

Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux iconLa russie, le transport dans la lutte contre les distances et l’espace...

Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux iconLes totalitarismes fin du chapitre 4
«moderne» : la démocratie, par exemple, avec les partis politiques et le Parlement, mais aussi les courants nouveaux venus de l’extérieur,...

Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux iconEmergence, succès et limites de la thématique de l’exclusion
«un Français sur dix». Cette même année 1974 un autre haut fonctionnaire, Lionel Stoléru, informé des analyses et initiatives américaines...

Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux iconSauver notre industrie avec les salariés en lutte Des Contis aux...
«Contis», des Freescale, des New Fabris, des Molex, des Caterpillar, et de tous les autres avec leurs brèves séquestrations de patrons,...

Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux icon3e histoire (2)
«brutalisation», dont le 2e génocide du xxe siècle, le génocide contre les Arméniens, est un terrible exemple. Comment cette brutalisation...

Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux iconProgrammes mis en œuvre État de la recherche concernant la question du décrochage scolaire
«décrochage scolaire». Ensuite, la place occupée par la lutte contre le décrochage scolaire dans les dispositifs de la Politique...

Le rôle des Cisterciens dans la christianisation et la lutte contre les hérétiques et les non-croyants : l’exemple de Bernard de Clairvaux iconContre la tyrannie mémorielle
«La mémoire est tissée d'erreurs et d'affects, alors que l'Histoire remet à distance. Quand le Parlement décide de célébrations,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com