Les enjeux du ravitaillement alimentaire girondin





télécharger 222.22 Kb.
titreLes enjeux du ravitaillement alimentaire girondin
page4/4
date de publication08.10.2017
taille222.22 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4

4. Questions sur le mode de consommation et d’approvisionnement

des Girondins
Sur le registre du ravitaillement des populations civiles pendant la Première Guerre mondiale, Bordeaux et la Gironde ne présentent guère d’originalité. Pourtant, comme dans l’industrie, la métropole est coupée de nombre de ses approvisionnement usuels, par fer et surtout par mer, tandis qu’elle doit subvenir aux besoins de populations déplacées et de troupes, françaises, russes, puis américaines. La guerre logistique prend toute son importance au cœur du dispositif du ravitaillement, en amont pour les navires, au milieu pour la gestion du déchargement, des docks, des stocks, des gabarres et wagons, et en aval pour la répartition dans l’agglomération et surtout dans l’ensemble du département, voire, pour le sucre, dans une grosse demi-douzaine de départements. Bien entendu, l’économie administrée prend corps, rapidement pour ce qui concerne le sucre et les farines, tant il faut veiller à l’alimentation, au moral et au calme des populations. La préfecture, autour d’Olivier Bascou, devient une plate-forme essentielle à la collecte des informations, à l’information du ministère, à l’application des décisions et textes venus du ministère du ravitaillement, à la supervision des flux, de la lutte contre la fraude, au maintien des équilibres entre les groupes de pression, et enfin aux contacts incessants avec les municipalités. L’industrie historique du port et des bourgades industrieuses (raffineries de sucre, minoteries) est impliquée dans ce système du ravitaillement, en parallèle à l’industrie de guerre.
Un mystère reste entier, car rien n’apparaît dans les dossiers d’archives sur la vie courante des populations. Certes, la puissance publique veille à leur fournir des aliments clés (farines, sucres, lait, et comme nous l’étudierons dans un prochain texte, alcools et vins) ; elle s’informe de l’état des récoltes de base, concernant par exemple les pommes de terre. Mais nous n’avons déniché aucune donnée concernant le mode de consommation : que mangeaient les Girondins durant la guerre ? Comment s’approvisionnaient-ils sur le « marché libre », donc hors de l’économie administrée ? Nombre d’habitants, dans les campagnes et la banlieue bordelaise, disposaient de leur propre jardin ; les cultures maraîchères étaient denses ; l’approvisionnement en poisson du Bassin d’Arcachon devait être continu – mais la pêche à la morue au large du Canada est bousculée à cause du conflit, et le volume pêché aurait chuté de moitié. On peut penser que les Landes girondines et landaises fournissaient des volailles, que les porcheries de la proche banlieue des villes principales, fort nombreuses, participaient elles aussi à cette économie de marché alimentaire.
C’est bien ce marché libre qui a dû fournir l’essentiel de la viande consommée par les Girondins. Mais encore fallait-il disposer de suffisamment d’herbe et de foin pour l’élevage de bovins, alors que l’armée réquisitionnait les foins pour les chevaux et les bovins d’attelage ; et celle-ci récupérait aussi une grosse quantité de la viande disponible. Aussi se développe l’importation de viandes frigorifiées (bœuf et mouton) venant d’Argentine, d’Uruguay, du Chili, du Brésil, du Canada et de Nouvelle-Zélande. La Compagnie des docks frigorifiques avait été créée en 1907 et dispose d’un entrepôt sur l’avenue Thiers ; elle en bâtit un second cours du Médoc, auquel s’ajoute l’entrepôt créée de leur côté par les Américains (pour 6 000 tonnes). Mais on ne peut discerner dans les chiffres disponibles (tableau 10) la part réellement affectée à la consommation civile, dès lors que les besoins des troupes sont prioritaires.


Tableau 10. Importation de viandes frigorifiées par le port de Bordeaux pendant la guerre (tonnes)

1914

1 208

1915

24 916

1916

19 040

1917

14 432

1918

19 705

1919

17 765

Source : André Loisy, Le rôle économique du port de Bordeaux, Paris-Bordeaux, 1922, cité par Paul Courteault, op.cit., p. 13


De même, la disponibilité en huiles a dû s’amenuiser ; en effet, l’huilerie girondine, qui traitait 80 000 tonnes d’arachides en 1913, n’en écrase plus que 45 000 tonnes en 1918. Quoi qu’il en soit, dans les domaines qui leur étaient impartis, les pouvoirs publics ont su, en Gironde comme ailleurs, créer et gérer une économie alimentaire administrée, qui s’est renforcée en 1915-1916 et qui s’est poursuivie grosso modo jusqu’en 1919-1921.



1 Notre recherche s’inscrit dans un programme d’étude labellisé par le Comité national du Centenaire de la Première Guerre mondiale, portant sur l’économie de guerre girondine.

2 Cf. Philippe Nivet, « Les réfugiés français de la Grande Guerre », in Jacques Frémeaux et Michèle Battesti (dir.), Sortir de la guerre, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, collection « Mondes contemporains », 2014, pp. 153-168. Philippe Nivet, Les réfugiés de la Grande Guerre. « Les Boches du Nord », Paris, Économica, 2004. Annette Becker, Les oubliés de la Grande Guerre. Humanitaire et culture de guerre, 1914-1918, Paris, Noësis, 1998.

3 Deuxième partie. La vie locale. « Chapitre 1. La crise du ravitaillement », Paul Courteault, La vie économique à Bordeaux pendant la guerre, Publications de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, Paris, Presses universitaires de France ; New Haven, Yale University Press, collection « Histoire économique et sociale de la Guerre mondiale (série française) », 1925, pp. 43-56.

4 Mairie de Bordeaux, lettre de l’adjoint au maire au préfet, 14 février 1921, Adg 8M12.

5 Vie maritime, Adg 7R10.

6 « Sous les cabinets Viviani et Briand, les questions liées au ravitaillement dépendent notamment du ministère de l’Agriculture, des Travaux publics. En mars 1917, du fait des difficultés d’approvisionnement et de l’inflation, après 32 mois de guerre, Alexandre Ribot crée un ministère du Ravitaillement général et des transports à la tête duquel il nomme Maurice Viollette. Dans le cabinet Painlevé, Maurice Long occupe la fonction mais, sous Clemenceau à partir de novembre 1917, ce département devient un sous-secrétariat d’État attribué à Ernest Vilgrain, auprès de Victor Boret, ministre de l’Agriculture » [http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/histoire/1914-1918/les-debats-de-la-chambre/le-travail-en-commission/la-commission-du-ravitaillement-et-des-requisitions-1918-1919].

7 Note du 12 février 1916, Adg 10R3.

8 Dans le cadre d’une instruction remontant au 2 mai 1901.

9 Eléments puisés dans la correspondance et les notes, Adg 10R3.

10 Adg 10R3.

11 Eléments puisés dans la correspondance et les notes, Adg 10R3.

12 Circulaire du sous-secrétariat d’État au ravitaillement, 18 mai 1916, Adg 6M1210.

13 Lettre du 14 février 1923, Adg 10R19. 

14 Note, Adg 6M12270.

15 Constituée de Veyrier-Montagnères, conseiller général et maire d’Arcachon, de Gellie, vice-président du conseil général, et du premier fondé de pouvoirs de la Trésorerie générale, elle évalue la situation au 30 novembre 1922, Adg 10R19 : espèces en caisse : 154 000 francs, bons du Trésor : 820 000 francs, total : 974 000 francs.

16 Note du préfet, Adg 10R3.

17 Adg 10R3.

18 Adg 10R3.

19 23 février 1915, Service de la répression des fraudes, préfecture de la Gironde, Adg, 5M 164.

20 Steven Kaplan, Le pain, le peuple, le roi : la bataille du libéralisme sous Louis XV, Paris, Perrin, 1986. Vladimir Lujblinski, La guerre des farines. Contribution à l'histoire de la lutte des classes en France, à la veille de la Révolution, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1979. Louise Tilly, « La révolte frumentaire, forme de conflit politique en France », Annales. Économies, sociétés, civilisations, tome 27, no3, mai-juin 1972, pp. 731-757. Edward Palmer Thompson, Florence Gauthier et Guy-Robert Ikni, La guerre du blé au XVIIIe siècle : la critique populaire contre le libéralisme économique au XVIIIe siècle, Montreuil, Les éditions de le Passion, 1988.

21 Lettre du Bureau de ravitaillement de Bordeaux au ministère, 25 novembre 1916, Adg 6M1218.

22 Ministre au préfet de la Gironde, 29 août 1917, Adg 6M1218.

23 Sont ainsi disponibles celles écrites en novembre 1916-février 1917Adg 10 R 4.

24 Note du préfet de la Gironde, 8 août 1916, Adg 10R4.

25 Bureau de ravitaillement de Bordeaux (Brb) au préfet des Hautes-Pyrénées, 24 novembre 1917, Adg 6M1218.

26 Préfet au sous-secrétaire d’Etat, 24 décembre 1917, Adg 10R3.

27 Bureau de ravitaillement de Bordeaux au ministère, 28 janvier 1918, Adg 6M1218.

28 Bureau du ravitaillement de Bordeaux au ministère, 18 novembre 1916, Adg 6M1218.

29 Adg 6 M 1216.

30 Bureau de ravitaillement de Bordeaux au ministère, 25 novembre 1916, Adg 6M1218.

31 Dossier « Sucres », Adg 6M1219.

32 Bureau du ravitaillement de Bordeaux, lettres des 26 février 1918, 2 octobre 1919 et 24 décembre 1919, Archives départementales de la Gironde, 6 M 1218. Cf. Jacques Fiérain, « Le raffinage du sucre à Bordeaux », Les raffineries de sucre des ports de France (xixe-début xxe siècles), thèse de doctorat, Université de Nantes, 1974

33 Note de la préfecture, 18 août 1916, Adg 10R4.

34 Ibidem.

35 Bureau du ravitaillement de Bordeaux aux préfets des départements des régions ravitaillées depuis Bordeaux, 13 novembre 1917, Adg 6M1218.

36 Bureau du ravitaillement de Bordeaux au ministère, 22 mars 1918, Adg 6M1218.

37 Ibidem.

38 Bureau du ravitaillement de Bordeaux au préfet des Hautes-Pyrénées, 10 décembre 1917, Adg 6M1218.

39 Cf. Martin van Creveld, « World War I and the revolution in logistics », in Roger Chickering et Stig Förster (dir.), Great War, Total War: Combat and Mobilization on the Western Front, 1914-1918, Cambridge, 2000, pp. 57-72.

40 Bureau du ravitaillement de Bordeaux à la préfecture d’Ariège, 7 mars 1918, Archives départementales de la Gironde, 6 M 1218.

41 Bureau du ravitaillement de Bordeaux au ministère, 26 février 1918, Adg 6M1218.

42 Bureau du ravitaillement de Bordeaux au ministère, 25 avril 1918, Adg 6M1218.

43 Bureau du ravitaillement de Bordeaux au préfet des Hautes-Pyrénées, 24 novembre 1917, Adg 6M1218.

44 Bureau du ravitaillement de Bordeaux aux préfets des départements régionaux, 13 novembre 1917, Adg 6M1218.

45 Service de la répression des fraudes, préfecture de la Gironde. Registre d’inscription des échantillons prélevés en ce qui concerne les boissons, denrées alimentaires et les produits agricoles (loi du 1er août 1905 et décret du 31 juillet 1906), Adg 5M164.

1   2   3   4

similaire:

Les enjeux du ravitaillement alimentaire girondin iconHistoire d’entreprise et histoire économique africaine et ultramarine...
«cultures coloniales»10, des migrations, etc. – ce qui a encore plus mis en évidence le «désert» girondin dans ces domaines

Les enjeux du ravitaillement alimentaire girondin iconHistoire d’entreprise et histoire économique africaine et ultramarine...
«cultures coloniales»10, des migrations, etc. – ce qui a encore plus mis en évidence le «désert» girondin dans ces domaines

Les enjeux du ravitaillement alimentaire girondin iconLes guerres au xxe siecle
...

Les enjeux du ravitaillement alimentaire girondin iconLe Codex Alimentarius
«boîte à outils» pour les pays désireux d’établir ou de modifier leur législation alimentaire

Les enjeux du ravitaillement alimentaire girondin iconUniversite de paris I – pantheon–sorbonne ufr 15 institut d’etude...
«les politiques neoliberales et l’insecurite alimentaire. Les strategies de production, de commercialisation et de consommation dans...

Les enjeux du ravitaillement alimentaire girondin iconBibliographie utilisée pour la séquence
«Nourrir les hommes, un enjeu mondial» et F. Landy : La politique alimentaire de l’Inde : le blé ou l’oseille ?

Les enjeux du ravitaillement alimentaire girondin iconRésumé Le présent document est le Tome «Diagnostics, Enjeux et Objectifs»
«Val d’Allier Vieille-Brioude, Langeac» Tome 1 : «Diagnostics et Enjeux». 83p

Les enjeux du ravitaillement alimentaire girondin iconInnovation et conservatisme : le patronat girondin autour de la création...

Les enjeux du ravitaillement alimentaire girondin iconLeçon inaugurale de la Chaire «Grands enjeux stratégiques»
«Grands enjeux stratégiques contemporains», pour le cycle de l’année 2016, et je dois dire que je suis très heureux d’être avec vous...

Les enjeux du ravitaillement alimentaire girondin iconLe mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com