5 agents économiques 5 époques de la pensée économique





télécharger 194.09 Kb.
titre5 agents économiques 5 époques de la pensée économique
page2/8
date de publication09.10.2017
taille194.09 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

Keynes dit la chose suivante : en temps de crise, l’état doit soutenir la demande avec de l’argent qu’il n’a pas : c’est le déficit budgétaire. Et pour dépenser quand on n’a pas d’argent, soit on créer de l’argent soit on l’emprunte. Et on empêche la possibilité de l’échanger contre de l’or. Isolationnisme. Les allemands ont emprunté aux banques internationales. On augmente les salaires et on diminue les salaires.

Après la guerre, 1945, Marshall est un keynésien. Le plan Marshall consiste à injecter à la France une bonne dose de monnaie. Après les 30 glorieuses, on a fait du « Keynes spécial, du turbo Keynes », en 1945 on s’est dit qu’on est tellement bas qu’il faut rebondir. Donc on a suralimenté une économie qui n’en avait pas besoin. On a mis en place la sécurité social, les arrêts maladies, les allocations familiales etc... Donc on a dit aux gens «  Dépensez ! »Et pendant 30 ans, au lieu d’avoir eu 2% de croissance, on a eu du 6%, et on a eu les 30 glorieuses. Cette période s’est finie à cause de la mondialisation. Autrefois, ils dépensaient essentiellement en produit locaux. Mais la mondialisation a énormément augmenté. Sur les sommes supplémentaires, les importations sont plus élevées. Une relance Keynésiens, c’est un boom des importations, et déficit public. Avec une somme supplémentaire, on achète plus du superflu. Et plus c’est superflu, plus c’est importé.

Dans les années 70, il y a une inflation. Si on fait du Keynes avec de l’emprunt, on a la dette (1980-1990).

5ème mouvement de la pensée : Le Néolibéralisme

On a du néolibéralisme dans tout les pays communistes qui ne sont plus communistes. Les pays communistes deviennent plus libéraux qu’avant. Recule de l’Etat. Il y a 20 ou 30 ans, les prix étaient fixés par l’Etat. Donc le néolibéralisme c’est le recule de l’Etat. Pourquoi ? A cause de l’échec du système Keynésien. Les principes du libéralisme du XVIIIe siècle sont toujours appliqués aujourd’hui mais le libéralisme d’aujourd’hui est plus « socialisé ». Le libéral le plus célèbre s’appelle Friedman.

Les libéraux ne sont pas des gens qui ont une idéologie très forte. Il y a une partie des libéraux qui s’appellent les monétaristes qui eux ont une idéologie très forte : ils sont trop obsédés par l’inflation  tout les problèmes seraient lié à l’inflation. Leur idée à eux, c’est qu’il faut absolument que la banque centrale métrise la création de monnaie. Celui qui a inventé le terme de « monétarisme » s’appelle K. Brunner. Les monétaristes ont une influence considérable. La BCE est une institution totalement indépendante et monétariste. La seule chose contre quoi la BCE lutte c’est l’inflation… Donc on ne veut pas de création de monnaie ni prêter à l’Etat : monétarisme libéral.

Maastricht, il faut que le déficit public soit inférieur à 3%. Et la dette publique doit être inférieure à 60% du PIB. Le libéralisme est beaucoup plus fragile qu’il ne l’était il y a 25 ans. Un système qui n’a pas de contre exemple ne peut pas se défendre. Au cas où vous ne l’auriez pas remarquer : « l’histoire s’accélère » :

  • 1000 ans, l’empire romain, c’est un Etat

  • 1000 ans, sans État après la chute de l’empire romain.

  • 200 ans, de mercantilisme

  • 200 ans, de libéralisme.

  • Moins de 100 ans, de communisme

  • Moins de 100 ans, d’interventionnisme

4 chiffres économiques :

  • Le chômage

  • L’inflation

  • Les échanges extérieurs

  • La croissance du PIB  le plus important !!!

Le chômage : si on a une croissance forte, on en aura plus.

L’inflation : l’inflation c’est important. Car c’est toxique pour la santé de l’économie car l’inflation détraque la croissance. Donc on s’intéresse à l’inflation pour pas que la croissance soit affectée.

Les échanges extérieurs : si on vend aux autres plus qu’on achète, ca fait baisser le chômage. Ca fait de l’activité, ca fait de la croissance.

Donc au total, tout est fait pour que la croissance du PIB soit positive. Le PIB c’est la richesse du pays. C'est-à-dire c’est la valeur ajouté ! (Produit – Appro = VA) Le PIB c’est la somme des VA des entreprises du pays. Et là les ennuis commencent car là c’est le PIB marchands. La production de richesse qui n’est pas vendu n’est pas du PIB marchands. Le PIBnm va être évalué à son cout. Aujourd’hui, l’éducation a le plus gros budget, c’est pas débile, c’est la plus grosse ressource de richesse. Le PIB est le PIB marchands + le PIB non marchands !

PIB = PIBm + PIBnm

PNB = PIB + tout ce qui est produit en dehors de la France et qui appartient à la France.

PNB = Produit national brut.

Si il faut choisir, mieux vaut le PIB plus élevé que le PNB. Ce qui importe ce n’est pas le PIB en faite, c’est le taux de croissance du PIB.

Si le PIB de 2008 à 2009 passe de 2000 à 2100 soit une augmentation de 5%, et que l’inflation est de 5%, alors la croissance est de 0%.

La croissance en Chine est de 10% depuis des années, en revanche, le PIB de la Chine par Chinois est très faible.

Une bonne croissance se situe autour de 3 à 4% pour la France. La croissance économique est un indicateur réel de la production. On produit plus avec plus de travail. Si on modernise une année sur l’autre, on va augmenter la production sans augmenter la quantité de travail.

La quantité de travail L (Labor) + La productivité

La quantité de travail augmente lentement, car on fait des études plus longues, et de plus on ne nous garde pas très longtemps au travail même si notre durée de vie augmente. De plus, le temps de travail sur le long terme à plutôt tendance à baisser.

Si on a autant de travailleur qui ne travaille pas plus, on a une quantité de travail stable.

Depuis des années, la productivité des hommes s’est stabilisé et a du mal à augmenter.

3% de gain par an de productivité dans l’histoire de l’humanité c’est énorme.
Pourquoi certains pays peuvent avoir beaucoup plus ? Pour deux raisons : la population active explose. Les jeunes qui arrivent sur le marché du travail sont très nombreux. Ca ne veut pas dire que le pays va s’enrichir par habitant. De plus le rattrapage va beaucoup plus vite que l’innovation. C’est plus facile d’apprendre ce que les autres ont déjà trouvé. Quand on est au top on plafonne à 3%.

Une croissance à 0% semblerait être une situation normale sauf qu’en faite c’est une crise car la population de la France augmente car la population vieillit plus etc... Au final, on ne compense pas l’augmentation de la population. Or, le progrès a un coût, et cela absorbe une partie de la croissance car cela génère des coûts. Par ex, les produits chimiques salissent les rivières, il faut faire des stations d’épuration et cela représente un coût. Il faut une croissance supérieure à 1,5% pour stabiliser le niveau de vie d’une population. Le niveau de vie réel de la France augmente de 0,5% par an. Ce qui est bien. Mais si les US ont 3,5% et la France 2%, les Etats-Unis ont 4 fois plus de croissance du niveau de vie. Car 3,5 – 1,5 = 2 et 2 – 1,5 = 0,5. Et 2 = 4 x 0,5. 1,5 étant le coût nécessaire pour maintenir le niveau de vie

Si ceux qui ont un rythme de croissance rapide s’élève, il force les autres à en faire autant. On est pris en tenaille par ceux qui montent et qui tire vers le bas, et au dessus, on est tiré par un monde qu’on est obligé de suivre.

L’endettement de la France est en faite un endettement de poursuite.

Le maximum pour un pays comme la France est de l’ordre de 3,5% de croissance. Pour une économie, en dessous de 1,5%, on est à une « vitesse de décrochage » c'est-à-dire une récession.

Techniquement, la récession c’est une croissance négative lors de deux trimestres consécutifs.

Une dépression c’est une récession profonde sur une période plus longue. La dépression c’est les années 30.

Le chômage découle de la croissance. Forte croissance = pas de chômage, faible croissance = beaucoup de chômage. S’il y a plus d’import que d’export, c’est les étrangers qui travaillent.
Les économistes nomment le chômage U (Unemployement).

Le plein emploi, c’est un chômage à 4%. Car cela signifie, que les 4% qui sont au chômage sont en transit entre deux emplois. Quand il n’y a pas beaucoup de chômage, on est plus difficile et plus on est difficile plus c’est long à trouver. C’est comme avec les filles, si on n’est pas difficile, on trouve de suite. 4% c’est ce qu’on appelle le chômage frictionnel. Le chômage frictionnel est lié à un délai.

Le seul pays au monde qui à 0% de chômage c’est la Corée du Nord avec ses camps de travail.

Que se passe t-il quand une économie à moins de 4% de chômage, on appelle ca le suremploi. Le plein emploi c’est 4% et le sous-emploi c’est plus de 4%. En dessous de 4%, on fait venir des gens car il manque de la main d’œuvre.

En période de suremploi, les salaires augmentent. La hausse des salaires à travail et formation égaux, la rentabilité du personnel baisse mais surtout, les employés ne vont pas travailler autant. Quand on parle de 8% de chômage, cela ne fait que 4% de gens qui sont vraiment en problème. Un pays qui a 5% de chômage à 1% de chômage problématique, un pays qui a 8% a 4% de chômage problématique soit 4fois plus que le 1er pays et non 2 fois plus.

Nous avons des Working-poor mais on ne veut pas les voir.

2ème idée reçue : le nombre de chômeur ou le taux. Une maladie peut toucher beaucoup de monde et être pas grave et une grave maladie peut toucher peu de monde et être très grave. En faite le problème avec le chômage, ce n’est pas le nombre de chômeur mais la durée. Ce qui est grave avec le chômage c’est d’y rester. Le chômage de longue durée (LD) est un problème.

Il faudrait qu’il y ai 12% de chômage mais qui dure 2fois moins longtemps ou 16% de chômage qui dure 3 fois moins longtemps. En France, notre 8% est problématique car la durée de chômage est longue.

Pourquoi le chômage ? Qu’est ce qu’on peut faire contre ?

La France est un des pays qui est des plus avancée techniquement, c'est-à-dire que nous sommes concernés par cette augmentation de 3% par an. Seulement nous avons moins de 2% de croissance par an donc on n’arrive pas à employer tout le monde, et donc on dit aux jeunes, faites plus d’études.
Donc pourquoi le chômage ? Parce que le niveau de croissance est insuffisant.

Licencier est compliqué, cher et dangereux. C’est un cauchemar pour tous les chefs d’entreprise. Les gens ne veulent pas être licencié, donc licenciement = grève etc..

Quand vous êtes dans l’entreprise, vous êtes protégé. En contre partie, vous avez une terrible rigidité à l’entrée. Les patrons veulent être sûr qu’il se soit pas trompé et que vous allez rester jusqu’en 3247.

Donc c’est de plus en plus dangereux d’être dehors, donc plus le chômage n’est dangereux.

Très souvent, les gens travaillent sur 2 carrières.

Nous on a un système qui fait qu’on bloque nos situations, donc on complique la situation de nos employeurs.
Comment lutter contre le chômage ? Il y a des techniques dont on est sûr qui ne marche pas : interdire le licenciement, interdire l’hiver, interdire le cancer ….

Dans la plupart des cas, on ne peut pas éviter de licencier si on en a besoin.

Yaka est un économiste japonais qui proposait que l’État embauche les chômeurs. On n’a pas besoin de plus de facteurs ni d’adjudant-chef. Et si on en embauche, ils seront inutiles. Et nous payerons au travers des impôts. Quand on dépense notre argent librement, on crée de l’emploi. Il y a qu’à cesser d’acheter aux autres. Donc si on n’achète pas aux autres, les autres ne vont pas nous acheter. On va cesser de faire ce qu’on faisait le mieux, pour fabriquer ce qu’on fait pour nous ce qu’on fait moins bien.

Il faut que les gens rapportent plus à l’entreprise qu’il ne lui coûte. Il ne faut pas que l’activité soit déficitaire.

Donc il faut soit baisser le coût du travail soit flexibiliser le travail pour que lorsque le chômage augmente, les salaires baissent. C’est une méthode brutale mais on converti le chômage en pauvreté et donc en Working-poor. C’est un peu vrai mais totalement vrai.

Si vous êtes Working-poor, vous êtes dans le système, si vous êtes travailleur, vous avez un minimum d’initiative et il est plus facile de remonter dans l’organigramme de l’entreprise que si vous êtes chômeur. Tout le monde fini par se retrouver au boulot et une bonne partie d’entre eux vont pouvoir remonter. Si vous êtes hors de l’entreprise, vous ne remonterez jamais la pente.
Ce qui est mieux, c’est de faire monter le rendement du travailleur. Au lieu de faire travailler 35h, vous faites travailler 40h à salaire égal. Comment faire pour élever le rendement du travailleur ? Eh bien il faut le former. En France, on a un excellent chemin de formation mais il entraîne les gens à des métiers qui n’existent pas.

Donc la formation est très importante.

Plus les gens sont formés, plus ils sont rentables. Mais ca ne sert à rien de former les gens si en face il n’y a pas d’emploi correspondant à leur niveau de formation.

Les investissements français à l’étranger sont extrêmement dynamiques.

Il faut que les organisations suivent. Très souvent, on emploi les gens à des choses qui ne sont pas utiles surtout dans l’administration.

Inflation

C’est résolu ! Depuis 1986, on a toujours été en dessous de 3% d’inflation. L’an dernier, on a une montée d’inflation terrible. Sur quelques mois, on s’approchait de 4%, on a eu -3% dans l’année et on est redescendu à 1%.

On a eu un choc pétrolier terrible en 2006, 7 et 8. Et l’inflation montait plus de 15%. Même à 150$ le baril, on avait une inflation très faible. On ne constate plus des périodes d’inflation terribles comme avant.

Raison : la mondialisation tue l’inflation. Ouvrez les frontières et l’inflation meurt car la mondialisation, c’est de la concurrence. Et vous avez toujours dans le monde quelque part un producteur qui n’arrive pas à vendre et qui donc ne va pas monter ses prix. Et donc il va empêcher ses concurrents de monter leurs prix. Le jour où un constructeur automobile coréen veut vendre en France à bénéfice 0, vendre à perte. Du coup, on ne peut plus monter nos prix.

Deuxièmement, la mondialisation, c’est le doublement de la main d’œuvre mondiale. Les chinois et les indiens, brésiliens et russes, commencent à se spécialiser dans les entreprises exportatrices et ces entreprises emploient deux fois plus et ces entreprises ont des salaires qui sont plus bas. Tout cela tire les prix vers le bas. Ce phénomène s’arrêtera lorsque tout les indiens et chinois auront atteint le même niveau de vie.

Deuxième facteur qui tue l’inflation : les banques centrales sont désormais indépendantes. Et on leur dit qu’il ne faut surtout pas utiliser la méthode de Keynes. « Banque centrale, tu n’a plus de créer de l’argent mais tu as le droit de me le prêter » «  oui dit la banque »  L’an prochain, il faudra rembourser 1 milliard 100, et l’année d’après on emprunter 5 milliard pour rembourser les 1,1 milliard, il nous reste 3,9 milliard. Etc… Interdit ! Les banques centrales ne prêtent plus.

Quand on limite l’État, on limite la demande, et donc ca diminue l’offre… et la conséquence c’est que nous tous , on devient de plus en plus vigilent en ce qui concerne les prix.

Si on augmente plus les prix, on ne peut plus donner des augmentations de salaires car plus d’inflation.

L’inflation, c’est un toxique, c’est mauvais pour l’économie. C’est un toxique absolu et relatif.

Tout d’abord, absolue, l’inflation c’est un hausse générale et continue du prix et des biens et services de consommations courantes. Une hausse des prix et une baisse de la valeur des choses c’est la même chose.
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconLes promoteurs immobiliers. Contribution à l’analyse de la production...
«Un système d’agents économiques : la promotion immobilière». La Pensée (Paris), n° 166, décembre 1972, pp. 109-141

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconEtudes, diplômes et collaborations institutionnelles internationales
«Ordolibéralisme, ordolibéraux, pensée ordolibérale au cœur de l’Allemagne en crise. Contexte et aspects historiques, politiques...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique icon2002: En quoi les crises économiques et financières majeures marquent-elles...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconChapitre Quels acteurs interviennent dans l’activité économique ?
«Les trois âges de la rse», in Alternatives Economiques Poche n° 041 novembre 2009

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconThèse pour le Doctorat d'Etat ès Sciences Economiques (Direction: M. le Pr. J. Mazier)
«Processus d’Intégration et Coordination des Politiques Macroéconomiques dans le Mercosur : une Approche en terme de Cycles», l’Actualité...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconChapitre 4 : entreprises, structures economiques et syndicalisme XIX
«L'Entreprise. Fin de siècle, nouveaux défis ?», Problèmes Economiques, n 591 592, 18-25 novembre 1998

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconRésumé : Cet article part du constat que, célébrée par plusieurs...
«Notre époque se caractérise comme la prise de contrôle du symbolique par la technologie industrielle, où l'esthétique est devenue...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconC’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit...
«ingénvilles» : vient du mot ingénue (désigne la personne née de parent libre). Ce sont les manses concéder à des personnes complètement...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconExaminons d’abord le premier de ces concepts centraux de la pensée du philosophe la substance
«L’injustice la plus courante que l‘on commet à l’égard de la pensée spéculatrice consiste à la rendre unilatérale, c’est à dire...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconI. action d'une pensée sur une autre penséE






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com