5 agents économiques 5 époques de la pensée économique





télécharger 194.09 Kb.
titre5 agents économiques 5 époques de la pensée économique
page3/8
date de publication09.10.2017
taille194.09 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

Quand le pouvoir d’achat de la monnaie baisse, celui qui a de la monnaie se fait avoir, et surtout si il est prêteur. En période d’inflation, les prêteurs ne veulent plus prêter à long terme, et surtout pas à taux fixe. Quand il y a de l’inflation, les taux d’intérêts montent et les durées sur lesquels ont prête baissent. C’est très mauvais pour une économie que les prêteurs ne prêtent pas. Plus il y a d’inflation, plus le taux d’intérêts va monter.

Alors pour cela, on va chercher des valeurs « refuges ». On va essayer de mettre la monnaie hors d’atteinte de la dévalorisation. Le 1er placement, tout ce qui est or, art. En période d’inflation, si vous mettez votre argent dans l’or, vous avez raison. L’immobilier protège assez bien de l’inflation mais ce n’est pas bon pour l’économie. Ce qui est bon pour l’économie c’est quand on construit. Mais quand tout le monde achète de l’immobilier, on achète à 99% des m² dans l’ancien. Quand une maison monte, elle ne loge pas plus de monde et pas dans des conditions qui sont meilleures qu’avant. L’économie n’est pas plus riche. Autre valeur refuge, « si il y a de l’inflation, je reviens au Franc. Lequel ? Celui que j’ai utilisé dans mon enfance : le franc suisse »

Quand la monnaie de votre pays diminue en valeur, il faut mettre son argent ailleurs dans une autre monnaie.

Si la France a 10% d’inflation et que les autres ont 8% c’est catastrophique. Et si la France a 10% et les autres ont 15% c’est mauvais certes mais on sera hypercompétiviste. Il faut surtout en avoir moins que les autres. C’est celui qui va prendre le moins de toxique qui va le mieux et va s’enrichir.

Relatif : certes ce n’est pas bon mais il en faut moins que les autres.
La désinflation : c’est bien.

C’est la baisse de l’inflation : 7%... 6%...5%...mais les prix continuent à monter.

C’est bon aussi car quand l’inflation baisse c’est qu’on l’avait pas prévu. Si on a prévu une inflation de 3% par exemple, qu’on augmente le salaire de 3% etc… mais qu’à la fin on a que 2%, le pouvoir d’achat augmente donc. En revanche la Déflation, ca va pas du tout … c’est une Horreur.
La déflation est en faite la poursuite de la désinflation mais en dessous de 0%. La déflation c’est la baisse continue et générale des prix. Quand les prix baissent, généralement c’est ce qu’on appelle les soldes, après ca remonte. Alors que dans une déflation, après ca ne remonte pas. Et si on achète lors d’une déflation, on y perd, on doit attendre, c’est ce que l’on appelle l’Attentisme.

Et si on décale nos achats, on envoie moins de demande aux entreprises, et donc les entreprises baissent le prix de leur stocks pour avoir du cash. Et en même temps, elles n’ont plus besoin d’investir, ni d’embaucher, et elles n’ont plus besoin de tout leur personnel. Une bonne partie de la population n’est pas à l’abri de tout risque. Quand l’inquiétude monte, on est plus tenté pour épargner. Plus il y a d’attentisme, plus il y a baisse des prix, plus l’économie va mal, plus on épargne et ainsi de suite. C’est un cercle vicieux.

La baisse des prix va toujours avec la baisse de la croissance et donc la baisse du PIB, la baisse de l’emploi, l’augmentation du chômage. La déflation est donc une horreur.

Le problème également de la déflation c’est qu’on ne peut pas la soigner contrairement à l’inflation.
Ce n’est pas bon pour l’économie de faire baisser la demande mais au moins ca soigne l’inflation.

Avec la déflation, on rentre dans une spirale dépressive. Lors d’une déflation, il ne faut pas investir.

Les revenues des gens baissent, mais leurs dettes restent stables, c'est-à-dire que les gens ont moins d’argent pour faire leurs achats. « Vous êtes sous les pompes ». Parmi les endettés, il y a l’Etat. Donc l’Etat va utiliser de plus en plus notre argent pour payer les services publics. Ce n’est pas parce qu’on rentre dans la déflation quand va y être drogué.
En faite, le taux d’inflation idéal est de 2%. Ce n’est bien d’être au dessus par rapport aux autres, en dessous ce n’est pas bien non plus.

En dessous ce n’est pas bien car :

  • Quand on est en dessous de 2%, on est trop près de 0% et 0% c’est la porte d’entrée de la déflation. « Moins je suis près du bord de l’immeuble, mieux je me porte. » (On a eu un contrechoc pétrolier spectaculaire, on aurait eu ca avec une inflation à 1% on aurait eu -3%. Les américains auraient eu ca avec une inflation à 1% serait à -4%, c’est très grave.)

Au dessus ce n’est pas bien car :

  • Quand l’inflation commence à monter, elle a la mauvaise habitude de ne pas s’arrêter. Les salaires montent de 4% par exemple, et l’année d’après les salariés veulent pareil.


2% d’inflation, ca permet de faire plaisir à tout le monde : en effet, par exemple, le délégué CGT vient vous voir et réclame des augmentations de salaires, et vous leur donnez 2%. Psychologiquement, c’est pareil. On peut donc augmenter les retraites, les salaires. Quand on touche un salaire, on a des charges sociales, de plus les charges sociales montent car les gens vivent plus longtemps et les soins coûtent plus cher. Et donc sur un salaire, si un salaire ne monte pas et que les charges sociales oui, alors le salaire net baisse. Les gens ne supportent pas de voir leurs salaires baisser. C’est une illusion monétaire que d’augmenter les salaires et le reste de 2% lors d’une inflation de 2% car le pouvoir d’achat reste le même. 2% signifie que la somme qu’on emprunte se dévalorise de 2% et cela incite à emprunter. Chaque année, la somme que je dois à ma banque perd 2%. C’est comme si je m’enrichissais de 2% de la somme. Ca insiste à acheter ma maison mais également au patron d’Airbus d’acheter des avions.

Si on fait des efforts pour passer à 0%, c’est comme faire des efforts pour renoncer à tout ce qui est toxique.
4ème et dernier chiffre économique :

Le solde extérieur :

Si vous importez plus que vous n’exportez, vous êtes déficitaire. Si vous exportez plus que vous n’importez, vous êtes excédentaire.

En principe, l’excédent est bon car quand on est excédentaire, on vend aux autres plus qu’on n’achète, c’est sans doute qu’on est compétitif et donc a priori c’est bon signe et pour votre PIB.

Et si on achète plus aux autres qu’on ne vend, alors on travail pour les étrangers et donc ca fait baisser le chômage.

Mais tout cela n’est pas tout à fait vrai, enfin pas toujours. On a une exception principale : les Etats-Unis. En général, les Etats-Unis ont une croissance plus élevé que leur partenaire économique, excepté la Chine et l’Inde.

Et donc si par ex aux USA il y a 4% de croissance, et 2% chez nous. Quand les américains importent, ils importent au rythme de leur propre croissance c'est-à-dire 4% de plus d’importation. Plus on dépense, plus on importe. Les américains exportent, nous nous achetons. Leurs exportations augmentent au rythme des autres et donc leur exportation augmente moins vite que leur importation. Les USA ont un commerce extérieur mauvais car ils ont une économie très bonne.

Depuis 20 ans le Japon et depuis 3-4 ans la RFA ( Allemagne ), ont une croissance bien inférieur par rapport à leur partenaire, et donc ont un excédent colossaux. Les Japonais et les Allemands exportent énormément car ils sont bons et donc ils vendent plus qu’ils n’achètent.
La Chine a une croissance de 10% et pourtant ils ont un excédent. Ils sont l’exception de l’exception car en Chine, c’est le parti communiste qui décide de ce qu’on importe. En Chine, ce qu’il y a en vente, il y a un volume de produit étranger que le parti communiste a accepté d’échanger. Les exportes sont élevés et les importations sont limités. Deuxième raison, en Chine, on est obligé d’épargner car il n’y a pas assez de bouffe, il n’y a pas de sécurité social etc… il faut économiser.

Or plus on épargne, moins on consomme et moins on consomme moins on importe.

Enfin, le taux de change : le Yuan chinois n’est pas une monnaie convertible et n’est pas traité sur le marche de libre échange normal. C’est une monnaie inconvertible dont le taux de change n’est pas fixé par le marché mais par le parti communiste chinois et le Yuan est sous évalué, il devrait valoir plus cher. Et donc les produits chinois valent moins cher que ce qu’ils devraient et donc les exportations sont dopés. Si le Yuan est sous évalué, les produits étranger sont trop cher pour les chinois et donc les chinois doivent acheter des produits nationaux et donc il y a moins d’importation.

De plus, la contrainte de la compétitivité s’accroit car avec la mondialisation, de plus en plus, ce que nous consommons vient d’ailleurs et ce que nous produisons est destiné à l’étranger. En France, environ un quart de ce que nous consommons vient de l’étranger et un quart de ce que nous produisons va à l’étranger. On importe ce qu’on ne fabrique plus et donc on est de plus en plus dépendant de nos partenaires. Tout ce que nous consommons, nous l’achetons et donc il faut de l’argent et pour avoir de l’argent il faut être compétitif sur le marché mondial.
Tout cela nous amène au carré magique.
Croissance du PIB (top 4%)

Extérieur (top +5%) Chômage (top 4%)

Inflation (top 2%)

Le bord du carré c’est le top, dedans ce n’est pas bon.

4% de croissance de PIB, c’est au dessus du sommet que l’on peut rêver.

4% de chômage, c’est le top (0% c’est le camp de travail …), 12% de chômage c’est le pire c’est le centre du carré.

L’inflation, le centre du carré c’est quand l’inflation augmente de + en +. Ce n’est pas bien du tout. Le taux d’inflation idéal est à 2% c’est le bord du carré. (0% ce n’est pas bien non plus)

Pour l’extérieur, le top c’est 5%, moins bien c’est 0%, pas bien c’est -5%.

L’idéal, c’est le carré magique qui est large, qui respire bien.

Il y a 3 cycles économiques:

Le 1er cycle est celui de Clément Juglar, du nom de l’économiste. (Il a fait tout sa carrière à coup de pied, et il l’a fini à coup de pied)

Il y a 4 phases dans son cycle : Reprise, Boom Expansion, Crise, Dépression.

Quand il y a la Dépression, c’est après la crise, tout s’est cassé la gueule et on a l’impression que tout va continuer comme ca. Pourtant dans les périodes de dépression il y a beaucoup de forces positives qui contribuent à démoraliser. En période de dépression on se désendette car on était endetté. Quand on se désendette, on emprunte peu et on rembourse beaucoup. Quand on se désendette, on a de moins en moins de dette ! C’est bien !

On accumule des besoins insatisfaits, tous les biens vieillissent et ont besoin de se faire remplacé. A un moment le mouvement s’inverse ! Il s’est rien passé mais plus on s’est désendetté plus on retrouve la capacité d’endettement. Quand a plus de dette on a une capacité d’endettement.

Il arrive un moment où les biens ne fonctionnent plus ou ne sont plus en normes. Et tout redémarre et là c’est la Reprise. Les entreprises ne doivent pas rater la reprise. La bourse remonte et tout le monde a retrouvé une capacité d’endettement et les banquiers retrouvent un certain optimisme.

Quand je gagne 100, et que je rembourse 20, il me reste 80. Mais quand ca va bien, et que je gagne 100 et que j’emprunte 20, ca fait 120, puis 140… c’est la reprise et elle évolue en Boom, c’est une expansion.

Durant une expansion, le chômage baisse, la bourse monte, les banquiers participent également à cet enthousiasme et donc eux aussi prêtes et ils ont plus d’allergies aux risques. « Achetez de l’immobilier à crédit » tout le monde se met à acheter des actions à crédits, la bourse explose, tout le monde se met à acheter des immobiliers à crédits, la bourse explose. Toulouse vaut 3 fois plus cher, c’est fabuleux. Ca va hyper bien, et on s’en rend pas compte mais il y a des forces très négatives à l’œuvre : C’est l’endettement. On prépare donc nécessairement un moment ultérieur où l’on vivra en dessous de nos moyens. Jusqu’à mi 2007, il y a eu une euphorie. 2005 6 7 ont été les 3 meilleures années mondiales. Et donc ca va très très bien, jusqu’à un moment où ca bascule.

En vrai, c’est pas aussi symétrique, aux USA, le cycle ressemble à ca : une longue période de croissance mais quand ca tombe, ca tombe très fort !.

En Europe, il y a des moments où ca monte pas mal, mais après ca descend lentement pendant très longtemps.

Ceci n’est pas une courbe qui représente le PIB mais la croissance du PIB. Car le PIB ne fait qu’augmenter. De plus, un cycle dure entre 8 -10 ans.

Tout ceci était le 1er cycle : le cycle de Juglar.

Le 2nd cycle est le cycle de Kondratiev. (Il était communiste et bolchévique !)

C’est un cycle beaucoup plus long en 2 phases. Là les phases durent à peu près 50 ans. Une phase de croissance forte, et une phase de croissance faible. Il dit : tout les 50 ans , vous avez des changements technologiques majeurs qui changent le monde. Au XVIIe siècle, quelques progrès dans la sidérurgie et l’agriculture, font que la production agricole double, on a plus besoin de beaucoup de monde pour gratter la terre. Avec la population on nourrit facilement l’autre, que font les autres ? Ils vont au village, l’artisan social les prend contre le simple fait de les loger et les nourrir. Les artisans deviennent de + en + gros et deviennent donc des industriels. Le moteur à explosion, l’électricité et le téléphone.

On serait dans la moitié de la 1ere phase du cycle de Kondratiev. Et il y a 2 étages dans la 1ere phase comme dans une fusée. Les nouvelles technologies c’est la 1ere partie de la 1ere phase. En gros, on a rien inventé récemment. Un ordinateur qui est connecté sur rien ne sert à rien. En liant le téléphone et l’ordinateur, on a rien inventé mais on a innové et trouvé une nouvelle fonction. Deux produits normaux ont donné un produit inouï. Deuxième partie de la 1ere phase, les innovations biologiques. On est au bord de la thérapie génique. Si on vieillit, c’est parce que on a une horloge interne qui dit à nos cellules « arrête de te multiplier ». Si on comprend ce mécanisme, on inverse ce système, on deviendrait immortel. Dans tout ce qu’on va faire dans la modification du vivant, on va faire des choses épouvantables, et des bénédictions.

Les innovations technologiques vous ont mis à un niveau plus élevé mais elle n’apporte rien de neuf, et donc plus rien stimule la croissance. Quand plus rien ne tire la croissance vers le haut, alors elle redescend. L’automobile et l’électricité, on ne peut plus s’en passé mais ca n’apporte rien.
Le 3ème cycle est le cycle Kitchin qui est un cycle très court : 20 mois à la hausse, 20 mois à la baisse. C’est un cycle qui est extraordinaire car il est parfaitement apprivoisé. Les économistes de Kitchin ne sont pas très valorisés.

Quand le hangar est plein de stock, le banquier n’est pas content. Et il y a une phase de déstockage. Le cycle de Kitchin c’est des phases de stockage, déstockage. Quand on déstocke, le PIB tend vers le bas. Au bout d’un certain moment, le hangar est vide, le compte en banque est plein. Le chef d’entreprise au bout d’un moment se dit, j’ai de la trésorerie, et donc on restock. Au bout d’un moment le hangar se rerempli et le banquier retéléphone et ainsi de suite.
Finalement les 3 cycles s’additionnent. C’est 3 cycles ressemblent tout à fait à la météo. Jour/nuit, été/automne/hiver/printemps, ère glacière/ère de réchauffement climatique etc…

On ne peut jamais rien prédire.

Mercredi 3015, peut être qu’il va neiger, qu’il y aura des ours sur le parking d’Entiore qui chasseront les pingouins et les étudiants, ou peut être qu’il fera très beau et qu’on sera tous en tongues et chemises Hawaïenne.

En 2040, on sera certainement mieux qu’en 2009. On ne peut pas faire de prévision à court terme mais on peut en faire sur le moyen / long terme. Donc peu de prévisions.
Un économiste célèbre s’appelle Schumpeter. Il a dit que l’économie obéit à 3 cycles : Kitchin, Juglar et Kondratiev. Mais lui il a parlé de la Destruction créatrice. Pour lui, les innovations détruisent les innovations précédentes. C’est un mouvement permanant.

Il a parfaitement raison, c’est plus un mouvement qu’un cycle.
Il y a 4 rôles économiques de l’Etat :
C’est 4 rôles sont :
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconLes promoteurs immobiliers. Contribution à l’analyse de la production...
«Un système d’agents économiques : la promotion immobilière». La Pensée (Paris), n° 166, décembre 1972, pp. 109-141

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconEtudes, diplômes et collaborations institutionnelles internationales
«Ordolibéralisme, ordolibéraux, pensée ordolibérale au cœur de l’Allemagne en crise. Contexte et aspects historiques, politiques...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique icon2002: En quoi les crises économiques et financières majeures marquent-elles...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconChapitre Quels acteurs interviennent dans l’activité économique ?
«Les trois âges de la rse», in Alternatives Economiques Poche n° 041 novembre 2009

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconThèse pour le Doctorat d'Etat ès Sciences Economiques (Direction: M. le Pr. J. Mazier)
«Processus d’Intégration et Coordination des Politiques Macroéconomiques dans le Mercosur : une Approche en terme de Cycles», l’Actualité...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconChapitre 4 : entreprises, structures economiques et syndicalisme XIX
«L'Entreprise. Fin de siècle, nouveaux défis ?», Problèmes Economiques, n 591 592, 18-25 novembre 1998

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconRésumé : Cet article part du constat que, célébrée par plusieurs...
«Notre époque se caractérise comme la prise de contrôle du symbolique par la technologie industrielle, où l'esthétique est devenue...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconC’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit...
«ingénvilles» : vient du mot ingénue (désigne la personne née de parent libre). Ce sont les manses concéder à des personnes complètement...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconExaminons d’abord le premier de ces concepts centraux de la pensée du philosophe la substance
«L’injustice la plus courante que l‘on commet à l’égard de la pensée spéculatrice consiste à la rendre unilatérale, c’est à dire...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconI. action d'une pensée sur une autre penséE






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com