5 agents économiques 5 époques de la pensée économique





télécharger 194.09 Kb.
titre5 agents économiques 5 époques de la pensée économique
page5/8
date de publication09.10.2017
taille194.09 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

C’est un mauvais instrument de réserve: avec 1franc en 1960, on a plus qu’aujourd’hui avec 2€ (carburant moins cher avant, …). La valeur de l’argent baisse constamment.


Création monétaire : ca signifie que la masse M monétaire augmente dans le circuit économique. Il faut que chaque année la masse M augmente car sinon on aura pas de croissance.

On ne peut pas acheter plus de biens et de services que de monnaie. Sinon il faudrait acheter + de biens et de monnaie avec autant d’argent et donc les prix baisseraient.

Il faut donc chaque année, autant de monnaie que la croissance et autant de monnaie que l’inflation.

Si vous voulez 3% de croissance, il faudra 3% de monnaie en plus. C’est la raison pour laquel les banques centrales européennes fixent un objectifs de 4,5%.

Donc il n’en faut pas trop, mais il en faut pas trop peu.
Qui créer la monnaie ? C’est la banque centrale qui en général créer la monnaie.

Les billets et les pièces représentent une fraction très faible de la monnaie.

Pour avoir 100 € en billet, j’ai renoncé à de la monnaie scripturale. Quand une banque a besoin de billet, elle téléphone à la banque centrale.

Quand une banque demande des billets à la banque de France, la banque de France débite la monnaie de la banque. La banque de France imprime les billets mais les vends contre de la masse monétaire scripturale. La banque centrale imprime le support mais ne créer pas la somme. Elle est la seule à avoir le droit de mettre des € sur papier. Il y a une différence entre le support et la création du continu. Quand on rend des billets à la banque centrale, la quantité de monnaie ne baissent pas car la banque en contrepartie me le crédite en monnaie scripturale.

Si tout d’un coup, on est peur que le système carte bleu soit pirater. Imaginez qu’on est tous besoin de billet. On sera pas plus riche.

La création de monnaie, c’est pas les billets imprimés par la banque centrale.

Créer signifie faire apparaître du néant.

La seule monnaie qui est créable, c’est la monnaie scripturale.

(Pas monnaie sous forme de billets ni sous forme électronique car pour avoir de la monnaie électronique il faut l’acheter !)

Qui créer la monnaie scripturale ?

La monnaie scripturale c’est la somme porté par les crédits de votre compte en banque dans une banque.

Il y a création de monnaie quand de la monnaie qui existait pas arrive dans votre compte.

Pour qu’il y ai création monétaire, il faut que de la monnaie scripturale arrive sur un compte sans préexister sinon c’est un paiement. Il faut donc créditer un compte sans en débiter un autre.

Un comptable aura du mal à créditer un compte sans en débiter un autre. Donc il faut calmer le comptable .

Comment on va faire ?

Généralement, on nous dit : « une banque soit elle fait des paiements, soit elle octroie un crédit »

On a dû nous dire, que la banque prêtait l’argent des déposants.

« Cher client,

Nous te remercions de ta confiance envers nous et de mettre tout ton salaire.

Qu’on a plus. »

Les banques ne prêtent pas l’argent des déposants, et de plus, si elle le faisait, ca ne serait pas de la création monétaire. Quand une banque octroi un prêt à un client, personne n’est débité. Ni les clients, ni la banque elle-même car la banque centrale tient le compte des banques. Elle va débiter les banques pour en créditer d’autre. La banque centrale s’occupe des transactions interbancaires.

Il faut bien que la monnaie vient du néant. « Ex nihilo »

On va créer un 2ème compte qui est un compte client. On a un compte courant.

Si un compte d’actif augmenter, il est débité.

On a crédité un compte dont le solde est de la monnaie, en débitant un compte dont le solde n’est pas de la monnaie. Quand il y a un paiement, on débite un compte de monnaie pour créditer un compte de monnaie.

Il n’y a que les banques qui créaient la monnaie. Quand une banque octroi un crédit à ses clients, la masse monétaire monte.

Toute la monnaie a été créée par le crédit bancaire.

Au bout d’un an, il faut que je rende les 100K € que j’ai emprunté. Avec l’intérêt de 10%, donc il faut que je me procure de l’argent et c’est forcément de la monnaie existante. Certains ont été appauvris.

Quand on rembourse les 110K€, on crédite le compte client où on était débiteur pour solder.

Qui bénéficie de la monnaie ? Personne, la monnaie est détruite, « Ad nihilo ».

Le crédit bancaire a crée de la monnaie à hauteur de son montant. Le remboursement à détruit une somme supérieur à celle qui avait été créé et donc si à chaque fois on détruit 110 et qu’on crée seulement 100, à la fin il n’y aurait plus d’argent. Mais en faite les banquiers octroient de nouveau pour des montants supérieurs.

Ma banque dans l’histoire n’a pas touché un sous d’intérêt. En faite, tout est payé 2 fois. Tout se passe comme si il y avait 2 niveaux. Moi je bénéficie d’un crédit de 100K € alors je suis content alors je vais acheter ma voiture, et je vais la payer à un concessionnaire qui est content aussi. Le concessionnaire Porsch, je lui ai fait un beau chèque et il a l’a remis à sa propre banque et elle va envoyer ce chèque à ma banque. Et là, il va se passé 2 choses : d’abord, elle va me débiter mais surtout elle va faire un virement de 100K à la banque du concessionnaire. Et là ensuite la banque du concessionnaire lui créditera les 100K €.

Si je dépense de l’argent, j’oblige ma banque à payer une autre banque.

Il y a un miroir entre ce qui se passe avec moi et avec ma banque.

Il n’arrive jamais que l’argent d’un compte en banque, aille sur le compte en banque d’une banque. C’est impossible car il n’y a aucun lien entre les 2 systèmes. Le compte des banques sont chez la banque centrale.

On ne peut pas donner de l’argent à son reflet, et notre reflet ne vient jamais nous donner de l’argent dans notre poche.

L’astuce c’est que votre banque vous demande de gagner plus d’argent qu’elle ne vous en a prêté.

Donc création monétaire (CM) = banque

Est-ce que il y a une limite à ça ? A 1ère vue, non. Une banque ne peut pas prêter plus que ce qu’il y a sur le compte de la banque. Une banque n’a pas le droit d’être à découvert.

Une banque serait donc limité par son disponible. Mais non en faite, elle n’est pas limitée.

Si une banque a prêter 20 milliards alors qu’elle n’en a qu’un. Elle est a -19. Et la nuit, elle emprunte à une autre banque les 19 pour une nuit. Ca ne rapporte rien donc il y a pas de souci. Mais même si elle restait à -19 la nuit. La banque centrale lui prêterait car la banque centrale ne va pas la faire couler. Il n’y a donc pas de limite.

En ce moment, les banques ne se font pas confiance entre elles et donc on se finisse auprès de la banque centrale. Techniquement, les banques ont une capacité de prêt totalement illimité.

Mais il y a des limites : la 1ère est la demande de crédit. La demande de crédit s’autocensure beaucoup. La plupart des gens, n’emprunte que ce qu’ils sont capables de rembourser.

La 2ème possibilité est : Estimation de la solvabilité de l’emprunteur par la banque

La 3ème possibilité : c’est que la réglementation s’y oppose.

Chaque € meurt au moment où il est remboursé.

Masse M = CM (Création) – DM (Destruction)

Toute somme est due par quelqu’un à quelqu’un d’autre.

Si tout le monde remboursait ses dettes, il n’y aurai plus d’argent. En faite, il n’y a pas assez d’argent pour rembourser toutes les dettes.

La création monétaire dérive du futur tandis que la destruction dérive du passé.

La masse monétaire évolue par différence entre le futur et le passé et là on est dans le surréalisme.

En gros, cela ne correspond pas aux besoins. Plus l’économie va bien plus les banques prêtent à des gens qui demandent. En faite, on demande trop de crédit pour faire trop de chose. Les chefs d’entreprise sont trop ambitieux. Au lieu d’acheter un appartement, je vais en acheter 3, et en louer 2.

Quand l’économie va bien, les banquiers ont tendances à prêter trop. En revanche quand l’économie va mal, les gens demandent moins de crédit et surtout les banquiers refusent les crédits. Un banquier doit avoir 8 de fond propre pour avoir le droit de prêter 100. Conséquence, quand l’économie va bien on fait beaucoup de création monétaire et quand elle va mal, on fait peu de création monétaire. Ce qui amplifie la crise.
Procyclique :

Le cycle c’est une perturbation. Procyclique c’est un « gros mot », il faut dire « contra-cyclique » car procyclique signifie que ce système a pour effet d’accentuer ce cycle.

Ce n’est pas bon mais ce système est procyclique.

Qu’est ce qui est chargé de régler ce problème procyclique ? La banque centrale avec sa politique monétaire.

Pour réguler ce système, la banque centrale varie le taux d’intérêt.

La FED a mis son taux à 0%, c’est pas une raison pour emprunter plus.

C’est pas parce que les taux baissent, que les gens vont emprunter car les gens ne peuvent pas forcément rembourser.

Quand on monte les taux, les 1er qui subissent les effets c’est les entreprises et les acheteurs.

Monter les taux consiste à dire : on va casser de l’emploi, on va casser de l’activité économique. On prend en otage l’économie réelle.

Dans les pays où les banques prêtent à taux variables, si la banque centrale baisse le taux, alors c’est comme si on laisse plus de fric aux gens.

Aux US, UK etc… quand on baisse les taux, tout le monde gagne de l’argent car tout le monde est à taux variable.

Le système CM/DM est également procyclique.

Ce qui nous évite 2 choses : ca nous évite de dépendre de l’or. En quittant l’or, ca nous permet d’avoir une masse monétaire de + de 1% par an en plus. Autrefois on a pas eu assez de croissance car on ne pouvait avoir trop d’or en plus chaque année.

L’autre chose ca évite l’Etat d’imprimer les billets et les dépenses. D’ailleurs, l’Etat va en imprimer trop, et va entraîner de l’inflation. Et va faire des bêtises avec comme des guerres.

L’obligation de remboursement oblige chacun d’être plus performant car par exemple, un mauvais investissement entraîne de grosses pertes.

Donc au total, le système n’est pas si mauvais.
Delta M = CM –DM, on en fait trop, adapté ou on en fait trop peu.

1er cas : on créer trop peu de monnaie : on n’a pas assez de monnaie pour acheter tout ce qu’il y a à acheter.

Si il y a pas assez de monnaie, tout ce qui à vendre sera invendue et donc moins d’industriel etc… c’est mauvais pour l’économie, c’est une crise de liquidité qui entraîne une déflation.

2nd cas : on créer trop de monnaie : la monnaie c’est la demande, si la demande est supérieur à l’offre, l’offre augmente, en effet elle vient de l’étranger. Tous les étrangers s’installent dans votre pays pour vendre. Et il n’y a pas de raison pour que les prix montent. Le problème est que si les importations augmentent car il y a trop de monnaie et bien le jour où il n’y aura plus trop de monnaie, les étrangers seront là quand même. Les entreprises ont tendance en général d’alimenter d’abord le marché national.

Donc quand on créer trop de monnaie, il y a un risque de fuite des capitaux c'est-à-dire que la monnaie va s’en aller et ce n’est pas bon pour un pays que la monnaie s’en aille mais surtout on risque une bulle financière.
Histoire : Tanaka habite dans un immeuble à Tokyo. Il est propriétaire de son appartement qui vaut 20 millions de yen et on est dans les années 80.

Ca évite à Tanaka de faire les trajets banlieues-centres ca prend 1 journée. L’appartement coûte la propriété, la taxe foncière etc…

Yamato, le beau-frère, a également 25 millions de yen mais il a pas l’appartement. Il a des actions à la bourse japonaise. Et ses actions montent. Il a donc du fric mais il a pas d’appart.

Matsako est entre les 2 et les 2 l’aiment. En réalité, un jour Tanaka a une illumination, il va voir le banquier et lui dit tu me prêterais de l’argent si j’hypothèque mon appart. Si tout les Tanaka, hypothèque leur appart et achètent des actions , les actions vont monter ce qui fait le bonheur des Tanaka et des Yamato.

Si tout les Yamato entissent 30 millions, et achètent de l’immobilier alors l’immobilier va monter.

Au total, tout le japon a l’immobilier et la bourse qui monte terriblement. Et moi, je suis en France et je suis jaloux. Et ma banque me propose d’investir au Japon. Donc je rend mes Francs pour avoir du Yen.

Et là on gagne 2 fois. Car si tout le monde achète du Yen, le Yen monte ! Et je gagne donc de l’argent, et tout le monde participe donc au gonflement de la bulle japonaise.

Chaque bulle a son aiguille. La bulle japonaise en 1989. L’indice NIKKEI est à 40 000.

Et elle représente 55% de la fortune mondiale. Le PER price earning ratio.

En 1989, la ville de Tokyo, si elle est vendue, elle vaut plus cher que les Etats-Unis et un peu plus.

Les Japonais s’amusaient à deviner si on transformait le palais impériale en appartement, le prix des appartements, c’était le PIB du Canada.

Ca s’appelle une bulle, la bulle a crevé en 2009, il n’est plus en 40 000 comme en 1989 mais aux alentours de 7000. Le Japon a eu 0% de croissance pendant 20 ans, l’immobilier vaut 20% par rapport à 1989. L’endettement est de 200% du PIB, les banques ont été nationalisé pour éviter la crise. Quand il y a trop de monnaie, on risque la bulle financière et trop de monnaie, c’est trop de dette. Au moment où la bulle se dégonfle de plus, la dette reste !

Quand les banques vont mal, crise de liquidité, on a une déflation et c’est pas bon.

Et si on monte trop les taux, il y a un risque de bulle et donc de déflation ensuite.

Le taux idéal serait de 4,5 ou 5%. En faite, il faut un taux en fonction du potentiel mais pas de la situation économique.
BD Achille Talon :

Celui qui n’a pas le temps, est obligé d’accepté un échange avec celui qui a le temps.

Dans une économie de troc, il y a un rapport d’esclavage.
LA BOURSE :

Le marché financier.

Les entreprises peuvent aller sur le marché monétaire ou le marché financier pour placer leur argent.

Sur le marché des actions porte un surnom : c’est la « Bourse »

Le prix des actions c’est le cours. Ce qui fait varier le prix d’une action, c’est la confrontation de l’offre et de la demande, cette confrontation s’appelle la cotation.
Ce qui fait varier le cours, c’est essentiellement deux choses :

  • Les fondamentaux

  • Le Chartisme


Les fondamentaux :

La situation de l’entreprise est un des fondamentaux de base, mais également la situation financière du secteur.

Si le secteur de l’aéronautique va très bien, même la plus mauvaise entreprise aérienne va monter. Car elle sera la seule qui aura des places libres.

La situation économique globale : «  la crise est fini, on va avoir une bonne croissance l’année prochaine » toutes les actions vont monter.

La situation Géopolitique : en situation de guerre, la bourse baisse etc..
Le Chartisme :
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconLes promoteurs immobiliers. Contribution à l’analyse de la production...
«Un système d’agents économiques : la promotion immobilière». La Pensée (Paris), n° 166, décembre 1972, pp. 109-141

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconEtudes, diplômes et collaborations institutionnelles internationales
«Ordolibéralisme, ordolibéraux, pensée ordolibérale au cœur de l’Allemagne en crise. Contexte et aspects historiques, politiques...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique icon2002: En quoi les crises économiques et financières majeures marquent-elles...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconChapitre Quels acteurs interviennent dans l’activité économique ?
«Les trois âges de la rse», in Alternatives Economiques Poche n° 041 novembre 2009

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconThèse pour le Doctorat d'Etat ès Sciences Economiques (Direction: M. le Pr. J. Mazier)
«Processus d’Intégration et Coordination des Politiques Macroéconomiques dans le Mercosur : une Approche en terme de Cycles», l’Actualité...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconChapitre 4 : entreprises, structures economiques et syndicalisme XIX
«L'Entreprise. Fin de siècle, nouveaux défis ?», Problèmes Economiques, n 591 592, 18-25 novembre 1998

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconRésumé : Cet article part du constat que, célébrée par plusieurs...
«Notre époque se caractérise comme la prise de contrôle du symbolique par la technologie industrielle, où l'esthétique est devenue...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconC’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit...
«ingénvilles» : vient du mot ingénue (désigne la personne née de parent libre). Ce sont les manses concéder à des personnes complètement...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconExaminons d’abord le premier de ces concepts centraux de la pensée du philosophe la substance
«L’injustice la plus courante que l‘on commet à l’égard de la pensée spéculatrice consiste à la rendre unilatérale, c’est à dire...

5 agents économiques 5 époques de la pensée économique iconI. action d'une pensée sur une autre penséE






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com