Transcription de mes notes prises durant le film «Demain»





télécharger 129.3 Kb.
titreTranscription de mes notes prises durant le film «Demain»
page1/3
date de publication27.10.2017
taille129.3 Kb.
typeTranscription
h.20-bal.com > économie > Transcription
  1   2   3
Retranscription de mes notes prises durant le film « Demain »
Par Benjamin LISAN, le 9 Février 2016
Bonjour,
J’ai été voir le film « Demain », dont les commentaires, ci-dessous, du Monde sont enthousiastes. Selon le Monde, le succès du film se fait surtout par le bouche à oreille :
http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/02/03/demain-un-phenomene-de-societe_4858559_3244.html
Il continue toujours d’être diffusé en salle, depuis 2 mois.
Pour en savoir plus sur ce film militant de Cyril Dion & Mélanie Laurent : a) http://www.demain-lefilm.com/, b) https://fr.wikipedia.org/wiki/Demain_(film,_2015)

Le film est déjà sorti en DVD. Et il y a aussi le livre d'accompagnement "Demain", de Mélanie Laurent, présentant toutes ses idées (prix : 22€ broché ou à 16€90 en version électronique epub (Fnac) ou kindle (Amazon)).
Préambule :
Effectivement, j’ai trouvé ce film dynamique, enthousiasmant et très positif. Il incite vraiment à faire quelque chose pour la planète.
Ce film est très malin, parce qu’il est extrêmement bien construit, avec un script ou scénario qui paraissent simples (mais il souvent compliqué de faire simple), avec des plans toujours choisis avec soin, avec une super bande son, des exemples et des intervenants clairs, des explications simples, y compris en ce qui concernent les questions économiques.
Quand on ressort du film, on a envie de remettre toute notre société à plat (de lui faire faire une remise à zéro), et de tout reconstruire.
Certains sujets ont déjà été abordés dans le film documentaire « Solutions locales pour un désordre global » réalisé par Coline Serreau. Mais le film « Demain » est mieux fait.
Pour info : Les points d’interrogation « ? » dans mon texte concerne les notes, que j’ai retranscrites, mais dont je ne suis pas sûr de l’exactitude de ma retranscription.
Voici quelques notes perso, prises au court du film :
Au tout début de l’introduction, on y aborde le rapport de 22 scientifiques dans la revue Nature, qui aborde le risque de la fin de l’humanité en 2100. Selon ce rapport, l'environnement, sous l'effet des dégradations causées par l'homme, pourrait franchir un point de non-retour avant la fin du siècle.

Dans Approaching a state-shift in Earth’s biosphere12, les auteurs, 22 chercheurs appartenant à une quinzaine d'institutions scientifiques internationales, alarment sur une perte de la biodiversité de plus en plus rapide et une accélération des changements climatiques.
Dans l’introduction, deux scientifiques (°) de l’Université de Stanford expliquent les menaces pesant sur notre planète.

(°) a) Elizabeth Hadly, une biologiste, travaillant à l’université Stanford dans le département des sciences environnementales, spécialiste de l’évolution des vertébrés.

b) Son époux, Anthony D. Barnosky chercheur en paléontologie mais aussi professeur de biologie intégrative à l’université de Berkeley en Californie.
Ils pointent du doigt que les changements climatiques rapides vont provoquer plus de phases climatiques paroxysmiques (violentes), plus de sécheresses et de précipitations violentes, la montée des eaux océaniques, ce qui va provoquer des migrations, et donc plus d’animosités entre individus, plus de violences et de guerres, au 21° siècles.

Les atteintes à l’environnement agissent sur notre santé, la génétique, la chimie.
Ensuite, on présente l’interview de Rob Hopkins3, un enseignant britannique en permaculture, l'initiateur du mouvement des villes en transition4, dans lequel, il veut montrer qu’on ne doit pas non plus être catastrophiste, mais qu’il y a des solutions, pour les changements climatiques, qu’il y a de l’espoir, en particulier par le mouvement des villes en transition qu’il a lancé.
Le film est divisé, ensuite, en plusieurs parties ou sujets :
Agriculture :
On y présente les solutions d’agriculture urbaines dans la ville de Détroit [qui était avant une « monoculture industrielle » dans l’industrie automobile], dont les micro-fermes (voir http://www.greeningofdetroit.com) :



Un des responsables d’une des fermes nous explique que la nourriture, consommée aux USA, parcourt en moyenne de 2400 km. Donc, il préconise de produire et consommer localement, d’où l’avantage de cette agriculture urbaine.

Il y aurait plus de 1600 fermes urbaines à Détroit, ce qui permet aux gens les plus pauvres de se nourrir dans cette ville en faillite. Leur but est de nourrir la moitié de la population de détroit.

Un des jardiniers de D-Town Farm nous indique, que dernières les beaux idéaux du projet, la réalité est le jardinage et le travail de la terre sont fatigants.
Puis le film nous présente la ville anglaise de Todmorden, de l’incroyable aventure ou expérience de « incredible edible » (incroyables comestibles) qui a débuté dans cette ville.  Et effectivement, les carrés et jardins potagers ont envahi la ville partout et l’ont embellie. Ce sont des « jardins de propagande ». On y trouve des chemins potagers.

Les habitants peuvent se servir gratuitement dans tous les carrés potagers, même dans celui installé devant le commissariat.

L’expérience a « débordé » dans la réalisation d’une petite ferme ‘Incredible farm’, située à la campagne, à 10 mn de la ville. Elle aurait produit 112 tonnes de fruits et légumes, la première année.
Note : pour en savoir plus, consultez :

https://www.youtube.com/watch?v=KGwrcVWI6bw , https://fr.wikipedia.org/wiki/Todmorden

« La ville qui vous nourrit gratuitement » (retour à Todmorden), https://blogs.mediapart.fr/edition/vert-tige/article/240813/la-ville-qui-vous-nourrit-gratuitement-retour-todmorden

« LA VILLE QUI VOUS NOURRIT GRATUITEMENT », http://lesincroyablescomestibles.fr/la-ville-qui-vous-nourrit-gratuitement/

comment la ville de todmorden fait un pied de nez au nouvel ordre mondial, https://effondrements.wordpress.com/2012/06/28/comment-la-ville-de-todmorden-fait-un-pied-de-nez-au-nouvel-ordre-mondial/

Incredible farm : https://www.facebook.com/IncredibleFarm/ & http://www.incredible-edible-todmorden.co.uk/blogs/incredible-farm-update & http://www.incrediblefarm.co.uk/
Ensuite, il y a l'interview d'Olivier De Schutter, rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l'alimentation (qui a passé 6 années dans ce poste à l’ONU), qui nous déclare que selon son étude « l’agroécologie peut nourrir le monde » (Note : Il était déjà apparu dans le film documentaire de Marie-Monique Robin « Les Moissons du futur »).

Il met en cause le fait que notre modèle d’agriculture industrielle très subventionnée, pour des raisons politiques. Actuellement, eu Europe, 12% du budget familial est consacré à l’alimentation. Si dans le prix des aliments, on y intégrait tout ce qui constitue leur coût réel pour l’Europe, l’alimentation représenterait 25% du budget familial. Cette politique est insoutenable. On soutient surtout les agriculteurs les plus compétitifs donc les grosses exploitations.

Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/04/29/olivier-de-schutter-notre-modele-agricole-est-a-bout-de-souffle_4408689_3244.html
Puis, est interviewé Vandana Shiva, écologiste, écrivain et féministe indienne, qui dirige la Fondation de la recherche pour la science, les technologies et les ressources naturelles (Research Foundation for Science, Technology and Natural Resource Policy). Elle met en cause les six semenciers mondiaux : Monsanto (- Cargill), Syngenta, BASF, Bayer, DuPont et Dow Chemical5.
Note : cette femme était déjà apparu dans le film de Coline Serreau « Solutions locales pour un désordre global » et dans le film documentaire de Marie-Monique Robin  « Le Monde selon Monsanto ».
Ensuite, on passe à la présentation de la ferme, en permaculture, du Bec-Hellouin, en Normandie6.

Selon Charles HERVE-GRUYER, un des fondateurs de la ferme du Bec-Hellouin, avec sa femme Perrine, actuellement pour 1 cal de nourriture, l’on est obligé d’utiliser 10 cal de pétrole (ce modèle est non durable). Il ne se considère pas comme un néo-rural. Avec le même rouleau semeur à 6 rangs, il faire de la culture associée en rangs serrées de carottes, radis et choux de Bruxelles. Dans une serre, Perrine cultive, dans un mélange, tomate et basilic et au-dessus de la vigne. La tomate a besoin de soleil, le basilic se contente de la mi-ombre. Celle solution consomme peu d’eau. Et au-dessus, la vigne crée de l’humidité (?). Les plantes ont plusieurs fonctions (dont se protéger mutuellement).

Ce qui est valorisant (réconfortant), pour Perrine (?) (Ancienne juriste, avocate), c’est qu’on est capable de créer sa propre nourriture et d’être autosuffisant. Charles et Perrine ont créé une mini-forêt qui pousse d’une manière autonome, avec peu d’entretien, et qui est conçue pour comporter des espèces qui nourrissent tous les hommes.

Ils avaient débuté leur ferme avec un sol caillouteux et 15 cm de mauvaise terre. Maintenant, leur terre est fertile et vivante (remplie de milliard de micro-organismes utiles), sur plus de 50 cm de profondeur.

Au 20° siècle, l’on a planté surtout des céréales annuelles. Les principales productions agricoles de l’homme, actuellement, sont les céréales annuelles : blé, maïs et riz. Pour la nourriture, on a produit surtout de la viande, du lait et des céréales. Alors que sur la même surface de parcelle, l’on peut produire plus de fruits, de baies, de racines pérennes.

Ce couple de permaculteurs produit, en cultures associées denses, plus de 100 € de légumes au m2. Tout cela a été mis au point avec un partenariat avec Agro Paris Tech et l’INRA.

(Ils produiraient 500 kg de légumes sur 300 m2 et 14 Tonnes sur 1 hectares ?).

Au début, il produisait 32.000 € / 100 m2, maintenant, 39.000 € / 100 m2.

Cette agriculture, des micro-fermes, sans pétrole, ni tracteur, est porteuse d’espoir. Elle assure la sécurité alimentaire. Elle rend l’agriculture plus belle.

L’arborétum (en partenariat avec Tyo ou Kio ?), la forêt constituée que d’espèces fruitières comestibles, pousse presque sans entretien.

La permaculture permet de multiplier les rendements de l’agriculture traditionnelle par 3.  Si l’on se passe de viande, et si l’on accepte de dépenser plus d’argent pour une nourriture plus saine, elle pourrait nourrir 10 à 12 milliard d’habitants.

Selon ce couple, on peut produire 100 € / m2 de légumes, 1000 m2 permettent d’avoir une activité durable.

C’est une alternative lente à émerger.
Partie / section consacrée à l’énergie :
Jeremy Rifkin, spécialiste de prospective (économique et scientifique), indique que le changement climatique change le cycle de l’eau. On a plus d’évaporation (d’humidité atmosphérique), plus d’épisodes climatiques violents (blizzards, l’hiver), pluies violentes, sècheresses. Les espèces vivantes disparaissent à une grande vitesse, à cause de l’homme. On est en train de vivre la 6ème extinction de passe, du fait de l’homme.

On montre des images aériennes de l’Alberta ravagé par l’exaction des sables bitumineux. Résultat de l’avidité pour l’énergie (elle-même liée à la croissance sans fin et à la course au profit maximum).
Pourtant, malgré ces prédictions sombres, il y a des gens résolument optimistes, dynamiques, qui veulent faire changer les choses.
Eolien, biomasse :
(On parle de la commune suédoise de Malmö, une des villes en transition).

Le Danemark a misé énormément sur l’énergie éolienne.

La production d'électricité repose pour 48,3 % sur les énergies renouvelables, en particulier les éoliennes (33,4 %) et la biomasse(11,6 %). Le Danemark a lancé depuis plus de 30 ans une politique de promotion des énergies renouvelables, et s'est fixé en 2012 l'objectif d'atteindre 35 % d'énergies renouvelables pour la consommation totale d'énergie, et 50 % d'éolien dans la production d'électricité d'ici 2020, et 100 % d'énergies renouvelables en 2050.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_au_Danemark

L'éolien fournissait 39 % de la production électrique danoise en 2013-14, taux qui le situe au 1er rang européen.

Le Danemark était en 2014 au 7e rang européen pour la production d'électricité éolienne et au 8e rang par sa puissance installée ; sur le segment offshore, il tient le 3e rang européen, loin derrière le Royaume-Uni et l'Allemagne. C'est le pays européen le plus densément équipé en éoliennes : 862 W/habitant en 2014 (moyenne de l'Union européenne : 258 W/hab).

Le Danemark compte deux acteurs majeurs du secteur éolien européen : Vestas et DONG Energy (des producteurs d’énergies qui se sont tous mis à l’éolien).

Le parc éolien (ou ferme éolienne) de Middelgrunden, près de Copenhague, était le plus important parc éolien offshore au monde lors de sa mise en service en 2000.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_%C3%A9olienne_au_Danemark

La Ville de Copenhague espère être autonome, au niveau de ses énergies, en 2025.

Il y a été mis en place la centrale de chauffage urbain à la biomasse d'Aalborg. Elle est capable de brûler des copeaux de bois (mais aussi des produits de biomasse ayant des granulométries variées).

Source : http://aet-biomass.fr/fr-FR/Accueil/R%C3%A9f%C3%A9rences/Centrales-%C3%A0-biomasse/Verdo-Randers.aspx
Géothermique, solaire :
Le potentiel géothermique est important dans le monde, par exemple, le long de la Rift Valley (Au Kenya …), au Salvador, à la Réunion …
A la Réunion, Akuo Energy7 a développé, dès 2007, le concept d'Agrinergie®, qui fait cohabiter énergie solaire et agriculture en bonne intelligence, en intercalant ou en superposant les deux modes de production, via la construction de fermes solaires, composées de serres anticycloniques, photovoltaïques (dont le toit est à moitié recouvert de cellules photovoltaïques). On y fait cohabiter serres de maraîchage, ruches, vergers (?).

Le Watt solaire ne coûte plus que 60 centimes d’Euro (selon Jeremy Rifking).
Ensuite est présentée la coopérative démocratiquement gérée par Thierry Salomon8, l’Association négaWatt (installée à Valence). Selon lui, 60% de l’énergie, gaspillée dans le monde, serait économisable.

Selon Thierry Salomon, au niveau consommation énergétique, la voiture en ville et les écrans publicitaires LED dans le métro (très consommateurs en électricité) sont une hérésie.

L'association négawatt, qui regroupe plus de mille adhérents dont plus de quatre cents experts et praticiens français de l’énergie, tous engagés pour un avenir énergétique s’appuyant sur le concept de négawatt (énergie économisée par une démarche de sobriété et d’efficacité énergétique) et sur un recours volontariste aux énergies renouvelables.

Sites : http://www.negawatt.org/la-compagnie-des-negawatts-p8.html & https://fr.wikipedia.org/wiki/Thierry_Salomon
Ensuite, je me souviens bien, mais il me semble qu’il y a un retour sur Copenhague.
Retour sur Copenhague :

Il faut mener une réflexion sur la course (effrénée) à l’énergie, alors que l’on pourrait réduire de 60% notre consommation en énergie.

On a privilégié l’isolation, même si c’est un gros investissement.  

Chez moi, pour chauffer mon 100 m2, je dépense 60/65 € / de chauffage mois.

A Copenhague, 4/5 des personnes possèdent un vélo. Chaque jour, 26% utilisent le vélo, 21% les transports en commun. Le train ??? %.

Le but est que 75% utilisent ces moyens de transports en 2025.

Pour cela, on crée des pistes cyclables et de aménagements pour les vélos (parkings ...).

La ville n’est pas pour le bonheur des voitures, des urbanistes, mais pour le bien-être de chaque citoyen.

On veut une ville neutre en carbone.
San Francisco modèle du tri sélectif :
Selon Julio Bryan, tous les citoyens doivent trier leurs déchets (solides et végétaux) sous peine d’amendes pour non recyclage et compostage incorrect. Chaque famille possède 3 poubelles : a) une bleue pour les déchets recyclage, b) une verte pour les déchets compostables, c) une noire nous les déchets autres (non recyclables).

Si une famille produit moins de déchets, elle est récompensée (elle obtient un prix « discount »).
A l’usine centralisée de tri et de compostage. Il y a un trieur rotatif pour purifier le compost (trier les déchets du compost). Ensuite, le compost obtenu est broyé pour obtenir une granulométrie fine.

Le compost est vendu bon marché 9 $ le m3, juste de quoi rentabiliser l’usine. Les agriculteurs l’achètent pour fertiliser leurs terres et économiser l’eau.

Un scanner optique permet de trier plus vite les déchets à recycler.

Ce tri sélectif permet d’économiser à la ville 3 millions de $ / an.

Aux USA, il y a 300 ville et 1000 universités qui ont un « programme compost ».
Interview de Pierre Rabhi :

La croissance infinie rend l’humanité insatiable. L’homme provoque une accumulation prédatrice dont la finalité est l’argent.

Il faut repenser le modèle économique. Il faut créer de la richesse, de l’emploi, sans croissance infinie.
Interview d’Emmanuel DRUON du directeur de la société POCHECO9 :
Pour Emmanuel Druon10, il y la financiarisation du capitalisme. Chez Pocheco, l’écart des salaires et de 1 à 4.

En 2013, la société a construit un bâtiment de stockage " écolonomique11 ".  Sa toiture est couverte par des panneaux photovoltaïques (1/4 du toit) et d’une végétalisation. L’intégration d’une chaudière à bois lui a permet de se chauffer grâce à des palettes usées et broyées. 600m2 de panneaux photovoltaïques, 2000m2 de végétalisation, une éolienne, des systèmes de climatisation adiabatique, des puits de lumières, des ventelles et des ruches… En mai, la société a installé une bambousaie de phytoremédiation pour filtrer nos eaux usées.  Certification FSC et PEFC. Les enveloppes produites par POCHECO sont en papier recyclé.

En 1999, technologie de conditionnement des enveloppes en bobines. 100% d’encres à base d’eau et de pigments naturels (eau + savon de Marseille).  La salle des pompes (qui est vide ?) fournit le chauffage des locaux (?).

200 000 arbres ont été replantées, cette année. Et 8200 arbres ont été replantés dans sa région grâce à son association POCHECO Canopée Reforestation.

Elle a 114 salariés et elle embauche essentiellement des chômeurs. Il n’y a pas de dividendes aux actionnaires, tout est réinvesti dans l’entreprise. La société fait tout pour détruire la pénibilité.

Elle essaye de ne pas avoir de déchet et sinon de tout recycler : PRINCIPE DE CIRCULARITE.

(Toutes les matières premières sont si possibles écologiques, FSC ...). A 1 arbre coupé, la société fait planter 4 arbres.

Le but de la société est de réduire la pollution au CO2 au maximum. L’écolonomique permet de réduire le bilan de 90%, à 15% … Maintenant le solde est positif au bout de 20 ans.
La financiarisation du capitalisme pousse à être toujours plus riche, toujours plus vite. La mondialisation pousse à être leader en tout et donc elle pousse à un accroissement sans fin … Mais il y a des limites. Or l’on ne peut croire comme un poisson-lune, sinon l’on explose.

  1   2   3

similaire:

Transcription de mes notes prises durant le film «Demain» iconTranscription de mes notes prises durant le film «Demain»
«Demain», dont les commentaires, ci-dessous, du Monde sont enthousiastes. Selon le Monde, le succès du film se fait surtout par le...

Transcription de mes notes prises durant le film «Demain» iconL'inauguration de la jndj sera l’occasion de projeter en avant première...
«banque de Demain». Visite du siège social, de la salle des marchés et présentation de la diversité des métiers

Transcription de mes notes prises durant le film «Demain» iconNotes prises par Hélène bonvalot, Chargée de mission à la Fonda
«Have your say !». C’est à vous de prendre le parole et de nous montrer le pouvoir

Transcription de mes notes prises durant le film «Demain» iconCours sur le deuil et les endeuillés notes prises par Maïté Faivre...

Transcription de mes notes prises durant le film «Demain» iconTranscription Cliquez ici pour accéder à la transcription

Transcription de mes notes prises durant le film «Demain» iconTranscription Cliquez ici pour accéder à la transcription

Transcription de mes notes prises durant le film «Demain» iconAd signale un film disponible en Audio-Description permettant aux...

Transcription de mes notes prises durant le film «Demain» iconAd signale un film disponible en Audio-Description permettant aux...

Transcription de mes notes prises durant le film «Demain» iconTranscription Pour la transcription, consultez la page 13

Transcription de mes notes prises durant le film «Demain» iconTranscription Pour la transcription, consultez la page 10






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com