Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience)





télécharger 143.28 Kb.
titreRapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience)
page1/3
date de publication27.10.2017
taille143.28 Kb.
typeRapport
h.20-bal.com > économie > Rapport
  1   2   3
05/02/2013

1ere Partie : Chapitre 2

Le Mercantilisme (16-17ème siècle) L’Economie au service du Roi

  1. Introduction

Contexte historique : Après les drames du 14ème (guerre de 100 ans, la peste), le 15ème siècle voit 3 grandes mutations qui conduisent à la Renaissance :

  • De grandes découvertes

  1. De nouvelles routes commerciales :

Amérique : Route de l’or et de l’argent

Indes : Routes des Epices

  1. L’afflux d’or et d’argent induit le financement de grands mouvements d’échanges internationaux

  2. Appauvrissement relatif de la noblesse de terre au profit de la classe commerçante

1er bouleversement des mentalités : le commerce devient une activité digne de louanges, rôle des marchands et de l’afflux de monnaie dans la naissance du capitalisme

  • La révolution industrielle en gestation

Des industries naissantes : imprimerie, artillerie, textile de luxe

2ème bouleversement des mentalités : apparition d’une « mentalité de l’entrepreneur »

  • Emancipation par rapport à l’Eglise

  1. Les humanistes de la Renaissance revoient leurs principes : il est possible de penser par soi-même et ainsi de maitriser la nature par le savoir (Vinci, Copernic, …)

3ème bouleversement des mentalités : L’être humain peut devenir « maître et possesseur de la nature » (Descartes)

  1. La Reforme : Elle est le fait de religieux qui remettent en cause la structure politique et idéologique de l’Eglise

Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience)

Le travail = une vertu

Les fruits du travail = les signes de la prédestination

4ème bouleversement des mentalités : Weber La richesse comme signe de prédestination (l’enrichissement est un signe divin). Cela contribue au développement du capitalisme.

Caractérisation du mercantilisme

« mercante »=marchand (italien) renvoie au commerce et à l’industrie qui sont au centre des préoccupations du moment.

Un ensemble de penseurs vont former non pas une Ecole de pensée mais une tendance centrale dans la pensée économique des 16 ème et 17ème siècles (un mouvement intellectuel cosmopolite qui se développe dans toutes l’Europe).

A la base, un problème commun : Comment fournir à l’Etat (c’est-à-dire le Roi) les moyens d’une puissance renforcée ?

  • L’enrichissement est une fin louable

Montchrestien (Traité d’Economie politique, 1616) « L’Heur des hommes, pour en parler à notre mode, consiste principalement en la richesse. »

  • L’enrichissement des citoyens est le moyen d’accroitre la puissance de l’Etat, c’est-à-dire le Roi

« Les princes doivent faire trouver à leurs sujets les moyens de s’enrichir. »

3 idées communes :

  1. L’Economie fonctionne comme un jeu à somme nulle

« Il n’y a personne qui gagne qu’un autre ne perde » BODIN

Autrement dit : le commerce international créée globalement aucune richesse, seulement une circulation de richesses. Il ne fait que redistribuer entre les nations les richesses préexistantes.

Question : Faut-il être protectionniste ? Il faut être protectionniste pour éviter que la richesse ne diminue. Mais si le protectionnisme permet d’éviter la baisse de la richesse, qu’est-ce qui lui permet de l’augmenter ? Un excédent commercial... (Contradiction)

  1. Le 1er moyen pour augmenter la richesse de l’Etat est l’afflux de monnaie (développer un avantage financier)

Moyen considéré comme le plus direct et le plus évident

Surtout développé et exploité en Espagne et au Portugal : BULLIONISME

Recherche de l’Eldorado = l’une des principales motivations de la colonisation de l’Amérique latine

Possesseurs des principales mines fournissant à l’Europe les métaux précieux.

Question : Comment conserver cet or ?

Les Bullionistes proposent la thésaurisation :

Interdiction des sorties d’or interdiction de l’accès des commerçants étrangers aux ports espagnols (y compris en Amérique)

Interdiction des importations : commerce exclusif entre les colonies et la métropole (production de certains biens interdite dans les colonies)

Interdiction des exportations : On a peur que l’or ne s’échappe sous couvert d’exportations.

Conséquences :

Pénurie : Toute l’activité est concentrée sur l’entrée d’or en provenance d’Amérique du Sud (Bolivie, Pérou, Mexique).

Pas d’activités agricoles, ni d’activités industrielles

=>disettes, famines, difficultés de se nourrir même chez les plus riches

Inflation : abondance de l’or et difficulté de se procurer des denrées => hausse des prix

Conclusion : La possession de mines d’or et d’argent, et le fait de vouloir s’enrichir par cela leur a plutôt procuré des malheurs

  1. Le 2nd moyen pour augmenter la richesse de l’Etat est de développer l’industrie (manufactures et commerces)

Stimuler le développement des manufactures et du commerce par une pratique volontariste.

  1. Le Colbertisme (mercantilisme à la française)

Colbert (1619-1689) Ministre de Louis XIV, protégé de MAZARIN, et rival de Fouquet

Un mercantilisme manufacturier et commercial, dirigiste et protectionniste. C’est un développement « industriel » fortement encadré par l’Etat avec lois protectionnistes et fabriques étatiques.

Comparaison avec l’Angleterre et la Hollande : Mêmes objectifs,

La recherche de la suprématie dans les échanges grâce à une balance commerciale suréquilibre

Le Colbertisme est un mercantilisme dirigiste, de type commercial et manufacturier.

Développement de l’industrie manufacturière avec création de monopoles et de fabriques d’Etat : ces manufactures d’Etat sont protégées par des droits de douanes prohibitifs.

Ex : tapisseries des Gobelins et de Beauvais, manufactures d’armes de Tulle et de St Etienne

Dans le domaine commercial, fondation de grandes compagnies commerciales maritimes avec privilèges et monopoles : les compagnies maritimes contribuent au commerce entre la métropole et les comptoirs commerciaux

Développement de la marine marchande et militaire

Développement des infrastructures : réseaux de canaux et routes

Fortification des ports maritimes

En Angleterre et en Hollande, le mercantilisme est plus souple, de type commercial et financier

  • Suprématie sur les mers

  • Les Hollandais fondent les 1eres compagnies maritimes

  • Les Anglais créent un monopole sur le commerce des épices

Les succès du Colbertisme

A permis d’assurer l’indépendance économique et financière de la France

A permis de créer une activité manufacturière fondée sur la qualité et le savoir-faire français (importation de matières premières à bas prix et exportations de produits finis de luxe)

A permis de développer un réseau routier et maritime important, donc de désenclaver les campagnes.

Jusqu’à la mort de Colbert, les finances publiques sont équilibrées. Mais à sa mort, on observe une détérioration liée aux dépenses somptuaires du roi et aux dépenses militaires. Lorsque le régent prend le pouvoir en 1715, les finances publiques sont dans un état désastreux.

  1. Le mercantilisme fiduciaire de John LAW (1671-1729)

John LAW propose au régent la création d’une banque centrale en France émettant des billets gagés sur l’activité économique.

John Law est un écossais arrivé en France en 1714 (il s’est très vite enrichit grâce aux jeux d’argent).

Il se forme une réputation de boursicoteur. Il rencontre le Duc d’Orléans ( le régent) et lui propose en 1716 de créer la Banque Générale :

  • Elle émet des billets convertibles en échange de dépôts de monnaie métallique (or).

  • Peut racheter des effets de commerce (traites) contre des billets (banquier avance l’argent au créancier moyennant commissions et agios).

Le montant des billets en circulation dépasse alors la quantité d’or détenue dans les caisses de la Banque.

  • Comment le bouclage du système est-il possible ?

L’idée de LAW = le supplément de billets créé par la banque est gagé sur les profits réalisés par l’activité du commerce extérieur.

L’Etat prend le contrôle des principales compagnies de commerce maritime (compagnies du Mississipi, d’Occident, …) et crée une seule grande compagnie (Compagnie Perpétuelle des Indes)

Les créanciers de la Couronne peuvent échanger leurs créances contre des actions de la compagnie dont on attend de gros profits.

L’émission de billets est gagée sur les stocks d’or déposés st sur l’activité de la compagnie.

L’Expérience fonctionne bien jusqu’en 1720. En 1718, la banque Générale de vient la banque Royale (et LAW est nommé contrôleur Générale des Finances). Mais en 1720, l’expérience est menacée par une bulle spéculative que LAW n’arrive pas à contenir.

1720

Bulle spéculative sur les actions de la compagnie qui passent de 500 à 15000 livres (disproportionné par rapport aux possibilités de mise en valeur de la Louisiane)

  • Perte de confiance dans les billets

  • Panique : les actionnaires vendent, les porteurs veulent échanger leurs billets en or.

  • Banqueroute : LAW s’enfuit à Venise et la Banque Royale disparaît

Il faudra attendre Napoléon (1800) pour créer la Banque de France (bien que privée).

Elle n’obtiendra le monopole de l’émission des billets qu’en 1848 (et c’est seulement en 1945 que la banque de France est nationalisée.

Le mercantilisme est une pensée pragmatique qui n’a de portée que par les résultats concrets qu’elle a permis de réaliser. Ainsi, avec l’échec de John LAW, ses idées n’ont pas été reprises.

Pour les mercantilistes, la pensée économique est au service du Roi.

Mais avec le développement commercial et manufacturier, les comportements des différents agents économiques sont de plus en plus perçus comme autonomes (logique propre indépendante de la volonté du Roi). A la fin du 17ème siècle, le mercantilisme est donc vu comme une pensée insuffisantes (trop dépendante du Roi, la pensée mercantiliste ne va plus de soi, les agents agissent indépendamment de la volonté du Roi).

Deuxième Partie : 18ème siècle

  1. Contexte historique : la Naissance du Capitalisme

Le 18ème siècle voit l’émergence du capitalisme.

Le capitalisme est un système d’accumulation du capital (càd de la richesse) fondé sur la recherche du profit.

Il se caractérise par : la propriété privée des moyens de production, le salariat (marchandisation du travail) et la liberté des échanges (marchés en concurrence).

  1. Naissance en Angleterre

  • 1ère révolution industrielle à partir de 1750 centrée sur la métallurgie et le textile.

Elle est déclenchée par le mouvement des enclosures : les gros propriétaires terriens imposent au parlement le vote de lois obligeant tous les propriétaires à enclore leurs domaines.

Conséquences : Appauvrissement des petits propriétaires (enclosures non rentables) et des paysans (qui ne peuvent plus bénéficier des terres communes).

Une main-d’œuvre agricole migre vers les villes et constitue la classe ouvrière. Apparition de la société capitaliste divisée en 3 classes : capitalistes, rentiers, ouvriers.

Cette 1ere révolution industrielle née en Angleterre s’étend progressivement aux autres pays d’Europe durant toute la 1ère moitié du 19ème siècle.

  • 2nde révolution industrielle (1860-1920) centrée sur l’électricité.

Il s’agit d’un développement simultané en Angleterre, aux USA, en France et en Allemagne.

  1. En France

Industrialisation progressive tout au long du 18ème siècle.

Fin 18ème, l’économie française reste à dominante agricole (plus des ¾ du revenu national proviennent de l’agriculture.

Mais l’agriculture commence son déclin

1ère cause : il se manifeste par l’augmentation de la superficie des terres incultes alors que les manufactures et le commerce continuent des se développer.

2ème cause : Ce déclin de l’agriculture française est lié à la misère des populations rurales (les terres sont chargées d’impôts, de redevances royales et seigneuriales, et les cultivateurs sont corvéables à merci).

  • Police des grains pour contrôler les prix et prélever des droits sur les marchés et des foires

3ème cause : Louis XIV a attiré à la Cour les nobles ayant de grands domaines pour les faire dépendre de son pouvoir. Il a suscité en eux le mépris de l’agriculture et les a pousser à la dépense de luxe pour les endetter. De plus, la politique de Louis XIV a pour but de priver les nobles de leurs terres afin d’avoir la main sur eux

Conséquences :

  • Pas d’investissement dans l’agriculture

  • Consommation de luxe florissante pour le commerce et l’industrie

  • Les paysans abandonnent progressivement les terres et campagnes

(Alors qu’en Angleterre, le mouvement est très brutale et liée au mouvement des enclosures, en France le mouvement est beaucoup plus progressif tout au long du 1_ème siècle et une bonne partie du 19ème siècle.

  • Les capitalismes marchand et industriel s’ancrent de manière progressive mais certaine dans la société française.

Mais il faudra attendre la 2nd moitié du 19ème siècle pour que le capitalisme financier s’installe en France

QCM du 13/02/2013

12/02/2013

2. Naissance de la Science Economique

L’Economie=un système autonome régi par des lois différentes

  • Des lois divines

  • Des lois de la cité

  • De la volonté du Roi

  • Des lois naturelles

(Interdépendance des agents économiques)
Paradoxalement, la science économique est née en France et non pas en Angleterre.

Chapitre 1

François Quesnay et l’Ecole Physiocratique

1750-1776


  1. Un précurseur


Cantillon (1697-1735)

Banquier d’origine irlandaise

1755 : Essai sur la Nature du Commerce en général

Il s’interroge sur l’existence de lois régissant les marchés.

Si les biens circulent c’est parce qu’ils sont recherchés pour eux-mêmes, c’est-à-dire qu’il ont de la valeur.

Donc, la théorie de la valeur doit être au centre des théories de marché.

Il constate :

  • Les individus recherchent la richesse

  • La richesse provient de ce qui a de la valeur

  • Un supplément de richesse provient de ce qui crée de la valeur



Cantillon propose une théorie dualiste de la valeur entre la valeur intrinsèque et la valeur de marché de ce bien.

La valeur intrinsèque d’une chose est proportionnelle aux coûts de production (facteur travail et terre), c’est la quantité de terre et de travail nécessaire à sa production.

La valeur de marché est le prix ou la valeur d’échange.

Ces deux valeurs sont-elles égales ?
Autant la valeur intrinsèque du bien est toujours la même, autant la valeur d’échange peut varier en fonction de l’équilibre Offre / Demande.

Il faut donc faire la distinction entre la valeur monétaire d’un bien = l’apparence (prix sur le marché), et la valeur réelle du bien = la réalité (la quantité de facteurs nécessaire à sa production)

  • Comment égaliser la valeur intrinsèque et la valeur d’échange d’un bien ?

Il faut équilibrer Offre et Demande. Pour cela, il faut laisser faire le marché.

  • Comment mesurer la valeur intrinsèque d’un bien ?

A partir de la quantité de travail et de terre nécessaire pour produire le bien. Au 18ème siècle, les salaires sont proches du niveau de subsistance.

Conclusions de Cantillon

Postule qu’il existe des lois économiques qui reposent sur une théorie de la valeur. La source de toute la valeur est la terre (quantité de terre nécessaire à produire le bien). Ces idées vont être développées, systématisées et enrichies par les physiocrates.

  1. François Quesnay et l’Ecole Physiocratique

« L’Ecole physiocratique fut la première à présenter le fonctionnement d’une économie en termes de classes sociales » Joan Robinson

Principales idées

  • Le domaine économique = régi par un système de lois (physiocratie => sciences de la nature)

  • Le système repose sur la circulation des biens et de la monnaie entre les classes sociales (tel une circulation sanguine, la monnaie et les biens circulent dans l’économie entre les classes dans un circuit fermé)

  • Ces flux de monnaie et de biens sont quantifiables
  1   2   3

similaire:

Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience) iconProgrammes 2008
«Tout élève doit être capable «d’avoir conscience de la dignité de la personne humaine»

Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience) iconLes ecrivains français entre conscience et militantisme europeens (1919-1945)
«bâtards de l’Europe entière» qu’Hitler dénonce à travers l’un d’entre eux, Richard Coudenhove-Kalergi

Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience) iconAccueillir, altérité, centralisation, chrétienté, complot, conscience,...
«Fille aînée de l’Eglise» se retrouve dépouillée de sa puissance d’antan. Mais si c’était la chance d’une nouvelle naissance ? Quelle...

Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience) iconDifférentes facettes de la Laïcité
«communautés». La laïcité scolaire est nécessaire aux titres du respect de la liberté de conscience et de la formation des jeunes...

Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience) iconLes causes de la rupture
«culte reconnu» et fait de l’Eglise une association de droit privé. C’est la fin du Concordat et l’invention de la laïcité à la française....

Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience) iconCaractériser une personne et son action en rapport avec la situation étudiée- robert Schuman

Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience) iconLe laboratoire de la liberté (B)
...

Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience) iconNote d’intention
«humain», cela se gagne, cela se perd, cela se crée, cela s’oublie c’est une perpétuelle lutte entre désir et patience, entre contrainte...

Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience) iconRapport du Congrès de Rome
...

Rapport direct entre la personne et le divin (liberté de conscience) iconCours 2 La République, les religions et la laïcité en France depuis les années 1880
«raison» et l’ «obscurantisme» religieux. L’expérience de la Ière République (1792), qui instaure une «liberté de conscience» et...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com