C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce





télécharger 209.34 Kb.
titreC’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce
page2/6
date de publication30.10.2017
taille209.34 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6

Chapitre 3 : l’économie des temps moderne



Début : fin XV

Fin : 1789
Cette époque s’ouvre avec la renaissance. Elle est appelée ainsi car a cette époque là on redécouvre toutes les grandes œuvre intellectuelle de l’antiquité. Elle se caractérise aussi par la mise en valeur de nouvelles valeurs morales. C’est une période ou la place de l’homme change de place, il aquiére une place centréle dans le monde. Il se développe aussi l’humanisme. Celui ci va se développer grâce à l’imprimerie.

On passe ensuite à la période classique. Ce sont les notions d’ordre qui deviennent primordiales. Au XVIII se développe la philosophie des lumières. C’est avec la philo des lumières que vont être développé les valeurs de bonheur et de progrès. Ceci va aussi se traduire par le libéralisme.

Sur le plan politique on assiste à plusieurs événements :

  • les geurres de religions : du au développement du protestantisme : elles se transforme peut à peu en guerre civiles. Ces guerres on ruiner une partie de l’activitée économique pendant une cionquazntaine d’année. Ces guerres s’arrête grace à l’édit de nantes.

  • La fronde : c’est une guerres civiles strictement politique qui émane des parlement et des aristocrates. Les un et les autres vont contester le pouvoir monarchique. Ceci se passse au milieu du XVII. C’est une source de désordre économique et politique pendant une vingtaine d’années.


Sur le plan économique on distingue 3 phases :

  • le XVI siècle : Il y a un effacement de l’ancien système économique qui se fait progressivement.



Section 1 : Les agents de l’économie
Vers le milieu du XV il y a une amélioration de la démographie. Ceci permet à la France de retrouver son niveau démographique du XIV siècle. La France jusqu’au du XVIII siècle va connaître des crises démographique. Ces crises seront très sporadiques. Ces crises sont du aux famines, épidémies et guerres. La population va se stabiliser entre 15 et 20 millions. C’est seulement à partir du XVIII siècle que la croissance démographique sera continue. En 1790 la population Française est de 28 millions. Avec ces 28 millions la France est le pays le plus peuplés d’Europe. Cette augmentation est aussi un faccteur de déstabilisation éco car l’éco agricole ne peut pas suivre. Elle va aussi faire naître un déséquilibre entre les villes et la campagnes.
§1 : L’état
Le mercantilisme va connaître son appogé entre le XV et le XVIII. Les souverins vont mettre en œuvre des politiques conforme avec cette idées. Le mercantilisme va être mis à mal par le liberalisme
A°) Le mercantilisme
Celui ci repose sur un objectif précis. Il faut que l’état s’enrichisse par l’accumulation de métaux précieux. On ne cherche pas a produire de la richesse mais acculumé des capitaux qui existe déjà. Il faut les attirer puis les conserver sur le térritoire nationales. De cela résulte trois principes :

  • la conquête de métal précieux doit être la première préoccupation de l’état

  • Tout mettre en œuvre pour la conservation des stocks de métal.

  • Pour parvenir a atteindre ces buts il faut une économie dirigé ce qui aboutit au dirigisme. Il faut que l’état s’incère dans l’économie.

Les états mercantiles vont réglementer le commerce et l’industrie. Ils vont aussi contrôler les douanes. Il faut freiner les importations et favoriser les exportations. Ces principes sont communs a toutes les grandes nation européenne du XIX.

Cette période commence avec Louis XI puis se tasse. Ces pratiques mercantilistes vont atteindre leur apogée sous le règne d’Henri IV(1589-1610) et de Louis XIV.

Sous le règne d’Henri IV on va asssiter à la systématisation du mercantilisme. Elle est l’œuvre de 2 personnes : Sully et Laffémas. Sully va instauré un contrôle des dépenses et des recettes de l’états. Il va favoriser l’industrie de luxe (soie, tapisserie) car ils s’exporte facilement. Pour le commerce interieur il va cherhce a l’améliorer en rénovant tout les voies de communications (route cannaux prot). Avec sully connaît un redréssement économique. Certaine région s’étaient éffondrer pendant les guerres de religions. Elles se relèveront grace au commerce plus fleurissant. Laffémas fut le successeur de Sully. Il va s’intéresser au commerce et aux manufacture. Ils prend plusieurs mesure de type mercantiliste. Il va autoriser la libre entrée des matière première mais va en interdire la sortie. L’importation des produit manufacturés sont interdite. Il veut favoriser la production national en favorisant l’entrée des matièrees première et facilité l’exportation des produit fini. Les villes comme Lyon qui s’étaient spécialisé dans le commerce internationale sont contre ses mesures.
Jean bapioste colber est un homme très important. C’est le ministre eplus important du roi. Il cumul d’autre fonction. Il dirige également la marine et la maison du roi. Il est polivalent. Il est entièrement gagnè par les idées mercantiliste. Il va élaborer une politique très dirigiste et protectionniste. Il va également centraliser le pouvoir politique et économique.

En matière agricole : Colbert ne s’interrese pas beaucoup au activité agricole. Seulement à travers les produit que l’on peut en retire au niveau militaire. Il va s’interresser au arras et au forêt (marine). En mati ère commerciale Colbert se montre plus présent. Pour lui il faut retirer les taxe sur les produit importer qui vont être utiliser en manufacture, énormément taxé les produits finis importer et alléger les droits de douane sur les produit fini exporté. Il a une attitude extrêment protectioniste. Cette politique va déclencher une guerre entre les pays bas et la France. Colbert va crer de grandes compagnies commerciale spécialiser dans le commerce maritime internationale. Elles vont toute faire faillite mais néanmoins ses éffort ne vont pas être vint car ces effort vont dynamiser le commerce français qui va se développer tout au long du XVIII siècle. Dans le domaine industriel, le Colbertisme va remporter les plus grand succès. Il va créer les manufactures, ce sont les prémisses des industries. Elles vont former le premier tissu industriel français. À la fin du XVII siècle, il y a environ 400 manufactures dans le royaume. Certaines manufacture sont rester très connus. Les manufacture sont dans les secteurs de pointe : manufacture des goblains et de saint gobain. L’objectif de Colbert cherhce une autonomie de la France (d’éviter d’importer). Il se penche aussi sur les secteurs anciens de l’industrie c a d la métalurgie et l’activité textile. Finalement avec Colbert la carte industrielle de la France existe déjà. L’industrie française est extrêmement performante jusqu’au milieu du XVIII. Dans le domaine de finance, colbert tente d’améliorer le système financier de l’états. Il parvient à équilibrer le budjet de l’état. Il va limiter la dette publique. Sur le plan fiscal, Colbert éssaye de rendre l’organisation fiscal plus égal. Ces tentative sont de courte durée car a sa mmort elle disparaisse définitivement. Après Colbert le système fiscal sera inégalité et en déficit. En 1683, après sa mort, les résultats de la politique de Colbert sont très positif . Néanmoins les actions de Colbert vont peu à peut s’éffacter. Ceci est du a plusieurs choses :

  • la révocation de l’édit de Nantes : on revient à l’intolérence religieuse. Ceci va conduire à la fuite de 200 000 protestants. Il emporteront leurs capitaux avec eux

  • Les guerres mener par Louis XIV : Le relations avec les pays en guerre sont détruites.

  • La mise en place d’une réglementation tatillone qui va paraliser l’industrie française. On aboutit a une stagnation de l’industrie. Ceci tombe mal car c’est l’époque des grande inovatio technique.

  • Le Colbertisme est batut par le liberalisme


Dès le début du XVII siècle des voix s’élève pour réclamer la libertée du commerce. AU XVIII sicèle se développe l’idée que les manufacture doivent être autonomes. Ce n’est qu’a partir de 1751 que les principes libéraux font triompher.
B°) La physiocratie et le libéralisme
Cette nouvelle conception s’établie au milieu du XVIII. On voit apparaître le laisser passer laisser faire. La physiocratie est la version française du libéralisme. Il y a2 type de physiocrate :

  • les théoriciens : François Quesnay : + 1774

  • Les pragmatiques : il veulent faire passer le libéralisme dans les fait : Turgot (+ 1781°)


1°) Principies physiocratiques
« physio » : nature

« cratie » : puissance , pouvoir

Pour les physiocrate les phénomène économique sont dérive de ceux de la nature. On voit que la physiovratie s’oppose au mercantilisme car dans la physiocratie ce qui est important c’est la connaissance de la nature et l’activité économique qui en découle. Pour eux la terre est l’unique source de toutes les richesse. L’enrichissement vient du travail de la terre. Ainsi, seul la production agricole est la véritable production. C’est la sacralisation de la terre. Pour les physiocrate l’argent de produit rien. Toute les autre activitée (sauf l’agriculture) ne sont que des activitées de transformation de la production agricole. La propriété est indispensable pour Quesnay. Du fait de la politique mercantiliste, les dirigeant précédant on laisser l’agriculture de côté. Quesnay déplore que dans le secteur agricole il y ai beaucoup de possibilité d’expansion mais qu’elle stagne. Il propose de passé une agriculture de subsistance à une agriculture de production. Pour y parvenir, Il estime qu’il faut reconnaître la liberté de culture. Il faut que chaque cultivateur puisse cultiver comme il l’entende et cultiver se qu’il veut. Si tout ce passe bien selon Quesnay, on va sortir de la simple éco de subsitance et les agriculteurs vont pourvoir faire des profits. Mais il va plus loin car il dit qu’il faut aussi la sortir d’une protection juridique pour que les individus puissent travailler librement. Il faut donc que les paysants et les artisans ne soient plus sous la contrainte des maîtres. Il faut libérer les métier de l’organisations des jurandes, et il faut libérer les manufacture de la contrainte étatiques. Il veut que l’état supprime toutes les contrainte qui pèse sur les paysans et les inductries. Quesnay apporte deux restriction à la liberte qu’il réclame, il pense que l’état doit conserver un droit de regard sur l’économie extérieur, et que son idéologie ne doit se mettre en place que dans la paysanerie. Il aurait pourtant falllu libérer l’artisanat que était enfermer dans un carcans depuis le moyen age. Il n’y a pas d’adapttion technique. Il y a une sclérose de l’économie qui à pour réaction la tentative de Turgot.
2°) La tentative libérale.
Le mouvement physiovratique s’ai exprimer par une réflexion théorique. En tout cas on costate au XIX siècle qu’un certain nombre d’action sont menée dans le secteur agricole et qu’il y a la mise en place d’une véritable économie agricole. Il apparaît que le gouvernement vuille organiser le secteur agricole. Il y a la création d’école vétérinaire et de commitée d’agriculture. On publie des ouvrage d’agronomie. Le gouvernement va essayer de briser certaine règle ancore en vigeur depuis le moyen age. Il va organiser le partage et l’achat des communaux. Il va permettre la cloture des terre ce qui permet une agriculure individuelle. D’autre mesure essaye de brisée les habitudes ancestrales. Mais cela ne profite qu’aux riches agriculteurs. Le gouvernement se fait également l’écho de la physiocratie dan s le domaine de l’industrie en mettant en place des mesure pour « libérer » l’industrie. Turgot à déjà mis en œuvre ces idée dans sa circonscription. Il va être nomé par le roi Louis XVI pour réformer l’économie. Pendant deux ans (1774-1776) la France va connaître le libéralisme. Turgot va s’entourer d’un petit commiter de personne favorable au libéralisme. Elles sont fatouchement opposer au notion de corporation. Turgot est très favorable aux libertées indivitudelles. Il va commencer par decréter la liberté du commerce des Grains. Mais ceci va provoquer des soulevement car il n’y a pas d’adaptation du marché. Sa deusième mesure c’est la suppression d’une corvée qui était du au roi , celle de l’entretient des routes. Turgot va creer un impot général payer en argent pour l’entretient des route. Il décide de mettre fin à toutes les marchandises qui ne sont pas produites dans les corporations. Sa mesure la plus importante est celle de l’abolition des corporations, c’est donc la liberté d’entreprendre et la liberté de fabrication. Mais ceci va suciter un immence tollé. Les gens ne veulent pas l’abolitions des corporation. Les maîtres de corporations vont s’y opposer mais les compagnons également. Il est possible que les compagnons se soient fait endoctriner par leur maîtres et ils étaient aussi très attacher à ce cadres de travail. Ils tiraient également une fièrter d’appartenir à une corporation. Il y a une opposition des corporations elle même mais également celle des parlement (ce sont des institution qui sont composer de juriste qui sont sensés enregistrer les textes de lois.) Ces parlement n’avait au départ qu’un droit d’enregistrement des textes. Petit à petit quand les parlements refusait d’enregistrer un texte, ils écrivaient une lettre au roi pour expliquer pourquoi ils étaient. Puis peu à peu les lettres devinrent politiques. Les Parlements sont devenus peu à peu des bastions d’opposition contre le roi. De ce fait toute les réforme tenté par le roi sont bloqué par les parlement. Louis XVI a forcé le parlements a accepter le texte mais Louis XVI est forcé de renvoyer Turgot, ce qui a pour conséquence la remise en place des corporation mais d’une manière plus souple.

Turgot en renvoyer en 1776 aprèsLe gouvernement royale ésite entre libéralisme et dirigisme. Cette ésitation est visble dans le secteur du grain et du textile. Pour stimuler ces exportations la France passe en accord avec l’angleterre. La France va baisser ces tarifs douanier. Mais la encore il y a une forte contestation générale. A la fin de l’ancien régime, les cadres traditionnels sont encores très présents. Ils constituent une contrainte mais sont également un forme de protection. On voit aussi que le système est globalement éssouflé, la France à de gros problême économique. C’est une période de crise. Cette crise se manifestepar le modèle économique. Il y a une crise des institution (la monarchie est conteste) mais aussi les ordres. A cela s’ajoute une crise financière extrêmement importante. L’état est au bord de la Banqueroute. On arrive donc a une impasse. Pour résoudre les questions urgentes, Louis XVI convoque les états généraux en juin 1789. Ce qui va aboutir la révolution qui va remettre en cause la royauté.
§2 : Les sociétés
Colbert au XVII siècle a voulut étendre se mode de production que sont les jurandes et les a renforcer. Les jurandes ont des monopole donner par l’état. De manière général la monarchie a favoriser l’appartion et le maintient des jurandes au début du XVIII siècel . C’est le principale mode de production économique jusqu’au début du XVIII siècle. Elles peuvent êtres très nombreuses dans certaines villes comme Paris. Il y en a d’autre beaucoup plus libérales comme Lyon ou il y a trsè peu de comunautée de métiers. Ces communautées veulent acquérir des privilèges. Dans certain cas les jurandes sont très utiles comme chez les appoticaire qui ont besoin d’un contrôle. Certaines de ces activités connaissent une concentration de capital et de main d’œuvre. C’est le cas de l’imprimerie, de la papetrie et du textile. Les corporations sont extrèmement importantes jusqu'à la fin de l’ancien régime mais leur images est ternis car on les accuse de vouloir simplement garder leur privilège. Au milieu du XVIII siècle le gouvernement interdit la création de nouvelles jurandes. C’est la révolution qui supprimera définitivement les jurandes.
A°) Les sociétés de personnes.
Ce qui est déterminant c’est la qualité des associés. Ce type de sociétées est parfaitement définit néammoins une société de personne n’est pas toujours décelable. A cette époque on ne dit pas de quelle type de société il s’agit ; les textes sont assez floue. Les choses commences a changer avec Colbert, il va organiser le droit des sociétés. Il va être a l’origine d’une grande ordonance : l’ordonance du commerce. Son bit est d’unifié le droit commercial. Il organise les sociétés de personnes et laisse complétement de cotées les sociétés de capitaux.

Les sociétés de personnes osnt la forme de société la plus répendus. Il y en a trois catégories :

  • La société générale : société en nom collectif : dans ce cas la société doit porté un nom d’un associé. Dans ce type de société tout les associés sont commercant. Elle est créer pour un petit nombre d’année. Dans ce cas les associés sont solidaire. Tout le monde est reponsable des actes de chacun. Comme se sont des société de personnes, si un associé meurt il faut dissoudre la société. Le capital n’est pas important, ce qui est important c’est le savoir faire des associés. Ce sont souvent des société familliale. On les utilise pour tout type d’activitée commerciale.

  • La société anonyme : on l’appelle anonyme car il n’y a pas de statut écrit. Elle sont anonyme car elles sont souvent constituer que pour une seule affaire. On les créer pour un but précis. Ex : société de guerre de courses : société que l’on fait avec des corsaires. (Les corsaires agissent pour le compte du gouvernement). Le corsaire va attaquer des bateau sous ordre de l’état. Quand l’opération réussit, le corsaire a l’autorisation de vendre les biens qu’il a acquis. Les bénéfices sont partager entre le corsaire et son équipage et les spéculateur. On utilisait donc la société anonymes pour garder un certain secret. Evidement les société de ce genre pouvait faire apparaître des abus.

  • La société en commandite : Dans cette société, il y a deux type d’associté ; Il y a ceux qi vont gérer la société et puis il y a ceux qui vont simplement apporter les capitaux. C’est une société de personnes mais dans laquelle ont fait apporter des capitaux de l’extérieur. Ceux qui donne l’agent sont les commanditaires et ceux qui gère la société sont les commandité. La responsabilité des commanditaires est limité au montant des capitaux qu’ils apportent. Mais les commandités sont solidaire. Ces sociétés pallient l’absence banque comme institution ; il n’y a pas de crédit. Comme il est interdit au menbre de la noblesse et du cleger de faire du commerce, ce type de société leur permet de placer leur argent et de le faire fructifier. La structure de cette société est utilisé dans l’ancien régime dans le domaine du commerce coloniale. Cettte société se trouve a mis chemin entre les société de personne et les sociétés de capitaux.


B°) Les sociétés de capitaux
Dans ces société la personne des associés n’est pas primordiale. Ce qui est important c’est la capitale qu’ils mettent en commun. A la fin d’ancien réfime il y a deux forme de sociétés de capitaux 
1°) Les sociétés créer par le roi
Elles sont créer par l’autorité centrale pour le commerce coloniales. Elles sont ignauré par l’ordonnance de Colbert car elles ont caractère un peu spéciale car seul le roi a le capaital. Les première société de ce type apparaisse en hollande. La France va prendre modèle car les expérience mener sont très fructueuse. Colbert va donc créer de grandes compagnies commerciales. Il institut la compagnie des indes orientale et occidentales ect… Ces comagnie fonctionnent toutes a partir d’un modèle. En premier lieu , il y a toujours un acte royale qui préside à leur fondation ; ce sont donc des société publique. Cette acte ffondateur fixe également leurs status. Le capital est divisé en actions et de plus les actions sont librement vendables. La responsabilité des associés est limité par leur montant en apport. Il y a une assemblée générale des actionnaires pour examiner les comptes des actionnaires. C’est généralement le roi qui est majoritaire. Ce sont des société qui font du commerce mais elles sont aussi chargé d’administrer des térritoire colloniaux. Cela signifit que le roi vas leur actroyer des prerogative de puissance publique : ex : la compagnie du sénégal aura le droit de rendre la justice. Certaine de ces compagnie auront le droit de dirigé une armée. De plus elles obtiennent des monopôles commerciaux pour un temps limités dans les térritoire dont elle est chargée. Les société de capitaux ont pour origine directe ces compagnie coloniales. Avec le développement de l’industrie ont va avoir besoin de société ayant le pouvoir des dréner beaucoup de capitaux. On va donc assiter à la création de sociétés privées.

2°) sociétée de capiaux purement prives
Elle ne tirent pas leur origine de ces sociétée coliniales. Ces société résulte de l’évolution des sociétées de personnes . Elles connaissent un démarage difficile sous louis XIV. Puis au millieu du XVIII siècle leur nombre croient du au libéralisme croissant. La France comence a s’industrialiser et ses société vont être utiliser pour rassemblé l’argent dont on a besoin. Toutes les classes sociales sont intéressées par les sociétés de capitaux car elles représente une source de revenue. Leur mode d’organisation facilité d’investissement en liquidité. Dans ces société on organise un système de négociabilité des parts. Pour être attractive les société de capitaux mettent en œuvre le système de non responsabilité au de la du capital investit. Par contre tout n’est pas clairement déffinit comme la notion d’action (prise d’intérêt ou obligation donné par la société à l’actionnaire) De même la notion de capital social n’est pas très bien définit. On a du mal à considéérer le capital étant propiété de l’entreprise et non celle des actionnaire. Au XIX les actions sont nominatives, pour les vendres la procédure est très lourdes. On voit à la fin de l’ancien régime la création des action au porteurs (c’est un titre portant simplement un numéro). A la veille de la révolution, le titre au porteur fait partie intégrante de la vie économique. Les sonciété par actions sont dirigé par des administrateur, des conseil d’administration et des assemblée d’actionnaire. Il y a une grande différence par rapport au soc coloniale c’est que les actionnaires ont un véritables pouvoir. Ces soicété n’apparaissent pas dans l’odonnance de collebert et se sont donc créer dans un vide juridique.
C°) Les société à priviléges
1°) Les manufactures
Ce sont des entreprises qui rassemble en un même endroit des métiers différent. De plus elle produise des produit avec la protection du roi. Le fait nouveau est le rassemblement de plusieur corps de métier. Elles se multiplient sous l’influence de colbert. Ellees échappent aux système des jurandes, elles sont donc autonomes. Ce sont des établissement privilégié par la royautée qui se traduit par un monopole. Elles sont le bien souvent appeler maison du roi, dans ce cas l’état est totalement propriétaire ; ce sont en grande partie les arsenaux. Les autres manufactures sont appelees manufacture royales mais elles n’appartiennent pas au roi , elles sont privée. Elles s’appellent royales car elles ressouvent des aide financière du roi ansi que des privilège. Ces priviléges sont le plus souvent des monopoles de vente (dans une province ou dans tout le royaumes), accessoire (dispensé des règlement de fabrications), des exemptions fiscales, anoblissement du fabriquant ou naturalisation des ouvriers étrangers. L’état dans les manufacture se trouve particulièrement attentif au recrutement, ils cherche a attirer les ouvriers les plus qualifiés. Il veut que les manufacture soient des entreprises de l’exélence. Colbert n’hésite pas à débauché des ouvriers à l’étrangers. Ils y a aussi les manufactures privilégiers qui ne ressoivent par d’argent de la part du roi mais seulement des privilèges. Toutes ces manufactures sont surveillées de très près. Elles sont intéressantes car elles sont représentatives de l’esprit français mais aussi car certaine était très importante. Techniquement ces sociétés sont des sociétés en commandite.
Section 2 : cles secteurs d’activité.
En angleterre au milieu du XVIII siècle commence la révolution inductrielle, elle a été précéder d’une révolution agricole en 1760 en reméttant en cause le principe des champs ouverts. On passe alors aux système de clotures de térrain puis au remenbrement des parcelles. Ceci va transformé le paysage agricole. C’est le démarage de la révolution inductrielle. Cette révolution va permmetre l’innovation de technologie nouvelle (ex : machine à vapeur). On voit alors l’apparrition du machinisme qui va affecter la manière de travailler. Ex : l’industrie textile en angleterre. On voit aussi la multiplication des haut fournaut. On constate également que dans ces deux secteur (métalurgie et textile) il y a une augmentation de la demande.
1   2   3   4   5   6

similaire:

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconFiche 18 augmentée. Complément au cours sur le mouvement culturel de l’humanisme au xvie…
«la Renaissance». Ce terme est une appellation moderne. Au Xvie siècle, on 'parle plutôt de «restitution» ou de «restauration» des...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce icon5 agents économiques 5 époques de la pensée économique
«Si on gagne au loto, on s’enrichi mais pas l’entreprise». Le mercantilisme enrichi les pays qui le pratiquent mais ne développe...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce icon2002: En quoi les crises économiques et financières majeures marquent-elles...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconNina Brunard ece1 Jean Charles Asselain Histoire économique de la...
«la rupture des années 30 est nette en ce qui concerne la croissance de la pduct°»(p76)

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconNapoléon La Chambre noir de Longwood, Jean-Paul Kaufman Le Consulat (A)
«Ni bonnets rouge, ni talons rouges» «J’assume tout : de Clovis au Comité de Salut Public» «Le gouvernement ne veut plus et ne voit...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconChapitre 4 : entreprises, structures economiques et syndicalisme XIX
«L'Entreprise. Fin de siècle, nouveaux défis ?», Problèmes Economiques, n 591 592, 18-25 novembre 1998

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconRechercher et recopier les définitions de constitution, parlement
Dans les années de la fin du 19° siècle et du début du 20° siècle jusqu’à l’éclatement de la Grande Guerre, le monde a pu apparaître...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconRéflexions sur un capitalisme pluriel
«les étapes de la croissance économique» sous entendu en système capitaliste. IL se demande comment on est passé d’un stade précapitaliste...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconTranscription du désarroi ressenti par l’homme de la fin du xvie...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce icon«Questions pour comprendre le xxe siècle.»
«Croissance économique, mondialisation et mutations des sociétés depuis le milieu du xixe siècle.»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com