C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce





télécharger 209.34 Kb.
titreC’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce
page6/6
date de publication30.10.2017
taille209.34 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6
§2 : Le commerce extérieur
On voit une augmentation globale du volume du commerce extérieur. On distingue deux périodes
A°) 1815 – 1860
Les exportations augmentes, elles concernent éssenciellement les produits industriels. La clientels visés est essencielement celles des pays anglo-saxons. Cette clientelles achéttes des produit de luxe, a forte valeurs ajoutée et des produit textiles. Durant cette période les importations sont limité. En effet le tarif douanier sont très importants. Pendant la monarchie de juillet on met en place une politique plus libérale. On réduit notament les tarifs douanier. Le libre échanges et le libéralisme s’accentue après la révolution de 1848, cela va avoir des repercution sur la politique commerciale. Le gouvernement décide à partir de 1860 de ce porter vers l’extérieur. Durant cette période 80 % des échanges se font avec les pays euriopéens. Lors que la France se tourne vers le libre échange, la France apparaît en retrait.
B°) 1860 – 1914
Comme en matière agricole, les exportation ne vont pas suporter la concurrence étrangère. Il y a stagation des exportations. Cela dit les exportations de la France sont principalement des produit manufacturer et des produit de luxe ainsi que des instrument de hautes précision. Pour le reste, le commerce extérieur n’est pas très flotissant et est largement dépasser par l’Allemagne. En revanche la France deumeure durant cette période, le seconde exportateur de capitaux. Par ailleurs la France est obliger d’importer des denrée agricole. Dans le même temps l’industrie s’est contracter se qui va nuire au commerce international. La France va se lancer dans de véritable guerre douanière notament avec l’Italie. C’est un problême économique et politique.

Les divers nations recherche des débouchers vers les colonies. La France va revenir a une forme de protectionisme et imédiatement cette attitude va avoir des effet positif ;

  • l’agriculture se relance

  • amélioration de la balance commerciale extérieur des produits industriels (elles doublent de 1887 à 1913)

Les expérience de libres échange fait par la France se soldes par des échecs.
Section 3 : L’organisation bancaire et Financière
§1 : La banque et les organismes para-banquaire

L’idée qui se développe est que la Banque doit aidé les commercant. On voit l’apparition des banque d’affaire. Ce développe également la haute banque. Plus tard apparaisse les banque de dépôt et de crédit. Dans ces banques ont utilise l’argent de petit particuliers. Paraléllement a tout cela se crer des organisme para-banquiare, et l’état va très vite instaurer un contrôle sur ces organisme.
A°) La Banque de France
Napoléon veut asseoir son pouvoir sur la banque, il crer donc un poste de gouverneur nomé par napoléon lui même ainsi que deux poste de sous-gouverneur. On également l’apparition de succursales de la banque de France dans le provinces.

La banque de France est très jalouse de son statut et elles s’oppose donc a la dénomination de banque pour d’autres établissement banquiare créer après elle. La loi de 1815 proroge le monopole de la banque de Frane à émmettre des billets. Une autre loi lui assurera se monopole jusqu’en 1945.

La banque de France doit soutenir le Franc à létraznger et pratiquer une politique de régulation de la monaie sur le térritoire. Elle va également gérer les crédit.

La seconde dérive concerne l’émission de billet. En effet elle va peu à peu obtenirr un monopole total. Elle va donc quand elle prète de l’argent à l’état, faire valoir ses revenditcation. C’est donc comme cela que la banque de France va obtenir le monopole de billet dans toute le ville de France en 1840. Puis en 1848, l’état l’autorise à absorber toute les banque départementale qui deviennent des succursales. Au millieu du XIX siècle la banque de Frnace à obtenue un monopole sur tout le térritoire. Cette situation est encore amplifier à partir de 1870.

Ce n’ »est qu’a partir de 1914 qu’elle travail dans un but collectif et pour l’état. C’est une entreprise extrêmement puissante. Elle appartient à des particulier. Les action qui forme sont capitale sont très élevés et ne peuvent donc être acheter que par la grande bourgeoisie. Dans les assemblée générale on ne convoque que les plus grand actionaires ; les 200 plus importants. Ce sont eux qui choisisent les régents. On retrouve au XIX les Mallet et les rotschild qui sont rentré dans le banque de France au millieu du XIX, ainsi que le schneider. Ils élaborent une politique qui favorise les bénéfice de la banque. A Parir de 1870, les gouvernement républicain vont lutter contre l’homonie potence de la Bnaque de France. Les véritable changement vont s’oppérer à l’extrême fin du XIX ; la le pouvoir de l’état sur la banque va augmenter. On va simplement renforcer le pouvoir des gouverneur, ce qui amène une diminution du pouvoir des régents. On commence ainsi à s’orientée vers une fonction de banque beaucoup plus étatique. Après la guerre 1914-1918, la banque de France devient moins indépendante par rapport à l’état. En 1936, le Front populaire considère la Banque de France comme une deuxième bastille et veut la nationaliser. Après leur victoire aux élections, le frond populaire ne va pas la nationaliser mais il va supprimer le conseil de régence et le remplace par un conseil constituer de personne représentant divers environnement financier.

Il faut attendre 1945 et la fin de la seconde guerre mondiale pour voir arriver la nationalisation proprement dite. Elle devient donc LA banque de LA France. Elle ne travail que au service de l’état.

Au XIX la Banque de France va adopter le système d’étalon or. La monnaie n’est gagée que sur l’or. Le métale Or doit toujours être convertible en or monnaie ; l’or métal et l’or monaie doit circuler librement dans le marché internationale. Le papier monnaie doit toujours pouvoir être échanger contre de l’or. Cette idée se généralise et est adopter par d’autres pays comme l’Allemagne.

Cette forme d’organisation a contribuer à la stabilliter monnaitaire qui caractèrise le XIX siècle. C’est donc aussi cela qui a favoriser le commerce extérieur ainsi que les investissement internationaux.
B°) Les autres organismes bancaire
1°) Les banques d’affaire
Ce sont les banque les plus importante pendant la majeur partie du XIX siècle car elle vont aider au développement industrielle. Elle doivent aider le progret industriel, elle doivent servir les affaires. C’est donc un nouveau secteur qui s’ouvre pour ces banque. Certaine vont se spécialiser dans le secteur des affaires. On e met à pensée que les banque doivent pratiquer le crédit à faible interet pour aider les commercant et les industrielles qui se lancent.

Peu à peu l’intermédiaire naturel de l’investisseur va devenir le banquier.

La première personne à se lancer dans cette activitée est Laffite. Il présente sont projet au conseil d’état. Laffite connaît se domaine puisqu’il a été gouverneur de la banque de France. Il veut que sa banque finance toute les nouvelles inventions dans le commerce, l’insutrie, l’agriculture ou la finance. Il n’accorderai de crédit que pour les activitée nouvelle. Mais le conseil d’état refuse le rpojet car le conseil d’état est assez conservateur mais aussi car Laffite est dans l’opposition. Il va donc qui attende quelques année pour concrétiser son projet. Il va recevoir l’apuis du roi Louis philipe, et il va donc crer sa première banque d’affaire : la caisse générale du commerce et de l’industrie en 1837. Mais cette banque va rapidement faire faillite.

L’idée est reprise sous le second empire par les frères pérères. Il reprène l’idée de la banque d’affaire en 1852, le crédit mobilier. Il veulent aider tout les commercant et les entrepreuneurs. Elle a d’ailleur pour but d’investire elle même dans de nouvelles affaires. Elle va financer les grands travaux comme l’expansion des chamins de fer et la métalurgie. Les frères pérrère ont voulus concurencer la banque de France et ils ont cherhce à obtenir du gouvernement le monopole de l’aide financière à l’industrie et au commerce. La banque de France va s’y opposer et elle va donc faire préssion sur le gouvernement qui va refuser d’accorder le monopole au frère pérère. Le gouvernement va retirer son aide au Crédit mobilier et il fait faillite en 1866. Après cette faillite, il y a plusieur année sans qu’il y est de banque d’affaire en France. Mais le procéssus redémare avec la fusion de la banque de Paris et celle de Pays-Bas après la guerre contre la Prusse. Cette fusion va donner PariBas.

Les activitée nouvelle se centre autour de l’électricité, du pétrole et de l’industrie chimique. L’idée est toujours de facilitée le développement d’industrie nouvelle. Paribas s’engage également dans le crédit à long therme se qui est nouveau à l’époque. Ces deux activité forme le noyau dur de la banque. En 1981, il y a aut la nationalisation de paribas pouis en 1987, sa reprivatisation. Cette fusion est du a un phénomène de concentration.

Une autre banque d’affaire est la banque de l’indochine créer en 1875. Comme son nom l’iondique son objectif est de s’occuper des affaire économique et industrielle dans les territoire coloniaux asiatique. Elle va avoir le monopole de l’émission des billet dans ces colonie. Elle fusionna avec la compagnie de suez, se qui donna Indosuez. Elle fut nationaliser en 1982 et privatiser en 1988.
2°) La haute banque
Se sont toujours des compagnie privée qui se sont constituer au XIX siècle. Se sont des banque de structure familiale qui sont des soicèté de persone. Elle forme groupe distainc des banque d’affaires.

On les distingue par la religion de leur propiétaire. La banque protestante est la plus renomé comme la banque Mallet ou schlumberger. La banque de religion isrélite on peut nomé la banque de rotschild.

Ces banque on aussi une autre activitée. Elle préte de l’argent à l’état ou elle place l’argent de l’état. Depuis en trentaine d’année,beaucoup d’entre elle se sont reconvertie en banque de dépôt.

Une des famille la plus marquante dans le monde de la finance est la famille rotschild. Ce sont plusieurs frère d’origine allemande qui vont s’instaler en France. Ils vont aider le gouvernement Français contre la guerre contre la Prusse et pendant la seconde république. La maison rotschild éxiste toujours, une partir qui gère les proteufeille de gens fortuner et ue autre partie qui s’occupe de gens beaucoup plus moyen.
3°) Les banques de dépôts et de crédit.
Elle fonctionne toute avec le même principe. Elle recoivent les dépots et le crédit qu’elles offre a ceux qui en ont besion ne dépasse pas le montant des dépôt qu’elles ont recut. Elles cherchent a attirer les dépôt afin de pouvoir faire plus de crédit. Pour cela elles offre un intérêt sur le dépôt d’affaire. Les première ébauche de banque de dépôt apparaisse au millieu du XIX , ce sont les comptoires d’escompte. Leur capital est consituer pour 1/3 de l’état, 1/3 de la ville ou elles sont et 1/3 de particuliers. La première véritable banque de dépôt est créer en 1860 avec le CIC. Le CIC s’inspire d’un pratique anglaise, et va crer un réseau en France, de plus le nom de CIC n’est pas présent dans les province. En effet le nom qui est utiliser est celui du la banque locale avec laquelle elle a fusionner. L’expérience est une réussite pour plusieur raisons : Elle va mettre en œuvre une politique de groupe. C’est le CIC qui a eut le première l’idée de rémunérer les fonds inactifs. Grace a tout cela elle va réussir a attirer des fonds industriels et commercant.

Mais le plus important a été la création du Crédit lyonais par Henri Germain. Avec cette création on va assister à la démocratisation de la banque. Il est le premier a pener qu’on peut auss i si’nterresser à la petite épargne. Il réalise que le niveau de vie des français a augmenter et que le patrimoine des grandes famille à été frationer. Tout cela fait que de plus en plus de gens possède de l’argents.

L’idée est qu’en drainant tout ces petit pécule cela pourrait faire une somme conséquante.

Henri Germain fonde alors à Lyon en 1863, le crédit Lyonais. Il va attirer les petits porteur en créant de petite agence de cartier. Il va aussi instituer un certain nombre de service aveec l’ouverture d’un compte : un coffre fort, un chéquier, virement gratuit. Il va également proposer des opération de bourse. L’ouverture du compte est subordonné à un dépôt de petite valeur, environ 50 franc Or.

Très vite la banque va créer de nombreuses succursales. En fait le crédit lyonais éssait dès le départ de devenir un grand magazin banquaire. Tout est fait pour ne pas géner le client. L’expérience est une réussite, son capital va pouvoir augmenter et le nombre de ces succursalles aussi. Après le crédit de lyonais l’autre banque du même type vont se créer comme la société générale quia été nationaliser en 1945.

1965 : fussion de la BNCI et de la CNEP qui va donner la BNP.
C°) Les organisme para-banquaire
Il n’ont pas a l’origine d’exercer une activitée banquaire.

Tout d’abord il y a le crédit municipal (mond de piéter), qui pratique le prèt sur gage. C’est une création napoléoniaine. Deux type de clientelle sont visée : les particuliers ainsi que les commercants. Le crédit municipale emprunte a un taux très bas et préte à un taux très élevé. Le crédit municipale a le monopole du prèt sur gage.

Il y a aussi la caisse des dépots et des consignations. C’est un organisme privée qui gère les somme d’argent déposer chez lui ou les somme d’argent qui sont affecter à une destination particulière ou des sommes que l’on doit immobiliser.

L’argent des caisse de retraite et d’apargne est siture à la caisse des dépôt des consignation. Elles possède beaucoup de liquidité. Elles spécule et place cet agrents. Cet organisme a beaucoup d’influence dans le monde financier.

La caisse d’épargne est aussi un organisme parabanquire. Elle est créer en 1818 par un groupe de financier philanthrope. Ils veulent aider les gens a constituer un épargne en cas de besion. Ce sont au départ des organise de prévoyance. Elles visent à l’origine les domestique et les ouvriers. La caisse d’épargne va répunérer l’épargne et on va créer le livret de la caisse d’épargne. Le second but de la caisse d’épargne est plus moralisateur, car un des grnad fléau du XIX est l’alcollisme et donc les fondateur pensent que si l’ouvrier ou le domestique dépose sont argent à la caisse d’épargne, il n’ira pas de dépenser pour boire. Un troisième but est aussi de faire basculer les ouvrier vers le concervatisme politique. On veut qu’en épargant, les ouvriers et le domestique soit préocuper par l’avenir de leur argent et donc ne veulent plus faire de révolution. On veut embourgeoiser les prolétaire. Ce système va très bien fonctionner. On va compléter le système en créant dans le dernier quard du XIX les ciasse d’épargne postale se qui va permttre au gens habitant à la campagne d’ouvrir une épargne. La caisse d’épargne est une sorte de paliatif à l’absence de sécurité sociale.

Le dernier organisame para-banquiare est le crédit focnier. Il est créer au millieu du XIX siècle. C’est aussi un moyen qui a été créer pour palier la carence de l’état en matière d’assurance sociale. C’est un organisme dont le but est de procurer de l’argent aux propriétaire fonciers. C’est surtout une clientelle d’agriculteur. Cette argent est rembourser grace à des anuitée payable à long therme. Ces prèts sont garantit par le système des hypothèques. Ce système va avoir une importance considérable sur la société française de la fin du XIX et du début du XX car il n’éxiste par de retraite pour les profession libérales. Un médecin va par éxemple prendre un prèt au crédit foncier et achetre un immeuble. Pendant la durée du prèt, les loyer servent a rembourser le prét et lorsqu’il s’arrète de travailler le loyer sert de rente. L’essentiel de la bourgeoisie française à fonctionner comme cela entre les deux guerre.
§2 Les assurance
Deux phénomène sont a l’origine du dévelopement des assurance en France. La première c’est que la France va chercher à pacifier la vie du pays et on va pousser l’investissement. Les banquier vont donc chercher d’autre formules de financement. Cette techniques est importer de l’angleterre et de l’Allemagne.

Les compagnie d’assurance on un double but. Les compagnie d’assurance on vocation de se prémunir des risque de la vie. Deuxièmement les assurances servent le capitalisme car se n’est pas l’assurer qui est propriétaire de l’assurance mais une société de commerce. La compagnie d’assurance fait un bénéfice par le rapport percut des assurer et l’argent que la compagnie doit verser en cas de domage. Au début du XIX le gouvernement français est assez réticent face au assurance. Il favoriser donc l’apparition des mutuelles. Ce n’est que plus tard que le gouvernement va autoriser la création de sociétée d’assurance.
A°) Les mutuelles.
Avec la restauration, on revient a un gouvernement monarchique ce qui veut dire qu’on met en place un gourvenement qui promeut des valeeur chértienne et paternaliste. Il préfert donc le système des mutuelles. Car tout le monde se connais dans une mutuelle, de plus la mutuelle ne cherche pas à faire de gains. A partir de 1815, le gouvernement encourage l’apparition de mutuelles. On ne voit apparaire que des mutuelles couvrant les risque d’incendie. Laffite va créer un mutuelle qui s’appelle la royale. Le système est simple mais est aléatoire. On fait un contrats et a la fin on calcule la somme que l’on doit payer pour indemniser les dommages. Il n’y a pas de cotisations fixe. Donc très rapidement le système évolue dans deux direction dans le domaine de calcule des cotisation mutualiste. On va créer un fond de reserve. Leur domaine de couverture va s’étendre au meubles ainsi que les risque de gel, d’inondation… Peu à peu les mutuels vont perdre leur caractère initiale et vont se transformer en sosciété d’assurance à caractère mutuels. Elles ont donc un fonctionement identique au société d’assurance,mais il faut un carctère particulier pour y rentrer. Ex : mutuel agricole… Elles ont donc un caractère sécurisant pour les adhérants.

A coté des mutuelles il y a le monde des technocrates et des financiers, et on vas donc admettre la création des scoiété d’assurance à primes fixe
B°) Les compagnies d’assurance à prime fixe
Dans ces compagnies l’assuré n’est pas actionnaire de la société et pay chaque année une prime fixe à partir d’un contrat. La société récolte toutes les primes d’assurance de ses cients. Elles vont investire dans de portefeuille d’action ou préter de l’argent en banque si elle s’y sont affilier. Elle sont donc vu comme de véritable entreprise. Certaine compagnie d’assurance éxiste toujours comme les AGF, le GAN…

Ces sociéter fon voir leur domaine s’agrandire. Dans le domaine maritime ; on commence par permettre la création de sociéter prenant en charge le risque maritime. On voit en suite des société d’assurance vie. Au XIX siècle, l’assurance vie est très mal percut. Se sont des contract qui présente un risque particulier car si la compagnie fait faillite, le cotisat perts tout.

Les compagnie d’assurance vont considérablement se dévloper car elle vont profiter des innovation technique du XIX ex : le gaz en ville : création d’un assurance contre les risque lié au gaz ; la création de l’automobile : création de l’assurance automobile… Il y a également des assurance lier au contexte particulier du XIX s iècle. Durant cette époque il y a beaucoup de mouvement insurectionelle. Les compagnie vont donc créer un contract sur les risque lier a la dégradation du matérielle en cas de grèse ou d’insurection. Il y a aussi un assurance créer pour couvrir les accidents professionnel. A partir de 1804, on aplique les principes généraux de la responsabilité civile. C’est à dire qu’il faut prouver la faute de celui qui a causé le dommage. Si cette personne est responsable, elle doit réparer la faute sous forme pécunière.

A partir de 1865, a la demande de Napoléon III, les compagnie d’assuranec commence à prendre en compte ce risque de l’assurance professionnelle. Comme elles se font très rétissante, on vote une loi sur les accidents du travail. Cette loi se substitut à la responsabilité civile. Dans cette loi on va détreminer comment on va évaluer la responsabiliter et on va donner injonction au assurance de prendre en compte se risque. La responsabiliter est partager entre l’employeur et l’employer. On va donc établire une réparation forfaitaire qui se répartir entre l’employer et l’employeur.La moitier à la charge de l’ouvrier et la moitier à la charge de l’entreprise. La part qui est payer par le patron est payer par une assurance obligatoire. L’ouvrier de son coté est aussi obliger de souscrire une assurance. Donc celui qui est vistime est sure d’être indemniser.

Toute l’évolution va consister à faire pesée de plus en plus la balance vers l’employer. La cotisation des ouvrier va baisser et la cotisation des patroin vont augmenter.

Finalement a la fin du XIX la France compte neviron 80 société d’assurance à prime fixe et de très nombreuse mutuelles. Ces mutuelles constituent des société maniant de masses de capitaux très important. Les compagnie d’assusrance sont constituer sous la forme de société par actions coté en bourse. Se placement est le placement privilégier du bon père de famille.

Les assurance se multiplie et pour éviter un développement anarchique, la loi va freiner ce développement. On assiste à l’émergence du droit prive de l’assurance.
Le développement du système banquaire et des assurance refléte la monniatarisation de l’économie. Le role de la monnaie devient de plus en plus important au cour de cette période. Quatre facteur se sont conjusguer et expliquer cette monétarisation :

  • l’urbanisation croissante : en effet le mode de vie urbain inplique des échange nationaux et internationaux. En ville il n’y a pas d’autconsomation et

  • elle baisse dans les campagne car l’agriculture se spécialise au XIX et que le agriculteur ont besoin d’acheter les produits qu’ils ne produisent pas

  • L’augmentation du niveau de vie et augmentation des échange de marchandise

  • La modification des système de distributions

Le développement du role de la monnaie a pour indice plusieur chose. On voit au cours du XIX que la valeur des billet croit. Entre 1850 et 1913, la valeur des billets est multiplier par 13. On voit aussi l’aumentation de la vitesse de circulation de la monnaie pendant tout le XIX. Il y a ausssi de dévelopement du role considérable du capitalisme.

Tout cela a pu se faire grace à la modernisation du système banquaire.



1   2   3   4   5   6

similaire:

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconFiche 18 augmentée. Complément au cours sur le mouvement culturel de l’humanisme au xvie…
«la Renaissance». Ce terme est une appellation moderne. Au Xvie siècle, on 'parle plutôt de «restitution» ou de «restauration» des...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce icon5 agents économiques 5 époques de la pensée économique
«Si on gagne au loto, on s’enrichi mais pas l’entreprise». Le mercantilisme enrichi les pays qui le pratiquent mais ne développe...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce icon2002: En quoi les crises économiques et financières majeures marquent-elles...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconNina Brunard ece1 Jean Charles Asselain Histoire économique de la...
«la rupture des années 30 est nette en ce qui concerne la croissance de la pduct°»(p76)

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconNapoléon La Chambre noir de Longwood, Jean-Paul Kaufman Le Consulat (A)
«Ni bonnets rouge, ni talons rouges» «J’assume tout : de Clovis au Comité de Salut Public» «Le gouvernement ne veut plus et ne voit...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconChapitre 4 : entreprises, structures economiques et syndicalisme XIX
«L'Entreprise. Fin de siècle, nouveaux défis ?», Problèmes Economiques, n 591 592, 18-25 novembre 1998

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconRechercher et recopier les définitions de constitution, parlement
Dans les années de la fin du 19° siècle et du début du 20° siècle jusqu’à l’éclatement de la Grande Guerre, le monde a pu apparaître...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconRéflexions sur un capitalisme pluriel
«les étapes de la croissance économique» sous entendu en système capitaliste. IL se demande comment on est passé d’un stade précapitaliste...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce iconTranscription du désarroi ressenti par l’homme de la fin du xvie...

C’est au xvie siècle que la science économique se développe. On voit apparaître des ouvrages de réflexions économiques (ex : Jean Bodin : la monnaie 1596). Ce icon«Questions pour comprendre le xxe siècle.»
«Croissance économique, mondialisation et mutations des sociétés depuis le milieu du xixe siècle.»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com