Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939





télécharger 177.8 Kb.
titreLes relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939
page1/4
date de publication30.10.2017
taille177.8 Kb.
typeCours
h.20-bal.com > économie > Cours
  1   2   3   4

Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939

Annie Lacroix-Riz, professeur d’histoire contemporaine, Université de Paris 7



Le dossier colonial franco-allemand fut lié à l’évolution catastrophique du commerce international sous « l’influence de la crise » et notamment de la poussée du protectionnisme américain. Les « revendications coloniales allemandes »   formule générale des fonds spécifiques du Quai d'Orsay – empruntaient souvent, dans les milieux patronaux, le masque du « commerce international », mais pas exclusivement. Ils invoquaient certes le besoin pressant de matières premières, le manque de devises, les règles impératives de la liberté de commerce vantée par Wilson contre l’exclusivisme colonial des vainqueurs du Reich. Mais ils se saisirent aussi de tous les thèmes politiques liés à la récupération de l’empire perdu ou aux gains coloniaux escomptés de la guerre, c'est à dire la prise des empires ennemis : vol honteux de la propriété allemande; contestation de l’éminente capacité des Allemands à civiliser les peuplades sauvages, aussi scandaleuse que la condamnation à « réparer »; droit du Reich aux matières premières dévolues aux seuls vainqueurs. Chantal Metzger perçoit dans le traitement de la « question coloniale » par les décideurs – bourgeoisie impérialiste, mouvements et partis, des « wilhelminiens » aux nazis   le reflet de divergences : elle relève la répugnance à l'égard des colonies des nazis bon teint qui, obsédés par l’espace vital à l’Est, auraient redouté dans l’aventure outre-mer le péril d’abâtardissement de la race aryenne1. Je vois dans ces discordances une division du travail, d'ailleurs irrégulièrement respectée : abandonnant aux « politiques » le terrain de la vindicte contre les voleurs de Versailles, le grand capital allemand allait aussi, parfois simultanément, jusqu'à l’ultime étape, la revendication de l’empire perdu et de tous les empires des vainqueurs. Ses homologues français pratiquèrent aussi la division du travail; ils laissèrent souvent à leurs délégués politiques le discours sur les droits du Reich à la réparation des injustices coloniales commises à Versailles qui, fort en vogue à Londres aussi (comme avant 1914 sur le trop modeste empire allemand), tendait à concéder aux Allemands les territoires coloniaux des autres. En revanche, ils ménagèrent avec enthousiasme les marchés coloniaux au gros client allemand, dont le réarmement requérait l’accès aux matières premières de la France métropolitaine et impériale privées de marché par la crise, le protectionnisme généralisé et le non-réarmement français; et ils discutèrent de plus en plus au fil des ans d’investissements de capitaux allemands dans l’empire – comme dans la métropole. L’ère munichoise semble même les avoir conduits au-delà, jusqu'à d’éventuels sacrifices territoriaux.
Les fonds consultés à l'occasion de ce colloque, bien que décevants, autorisent quelques avancées. Au Quai d'Orsay ne demeure que la liste des volumes 18 à 22 de la « sous-série possessions allemandes » de la série K Afrique 1918-1940 (possessions allemandes, dossier général) qui « ont disparu au cours de la Deuxième Guerre mondiale » : Cameroun; Togo; Sud-ouest africain allemand; Est africain allemand. A été cependant reconstitué un fonds homogène « colonies allemandes » 1932-1939 (vol. 799-803, dossier général), instructif sur la politique coloniale du Reich et sur la ligne britannique (surtout) et française à l'égard de Berlin. J’attendais beaucoup de la chambre de commerce de Paris, qui obtint de l’État français la tutelle du commerce colonial franco-allemand, mais la « Série VIII, Outre-mer a été éliminée en quasi-totalité en août 1964. Survenues à l’issue de la décolonisation, ces destructions semblent avoir été motivées par des considérations essentiellement idéologiques. Cette série ne se compose actuellement que de quelques épaves, principalement des dossiers de voyages. » Selon le conservateur des archives de cette institution, Olivier Cottarel (rédacteur de la note ci-dessus), c’est l’inamovible Pierre Jolly, son directeur des services techniques puis secrétaire général depuis les années 1930, qui a liquidé les fonds2. « La sous-série VI-6, relations commerciales bilatérales » à laquelle renvoyait le commentaire écrit de M. Cottarel et plusieurs autres fonds permettent de saisir le dossier colonial en tant qu’élément des relations générales franco-allemandes, thème essentiel de ce qui suit.
  1   2   3   4

similaire:

Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939 iconLes relations bancaires franco-allemandes (1900-1970) : admiration,...

Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939 iconUn fait social au cœur des relations franco-roumaines dans les années 1980

Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939 iconCompte rendu de Khôlle : L’école des Annales
«Annales» : nouvelle tendance de l’histoire française qui naît dans les années 1920 en commençant discrètement dans La Revue de synthèse,...

Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939 icon2. Bien-être et conditions de travail : thème porteur des années...

Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939 iconLa France dans la crise des années 1930

Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939 iconL e statut du travailleur frontalier dans le cadre des relations...

Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939 iconMémoires de ces conflits peuvent être identifiées au sein de la société française ?
«attentiste» : ils subissent et attendent la fin des «années noires». Certains collaborent activement (55'000 Français se sont engagés...

Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939 iconLes medias et opinion publique dans les grandes crises politique depuis l’affaire dreyfus
«Faire du journalisme, c’est mettre la plume dans la plaie». IL va faire des reportages sur les bagnes ou les conditions de vie des...

Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939 iconI- 6 siècles de relations diplomatiques, culturelles et commerciales franco-turques
«De la république des turcs» avec une étude des mœurs, et de l’organisation civile et militaire des ottomans. IL y juge les turcs...

Les relations patronales franco-allemandes dans l’empire au cours des années 1930 : quelques jalons 1933-1939 iconIV. La vie politique en France, thème 4 : La Vème République à l'épreuve de la durée
«années Mitterrand», «années Chirac» dans le contexte d’absence de forte croissance depuis la fin des années 1970. Comprendre et...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com