Programme jeudi 5 février 2015





télécharger 91.37 Kb.
titreProgramme jeudi 5 février 2015
date de publication01.11.2017
taille91.37 Kb.
typeProgramme
h.20-bal.com > économie > Programme

accueil


https://encrypted-tbn3.gstatic.com/images?q=tbn:and9gctoi4lug7vqhtycji_mn_lmx2fngdoldjc3v6ztcyvtuvx_o6wwrw


https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:and9gcspdl77ivpa4xu8b2zm6lag1zqzs6ycoxu6znhffmaovp6nfsdx




cid:4845ad6f98ec513496c6f9a6f6def5408f76df70@zimbra






Séminaire National Réseau Rural Français
" Accompagnement de l'entrepreneuriat rural et gouvernance locale :

Regards sur les réalités québécoises  et françaises "
Jeudi 5 et vendredi 6 février 2015

AGEN, Conseil Général du lot et garonne

Hôtel du Département, 1633 avenue du Général Leclerc

(Salle de l'Orangerie)

L’objectif du séminaire est d’examiner les conditions de réussite de l’entrepreneuriat rural et de la gouvernance locale au Québec comparativement à la France, en vue de dégager notamment des enseignements pour le travail du futur Réseau Rural Français et dans la perspective de point d’appui pour une coopération entre les deux pays.
Ce projet est soutenu par le commissariat général à l'égalité des territoires et la direction des politiques agricoles et des territoires (Ministère de l'agriculture et de l'agroalimentaire et de la forêt), et est financé au titre du Réseau rural national par le FEADER (Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural). Dans ce cadre, est organisée cette rencontre dans le département rural du Lot et Garonne avec le témoignage d’acteurs et de chercheurs du Québec (séminaire ouvert au Réseau rural), avec l'idée de faire ressortir des pistes et des propositions pour l'avenir des politiques de développement des territoires ruraux.
Contact : Gwénaël Doré

Mel : gwenael.dore@indl.fr

Portable : 06 07 95 86 43

PROGRAMME


Jeudi 5 février 2015
14h30

Accueil par Pierre Camani, Président du Conseil général du Lot et Garonne
14h45

Ouverture par les co-pilotes du Réseau Rural Français : Florent Guhl, Adjoint du sous-directeur du développement rural, Ministère de l'Agriculture et de la Forêt, et Représentant(e) du CGET (Commissariat Général à l'Egalité des Territoires)

Présentation du Séminaire par Gwénaël Doré, Directeur de projets, INDL
15h-17h


  1. L’évolution des politiques publiques québécoises (PPQ) de développement rural

Communication de Kamal El-Batal, Chercheur et directeur général de MRC (Municipalité Régionale de Comté)

Territoires et entrepreneuriat en France, Intervention de Fabien Nadou, Enseignant-chercheur, Responsable du Master Développement, Innovations et Marketing Territorial, Ecole de Management de Normandie
17h-19h


  1. L’évolution des structures publiques, parapubliques et autres (SPPAQ) appuyant le développement entrepreneurial en milieu rural au Québec

Communication de Bruno Jean, directeur de Chaire de recherche du Canada en développement rural de l’UQAR (Université du Québec à Rimouski)

Éléments de comparaison France-Québec, par Jacques Palard, directeur de recherches émérite au CNRS, Sciences Po Bordeaux

Conclusion de la journée avec Raymond Vall, maire de Fleurance, président de l'Association Nationale des Pôles territoriaux et des Pays et ancien président de la commission du développement durable, des infrastructures, de l'équipement et de l'aménagement du territoire du Sénat (sous réserve)


Vendredi 6 février 2015
9h15

Ouverture de la journée par Luc Paboeuf, Directeur général, INDL
9h30-12h30


  1. L’évolution de l’entrepreneuriat privé en milieu rural québécois

Communication d'André Joyal, professeur à l’Université du Québec à Trois Rivières et auteur de diverses études sur l’entrepreneuriat rural

Témoignage d'Arthur Francoeur, Analyste financier, SADC de la Région de Matane

Les dispositifs d'appui dans un Département rural : le Lot et Garonne, par Jean-Luc Giordana, Directeur de l'action économique, Conseil général du Lot et Garonne

L'expérience française des Groupes d'Action Locale LEADER, par Marc Bonnard, Président de LEADER France
13h30-16h30



  1. L’évolution de l’entrepreneuriat collectif en milieu rural québécois

Communication de Patrice Leblanc, Directeur de la Chaire Desjardins en développement des petites collectivités, Directeur du département des sciences du développement social et humain, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Témoignage de Mario Tardif, Directeur général de la Coopérative régionale de développement de l'Abitibi-Témiscamingue

Présentation du projet AFIP-FNCUMA sur l'entrepreneuriat collectif (soutenu par le réseau rural français), par Ludovic Mamdy, Chargé de Mission Création d'activités rurales, AFIP
16h30

Conclusion du séminaire par Yannick Lung, Président de l'INDL, Vice-président à la Recherche, Université de Bordeaux

LOCALISATION DU Conseil Général du lot et garonne

Hôtel du Département, 1633 avenue du Général Leclerc, Agen
http://www.cg47.fr/fileadmin/documents/carte_agen.jpg


L’évolution des politiques publiques québécoises (PPQ) de développement rural,
Dr. Kamal El-Batal,

Chercheur et Directeur général de MRC (Municipalité régionale de comté)
L’objectif de la communication vise à faire un suivi chronologique de l’évolution des politiques de développement régional et rural au Québec.
Contenu de la Communication
Quelques chiffres et constats sur la ruralité québécoise

Cette section de la communication nous permettrait de nous imprégner relativement du contexte rural québécois pour ce qui de ses forces et fragilités.
Historique de développement rural au Québec

Cette sous-section relatera une séquence chronologique des faits historiques et saillants les plus importants de la ruralité québécoise depuis la fin du 19e siècle
Évolution du développement régional au Québec depuis la révolution tranquille

Cette section mettra en exergue l’approche (modèle, philosophie, etc.) québécoise de développement des régions depuis l’ère Post révolution tranquille. Quatre (4) ères marquantes des transformations, des politiques et des approches de développement régional et local-rural à savoir, le fordisme (1960-1980); le partenarial (1981 – 2003); le néo-libéral (2004 – 2014); le révisionnisme (2014 -)
Les Politiques nationales de la ruralité 2001-2006; 2007-2014; 2014-2024

Cette section expose la volonté politique de promouvoir la ruralité notamment le secteur entrepreneurial. Un survol descriptif et analytique des trois PNR nous permettrait de capter, jusqu’à un certain point, les sens, les fondements et les idéologies supportant les milieux ruraux québécois.
Fédéralisme-Provincialisme : Complémentarité et/ou ambiguïté

Tout comme le gouvernement provincial (Québec), le gouvernement canadien intervient également, par le bais de son Secrétariat rural du Canada en injectant des fonds dans la recherche, le réseau des SADC et les programme de partenariat rural du Canada. Ainsi, cette section nous permettrait de comprendre les dynamiques gouvernementales à deux étages au niveau du soutien du tissu rural québécois.

Territoires ruraux et entrepreneuriat en France
Fabien Nadou,

Enseignant-chercheur en développement territorial

Responsable du Master Développement, Innovations et Marketing Territorial,

Institut du Développement Territorial, Ecole de Management de Normandie

Introduction 

Etat des lieux et problématiques aujourd’hui :

  • Comprendre les dynamiques de création ou de localisation d’activités nécessite de comprendre les évolutions territoriales (sociales, économiques, démographiques, environnementales) des trente dernières années, en particulier en milieu rural

  • Le positionnement de l’entrepreneuriat dans les territoires ruraux : brève revue de littérature

1/ Les politiques publiques de soutien à l’entrepreneuriat en milieu rural français

Politique de pôles et mimétisme du monde urbain ?

La politique nationale, via les pôles d’excellence rurale

L’inscription dans les politiques européennes : le programme Leader

2/ Retour d’expériences dans les territoires

L’innovation en milieu rural

Le développement de filières

Conclusion

Le rural nécessite une véritable réflexion : prochain CIADT consacré au rural ?

Réussir à bien quantifier l’apport économique des territoires ruraux dans le PNB Français

Articulation urbain/rural comme nécessaire dans la cohésion et la compétitivité des territoires
L’évolution des structures publiques, parapubliques et autres (SPPAQ) appuyant le développement entrepreneurial en milieu rural au Québec
Bruno Jean,

Professeur, Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en développement rural

Université du Québec à Rimouski
La présente communication illustrera l’émergence de l’approche du développement local au Québec qui a succédé à une approche plutôt top-down de développement d’ensembles territoriaux plus vastes, une approche de développement régional. Vu l’échec relatif de ces programmes étatiques, les mêmes gouvernements en sont venus à considérer les « initiatives locales de développement » comme davantage efficientes. Ce courant du développement local puisait au Canada et au Québec à deux traditions américaines et européennes de DEL (développement économique communautaire) et de DEL (développement économique local). Nous pourrons alors montrer les similitudes entre le l’approche européenne (LEADER), canadienne (le PDC : Programme de développement des collectivités) et américaine (avec les Rural Parnertship).
À une certaine époque, une multitude d’organismes soutenait le développement de l’entreprenariat local, comme la formule « commissariat industriel » dans les villes. Les politiques publiques récentes ont fait en sorte que deux grands réseaux d’intermédiation se partagent l’action en matière de développement local au Québec depuis 1997, date de la création des CLD (Centre locaux de développement), soit ce réseau des CLD et le réseau des SADC-CAE (Société d'aide au développement et Centre d'aide aux entreprises). Nous analyserons alors plus en détail la mission des organismes et leur approche en termes de soutien au développement local, notamment dans les collectivités et les territoires ruraux.
Nous conclurons cette communication en identifiant quelques enjeux que le soutien à l’entreprenariat, essentiellement de type public ou parapublic dans le cas québécois, pose de nos jours que ce soit en terme de gouvernance de ces organismes ou des problématiques comme la relève en entreprise, ou encore le retournement des politiques publiques elles-mêmes avec la réorientation majeure et en cours des CLD pour une faire un outil optionnel de développement local entièrement sous la seule autorité des MRC (Municipalités régionales de comté, le palier québécois supra-local).

Institutions, acteurs et culture :

Comment est initié et se développe l’entrepreneuriat en milieu rural ?
Jacques Palard,

Directeur de recherches émérite au CNRS, Sciences Po Bordeaux
Cette intervention ne visera pas avant tout ni d’emblée à rendre compte pour elles-mêmes des structures publiques et parapubliques qui ont pour mission d’intervenir en appui au développement entrepreneurial en milieu rural. Sur un mode volontiers inductif, elle tentera plutôt d’interroger ces structures à la lumière d’une pratique de recherche multi-sites qui a eu pour terrain principal la Beauce québécoise, véritable « région-sœur » de la Vendée choletaise en France (au Nord-Est du département de la Vendée), qui a d’ailleurs servi de banc d’essai à l’observation et à l’analyse de la cette région du Québec. En contrepoint ou en complément de ces deux terrains (qui ne paraissaient pas porter dans leurs gènes l’improbable mais impressionnante réussite industrielle qu’ils continuent de connaître), l’investigation s’est également intéressée à la transformation et au pilotage de quelques territoires ruraux de l’Aquitaine placés sous la conduite d’acteurs-clés qui y exercent divers métiers du développement territorial.
Ce qu’ont en commun ces deux approches – l’entrée par les territoires et l’entrée par l’analyse des structures d’appui –, c’est l’intérêt porté aux modes de gouvernance territoriale estimés les plus efficients. La question centrale qui se trouve à l’intersection de ce double regard pourrait être formulée ainsi : comment les structures d’appui au développement entrepreneurial en milieu rural au Québec et en France appréhendent-elles les dynamiques sociales et culturelles en vue d’en tirer profit au bénéfice du système économique local ? En d’autres termes, de quelle façon ces structures d’appui s’y prennent-elles pour comprendre de l’intérieur le génie du lieu, la « conscience de place » ou les attributs identitaires des territoires cibles ? Emprunté à Clarence N. Stone, qui l’a appliqué à ses études urbaines, le concept de « régime » territorial est ici utile en ce qu’il oriente le regard vers la façon dont une société – rurale, en l’occurrence – est dirigée, c’est-à-dire vers la mise à jour des règles implicites qui y commandent les prises de décisions ou la désignation des responsables ou des représentants, ou encore vers la construction des rapports de confiance qui servent de base à l’élaboration de nouveaux projets. Ainsi, l’attention se portera principalement sur les facteurs non proprement économiques du développement économique. C’est (1) à la lumière de l’étude du processus industriel de la Beauce que seront ensuite (2) appréhendés les dispositifs institutionnels français dédiés au développement économique rural, avec l’espoir que cette confrontation à distance puisse contribuer à répondre à quelques-unes des questions qui fondent la problématique du séminaire : « quelle aide à l’émergence de créateurs d’entreprises » ; « quelles structures collectives d’accompagnement et de mutualisation inter-entreprises » ; « quel rôle du territoire ? » ; « quelle gouvernance locale ? ».


  1. L’analyse en quatre étapes du développement de la Beauce québécoise et de ses leçons. La Beauce illustre parfaitement le constat de Marc-Urbain Proulx pour qui des « territoires se positionnent mieux que d’autres, souvent limitrophes, dans la dynamique spatioéconomique » parce qu’ils sont dotés d’« une capacité particulièrement efficace pour impulser l’innovation et le développement de manière endogène »1. Ces étapes vont du constat le plus évident à la quête du facteur le plus explicatif :

    • Un processus paradoxal d’industrialisation ;

    • La gouvernance régionale : forte interaction d’acteurs en co-opétition ;

    • L’appropriation collective de l’aventure du développement ;

    • Les ressorts identitaires des Beaucerons comme ressources.




  1. Les structures publiques d’appui au développement : l’exemple de l’application régionale du programme européen LEADER2 (Liaison Entre Actions de Développement de l’Économie Rurale), dont la maturité, progressivement construite au cours de deux décennies, en fait désormais une approche territoriale intégrée en vue du développement rural

    • La définition d’un périmètre d’action et la structuration d’un territoire élargi ;

    • L’apprentissage de l’action collaborative, de la logique de projet et du partenariat (au sein des GAL, Groupes d’Action Locale) : acculturation au développement et mise en place d’une stratégie locale ;

    • La formation à la culture de l’évaluation.

PME Manufacturières en milieu rural : des exemples de succès



André Joyal,

Chercheur au CRDT (Université du Québec)
Il est fréquemment admis que les PME manufacturières en milieu rural oeuvrent généralement dans des domaines qui génèrent peu de valeur ajoutée, font appel à une main-d’œuvre peu qualifiée et soufrent de façon endémique d’un problème de sous-financement. La place relative relativement faible qu’elles occupent s'explique par les facteurs suivants :

• La faiblesse du marché régional;

• L’éloignement des autres régions du Québec. On pense ici aux coûts de transport impliqués autant pour l'approvisionnement que pour l'expédition;

• L'absence de main-d'oeuvre spécialisée. Les régions souffrent d'une pénurie d'ingénieurs et de travailleurs qualifiés. Les PME seraient obligées de recourir aux services de consultants extérieurs à leur région;

• L'absence de recherche et développement. On y voit ici un lien avec les difficultés d'obtenir de la main-d'oeuvre spécialisée.
Les secteurs d’activité les plus souvent rencontrés se rapportent à l’alimentation ou à la première transformation de produits alimentaires, à la transformation sommaire du bois, et à la mécanique peu élaborée. Ces entreprises se trouvent handicapées par un isolement qui les tient éloignées des grands réseaux d’information ainsi que des sources d’appui offertes par divers organismes de soutien généralement concentrés dans les régions métropolitaines. C’est pourquoi on estime que les entreprises en milieu rural sont marquées par un réel besoin d’information à la fois sur l’évolution des marchés et des nouvelles technologies et qu’elles cherchent de plus en plus à recourir à d’autres entreprises pour répondre à leurs besoins.
Malgré les nombreux obstacles, et contrairement à ce que les lignes ci-haut laissent croire généralement, les PME en milieu rural peuvent être innovatrices et dynamiques dans tous les secteurs d’activité. L’isolement ou l’éloignement ne sont pas insurmontables. La pénétration des marchés est un défi au départ, mais certaines PME tirent leur épingle du jeu en misant sur des conditions gagnantes comme la qualité et l’originalité de leurs produits, la recherche d’informations nouvelles, la mise en oeuvre d’alliances stratégiques et l’intégration des nouvelles technologies. C’est grâce à de telles initiatives que certaines de nos PME ont pu devenir des PME de classe mondiale. Les exemples ne manquent pas comme en font foi les neuf Universités rurales du Québec réalisées depuis 1997 d’où quelques exemples seront tirés.
En se rapportant à ce que l’usage désigne de plus comme étant la «nouvelle économie» rurale où l’information tend à s’imposer comme le principal facteur de production, les choses évoluent rapidement. Ainsi, même si les entreprises continuent d’évoluer à l’intérieur des mêmes secteurs d’activité, bon nombre d’entre elles recourent dorénavant à des équipements de pointe. C’est ce qui leur permet d’améliorer leurs produits ou d’en créer de nouveaux et, ainsi, être en mesure d’affronter les nouveaux défis que pose un marché de plus en plus mondialisé.
Sur la rive sud du Saint-Laurent, par exemple, une simple entreprise de portes et de fenêtres comme il en existe bien d’autres au Québec, se distingue par la spécificité de son produit principal, mais aussi par la détermination de son dirigeant : “ Ma seule ambition est d’être le meilleur, dit-il. Je veux prouver qu’on peut être le meilleur sans être le plus gros. Ce que les gros ne font pas, nous on le fait. ” . Une entreprise entre Montréal et Trois-Rivières parvient à vendre ses cylindres hydrauliques pour camions dans une vingtaine de pays. À son tour, son dirigeant a fortement insisté sur la qualité de ses produits. En fait selon lui, ce serait là un des principaux avantages des PME québécoises : «La grande différence entre une entreprise québécoise et une entreprise américaine c’est que les Québécois ne lésinent pas sur la qualité contrairement aux Américains qui ont tendance à être plus négligents». Ce dirigeant n’a pas manqué de signaler l’importance de respecter les délais de livraison comme facteur de succès de toute PME exportatrice face à la concurrence chinoise.
L’innovation, un atout majeur pour se distinguer sur les marchés internationaux, prend des visages différents selon les secteurs. Pour les plastiques, dont les produits sont relativement simples, c’est la technologie assistée par ordinateur qui confère à nos entreprises le statut d'entreprise innovante. Dans un autre secteur pour une entreprise au sud de Trois-Rivières spécialisée dans l'habillement, le design particulier d'une gamme pour jeunes enfants fait son originalité. Une autre entreprise, au nord-ouest de Trois-Rivières cette fois, fabrique des bennes de camion monocoques plus résistantes et d’un poids inférieur à tous les produits concurrents, ce qui lui permet de vendre en Australie. La liste pourrait s'allonger encore, mais on retient surtout l'importance de l'engagement des dirigeants de ces entreprises. La détermination, la confiance en soi et l'audace3 constituent leur marque de commerce.
Dans l’ensemble, les PME en milieu rural peuvent être innovantes en étant branchées sur les réseaux d’information et proactives pour répondre à leurs besoins d’information. On peut également affirmer que les économies d’agglomération ont beaucoup moins d’importance qu’il y a trente ou quarante ans dans le choix de la localisation des entreprises. Et surtout, l'éloignement n’est plus comme autrefois un handicap majeur pour l'essor des PME. Ne sont-elles pas à un clique de souris de Tokyo ou de Sydney?

Les dispositifs d’appui dans un département rural : le Lot-et-Garonne
Jean-Luc Giordana

Directeur des politiques contractuelles, du développement économique et du tourisme, Conseil Général du Lot et Garonne
Contexte :
Un territoire rural se doit, peut-être encore plus qu’ailleurs, d’être soutenu par les pouvoirs publics locaux. A l’aune d’une refonte de notre organisation territoriale cela reste d’autant plus vrai.

Le développement territorial (économique, touristique, agricole, culturel …) est une préoccupation constante du Conseil général qui a mis en place et développe une politique ambitieuse en faveur des acteurs économiques et des territoires.
I- Le soutien direct aux entreprises
En matière économique et de soutien direct aux entreprises, son appui est à même de couvrir toutes les phases du cycle de vie d’une entreprise.

Son intervention, définie dans un document cadre stratégique, le Schéma de Développement Economique, s’inscrit dans un partenariat étroit avec la Région Aquitaine.
1- En phase de création ou de reprise d’une entreprise existante :

Que ce soit dans le secteur artisanal, commercial, industriel ou de services et même agricole, le département dispose d’une palette variée d’outils d’aides directes permettant de soutenir les investissements et les créations d’emplois.

Le champ d’intervention est large, de l’entreprise individuelle à la PME de groupe.

Un dispositif exemplaire, le Tremplin Rural, intervient de façon forfaitaire pour soutenir la création d’emploi en milieu rural (communes de moins de 3 500 habitants).
2- En phase de développement :

Plusieurs dispositifs concernent cette phase de développement de l’entreprise, dont l’Aide à l’Investissement des Entreprises (AIE). Pour tout projet d’investissement d’une entreprise de production ou de service à l’industrie, le Département a la possibilité d’octroyer soit une subvention, soit une avance remboursable. Les recrutements de postes de pré-encadrement nécessaire au développement peuvent également être soutenus.
3- En phase de restructuration :

La vie d’une entreprise n’est pas linéaire. Des difficultés plus ou moins importantes interviennent. Le secteur artisanal est particulièrement sensible aux fluctuations des marchés. Le Département a ainsi mis en place depuis maintenant plus de 20 ans un dispositif d’accompagnement temporaire à la trésorerie par la bonification des taux d’intérêts de prêts court terme.

La transmission/reprise reste un enjeu important dans un département où 43 % des chefs d’entreprise ont plus de 50 ans. Un accompagnement via le tremplin rural permet de soutenir les projets de reprise.
L’approche départementale de l’aide directe aux entreprises est basée sur une évaluation collective du projet de l’entreprise, tant sur la stratégie, que l’emploi ou encore l’appréhension des efforts en matière de développement durable. Un dispositif unique d’éco-bonification a été à ce titre mis en place.
II- L’aide indirecte
A côté de ces soutiens financiers directs, le Département de Lot-et-Garonne investit dans des infrastructures pour donner les éléments favorables à l’installation et développement des entreprises.

L’exemple le plus emblématique reste l’AGROPOLE, avec 1 M€ / an de soutien à cette technopole dédiée à l’agroalimentaire.

Au-delà, un réseau de pépinières d’entreprises, hôtel d’entreprises ou encore ateliers relais permet de compléter l’offre d’accueil.
En matière d’accueil foncier, le Département a investi lourdement dans des Pôles d’activités d’Intérêt Régional (PAIR) aux cotés des collectivités locales : Parcs d’Activités de Marmande Sud, Pôle d’activités du Confluent, Marché d’Intérêt National d’Agen-Boé, Agrinove.

Le soutien à l’entrepreneuriat rural passe aussi par l’accompagnement financier des micro-projets. Le Département soutient à cet effet les Plate-formes d’initiatives locales du Lot-et-Garonne qui octroient des prêts à taux zéro pour ces projets.
Enfin, les démarches territoriales jouent un rôle fondamental pour encourager la création et le développement d’entreprises en milieu rural.

Le Département a ainsi instauré un dispositif particulier de soutien au développement local. Il contractualise (3 à 6 ans) avec les territoires de projets (Pays, Agglo, GAL Leader) et finance les projets retenus par le truchement d’un Fonds territorial dédié.
III- Les limites
Même si son champ d’intervention est large, la collectivité départementale se trouve confrontée à des situations d’entreprise et/ou des contextes face auxquels les solutions sont peu satisfaisantes.

Les entreprises en difficultés

Il existe peu de moyens des collectivités d’aider correctement une entreprise en difficulté. L’Etat semble le plus pertinent dans ces situations, par sa capacité à mobiliser des réseaux nationaux, voire internationaux, pour la recherche de candidats à la reprise ou à la participation au capital, ou encore par sa capacité à traiter les dettes fiscales et sociales.

Le soutien à la trésorerie

Le soutien au 1er développement (levée de fonds)

Une collectivité ne peut pas se substituer aux organismes bancaires et financiers pour soutenir les fonds de roulement et d’investissement.

Les limites budgétaires

Les marges de manœuvre réduite et la perte d’autonomie fiscale des Départements depuis la réforme de la fiscalité de 2010 limitent les capacités budgétaires des interventions directes des collectivités.

L’évolution législative

La future Loi NOTRe portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République va de plus modifier et restreindre les prérogatives des Départements en matière d’aide publique directe.
Une réflexion globale sur le soutien à l’entrepreneuriat devra s’organiser entre les Départements et les collectivités infra et supra.

Entrepreneuriat collectif en milieu rural :

Ce que le Québec peut en dire
Patrice LeBlanc

Chaire Desjardins en développement des petites collectivités

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
Le développement des villages ruraux québécois au XXe siècle est intimement lié à la présence du mouvement coopératif. Des premières coopératives agricoles ou forestières aux coopératives multiservices de proximité d’aujourd’hui en passant par les entreprises d’économie sociale, l’entrepreneuriat collectif a souvent été et est encore une solution novatrice aux défis économiques et sociaux des milieux ruraux. Cette présentation retracera les grandes lignes de l’histoire des coopératives et des entreprises d’économie sociale au Québec et présentera les mesures d’accompagnements actuelles. Les défis auxquels fait face l’entrepreneuriat collectif québécois et les solutions possibles pour y répondre seront également abordés.
Plan préliminaire de la présentation


    1. Un peu d'histoire

      1. Les premières coopératives au Québec

      2. Les chantiers coopératifs

      3. Les grandes coopératives

      4. Déclins et renaissances

      5. Les entreprises d'économie sociale

    2. Les types de coopératives

      1. De consommation

      2. De producteurs

      3. De travail

      4. De travailleurs actionnaires

      5. De solidarité

    3. Économie sociale et monde rural

      1. Les pôles régionaux de l’Économie sociale

    4. L'accompagnent

      1. Coopératives régionales de développement (CDR)

      2. Chantier de l’économie sociale

      3. Réseau d’investissement social du Québec (RISQ)

      4. Fiducie du Chantier de l’économie sociale

    5. De nouveaux champs d'intervention

      1. Les coopératives multiservices

      2. Les coopératives de santé

    6. De nouveaux modèles

      1. Les coopératives et l’économie de proximité

    7. Défis actuels et conditions gagnantes

      1. Un lien d’usage à recréer

      2. Une économie solidaire

BIBLIOGRAPHIE
ALLIE L., (2009). L'émergence des Pactes Ruraux au Québec : une politique innovatrice de développement territorialisé et d'aménagement des campagnes ? Revue d’Économie Régionale & Urbaine

BOUCHARD, M., LÉVESQUE, B. et ST-PIERRE, J. (2005). Modèle québécois de développement et gouvernance : entre le partenariat et le néolibéralisme ? Contribution au Groupe de travail transversal du CIRIEC international « Régimes de gouvernance et services d’intérêt général » sous la coordination de Bernard Enjolras (Institute for Social Studies, Oslo). Rencontre de Paris, février 2005. Copublication Chaire de recherche du Canada en économie sociale et CRISES.

CIRANO (2004). Quel avenir pour les politiques de développement régional au Québec.

CÔTÉ, L.; LÉVESQUE, B. et MORNEAU, G. (2005). L’évolution du modèle québécois de gouvernance: le point de vue des acteurs. L’observatoire de l’administration publique

EPENDA A., LEBLANC P., MOTOI I., POTVIN M. (2008). "Processus collectifs et leadership territorial." Dans M. C. Jakob et J. Reichmuth (dir.). Community Development : Local and Global Chalenges. Lucerne (Suisse): Interact Lucerne. Lucerne Univesity of Appied Sciences and Art - Social Work.


EL-BATAL, K. et JOYAL, A. (2014 -). Les pactes ruraux québécois et la gouvernance synergique entrepreneuriale. Une étude comparative des trois politiques nationales de la ruralité. Chapitre de livre en cours de publication dans le cadre d’un ouvrage collectif par la PUQ.

JEAN, Bruno (2014), « A new paradigm of rural innovation: Learning from and with rural people and communities», in OECD, Innovation and Modernising the Rural Economy, OECD, 2014

http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/urban-rural-and-regional-development/innovation-and-modernising-the-rural-economy/a-new-paradigm-of-rural-innovation_9789264205390-7-en#page1


JEAN, B. en collaboration avec DESROSIERS L. et DIONNE S. (2014), Comprendre le Québec rural, 2e édition revue et augmentée, Université du Québec à Rimouski – Chaire de recherche du Canada en développement rural – GRIDEQ – CRDT

http://www.uqar.ca/files/developpement-rural/quebecrural2.pdf

JEAN, Bruno en collaboration avec Lawrence DESROSIERS et stève DIONNE (2009), Comprendre le Québec rural, 1e édition revue et augmentée, Université du Québec à Rimouski – Chaire de recherche du Canada en développement rural – GRIDEQ – CRDT, 166 pages.

JOYAL, A. (2002). Le développement local: comment stimuler l’économie des régions en difficulté. Les presses de l’Université Laval : Les éditions de l’IQRC, 156 p.

JOYAL A., 2004, Les PME en milieu non-métropolitain sont-elles vraiment   isolées ? études des cas québécois, brésiliens et des provinces canadiennes de l'Atlantique, Revue d'économie Méridionale

https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/docs/GSC68/F11843613_Joyal_pour_Lyon.pdf


JOYAL A., POUQUAY F., EL-BATAL K. (2005), La politique de la ruralité : Le développement local à l’épreuve, Géographie, économie et Société, Vol 7, No 2

https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/docs/GSC68/F844138506_Article_pour_GES.pdf


JOYAL A., EL-BATAL K., (2007), Décentralisation et développement rural : Étude de cas québécois, Revue économie régionale et urbaine, no 2, P. 251-267.

JOYAL, A., EL-BATAL K., (2008), La gouvernance rurale à travers la politique nationale de la ruralité, Revue canadienne de sciences régionales, vol XXXI;3, p.601-614.

JOYAL, A., EL-BATAL K., (2014), Quel leaders pour une gouvernance entrepreneuriale locale : études de cas québécois, dans Acteurs territoriaux, identités et capacités entrepreneuriales, G.A.K. Dokou (dir) Paris, L'Harmattan

LEBLANC, P. (dir.), JEAN B., LAFONTAINE D., MARCEAU R., BELLEY S., BOISJOLY J., CHIASSON G., JOYAL A., PLANTE S., ROBITAILLE M. (2007). Recherche évaluative sur le dispositif des pactes ruraux et ses retombées. Rapport de recherche 1: Le modèle et les indicateurs de suivi et d'évaluation du dispositif du pacte rural, CRDT-UQAT et CREXE-ÉNAP

LETELLIER D., TREMBLAY J. (2011). Le développement social au Québec depuis 1998. Survol des Politiques, programmes, pratiques et dispositions de recherche. Cahier de l’Alliance de recherche université-communauté en Innovation sociale et développement des communautés (ARUC-ISDC) Université du Québec en Outaouais (UQO), Série Recherches, numéro 45

MAMROT (2013). Politique nationale de la ruralité 2014-2014. Une approche intersectorielle pour agir ensemble au sein de la MRC, Gouvernement du Québec

Ministère de l’Économie, de l’Innovation et des exportations du Québec (Août 2014). Portrait économique des régions du Québec

Ministères des Régions, Politique nationale de la ruralité 2003-2007 (2003), Gouvernement du Québec.

Politique nationale de la ruralité 2007-14, (2007) Une force pour tout le Québec, Affaire municipales et Régions, Gouvernement du Québec

MIRINDI, P. (2011). Les politiques nationales de la ruralité au Québec : Étude de cas de trois municipalités de la MRC des Chenaux en Mauricie. Mémoire de maîtrise en développement régional.

OCDE (2010). Examen de l’OCDE des politiques rurales, Québec, Canada

PALARD J., 2009, La Beauce inc., Capital social et capitalisme régional, Les Presses de l’Université de Montréal, http://revueinternationalepme.com/ojs/index.php/ripme/article/view/530

PALARD J., GAGNON B. (dir.) (2006). La région et ses territoires, Stratégies et acteurs du développement en aquitaine, Éditions Confluences, Presses de Sciences Po, Bordeaux

http://www.vrm.ca/region_territoires.asp


Solidarité rural du Québec (2007). Avis Pour une nouvelle Politique nationale de la ruralité


1 Marc-Urbain Proulx, « Centre et périphérie : le nouveau modèle québécois », Revue d’économie régionale et urbaine, 2012, n° 4, p. 600 ; ce numéro spécial est consacré à La science régionale au Québec.

2 Au cours de la période 2007-2013, 14 territoires ont bénéficié du programme LEADER en Aquitaine.

3 Rappelons –nous l’invective de Danton face au danger de Valmy : « De l’audace, toujours de l’audace et encore de l’audace! »

similaire:

Programme jeudi 5 février 2015 iconProgramme Angleterre Du lundi 01 février au 05 février 2016

Programme jeudi 5 février 2015 iconCompte-rendu Chantier "Travail et syndicalisme", lundi 2 février 2015

Programme jeudi 5 février 2015 iconRapport du commissaire européen aux droits de l’homme sur la France Février 2015

Programme jeudi 5 février 2015 iconProgramme 2014. Février/Mars. Mise en œuvre du programme
«Gouverner» : action de diriger et administrer, liée à son acteur principal (la France); le pouvoir exécutif (chef de l'Etat et gouvernement)...

Programme jeudi 5 février 2015 iconEva yampolsky (née le 2 juin 1981, à Odessa, Ukraine; Nationalité: américaine) Adresse
«La folie du suicide. La mort volontaire en France au xixe siècle», iuhmsp, Université de Lausanne, 19 février 2015

Programme jeudi 5 février 2015 iconI. un programme complet le 24 DÉcembre 2015 pour la rentréE 2016

Programme jeudi 5 février 2015 iconLe programme d’Histoire-Géographie a été publié au Bulletin Officiel du 26 novembre 2015

Programme jeudi 5 février 2015 iconExpositions vendôme, sur rendez-vous jusqu’au 18 février. Tours,...

Programme jeudi 5 février 2015 iconBac 2015 : révisez la philo, l'histoire, les sciences et l'économie avec France Culture
«Les Nouveaux Chemins de la connaissance», par Adèle van Reeth, diffusée de 10 heures à 10 h 54, du lundi 25 au jeudi 28 mai. Les...

Programme jeudi 5 février 2015 iconProgramme effectué de février 2003 au 5 juin 2003






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com