Avant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier





télécharger 97.75 Kb.
titreAvant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier
page2/10
date de publication04.11.2017
taille97.75 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

Dimanche 5 août
Vélo : Argentière Chavanne – 120km


François D. a une école de neige à effectuer donc nous décollons assez tôt après un petit déj. Avant, il n’y avait rien (ou si peu). Après il y eut l’averse ! La grosse qui mouille en profondeur et refroidit l’atmosphère. Le short est un peu just (comme disent les anglais) et je commence à avoir froid. Alors à la sortie de Chamonix je craque sur un poncho rouge bienfaiteur. En direction de Vaudagne nous trouvons une bien bonne épicerie où le jambon et le fromage nous tentent. Puis demi-tour. Vaudagne est trop loin, trop haut. Petit bout de descente sur la voie rapide. Un régal d’être parminos amies les voitures. La bifurcation se fait désirer. Le passage à Passy est bref, celui de Sallanches un brin plus long. On y mange et faisons sécher nos affaires sur la place du marché aux puces. Tant et si bien qu’un badaud nous demande si nous n’avons pas en notre possession un moulin à café. –Négatif m’dame ! Le brin de soleil nous fait du bien avec en fond sonorel’annonce mythique du cirque qui « sera dans votre ville ce soirEUU » !
La montée de Comboux par l’ancienne route nous sèche rapidement ; le pourcentage fait frémir d’emblée. Idem sur la route d’Ormarais. Puis la portion en direction de Megève par l’ancienne route se fait plus sympathique, nous allons bientôt aborder la descente. Pause pipi, on repart et « ploc ploc ploc» puissance beaucoup. On s’arrête pour laisser passer le plus gros de l’ondée. Et ça repart. La descente sur Ugine est rapide ; il faut faire attention et s’équiper à l’entrée des tunnels. S’en suit une confortable piste cyclable jusqu’à Albertville où un cyclo nous recommande un super resto chinois mais aussi et surtout une piste cyclable intéressante. A Aiton nous mangeons un bout puis siestons. L’orage tourne à vive allure. Deux mûres gobées et nous repartons. Re-averse brève que nous laissons passer à l’abri d’une avancée de toiture abritant un couple de personnes âgées. Et c’est reparti dans une jolie campagne jusqu’à Chavanne. Là, il faut trouver où dormir. Un autochtone nous recommande un bord de lac mais sur la route c’est un abri pour ânes déserté par ses habitants qui nous séduira. On prévient les voisins de notre présence, la proprio n’étant pas là. Selon eux il n’y a aucun problème. « Ah si, méfiez-vous quand même des sangliers, des biches, des renards, des guêpes, de l’orage et…c’est tout ». Ok. On s’installe donc, on étudie la topographie des lieux, positionnons la bâche de telle sorte qu’une inondation reste peu possible et étendons le linge sur une corde tendue par nos soins. Les cumulus s’accumulent. Nos accus mous stimulent…le sommeil. Dodo.

Lundi 6 août
Vélo : Chavanne Le pré Marcel – 50km et 1000m de dénivelé.


Dès potron-minet nous décollons. Sainte-Hélène du Lac est dépassée, cité ou le tri fut sélectif. Puis c’est la douche intense. Assez impressionnant et très inconfortable vu la propension des voitures à nous frôler. Parfois la bande cyclable est un émissaire à ciel ouvert : original ! Le temps de faire les courses et ça se calme. On est trempé mais la montée vers Sainte-Agnès nous réchauffe immédiatement tant la piste d’envole grimpe fort. Puis les virgas atteignent le sol à nouveau. Super ! Sainte-Agnès est atteinte. Le temps d’attendre Bast je m’aperçois que ma carriole à perdu un écrou. Zut, super sut ! Quoique…c’était sans compter sur l’amabilité du voisin qui remplace mon écrou illico presto l’accompagnant d’une super rondelle qui évitera que ce phénomène ne se reproduise. Au top ! Tout ça creuse, bien entendu, mais les abris semblent inexistants ici. Alors on guette de l’autre côté des clôtures jusqu'à voir une grange qui nous accueillera volontiers, nous en sommes sûrs. Alors on entre et sonnons chez le terrien. C’est une dame qui nous accorde l’entrée dans la grange où il ne pleut pas et où il fait bon manger. Les chaises en plastique qui y sont stockées nous serons multifonctionnelles. Le casse-croûte est hissé du sac. Les clous, barreaux d’échelles et autres potentiels séchoirs sont naturellement utilisés. La déco personnalisée plairait au musée d’art moderne du coin j’en suis sûr ! Un sandwich plus tard ma chair de poule devient vraiment insistante : l’organisme demande une couverture bourdelle de bourdelle ! Facile ! Une belle polaire pendouille là, totalement inutilisée. Nous nous excusons pour les odeurs peut-être « indélébiles » …
Soudain un bruit de moteur accompagné des caractéristiques crissements de pneus sur du gravier nous surprennent : l’Homme de la dame est de retour ! « Elle a pas osé, mais venez, rentrez à l’intérieur ». « heu…ben on vous suit alors !  ». Un fond de sirop dans les gourdes ? Ok. Un petit café sympathique dans une maison à température exquise ? Ok. Allez, sus aux vélos !
La reprise est rude car le pourcentage est toujours fort et la pluie aussi fraîche. Quelques statues de l’île de Pâques version Belledonne nous observent passer et la sculptrice sur bois continue son armée en contrebas. Belle ambiance dans les montagnes. Et par ces temps de sécheresse et autre canicule, finalement une petite pluie fait du bien ! Passage au col des Mouilles (que les contrepeteurs s’en donnent à cœur joie !). Et là, quelques lacets atomiseurs, mais qui n’auront pas raison de nous. Non, la pluie ne sera pas NON PLUS une excuse. Les ultimes coups de pédales se gagnent en puisant largement dans le mental. Bast passe devant, faut que je m’accroche. Allez, après ce virage ça ne peut vraiment plus être loin, on donne tout…Et là : alléluia ! LE parking, LA barrière en bois, LA source et LE refuge idéal ; propre et bien hermétique. Qu’est-ce qu’il aura fallu batailler ! La joie est immense ! On dormira là de peur de prendre la flotte sur le sentier du refuge Jean Collet. Annulation de la réservation ? OK. Alors rebelote, on se prend pour des adeptes de l’art moderne et décorons tous les clous qui dépassent, et empêchons même quelques feuilles de plantules de voir le jour, tant nos vêtements envahissent l’environnement immédiat. S’en suit un bon lavage à la source avec son bac sculpté à même le bois. Etre propre, çà a du bon !

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Avant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier iconRédaction effectuée à partir de l’enregistrement de cette conférence
Je tiens tout d’abord à remercier chaleureusement Jean Hugues Vasen, votre Président, de m’avoir invité ici ces deux jours. Je tiens...

Avant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier iconJe tiens à remercier toutes les personnes m’ayant aidé à la réalisation de ce projet tutoré

Avant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier iconAvant de vous plonger dans la lecture de ce dossier, IL est préférable...
«comtois» indique une origine. C'est en effet en Franche-Comté qu'est née cette horloge. Mais alors, quelles sont les spécificités,...

Avant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier iconLire et exploiter ses lectures en ses
Cher monsieur, je me permets de vous écrire pour vous remercier. J’ai terminé votre enquête

Avant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier iconLes femmes dans la société française de la Belle Epoque à nos jours
Nous sommes disposés à accorder aux femmes tout ce que leur sexe a le droit de demander, mais en dehors de la politique ( ). Donner...

Avant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier iconJe tiens à remercier Anne et Stéphane Couderc qui m’ont donné l’opportunité...
«mode éthique» à travers des définitions théoriques avant de dresser un état des lieux plus pragmatique

Avant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier iconMonsieur le Maire, je veux tout d’abord vous remercier très chaleureusement...
«Colonel morlaix-demozay», projecteurs allumés. Le Président d’honneur de cet aéro-club, le Colonel chambon (ER), ancien pilote de...

Avant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier iconZoom sur le zoom ou la fabuleuse histoire de l’objectif à focale variable
«fabuleuse histoire», une mise en page austère semée de clichés arides, de courbes et de schémas, tentait de rendre justice à cette...

Avant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier iconAdresse du Ministre de la défense à la promotion «Lt-Col P. Flandre»
«cahiers» qui vous parvient est le numéro quatre. Je tiens à remercier l’équipe de conception pour sa qualité et le général cuche,...

Avant de vous plonger dans cette fabuleuse aventure humaine, nous tenons, Bastien et moi, à remercier toutes les personnes qu’il convient de remercier icon«les enseignements et l’évaluation de l’histoire et de la géographie en cap»
«les enseignements et l’évaluation de l’histoire et de la géographie en cap» réalisé par les collègues du groupe de travail coordonné...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com