La seconde guerre mondiale





télécharger 66.57 Kb.
titreLa seconde guerre mondiale
date de publication22.10.2016
taille66.57 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
La seconde guerre mondiale

Introduction : la guerre la plus meurtrière de l'histoire ans engrangée de nombreuses batailles, sur la Terre, la mer et les airs.

Cette guerre va être à l'origine d'un nouveau système international (1947 - 1991), avec le conflit Est-Ouest.

I> Les causes de la seconde guerre mondiale

1) En Europe

2) En Asie

3) Les coûts de force en Europe
II> Les phases de la seconde guerre mondiale

1) Les victoires de l'axe (Allemagne, Italie, Japon)

2) Les victoires alliées (1942 - 1945)
III> La guerre totale

1) Une guerre industrielle et économique

2) Une guerre scientifique

3) Une guerre idéologique
IV> L'Europe hitlérienne

1) L’espace vital

2) L'Europe de la collaboration

3) leurs meurtres de masse

4) les résistances
V> La France, entre collaboration et résistances

1) la drôle de guerre

2) La France de Vichy

3) Les résistances

4) la libération

I> Les causes de la seconde guerre mondiale
1) En Europe
Le traité de Versailles est remis en cause. Il avait imposé une paix. Le peuple allemand n'accepte pas le traité. La France et l'Italie ne peuvent plus faire face à l'Allemagne. Il n'y a plus d'alliances pour contrer la puissance allemande. Déconfits sont dus aux causes de guerre du traité de Versailles.
À partir de 1929, les États-Unis n'envoient plus d'argent à l'Allemagne. Une crise économique et un nombre impressionnant de chômeurs s'installent. Ces chômeurs par peur du communisme de vote pour le parti nazi. Hitler peut faire ce qu'il veut
2) En Asie
Le Japon manque de matières premières et de déboucher. Ils manipulent donc la Chine.

1933 : Manchourie

1937 : littoral chinois
Ces deux attaques lancent la guerre, elle dura jusqu'en 1945. Les Chinois se défendre.

À partir de 1940, les colonies des pays qui se battre contre l'Allemagne sont envahies par le Japon.

En 1920 le traité de Washington limite la flotte japonaise. En 1941, les Japonais détruisent une grande partie de la flotte américaine à Pearl Harbour. Plus tard les Américains répareront leur flotte.
3) Les coûts de force en Europe
En mars 1936, les fascistes remilitarisent la Rhénanie, la France qui est en période électorale ne fait rien. En effet, l'entrée en conflit remettrait en cause la réélection de l'actuel chef du gouvernement.

En mars 1938, l'empire du troisième Reich aînée. (Anschluss). Le gouvernement autrichien disparaît. L'Autriche est incorporée au Reich.

En septembre 1938, la Tchécoslovaquie est dissous après plusieurs mois de crise. La France et le Royaume-Uni cesse de soutenir le gouvernement tchèque. Ils trahissent ainsi un de leur plus grand allié. Désormais, le pays est éclaté. Le pays devient un protectorat nazi.

En septembre 1939, la crise polonaise éclate. Les Allemands va traverser le couloir de Dantzig, sans payer de taxes.

L'invasion de la Pologne commence le 3 septembre 1939. Suite à cela, la France et l'Angleterre déclarent la guerre à l'Allemagne.
II> Les phases de la seconde guerre mondiale
1) Les victoires de l'axe (Allemagne, Italie, Japon)
Les victoires dureront de 1939 à l'automne 1942.
En Europe,

La Pologne est écrasée en septembre 1939. Hitler y utilise les chars et les avions, et la Pologne est écrasée en trois semaines.

En mars 1940, le Danemark et la Norvège subissent des opérations militaires.

De ces temps 1939 au 7 mai 1940, on assiste à une drôle de guerre.

Les armées se scrutent mais ne font rien.

Du 10 mai au 10 juin 1940, l'offensive sur le nord de la France, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas a lieu.

Des centaines de chats arrivent. Des supports aériens et des parachutistes sont en première ligne.

Du 10 juin au 22 juin, l'offensive sur le Sud s'effectue.

Elle va à Bordeaux, puis Dijon, et Lyon. L'armistice est signé le 22 juin à Rethondes, au nord de Paris.

La guerre en Afrique du Nord durera de 1940 à 1943.
2) Les victoires alliées (1942 - 1945)
En 7952, à Guadalcanal, on observe le premier recul japonais.

L'île d’Okinawa, prise en avril 1945, permet aux bombardiers de faire des passages fréquents. Le bombardement le plus meurtrier, en mars 1945, fut dans les premiers quartiers de Tokyo, au napalm.

Les six et 9 août 1945, sur lancer les bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. Le 2 septembre 1945, la reddition japonaise est signée.
Les fonds européens est africain commence à El Alamen, en octobre 1942. En Afrique du Nord, un million de soldats dorment argent

En 1943, au sud de l'Italie, Mussolini est renversé. Les Allemands envahissent Italie. De nombreuses batailles eurent lieu autour de Monte Cassino.
Sur le front oriental, Stalingrad marquent la reconquête en octobre 1942. Suivra Koursk en juillet 1943. À la fin de l'année 1944, toute la Russie et Liban. Les soviétiques sont en Pologne et en Roumanie. Les sièges très difficiles de Berlin se passeront en mai 1945.

L'offensive des Ardennes, en décembre 1944, fait perdre de temps aux alliés.
Une première capitulation à Reims, le 7 mai 1945, fut refusée par les soviétiques. L'Allemagne du donc signer une reddition sans condition, le 8 mai 1945.
III> La guerre totale
Les populations civiles sont impliquées. Tout le monde peut être touché par cette guerre. C’est une guerre industrielle, scientifique et idéologique.
1) Une guerre industrielle et économique
Tableau 1 page 172.
La production allemande augmente malgré les bombardements et les destructions (22 000 chars en 1940 contre 27 300 en 1944).

Les grandes régions industrielles soviétiques sont occupées par les Allemands. La production d'acier ne repart donc qu'en 1943. Pour ce, les États-Unis fournissent le matériel de reconquête.

Aux États-Unis, à partir de 1942, la production augmente. (En juillet 1941, les États-Unis déclarent vouloir assister économiquement et matériellement les démocraties). Les États-Unis fournissent donc tous les pays qui combattent les Allemands. Après leur entrain guerre, les États-Unis construisent un cargo par mois et par chantier.

La population américaine est mobilisée pour travailler dans les usines.
2) Une guerre scientifique
La création de l'ancêtre du générateur nucléaire (la pile nucléaire), et l'ancêtre des ordinateurs furent inventés.

La fusée V2 (voir page 175 nº 5), fut exploitée par le chef des scientifiques français (W. Von Braun). Il mit au point la première fusée capable d'aller sur la lune.

Les missiles V1 furent inventés. 90 % des missiles actuels découlent de ces missiles. Ce projet fut abandonné car peu fiable.

Le radar et le sonar furent perfectionnés.

Les Sulfamines soigner les plaies dues au combat. Les Allemands souhaitaient être blessés par des Américains (les inventeurs), qui les soignerai éviteraient ainsi la gangrène.

En 1941, le premier avion à moteur à réaction fut inventé par les Allemands. Le premier avion opérationnel apparu en décembre 1944.

Les Américains innovent avec les cabines pressurisées. Les aviateurs n'ont plus besoin de porter de gros manteaux.

Ces deux dernières innovations permettent le développement de l'aviation civile dans des conditions plus agréables.
3) Une guerre idéologique
Voir texte nº7 page 173
La démocratie, le monde libre est prôné. Il s'oppose aux dictatures allemandes italiennes et japonaises.

Marlène Dietrich (Allemande expatriée aux États-Unis) va soutenir les troupes américaines sur le front.

Le chancelier W.Brandt, s'est caché et a refusé de participer aux combats. (Il désapprouvait l'idéologie nazie).

Léon Degrenne (fasciste belge), bat combattre sous l'uniforme allemand. Il va combattre l'URSS.

(Photo nº 1 page 181)

Cette affiche sert à engager des belges dans l'idéologie nazie.

On a ici une opposition idéologique entre les nazies et les juifs.

Il y a une opposition entre la BBC (radio anglaise) et les affiches de propagande.

La presse clandestine et ses tracts de propagation font leur apparition.

À cause des bombardements contre les cités, il y a plus de morts civils que militaires.
IV> L'Europe hitlérienne

1) L’espace vital
Il concerne l'Allemagne et une partie de ces territoires annexés.
2) L'Europe de la collaboration
(Voir carte page 178)
Les états alliés sont en blanc.

Les états sous la dépendance de l'Allemagne sont la bohème Moravie, l'Ukraine et l’Ostland.

Les états vassaux (qui doivent obéir à l'Allemagne) sont en marron.

Les états occupés sont les pays en vert foncé, plus les Pays-Bas, les régions de l'Est (l'Ukraine, la Norvège, l’Ostland, et les territoires soviétiques occupés).
(Voir texte 3, page 179)
Les habitants de l'Europe occidentale sont traités d'esclaves. Les Allemands considèrent qu'ils ont tous les droits sur eux.
La collaboration (document nº 5 pages 181.).
1-économique, ont livrent les matières premières, les minerais, et les pièces détachées de chars à la grande Allemagne.

(Photo nº 7 pages 183), un envoi de main-d'oeuvre est mis en place. Le service du travail obligatoire (STO) est mis en place pour les jeunes, ils doivent aller y travailler, en Allemagne. Exemple : le mur de l'Atlantique.
2-politiques (voir texte nº 2 pages 182), Pierre Laval soutient l'Allemagne. La diplomatie est soumise, alignées sur les positions allemandes. Laval soutient économiquement l'Allemagne.
3-militaires, la légion Charlemagne, où toutes les nationalités de volontaires se retrouvent, par combattre l'armée rouge. 
3) leurs meurtres de masse
Des mesures antisémites ont été prises dès l'année 1933. En janvier 1942 une conférence de chef nazi a lieu (la conférence de Nansee).
(Texte nº 9 pages 187)

Après les décisions prises lors de cette conférence, différentes choses ont été décidées. Tout d'abord la déportation vers l'Est des juifs, puis l’élimination par le travail, et enfin l'extermination de ceux qui auront survécu à cette élimination par

Les outils pour mettre en oeuvre ces décisions sont les camps:

- d'extermination : les gens y vivent de quelques heures à quelques jours seulement. Ils sont éliminés par l'intermédiaire des chambres à gaz. À Auschwitz, tous les types de camps sont réunis.

- de concentration : on meurt des mauvais traitements, des exécutions sommaires, de l'épuisement et des maladies. Dans ce camp de concentration sont envoyés pour garder les prisonniers d'anciens prisonniers allemands (tueur, meurtrier, délinquants sommaires.).

- de travail : les esclaves y fabriquent les V2. Ceux qui tentent de saboter ces missiles sont tendus au-dessus des ateliers durant plusieurs jours. (Exemple : Dora).
(Voir texte nº 7 pages 186)
Les Einsatzgruppen (S. D., groupe d'exterminations), fusillaient les juifs derrière le passage de l'armée allemande dans les petits villages.

- les ghettos (Varsovie) : les Allemands essayent d'asphyxier les juifs. Ils envoient dans ces ghettos les juifs qu’ils rencontrent. Au bout de quelques mois, malgré l'entraide fournie par les membres de cette surpopulation, la famine s'imposa. Progressivement, un écrasement militaire se profile. En 1943, les juifs n'attendent pas ce mouvement, ils se procurent des armes et se rebellent.
(Texte nº 8 pages 186, et documents 10 pages 187)

Le bilan du génocide :

Nombre de morts dans les ghettos : 800 000

Nombres de morts à exécution (Einsatzgruppen) : 1 300 000

Nombre de morts dans les camps :

- d'extermination : 2 700 000, dont un million à Auschwitz.

- de concentration : 300 000
Le nombres total de morts s'élève à 5 100 000.
La notion de « crimes contre l'humanité », puni tous les crimes dont les civils sont victimes en temps de guerre.

Le « crime de guerre » désigne le meurtre de soldats en reddition.

Le « génocide » désigne l'assassinat systématique des membres d'un peuple.

Le tribunal pénal international (TPI) réside à La Haye, capitale des Pays-Bas.

Pendant la seconde guerre mondiale iléus million de morts dont 5 millions de juifs. Ce fut un crime industriel d'une ampleur inégalée dans l'histoire. Le « crime contre l'humanité » fut adopté pour protéger les populations civiles. Il désignait crime commis contre les populations civiles, ou la réduction en esclavage.

Nuremberg est la capitale idéologique nazie.
4) les résistances

Il y a eu des résistances en Allemagne, contrairement aux apparences, cependant, toutes ces résistances furent écrasées.

(Voir page 188, texte 2)
La résistance idéologique : elle s'oppose à l'idéologie nazie grâce à des tracts, des journaux, des affiches (presse clandestine).
La résistance militaire : on s'abattit les entreprises, les voies de communication. On a taxation de maquis (très étendue en Europe orientale, en Ukraine). Le général Tito dirige les maquisards en Yougoslavie.
Le renseignement : « l'orchestre rouge », est une organisation redoutable, au service de l'URSS. En Europe sévissent les services de renseignements soviétiques et britanniques. La Pologne fournit beaucoup de renseignements britanniques.
V> la France, entre collaboration et résistances
1) la drôle de guerre
De septembre 1939 à juin 1940, les combattants français attendent sur la ligne Maginot. Les généraux disent attendre car ils estiment que l'armée n'est pas prête. Une stratégie défensive est mise en place avec la construction de la ligne Maginot. Du 10 mai au 10 juin, une offensive allemande de détruit la Ire armée française, et le corps expéditionnaire britannique.

Du 10 au 22 juin, il y a une offensive vers le sud.

L'armistice de Rethonde, est signé le 22 juin 1940.

Le lieutenant-colonel Charles de Gaulle et P. Reynaud veulent créer une contre-offensive. En face d'eux, le maréchal Pétain, qui est là pour assurer les Français, et de nombreux ministres et fonctionnaires disent que la suite des combats est inutile. Ils veulent armistice. (Voir carte page 194). Toute l'administration de Pétain doit se plier aux directives allemandes.

Hitler veut un dictat.
2) La France de Vichy
a) un pays soumis
Les clauses de l'armistice sont dures. Les Allemands veulent garder les régions importantes. Les régions les plus de la France sont contrôlées par les Allemands. L'armée est réduite à 100 000 hommes. L'Alsace et la Lorraine sont annexées par les Allemands. Les jeunes Français se retrouvent dans l'armée allemande malgré eux. L'administration française doit obéir aux autorités allemandes. Le littoral devient une zone interdite.
b) l'état français
À la défaite des 1940 va s'ajouter une réforme constitutionnelle. Bordeaux ne peut être capital provisoire car elle est occupée. Le choix se fait donc entre Lyon et Vichy. Le central téléphonique puissant et moderne de Vichy convient. Tous les parlementaires trouvés sont réunis à Vichy.

Le 10 juillet 1940, les députés votent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Sous l'influence de Pierre Laval, des actes constitutionnels sont publiés. Ces actes, donnent au maréchal Pétain le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif. Nous ne sommes plus en présence d'une démocratie.

(Voir texte deux pages de 202)
Pendant le régime de Vichy, le parlement ne sert à rien. Il n'y a pas d'élections dans le pays, ni aucun référendum.

(Voir document un page 201)
Nous sommes en présence d'une idéologie antidémocratique et conservatrice. La IIIe République et le Front populaire sont rejetés par ce régime. Il dénonce la corruption, ils sont contre le parlement, le socialisme, la démocratie, le communisme.

La devise : travail, famille, patrie, remplace : liberté, égalité, fraternité. Tout ceci a fin de rompre l'influence de la révolution. Les sept étoiles reflètent le culte de la personnalité. (Page 203)
c) la collaboration
Le maréchal Pétain veut limiter les statuts de la défaite. Ils pensent en collaborant avec Hitler, ils obtiendront des concessions, un assouplissement des conditions de l'armistice.

Collaborer signifier :

- faire arrêter les juifs par la police française (document 7, page 203).

-fournir les productions françaises à l'Allemagne (document 5, page 203, second témoignage).
La collaboration découle de l'armistice. En octobre 1940, le chef du gouvernement français sert la main à Hitler c'est la poignée de main de Montoire. La collaboration a débuté grâce au régime de Vichy et notamment grâce à Pierre Laval. Il était une sorte de premier ministre, aux côtés du maréchal Pétain de juillet à décembre 1940. Certains généraux, comme Darlan, ont une collaboration limitée. En effet, Darlan aide les services secrets. Les Allemands font pression sur Pétain pour qu'en 1942, Pierre Laval revienne au pouvoir. Ils ne font plus confiance à Pétain. Pierre Laval revient donc au pouvoir d'avril 1942 à 1944.
La collaboration militaire : elle découle des clauses de l'armistice. Les aérodromes de Syrie sont ouverts aux aviations allemandes. L'Indochine française est ouverte. En 1940, il y a eu des combats entre les Français et les Anglais. Les marins français ont eu impression d'être trahi par les Anglais. En effet, l'Angleterre ne voulait pas que la flotte tombe aux mains des Allemands.
La collaboration politique : en octobre 1940, la publication du statut des juifs se fait. En faisant ses concessions, la France croit que les Allemands vont libérer les soldats nécessaires à la reconstitution de la France. Les juifs doivent se faire recenser dans les communes, les maires doivent relever leurs prénoms et leurs adresses. Certains maires cacheront des juifs. Plus tard, les Allemands se serviront de ces listes pour trouver les juifs et les tuer. Les opposants au régime Allemands sont arrêtés, puis livré aux Allemands. Le PPF, organisation fasciste très tard Jacques Doriot, prône le fascisme comme d'autres écrivains. Chef du parti, Doriot bascula de la gauche à l'extrême droite. Brieu la Rochelle est un grand écrivain services régime fasciste. Brasillach écrivait dans son journal : « pour moi, l'espérance et fasciste ». Il sera jugé puis exécuté à la fin de la guerre.
La collaboration économique : les usines Renault livrent leurs chars aux Allemands. Les usines automobiles livrent les camions aux Allemands. Les pièces détachées de chars sont également fournies aux Allemands. Tout le matériel français leur fournit. En 1943, débute la relève : deux jeunes Français vont travailler en Allemagne, contre ceci, les Allemands doivent libérer des prisonniers. Personne ne veut y aller. Le service de travail obligatoire est voté et oblige les jeunes à aller travailler en Allemagne. Les Allemands ne libèrent pratiquement personne. Les Allemands libèrent moins de prisonniers qu'ils ne reçoivent d'ouvriers. Au moins les deux tiers des Français ont agi pour empêcher le service de travail obligatoire. Les jeunes qui fuient ce service se retrouveront dans la résistance.

Certaines personnes ont admiré le maréchal Pétain sans pour autant adhérer à ses idées. La milice, dirigée par Paul Bouvier, est une police militaire pour combattre les résistants. Elle est organisée à partir de 1943.
3) Les résistances
a) les résistances extérieures : FFL (forces françaises libres)
La résistance refuse la défaite. La force française libre se compose de cinq à 6000 soldats qui partent en Angleterre. Jusqu'à 1943, il y a des tensions entre Charles-de-Gaulle et Winston Churchill. Les Américains ne font confiance à de Gaulle car il n'est pas connu. Il sera préféré un général célèbre en 1942 1943, les Américains vont tenter de remplacer Charles-de-Gaulle. Du Tchad et de Saint-Pierre-et-Miquelon, des soldats rejoignent l'armée française.
b) la résistance intérieure
Jean gamin fait partie de la deuxième division blindée de Charles-de-Gaulle. De 1941 à 1942, très peu de personnes rejoignent la résistance. Au printemps 1944, les bases de V1 sont révélées aux Anglais. Un peintre qui devait changer les tapisseries, a également embarqué les plans du mur de l'Atlantique, avec l'une des officiers, les tours de garde, etc.

Les réseaux sont cloisonnés de telle façon que des groupes entiers ne peuvent tomber aux mains de la Gestapo. Chaque membre ne connaissant que son supérieur. La SNCF sabote des trains. Dans plusieurs réseaux y sévissaient. Entre tous ces réseaux de renseignements et la Gestapo, les combats sont violents. Il y eut deux grandes organisations de résistance (combats, les francs-tireurs partisans, l'armée secrète, etc.), qui ne s'entendaient pas toujours bien. Il y eut des conflits entre ces différentes organisations. Dans tous les cas ils arrivaient à évacuer les pilotes britanniques qui avaient été abattus au-dessus de la France. Toutes ces rivalités étaient à propos des moyens financiers et militaires.

Afin de les réunir, Charles-de-Gaulle créa le CNR (conseil national de la résistance). Toutes ces organisations forment la FFI (force française intérieure). À ceci s'ajoutent les services secrets et les réseaux de renseignements français et britanniques.
En 19 43, les Américains veulent évincer le général De Gaulle, afin de mettre en place un commandant plus malléable. Les Américains veulent instaurer le général Darlan. Ce dernier sera assassiné par un royaliste. Les Américains pousseront alors le général Giraud.
L'assemblée d'Alger se réunit étrange entre le général De Gaulle et le général Giraud. Ils s'aperçoivent que De Gaulle a autorité sur la résistance française, ils le mettent alors au pouvoir.

Le gouvernement provisoire de la république française (GPRF) est mis en place. Il est dirigé par le général De Gaulle.
L'armée de Vichy qui se trouvait en Afrique du Nord se fait range aux côtés du général De Gaulle. Un million de soldats passe du côté de la résistance. Le général juin, puis Delattre, commanderons cette armée. Son troisième général sera le général Leclerc, avec la deuxième division blindée.

À ces combattants se joignent le reste de la flotte française. En novembre 1942, les Français ont saboté leur bateau pour qu'il ne passe pas aux mains des Allemands. Le reste de ses bateaux est récupéré.
4) la libération
Le 6 juin 1944, a lieu le débarquement en Normandie. Les alliés bombardent toute la côte de Bordeaux jusqu'à la Norvège. Le débarquement sera suivi de la bataille de Normandie. La percée d'Avrance met fin à la bataille de Normandie. La balle est arrêtée. Du côté de Mortin, toute armée est enfermée. Hitler insiste pour que l'offensive continue. C'est une erreur. On voit ici qu'Hitler n'était pas un bon commandant. Le 15 août  1944, lettre française du Nord débarque en Provence. Avec elle des divisions blindées américaines. Les trous Allemands remontent afin de bloquer lancer allier du Nord, ils ne peuvent pas. La résistance libère des régions entières (Massif central). Ces résistants préparent le terrain pour les Américains.
Les Américains avaient prévu l’Amgot, afin de contrôler le pays Français. Avec les préfectures qui tombent aux mains des gaullistes, la manoeuvre américaine stoppée.

Jusqu'à la fin en septembre 1945, De Gaulle n'a plus le contrôle du Massif central. Il a rencontré les chefs de la résistance afin de faire approuver les chefs gaullistes.

La justice populaire se met en place pour punir les faux résistants. L'épuration, c'est l'élimination de ceux qui ont collaboré avec la milice. Partout dans le pays, des lâches rasent puis traînent des gens suspectés de collaboration. Bien souvent ces résistants de la dernière heure, qui soit ont déjà collaboré avec les Allemands, ont refusé la résistance, condamne des gens innocents. En
En 1945, Pétain et Laval sont jugés. Précédemment ils avaient été emmenés par les Allemands, à Siegmaningen. Les Allemands espéraient les remettre au pouvoir après une reconquête de la France.

Les Allemands voulaient détruire Paris. Les policiers et la population se révoltent et risquent leur vie pour libérer Paris. Les policiers qui jusqu'ici avaient collaboré avec les Allemands et le régime de Vichy pour arrêter les juifs se révoltent.
La libération sera complète car la population s'est battue. Des pages de résistance allemande subsistent. Leur objectif est de bloquer le ravitaillement des Français lors du débarquement. Seulement, les Français avaient prévu des aéroports flottants. Il pouvait ainsi ravitailler les troupes. (Voir carte page 195)
La France se retrouvera dans le règlement de la paix leur désaccord de Yalta.

Conclusion :

Désormais, la France d'une puissance de second rang. En effet, ils n'ont aucun ambassadeur aux conférences de Yalta, en février 1945, est de Postdam, en juillet 1945. Grâce à Churchill, qui, en voyant le pouvoir de De Gaulle, a changé d'avis en 1944, la France récupère des zones en Allemagne. La Français également parti de l'ONU.
Pour la France, la fin de la seconde guerre mondiale et le début de la décolonisation (Syrie, Liban).
La France est un pays traumatisé, blessé. L'atmosphère est lourde. L'affaire Papon (secrétaire à la préfecture de Gironde) à rédiger des lettres de dénonciation. Bourquet a fait arrêter des résistants. Jouvier, chef de la milice, a également fait arrêter des gens.

similaire:

La seconde guerre mondiale iconCours La Fontaine, 2009 2010 «Le bilan de la Seconde Guerre mondiale (1945 1947)»
«Grande alliance» de 1941. La Seconde Guerre mondiale est bien finie : la «Guerre froide» commence

La seconde guerre mondiale iconRapport des sociétés à leur passé Etude de cas – L’historien et les...
«Paris»; 3 fois «libéré»; 6 fois «France». Toute la France a été résistante et unie dans la Seconde Guerre Mondiale, à l’entendre...

La seconde guerre mondiale iconBilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france
«devoir de mémoire» cristallisé dans des revendications catégorielles ou communautaristes, mais bien un devoir d'histoire, un devoir...

La seconde guerre mondiale iconCalendrier des séances de cinémas p9 Les tsiganes pendant la seconde...
«Une mémoire française : les tsiganes pendant la seconde guerre mondiale, 1939-1946»

La seconde guerre mondiale iconLes grandes phases d’une guerre totale : la seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale iconSeconde Guerre mondiale
«Guerre éclaire», utilisation combinée de l'aviation et des blindés qui doit permettre de rompre rapidement le front ennemi

La seconde guerre mondiale iconLa seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale iconLa seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale iconLa seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale iconLa Seconde Guerre mondiale






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com