2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ?





télécharger 25.31 Kb.
titre2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ?
date de publication05.11.2017
taille25.31 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
2000-2005-2008-2013 ;… DECLIN, PUIS RENOUVEAU, DE L’EDUCATION TECHNOLOGIQUE EN FRANCE ?
Document rédigé par Ignace Rak en décembre 2013 pour les associations PAGESTEC www.pagestec.org et AEET.
Mots-clés sur http://pagesperso-orange.fr/techno-hadf/index.html : Education technologique collège : missions ; Education technologique lycée : missions ; Technologie futur : informatique collège.
Pour moi, la période 2000-2008 a été particulièrement néfaste pour l’avenir de l’éducation technologique générale comme objet de culture en France qui est portée par la discipline intitulée « technologie » au collège. Peut-il y avoir un renouveau ? Lequel ?
Dans le présent document je tente de faire un résumé récapitulatif des raisons qui sont les causes de ce déclin, s’agissant de décisions extérieures à la discipline technologie, comme des décisions intérieures à cette discipline. Et je termine par quelques problématiques qui peuvent relancer la justification du maintien d’une éducation technologique au collège, donc de son renouveau.
Quelles décisions institutionnelles extérieures ont-elles marqué ce déclin ?
Trois grandes causes.

- Le B2i collège en 2000

. création de cette certification (intégrée depuis dans le DNB) avec des savoirs associés aux compétences réduits à néant, certification limitée au savoir utiliser des outils, puisque toutes les connaissances existant dans le programme de technologie sont enlevées ;

. toutes les disciplines peuvent désormais valider les « compétences » avec une répartition locale de cette validation collège par collège, alors que le programme 1996-2005 de technologie avait cette responsabilité nationale aussi bien pour les apprentissages (1/4 de l’horaire dédié), et en assurant donc la validation ;

. pas de validation des éléments de programmation industrielle, alors qu’ils sont présents aussi bien dans le programme technologie de 1996, mais aussi dans le programme de 2005-2008 ;
- Le socle commun dans le DNB (Diplôme national du Brevet) :

. un seul élément à valider sur (la trentaine du référentiel socle commun), est de la responsabilité de la technologie (« LES OBJETS TECHNIQUES : analyse, conception et réalisation, fonctionnement et conditions d'utilisation » et éventuellement deux avec « Raisonner, argumenter, pratiquer une démarche expérimentale ou technologique, démontrer ».).

. tous les autres éléments scientifiques et TIC peuvent être validés par les autres disciplines ;
- L’EIST (L’Enseignement intégré des sciences et de la technologie)

. l’académie des sciences (et les orientations anglophones dans le domaine scientifique), a nettement tracé en 2004-2005 l’orientation politique ministérielle : un seul professeur de sciences en 6e 5e et le rôle du professeur de technologie en 4e 3e restreint à être un professeur d’une option professionnelle ;

. expérimentation en 6e 5e sur 5 ans (2007-2012) dans trois disciplines (spc, svt, techno) sur quatre avec un modèle pédagogique unique, la démarche d’investigation ;

Quelles décisions institutionnelles intérieures ont-elles marqué ce déclin ?
Deux causes principales

- Le programme de technologie 2005

. 2003, circulaire nationale sur les horaires de toutes les disciplines au collège, avec, pour la technologie, disparition des possibilités de dédoublements par groupe en 5e, 4e 3e, donc enseignement généralisé en classe entière, sauf en 6e ;

. 2003, pour rédiger le nouveau programme, nouvelle orientation générale avec abandon officiel des savoirs et méthodes relatives aux pratiques sociales de référence du monde du travail de 1985 et de1996 (cf. compte rendu nov. 2003 de la rencontre SNES avec l’IA IPR STI, conseiller du ministre de l’époque) ;

. 2003, disparition de la revue privée spécifique des professeurs de technologie, « Education Technologique » (Delagrave) ;

. abandon de la démarche spécifique et dynamique de démarche de projet technique de 1985-2005 selon le cycle de vie d’un produit et remplacement par la démarche d’investigation statique et contemplative d’objets techniques des sciences physiques ;

. pas de prise en compte de tout ou partie des quatre démarches d’investigation industrielles et économiques du monde du travail ;

. création d’un « document d’accompagnement » sans contrainte d’application par les établissements et les professeurs (ce sont désormais de simples ressources disponibles) au lieu et place du document « recommandations pédagogiques » entrainant ainsi la suppression des recommandations horaires et des travaux de groupe qui existaient dans l’ancien document d’accompagnement, recommandations pourtant justifiées pour des raisons de sécurité et travaux sur des machines ou d’efficacité pédagogique.
- Le programme de technologie 2008

. introduction commune EIST aux programmes des quatre disciplines scientifiques (technologie, sciences physiques chimie, sciences de la vie et de la terre, mathématique), introduction imposée par la DGESCO et non rédigée par la commission d’experts en technologie ;

. restriction de la technologie à trois domaines techniques (transports, habitat et génie civil, domotique), ceci en supplément des quatre disciplines de base (mécanique, électronique, économie et gestion, automatismes) ;

. passage de 23 compétences instrumentales et notionnelles exigibles en fin de cycle (parmi 144 notions et compétences disponibles non exigibles) à plus de 240 connaissances exigibles ;

. fabrication désormais limitée à des maquettes et prototypes au lieu et place de réalisations de produits vendables ; la seule partie conception est conservée, et encore, elle ne va pas jusqu’à l’industrialisation qui est pourtant un facteur décisif dans la connaissance et la formation en France en déclin industriel ;

. fabrication collective sans répartition de rôle technique, au lieu et place de réalisation en équipe, ou individuelle, de produits en série ;

. suppression dans les nouveaux documents ressources d’accompagnement, de la notion d’enseignement en groupes restreints ;

. suppression des horaires de répartition entre chacune des six parties du programme 2008, dont les TICE ;

. suppression de la responsabilité pour la technologie des apprentissages de base aux TIC et des horaires fléchés qui étaient indiqués (1/4 de l’horaire) ;

. pas de formation continue obligatoire à ces 3 nouveaux domaines techniques (transports, génie civil et habitat, domotique), et à la démarche d’investigation ;

. suppression du financement par les parents des produits fabriqués, sans alternative d’autre financement ;
. 2011, pour le recrutement des professeurs, suppression du CAPET spécifique technologie collège et inclusion de la technologie dans un nouveau CAPET SII ;

. 2013, projet de suppression de l’heure de laboratoire en technologie.
Résultats et conséquences

- une discipline technologie qui a perdu petit à petit son identité ;

- pour les professeurs, des perspectives et des utopies en panne faute d’une sérieuse analyse didactique des résultats de leurs efforts pour mettre en place les programmes entre 1985-1996 et 2005-2008 ;

- pour les chercheurs et les formateurs, une absence de contributions et d’idées pour demain, malgré des travaux existants des laboratoires universitaires de recherche, et un certain « attentisme-suivisme » des orientations et programmes sans une analyse profonde du fait d’un certain retrait vers des recherches sur l’histoire de la discipline, davantage que vers des études d’une éducation technologique pour demain ;

- avec comme exemples de résultats dans les collèges (pour imager),

. dans la prise de mesure de dimensions d’objets techniques, remplacement du calibre à coulisse par le réglet ;

. dans le découpage des matériaux, remplacement des machines à découper ou à commande numérique par des ciseaux ou cutter, puisqu’il s’agit désormais de matériaux limités au carton ou à des feuilles de papier ;

- etc.
Quelles décisions à venir peuvent-elles éventuellement contribuer à enrayer ce déclin ?
Pour 2013 et au-delà : renouveau possible, mais comment ?
Il faut toujours avoir de l’espoir. C’est ce qu’expriment certaines associations et syndicats qui ne « négligent » pas la défense de la discipline « technologie » au travers de la défense globale de l’existence des disciplines.
Quelques faits concrets de ces derniers mois.
Du coté associatif
Il y a d’abord notre association PAGESTEC qui a inclus le terme « défense » dans les objectifs de ses statuts. Voir notamment les résultats d’une grande consultation de fin janvier 2013 avec 1289 réponses, un 1e volet : « Les apprentissages "numériques" dans la technologie collège » et un 2e volet, « votre avis sur l’EIST » accompagné de la position de PAGESTEC sur cet enseignement expérimental. Puis, toujours sur le site PAGESTEC, en juin 2013 les résultats d’une grande « consultation nationale sur les programmes » avec 1026 réponses.

Il y a ensuite ce qui a été généré par les associations AEET qui vient de renouveler son conseil d’administration, et l’AEAT, elles ont réuni pas moins de 12 associations lors de la réunion du 17 décembre 2012. Le compte rendu en 14 pages qui existe est sur le site de cette association.

Du coté ministériel
Il y a des axes de réflexion dont ces différentes associations se sont emparées dans un contexte 2013-2014 du projet de loi de refondation de l’école, fondée sur au moins deux points clés intéressant les professeurs de technologie au collège : l’effort de réindustrialisation de la France, avec l’un de ses corolaires, l’intégration d’un enseignement du « numérique » qui ne soit pas un simple enseignement aux « usages » des ordinateurs et logiciels, comme actuellement, mais aussi un apprentissage de base à un certain nombre de concepts et savoirs informatiques qui en font un « objet » d’enseignement indispensable et complémentaire aux usages (cf. l’action de l’association EPI).

Le nouveau Conseil supérieur de l’education (CSP) organisme consultatif et mis en place fin 2013, a lui-même comme mission de réécrire tous les programmes du collège, dont celui de technologie.
Du coté des Académies
L’Académie des technologies qui a publié le 1er février 2013 un avis et des recommandations sur « L’introduction de la technologie au lycée dans les filières d’enseignement général S, ES et L», offrant peut être ainsi une voie pour un enseignement au lycée des professeurs de technologie en poste. Ce document a fait l’objet d’une analyse disponible sur mon site personnel.

L’Académie des sciences qui a publié en mai 2013 un avis et des recommandations sur « L’enseignement de l’informatique en France. Il est urgent de ne plus attendre ».

Ces deux tentatives soulignent peut être une plus grande prise en compte de réalités actuelles du monde du travail et des entreprises avec ses prolongements curriculaires refondant les futurs programmes de l’école, du collège et du lycée.
Pour ma part j’ajoute qu’il ne faudrait pas oublier une plus grande la prise en compte au collège des solutions techniques propices à une « éducation technologique au développement durable » qui s’inscrivent dans l’avenir et que certains pays Européens ont déjà engagées concrètement à partir de l’un des modèles formalisés existants celui de J. Rifkin dans son ouvrage « La troisième révolution industrielle ».
C’était ma contribution personnelle au débat, je garde pour ma part mes objectifs rédigés en 2012 - Education technologique au futur : les valeurs que je défends et ma charte.

C’est cela qui me guide.




similaire:

2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ? iconL’education technologique au maroc : actualite 2005-2006
«secondaire qualificatif» se déroule sur 3 années : tronc commun, 1re année du baccalauréat, 2e année du baccalauréat

2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ? iconI-pourquoi l’Europe se découvre-t-elle alors une vocation coloniale ? (1830-1910)
«réparation», reconnaissance des méfaits du système colonial (loi Gayssot, puis loi Taubirat de 1997, puis loi de 2005 sur le «rôle...

2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ? iconL’Éducation scolaire
«La Colonisation française, vue à travers les manuels scolaires depuis 1880» (mars 2005)

2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ? iconRésumé Depuis «2000 ans»
«Ethiopia shall soon stretch out her hands unto God» : 2000 Years of Ethiopian State

2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ? iconTable ronde «le chaos» le 27 février 2008, Clusir Rhône-Alpes
«la maîtrise de l’information est la clé de voûte du dispositif de gestion de crise» (cf., Thierry Libaert, 2005)

2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ? iconL’atelier artistique, creuset de l’interdisciplinarité
«sujets ennemis» ou «indésirables» et notamment de nombreux allemands. En août et septembre 1942, 2000 juifs, hommes, femmes et enfants...

2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ? icon* 2000 ans d’histoire de France (indice : 94)

2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ? iconEmission de radio – France-Culture – 25/1/2005

2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ? iconCours 10 Epistémologie 2008-2009
«Education» : terme qui vient du latin conducere : signifie conduire, terme d’introduction

2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ? iconPourquoi écrire aujourd’hui ?
«transplanet», rédigé entre 2002 et 2005, et que j’aimerais adapter sous forme de bande dessinée, puis de film (éventuellement réalisé...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com