Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique





télécharger 116.25 Kb.
titreQuatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique
page1/3
date de publication05.11.2017
taille116.25 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3
Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique
Alexandra Bidet
L’analyse systématique des Annales des Postes Télégraphes Téléphone entre 1911 et 1938 livre une chronique des manières de mesurer les conversations téléphoniques et, plus généralement, les éléments d’une socio-genèse des normes de gestion de l’opérateur historique français de télécommunications. La genèse de la catégorie gestionnaire du « trafic » s’opère à travers quatre « configurations de mesure » : une « économie de la ligne », une « économie de l’opératrice », une « économie des circuits » et une « économie du réseau ».
Mots clés : sociologie économique, normes, gestion, ingénieurs des télécommunications

Based on a systematic analysis of the review Annales des Postes Télégraphes Téléphone from 1911 to 38, the paper gives a chronicle of how it has been sought to measure telephone calls and, more generally, provides elements for a socio-genesis of management norms of the French historical telecommunications operator. "Traffic" as a managerial category has arisen from a genesis composed of four measuring configurations: a "line economy", a "connection-employee economy", a "circuit economy", and a "network economy".
Keywords : economic sociology, norms, management, telecommunication engineers
JEL : D2, Z13
 

Le trafic téléphonique est-il un objet économique ? L’institutionnalisation, ces quinze dernières années, d’une « économie des télécommunications » et « des réseaux » à l’initiative d’anciens ingénieurs des télécommunications, peut nous en convaincre1. Mais la genèse de cet objet économique s’opère en amont de sa consécration par l’économie-discipline. Les ingénieurs français des Télégraphes, confrontés dès 1877 à la jeune invention américaine, déploient pendant près d’un siècle un travail de mise en chiffres et en graphiques du téléphone. Menées en dehors de l’espace académique, leurs enquêtes posent pourtant sans relâche la question de la norme économique à travers la rationalisation du téléphone2. Une gestion téléphonique s’invente dans l’exploration d’objets de calcul et de modes d’optimisation. L’apparition de la notion de « trafic téléphonique » à la fin de l’entre-deux-guerres marque la naissance d’un nouvel objet de gestion.

Le tableau de l’ingénieur en gestionnaire peut surprendre. L’ingénieur s’avance classiquement comme un concepteur d’artefacts, un promoteur de perfectionnements techniques, rusant avec les forces de la nature pour en tirer parti3. En matière téléphonique, la fusion en 1879 de la Poste et des Télégraphes a de plus initié une profonde rivalité entre ingénieurs et administrateurs, qui oppose la figure de l’homme pratique à celle du savant, du mathématicien ou du simple technicien ; les ingénieurs ont été durablement tenu à l’écart des services d’exploitation et confinés aux « services techniques ». Enfin, le calcul économique semble de date récente. Si l’Etat rachète en 1889 les réseaux téléphoniques, il n’octroie au téléphone ni véritable financement, ni rôle économique4. Jusqu’au « rattrapage téléphonique » financé par le VIIe Plan, le téléphone est un bien rare, contingenté depuis l’après-guerre, admis très tardivement au titre d’infrastructure économique. Il faut attendre 1974 pour que le taux d’équipement des ménages s’élève en dix ans de 23 à 90 %. On construit alors en trois ans (1974-1977), puis de nouveau en deux ans (1977-1979), autant de lignes qu’en un siècle.

La figure de l’ingénieur gestionnaire est donc loin de s’imposer d’évidence5. Pourtant, la notion d’effet utile pénètre l’activité d’ingénieur d’un souci proprement économique d’optimisation. En migrant de l’art militaire aux diverses formes de « génie » civil, de la conception militaire à la production économique, de la puissance de l’Etat au bien-être du peuple, la ruse productive de l’ingénieur a accentué sa valence économique6. Au-delà des ingénieurs-économistes, dont B. Grall a renouvelé l’étude, l’ingénieur se laisserait définir comme un « ‘économiste de l’action’ dont le métier fondamental est de comparer des solutions » à même de contribuer au développement économique et social7. Le problème économique s’affranchit chez lui de la visée théorique : « les ingénieurs ne prétendent pas expliquer l’univers économique, mais cherchent à améliorer les systèmes de production », résume B. Grall8.

Leurs enquêtes présentent au sociologue une rationalisation matérielle de la pensée économique, ancrée dans les problèmes d’un espace productif. On comprend ainsi leur insistance sur la vocation éminemment pratique de leurs travaux ; ancrés dans les problèmes de l’exploitation, ils en façonnent les aspects financiers, ils en conditionnent in fine l’utilité sociale. La nécessité d’une « étude persistante » ne s’émancipe pas d’un horizon pratique :

« Pour ne parler que de choses professionnelles, l’outillage télégraphique se transforme ; les appareils à marche lente, qui suffisaient à tous les besoins, il y a peu d’années encore, doivent faire place à d’autres plus rapides. Et ce n’est point seulement la complication des organes qui s’en accroît, mais une foule d’éléments, inconnus jusqu’ici ou négligeables, prennent une importance prépondérante. Les conséquences s’enchaînent : pour des instruments plus délicats, il faut des lignes meilleures ; et si, à force de soins et de dépenses, les lignes ont été améliorées, il faut en profiter en tirant bon parti des instruments par les installations les plus productives. Enfin, un art nouveau, la téléphonie, avec des exigences et des difficultés propres, présente chaque jour des problèmes dont la solution est à peine ébauchée : nature des appareils, manières de les grouper sur les fils, nature et disposition des lignes, organisation générale des réseaux, installation des postes de raccords, rendement des divers systèmes, discipline du service, communications à longues distances, etc., autant de questions d’ordre essentiellement pratique, dont la réponse ne saurait être trouvée que par une étude persistante »9.

Comment mesurer le téléphone ? Comment calculer les conversations téléphoniques ? L’entre-deux-guerres, entre la fin du règne du télégraphe et les prémisses des technologies numériques, voit apparaître l’idée d’un réseau téléphonique national, nouveau « centre de calcul » pour la rationalisation du téléphone (Bertho, 1981 ; Carré, 1991)10. Ainsi, naît un objet d’optimisation économique, le trafic téléphonique. Suivre les enquêtes économiques menées par les ingénieurs des télécommunications à partir de la fin du 19ème siècle permet d’inscrire dans la longue durée les métamorphoses de la rationalité économique en matière de télécommunications. Comment juger de l’utile, des coûts, de l’optimalité ? Comment évaluer la qualité d’une ligne ? Quels sont les « chiffres du bon travail » d’une opératrice ? Qu’est ce qu’un circuit téléphonique « rentable » ? A quelles mesures se fier ? Le « dicorde idéal », la « durée raisonnable », le « tarif équitable », le « cordon parfait », le « bon travail », attestent alors l’intense production normative qui trame les écrits techno-économiques de ces ingénieurs. A partir du dépouillement systématique des Annales des Postes, Télégraphes et Téléphones entre 1911 et 1938, d’un corpus d’écrits sectoriels et de sources archivistiques, nous nous proposons d’analyser cette mise en mesures du téléphone11.

Nous avons identifié quatre mesures du téléphone – soit quatre types gestionnaires. A la manière des trois phases socio-techniques distinguées en 1955 par A. Touraine dans L’évolution du travail ouvrier aux usines Renault, ils s’articulent selon une succession logique, mais non chronologique au sens strict12. Ces types gestionnaires ne correspondent pas à des périodes de l’histoire industrielle ; des éléments issus de types distincts coexistent toujours. Chaque type gestionnaire anime une entité privilégiée – la ligne, l’opératrice, les circuits, le réseau – ouvrant ainsi à la rationalisation du service téléphonique un cadre spécifique de calcul et d’optimisation. D’une mesure à l’autre, le regard gestionnaire passe des transformations intimes du courant le long des lignes téléphoniques, au travail des opératrices, à l’exploitation des circuits, à l’optimisation enfin du trafic téléphonique, que consacre au début des années 1990 une supervision en temps réel du trafic téléphonique.

Ce faisant, la recherche d’une « exploitation téléphonique parfaite », « rationnelle », engage des considérations de justice et d’équité, déployant autant de figures du juste prix du téléphone. Les quatre configurations de mesure, mises ici en évidence, suivent ainsi le passage d’un regard centré sur l’analyse des coûts et le calcul ex ante du prix de revient, proche d’une conception de la valeur-travail, à un regard plus soucieux du produit et des recettes, identifiant volontiers la valeur économique à l’utilité perçue par la clientèle. D’une minimisation des pertes, situant le prix de revient au principe de la valeur économique, l’enquête des ingénieurs se déplace vers l’aval de l’organisation productive, associant alors l’effet utile à l’utilité d’un service, sinon à l’optimisation nette d’un gain.

Notre typologie de quatre mesures du téléphone est un propos d’étape pour une socio-genèse des normes de gestion en matière de télécommunications.

Mesurer l’énergie. Une économie de la ligne.
La premier type gestionnaire repéré dans notre corpus part du principe même du téléphone : la transmission à distance de la parole par l’électricité. Le téléphone s’envisage ici comme une simple prothèse de la parole humaine, pour laquelle la parole s’identifie à « un débit continuel d’énergie distribuée », soit à un « transport d’énergie » sur une ligne. L’espace de calcul privilégié est alors celui de la ligne téléphonique :

« Au poste de départ, des ondes sonores agissent sur un générateur spécial, le microphone, qui transforme leur énergie mécanique en énergie électrique, cette énergie électrique est transmise par la ligne ; au poste d’arrivée, la plaque d’un récepteur téléphonique entre en vibration sous l’action du courant, et engendre, à nouveau, des ondes sonores de même nature que celles qui ont influencé le microphone. L’action de ces ondes sur l’oreille produit l’audition à distance des paroles prononcées devant le microphone. Cependant, deux différences se manifestent déjà, entre le problème qui se pose en téléphonie et celui du transport de l’énergie. En premier lieu, la puissance à transmettre, en téléphonie, est de quelques milliwatts, tandis qu’industriellement c’est ordinairement de centaines ou de milliers de kilowatts que l’on envisage le transport ; en second lieu, en téléphonie, on ne s’attache pas seulement au rendement quantitatif de la transmission, mais on exige aussi de l’énergie reçue une certaine qualité » (Annales des Postes, Télégraphes et Téléphones, 1916, n°4).

Le transport de l’énergie téléphonique revêt une spécificité : il s’agit moins de vaincre les réactions du récepteur que l’effet de la ligne elle-même, qui suscite une déformation et un affaiblissement du signal avec la distance. L’essentiel de l’énergie est absorbé par la ligne, tant par sa résistance électrique que par ses défauts d’isolement. Les « conditions physiques d’une communication téléphonique » focalisent donc l’attention des ingénieurs : « si l’on connaissait bien toutes les conditions physiques d’une communication téléphonique de bout en bout, on pourrait prédire et calculer le son produit » et déterminer à l’avance « la qualité de la transmission sur une communication déterminée » (1925, n°6).

Une commune mesure leur permet de chiffrer ces « pertes d’énergie téléphonique » : tout affaiblissement est évalué en « nombre de miles de câble standard ». Le câble standard est une ligne étalon dont toutes les valeurs électriques sont connues. L’« équivalent de transmission » d’une ligne ou d’un appareil s’exprime alors comme la perte associée à une certaine longueur de câble standard. L’affaiblissement est ainsi la « grandeur » essentielle d’une ligne, comme de ses éléments. Qu’il s’agisse de « juger de la valeur pratique d’une ligne », ou de calculer « le rendement à exiger d’une ligne », la mesure s’effectue à cette aune.

Comment procède-t-elle précisément ?  Pour évaluer la perte associée à un élément, on introduit une longueur de câble standard dans un circuit étalon, jusqu’à ce que le volume du son entendu de part et d’autre soit identique :

« Un observateur écoute successivement dans le récepteur raccordé à l’autre extrémité de la communication à essayer et dans un récepteur standard raccordé à l’extrémité de la longueur réglable de câble standard. Cette longueur est réglée de manière à obtenir, dans les deux cas, le même volume de son. Dans ces conditions, l’efficacité des deux communications comparées est la même ; par suite, l’efficacité de la communication à essayer peut-être exprimée en miles de câbles standards » (1925, n°6).

Les ingénieurs mesurent ainsi la perte ou le gain associé à l’introduction d’un élément sur une ligne. Ils établissent la quantité de câble qu’il faut retirer ou ajouter afin d’obtenir le même effet utile, apprécié en termes auditifs : « la réaction physiologique de l’abonné est le critérium final de la qualité de la transmission » (1925, n°6). La mesure de l’efficacité est anthropomorphique13 ; elle ne s’appuie pas sur une physique du son, mais sur « l’oreille » humaine. Ce caractère est encore plus patent lorsqu’il s’agit d’évaluer la netteté d’une ligne : on calcule le ratio du nombre de syllabes comprises sur le nombre de syllabes prononcées, tout en prenant soin de déjouer la « capacité de divination des opérateurs » (1928, n°2). Sur cette base, les standards édictés pour la construction des lignes représentent déjà de premières normes de qualité de service : la « longueur fixe de 30 miles de câble standard correspond ainsi à l’affaiblissement normal d’une conversation interurbaine » (1928, n°11). Corrélativement, la ligne téléphonique « doit être considérée et entretenue comme un tout », « connue et surveillée de bout en bout ».

Cet objet de mesure privilégié recouvre donc un ensemble d’organes, saisis et mesurés dans les termes d’une « économie de forces », selon l’expression de B. Grall : les ingénieurs entendent simultanément minimiser les pertes de force et maximiser la force utile (le volume du son transmis). Produire consiste ici à transformer des forces en un effet utile, moyennant un certain ratio de pertes. L’« économie de la ligne » suppose donc avant tout une analyse des dépenses, au principe de la valeur économique : « en supposant que chaque système est utilisé avec son meilleur rendement, la comparaison des frais d’exploitation donne une véritable mesure de la valeur ». Les ingénieurs des télécommunications, aux prises avec les effets mécaniques (et électromécaniques) propres à la transmission des « courants de conversation », héritent ici des schèmes et de l’épistémologie de la « mécanique industrielle ».

Cette nouvelle discipline à vocation pratique est créée dans les années 1820 par un petit nombre de polytechniciens, à la croisée de la science des machines, de la mécanique rationnelle et de l’économie politique classique. Elle élabore le concept mécanique de travail – produit d’une force par une distance – en référence explicite à la dualité du travail humain, à la fois dépense et produit. Sur son modèle, ces ingénieurs pensent le travail des machines comme un système de transmission de force et cherchent à optimiser le « travail utile » sur le « travail total » dépensé. F. Vatin a mis en évidence le caractère explicitement économique de leur démarche : en conceptualisant le travail comme une « monnaie mécanique », ces physiciens-ingénieurs entendent élaborer une « économie de la machine » et soumettre la mécanique au contrôle de l’économie politique14. Cet étalon de mesure leur permet d’estimer dans la même unité la dépense (le travail total) et le produit net (l’effet utile), et d’optimiser ainsi un ratio (travail utile/travail total). La complète transmission du travail est instituée en véritable norme économique. B. Grall observe cette même norme d’optimisation à l’œuvre chez les ingénieurs des Ponts et Chaussées du second 19ème siècle : la gestion des routes entend minimiser les pertes en « travail », qu’elles s’expriment par l’usure des routes et des matériels roulants ou par la fatigue animale.

Dans notre « économie de la ligne », seules des dépenses supplémentaires en cuivre peuvent à l’origine compenser les « pertes d’énergie téléphoniques ». Minimiser ces pertes, c’est alors arbitrer entre frais d’exploitation et frais de premier établissement : pour réduire les premiers, il faut diminuer les pertes d’énergie téléphonique en utilisant davantage de cuivre dans la construction des lignes, ce qui renchérit le prix de revient ; réduire ce dernier, implique au contraire une moindre qualité des lignes, qui accroît par contrecoup les frais d’exploitation. Pour respecter un standard d’affaiblissement, on devra « regagner la perte due à l’infériorité de l’appareil (son équivalent de transmission inférieur à la norme) en employant une quantité de cuivre plus grande dans l’ensemble du réseau afin de diminuer l’affaiblissement des lignes » (1925, n°11). Le problème se pose ainsi : « quelle serait la quantité de cuivre nécessaire pour compenser la perte de 4 miles due à l’infériorité des appareils ? ». Augmenter la portée du courant téléphonique, c’est accroître le calibre des lignes et donc les dépenses en cuivre.

Dans cette « économie de la ligne », l’invention des relais téléphoniques est décisive : elle rompt la proportionnalité (inverse) entre dépenses en cuivre et perte d’énergie. Les relais posent en effet le « principe d’une extension indéfinie de la portée des communications », en introduisant une possibilité d’amplification du courant. En contrepartie, les lignes téléphoniques subissent des exigences inédites en termes d’homogénéité et d’uniformité électrique : les relais interdisent les « variations brusques de la composition d’un circuit téléphonique » (1922, n°1) ; pour que les communications soient possibles, ils exigent une très forte coordination des éléments de la ligne autour de la relation téléphonique. Face à ce besoin accru de suivi et d’entretien, l’état des lignes devient l’objet d’une mesure qui à la fois s’affine et s’institue : pour accroître la « puissance de travail des lignes », il faut « connaître exactement l’état d’une ligne par des mesures », « connaître immédiatement et avec une précision suffisante l’état électrique des conducteurs » (1920, n°2).

Autour de la ligne téléphonique, s’organise ainsi une comptabilité de forces attentive aux altérations et à la « marche régulière » du courant. Sa mise en graphique prolonge celle du télégraphe. Dès le milieu du 19ème siècle, les Annales télégraphiques consacrent maints articles à la surveillance des fils télégraphiques, en relatant les procédés graphiques propres à la mesure « des forces variables ». Il s’agit alors de « représenter par une courbe la marche successive des pertes et des mélanges » et d’« obtenir par cette image une histoire fidèle et comme un relief des bons services et des dérangements d’une ligne » (Annales télégraphiques,1855) :

« Combien il serait intéressant de posséder ces indications depuis la création des lignes électriques, et quels enseignements n’en pourrait-on pas tirer ! – On serait édifié, sans doute, sur la valeur de tel ou tel mode d’isolement, sur le mérite de tel ou tel procédé employé dans la construction des lignes, sur l’influence des climats, des températures, des saisons. On serait sur la trace de mille phénomènes singuliers qui troublent le service des transmissions, et on pourrait chercher les moyens de les éviter » (1855).

On se propose de « mettre en évidence l’état de chaque fil » et d’« obtenir en France sur toutes les lignes des résultats comparables » par une « observation quotidienne et obligatoire » :

« Les courbes mensuelles seraient réunies et collées bout à bout à la fin de chaque année, afin qu’on put juger d’un seul coup d’œil de l’état d’amélioration ou de dépérissement de la ligne » (1855).

Cette économie des altérations du courant se prolonge dans les diagrammes de transmission téléphonique de l’entre-deux-guerres, représentant toute liaison téléphonique comme une somme de pertes et de gains – une somme algébrique d’effets transmissifs. Si l’« effet global » est circonscrit à la ligne – lieu de totalisation des calculs des ingénieurs, le « juste » tarif est corrélativement forfaitaire, contrepartie de la mise à disposition d’un équipement, la ligne.

  1   2   3

similaire:

Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique iconQuand les entreprises hésitent à franchir le pas des bonnes intentions...
«ponctuelles»… font partie de l’arsenal des mesures censées favoriser la diversité et sa bonne gestion

Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique iconAtelier 1 : L’entrepreneuriat et l'intrapreneuriat, essaimage
«Assises de l’entrepreneuriat de 2013 pour le développement de l’esprit d’entreprise». IL se décline en quatre mesures

Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique iconLe téléphone en France Téléphone Bell

Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique iconProgramme Thème
«Une association, une organisation publique, une entreprise peuvent-elles être gérées de façon identique ?» (thème «Gestion et création...

Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique iconLe Bulletin officiel de l'éducation nationale publie des actes administratifs...
«mémoire et citoyenneté» puissent assurer le suivi de cette opération en lien direct avec les services de la Dgesco

Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique iconL’invention de l’imprimerie est une revolution
«Ceci tuera cela» car elles sont «énigmatiques» (L. 4) : l’auteur se doit donc de les expliquer à son lecteur. Hugo va donc traiter...

Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique iconTéléphone portable : votre profil !
«pendu» au téléphone. Vous êtes un très gros consommateur pour parler que pour envoyer des sms (textos) ! Vous avez toujours les...

Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique iconL’Iran, depuis quatre siècles, partage une longue histoire commune...
«Quatre siècles de l’enseignement du persan et du français en France et en Iran» à Téhéran les 1 et 2 octobre 2016 (10 et 11 Mehr...

Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique icon Objectifs : savoir sélectionner des informations pertinentes pour...
«pendu» au téléphone. Vous êtes un très gros consommateur pour parler que pour envoyer des sms (textos) ! Vous avez toujours les...

Quatre mesures du téléphone. L’invention d’une gestion téléphonique iconPourquoi le métro ne fonctionne-t-il pas vingt-quatre heures sur vingt-quatre ?






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com