Au cours du 18





télécharger 36.6 Kb.
titreAu cours du 18
date de publication22.10.2016
taille36.6 Kb.
typeCours
h.20-bal.com > économie > Cours
l'émergence

des sports modernes

définition :

Le sport est « un fait de civilisation participant du jeu et du travail dont la dominante est la recherche de la prouesse physique dans le cadre de règlement et d'institution spécifique. »

(Jacques Thibault - 1972)

autre définition :

Le sport est une « compétition réglée dans des conditions de stricte standardisation. »

(Christian Pociello - 1981)

Il est absolument nécessaire de différencier le sport moderne du sport antique ; il n’y a aucune continuité entre eux.

Les jeux grecs relevaient d’une signification mythique, rituelle et étaient intégrés dans une logique religieuse, théologique.

Le sport moderne quant à lui a une logique technologique et économique.
Le sport moderne apparaît en Angleterre à la fin du 18e s.

Il s’est développé tout au long du 19e s.

Il est apparu en France à la fin du 19e s.

I.naissance des sports en angleterre



Il est difficile de dater précisément l'émergence du sport en Grande-Bretagne. C'est une évolution qui s'étend d’environ 1780 à 1860.

L’émergence des sports est très étroitement liée aux progrès industriels, à l’entrée de l’Angleterre dans une ère capitaliste. Le sport et sa logique propre apparaissent dans le pays européen qui présente le degré de développement le plus élevé, le pays le premier touché par la révolution industrielle.

A.la révolution industrielle anglaise



Au cours du 18e s., l’Angleterre subit une mutation sans précédents.

C’était un pays à vocation agricole où dominaient jusque-là des propriétés de taille moyenne.

Cette mutation va consister en un changement de structure et de logique économique.

Le machinisme se développe ; la taille des exploitations agricoles augmente ; l’industrie connaît une très importante expansion ; on assiste également à un développement du commerce ; la flotte anglaise sillonne le globe.

Par conséquent le pays s’enrichit et le culte du rendement s’impose.
Cette évolution va avoir une influence sur toutes les classes sociales, au niveau de la vie quotidienne et des mentalités.
L’aristocratie, dès le 17e s., avait été destituée de ses responsabilités dans le commerce et l’armée et s’était retrouvée condamnée aux loisirs.

On assiste au 18e s. à une forte poussée de la moyenne et de la haute bourgeoisie qui vont chercher à s’approprier les pratiques de loisir de l’aristocratie.
On voit émerger au 18e s. de nouvelles catégories sociales : des ouvriers agricoles, la classe ouvrière de l’industrie.

Le fossé entre les riches et les pauvres se creuse avec la révolution industrielle. Pour les plus riches, le rapport à l’argent est bouleversé : les fortunes se font, se défont et se refont très rapidement.
On va retrouver ce rapport à l’argent dans le domaine sportif.

C’est la logique même des activités physiques qui va changer.

B.des activités traditionnelles au sport



Le sport va émerger d’une double origine :

  • les pratiques populaires traditionnelles.

  • les jeux ruraux mettant en scène des animaux et notamment des chevaux.


Tout au long du 18e s., les jeux traditionnels se développent.

A partir de 1760, les nobles vont encourager ces pratiques populaires qu’ils vont organiser, patronner, financer.

On voit ainsi s’organiser des espèces de défis qui mettent en concurrence les nobles entre eux par l’intermédiaire de leurs domestiques dans des combats qui préfigurent des combats de boxe.

Ces pratiques servent de support à des paris.

On voit s’organiser des courses à pied dans lesquelles s’affrontent les laquais et les messagers de la noblesse.

La logique originelle des jeux populaires est bouleversée, même si on utilise toujours les mêmes activités.
Les pratiques populaires étaient liées au calendrier festif. Des combats et des courses étaient organisés pour les fêtes de village.

Mais les nouvelles pratiques non seulement ne tiennent pas compte de ce calendrier mais en plus le remplace par un autre calendrier basé sur l’alternance de périodes d’entraînement et de périodes de compétition : «  L’entraînement, et plus généralement la préparation des boxeurs et des coureurs, déborde très largement le temps de la rencontre et l’occasion du divertissement. » (Pociello)
On commence également à réfléchir sur la manière de préparer de façon optimale les participants.

C’est là que se retrouve la logique de l’évolution industrielle.

On améliore aussi les prises de mesure (on enregistre les records). On utilise pour la première fois en 1731 un chrono pour mesurer la vitesse d’un cheval.

Les entraîneurs apparaissent ; des athlètes et des boxeurs se professionnalisent.

Tout cela relève de la même logique d’efficacité et de performance relative à la société industrielle émergente.
On voit apparaître des institutions sportives.

Ces pratiques, qui étaient populaires, folkloriques, entrent dans une nouvelle structure. On passe des jeux traditionnels au sport, avec pour objectif la poursuite du record, avec un intérêt de plus en plus grand pour la vitesse (on réduit les distances de courses pour les rendre plus spectaculaires), et comme troisième caractéristique l’obsession du mesurable.
Les pratiques deviennent moins violentes, plus réglementées. Les pratiques traditionnelles originelles sont donc édulcorées.

Les règlements se stabilisent, on définit des normes, la technique s’affine, tout ceci pour standardiser les pratiques physiques dans l’optique de comparaison des performances (obsession du mesurable). C’est ainsi que la boxe s’éloigne du combat de rue.
Les sports sont réservés à des catégories sociales très précises. Il n’y a pas encore de diffusion massive de la pratique sportive.

Les nobles supervisent les rencontres sportives mais n’y participent pas.

Dans les classes populaires, certains participent et les autres assistent au spectacle.

Dès l’émergence du sport moderne, on assiste à une différenciation sociale des pratiquants.

Le sport donnait lieu à des paris. Ce lien avec l'argent va structurer la pratique.

Les contrôles vont devenir nécessaires.

Les règlements vont être écrits. On va donner des handicaps.

Le chronomètre va être de plus en plus utilisé.

Un code moral va être mis en place : c'est le fair-play.
Au 19e s., les pratiques sportives des gentlemen et des professionnels vont être débordées par l'augmentation exponentielle des pratiquants et par la diversification des activités.
Au début du 19e s., l’Angleterre va connaître des bouleversements politiques où les bourgeois vont être au premier plan.

On va voir se développer dans les collèges des pratiques populaires qui évoluaient très peu depuis qu’elles existaient. Leur diffusion va se faire par l’intermédiaire des élèves internes. Elles vont être au mieux tolérées par les directeurs des collèges, fortement décriées par les éducateurs traditionnels car ces pratiques véhiculent une représentation indigne des gentlemen des collèges.

Les sports huppés tels que le rugby, le cricket et l’athlétisme étaient pratiqués dans ces collèges et ne laissaient pas de place à ces ‘nouveaux jeux traditionnels’.

« A l’attitude d’hostilité ou de tolérance des masters fait progressivement place une politique active d’encouragement des jeux et des sports » (POCIELLO – « Sport et société »).
Thomas ARNOLD est présenté par les Français comme le dynamique directeur d'école qui a favorisé le sport dans les collèges anglais. Mais ce n’était pas tout à fait le cas. Arnold est convaincu que les élèves ont besoin de faire de l’exercice physique, et propose de leur faire pratiquer de la gymnastique aux agrès.

Mais les élèves résistaient ; ils préféraient pratiquer le rugby.

C’est donc sous la contrainte qu’il va développer les pratiques sportives au sein des collèges.
L’enseignement supérieur anglais va faire émerger la notion d’amateurisme. Certaines activités vont être éloignées de tout rapport à l’argent, non pas dans un but d’éthique, mais dans un but de différenciation par rapport au sport moderne et de blocage de ces activités.

ex : Le rugby à 15 prône l’amateurisme.

Le rugby à 13 permet un semi-professionnalisme.
Le football rentre de plein pied dans le professionnalisme.

A chaque niveau de pratique correspond un milieu social.
On a vu au cours du 19e s. se codifier et s'institutionnaliser de nombreux sports.

II.les origines du sport en France




A.les principales étapes de l'émergence



Le terme ‘sport’ apparaît en France en 1850 ; il est issu de l'ancien terme ‘desport’ (= amusement). Le terme de sport serait un terme générique sous lequel seraient regroupées toutes les activités d'extérieur.
Dans les années 1830, on voit se développer des activités nautiques (natation, canotage). En 1853 est créé le Paris Amateur Rowing Club.

On voit se développer en France les courses de chevaux, qui sont très populaires en Angleterre.

Le vélocipède se développe également en France. La première compétition officielle a lieu en 1861. La première course Paris-Rouen a lieu en 1869. Le premier Tour de France a lieu en 1903.

A l’automne 1880, quelques élèves du lycée Condorcet organisent dans la gare Saint-Lazare une course. Cela aboutira en 1882 à la création du Racing Club, du Stade Français en 1883 et de l’USFSA (Union des Sociétés Françaises de Sport Athlétique) en 1889.

Le premier club français de football est créé en 1872 au Havre.
Ces pratiques sont à l’évidence inspirées du modèle anglais. Elles sont pratiquées exclusivement par les classes aisées de la population française. Elles ont une fonction de distinction ; elles signifient une appartenance de classe.

Ces pratiques induisent une triple rupture car elles intègrent :

  • un nouveau mode d’organisation (clubs, challenges, déplacements)

  • une nouvelle gestuelle (la gestuelle sportive est complètement différente de la gestuelle gymnastique)

  • un nouveau cadre d’exercice (en plein air ; nouveau cadre réglementaire).

Ces pratiques sportives sont donc en totale opposition avec la gymnastique.
Contrairement à l’Angleterre, l’apparition du sport moderne en France n’a pas de lien avec le système scolaire.

Sur le plan économique, la France est en pleine révolution industrielle.

Le dernier tiers du 19e s. est marqué en France, pour certaines catégories sociales, par un engouement pour les exercices du corps.

L’Angleterre est un modèle économique et culturel pour les classes aisées de la population française.
La diffusion de la pratique sportive est facilitée par le développement des moyens de communication, aussi bien au niveau des transports que de la diffusion des résultats (apparition de journaux sportifs).


L’histoire du sport français véhicule une icône : Pierre de Coubertin.

L’entreprise coubertinienne est évidemment liée au contexte de la France à la fin du 19e s.

Pierre de Coubertin est né dans une famille aristocratique.

Il a fait plusieurs voyages en Angleterre, où il a découvert un pays qu’il qualifie de ‘moderne’, avec une éducation en totale harmonie avec les besoins de la société, éducation où le sport tient une large place.

Quand il revient en France en 1887, il crée le Comité pour la Propagation des Exercices Physiques.

En 1888, il publie un livre intitulé « L’éducation en Angleterre ».

Il va échafauder un projet très large de réforme sociale qui inclurait une réforme pédagogique et qui utiliserait comme moyen privilégié la pratique sportive. Pour Pierre de Coubertin, la pratique sportive est le meilleur moyen de former des personnes débrouillardes. Pour changer la société, il faut selon lui diffuser la pratique sportive. Mais pour cela, il faut créer un grand événement sportif mondial, d'où l’idée des Jeux Olympiques.

Les Jeux Olympiques n’étaient au départ qu'un moyen de promotion de la pratique sportive, dans le but d’une réforme sociale visant à rendre les gens plus ‘débrouillards’.
En 1894, Pierre De Coubertin fait adopter un plan général d’organisation des Jeux Olympiques modernes. Dans ce plan général d’organisation, plusieurs éléments, restés stables jusqu’à maintenant, sont définis : la périodicité de 4 ans, le caractère moderne des sports choisis, le principe de désignation d’un Comité International composé de 14 membres et le principe d’organisation tournante.

En 1896, les premiers Jeux Olympiques modernes ont lieu à Athènes.

Jusqu’en 1900, on a une phase d’instauration, d’émergence du sport français. Mais la pratique sportive à cette époque demeure très limitée, très réservée à une catégorie sociale (2,6% de la population pratique un sport à cette époque).
De 1850 à 1914, on assiste à une phase d’instauration du sport moderne.

B.institutionnalisation et expansion du phénomène sportif



Après la 1ere guerre mondiale, on donne naissance à une nouvelle organisation.

En 1920, l’USFSA éclate en fédérations unidisciplinaires. En 1919, la fédération de football est crée. En 1920, c’est la fédération d’athlétisme qui est crée.

Cet éclatement de l’USFSA en fédérations va favoriser la diffusion des pratiques par augmentation du nombre de clubs et donc du nombre de pratiquants. Le nombre de pratiquants augmente également parce que les femmes commencent à pratiquer. Le nombre de pratiques sportives augmente également.

On assiste à une homogénéisation de la pratique parce que des règlements stables vont servir à tous les pratiquants.

Le développement du sport professionnel et du spectacle sportif sont à mettre en relation avec le développement des moyens de communication (ex : la première retransmission en direct à la radio d’un match de football en 1925).
Le mouvement sportif à partir de 1936 va connaître une phase encore plus nette d’accélération.

Le Front Populaire va mener la première politique sportive. Elle est à mettre en relation avec des mesures sociales telles que la semaine de 40 heures, les congés payés, la politique des loisirs sportifs.

Le Front Populaire encourage donc une pratique sportive de masse, dans un objectif de loisir et de santé publique. Le sport est sensé participer à l’amélioration physique et morale de la jeunesse.

Une grosse somme d’argent est allouée à la construction d’installations sportives (253 installations sportives sont construites dans l’année 1936).
En 1937 est créé le brevet sportif populaire ainsi que le Sous-Secrétariat d’Etat à l’Education Physique au Sport et au Loisir dirigé par Léo Lagrange.
L’armistice du 22 juin 1940 amène le régime de Vichy au pouvoir.

Jean-Louis Gaylescot a étudié les pratiques sportives sous le régime de Vichy. Il n’hésite pas à replacer l’action du régime de Vichy en faveur du sport dans la continuité de ce qui a été engagé par le Front Populaire. Le changement vient de la mentalité plus guerrière, plus nationaliste.

Dès le 13 juillet 1940 est créé un commissariat national à l’Education Physique et au Sport à la tête duquel est nommé Jean Borotra (un des 4 mousquetaires du tennis français).

En décembre 1940 est publiée la Charte des Sports qui a pour enjeu principal la réorganisation du sport français pour le mettre sous le contrôle de l’Etat.

Le gouvernement de Vichy va continuer la politique d’équipement sportif débuté sous le Front Populaire. Des structures sont même crées pour l’entraînement des athlètes (ex : le collège d’athlètes d’Antibes).
A la libération de 1945 se pose le problème de l’héritage de ce qui s’est fait depuis 1940. Il va être décidé de garder les installations sportives construites, mais celles-ci vont être renommées.

L’Etat va déléguer ses pouvoirs aux fédérations sportives pour l’organisation des pratiques (organisation des compétitions par exemple).

Le nombre de pratiquants va croître exponentiellement ; les pratiques vont beaucoup se développer.
Entre 1945 et la moitié des années 70, la période que Fourastié appelle ‘les 30 glorieuses’, le sport devient un phénomène des sociétés de consommation. Le sport touche une part de plus en plus importante de la population. Une nouvelle importance est accordée au corps, à son image, à ses soins. Tout cela se déroule dans un contexte économique très favorable.
Dans les années 70 émerge la culture ‘fun’ ; les sports de glisse apparaissent.

Les pratiques non-compétitives se développent pour sortir de la logique institutionnelle, de la logique fédérale (ex : jogging).


  • Le sport moderne est apparu en Angleterre puis a été importé en France.

Le sport moderne est spécifique des nouvelles sociétés industrielles. Il est intimement lié aux bouleversements économiques survenus en Europe à partir du 18e s.

Le cadre de pensée de la société européenne est complètement bouleversé. C’est dans ce nouveau cadre que le sport moderne émerge ; il n’a aucun rapport avec le sport dans la Grèce Antique ni avec les gymnastiques qui se développent en France, en Allemagne et en Suisse.

La logique sportive est complètement différente de la logique des pratiques gymnastiques de l’époque.

Les raisons de l’apparition du sport moderne sont à chercher dans les conséquences de la révolution industrielle.

1703.doc /

similaire:

Au cours du 18 iconCours document n°1 : Les grandes dates du circuit de Magny Cours,...

Au cours du 18 iconLittérature et politique Un titre plus exact serait «Littérature...
«Littérature et politique en France au xxème siècle». Ce cours se justifie en termes de science politique, c’est un complément aux...

Au cours du 18 iconCours de mme tenenbaum
«bis». IL n’y aura pas de résumé ou topo du cours présenté par le(a) chargé(e) de td au début de chaque séance. Le cours doit donc...

Au cours du 18 iconC la question de la laicite
«copier-coller», ceci explique pourquoi, elle ne donne pas lieu à grand développement dans mon cours en amphithéatre, ni donc à des...

Au cours du 18 iconCours de kinesitherapie objectifs du cours

Au cours du 18 iconLe cours En terminale s option histoire (thème 2) fait en janvier sur 1 heure de cours
«les attentats du 11 septembre 2001», France 3, 4’19’’, fiche 00219. On peut aussi avoir le même reportage plus complet (14’32’’)...

Au cours du 18 iconCours de burdi intro Introduction générale au cours «Questions d’Orient, questions d’Occident»
«Levant» : jusqu’en 1980, existence d’un bureau «d’Afrique du Nord Levant» au ministère des affaires étrangères

Au cours du 18 iconBibliographie sélective Table des matières introduction generale...
«Santé publique» et est destiné aux étudiants en deuxième année de graduat en Sciences Infirmières pour toute les orientations

Au cours du 18 iconCours Source
«étang, marais». Le nom de l'Yonne contiendrait plutôt l'élément -onno cf onno donné pour flumen «cours d’eau, rivière, fleuve»,...

Au cours du 18 iconRappel : les cours d’histoire ont lieu à Paris 8, les cours de géographie à Paris XIII
«Prince et arts «C. Verna B. 233 15 h 00 18 h 00 Préparation au C2e2i Salle (voir sufice) 12h00 15h00 Histoire «Prince et arts»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com