Aggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde)





télécharger 229.93 Kb.
titreAggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde)
page5/6
date de publication19.10.2016
taille229.93 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6
Du Tiers monde aux Tiers mondes :
A] L’émergence du Tiers monde et le sous-développement :
1952 : le démographe français Alfred Sauvy invente le terme de Tiers monde pour désigner les pays sous-développés dont la plus grande partie était sous la domination coloniale de l’Europe.
La décolonisation :
1944 : Conférence de Brazzaville : l’Empire français devient l’Union française (colonies = départements d’outre-mer ; protectorats = Etats associés).

1947 : la structure du Commonwealth s’étend à l’ensemble des pays de l’Empire.

On observe une montée des nationalismes indigènes (indiens avec Gandhi et Nehru, trois pays du Maghreb, Afrique noire française et anglophone, Madagascar).

Avec le soutien de l’URSS, les partis communistes ont lutté pour l’émancipation de la tutelle coloniale. Les EU ont aussi conservé une forte tradition anti-colonialiste. Mais pendant la guerre froide, les Américains ont du tenir compte des intérêts de leurs alliés européens, pour que les colonies émancipées ne passent pas dans le camp communiste. 1945, à San Francisco, la charte des Nations Unies est une étape importante dans la décolonisation.

Asie :

Inde : Le RU renonce à la souveraineté pour préserver ses intérêts économiques. 1945 : Partition de l’Inde : Union indienne (hindouiste) et Pakistan (musulman).

Naissance de l’Indonésie en 1949 (Les Pays-Bas sont obligés d’accepter son indépendance).

En 1954, après la chute du camp retranché de Diên Biên Phu, signature des accords de Genève qui mettent fin à la présence française en Indochine. Le Cambodge et le Laos deviennent indépendants, et le Vietnam est séparé en deux Etats (au nord, République démocratique du Vietnam, dirigée par le communiste Hô Chi Minh, au sud, un gouvernement nationaliste soutenu par les EU). La réunification se fera, sous direction communiste, en 1975, après la défaite des EU.

Avril 1955 : la conférence de Bandung (qui réunit 29 pays) marque une étape décisive dans la condamnation du colonialisme. L’acte final ne fait pas clairement référence à l’idée de non alignement (autonomie du Tiers monde vis-à-vis des 2 blocs).

1957 : indépendance de la Malaisie. 63 : indépendance de Singapour. 60’s : indépendance des comptoirs français et portugais de l’Inde.

Afrique :

Indépendance des protectorats : Libye (51), Tunisie (56), Maroc (56).

Algérie :

Mai 45 : Emeutes de Sétif. 47 : droit de vote aux musulmans. 54 : insurrection dirigée par le FLN. Conflit de plus en plus meurtrier et coûteux. Politique de de Gaulle évolue du fameux « je vous ai compris » (58) à l’ « Algérie algérienne » de 1960. Après la formation d’un GPRA à Tunis, de Gaulle accorde la possibilité d’autodétermination des Algériens. Echec du putsch des généraux en 61, et vague d’attentas perpétrés par l’OAS (organisation de l’armée secrète. 62 : signature des accords d’Evian : indépendance de l’Algérie et exode massif des pieds noirs en France.

Indépendance progressive des colonies britanniques en Afrique occidentale, et en Afrique orientale. La minorité blanche refusant la décolonisation, l’Union sud-africaine, qui devient la République d’Afrique du Sud, et la Rhodésie du Sud quittent le Commonwealth. 79 : Rhodésie accède à l’indépendance (=Zimbabwe). Apartheid démantelé seulement en 91, et la majorité noire accède au pouvoir avec Nelson Mandela en 94.

Après leur entrée dans un Etat fédéral appelé « communauté », les colonies d’Afrique française (dont Madagascar) accèderont à l’indépendance à la fin des années 60. Affranchissement des autres colonies européennes.

Mais la nouvelle Afrique connaît des problèmes territoriaux et politiques (affrontements interethniques, coups d’Etat)
Les facteurs internes du sous-développement :
Retard technique dans l’agriculture (qui occupe 58% de la population active des PED contre 9% de celle des pays industrialisés. Manque de machines, d’engrais…) et dans l’industrie (grande industrie peu évoluée ou dépendante des firmes des pays étrangers).

Inégalités sociales criantes dans tous les domaines. « en pays sous-développé, les riches sont plus riches et les pauvres plus pauvres que partout ailleurs ». Elles jouent un rôle de frein pour la croissance, car le marché de consommation est limité.

Les pays du 1/3 monde se caractérisent par une forte croissance démographique. Taux de croissance de 2,1% en moyenne entre 70-95 avec des pointes à 3% et à 3,5% dans certains pays. Les raisons de cette situation sont à chercher dans l’impact des techniques occidentales en matière de prévention médicale et dans la lutte contre les famines qui font chuter la mortalité. Les PED concentrent 97% de la croissance démographique mondiale. Crainte de surpopulation : mesures de limitation des naissances. Résultats inégaux bien que les taux de fécondité aient baissé au cours du dernier ¼ de siècle. Conférence du Caire en 94 pour freiner la croissance démographique mondiale, mais résultats peu encourageants pour l’instant.

Flux et problèmes des échanges mondiaux :
A] Les aspects généraux :
Commerce international : à la fois effet et moteur de croissance éco, il s’est développé depuis la fin de la 2nde GM, favorisé par la démobilisation tarifaire (GATT, ententes régionales (CEE)). Valeur des exportations X par 9 entre 50 et 73. Effet d’accélération indiscutable sur la production qui croît moins vite. Problème : certains pays dénonce un ordre économique international inégal et injuste. Réglementation ? Pays industrialisés d’Euro O, d’Amérique du N et les pays asiatiques (Japon, Chine, NPI) assurent 8% des exportations mondiales. Industrialisation du monDe (Produits manufacturés = ¾ de la valeur des exportations).
B] Les relations entre pays capitalistes développés :
Les structure des échanges et les flux :
Triade : 12% de la pop, 2/3 des richesses produites, 2/3 des exportations mondiales de marchandises (dont + de 40% pour les 5ères puissances commerciales). 2 types de pays : ceux dont la balance commerciale présente un déficit ancien (RU, F) ou récent (EU) et ceux qui présentent un excédent important (All, J).

Immédiat après guerre : déséquilibre des relations en faveur des EU (Marshall). Si $ baisse, solde commercial des EU avec l’UE monte, et inversement. Excédent commercial du J avec les EU X par 6 depuis le début des 80’s.

Echanges internes de la CEE X par 23 de 58 à 80. 1993 : marché unique + entrée de 3 nouveaux pays = stimulants (Valeur des échanges intracommunautaire passe de 795 Mllds de $ à 1280 en 97 (= + que commerce extérieur des EU + J).Ces échanges représentent 60% du commerce total de l’UE. Déficit croissant de l’UE vis-à-vis du J.
Les affrontements :
Obstacles aux échanges :

EU : droits de douanes, prélèvements, législations restrictives (Buy American Act, Jones Act (seuls bateaux construits aux EU peuvent y naviguer)), sanctions (clause super 301, embargo).

Japon : Imperméabilité du marché japonais (pics douaniers, tissu socioculturel, dispersion de l’appareil de distribution (grossistes et détaillants, pas de grandes surfaces), or une firme ne peut pénétrer sans s’intégrer au système distributif.

UE : prélèvement, tarif extérieur commun (TEC), normes européennes en matière de sécurité, santé, respect de l’environnement.

Conflits entre les EU et l’Europe :

Domaine agricole : Pour EU, PAC = obstacle. Désaccords aggravés avec l’entrée dans la CEE de l’Espagne et du Portugal (menace de guerre commerciale (menace d’augmenter de 200% les taxes sur certains produits). 92 accord de Blair House : remplacement des prélèvements euro par des tarifs douaniers, diminution progressive des taxes, des exportations subventionnées. Les conflits se multiplient dans ce domaine.

Domaine industrielle : « Guerre de l’acier », conflit de l’aéronautique (Boeing-Airbus), affrontement des marchés publics.

Domaine des services : énorme excédent des EU dans ses échanges de productions audiovisuelles. Volonté d’exception culturelle de l’Europe.

Le problème japonais :

Contentieux américano-japonais : énorme déséquilibre des échanges commerciaux, volonté de limiter les importations de produits japonais notamment dans l’automobile et l’électronique (taxations antidumping). L’accord du 28 juin 1990, engagement à négocier pour lever les obstacles structurels aux échanges et aux investissements (SII), n’aboutit pas à des résultats concrets. Les relations se dégradent, tout comme le déficit commercial américain. La pression exercée sur le Japon (notamment avec Bill Clinton) et la menace de la clause super 301 aboutissent à des résultats concrets sur l’ouverture des marchés publiques nippons. Les relations continuent d’être tendues (surtaxation de 454% pour cause de dumping des superordinateurs de NEC).

EU-J : Limitation des importations des produits électroniques nippons. Installation de transplants japonais ou usines tournevis. Nouvelle réglementation pour taxer ces entreprises. Plainte devant le GATT remportée par l’UE à propos de l’accord bilatéral entre EU et J. Démarche visant à arracher au Japon des concessions commerciales.
C] Les relations au sein du monde communiste :
Les relations entre l’URSS et les pays d’Europe centrale :
Immédiat après-guerre : maintien d’importantes relations commerciales entre pays satellites et pays capitalistes. Guerre froide provoque la création du COCOM et du Comecon (ou CAEM (conseil d’aide éco mutuelle), créé en 49 par l’URSS et les pays satellites). Effet réducteur des échanges avec l’Occident. Depuis la déstalinisation, augmentation des échanges commerciaux des pays du Comecon avec les pays capitalistes. URSS effectue 60% de ses échanges extérieurs avec les pays du Comecon. Elle y expédie énergie, matière 1ère, biens d’équipements, et reçoit machines et biens de consommation. Mais avec la chute du prix du brut à partir de 86, les termes de l’échange se dégradent.

Comecon : d’abord exclusivement européen, puis s’étend à d’autres pays communistes. Effort de coordination des planifications nationales. L’effondrement des pays communistes en Europe de l’Est a sonné le glas du Comecon, qui sera dissout en 91.
Les relations entre l’URSS et la Chine populaire :
49 : Traité d’amitié, d’alliance et d’assistance mutuelle (pour 30 ans). Aide financière et technique de l’URSS à la Chine. Jusqu’en 59, la Chine réalise 70% de son commerce extérieur avec les pays communistes. A partir de 1960, rupture idéologique et politique de l’URSS. J devient le 1er partenaire de la Chine qui mettra fin symboliquement au traité de 49 un an avant. Toutefois, mise en place d’une commission sur la coopération commerciale, économique et technique, et accord pour un développement des échanges bilatéraux.
D] Le relations Est-Ouest :
Les conditions :
Echanges Est-Ouest insignifiants durant la guerre froide (1% du commerce extérieur en 50). Mais importants développements dans les 60’s, avec la détente internationale, la coexistence pacifique, l’ouverture de la Chine populaire, complémentarité des 2 marchés. Firmes occidentales invitées à investir dans le cadre d’entreprises mixtes.
Les relations entre le Comecon et l’Occident :
Valeur totale des échanges entre pays du Comecon et de l’OCDE augmente plus rapidement que le commerce mondial pendant les 60’s (+ 10,2%). De 58 à 70 importations de la CEE en provenance du Comecon = + 300%, exportations = + 385%. De 70 à 90, échanges totaux (CEE-Comecon) passent de 7,7 Mllds de $ à 67,8.

Les relations entre EU et Comecon s’intensifient. Accords commerciaux. Echanges soviétiques très déséquilibrés au profit des EU (déficit de l’URSS de 20 Mllds pour les 80’s).

Les relations URSS-J se sont dégradées à partir de 77 (URSS conserve les îles Kouriles). Le J préfère le marché chinois.

A partir de 79, les rapports entre l’Est et l’Ouest se sont assombris (occupation de l’Afghanistan par l’armée rouge, crise polonaise). Politique américaines de sanctions économiques à l’égard de l’URSS (embargo sur les céréales et sur le matériel pour les gazoducs). Mais effet négatif (URSS défendue par pays alliés des EU). Vigilance accrue du COCOM sur les matériels de très haute technologie.

Le rouble n’étant pas une monnaie internationale, les pays de l’Est sont contraints de régler leurs achats en devises occidentales convertibles. Limitation des transferts monétaires (troc, compensations intégrales ou partielles.

Le développement des échanges à obliger les pays de l’Est à emprunter massivement. De 70 à 89, l’endettement externe des pays du Comecon s’est élevé de 7,5 à 151Mllds de $.

Symbole de la guerre froide dans le domaine éco, le COCOM est supprimé en 94. Politique des pays occidentaux ambiguë : ils aident financièrement les pays de l’Est tout en les pénalisant sur le plan commercial. Dans les 90’s, accords européens avec l’ensembles des PECO, les pays baltes et la Slovénie. L’UE devient le 1er partenaire commercial des PECO, des Etats baltes et des pays de la CEI. Principal investisseur (flux annuels d’IDE ont quadruplé de 91 à 96). Grande importance aussi dans l’aide accordée aux pays de l’ex Comecon pour leur permettre de réussir la transition de l’économie planifiée à l’économie de marché (FMI, banque mondiale, BERD, programme communautaires PHARE (Pologne, Hongrie, Aide à la Reconstruction économique). Aide à assainir ces économies qui ont déposé des demande d’adhérence à l’Union européenne.

Les pays occidentaux s’engagent à aider Moscou, si réformes profondes en matière éco (privatisations, réduction de déficit, convertibilité du rouble). Fonds de stabilisation du rouble (par le FMI), rééchelonnement de dettes, fonds de restructuration. Aides qui ne cessent de croître depuis 92. Malgré le déblocage de crédits, situation budgétaire catastrophique : dette extérieure de 182,8 Mllds de $ en 98 (dette publique de 140 Mllds, la Russie compte sur son rééchelonnement de 75%). 92 : Clause de la nation la plus favorisée au profit de la Russie. Nombreux sommets et accords américano-russes. 97 : signature de l’acte OTAN-Russie (terme définitif à la guerre froide).
Les relations entre la Chine et l’Occident :
A partir de 1970, la Chine développe ses échanges extérieurs qui passent de 5 Mllds de $ en 71 à 327 Mllds de $ en 97. Excédent important avec les pays de l’OCDE (part des produits manufacturés passe de 12% en 75 à 80% en fin 90’s). Création de quatre zones économiques spéciales (ZES) (Shenzhen, Zhuhaï, Shantou, Xiamen) afin d’attirer les capitaux étrangers. IDE en Chine passe de 7 Mllds de $ en 90 à 37 Mllds de $ en 97. Mais dette extérieure de la Chine de 128,8 Mllds de $ en 96.

Japon 1er partenaire de la Chine. Chine vers J : matières 1ères, pétrole, charbon, produits agroalimentaires et manufacturés. J vers Chine : acier, usines clé en main, technologie avancée. Chine vers EU : pétrole, produits textiles, jouets, petite électronique. EU vers Chine : céréales, camions, avions,, matériel de télécommunication, hôtels, fast food. Développement d’une industrie de contrefaçon. Menace de guerre commerciale de Clinton. La Chine s’engage à les démanteler. Chine à l’OMC depuis 2002. UE = 3ème partenaire de la Chine.
E] Les relations entre les pays développés et le Tiers monde :
L’échange inégal :
De 53 à 73 : écart entre prix des matières 1ères et produits manufacturés se creusent. Pouvoir d’achat du 1/3 monde diminue. Les termes de l’échange se dégradent de 12%. Depuis le début de la crise mondiale : Années 80 caractérisées par un effondrement des cours. 90’s : la déprime continue avec la récession éco des pays industrialisés. De 94 à 97, les cours ont sensiblement remonté mais sont retombés à des niveaux très bas avec la crise asiatique (98).

Pourquoi ? Tassement de la consommation, difficultés d’organisation des marchés (cartels de producteurs rares et impuissants). = manifestation d’un ordre économique international dominé par les pays industrialisés.

L’instabilité chronique des prix des produits bruts exportés interdit toute véritable programmation du développement éco dans les pays du Tiers monde (rôle primordial des exportations dans le PNB). Rôle de la spéculation avec la technique des marchés à terme. Risques pour le vendeurs si les cours augmentent pendant la durée du contrat et inversement pour l’acheteur. Cela fausse le fonctionnement des marchés, et au 1er craquement de la bulle spéculative, les investisseurs placeront leurs bénéfices ailleurs.

Limitation des exportations par le moyen de contingentements de + en + stricts. Si l’on reproche aux PED de pratiquer un véritable dumping social avec leurs produits manufacturés, on oublie souvent l’important obstacle du protectionnisme des pays industrialisés (droits de douanes, mesures non tarifaires).
Le problème du nouvel ordre international :
Revendications du Tiers monde. Ces pays organisent et renforcent leurs solidarités (« groupe des 77 » qui compte aujourd’hui 127 pays). Les positions des PED ont trouvé un écho à l’ONU lors de plusieurs assemblées qui ont affirmé la nécessité d’instaurer un nouvel ordre économique international. 3 types de revendications :

La décolonisation économique (exploitation économique (néo-colonialisme), demande d’indemnisation pour les dommages subis lors de la colo), droit à la nationalisation (exploiter souverainement leurs propres ressources naturelles)).

L’industrialisation : suppose l’intervention de l’Etat dans l’économie (priorité aux industries), l’aide internationale (financière et technique) de la part des pays développés.

L’aménagement du commerce international : généralisation des ententes entre producteurs de matières 1ères, pour mieux défendre les intérêts des PED, contrôle des marchés internationaux (développement des exportations des matières 1ères pour assurer un revenu régulier, et demande d’un traitement préférentiel accordé à leurs produits), réduction de l’endettement (annulation pour les + pauvres, allongement des délais).

1975 : conférence sur la coopération économique internationale (CCEI) avec 8 pays ou groupes de pays industrialisés et 19 PED, consacrée à l’énergie, aux matières 1ères, au développement et aux affaires financières. Absence de position commune dans les domaines de l’énergie et de l’endettement. Impossibilité de jeter les bases d’un nouvel ordre économique international. A la 4ème CNUCED réunie à Nairobi en 76, échec du projet de création du Fonds international pour la stabilisation des cours des matières premières, en raison de l’opposition des EU, qui sera finalement décidé en 79. Mais échec du dialogue nord-sud à propos de l’endettement et du fonctionnement du Fonds. Nombreuses conférences vaines. Le nombre des pays les plus pauvres s’agrandit et leur situation éco s’aggrave. L’instauration d’un ordre international impliquerait des sacrifices de la part des pays riches, qu’ils ne sont pas prêts à consentir autrement qu’en déclarations de bonnes intentions sans grands effets.
1   2   3   4   5   6

similaire:

Aggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde) iconProfesseur des Universités en histoire contemporaine Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)
«Mémoire de la Première Guerre mondiale en Europe médiane» (dir.), Guerres mondiales et conflits contemporains, octobre 2007/228,...

Aggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde) iconSelon les modalités du B. O n°4 du 25 janvier 2007
«L’Europe au cœur des grands affrontements : les bouleversements territoriaux liés aux deux guerres mondiales, les totalitarismes...

Aggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde) icon1ère année capa droit Commercial
«statuts municipaux», puis ces pratiques gagnent le reste de l’Europe par le biais des «grandes foires»

Aggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde) iconPermettre aux élèves de prendre conscience de la complexité du monde...
«compact» le reste du monde. Enfin, on constate que le point de gravité des 3 cartes se situe sur le tropique du Cancer et non l’équateur,...

Aggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde) iconLes europeens dans l’histoire du monde
«perdus» ou qu’il n’en reste plus que quelques traces et qu’il est intéressant de les étudier pour elles-mêmes sans chercher forcément...

Aggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde) iconLa Chine a eu longtemps une longueur d’avance sur le reste du Monde

Aggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde) iconL´Europe n´avait jamais eu d´existence propre. On ne sait pas où...
«L´Europe du Cheval à vapeur et l´Europe du Cheval tout cour». Ceci, nous montre qu´en dépit des guerres, IL existe des phénomènes...

Aggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde) iconRésumé : Le continent noir est resté longtemps à l'écart des grands...

Aggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde) iconIntroduction : le sens et le choix des mots
«droits de l’hommiste». Autre branche de contestation : la bannière des droits de l’homme est une façon de défendre des valeurs occidentales,...

Aggravation des disparités mondiales (Europe triomphante/ au reste du monde) iconProgrammes de 4ème. Postulat de départ
«en tire parti» et qui «reste en dehors» ? L’inégale place par rapport à la mondialisation est une des clés de lecture, de compréhension...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com