Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au





télécharger 1.67 Mb.
titreCe gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au
page49/58
date de publication20.10.2016
taille1.67 Mb.
typeCompétition
h.20-bal.com > économie > Compétition
1   ...   45   46   47   48   49   50   51   52   ...   58

SNELL Peter (1938) Nouvelle-Zélande / Athlétisme

Trois fois champion olympique à Rome et à Tokyo en demi-fond, Snell montre que le travail qui repose sur l'endurance finit par porter ses fruits. Il est le bourreau du belge Moens qu'il devance à Rome en 1960 sur 800 m et à Tokyo, quatre ans plus tard sur 1500 m. Notons que Snell remporte une troisième et nouvelle médaille d'or dans la capitale japonaise en conservant son titre du 800 m. Lassé par le travail que suppose le plus haut niveau, il abandonne la compétition à 27 ans.
SNOWBOARD

Cette nouvelle discipline également appelée surf des neiges fait son apparition aux Jeux de Nagano en 1998. Considérée comme un nouveau sport de glisse, elle rencontre un succès grandissant sur tous les champs de neige. Le snowboard comporte deux épreuves en compétition olympique : le slalom géant et le half pipe. Le slalom géant consiste à zigzaguer autour de piquets avec un surf aux pieds. Le half pipe est encore plus spectaculaire. Les skieurs doivent effectuer des figures aériennes en prenant appui sur les pentes d'un couloir de neige relevé sur les côtés.
SOFTBALL

Pour faire simple disons que le softball est aux dames, ce que le base-ball est aux hommes. Ce sport reste pendant de longues années un divertissement qui se pratique en salle pendant la saison des pluies. Désormais le softball se joue en plein air. A la différence du base-ball, le terrain est plus petit, les bases moins éloignées et la balle est plus grosse. Ce sont les pays anglo-saxons qui dominent cette discipline. C'est d'ailleurs à l'occasion des Jeux d'Atlanta en 96 que ce sport est inscrit au programme des Jeux. Les américaines qui restent sur neuf ans d'invincibilité remportent le premier titre. Depuis, les chinoises et les australiennes sont en mesure de contester cette suprématie. Reste qu'à Sydney, les américaines ont de nouveau remporté le titre olympique en s'imposant au Japon en finale.
SOHN KEE CHUNG ou SON KITEI (1912) Japon et Corée du sud / Athlétisme

C'est sous le nom de Son Kitei que cet athlète coréen remporte le titre olympique du marathon aux Jeux de Berlin en 1936. Il réalise cet exploit sous le maillot nippon car la Corée est alors annexé par le Japon. Lorsque retentit l'hymne japonais dans le stade de Berlin, il baisse la tête en signe de protestation. Mais lorsqu'il porte le flambeau dans le stade de Séoul en 1988, le vieil homme de 76 ans a retrouvé sa véritable identité, Sohn Kee Chung et toute sa dignité. Le public et les 14.000 athlètes présents l'applaudissent à tout rompre.
SOLBERG Magnar (1937) Norvège / Biathlon

Pratiquement inconnu dans le monde du biathlon, le policier norvégien va créer la sensation en s’imposant dans l’épreuve du 20 Km des Jeux de Grenoble en 1968. La sensation est d’autant plus grande qu’il a déjà 31 ans. Il avoue à l’arrivée être d’ailleurs trop fatigué pour sourire de sa victoire. Quelques jours plus tard, il sera médaillé d’argent avec ses compatriotes norvégiens.

Quatre ans plus tard à Sapporo, Solberg a gardé une impressionnante condition physique. Toujours aussi rapide sur le parcours de 20 Km et en dépit d’une précision au tir moins performante que quatre ans auparavant où il avait réalisé un sans faute, il remporte sa deuxième médaille d’or.
SOLIDARITE OLYMPIQUE

Ce mouvement permet aux comités qui en ont le plus besoin de percevoir une aide financière. C'est le CIO qui verse des subventions aux différents comités nationaux et cet argent sert à organiser des stages qui permettent de former les éducateurs et les compétiteurs du mouvement sportif. Grâce à ce dispositif, des continents défavorisés comme l'Afrique, l'Asie ou le sous-continent d'Amérique Latine ont ainsi pu permettre à certains athlètes de s'élever au niveau des nations économiquement plus favorisées. A l'occasion des Jeux de Sydney, près de 500 athlètes ont bénéficié d'une bourse, appelée « Projet Horizon » et cela pendant deux ans, afin de les préparer au mieux à leur objectif de médailles.
SORBONNE

C'est au cœur de cette prestigieuse Université de lettres classiques en France que fut décrété le 23 juin 1894, le rétablissement des Jeux olympiques. Plus de 2000 délégués y assistèrent. Ils venaient de tous les milieux. Au terme de ce premier congrès, le Comité International Olympique est créé. Le grec Demetrius Vikelas allait en prendre la présidence. Il fut également convenu de commémorer les premiers Jeux olympiques modernes à Athènes en 1896.
SOTOMAYOR Javier Carlos (1967) Cuba / Athlétisme

Déjà recordman du monde du saut en hauteur en 1988, Javier Sotomayor ne peut pas participer aux Jeux de Séoul cette année là parce que son pays, Cuba, boycotte les Jeux en raison de l'opposition entre les deux Corée. Présent à Barcelone quatre ans plus tard et pour sa première participation aux Jeux, il se fait un devoir de monter sur la plus haute marche du podium. Il confirme un an plus tard ses excellentes dispositions en remportant cette fois son premier titre mondial. Il est depuis cette période recordman du monde de la hauteur avec un bond à 2,45 m. En dépit d'un concours totalement raté à Atlanta, le cubain est resté jusqu'en 99 au meilleur niveau. Contrôlé positif à la cocaïne lors des Jeux panaméricains, il affirme pour se défendre avoir ingurgité un produit à base d'algues. Il sera suspendu deux ans. Mais à la veille des Jeux de Sydney, la fédération internationale d'athlétisme l'élargit pour lui permettre d'y participer. Cette décision sera largement contestée. La justice du sport a voulu qu'il y soit battu par le russe Kliulin pour l'obtention de la médaille d'or.
SOUKOROUTCHENKOV Sergueï (1956) Russie / Cyclisme

Cet excellent coureur cycliste amateur n'a jamais tenté de passer chez les professionnels. Pourtant son titre olympique remporté sur route en 1980 à Moscou, ses deux victoires dans le Tour de l'Avenir et la Course de la Paix de 78 à 84, démontrent des formidables qualités de coureur complet.
SOUVERAINS

De tous temps, les princes et les princesses ont occupé leurs loisirs à faire du sport. Rien d'étonnant dès lors à ce que certains se soient distingués aux Jeux pour défendre les armoiries de leur royaume. Le premier a recevoir une médaille, c'est le prince héritier Olav de Norvège qui est médaillé de bronze à Amsterdam en 1928 dans l'épreuve de yachting. Après lui, le Prince Konstantinos de Grèce sera médaillé d'or à Rome en 1960 dans une autre épreuve de voile, le dragon. D'autres souverains ont participé aux Jeux, sans pour autant remporter de médailles. C'est le cas d'Anne d'Angleterre qui représente son pays aux épreuves équestres des Jeux de Los Angeles en 84. C'est le Prince Felipe des Asturies qui s'efforce de donner à l'Espagne, une nouvelle médaille en voile à Barcelone en 1992. C'est encore le Prince Albert de Monaco qui s'entraîne dur pour bien figurer dans l'épreuve de bobsleigh des Jeux de Calgary en 1988 à Salt Lake en 2002. Plus généralement les rois, les reines, les princes et les princesses honorent les Jeux de leur visite lorsque ces derniers se déroulent en leur royaume.
SOYOUZ

C'est à bord du vaisseau spatial Soyouz que les cosmonautes russes Popov et Rioumine souhaitent de « bons Jeux et une santé cosmique » aux milliers d'athlètes qui participent aux Jeux de Moscou en 80. Leur vaisseau spatial est alors en mission autour de la terre et les deux cosmonautes ne manquent pas ce coup médiatique également destiné à montrer la force de la nation soviétique.
SPARTAKIADES

A l'exception d'une participation de la Russie aux Jeux de Stockholm en 1912, les nations de l'ancienne Urss n'ont pas participé aux Jeux olympiques avant 1952. L'arrivée de l'Urss cette année là donne d'ailleurs à la plus grande manifestation du sport international, son caractère universel. En attendant ce retour dans le giron olympique et afin de permettre aux athlètes soviétiques de goûter aux joies des compétitions internationales, les autorités russes ont créé les Spartakiades. Il s'agissait de rencontres sportives qui se déroulaient tous les quatre ans et auxquelles participaient tous les pays du bloc de l'Est.
SPINKS Michael (1956) Léon (1953) Etats-Unis / Boxe

Ces deux frères sont de grands boxeurs américains, plusieurs fois champions du monde. Michael s'impose aux Jeux de Montréal dans la catégorie des poids moyens avant de devenir champions du monde des mi-lourds de 1981 à 1985 et après avoir remporté 31 victoires en 32 combats. Léon est lui champion olympique des poids mi-moyens à Montréal avant de devenir lui aussi champion du monde dans des conditions exceptionnelles puisqu'il terrasse la "légende" Mohammed Ali. Il conservera sa couronne quelques mois avant que ce dernier ne prenne sa revanche.
SPITZ Mark (1950) Etats-Unis / Natation

Avec 9 titres olympiques obtenus en 68 et 72, dont sept médailles d'or aux seuls Jeux de Munich, le nageur américain pourrait aisément être considéré comme le plus grand champion olympique de tous les temps. Toutefois, sa domination personnelle est brève. Elle repose sur quelques courtes années à la différence de champions olympiques ayant eu une longévité plus exceptionnelle. A Munich, Spitz a remporté toutes les épreuves de sprint en nage libre et en papillon, le 4x100 4 nages ainsi que deux relais avec l'équipe américaine. Son succès et sa notoriété lui ont alors permis d'abandonner sa profession de dentiste pour assurer sa promotion personnelle. Ainsi les neuf médailles d'or sont-elles enfermées dans le coffre d'une banque de Los Angeles et il faut débourser beaucoup d'argent pour qu'il consente à les montrer. Spitz avait une force hors du commun dans un bassin. Il possédait une souplesse incroyable qui lui permettait d’épouser l’eau et de s’y mouvoir avec beaucoup plus d’aisance que tous ces adversaires. De plus, Mark Spitz était capable de provoquer d’époustouflants démarrages dans l’eau sans qu’il soit possible à ses rivaux d’y faire face. Ce secret reposait sur une impressionnante condition physique, témoignage des longues heures passées dans un bassin à l’entraînement. C’était également ce qui lui permettait de rapidement récupérer et d’enchaîner les courses et les victoires.

Celui qu'on a surnommé «Goldfinger» a envisagé un come-back et s'est entraîné pour participer aux Jeux de Barcelone en 1992. Peine perdue ou coup de bluff, on ne l'a pas vu sur les plots de la piscine de la capitale catalane.
SPOHR Georg (1951) Allemagne / Aviron

Associé à ses deux partenaires du deux barré allemand Harald Jährling et Friedrich Wilhelm Ulrich, Georg Spohr s’impose deux fois consécutivement aux Jeux de Montréal en 1976 et à ceux de Moscou quatre ans plus tard. C’est lui qui guidait l’embarcation sur la voie de ce double succès.

SPONSORS OFFICIELS

Afin de respecter la résolution qui interdit la publicité dans les enceintes olympiques , le CIO a passé des accords de partenariat avec de nombreuses multinationales afin de les associer sous d'autres formes au bénéfice de la publicité que drainent des Jeux olympiques. Le plus fidèle de ces sponsors, c'est Kodak, qui fournit depuis l'origine en 1896, le matériel et les pellicules du Centre de presse. Autre compagnon fidèle, Coca-cola qui est partenaire du mouvement olympique depuis les Jeux d'Amsterdam en 1928. La fidélité de la firme d'Atlanta fut dit-on récompensée lors de l'attribution des Jeux de 1996. Plus récemment, à partir des Jeux de Rome en 1960, la firme IBM a mis sa technologie informatique à la disposition des Jeux olympiques. Aujourd'hui, une dizaine de sponsors officiels sont partenaires du mouvement olympique. Ils assurent dans le cadre des programmes baptisés « Top », l'essentiel des revenus du mouvement olympique et donc sa pérennité.
SPOONER Lloyd (né en 1884) Etats-Unis / Tir

Champion du tir au fusil militaire avant les Jeux d'Anvers en 1920, l'américain réalise une razzia de médailles d'or lors de son séjour dans les Flandres. Il ramène quatre médailles d'or, une d'argent et deux de bronze. Un résultat exceptionnel et pourtant inférieur à celui de son compatriote Willis Lee, qui lui gagne 8 médailles dont 6 d'or.
SPORT

C'est à Olympie, lors des Jeux de l'antiquité que se manifestèrent les premières pratiques sportives. Mais l'ensemble de ces disciplines: la course à pied, le pentathlon, la lutte, le pugilat, la course de chevaux et de chars, n'étaient pas regroupées sous un terme générique. Le mot sport qui désigne aujourd'hui l'activité physique dont la pratique suppose un entraînement et le respect de certaines règles serait la contraction d'un vieux mot français, issu du Moyen-âge: desport. Ce mot désignait alors, l'amusement, le dialogue, la joute et ce qui est agréable à pratiquer.
SPORT DE DEMONSTRATION

Avant d'accéder au programme officiel des Jeux olympiques , de nombreux sports ont été en démonstration lors des Jeux précédents. Parfois, certains sports sont présents au programme en raison du lien culturel qui le lie au pays organisateur. Ce fut le cas du taekwondo en 1988 à Séoul et devient sport olympique en 2000 à Sydney. C'est également le cas du rink hockey et de la pelote basque en démonstration à Barcelone et abandonné depuis.
SPORTS OLYMPIQUES

Tous les sports pratiqués dans le monde ne sont pas des disciplines olympiques. Ainsi aux Jeux d'été que n'y a que 35 disciplines retenues. Il s'agit de l'athlétisme, l'aviron, le badminton, le base-ball, le basket, le beach volley, la boxe, le canoë-kayak, le cyclisme, l'équitation, l'escrime, le football, la gymnastique, la GRS, l'haltérophilie, le handball, le hockey sur gazon, le judo, la lutte, la natation, la natation synchronisée, le pentathlon moderne, le plongeon, le softball, le taekwondo, le tennis, le tennis de table, le tir, le tir à l'arc, le trampoline, le triathlon, la voile, le volley-ball, le VTT et le water-polo.

Aux Jeux d'hiver, il existe 13 disciplines olympiques : le ski alpin ; le ski de fond, le ski acrobatique, le ski artistique, le snowboard, le biathlon, le combiné nordique, le saut à ski, la luge, le bobsleigh, le patinage artistique et patinage de vitesse et le short track.
SQUAW VALLEY - Etats-Unis

Squaw Valley n'est pas encore une station de ski lorsque le promoteur américain Alex Cushing pose la candidature de ce site de la Sierra Nevada pour y organiser les Jeux d'hiver de 1960. Il n'y a sur place qu'un hôtel et une remontée mécanique. C'est sur une maquette de la future station qu'il s'appuie pour défendre la candidature de Squaw Valley. Le CIO lui fait confiance. Il investit plusieurs millions de dollars et à la date voulue... tout n'est pas prêt ! Ainsi les épreuves de bobsleigh sont-elles annulées. Afin de masquer l'échec du pari, Alex Cushing s'appuie sur des vedettes hollywoodiennes pour distraire les sportifs. C'est Walt Disney en personne qui est chargé de la cérémonie d'ouverture. Elle se déroule sous la neige. Lors de ces Jeux, le public américain salue l'avènement de la patineuse artistique Carole Heiss et de la patineuse de vitesse Skoblikova.
SRECKI Eric (1964) France / Escrime

Cet épéiste français est sacré champion olympique à Barcelone en 1992.Afin de bien démontrer que cet arme est bien une spécialité française, son compatriote Jean Michel Henry l'accompagne sur la plus petite marche du podium catalan. En devenant champion du monde trois ans plus tard, Eric Srecki démontre que ce titre olympique n'était pas le fait du hasard. Il connaîtra le podium olympique à deux nouvelles reprises lors des Jeux d'Atlanta où il gagne une médaille de bronze par équipes et à Sydney où il est cette fois médaillé d'argent, toujours par équipes. Il est cette fois associé à son compatriote Hugues Obry qui a pris la médaille d'argent de l'épée individuelle. Celui que ses partenaires surnomme "le suédois" en raison de son calme se consacre désormais à son métier de professeur de sport.
STECHER Renate (1950) Allemagne / Athlétisme

Meilleure sprinteuse mondiale à la fin des années 70, elle est la première à courir le 100 m en moins de 11 secondes. Elle s'octroie un double titre olympique à Munich sur 100 et 200 m et termine deuxième du relais 4x100 m. Quatre ans plus tard à Montréal, Stecher perd son titre sur 100 m et se classe 3ème du 200 m, mais elle remporte une nouvelle médaille d'or avec le relais allemand.
1   ...   45   46   47   48   49   50   51   52   ...   58

similaire:

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconDe la «nouvelle histoire» au post-sionisme
«La guerre de 1948 n’a jamais été un sujet de controverses […] Mais la boite de Pandore s’est ouverte, et les historiens israéliens,...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconL'histoire de la maison Vuitton commence en 1835. Alors âgé de 14...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconRésumé : La vie d'une jeune fille, Marjanne, vivant avec sa famille...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconSurtout ses romans et ses œuvres autobiographiques
«I will cut it off ! I will cut it off !». Son influence fut énorme dans la lutte angoissante entre sensualité et spiritualité qui...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconVice-président : Albert genestas
«La Paysanne de Saint Jean d'Heurs». La société est affiliée à la Fédération de Chasse du Puy de Dôme. Elle se compose de 31 chasseurs...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconLa Compagnie générale transatlantique
«Transat» moins en vue que le grand armement transatlantique qui fit la fierté de la France : la flotte des stationnaires de la compagnie...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconPermettre aux élèves de saisir l’importance qu’occupe en France,...
«Alors que disparaît le dernier combattant français de la Première Guerre mondiale, la Nation témoigne sa reconnaissance envers ceux...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconChapitre I: La vieillesse ancienne au temps des mythes et des premières sociétés
«Si le corps devient inutile à toutes sortes d'emplois, pourquoi ne pas délivrer l'âme qui souffre en sa compagnie». Cicéron fait...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconDevoir n°2 d’histoire
«Berthe au grand pied», Pépin a deux fils : Charles et Carloman. Très vite l'aîné Charles s'impose et annonce son style, IL se fera...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au icon1. Du commerce à la conquête : la compagnie britannique au Bengale
«Compagnies Raj» ou «Bahadur». En 1756, on aboutit à la «Guerre de Sept Ans» qui installera définitivement l’Empire Britannique dans...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com