Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au





télécharger 1.67 Mb.
titreCe gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au
page51/58
date de publication20.10.2016
taille1.67 Mb.
typeCompétition
h.20-bal.com > économie > Compétition
1   ...   47   48   49   50   51   52   53   54   ...   58

SZMIDT Josef (1935) Pologne / Athlétisme

Le triple sauteur polonais n'a pas connu la même notoriété que le marathonien Abebe Bikila et pourtant, il réalise aux mêmes périodes un exploit comparable à celui de l'éthiopien. Médaillé d'or du triple saut à Rome en 1960, il conserve son titre à Tokyo, quatre ans plus tard.
TACHEOMETRE

Cet engin monté sur trépied remplace avantageusement les rubans et autres système de mesure utilisés jusque là en athlétisme. L'appareil possède une visée et mesure les distances en envoyant sur le point cible un faisceau lumineux à infrarouge. Le calcul de la distance se fait en mesurant le temps de trajet entre un point et un autre. Une seconde suffit à obtenir une mesure d'une précision extrême, de l'ordre du millimètre.
TAEKWONDO

Sport en démonstration à Séoul en 1988 et à Barcelone en 1992, mais absent des Jeux d'Atlanta en 96, le taekwondo est discipline olympique à part entière à Sydney en 2000. Cet art martial d'origine coréenne signifie «la voie des coups de poings et des coups de pieds ». Il s'apparente au karaté dans la façon de porter les coups de pieds, mais les combattants peuvent utiliser les poings pour frapper l'adversaire. Il existe quatre catégories de poids et le tournoi se déroule sous forme d'élimination directe jusqu'à la finale. Lors des combats souvent violents, mais très télégéniques les taekwondoïstes sont équipés d'un casque, des protections aux bras et aux jambes et d'un plastron. Elles sont rouges ou bleues selon l'adversaire. Le taekwondo est le seul sport de combat qui protège les parties du corps qui peuvent être frappées par le concurrent opposé. Si la Corée reste tout naturellement la meilleure nation mondiale, l'Europe et d'autres nations asiatiques visent à combler leur handicap. A Sydney, les coréens et coréennes sont montés 4 fois sur le podium pour y remporter 3 des 8 titres en jeu.
TAIT Blyth (1961) Nouvelle Zélande / Equitation

C'est à 31 ans que le cavalier néo-zélandais découvre les Jeux olympiques à Barcelone en 1992. Il participe à l'épreuve de concours complet et après un départ catastrophique parvient à remporter une médaille de bronze. Il rate complètement le dressage, mais se ressaisi en cross et en saut d'obstacles. Dans la foulée, il est médaillé d'argent par équipes.

A Atlanta, il a retenu les erreurs passées. Il est champion olympique de concours complet et termine troisième par équipes. Il sera par la suite trois fois vainqueur de la Coupe du Monde.

En dépit de son statut de favori, il échoue totalement à Sydney où il ne parvient pas à atteindre le podium, ni en solitaire, ni par équipes à la différence de son compatriote Mark Todd, troisième du concours individuel.
TAIWAN

L'histoire de cette nation asiatique aux Jeux à moins à voir avec le sport qu'avec la politique. Ainsi lors des Jeux de Rome en 1960, la Chine nationaliste est contrainte et forcée de défiler sous le nom de Formose. Un an auparavant son comité olympique a été dissout. Mais c'est à Montréal en 76, que la question chinoise est de nouveau au cœur du débat olympique. Le gouvernement canadien qui entretenait d'excellentes relations commerciales avec la Chine populaire, refuse la participation de Taiwan. Malgré un accord de dernière minute entre le CIO et les représentants canadiens qui autorisent ce pays à participer sous ses propres couleurs, les taiwanais eux, décident de rentrer chez eux.

Aujourd’hui encore les chinois n’excluent pas l’idée de partager une partie de l’organisation des Jeux olympiques 2008 avec Taiwan à la condition que cette dernière reconnaisse qu’il n’existe qu’une seule Chine.
TAKACS Karoly (1910-1976) Hongrie / Tir

Ce tireur au pistolet a bien du mérite lorsqu'il remporte à deux reprises le titre olympique aux Jeux de Londres en 48 et à Helsinki, quatre ans plus tard. Soldat, il se fait sauter la main droite avec une grenage qu'il manipule. Devenu ambidextre par la force des choses, c'est avec la main gauche qu'il tire en compétition et c'est ainsi qu'il s'impose à deux reprises aux Jeux.
TAKALO Anni Helena (1947) Finlande / Ski de fond

La domination de la finlandaise dans le ski de fond olympique sera de courte durée. Lors des Jeux d’Innsbruck en 1976, elle s’adjuge le 5 Km en devançant deux grandes championnes, Smetanina et Kulakova. Cette dernière sera déclassée pour avoir été contrôlée positive après l’utilisation d’un spray nasal. Toutefois Kulakova la devancera dans le 10 Km. Takalo obtiendra finalement une deuxième médaille d’argent par équipe dans le relais 4x5 Km. De nouveau en lice à Lake Placid en 1980, elle finira sur la troisième marche du podium du 10 Km.
TAKHTI Gholamreza (1930 – 1968) Iran / Lutte

Takhti reste encore à ce jour l’un des plus émérites champions iraniens. D’origine modeste, cet ancien ouvrier pétrolier finit par intégrer l’armée et ainsi pouvoir se livrer à la lutte, son sport favori. Il accumule les titres avant d’aller aux Jeux et remporter trois médailles dont une en or lors des Jeux de Melbourne en 1956 dans la catégorie des 87 kg en lutte libre. De nouveau en lice dans cette catégorie à Rome quatre ans plus tard, il sera battu en finale avant d’achever sa carrière sportive au milieu des années 60.

Opposé au régime politique iranien, il est discrédité par les autorités en dépit d’une grande popularité dans son pays. C’est ainsi qu’il est mis à l’écart et qu’il meurt dans des conditions mystérieuses. Il se serait officiellement suicidé.
TAMURA Ryoko (1975) Japon / Judo

Originaire de Fukuoka, la ville japonaise où est organisé le plus grand tournoi de judo du pays, Ryoko Tamura est rapidement devenue populaire après avoir obtenu sa première sélection olympique à seize ans lors des Jeux de Barcelone en 92.

Engagée dans la catégorie des 48 kg, elle parvient à atteindre la finale olympique avant de s’incliner face à la française Cécile Nowak. De nouveau finaliste et battue à Atlanta, elle va prendre sa revanche et remporter l’or aux Jeux de Sydney en 2000. Lors de chacun de ses combats, elle atomise ses adversaires pour s’imposer en moins de trente secondes.
TARANENKO Leonid (1956) Biélorussie / Haltérophilie

Considéré comme l'homme le plus fort du monde pour avoir soulevé 475 kg au total des deux mouvements lors des Jeux de Séoul en 1988 - ce que plus aucun haltérophile n'a réalisé depuis - le biélorusse est une première fois champion olympique en 80 à Moscou dans la catégorie des 108 kg. Victime d'un accident de voiture, il disparaît de la compétition avant le retour triomphal qu'on connaît en 1988, lorsqu'il établit son record légendaire. Il est encore présent à Barcelone en 1992 pour une médaille d'argent chez les super lourds.
TARASOV Maksim (1971) Russie / Athlétisme

Profitant de la méforme chronique aux Jeux olympiques du grand champion ukrainien Sergueï Bubka, le sauteur à la perche russe Maksim Tarasov s'est fait un devoir de remporter la médaille d'or aux Jeux de Barcelone en 1992. Il n'a pas à forcer son talent déjà entrevu lors de précédents championnats du monde. Il franchit les 5,80 m nécessaires à sa quête de médaille d'or. On aurait espéré que Tarasov s'impose de nouveau à Sydney pour lui voir faire son rituel saut périlleux arrière, mais guère inspiré, il se contente de la médaille de bronze derrière deux américains peu connus: Hysong et Johnson.
TARIS Jean (1909-1977) France / Natation

Jean Taris possède un des palmarès les plus riches de la natation française. Il détient près de 10 records du monde lorsqu'il se présente aux Jeux de Los Angeles en 1932. Il domine d'ailleurs copieusement la finale du 400 m nage libre, lorsque trop sûr de lui, il ralentit dans les derniers mètres. L'américain Crabbe revient sur lui et empoche finalement la médaille d'or. Taris sera seulement médaillé d'argent et mettra de longues années avant de digérer cet échec.
TAYLOR Angelo (1978) Etats-Unis / Athlétisme

Originaire de la même ville qu'Edwin Moses et doué pour l'athlétisme, le jeune athlète américain s'est fait comme son prédécesseur une spécialité du 400 m haies. Il s'impose aux Jeux de Sydney en 2000 en dépit d'un couloir à la corde très difficile à négocier, conséquence de son mauvais temps en demi-finale. Cette première médaille d'or devrait être à l'origine d'une grande carrière à l'image de son vénérable compatriote.
TAYLOR Henri (1885 - 1951) Grande Bretagne / Natation

Avant de devenir un champion, ce jeune nageur britannique connaît des conditions d'entraînement épouvantables. Il est obligé de nager dans les eaux sales des ruisseaux et des canaux de son comté car il n'a pas les moyens d'utiliser les piscines locales. Son dur entraînement a fini par porter ses fruits. Aux Jeux de Londres en 1908, il remporte 3 médailles d'or sur 400, 1500 m nage libre et sur le 4x200 m. Il sera de nouveau médaillé de bronze à Stockholm en 1912 et à Anvers, huit ans plus tard. Ces performances valent à Taylor outre-manche, le surnom de « merveille aquatique ».
TAYLOR Meldrick (1966) Etats-Unis / Boxe

Comme son aîné Floyd Patterson, champion olympique en 52, Meldrick Taylor est devenu champion olympique de boxe à 17 ans lors des Jeux de Los Angeles en 84. Devenu professionnel, il est longtemps resté champion du monde de 1988 à 1992, ne concédant que 5 défaites en 37 combats.
TAYLOR Rachel (1974) Australie / Aviron

Qui se souvient de la médaille d'argent gagné au deux sans barreuse par l'australienne Rachel Taylor d'ici quelques années, voire quelques mois ? Sans doute personne, sauf un chauffeur de taxi de Sydney. C'est lui qui a retrouvé la précieuse médaille sous le siège arrière de sa voiture après qu'un appel urgent ait été passé auprès de toutes les compagnies de la ville. Rachel Taylor avait largement fêté l'événement dans les bars de Sydney et avait égarée son trophée quelques part dans la ville. Heureusement un éclair de lucidité lui fit retrouver la mémoire et... sa médaille.
TCHEMERKINE Andreï (1972) Russie / Haltérophilie

Jadis surnommé "l'homme le plus fort du monde", Tchemerkine n'est plus aujourd'hui que l'haltérophile le plus costaud du monde. Il prend du poids à chacune de ses sorties et dépasse les 160 kg. Largement favori à Sydney en 2000, il échoue dans la catégorie des plus de 105 kg dont le titre revient à l'iranien Rezazadeh. Pourtant le policier était bien parti pour succéder dans la légende de l'haltérophilie à ses compatriotes Kurlovitch et Alexeiev après sa victoire à Atlanta en 96 et ses 4 titres de champion du monde.
TCHERIAZOVA Lina (1968) Ouzbékistan / Ski artistique

Championne du monde de ski acrobatique, Lina Tcheriazova avait toutes les chances de remporter le premier titre olympique lors des Jeux de Lillehammer en 1994. Mais une blessure, quelques jours avant les épreuves, faillit la priver de cette chance. Finalement, elle parvient à se qualifier pour le tour final et s’adjuge la médaille d’or devant la suédoise Lindgren qu’elle devance d’un demi point. Ce jour là, elle réussit son triple flip. C’est alors qu’elle apprend la mort de sa mère décédée trois semaines auparavant. Une nouvelle qui lui fut cachée pour ne pas gâcher sa préparation.
TCHUKARINE Viktor (1921) Russie / Gymnastique

11 médailles olympiques dont 7 en or consacrent la carrière du meilleur gymnaste des années 50. Il remporte deux fois le concours général en 52 à Helsinki et en 56 à Melbourne. Il est également cité au palmarès du concours par équipes, aux barres parallèles, au cheval d'arçons et au saut de cheval. Mais la performance de Tchukarine est encore plus édifiante qu'elle n'y paraît. Engagé comme militaire dans l'Armée Rouge, il est déporté et n'est libéré qu'à la fin de la deuxième guerre mondiale. L'homme qui rentre des camps de concentration nazis ne pèse alors que 40 kg. Il est l'ombre du champion qu'il redevient en 1952, lorsqu'à 31 ans, il remporte ses quatre premières médailles d'or.
TEDIASHVILI Levan (1948) Russie / Lutte

Champion olympique de lutte libre dans la catégorie des 82 kg en 72, Tediashvili est opposé en finale à l'américain Peterson. Mais phénomène plus rare, c'est face à son jeune frère Benjamin qu'il s'impose de nouveau quatre ans plus tard, à Montréal, cette fois dans la catégorie des 90 kg. Entre temps il a changé de catégorie pour le plus grand malheur des frères Peterson.
TEHERAN - Iran

Choisi pour accueillir les Jeux olympiques de 1984, la capitale iranienne doit renoncer à cette organisation dès 1980 en raison de la révolution idéologique de 1979 qui ne le permet plus. C'est ainsi que Los Angeles récupère l'organisation des 23ème Jeux olympiques. Seule en lice, la ville californienne n'a aucun mal à faire admettre sa candidature. Les contribuables californiens n'ont rien à payer. Ce sont les sponsors qui financent les nouvelles installations. Aujourd'hui Téhéran était de nouveau en lice pour organiser les Jeux de 2008, mais son projet a été écarté lors du vote préliminaire.
TELEVISION

La télévision tient une place considérable dans l'organisation des Jeux. C'est elle qui assure au CIO de confortables revenus afin de s'attacher des droits d'exclusivité. Ainsi, c'est pour elle que le CIO entend aujourd'hui allonger la durée des Jeux. Ils pourraient durer plus longtemps afin d'assurer aux télévisions des parts de marché (d'audience) et des recettes publicitaires très importantes.

Il n'en a pas toujours été ainsi. Jusqu'au milieu du 20ème siècle, la presse écrite puis la radio ont été au cœur du dispositif olympique. Mais si ces médias ont assuré la promotion du mouvement olympique, ils n'ont pas permis son indépendance financière.

C'est en 1936 que la première caméra de télévision est montrée au public par le chef de la propagande nazie, juste avant le début des Jeux de Berlin. En 48 à Londres, 500.000 personnes visionnent les reportages réalisés pendant les Jeux. Dès les Jeux d'Helsinki en 52 et ceux de Melbourne en 56, des discussions concernant les droits télévisés sont engagés. Ils n'aboutissent pas. Il faut attendre les Jeux de Rome en 1960 et la naissance de l'Eurovision pour permettre aux téléspectateurs de regarder les épreuves en direct. A Mexico en 68, des millions de téléspectateurs peuvent les voir en couleur. Pourtant à l’époque, le CIO ne mesure pas l’impact de ce nouveau média et des bénéfices qu’il peut en tirer. Ainsi, l'Américain Avery Brundage, alors président du CIO, déclarait-il : "Le CIO s'est bien passé de la télévision pendant 60 ans, il peut continuer pour les 60 années à venir".

Pourtant à Séoul en 1988, les droits de retransmission sont 350 fois supérieurs à ceux engagés pour les Jeux de Rome. A Barcelone, la chaîne américaine NBC paie 410 millions de dollars pour s'attacher les droits de télévision, droits qu'elle revend ensuite à ses consœurs du monde entier. Elle paiera le double à Sydney 2000.

Aujourd’hui le CIO va créer son propre network afin d’assurer lui-même les images et les revendre. Ce nouveau canal de distribution devrait être opérationnel pour les Jeux de Pékin en 2008.

Reconnaissons que la télévision offre des images parfois fort belles. Le téléspectateur est au cœur du dispositif. Il voit des ralentis, des images sous-marines, des gros plans que le spectateur ne verra jamais. Quant au spectateur il conservera en mémoire des émotions que n'aura jamais le téléspectateur.
TENNIS

Admis au programme des premiers Jeux de l'ère moderne en 1896, le tennis disparaît du mouvement olympique à l'aube des Jeux de 1924 car le CIO doute fortement de l'amateurisme des joueurs. Ils sont d'ailleurs tous professionnels. Cette mise à l'écart dure jusqu'au Jeux de Los Angeles en 84 où de nouveau les tennismen et les footballeurs professionnels sont acceptés. D'abord en démonstration, le tennis devient discipline olympique à part entière à Séoul en 1988. Steffi Graff chez les dames et Miroslav Mécir chez les hommes sont les premiers champions olympiques de la nouvelle ère.
1   ...   47   48   49   50   51   52   53   54   ...   58

similaire:

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconDe la «nouvelle histoire» au post-sionisme
«La guerre de 1948 n’a jamais été un sujet de controverses […] Mais la boite de Pandore s’est ouverte, et les historiens israéliens,...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconL'histoire de la maison Vuitton commence en 1835. Alors âgé de 14...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconRésumé : La vie d'une jeune fille, Marjanne, vivant avec sa famille...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconSurtout ses romans et ses œuvres autobiographiques
«I will cut it off ! I will cut it off !». Son influence fut énorme dans la lutte angoissante entre sensualité et spiritualité qui...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconVice-président : Albert genestas
«La Paysanne de Saint Jean d'Heurs». La société est affiliée à la Fédération de Chasse du Puy de Dôme. Elle se compose de 31 chasseurs...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconLa Compagnie générale transatlantique
«Transat» moins en vue que le grand armement transatlantique qui fit la fierté de la France : la flotte des stationnaires de la compagnie...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconPermettre aux élèves de saisir l’importance qu’occupe en France,...
«Alors que disparaît le dernier combattant français de la Première Guerre mondiale, la Nation témoigne sa reconnaissance envers ceux...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconChapitre I: La vieillesse ancienne au temps des mythes et des premières sociétés
«Si le corps devient inutile à toutes sortes d'emplois, pourquoi ne pas délivrer l'âme qui souffre en sa compagnie». Cicéron fait...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconDevoir n°2 d’histoire
«Berthe au grand pied», Pépin a deux fils : Charles et Carloman. Très vite l'aîné Charles s'impose et annonce son style, IL se fera...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au icon1. Du commerce à la conquête : la compagnie britannique au Bengale
«Compagnies Raj» ou «Bahadur». En 1756, on aboutit à la «Guerre de Sept Ans» qui installera définitivement l’Empire Britannique dans...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com