Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1





télécharger 53.79 Kb.
titreProblématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1
date de publication09.05.2017
taille53.79 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
L'Europe en mutation dans la première moitié du XIXe siècle
Introduction : Les mutations profondes de l’Europe dans la première moitié du XIXe s.

Confrontation cartes et paysages
Démarche : partir du constat final (l’Europe vers 1850) pour s’interroger sur les multiples causes qui peuvent expliquer les évolutions connues pendant la période (1ère moitié du XIXe s.) et dans l’espace étudié (L’Europe)

Compétence : être capable d’élaborer une problématique à partir de la confrontation de documents à des dates différentes
Gravures p.272 et 273 « De l’atelier familial à l’usine » (livre)

Peintures p. 278 et 279 « L’Ecluse et le moulin de Dedham » et « Pluie, vapeur, vitesse » (Belin)

Lithographie p. 244 et 245 « L’Europe des princes » et « L’Europe des peuples » (livre)


Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1ère moitié du XIXe s ?




Méthodologie de la problématique

2 méthodes pour élaborer une problématique en histoire :

- à partir d’un paradoxe/contradiction  le développement s’attachera à démontrer comment résoudre le paradoxe mis en évidence

- à partir d’un constat final  le développement s’attachera à montrer des causes qui permettent d’expliquer les évolutions et leurs conséquences sur la période et l’espace étudié



Etude de cas : le Creusot, un fief industriel.
Cf Fiche EDC Le Creusot, un fief industriel
Notions : Industrialisation, urbanisation, bourgeoisie, prolétariat, paupérisation, libéralisme économique et politique

Démarche : l’étude de cas permet de faire ressortir un certain nombre de notion central du chapitre qui seront par la suite contextualisés

Compétence : être capable de retranscrire et de mettre en relation des notions préalablement étudiées dans un schéma systémique

Méthodologie du schéma systémique

1. S’interroger et préciser le processus que l’on veut expliquer

2. Relever les notions principales du processus (causes, conséquences)

3. Mettre en relation ces notions à l’aide de flèches qui peuvent signifier « entraîne » ou « influence ».

4. Ne pas oublier qu’une conséquence n’a pas qu’un seul facteur explicatif et qu’il peut exister des effets de rétroaction



L'entrée de l'Europe dans l'ère industrielle : l’affirmation du libéralisme économique


  1. L'industrialisation : un faisceau de facteurs


Quels sont les facteurs qui ont fait de l’Europe le berceau de la mutation industrielle ?
Notions : complexité, industrialisation

Compétence : être capable de transcrire un texte en schéma


B. Une société transformée et marquée par de nouvelles inégalités
Gravure p.293 « L’immeuble bourgeois » (livre)

Quelles sont les transformations sociétales que peut mettre en lumière ce document ?

 urbanisation

 bourgeoisie

 pauvreté

 ségrégation socio-spatiale verticale


Quelles sont les conséquences sociétales de l’industrialisation de l’Europe ?
Notion : urbanisation ; bourgeoisie ; prolétariat ; paupérisation ; ségrégation socio-spatiale verticale, économie de marché ; capitalisme ; libéralisme économique

Compétence :

- être capable de décrypter les hiérarchies sociales d’une société à partir d’un document iconographique

- être capable de dater les quartiers d’une ville à partir de la localisation de la gare
1. Une urbanisation fille de l’industrialisation.
Graphique 3 p. 269 « La population totale et urbaine de l’Europe entre 1800 et 1850 » (Magnard)

Carte topographique Annecy
L’essor des villes est considérable en Europe durant la première moitié du XIXe s.

Industrialisation et urbanisation vont de pairs

 proximité d’une importante clientèle

 présence d’une main d’œuvre importante alimentée par l’exode rural

 localisation de gisement de matière première (fer, charbon)

 concentration des infrastructures de transport (voie de chemin de fer)
2. Enrichissement global mais renforcement des inégalités sociales
Graphique p. 292 « La croissance économique en France et au Royaume-Uni (1700-1850) » (Livre)

Texte p. 293 « Le logement ouvrier en 1837 » (livre) ou Peinture p. 49 « Le Londres de Gustave Doré » (Histoire n°349)
Quel paradoxe peut-on relever en confrontant ces deux documents ?

Paradoxe : Enrichissement global mais renforcement des inégalités sociales avec une paupérisation croissante d’une partie de la population
La nouvelle société industrielle qui est en train de se développer engendre de fortes inégalités. En effet, l’industrialisation profite principalement à la bourgeoisie (grands entrepreneurs, banquiers…), au détriment du monde ouvrier, principalement des ouvriers non qualifiés. Pour ce dernier groupe social on parle de prolétariat : travailleur (à l’usine ou à la mine) qui vit uniquement de sa force de travail.
Le prolétariat a des conditions de travail très pénible (15 heures de travail par jour, travail des enfants, travail physique avec de nombreux accidents…). De plus, il vit dans un été permanent de pauvreté : on parle de paupérisme. (Même s’il est quelque peu tempéré par le paternalisme)

 influence catholique  catholicisme social

Cependant, pour de nombreux bourgeois, l’inégalité sociale se justifie, elle est le résultat du mérite et du travail de chacun.
Cette situation peut s’expliquer par la quasi absence de mesures sociales dans un contexte de libéralisme économique.

Emile Laurent (1865) : « Une manufacture est une invention pour fabriquer deux articles : du coton et des pauvres »
Libéralisme économique : théorie économique énoncée notamment par Adam Smith (1723-1790) dans son ouvrage Recherche sur la nature et les cause de la richesse des nations. Selon cette théorie, les mécanismes du marché sont plus efficace pour contribuer au développement de la société que l’intervention de l’Etat (c’est la « main invisible » selon Smith  l’éco obéit à un ordre naturel). Le libéralisme éco s’appuie sur 3 principes majeurs :

- la propriété privée

- la libre etp

- la libre ccr

« laisser faire » : les etpreneurs, la libre fixation des prix, la libre circulation des marchandises, des hommes et des capitaux.

libre fonctionnement du marché

L’Etat doit s’attaché uniquement à des tâches politiques et administratives.

pas d’intervention de l’Etat dans le domaine social (pas de fixation des prix et salaires minimums et maximums)
libéralisme politique : philosophie politique qui met en avant les liberté individuelles et la participation démocratiques aux diverses instiutions politiques. Dans le domaine des mœurs, le libéralisme politique s’oppose au conservatisme par une plus grande tolérance.
Dans ce contexte se développe un nouveau système économique : le capitalisme.

Capitalisme : système caractérisé par la propriété privée des moyens de production (capitaux, machines) et leur mise en œuvre par des travailleurs qui n’en sont pas propriétaires (séparation entre ceux qui possèdent le capital et ceux qui ne disposent que de leur travail)

dév du salariat  ceux qui ne disposent que de leur travail

réutilisation d’une partie du capital pour réinvestir  prise d’un risque  rémunération du risque

 importance de l’innovation  destruction créatrice

En effet, à partir de 1780, dans les régions industrialisées d’Europe, on assiste à une accumulation de capital, c'est-à-dire l’argent, les moyens techniques, les connaissances consacrés à la production.

La mécanisation augmente les rendements, baisse les coûts et multiplie les bénéfices de l’entrepreneur, qui peut ainsi réaliser de nv investissements. (même si existence de phases de crises)
Loi d’airain : le salaire moyen ne peut pas dépasser le minimum vital nécessaire

Turgot (1766) : « Le salaire de l’ouvrier est borné par la concurrence entre les ouvriers à sa subsistance. Le simple ouvrier, qui n’a que ses bas et son industrie na rien qu’autant qu’il parvient à vendre à d’autres sa peine. Il la vend plus ou moins cher, mais ce prix plus ou moins haut ne dépend pas de lui seul, il résulte de l’accord avec celui qui paie son travail. Celui-ci le paie le moins cher qu’il peut ; comme il a le choix entre un grand nombre d’ouvriers. Il préfère celui qui travaille au meilleur marché. Les ouvriers sont donc obligés de baisser le prix à l’envi les uns des autres. En tout genre de travail, il doit arriver et il arrive que le salaire de l’ouvrier se borne à ce qui lui est nécessaire pour lui procurer sa subsistance. »

Ricardo : « dans l’avancement naturel des sociétés, les salaires tendront à baisser en tant qu’ils sont réglés par l’offre et la demande ; car le nombre des ouvriers continuera à s’accroître dans une progression un peu plus rapide que la demande de main-d’œuvre. »

C. De la révolution à la mutation industrielle : une industrialisation irrégulière et partielle de l’Europe
Pourquoi ne parle-t-on plus de « Révolution industrielle » mais de « mutation industrielle » ou encore de « première industrialisation de 1750 à 1880 » ?
Fiche module : De la révolution à la mutation industrielle.
Notions : historiographie, révolution industrielle, industrialisation

Démarche : partir de la remise en cause historiographique de la notion de « révolution industrielle » pour essayer de rechercher les éléments de cette remise en cause

Compétence : être capable de réaliser un plan de réponse organisée à partir d’une problématique prédéfinie


  1. Une croissance irréversible mails inégale.

    • croissance globale de la production et des revenus par habitants

  1. Inégale dans le temps.

    • mais des crises tous les 6 à 10 ans

 nv marché et investissement rapide  saturation de la demande  fermeture des entreprises endettées  chômage  diminution de la demande

  1. Inégale dans l’espace

    • croissance inégale selon les pays

    • industrialisation limitée à certains espaces

  1. Un processus partiel.

    • Sauf en Grande-Bretagne, 70% de la population vit encore dans les campagnes en Europe  les campagne sont peu touchées par la mécanisation  exode rural

    • Lente modernisation avec prédominance de l’exploitation familiale où l’autoconsommation domine


La volonté des monarques contre les aspirations des peuples : l’émergence du libéralisme politique


    A. Du libéralisme économique au libéralisme politique ?


Notions : libéralisme politique, socialisme, marxisme
Quelles sont les conséquences politiques de l’industrialisation et du libéralisme économique ?


  1. Affirmation du libéralisme politique

Affirmation de la bourgeoisie sur le plan économique  volonté d’accéder au pouvoir

 affirmation sociale (enrichissement et place importante sur le plan éco)

pouvoir de transférer leurs idées sur le plan politique

influence de la Révolution française  idéologie libérale avec la DDHC (libertés individuelles, égalité devant la loi et l’impôt, justice indépendante) et le principe de souveraineté nationale.
En effet, face au modèle politique conservateur qui domine, la bourgeoisie libérale défend le respect des libertés individuelles et le principe d’un pouvoir contrôlé par les représentants de la nation.

Cependant devant les excès de la Révolution française, ils rejettent une république fondée sur le SU. Le régime idéal pour eux est la monarchie constitutionnelle ou un parlement, issu d’un suffrage censitaire, qui vote les lois et contrôle l’exécutif.


  1. Naissance du socialisme

Cependant face à l’extrême pauvreté d’une partie de la population (le prolétariat) lié au libéralisme économique, un autre courant de pensée émerge : le socialisme.

Socialisme : courant de pensée hostile au libéralisme, appelant à une meilleure répartition des richesses.
C’est un courant très hétérogène.

Les anarchistes (anarchia = absence de gvt)

Ils sont partisans de la suppression de la propriété privée – qu’il qualifie de vol – et de l’Etat.

Les marxistes

En 1848, la publication du Manifeste du parti communiste rédigé par les Allemands (Karl) Marx et (Friedrich) Engels marque la naissance du marxisme. Ils interprètent l’histoire comme une suite de conflits entre groupes sociaux aux intérêts contradictoires. En effet, selon eux, toute classe dirigeante cherche à perpétuer sa position dominante. Le profit prélevé par le détenteur des moyens de production lui permet d’accroître sans cesse sa capacité de produire et donc de s’enrichir. A l’inverse, les faibles salaires versés aux travailleurs réduisent leur pouvoir d’achat. Selon les marxistes, la bourgeoisie du XIXe siècle ne renoncera pas spontanément à sa domination : ils pensent donc que la solution à cette « lutte des classes » réside dans une révolution.
Thèse de Marx : texte 4 p. 277 « Le prolétariat selon Karl Marx » (Belin)
Analyse contestée et contestable :

  • après 1850, développement des mesures sociales sans nécessité de révolutions

  • pluralité des « classes dominées et dominantes »

pas de réalisation des prédictions de Marx et échec de la mise en place de ses idées.
Lénine (1916) : « tant que le capitalisme reste le capitalisme, l’excédent de capitaux est consacré, non pas à élever le niveau de vie des masse dans un pays donné, car il en résulterait une diminution des profits pour les capitalistes, mais à augmenter ces profits par l’exportation des capitaux à l’étranger, dans les pays sous-développés. »


  1. L'Europe transformée par les idées révolutionnaires : l’émergence du nationalisme


Comment la Révolution française a entraîné l’émergence du sentiment national en Europe ?

Notions : nationalisme, droit à l’autodétermination des peuples/droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.


Espoirs et déceptions de la Révolution venue de France: le témoignage de Goethe
Hermann et Dorothée est une oeuvre poétique de Goethe (1749-1832) où il décrit l’impact de la Révolution française sur l’Allemagne et livre ses propres sentiments.

« Lorsqu’on entendait parler des droits communs à tous les hommes, de la liberté vivifiante et de l’égalité chérie, qui pourrait nier qu’il n’ait senti son coeur s’élever ? Chacun alors espéra jouir de son existence. […] La guerre commença, et les Français en bataillons armés s’approchèrent ; mais ils parurent apporter le don de l’amitié. L’effet répondit d’abord à cette apparence, tous avaient l’âme élevée ; ils plantèrent gaiement les arbres riants de la liberté, nous promettant de ne pas envahir nos possessions ni le droit de nous régir nous-mêmes. […] Mais bientôt le ciel se noircit : une race d’homme pervers, indignes d’être l’instrument du bien, disputa les fruits de la domination ; ils se massacrèrent entre eux, opprimèrent les peuples voisins, leurs frères nouveaux, et leur envoyèrent des essaims d’hommes rapaces. Tous nous pillèrent, tous accumulèrent nos dépouilles ; ils semblaient n’avoir d’autre crainte que de laisser s’échapper quelque chose de ce pillage pour le lendemain. […] Nous n’eûmes tous que la seule pensée, et nous fîmes tous le serment, de venger des outrages nombreux et la perte amère d’une espérance doublement trompée. »

Johan Wolfgang von Goethe, Hermann et Dorothée, 1797.
1. Comment est visible l’influence de la Révolution française en Allemagne ? Justifiez en citant.

2. Par quels moyens cette influence de la Révolution française se diffuse-t-elle ?

3. Commentez et expliquez les réactions des Allemands au début et à la fin.

4. A l’aide des réponses préalables, rédigez quelques lignes permettant de répondre à la problématique de la partie.
Avec la Révolution française est proclamé le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ou autodétermination des peuples. Ce nouveau principe affirme qu’un peuple peut choisir librement son destin, et qu’on ne peut le lier à un autre peuple sans son consentement. Les armées révolutionnaires ont exporté ces principes dans l’ensemble des pays européens. En effet, au nom de l’idée de nation, Napoléon a regroupé la majorité des Italiens dans le royaume d’Italie, les Allemands dans la Confédération du Rhin.

Cependant, l’occupation de l’armée française est de plus en plus mal supportée. Les réquisitions, les impôts, les levées d’hommes et les pillages provoquent des réactions de patriotisme et de violentes révoltes.

Les peuples soumis à l’autorité française prennent conscience de leurs particularités et font bloc autour de leur souverain pour défendre leur patrie. C’est à partir de la résistance antifrançaise que naissent une volonté d’indépendance et un sentiment national durables dans de nombreux pays.

Sentiment national : attachement d’un peuple à l’histoire et à la culture de sa nation.

Nation : groupe constitué de citoyens qui ont une culture commune, la volonté de vivre ensemble, et qui refusent tout pouvoir n’ayant pas reçu leur consentement.

Cependant, une fois la France vaincue, les rois vainqueurs ne prennent pas en compte le principe des nationalités :

Carte de l’Europe p.250 et 251

    • L’Empire d’Autriche-Hongrie et de Russie regroupe un grand nb de nationalité qui souhaite s’émanciper.

    • Les territoires allemands et italiens restent morcelés en un grand nombre d’Etats.


Aspirations libérales et nationales en Europe mais divergentes selon les pays.



  1. L'échec des révolutions populaires de 1848 : la négation des aspirations populaires et nationales


Démarche : à l’aide de documents variés, retranscrire cartographiquement l’échec du Printemps des peuples en Europe.

Notion : Printemps des peuples

Compétence : être capable de réaliser un croquis simplifié sur le Printemps des peuples et son échec en utilisant un langage cartographique adéquat
Comment les aspirations libérales et nationales des peuples sont-elles brisées par la réaction monarchique en Europe ?
Fiche : Le Printemps des peuples.


Conclusion : réaliser une fiche bilan

similaire:

Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1 iconPourquoi et comment les institutions s’adaptent-elles aux mutations technologiques ?

Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1 iconSous -série zc : Histoire économique, sociale et politique

Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1 iconL’état du débat sur l’histoire globale
«Pourquoi l’Angleterre n’a pas connu le même destin que le Yangzi ?» est aussi légitime que «pourquoi le Yangzi n’a pas connu le...

Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1 iconProblématique de la séquence : Comment la métropole parisienne organise-t-elle...

Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1 iconLe texte officiel (bo n 2009) : Les mutations de l’Europe au xixe...

Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1 iconThème 1 Economie et Démographie Questionnement 1 : Comment la dynamique...

Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1 iconComposition portant sur l’évolution générale politique, économique...

Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1 iconComment l’idée d’Europe s’est-t-elle renforcée en lien avec les événements marquants du 20

Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1 iconHistoire économique et sociale de la France et de l’Europe occidentale de 1870 à nos jours…
«marché fermé» à l’économie de marchéle «laisser-faire, instauration du «laisser-passer» : le libre échange, essor du commerce

Problématique : Pourquoi et comment l’Europe a-t-elle connu de profondes mutations économique, politique et sociale dans la 1 iconOù se passe l’histoire ? Qui est Pélot ? Pourquoi a-t-il peur de...
«maintenant, toujours, et puis». Trouver ce que désignent où remplacent les mots soulignés






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com