Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard





télécharger 13.04 Kb.
titreUn entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard
date de publication11.05.2017
taille13.04 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos


Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard

Patrick Marie Herbet, 54 ans, n’a pas peur de prendre les choses à bras le corps. La Chine, qu’il a connue en 1982 en arrivant par le transsibérien et n’a plus quittée, il l’a épousée à tous les sens du terme. Actuellement, il vit dans une cour carrée dans la banlieue de Pékin et, dans son salon à la symétrie bien française, les tableaux contemporains aux murs sont les œuvres de peintres chinois que sa femme, Bing Bing expose dans sa galerie à Dashanzi 798. Rien ne peut mieux définir cet entrepreneur au grand cœur que cette élégance française dans un quotidien chinois peuplé d’enfants, que ce mélange de raffinement contemporain et de sensibilité populaire.

Pour tous ses amis, Patrick Marie Herbet est un paradoxe vivant. Son chinois est précaire et pourtant c’est un des Français les mieux intégrés en Chine : « Ma femme est chinoise; mes enfants sont chinois ; ma belle-mère, qui vit avec nous, est chinoise. Je vis dans un quartier chinois. Si on attaque à la Chine, on s’attaque à moi personnellement. Mes amis chinois me sentent comme un frère. Quand on vit dans cette partie du monde, on recrée sa famille. » Et pourtant, Patrick Marie Herbet se sent aussi très français dans son essence, son look, ses valeurs. « La France, c’est mon pays, mon passeport. Mes amis chinois me voient d’ailleurs comme Français de Chine. »

La passion d’entreprendre

Aujourd’hui Patrick Marie Herbet possède à Hong Kong Abacare une société de courtage d’assurance, spécialisée dans les assurances médicales pour les chinois fortunés, les expatriés et les sociétés internationales, qu’il a fondée en 1997. Elle emploie 80 personnes et se développe dans toute la Chine et, de plus en plus, à l’international. Mais il a commencé sa longue carrière d’entrepreneur dans l’agroalimentaire et les vins et a fait preuve toute sa vie d’un goût prononcé pour l’entreprenariat. Un goût, qu’il puise, dit-il dans ses racines et son histoire : «  Je viens d’une vieille famille française bourgeoise et aristocrate avec une enfance très privilégiée. Paris, Fontainebleau, golf et équitation. J’ai été élevé avec une gouvernante. Mais je ne me suis jamais senti complètement à ma place dans le carcan de cette classe privilégiée. Gamin, je voulais être prêtre ou médecin à l’étranger sur une moto. Très tôt, le monde m’est apparu comme un terrain de jeu extraordinaire. Je me sentais citoyen du monde, avec la chance d’être né en France. Et cela n’a pas changé : aujourd’hui, j’ai des racines françaises et une vision chinoise non limitée dans ses horizons. Et je suis fondamentalement bouddhiste, c’est-à-dire universel. ».

L’éducation d’un entrepreneur

Très tôt, Patrick Marie Herbet part en stop découvrir le monde et il peaufine sa fibre entrepreneuriale à l’Ecole des cadres, aujourd’hui école des dirigeants et créateurs d’entreprise. «  Déjà à 10 ans, à la kermesse de l’école, c’est moi qui vendais tous les billets. A l’école des Cadres, je suis devenu président du bureau des élèves, j’ai organisé des voyages, créé une association des étrangers.  J’ai commencé à faire des stages à 15 ans. Quand j’étais étudiant, j’allais à l’heure du déjeuner vendre du matériel de sport. Je partais aux sports d’hiver en stop pour être moniteur de ski. J’ai gagné beaucoup d’argent en tant chauffeur de grande remise. »

Une fois diplômé et son service militaire effectué comme officier dans les commandos parachutistes de l’armée de l’air, il entreprend un tour du monde comme les Anglais au 19e siècle et débarque en Chine en sac à dos sans avoir pris l’avion, ayant commencé en stop de Paris et arrivant à Pékin par le transsibérien.  Il voyage partout en Chine malgré les interdictions puis se rend aux Philippines où il profite de la vie avant de revenir à Hong Kong   en juin 1983, avec 20 euros en poche.  « Deux autrichiens m’ont proposé un job de barman à Lan Kwai Fong, le quartier chaud de Hong Kong. Nous avons mené une vie géniale mais je ne voulais pas faire cela toute ma vie. Il monte alors avec un ami sa première entreprise pour être agent de sociétés françaises. Ils finissent par se séparer à l’amiable et il fonde en 1984 une nouvelle société spécialisée dans l’activité hôtelière et le vin en Asie qui connait un grand succès. « A l’époque il n’y avait personne d’autres, sauf au Japon». Il co-crée la Chambre de commerce et le Rotary club de Wanchai à Hong Kong, commence à faire du vin en Chine qu’il exporte vers le Japon. Mais son ascension est brutalement stoppée par une expansion trop rapide et des erreurs de management et, de 1989 à 1994, il traverse une période difficile qui l’oblige à fermer ses sociétés et vendre son restaurant. 

Courtier en assurances

Mais Patrick Marie Herbet n’est pas homme à se laisser abattre. Il a trop d’appétit pour la vie. Il renait donc de ses cendres en se lançant dans le courtage en assurance en 1994, d’abord pour un courtier qui se révèle malhonnête, puis pour AIA, le plus grand groupe d’assurances pan-asiatique. « Je suis devenu le seul blanc, agent de AIA , avec un bureau, une carte de visite et une rémunération à la commission. » Il s’y fait des amis et remonte la pente.  Puis, tout en travaillant encore pour AIA, il crée en 1997, sa société de courtage, Abacus international qui devient en 1999, Abacare – « Aba » comme père ou Dieu dans la Bible et « care » comme soin - . Il quitte AIA en très bon termes et se consacre entièrement à sa société dont le CA croît de 50 à 100% par an.  En 2003, il  déménage à Pékin pour rejoindre sa femme, tout en gardant son siège à Hong Kong.

L’avenir ? Abacare est à un tournant, explique Patrick Marie Herbet « Nous ouvrons à Singapour et l’objectif est d’ouvrir d’autres bureaux en Asie et ensuite au Moyen orient, en Afrique, en Europe et en Amérique du sud, là où l’assurance médicale internationale se développe. »

Les principaux challenges ? «  Les Chinois, en Chine continentale, ont envie d’apprendre des étrangers mais n’ont pas toujours envie de les laisser réussir. Hong Kong est totalement différent. En Chine, il faut avoir le bon partenaire chinois car beaucoup peuvent profiter et abuser de leur position. Tout est gris en Chine. On vous embête pour les papiers, les visas, l’administration. C’est un combat de boxe avec les mains derrière le dos. Il est beaucoup plus facile de réussir à Hong Kong que d’entreprendre en Chine » 

Au-delà du travail, s’occuper des autres

Mais on ne peut parler de l’entrepreneur Patrick Marie Herbet sans évoquer son souci des autres et son action associative et caritative. Ces dimensions l’ont accompagnée toute sa vie. Il a cofondé Karuna, une association qui aide les populations pauvres de la région himalayenne. Il a créé avec sa femme et une de ses amies un orphelinat dans le Yunnan. Il a lancé la commanderie des Chevaliers du Tastevin en Chine, dont il est le grand sénéchal en Chine, après en avoir été le chambellan à Hong Kong. Il aime, dit-il «  faire des choses pour le bonheur des gens. Tout ce qui n’est pas donné est perdu. Ce sont des valeurs fortes en Asie comme en Occident, des valeurs que l’on peut partager. »

Après 31 ans de Chine, Patrick Marie Herbet se définit volontiers comme un œuf, blanc dehors et jaune dedans. « J’ai deux pays la France et la Chine ». Il a eu l’occasion de prouver ce double attachement à de multiples reprises, notamment quand il a réussi à lever en 2004 5 millions d’euros pour l’année de la France en Chine grâce au soutien des tycoons Hongkongais. C’est lui aussi qui a permis de trouver les fonds pour ce livre qui présente les entrepreneurs français en Chine.

Il a encore beaucoup de rêves à réaliser et il aime dire « il y a des gens qui rêvent leur vie, moi j’aime vivre mes rêves. »

Il a de grandes ambitions professionnelles avec ses collaborateurs et désire prolonger son implication entre la Chine et la France en créant une association «  Le Cercle Franco-Chinois » pour créer des centres d’échange et de rencontres dans les grandes villes Chinoises et françaises où chinois et français pourraient partager l’amour de nos deux pays si riches de culture et de tradition. Il souhaite aussi mener à bien une association qu’il a déjà créer « un monde avec une famille » pour qu’il n’y ait plus d’orphelins dans le monde.

similaire:

Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard iconL’Ordre National des Infirmiers Jean-Jacques scharff, Président de...
«Groupe Sainte Anne» lui a été donné par le médias et repris par le Ministère en raison du lieu des premières réunions l’Hôpital...

Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard iconMais la Chine, elle, majestueux mastodonte, avance, indifférente...
«La chine triomphe toujours dans la valise de l’été», Eric Béziat, Le Monde 7-07-2013

Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard iconNeva de Guillermo Calderón
«Un superbe texte…, une mise en abîme fascinante et troublante, portée par l’excellent trio Anne Girouard-Pauline Belle- marc Lamigeon....

Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard iconLivre de bord
«fleuve des neuf dragons» car IL se vide dans la mer de Chine méridionale par neuf estuaires

Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard iconLes laboratoires du département des Sciences de l’homme et de la...
«Chine» dans une perspective qui soit érudite et spécialisée en même temps que pluridisciplinaire et ouverte aux comparaisons. Chacun...

Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard iconCours de Lascaux Écologie : Les plantes de la garrigue unies pour le meilleur
«union à trois» unique en son genre en France, puisqu'elle implique un laboratoire de recherche public, une université et un centre...

Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard iconLettre d’information n°20 : 21 novembre 2015 L’Association France-Chine-Éducation (F. C. E.)
«Lettre» un historique de l’enseignement du chinois tel que relaté par un article du journal «Le Monde» de 1979 qui nous a aimablement...

Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard iconCette séquence de fle-fls (niveaux A2-B1) a été élaborée par Mme...
«Moi, raciste !?» publiée par la commission européenne (1998), ainsi qu’un texte explicatif («Coup d’œil sur les définitions et les...

Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard iconLa chine d'Athanase kirchere

Un entrepreneur en Chine par Anne Garrigue-Testard iconPÉkin et le nord de la chine






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com