Avant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1





télécharger 0.93 Mb.
titreAvant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1
page1/31
date de publication12.05.2017
taille0.93 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   31
Pierre de Boisguilbert : Précurseur des économistes

Félix Cadet



AVANT-PROPOS. BOISGUILBERT : UN PRÉCURSEUR OUBLIÉ 2

PLAN DE L’OUVRAGE 4

PREMIÈRE PARTIE. BIOGRAPHIE DE BOISGUILBERT 6

DEUXIÈME PARTIE : BOISGUILBERT HISTORIEN DU RÈGNE DE LOUIS XIV 43

DE LA TAILLE 55

SON INCERTITUDE. — SON INJUSTE RÉPARTITION. — SON RUINEUX RECOUVREMENT. 55

DE LA COLLECTE DE LA TAILLE. 61

DES AIDES. 64

DES DOUANES 67

TROISIÈME PARTIE. BOISGUILBERT ÉCONOMISTE 77

1° Réfutation d’une fausse théorie de la richesse. 78

2° théorie de l’argent 81

3° définition de la richesse. 83

Première conséquence : Importance de la terre 84

Deuxième conséquence : Rehaussement de la profession d’agriculteur 84

4° Conditions de la production des richesses 85

Consommation. — Échange. 85

5° De la loi des échanges 86

La proportion 86

6° Théorie du prix rémunérateur 88

Son application au commerce des grains 88

7° De la solidarité humaine 91

Solidarité des classes sociales. 91

Solidarité des professions 92

Solidarité des peuples 93

8° Règle supérieure et unique de tous les intérêts matériels : la liberté 95

Liberté du commerce intérieur 96

Liberté du commerce extérieur et spécialement du commerce des blés 97

9° De l’impôt 102

QUATRIÈME PARTIE : DE LA RÉPUTATION ET DE L’INFLUENCE DE BOISGUILBERT 111

AVANT-PROPOS. BOISGUILBERT : UN PRÉCURSEUR OUBLIÉ 1




Boisguilbert, petit-neveu de Corneille, est un magistrat, président du tribunal civil de Rouen. Chez Boisguilbert, l’économie n’est pas encore une science. Elle ne se distingue pas de la critique radicale d’un gouvernement arbitraire et autoritaire. Mais son principal objet est de remédier à la misère du pays en recherchant les sources du progrès économique et social. Finalement il offre la première réflexion théorique en France sur les conditions de fonctionnement de l’activité économique. Il peut en outre être considéré comme le père fondateur de l’école française du libéralisme économique.

Il fut d’abord l’élève de Pierre Nicole (1625-1695) qui constatait déjà que l’échange marchand « remplit les besoins humains d’une manière que l’on n’admire pas assez, et où la charité commune ne peut arriver ». Des jansénistes et des moralistes français, Boisguilbert retiendra l'idée qu’une société prospère peut naître de l'égoïsme et de l'amour-propre des êtres humains : « Dans le cadre des relations d’échange, les rapaces que sont les hommes sont obligés de se conduire de façon raisonnable ». Alors que la relation politique est source de conflits, la relation économique est favorable à la coopération et contribue à pacifier la société.

En 1695, il publie à titre anonyme une enquête sur l’état économique et politique de la France : Le Détail de la France. Il fait le portrait d’une France appauvrie et n’hésite pas à accabler l’élite dirigeante. En effet, l’année suivante il publie son ouvrage sous un nouveau titre : La France ruinée sous le règne de Louis XIV. Boisguilbert s’en prend tout particulièrement à Colbert et au mercantilisme, c’est-à-dire au protectionnisme et aux monopoles. Dans le titre complet de son livre on lit notamment : « La cause de la diminution de ses biens, et la facilité du remède, en fournissant en un mois tout l'argent dont le roi a besoin et en enrichissant tout le monde ».

Pour enrichir le roi et ses sujets, Boisguilbert propose deux solutions : 1° la liberté du travail, des prix et du commerce ; 2° la baisse des impôts.

La création de la richesse repose sur le mécanisme de la formation de prix conformes à la justice naturelle, qu’il appelle aussi « prix de proportion », c’est-à-dire des prix permettant aux vendeurs de réaliser un gain et aux clients de participer à l’échange. Or le seul moyen d'obtenir ce résultat est de laisser agir librement la nature. Toute intervention de l'État pour augmenter ou abaisser les prix crée le désordre. C’est la nature seule (appelée aussi Providence) qui peut nous guider en matière de juste prix. Une première formulation de la doctrine du laissez-faire apparaît alors : « Tant qu'on laisse faire la nature, on ne doit rien craindre ».

En 1704 il est l’auteur d’une « dissertation » : De la nature des richesses, de l'argent et des tributs, où l'on découvre la fausse idée qui règne dans le monde à l'égard de ces trois articles. Il montre que l’erreur des mercantilistes fut de croire que la richesse venait de l'accumulation d'or et d'argent. Pour Boisguilbert, la richesse vient du travail, de la production, de l’échange et donc de la propriété.

Boisguilbert est l'un des premiers à avancer l'idée d'un ordre économique naturel, dans le cadre duquel la concurrence doit agir sans entrave. « La nature même, jalouse de ses opérations, se venge aussitôt par un déconcertement général, du moment qu'elle voit que par un mélange étranger on se défie de ses lumières et de la sagesse de ses opérations. (…) La nature donc, ou la Providence peuvent seules faire observer cette justice, pourvu encore une fois que qui que ce soit [d'autres] qu'elle ne s'en mêle » (Détail de la France). Il écrit encore : « il n'est pas question d'agir, il est nécessaire seulement de cesser d'agir ». La nature tend toujours à la liberté et à la perfection. Le pouvoir politique doit donc se retirer des rouages de l’économie et cesser de l’entraver.

Concernant la fiscalité Boisguilbert est le promoteur de l'impôt impôt universel sur le revenu, payé par tous, c’est-à-dire un impôt moins lourd et mieux réparti. Dans Détail de la France, il montre que la France, jadis le plus riche royaume du monde, a perdu cinq ou six millions de ses revenus annuels et ce déficit augmente tous les jours. En effet, un impôt trop lourd décourage la production et entraîne une baisse des revenus. Avec 300 ans d’avance, Boisguilbert invente la courbe de Laffer et préconise la flat tax !

Ses deux livres ayant été interdits, Boisguilbert fut exilé par le roi au fin fond de l’Auvergne. Mais ses œuvres auront une grande influence sur Quesnay, les physiocrates et tous les anti-mercantilistes des Lumières. On sait qu’Adam Smith avait dans sa bibliothèque Le détail de la France. Même Marx lui rendra hommage : « Boisguillebert, bien que l'un des intendants de Louis XIV, prenait parti pour les classes opprimées avec autant d'intelligence que d'audace » (Contribution à la critique de l'économie politique, 1859).

Damien Theillier

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   31

similaire:

Avant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1 iconAvant Propos

Avant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1 iconAvant-propos

Avant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1 iconAvant-propos

Avant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1 iconAvant-propos : présentation du livre

Avant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1 iconAvant-propos
...

Avant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1 iconAvant-propos
«Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux.» (Guy Debord, La Société du spectacle, 1967)

Avant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1 iconAvant-propos Où l’auteur de ce singulier ouvrage raconte au lecteur...

Avant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1 iconAvant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance
«autres» dans l’histoire enseignée ? Par Dominique Santelli et Daniel Gilbert, professeurs

Avant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1 iconAvant-propos
«Dictionnaire français-anglais de l’architecture vernaculaire», dont on chercherait en vain les équivalents ou concurrents dans les...

Avant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1 iconThèse de doctorat d’Etat, Université Toulouse1-sciences sociales,...
«Une enquête sur la langue au xixe siècle en Tarn-et-Garonne. Dis-moi comment tu parles, je te dirai qui tu es.», Avant-propos, pp....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com