Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970





télécharger 161.71 Kb.
titreCréation et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970
page1/5
date de publication14.05.2017
taille161.71 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5
Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970.

« Il y a dans la psychologie des peuples un fond de permanence qui se retrouve toujours » (André Siegfried, L’âme des peuples, 1950).

L’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des Peuples a été fondé deux ans avant la Seconde guerre mondiale, avec pour cadre le Front Populaire et la colonisation. Dans un premier temps, nous verrons les rapports entre la naissance de la psychologie des peuples et l’essor de l’idéologie républicaine au tournant du siècle. Dans un second temps, nous nous attarderons sur la figure emblèmatique du politologue havrais André Siegfried et sur son rôle pour la fondation d’une psychologie des peuples en tant que discipline scientifique française à part entière. Enfin, nous verrons l’implantation et le rayonnement de cette dernière à partir de la création d’un Institut Havrais au cours de l’hiver 1937. Tout en montrant ses développement, puis ses atermoiements, nous insisterons sur l’action d’un autre protestant havrais qui eut une fonction de premier plan: le philosophe Abel Miroglio. De plus, contrairement à une certaine idée reçue la Psychologie des peuples n’a pas été un obstacle1 à l’émergence des sciences dites sociales mais bien au contraire elle y a eu un véritable écho voire de nombreux soutiens au Havre, en France mais aussi à l’étranger.

I-La naissance de la psychologie des peuples et le renforcement de l’idéologie républicaine au tournant du siècle (années 1890- années 1910):
Alfred Fouillée (1838-1912) joua un rôle de premier plan auprès des élites françaises au cours des années 1890-1910. Il permit notamment par ses écrits le passage de la psychologie collective à la psychologie des Peuples initiée par Gabriel Tarde, auteur des Lois de l’imitation, et Gustave Le Bon2, auteur de la Psychologie des foules en 1895 et de Lois psychologiques de l’évolution des peuples en 1894.
1)- A. Fouillée, de la psychologie collective à la psychologie des peuples3.
Epoux de Mme Bruno, l’auteur du célèbre best seller le Tour de France par deux enfants paru en 18774, Fouillée produisit de nombreux articles et ouvrages sur les droits nationaux : en 1878, par exemple, L’idée moderne du droit en Allemagne, en Angleterre et en France, en 1895, Tempéraments et caractères selon les individus, les sexes et les races, en 1910, La démocratie politique et sociale en France. Ayant le projet d’une synthèse républicaine qui ferait consensus à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, Fouillée débuta comme maître de conférence à l’E.N.S. en 1872 puis fut élu à l’Académie des Sciences Morales et Politiques en 1894. Ses livres eurent 16 traductions différentes. Fouillée s’opposait au déterminisme racial de l’allemand Otto Ammon, théoricien de l’anthroposociologie5. Pour lui, en effet, il n’y a pas de « races » mais des « peuples » auxquels il accole néanmoins des sous catégories : « types » et « sous  races ». Fouillée s’oppose fermement à Vacher de Lapouge, « socialiste raciste », dont les idées se rapprochaient du darwiniste social allemand Ammon (Lois de Lapouge-Ammon6). Au contraire, Fouillée s’inscrit comme un précurseur du solidarisme7 et dans la tradition des philosophes républicains opposés, et très critiques, vis à vis des multiples théories du darwinisme social. Fouillée voulait mettre en évidence les « caractères » de la nation, tout comme celui du génie national français issu des principes de 1789, bien contraires aux « caractères » allemands du pangermanisme et de l’anthropologie raciale. Pour Fouillée, la psychologie des peuples devait prouver son utilité en vue d’assimiler et d’assumer le génie national (à travers le système éducatif par exemple) : il écrivit ainsi un Enseignement au point de vue national en 1891. C’est à cette époque qu’il fut remarqué pour ses travaux sur la Psychologie du peuple français (1898) et son Esquisse psychologique des peuples européens (1903).

2)-Quotient intellectuel, race et psychologie des peuples.
A la fin du XIXe siècle la psychologie devient discipline universitaire avec Théodule Ribot, Pierre Janet et Alfred Binet (fondateur de L’Année psychologique en 1895) voire Emile Boutmy et Alfred Fouillée. L’intellect, l’imaginaire, le normal et le pathologique sont de plus en plus l’objet de considération. Ces sciences humaines accompagnent la meilleure connaissance des individus mais aussi des masses8. Ces divers domaines entretiennent alors, à cette époque, une relation particulière avec la physiologie, la craniologie de Broca, l’anthropométrie d’Alphonse Bertillon, la physiognomonie, la criminologie et la psychiatrie. Elles représentent une part importante des articles de l’Année Psychologique comme de l’Année sociologique. La recherche des lois génétiques régissant les comportements humains supposait inmanquablement une étude des différences individuelles et des inégalités. Ainsi, va naître la psychologie différentielle qui va s’attacher à classer les individus en fonction d’indices mesurables : les fameux tests mentaux Binet-Simon reconnus par l’Instruction Publique (1905, 1908 et 1911)9. Par ailleurs, l’anglais Francis Galton va s’attacher à renforcer les théories sur l’hérédité des supériorités ou des infériorités. Les tests du quotient intellectuel eurent dans le même temps un large écho au sein de la psychologie américaine qui s’évertuait à classer les différentes catégories de population : L’intelligence des enfants chinois à San Francisco, les Caractères psychologiques des Nègres des Etats du Sud, la Psychologie différentielle des juifs, Le domaine de la psychologie des races, l’Etat actuel de la question des différences entre races, l’ Intelligence des Blancs et des Nègres10. Ils eurent un tel succès aux Etats-Unis que lors du recrutement des cadres de l’armée américaine en 1917 on crut s’apercevoir des maigres scores des soldats noirs à la différence des WASP. Apparemment détachée de tels intérêts pseudo-scientifiques, l’école de psychologie française à ses débuts va néanmoins développer un terreau favorable à la psychologie des foules11 puis à celle des peuples répondant en cela aux préoccupations républicaines du temps12. Ce fut dans cette perspective que s’inscrivit le travail du célèbre havrais André Siegfried.

II-La figure emblèmatique du politologue normand A. Siegfried et son héritage intellectuel (France des années 30 et pays anglo-saxons).
1)-André Siegfried, sa pensée, son milieu intellectuel et culturel de la veille de la première guerre mondiale à l’après seconde guerre mondiale :
-le parcours d’un « grand havrais »:
André Siegfried fut une figure emblèmatique de la IIIe puis de la IVe République13. Représentant éminent de la science politique française dans les années qui suivirent la Libération, il fut un proche du président René Coty. Professeur au collège de France, il fut nommé membre de l’Institut puis président du conseil d’administration de l’Ecole libre de Science Politique. Il y poursuivit ses cours pendant la seconde guerre mondiale tout comme au Collège de France. Il cumulait alors ses fonctions avec celle de membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques et de président de l’Association Française de Science Politique. Il y professait aussi des cours sur les « races » tout en restant silencieux sur les rafles organisées par Vichy. Ce qui lui a été reproché bien plus tard. En effet, Siegfried avait été désigné par Pétain pour être membre du Conseil National de Vichy, poste qu’il refusa à la différence des petits déjeuners à l’Ambassade d’Allemagne à partir de 194114.

Avant la guerre, après des études de Droit et de Lettres, André Siegfried avait déjà étudié pendant une année à l’Ecole libre des sciences politiques. Il avait aussi suivi l’enseignement de Boutmy. Par la suite, toute sa carrière professionnelle d’enseignant et d’administrateur fut attachée à la vie de cette institution où il avait été nommé professeur titulaire de chaire dès 1910.

Siegfried fut élu en octobre 1944 à l’Académie Française puis devint chroniqueur au Figaro poursuivant ses articles qu’il avait publié au Temps, quotidien maréchaliste, d’octobre 1941 au 18 novembre 1942. On peut noter dans ses articles les influences de Barrès et de Jules Soury (1842-1915), titulaire de la première chaire d’histoire des doctrines psychologiques à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes en 188115. Certains historiens y ont même vu un antisémitisme « modéré ». A la Libération puis tout au long de la IVe République André Siegfried demeura un pilier de l’establishment culturel français.

Sa thèse de 1913 Tableau politique de la France de l’Ouest contribua fortement à sa réputation16. Il y donne une explication pluraliste des phénomènes politiques : « D’une façon générale, je me suis volontairement méfié de l’explication unique, de la clef qui prétend ouvrir toutes les serrures (…). Je crois au contraire que, dans cette matière complexe, il faut presque toujours recourir à un grand nombre de causes, dont aucune ne serait à elle seule suffisante, mais dont le faisceau apporte de précieuse clarté ». C’est ce qu’il appellera par la suite une « analyse combinatoire ». Mais, on peut dire que son penchant au déterminisme ethnique était alors largement partagé par l’intelligentsia française. Ses premières publications et son enseignement se situent ainsi dans le droit fil d’Hippolyte Taine, de Gustave Lebon, de Georges Vacher de Lapouge et d’Otto Ammon à la différence de Fouillée.

Pour lui, les réalités politiques et sociales sont le pendant des « infrastructures raciales ». Sa pensée apparaît ainsi en partie liée à l’anthropologie dont l’âge d’or se situe à la veille de la première guerre mondiale, assez proche en cela des préoccupations du théoricien allemand Friedrich Ratzel17. Pour André Siegfried, les notions de « tempérament » et de « caractère » sont les concepts premiers d’explication historique d’une société donnée. Ce sont eux qui permettent de comprendre la « complexe personnalité de la nation18 » ainsi que les « tempéraments politiques régionaux », les « provinces », les « régions », les « cantons » et les « pays »  (par exemple la « race bretonne » est synonyme de « caractère breton »).
-les influences du mouvement colonial et ses conséquences sociales et culturelles :
C’est la première thèse de lettres d’André Siegfried, réalisée en 1904, qui nous fait mieux connaître ce personnage et les préoccupations de son milieu d’origine : Edward Gibbon Wakefield et sa doctrine de la colonisation systématique19. D’ailleurs, le père d’André Siegfried joua un rôle prépondérant pour éveiller ces centres d’intérêts et pour son orientation future tout comme Jacques Siegfried, son oncle banquier20.

Principal artisan de l’Ecole libre des Sciences Politiques, avec Emile Boutmy21, qui avait écrit en 1901 une Psychologie du peuple anglais, et du Musée Social22, les activités du père d’André Siegfried23 (1837-1922) expliquent en grande partie le succès de la psychologie des peuples , nouvelle discipline, jusqu’aux années postérieures à la décolonisation. Jules Siegfried, en effet, protestant comme Boutmy, maire républicain modéré du Havre de 1878 à 1885, avait joué un rôle prépondérant dans l’essor des idées coloniales et leur popularité. Le Havre, second port français, à une semaine en paquebot de Dakar et des Etats-Unis, était alors surnommé la New-York française24. La Porte Océane importait des produits chers (coton, café, cacao et bois exotiques) des colonies d’A.O.F., d’A.E.F., d’Indochine et de Madagascar. Le Havre possédait aussi depuis 1907 une Ecole Pratique coloniale.

Albert Charles, président de la commission des colonies à la Chambre de commerce, l’un des futurs présidents de l’Institut Havrais avait exposé dès 1930 le projet d’une exposition coloniale internationale ce qui fut fait lors de la grande exposition coloniale de 1931. De même en 1940, on trouve à l’exposition du Grand Palais un stand intitulé « Le Havre, grand port colonial ».

Protestant d’origine alsacienne, fils d’un modeste industriel du textile, Jules Siegfried avait été nommé ministre du Commerce et de l’Industrie dans le premier cabinet Ribot puis Ministre du commerce et des colonies dans un second cabinet. Il était aussi fondateur des Habitations à Bons Marché, participait à la Société pour la lutte contre les taudis ainsi qu’à la Ligue de l’enseignement. Il était aussi membre de la Société d’aide de protection aux colons depuis 1898. Il fut surtout le principal dirigeant du Groupe colonial du Sénat fondé la même année avec de grands noms de la politique coloniale opportuniste comme le républicain social opportuniste protestant de progrès Richard Waddington (1838-1913), président de la Chambre de commerce de Rouen. Ce groupe devait en lien avec les chambres de commerce locales garantir les principaux intérêts économiques liés à l’expansion coloniale de la France25. Dans ce contexte apparut les balbutiements de la sociologie économique (c’est à dire l’étude des faits économiques éclairés par la sociologie). Au cours des décennies 1890-1920, des savants élaborent ses méthodes : Schumpeter, Weber, Durkheim pour les plus connus26.

L’œuvre scientifique d’André Siegfried se scinde en trois parties : l’étude de la vie politique française et du caractère politique national, l’étude du monde anglo-saxon27, et enfin l’étude des problèmes du monde moderne. L’ensemble est fortement marqué par la géographie de Paul Vidal de la Blache (1845-1918), qui fera le compte-rendu de sa thèse de 191328, ainsi que par l’école historio-géographique française du début du siècle29. L’attirance pour l’outre-manche est très perceptible, dès les premiers écrits, notamment dans Le Canada, les deux races. Les tempéraments nationaux y forment des principes explicatifs généraux et « racialiste » pour la compréhension du peuple canadien. On retrouve cette grille de lecture dans American Comes of Ages. A French Analysis, qui aborde la question de l’antisémitisme américain protestant issu,  selon André Siegfried, d’un réflexe d’autodéfense par rapport à la peur des invasion et des nouvelles vagues d’immigration (notamment avec les quotas pour les immigrants : loi de 1921 et loi Johnson-Reed de 192430). De même, dans Vue générale de la méditerranée, publié en 1943, André Siegfried n’hésite pas à faire une classification des « races » (alors que la législation antisémite vient d’être instituée en France). Le fil conducteur de l’œuvre d’André Siegfried semble bien avoir été la mise en évidence des caractères psycho-physiologiques pour expliquer une société donnée. Le Roman de l’énergie national fut ainsi son livre de chevet.

Son ouvrage de 1950, L’âme des peuples, publié 5 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, laisse pour certains un malaise, comme l’indique l’historien Pierre Favre31. L’historien israélien Zeev Sternhell juge carrément cette étude « raciste » et « antisémite32 ». André Siegfried pourrait avoir été passablement fasciné par une lecture raciale de l’histoire et de la politique, largement inspirée par le psycho-physiologiste Jules Soury33. Ancien élève de Barrès et de Maurras, Soury donnait à l’E.P.H.E un enseignement « gobinien » et « renanien » sur la base d’une vision raciste de l’histoire (le darwinisme social et l’antisémitisme). Siegfried apparaît ainsi comme un produit typique du creuset intellectuel français de l’entre deux guerres. Il est à l’origine d’une école de pensée française qui voit dans les déterminismes « ethniques » et « psychologiques » un cadre conceptuel de compréhension des nations et des peuples. Cette tradition privilégie l’étude des « tempéraments » comme continuité et permanence des populations : l’homogénéité territoriale constitue pour lui une constance politique à travers les époques. Cette position fut reprise, bien plus tard, par les cercles de la rue Saint-Guillaume entre autres par François Goguel. Se démarquant progressivement des influences des « racialistes » du début du siècle, de leur déterminisme physiologique lié au Volkisch (concept allemand), André Siegfried prit pour fil conducteur celle du Volkgeist (le génie national).
2)-André Siegfried, patron, fondateur et inspirateur de l’Institut Havrais :
André Siegfried va donner son appui personnel à la fondation d’un Institut havrais, ville à laquelle il est particulièrement attaché. Dans son premier numéro de mai 1946 la revue de l’Institut Havrais, publiée sous le patronage d’André Siegfried et du psychiatre Laignel-Lavastine (1875-1953), le comité de rédaction écrivait : « Mais, demandera-t-on, pourquoi cette nouveauté nous arrive-t-elle du Havre ? ». Le même comité précisait : « Elle témoigne de notre souci d’humanisme et de psychologie des peuples qui est également fort bien situé au Havre, ville dont la population est d’origine très composite, ville de grands voyageurs, ville où les contacts avec l’étranger sont quotidiens ».

L’œuvre scientifique toute entière du philosophe protestant Abel Miroglio (voir ci-dessous), principal animateur de l’Institut Havrais est placée sous l’influence d’André Siegfried. Miroglio n’a jamais manqué dans ses écrits de souligner l’étroite filiation intellectuelle qui avait pu exiter avec son maître dans son entreprise : « en tous cas, c’est du fait des très abondantes et très fines touches de psychologie des peuples, éparses dans cette œuvre si vaste, qu’a été éveillée en nous la vocation de redonner un élan à cette science délicate, si mal acclimatée en France34 ». En effet, c’est dans la ville natale d’André Siegfried que fut conçu son projet : « il nous a semblé que dans la ville d’André Siegfried, ce merveilleux observateur qui, sans prononcer l’expression de psychologie des peuples, était passionnement intéressé par la réalité que ces mots recouvrent, nous ferions bien d’élire cette discipline à laquelle dans ses ouvrages il a fourni un excellent apport […]35 »
Dans la première moitié du XXe siècle deux auteurs essaient de donner une assise scientifique à l’approche psycho-géographique de la personnalité collective. Ainsi, Georges Hardy publie en 1939  La Géographie psychologique36 , un vrai manifeste théorique pour l’étude psycho-géographique de la personnalité. Georges Hardy établit un inventaire quasi exhaustif des variables d’observation des comportements collectifs. Concernant ces explications il écrit : « elles sont loin […] de s’exercer toutes en même temps et dans tous les cas […]. Le plus souvent, nous avons à faire à des influences combinées ». Il complète les travaux d’André Siegfried qui vont s’étendre de 1904 aux années 1950. Ces approches vont constituer une orientation de recherche et une avancée décisive dans l’étude scientifique de la politique et de la géographie. La personnalité collective des populations fut aussi particulièrement soulignée par Georges Hardy : c’est la notion d’ « âme collective » qui est ainsi particulièrement mise en évidence alors qu’André Siegfried mettra plutôt en évidence le tempérament politique national et les dimensions politiques de la personnalité des peuples (voir ses ouvrages anglo-saxons par exemple) : « il dissèque les nations et en démonte la mécanique » note Paul Claval37.

Siegfried met à jour les structures fondamentales des milieux géographiques ainsi que les facteurs qui pèsent sur la vie des Etats ou des régions qui déterminent ainsi les orientations longues des populations. Miroglio fait apparaître que pour Siegfried la politique est « comme engagée dans un complexe spirituel beaucoup plus vaste » qui amène à la psychologie des peuples38. La réflexion générale d’André Siegfried sur les réactions face à l’environnement géographique, les pesanteurs historiques et leurs héritages culturels serviront de fil conducteur aux travaux de l’Institut havrais comme l’évoquera Miroglio dans trois conférences scientifiques aux Journées d’étude du Havre sur les méthodes de la psychologie des peuples en 1948, au Congrès philosophique international d’Amsterdam la même année et au Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences de Caen en 1955..

II-L’Institut Havrais : l’impact de sa fondation, sa méthode et ses objectifs de 1937 aux années 1970.
1)-L’Institut Havrais, sa création et ses objectifs39: l’action des coloniaux et du protestant Abel Miroglio :
A la veille puis après la seconde guerre mondiale la « psychologie des peuples » s’est élevée comme une authentique discipline scientifiques avec ses champs de recherche et ses spécialités propres. Elle se fonde même comme une école scientifique à part entière dont le siège se trouve au Havre (selon E. Callot, qui fut un temps président de l’Institut40).

L’implantation havraise favorise les échanges grâce à sa vocation portuaire océanique marquée par une forte activité notamment le commerce. On peut aussi signaler les influences de l’école culturaliste américaine qui complète en partie celle de la Volkerpsychologie allemande. L’école de psychologie des peuples havraise se veut une discipline distincte mais non isolée.

En décembre 1937 avec l’aide et l’appui de concours locaux, d’entrepreneurs et d’élus Abel Miroglio fonde l’Institut en tant que Société scientifique privée avec un statut d’association. Ses objectifs sont clairement l’étude des peuples, non des cultures, et l’analyse des personnalités collectives. L’association bénéficie de l’action des coloniaux et de leurs sociabilités. Le 13 mars 1936, l’année qui précède sa fondation, le gouverneur honoraire des colonies suscite l’éclosion d’associations pro-coloniales. Il propose ainsi au sous-préfet de la Seine-Inférieure le patronage d’un Comité de propagande et d’action coloniale. La Société de Géographie commerciale du Havre41, les sections havraises et fécampoises de la Ligue maritime et coloniale vulgarisent auprès des citoyens la sociologie économique et la psychologie des peuples. La sociabilité des élites havraises et particulièrement celle des coloniaux a favorisé l’essor de l’Institut apportant dons financiers et soutiens moraux. L’Institut Havrais prolonge donc les activités de la Société de géographie commerciale qui va s’effacer en 1948 après avoir largement vulgarisé la géographie économique. Le 15 mars 1948, l’Institut élargit son réseau aux correspondants de la Société de géographie : « la connexion avec la sociologie économique et la psychologie des peuples est salutaire » explique les négociants. L’institut devient peu après la seconde guerre mondiale un élément à part entière du dispositif idéologique colonial qui loue à cette époque les vertus de l’Union Française.
-le rôle primordial des coloniaux :
Parmi les premiers mécènes de l’Institut se trouvent les coloniaux qui ont tout intérêt à ce type d’entreprise. Les hautes personnalités du négoce havrais sont bien présentes dans le conseil d’administration et sa direction : Rodolphe Rufenacht (la Compagnie cotonnière ancienne maison Ernest Siegfried, la Compagnie Fernand Lehoux avec ses succursales à Douala et Abidjan et la Société commerciale interocéanique avec ses comptoirs à Madagascar et en Côte d’Ivoire), Etienne Amphoux (la Maison Hauser), Louis Hubert (la Compagnie générale des cafés)., Georges Vachoux (la Société franco-coloniale d’Importation de cafés et des denrées coloniales), Albert Charles (la première maison européenne de bois exotiques), Augustin Normand (la Compagnie franco-coloniale des riz). Le 18 novembre 1937, Georges Raverat, président de la chambre de commerce local et de l’Union Congolaise, dirigeant de plusieurs compagnies commerciales (les sociétés commerciales de navigation et de banque, le commerce de l’ivoire et du caoutchouc) convoque les première personnalités qui vont constituer le premier comité d’organisation de l’Institut. C’est dans son bureau que naît l’association. Le colonel Vachoux, son ami, est choisi comme président. Les solidarités d’affaires ont favorisé la curiosité pour l’outre-mer et l’exigence d’un enseignement supérieur sociologique et ethno-psychologique, qui était défaillant à l’Ecole supérieure de commerce du Havre. Le militantisme colonial accroissait ainsi son contrôle social sur la ville portuaire. Le réseau se trouvait renforcé par des positions communes des administrateurs dans les assurances, la presse, l’armement (l’importation de nickel de Nouvelle Calédonie entre autres), les docks et magasins, la Banque de France et la Caisse de liquidation des affaires en marchandises.

Ces centres d’intérêts sont une des raisons majeure en faveur du développement d’un lieu de réflexion sur la psychologie des peuples. L’ethnologie, tout comme la psychologie des peuples puis l’Ethnopsychologie42, furent étroitement liées au phénomène colonial : en 1925 Lévy-Brühl créait l’Institut d’Ethnographie, la Société des Africanistes prenait essor à la même époque au Musée d’Ethnographie du Trocadéro (créé en 1878) remplacé par le Musée de l’Homme en 1937. Ce fut du Havre que sur le Saint-Firmin embarquait Michel Leiris pour la mission Dakar-Djibouti en 1931. Enfin, la création de l’Institut accompagnait l’humanitarisme colonial du Front Populaire. La curiosité ethnographique marquée par la « mission civilisatrice » et « l’éducation des races » pouvait largement s’accorder de préoccupations commerciales43.

Apparaissent au sein de l’Institut de nombreux coloniaux protestants (notamment des familles du coton) mais aussi des familles de la bourgeoisie catholique locale. En juillet 1937, Rodolphe Rufenacht et Miroglio s’assurent le soutien des parlementaires de la région44. Dans un document de travail soumis aux parlementaires locaux et offert au sous-préfet le 20 juillet 1937, Miroglio écrivait : « dans une ville qui possède une Bourse d’une exceptionnelle importance et où se traitent des affaires considérables, la sociologie économique est une science qui doit être tout naturellement élue. Si elle est traitée à la française, avec un souci de compréhension humaine, il apparaît qu’elle est difficilement dissociable d’une psychologie des peuples, science plus jeune encore, mais riche d’avenir ». Pour ce dernier le soutien des réseaux d’affaires est source d’optimisme : « plusieurs personnalités du haut commerce havrais disposent de relation très étendues en de nombreux pays et ont assez d’envergure pour faire une utile propagande dans les universités étrangères au cours de leurs propres tournées d’affaires ». De plus, Miroglio déclare lors de la séance inaugurale du 7 janvier 1938 : « on ne peut traiter de sociologie économique en ignorant les colonies ; or, nous avons au Havre des sociétés vouées à l’étude des problèmes coloniaux. Nous avons aussi une société de géographie commerciale45 ». Dans son « Que-sais-je ? » sur la Psychologie des peuples Miroglio revendique de nombreux héritages dont ceux d’Henri Berr46, Max Weber, André Siegfried et Roger Bastide47.
-l’action d’Abel Miroglio48 :
Miroglio (7 février 1895 –1978) était le dernier de 5 enfants issus d’une vieille famille Genevoise et Italienne. Protestant, citoyen français et suisse, descendant des Comtes de Miroglio de Moncesto (Comtes du Saint-Empire Romain Germanique), Miroglio avait un père officier d’administration. Il avait fait ses études au collège de Cherbourg puis en Khagne à Lyon. Après la première guerre mondiale son projet est de réconcilier l’Europe de l’Atlantique à l’Oural pour cela il poursuit son parcours d’étudiant à l’E.N.S. puis au Lycée de Metz. Il devient agrégé de philosophie après avoir hésité longtemps avec l’agrégation d’allemand. En 1928, il dirige l’Ecole Internationale de Genève et enseigne à la Faculté des Lettres de Nancy. En 1931, il part pour Bordeaux puis obtient enfin une mutation au Havre en 1936. Très influencé par Bergson, dont il est l’ami, ainsi que la discipline sociologique, il devient membre de la Fédération des Associations Chrétiennes d’étudiants qui rassemble catholiques, protestants et orthodoxes. De plus, ancien élève aux langues O (à l’E.N.S.), il conserve un grand intérêt pour la culture russe et les pays de l’est. De même pour l’Allemagne, depuis qu’il a obtenu une licence en géographie et de par l’importance politique du couple Franco-allemand dès l’après seconde guerre mondiale.

En 1963, Miroglio succèdera à Jean-Paul Sartre au Lycée François Ier du Havre. Il porte aussi un grand intérêt pour les identités urbaines et à la géographie psychologique grâce à son ami Georges Hardy, qui l’oriente très tôt dans cette direction, d’autant qu’il vit au Havre, ville ouverte et cosmopolite (Cosmopolis).

Dès 1937, année suivant son arrivée, Miroglio va mettre en œuvre son grand projet pour le Havre : fonder un Institut en vue d’un développement universitaire. D’abord association privée aux multiples appuis (Mairie, Chambre de Commerce, Port autonome, Rectorat), l’Institut Havrais va naître à la faveur d’un contexte propice (milieu du négoce, Institut Colonial, Ecole Pratique coloniale, Société de Géographie économique). Sa première ambition est de mieux connaître l’Afrique par le prisme de la colonisation européenne. Deux ans avant la seconde guerre mondiale, environ 30 universités ont apporté leur caution au projet.

2)-Les activités de l’Institut et son rayonnement49 :
-le rayonnement :
L’école française de psychologie des peuples va développer ses travaux parallèlement aux travaux des anthropologues culturalistes outre-atlantique (comme Ruth Benedict ou Margaret Mead). L’association est élitaire : « pour être membre actif il faut être présenté par deux membres actifs et agréé par le Conseil d’administration par un vote à bulletin secret ». Elle est plutôt hostile à l’anthropologie culturelle de type américain. Elle va rapidement recruter une centaine de membres. Pendant la seconde guerre mondiale l’association poursuit ses activités de façon intermittente. Elle devient après 1946 un foyer de la recherche française. Le Havre devient la capitale française de la psychologie des peuples. L’association obtient de 1950 à 1960 des subventions régulières du C.N.R.S. Elle peut donc adhérer à l’Association des Instituts d’études européennes (AIEE). Ses statuts se transforment en « statuts universitaires » après délibération du conseil général de l’université de Caen le 19 avril 1958, puis avec l’appui du directeur de l’enseignement supérieur de l’Education national, et par décret du 20 juin 1960 : son appellation devient Centre de recherches et d’études de psychologie des peuples et de sociologie économique, toujours localisé au Havre mais rattaché à l’Université de Caen. Elle est enfin dissoute puis refondée en « Société des amis du centre universitaire Havrais » subissant les contre coups économiques et moraux dès la décolonisation50.

*Document 1 : Associations pratiquant le prosélytisme colonial au Havre entre 1880 et 194051 :


Situation en 1900

Situation en 1937

1884 : Société de Géographie commerciale ( -> fusion
1898 : Société d’aide et de protection aux colons (-> fusion
1904 : Ligue coloniale (-> 1940)
1905 : Ligue maritime et coloniale

Institut Havrais de Sociologie

1948)
1929 : Institut Colonial

1934)
1936 : Comité régional de propagande coloniale
1946 : Comité pour l’Indochine française

  1   2   3   4   5

similaire:

Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970 iconIV. La vie politique en France, thème 4 : La Vème République à l'épreuve de la durée
«années Mitterrand», «années Chirac» dans le contexte d’absence de forte croissance depuis la fin des années 1970. Comprendre et...

Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970 iconL’essor du sport dans les annees 20, 30

Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970 iconTravaux-ouvrages-articles-réalisations
«Le dragon et la feuille d’érable : la communauté chinoise au Canada», Monde chinois, Institut Choiseul, Paris, n°3, hiver 2004-2005,...

Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970 iconI de la puissance coloniale, au porte-parole des peuples opprimés ? II
«politique de grandeur» destinée à redonner confiance aux Français et affirmer de nouveau la puissance de la France. Depuis le début...

Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970 iconPatrice Salini La dynamique des systèmes, un essor modéré en France...
«solvables», même si depuis quelque temps, certains fabricants de logiciels2 de dynamique des systèmes tentent une percée en implantant...

Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970 iconLes relations bancaires franco-allemandes (1900-1970) : admiration,...

Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970 iconDes modalités d’admission différentes selon les types de licence
«sensibles» Ex : droit, économie-gestion, staps, sciences de la vie, psychologie, sociologie, aes, lea anglais-espagnol; arts du...

Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970 iconUniversité de Rouen mercredi 11 avril 2012 Bâtiment Freinet – Salle 003 (13h30-17h30)
«Les cemea depuis leur création en 1937 et leur action internationale en Europe et en Afrique jusqu’à la fin du xxe siècle : une...

Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970 iconCours du 24/01/2012
«grand papa». Elle avait beaucoup changé sous l’influence de Max Weber. Elle intègre les autres domaines de l’histoire, la psychologie,...

Création et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples de l’hiver 1937 aux années 1970 iconLa notion de "territoire" en sciences sociales. Eléments de bibliographie
«Saint Besse. Etude d’un culte alpestre» (1913), dans Sociologie religieuse et folklore, Paris, puf, 1970 [1913], p. 110-160






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com