Ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes





télécharger 28.5 Kb.
titreNe jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes
date de publication18.05.2017
taille28.5 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos

LA GOUVERNANCE ECONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944.




  1. la mise en place d’une gouvernance économique mondiale par les Etats-Unis

 un triple objectif

 les accords de Bretton-Woods

 les conséquences des accords de Bretton-Woods jusque dans les années 1970

 un système qui reste limité.


  1. la fin du système de Bretton-Woods dans les années 1970

 fin de la convertibilité du $ en or en 1971

 face a cette crise mondiale : pas de gouvernance économique mondiale

 la montee du nazisme.


  1. la mise en place d’une gouvernance économique mondiale ?

 L’OMC

 Le G20.


  1. LA MISE EN PLACE D’UNE GOUVERNANCE ECONOMIQUE MONDIALE PAR LES ETATS-UNIS.


 Un triple Objectif.

L’Europe et le Japon sont détruits. Le seul pole qui soit a la fois efficace et productive, c’est les Etats-Unis. Le liberty ship est le symbole même de la production de guerre des Etats-Unis.

Tout les Etats belligérants se sont endettées auprès des Etats-Unis. Les partenaires des US sont bombardés. Il faut attendre 1953 en France pour atteindre le PIB de 1939. La guerre a appauvrit considérablement les Etats.

Transfert de capital considérable : les 9/10 de l’or sont captés par les Etats-Unis. Les US peuvent tout. Jamais dans l’histoire un pays n’a jamais été aussi puissant. Le seul qui peut faire un peu de l’ombre c’est l’URSS.

Mais ce Pays a beaucoup de problèmes : il est dans la terreur d’une crise. Le souvenir de la crise 1929 fait encore peur. Ils ont peur de la surproduction, car les clients ne sont plus disponibles.

Philosophie : ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes. C’est lui qui a mis en place le New Deal (relance de l’Economie aux US ; c’est la politique de Roosevelt. Qui a permit de passer d’une économie en crise a politique de grands travaux : embauche les citoyens, grands travaux. En parfait désaccords aux libéraux). Or, le New Deal fait paniquer les libéraux car si l’Etat craque, c’est la crise assurée. Roosevelt va taxer à 99% les riches. Keynes c’est entre le capitalisme et le communisme.
Le deuxième objectif est de reconstruire l’Europe et l’Asie : si les deux autres pôles ne sont pas reconstruit, US perdent leurs clients.
Le troisième objectif est la crainte du communisme : les pays qui ont tout perdus vont etre plus susptible d’être séduit par le communisme. En développant l’Asie et l’Europe, ca repousse le communisme.

Basé sur ces 3 objectifs que les Etats-Unis ont passé les accords de Bretton-Woods.
 Les Accords de Bretton-Woods.

 Les USA rassemble en 1944 leur alliés et vont reconstruire leur alliés sur un principe keynésien selon lequel il faut mettre de la régulation dans l’économie (on ne peut pas laisser les agents économiques faire n’importe quoi pour éviter le communisme), on va mettre en place une gouvernance internationale, il faut mettre en place des institutions internationales qui vont dépendre de l’ONU.

 La conférence de Bretton-Woods débuches sur trois choses :
- la BIRD (banque internationale) qui dépend de l’ONU, c’est une banque qui a pour

objectif de faire la reconstruction, donne des prêts à long terme aux états. Mais cette banque est financée uniquement par les USA (qui la contrôleront) qui veulent la reconstruction de leur alliés.

- le FMI (le front monétaire international) basé sur un objectif de gouvernance mondial, volonté d’éviter les fluctuations entre les monnaies, la dévaluation monétaire. En 1945 seul le dollar est une monnaie de confiance (car basé sur l’or, «as good as gold»). Intervient massivement avec des dollars si une monnaie perd ou gagne trop de valeur, il faut avoir confiance dans les monnaies qui sont basées sur le dollar américain. Ces monnaies pauvres vont être soutenues et retrouver de la valeur, le dollar devient la monnaie internationale des échanges. Tout cela n’est possible que parce que 90% du stock mondial d’or est américain.

- le GATT (General agreement on tarif and trade, ancêtre de l’OMC) : l’objectif des USA est marquée par la pensée libérale, ils sont persuadés que les droits de douanes sont responsables de la marches à la guerre, ils ne font que freiner le commerce mondial. Le GATT a pour objectif a faire baisser les droits de douanes (document 2 p 368) pour favoriser le commerce.


 Les conséquences des accords de Bretton-Woods jusque dans les années 1970

 Reconstruction progressive de l’Europe et l’Asie qui va mettre en place la Triade. Le libre-échange se diffuse grâce au GATT, le monde a une monnaie qui lui permet de pouvoir avoir des échanges économique international : le dollar. On a une mondialisation qui se met en place due au leadership américain. Pour la première fois il y a une gouvernance économique mondiale qui passe par des instances de gouvernances internationales : le FMI, la BIRD, l’ONU, et le GATT. Malgré tout le système de B-W reste limité pour 2 raisons :

 l’URSS (et ses alliés) refuse ce système
- les moyens mis en places par les USA restent insuffisant. De plus il ne contrôlent pas totalement les institutions : donc mise en place du plan Marshall.

Une coopération fondée sur le leadership américain, débouche sur la plus grande période de croissance de l’histoire de l’Europe.



CROISSANCE DES 30 GLORIEUSES




























FMI







BANQUE MONDIALE




DOLLAR




GATT































BRETTON -WOODS




PETROLE BON MARCHE



  1. LA FIN DU SYSTEME DES BRETTON-WOODS A PARTIR DES ANNEES 1970.


 LA FIN DE LA CONVERTIBILITE2 DU DOLLAR EN OR.
La guerre est très cher : le financement de la guerre froide (l’armée, les frais de ReD, le financement des dictatures pour la mise en place de régimes capitalistes). Les américains sont un peu dans la merde quoi.

Les Etats-Unis dans les années 1970 investissent a l’Etranger. Ils investissent dans les entreprises étrangère : influence mais aussi diminution du stock d’or.

« Grandeur et Independence » c’est le slogan de De Gaulle. « Le dollar est as good as gold » alors De Gaulle demande de l’or et non pas des dollars.
 Le Stock d’or diminue et en 1973 : le dollar n’est plus as good as gold. La banque centrale américaine n’a plus d’or. Il n’y a plus de confiance. + Nixon dévalue le dollar et déclare la « Non-convertibilité du dollar sur l’or ». le dollar maintenant est basé sur la confiance.

L’Economie mondiale se base sur une monnaie qui est difficile de ne plus avoir confiance.
 LES CHOCS PETROLIER DE 1973 ET 1973.


A cause de la guerre du Kippur, le pétrole qui ne valait rien, va couter une fortune. Le baril de pétrole s’échangeait à 3$. Le baril en 1973 était a 150$. Maintenant il est à 120.

Les deux piliers (le dollar et le période) s’effondrent. Se combine alors une crise économique et une récession. On se pose alors la question de la rentabilité : c’est le début de la délocalisation. Toute la production qui peut se faire dans un endroit moins cher.

Mondialisation : c’est soi un risque, soi une opportunité. C’est soi l’un, soi l’autre. Mais jamais entre les deux.

Les états vont cessés de collaborer et ont essayer de faire des choses sans concertation : c'est chacun pour soi dans la solution à la Crise. Il y a trois expériences.

Face a la crise, plus de gouvernance mondiale : chaque états expérimente ses propres solutions. En France, sous la gouvernance de Chirac, premier ministre de Giscard, on relance l'économie sous une façon du Keynésianisme : c'est un échec.

En 1986, Chirac fait exactement le contraire : il lance une politique libéralisme : politique du franc fort, privatisation... 

En 1995, quand il devient président, il adoucit sa politique économique, encore libéral et Keynésianisme. 

L'erreur de Chirac est de penser au patriotisme économique mais la mondialisation fait que les produits ne sont plus fait en France et que les produits sont fait en France coûte très cher. 
Mitterrand en 1981, sans aucune consultation de ses partenaires, lance une politique keynésienne --> effondrement du franc.

Ou encore les 35h de Aubry. Les heures sup' font que les travailleurs français coûtent cher et ça détériorer la compétitivité de la France. Cette réforme avait un côté "partage du travail" qui n'à bénéficier que à ceux qui l'ont combattu que ceux pour qui c'était utile. Loi civilisationnelle. 

Il n'y a plus de gouvernance mondiale.
III- LA REMISE EN PLACE D'UNE GOUVERNANCE MONDIALE.
A. 1995 L'OMC REMPLACE LE GATT.
Monde : multipolaire avec une prédominance des américains.

En renforçant le libre échange --
Libre échange certes mais il faut mettre des règles dans les échanges mondiaux : 

1. Pas de dumping. il est interdit de vendre à perte. car ceux qui peuvent vendre à perte sont les gens qui ont les moyens. Dans le but de supprimer la concurrence. Regarder,

2. L'OMC doit avoir des règles de menaces : il est possible de se faire expulser de l'OMC si le pays de respecte pas les règles. 

Doc: plaidoyer pour une gouvernance économique mondiale
L'OMC constitue un élément de gouvernance mondiale. La constatation qu'il faut se mettre ensemble pour gérer des problèmes globaux : l'environnement, la gestion de la crise mondiale.

L'idée par lequel c'est par le commerce qu'on peut relancer la machine économique. Tout le monde ou presque font partis de l'OMC. Comme pour l'Europe, les puissances s'unissent lors de l'économie. Le reste des droits de l'homme n'unissent pas tout les pays. On passe par le commerciale pour commencer à imposer des choses politique.
B. LE G20
Giscard propose que toutes les grandes puissances industrielle et capitalistes s'unissent pour discuter des problèmes mondiaux.

G6  G7+1 G8.

Après la création du G8. Le G20 c'est 70 à 80% du PIB mondiale.
Document 1 p370 : pourquoi G6 ?

Monde multinational, catastrophe pour la gouvernance internationale.

1975 chocs pétroliers  pas d’autres moyens que de coopérer.

Problème de gouvernance mondiale : monde prépondérant, multipolaire, dépendant des US.

La gouvernance mondiale  problème de légitimité.

Intérêt général  prospérité de l’ensemble du monde industriel et des pays en développement.

Moyens/Plan  Coopération internationale + dialogue entre les pays au sujet de le développement économique ≠ ressources, systèmes politiques et sociaux.

But  redresser l’économie + baisse du chômage (ressources humaines).
Document 4

 G20 ont demandé aux pays membres et aux autres d’agir face à la relance budgétaire, à la lutte contre les paradis fiscaux et a la règlementation financière.

 Cela fut possible uniquement grâce au FMI

 Même avec le G20  règlementation mondiale pas équitable.

 FMI dirigé par les Occidentaux. Belgique plus lourde que la chine.
Doc. 5

 Discussion du G20  petites réussites (taxes sure les transactions financières proposé par Sarkozy) et grands Echecs (régulation financière)
Document 6.

Pour le peuple, le G20 est injuste, le peuple espère des améliorations au niveau du travail, de la justice (détestation du capitalisme), du climat  manifestation à Londres en 2009.

Le groupe s’est agrandit du a la disparition de l’URSS.

  • G7+1  intéressant car la Russie veut rentrer dans le groupe.

  • Traduit l’Etat de dégradation de l’économie de la Russie.

  • Mais en même temps la Russie ne peut pas refuser de rentrer dans le groupe car si la Russie est dans le groupe ca veut dire qu’elle est dans le groupe des riches. Trop restreint pour pouvoir faire prendre des décisions politiques mondiales alors que le G20  20 Etats les plus puissants du monde.

Mais les droits de l’hommes ne sont pas respectés (dans les pays démocratiques)  sexisme  inégalités entre les hommes et les femmes, racisme.

Les Grandes décisions  plus prises au G8.

similaire:

Ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes iconThèse soutenue le : 3 Janvier 2002, Strasbourg Titre de la thèse...
«L’emploi et les salaires dans la Théorie Générale de Keynes. Essai sur le chômage involontaire»

Ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes iconDimension expérientielle du commerce et du capitalisme

Ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes icon1969 lacan présentation de la publication des
«Lais» veut dire ce que la Femme (8) lègue de ne l’avoir jamais eu : d’où la vérité sort du puits, mais jamais qu’à mi-corps

Ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes iconConférence au cnam chaire de santé publique et développement
«collés» à cet horizon. Et puis Keynes ne nous a-t-il pas rappellé qu’à long terme nous serions tous morts…

Ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes iconQuelles sont les caractéristiques de la modernité occidentale et son lien au capitalisme?

Ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes iconAtelier des Chefs Présentation du concept et de ses atouts
«remettre les français aux fourneaux» en créant la nouvelle génération de cours de cuisine

Ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes iconOpération Grand Site
«remettre à niveau» avec l’objectif d’obtenir ce label «Grands Site de France»

Ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes iconBibliographie pour decouvrir
...

Ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes icon«Je hais les voyages et les explorateurs. Et voici que je m’apprête à raconter mes expéditions»
«étonnant voyageur», je n’y ai jamais mis les pieds et que je n’y mettrai jamais les pieds

Ne jamais remettre en cause du capitalisme fédéral et Keynes iconChapitre 1 : Premier âge du capitalisme industriel
«openfield», tout le monde pouvait faire paître des animaux sur n’importe quelle terre (ce qui s’annule avec l’enclosure)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com