I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales





télécharger 115.6 Kb.
titreI – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales
page1/3
date de publication18.05.2017
taille115.6 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3
Thème 2 – Dynamiques géographiques des grandes aires continentales

Chapitre II – L’Amérique, puissance du Nord, affirmation du Sud

Introduction générale

Le but de ce thème est de cerner les principales caractéristiques actuelles de trois grandes aires continentales (Amérique, Afrique, Asie du Sud et de l'Est). Quelles sont leurs dynamiques géographiques dans le contexte de la mondialisation ?

  • L’Amérique est caractérisée par la présence de la seule superpuissance mondiale : les Etats-Unis, et un important pays émergent, le Brésil. L’étude du continent américain sera donc centrée sur la notion de puissance et de concurrence entre puissances, aux échelles continentale et mondiale.

  • En Afrique, de nombreux espaces sont encore marqués par des difficultés de développement, mais les conditions de vie s'améliorent et le continent s’intègre progressivement dans la mondialisation. Notre étude portera donc sur le développement inégal de l’Afrique, sur son décollage économique et son ouverture au monde, et sur les défis à relever. Un espace transfrontalier attirera notre attention : le Sahara.

  • L’Asie du Sud et de l'Est est l’aire continentale ayant connu la plus forte augmentation de la production. Notre étude sera centrée sur la croissance économique, mise en relation avec le poids de la population et les rivalités entre puissances régionales, le Japon et la Chine.


Introduction au chapitre

L’Amérique est un continent de 43 millions de km² qui met en contact deux sous-continents : l’Amérique du Nord, incarnée par les Etats-Unis et le Canada, et l’Amérique Latine regroupant tous les autres Etats au sud de la frontière américano-mexicaine. Ces deux mondes sont tous deux chrétiens, mais ils sont aussi fort contrastés, avec des cultures, des modes de vie, des niveaux de développement et de richesse très différents.
I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales

A – Un continent en voie d'intégration

1 – Une intégration régionale réussie, mais profondément inégalitaire : l'ALENA

  • Une association régionale réussie : doc. 6 page 294

L’ALENA (Accord de Libre Echange Nord-Américain) est né en 1994 et regroupe le Canada, les Etats-Unis et le Mexique. Cet accord n’a pas de réel objectif d’intégration politique, il se veut uniquement commercial, en instaurant une zone de libre échange entre les trois Etats membres (suppression des barrières douanières) pour faciliter les échanges transfrontaliers de biens et de services. Ainsi, les exportations n'ont cessé d'augmenter entre les Etats : par exemple, le Mexique a multiplié ses exportations vers les Etats-Unis (en valeur) par 7, essentiellement dans les secteurs de l'automobile, de l'électronique et du pétrole.


  • Mais qui reste profondément inégalitaire : docs 7 et 8 page 294

L’ALENA crée une forte dépendance du Canada et du Mexique à l'égard du marché américain :

  • Les 3/4 des exportations canadiennes et mexicaines sont destinées aux Etats-Unis.

  • Les Etats-Unis ne réalisent qu'1/5 de leurs exportations vers le Canada et 14% vers le Mexique.

C'est un partenariat fortement asymétrique. Ce déséquilibre commercial est encore plus frappant entre le Canada et le Mexique : seulement 1.2% des exportations canadiennes sont destinées au Mexique !!


  • Les conséquences de l’ALENA sur la frontière mexicano-américaine

Les Etats-Unis se servent de l’ALENA pour délocaliser des activités industrielles au Mexique dans des usines de montage appelées maquiladoras, installées juste au sud de la frontière mexicano-américaine (comme à Tijuana ou Ciudad Juarez). Ces usines bénéficient de l’absence de droits de douane pour assembler des marchandises produites à partir de composants importés ; la majeure partie des produits ainsi manufacturés est ensuite exportée, notamment vers les Etats-Unis. Le nord du Mexique est donc l’atelier de production de grandes entreprises étrangères, notamment américaines, qui y délocalisent leurs activités en profitant de la main d’œuvre bon marché. Les maquiladoras fournissent des emplois aux Mexicains, une main d’œuvre peu chère, et ont pour but de limiter l’immigration illégale des Latinos vers les Etats-Unis. Cela a certes bénéficié au Mexique dont d’IDH est passé de 0.65 en 1990 à 0.76 en 2014. Mais ce développement est fragile puisque très dépendant d'un seul pays, les Etats-Unis, dans un contexte de crise économique depuis 2007.

2 – De nombreuses associations régionales en Amérique du Sud, souvent inefficaces


MERCOSUR
Marché Commun du Sud
créé en 1991

Le MERCOSUR rassemble cinq Etats sud-américains : Brésil, Argentine, Venezuela, Paraguay, Uruguay. D’autres Etats sont partenaires, sans avoir adhéré : Bolivie, Chili, Colombie, Equateur et Pérou. Le but du MERCOSUR est de créer un marché commun, en favorisant les échanges de biens et de capitaux, et les mouvements de travailleurs, à l’image de l’Union Européenne. Le slogan, « Notre Nord, c’est le Sud », montre cette volonté des pays membres de s’émanciper face aux pays du Nord et notamment aux Etats-Unis.

Mais si les débuts du MERCOSUR ont été encourageants dans les années 1990, avec l’accroissement du commerce entre les pays membres, la situation s’est détériorée dans les années 2000, avec notamment l'émergence rapide du Brésil qui a fait de l'ombre à ses partenaires, ou encore l’élection de Dilma Rousseff à la tête du Brésil (en 2011) qui s’est montrée plutôt protectionniste.

Ainsi, le MERCOSUR n'est jamais parvenu au marché commun qu’il espérait : il n’y a pas d'union douanière et donc pas de libre circulation entre les pays membres.

CAN
Communauté Andine des Nations
fondée en 1969

La CAN regroupe les Etats de la Cordillère des Andes (Bolivie, Pérou, Equateur, Colombie) avait pour but, à sa création, de favoriser le libre échange entre les pays. Mais certains Etats n’ont pas hésité à quitter l’organisation (Chili, Venezuela). En outre, elle est divisée entre des Etats qui hésitent à choisir entre le libéralisme économique (Colombie) et le socialisme (Equateur, Bolivie) comme modèle économique de développement. La structure souffre aussi de la faiblesse des économies des Etats membres.

ALBA
Alliance Bolivarienne pour les Amériques
née en 2004

L’ALBA est née le 14 décembre 2004 à La Havane, par la Déclaration conjointe signée par les commandants Hugo Chávez et Fidel Castro en opposition à la proposition de Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), promue par Washington (mais qui n’a jamais abouti).

Il s'agit plutôt ici d'une coopération politique orientée contre les Etats-Unis. Onze Etats en sont membres : Cuba, Venezuela, Bolivie, Nicaragua, Dominique, Antigua-et-Barbuda, Équateur, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Sainte-Lucie, Saint-Christophe-et-Niévès et Grenade.


Si on regarde la carte de la page 299, la quasi-totalité du continent américain semble intégrée dans une ou des associations régionales, démontrant apparemment que le libéralisme économique est facilité entre chaque pays membre. Mais nous venons de montrer que ces organisations n’arrivent pas à atteindre le but qu’elles s’étaient fixé, à savoir la création d’un marché commun entre leurs pays membres, par la suppression des droits de douane pour permettre le libre échange.

D’autant que ce continent concentre des lignes de fractures sociétales importantes, générant de très violentes tensions.
B - Un continent fortement contrasté et sous tension

1 – Un continent inégalement développé, fragilisé par de fortes inégalités (carte page 298)

Les 35 pays qui composent l’Amérique sont caractérisés par de criantes inégalités de développement. L’Amérique du Nord est riche et développée. L’Amérique Latine offre des visages contrastés : certains pays sont émergents (Mexique, Brésil, Argentine) tandis que d’autres Etats souffrent de graves retards (Haïti, Nicaragua, Bolivie, etc.)

Loin d’être unifié, l’espace économique américain peut-être qualifié de bipolaire. Il s’organise autour des Etats-Unis (auxquels sont arrimés le Mexique et le Canada par l’ALENA), tandis que le Brésil s’affirme comme puissance régionale en Amérique du Sud.

En outre, les inégalités de développement se lisent à des échelles plus fines. Elles sont particulièrement fortes au Brésil, et ont eu un écho particulier lors des manifestations précédant la Coupe du Monde 2014, contre l'Etat qui a dépensé des sommes abyssales alors que les services publics sont déficients et que 16 millions de Brésiliens (sur une population totale de 205 millions) vivent avec moins de 30 euros par mois.
2 – Une tension générée par une délinquance exacerbée...

La délinquance se traduit par l’insécurité permanente. Elle est due à la pauvreté, aux écarts de développement qui provoquent des frustrations, à la ségrégation urbaine qui en découle, au trafic de drogue et d’armes doublées de la corruption des autorités en place (justice, police), à la discrimination, etc. Ainsi, les villes sud-américaines sont parmi les plus dangereuses du monde : les 20 villes les plus violentes du monde sont toutes latino-américaines (notamment 9 au Mexique, 3 au Brésil, 2 en Colombie, etc.)

Le Mexique est particulièrement touché : dans ce pays de grande délinquance sévissent les cartels de la drogue les plus dangereux du monde. Cela est dû à la proximité d’un grand bassin de consommation de drogue : les Etats-Unis. De nombreuses drogues produites dans d’autres pays latino-américains arrivent au Mexique afin d’être revendues de l’autre côté de la frontière.

Les solutions, face à la délinquance notamment en milieu urbain, sont inadaptées et peu nombreuses, et elles durcissent la ségrégation urbaine et sociale :

  • Une première solution consiste à recourir à la force : l’armée vide les favelas (ce terme désigne les bidonvilles au Brésil), la population s’arme pour faire face à la violence quotidienne, etc.

  • Une autre solution consiste à se replier : c’est le cas des gated communities, des lotissements riches, sortes de ghettos pour populations très favorisées, fermés par une clôture sécurisée, qui fonctionnent en quasi-autarcie, à l’abri de la pauvreté environnante.


3 – …nourrissant des flux migratoires importants : zoom sur la frontière mexicano-américaine

Les Etats-Unis restent la 1ère destination de la migration latino-américaine : de nombreux migrants illégaux tentent de passer la frontière mexicano-américaine dans l’espoir d’une vie meilleure nourrie par l’American Dream. Cette immigration clandestine est dangereuse, et ce sont plus de 300 cadavres qui sont chaque année retrouvés dans le désert du sud des Etats-Unis. On estime que 12 millions d’immigrants illégaux vivent aujourd’hui aux Etats-Unis.

C’est pour cette raison que les 3200 km de la frontière mexicano-américaine sont étroitement surveillés : on compte plus de 21000 border patrols, associés à un système très développé de vidéosurveillance, à des tours de contrôle ainsi qu’à un mur de 3.5 mètres de haut fait de béton et de tôle, et qui devrait atteindre une longueur totale de 1000 km (votée en 2006 par le Congrès américain, la construction de ce mur est très contestée ; il aurait dû être terminé en 2011 mais ne le sera qu’en 2017, et son efficacité reste discutable car il n’arrive pas à endiguer la masse de migrants latino-américains).

De cette situation naît la Mexamérique : ce nom désigne la partie sud des Etats-Unis dont l’économie ne peut fonctionner sans les immigrés, légaux ou non, et dont le mode de vie mélange l’aspect hispanique et l’aspect américain. Ainsi, la ville de Miami est latino-américaine à plus de 60% !!
Doc. 1 – Naranjo, El Universal (Mexico), Mai 2002 Doc. 2 – Mike Kefe, The Denver Post, Septembre 2002

II – Etats-Unis / Brésil : rôle mondial, dynamiques territoriales

A - Points communs et différences entre une puissance mondiale et un pays émergent

Dressons un tableau de comparaison du Brésil, puissance émergente, et des Etats-Unis, première puissance mondiale.

États-Unis

Brésil

Poids et rang mondial 

9.6 millions de km², 323 millions d'habitants (3ème).

1ère puissance mondiale en PIB absolu. PIB/hab. : $53001 (2013) (9ème rang mondial).

Poids et rang mondial 


8.5 millions de km², 205 millions d'habitants (5ème). 6ème puissance mondiale en PIB absolu, PIB / hab. : $11173 (2013) (59ème rang mondial).



Sur le plan économique, le rattrapage des Etats-Unis par le Brésil (doc. 1 page 302)

La puissance économique des Etats-Unis

  • Les Etats-Unis sont le 2ème exportateur mondial après la Chine.

  • Ils sont notamment le 1er exportateur de services au monde, notamment de services de haut niveau (Google, Facebook, etc.)

  • Les Etats-Unis sont une puissance agricole, ils sont le 1er producteur mondial de soja, de maïs, de coton, et le 1er exportateur de produits agricoles grâce à une agriculture intensive et productive et grâce à de puissances industries agro-alimentaires comme Monsanto.

  • Malgré la désindustrialisation, le pays conserve une position industrielle solide dans le monde avec l'automobile (3ème rang mondial), l'acier (3ème) et les industries high-tech (aérospatiale, aéronautique, informatique, biotechnologies...).

  • Ils produisent 19% de l'énergie mondiale : 1er producteur de gaz, 2ème de charbon et 3ème de pétrole. Mais 1/3 de leurs besoins énergétiques sont importés car les Etats-Unis sont de gros consommateurs.

  • Sur les 500 premières FTN du monde, 133 sont américaines (en 2012). La compagnie au chiffre d’affaire le plus élevé est le géant de la distribution américain Wal-Mart, avec 2.2 millions de salariés.




  • C’est la 2ème destination touristique du monde, grâce aux parcs d'attractions (Disneyland), aux grandes villes (NYC, Las Vegas), aux parcs nationaux (Grand Canyon), etc.




  • Les Etats-Unis sont le 1er importateur du monde : leur balance commerciale est déficitaire. Leurs échanges sont dynamisés par l'ALENA, mais leur projet de ZLEA (Zone de Libre Echange des Amériques) n’a jamais abouti en raison de la forte opposition des pays latino-américains, et notamment le Brésil.

  • Les Etats-Unis avaient une croissance économique de 2.4% en 2014.


Une puissance financière incontournable

  • Les Etats-Unis sont l'une des premières puissances financières du monde. Ils disposent de puissantes places boursières (Wall Street à NYC, Chicago pour les produits agricoles, etc.) listées dans le doc. 3 page 302.

  • Les Etats-Unis restent les 1ers émetteurs et récepteurs d'IDE (investissements directs étrangers) dans le monde. (doc. 4 page 302 et doc. page 308)

  • Le dollar reste la principale monnaie internationale de paiement, malgré le fort endettement du pays qui peut faire douter de sa solidité (doc. 4 page 302).


Un pays émergent dont l’économie s’essouffle

  • Le Brésil tire parti de l'exploitation et de l’exportation de ressources minières : fer et phosphate (2ème rang mondial), argent, cuivre, or (5ème rang mondial), etc. 70% des exportations du Brésil sont des matières premières, à faible valeur ajoutée.

  • C’est le 3ème exportateur agricole mondial : 1er producteur de jus d’orange, de café, de volailles, de viande bovine, de sucre, et 2ème pour le soja et le tabac.

  • C’est une puissance industrielle dans diverses branches comme le textile, l'industrie lourde (acier), l'automobile, l'aéronautique, l'infor-matique ou encore la pharmacie.

  • Le Brésil dispose de quelques solides FTN comme Vale (2ème compagnie mondiale pour l'exploitation des minerais) ou Petrobras (4ème compagnie pétrolière mondiale). Doc. 5 page 303.




  • Le pays attire des touristes du monde entier (carnaval de Rio, plages)




  • Le commerce extérieur est excédentaire (de 15 milliards de dollars en 2015) : le Brésil exporte plus qu’il n’importe.

  • Il a des partenaires diversifiés à l'échelle mondiale (Chine, Union Européenne, Etats-Unis, etc.) et entretient des relations privilégiées avec les pays émergents (par le biais des BRICS notamment).

  • Le Brésil avait encore une croissance économique de 7.5% en 2010, mais elle s’est beaucoup ralentie et n’était déjà plus que de 2.3% en 2013. En 2015, la croissance aurait même été négative, d’après les premiers bilans.


Au niveau financier, un pays qui s’affirme lentement
  1   2   3

similaire:

I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales iconLes frontieres de la guyane entre tensions et integration

I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales iconQuelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ?

I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales iconComment aménage-t-on une région avec une démographie de pays du Sud,...

I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales iconLes banques savoyardes enracinées dans l’économie régionale (1860-1980s)
...

I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales iconLes frontieres de la guyane entre tensions et integration
«Nord» et «Sud», avec toutes les conséquences sur des flux migratoires et informels que ces frontières essentiellement politiques...

I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales iconOrganisation hebdomadaire permettant de prendre en compte les integrations...

I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales iconLe débarquement et la libération de Provence
Il n’y a pas de neutralité possible entre le vrai et le faux, entre le bien et le mal, entre la santé et la maladie, entre l’ordre...

I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales iconI – La forte croissance démographique du continent européen de 1850 à 1960

I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales iconLe programme du citoyen julien lefort
«Gagnons les régionales 2004 au lieu de nous préoccuper déjà de la présidentielle 2007» Où s’occupe t’elle de nos problèmes ?

I – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales iconSteven Zdatny, Les artisans en France au xxe siècle, Paris, Belin,...
«Histoire et société», 1999, 367 p., préface de Michelle Perrot, traduit de l'américain par Claudine Marenco






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com