50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ?





télécharger 150.34 Kb.
titre50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ?
page1/3
date de publication18.05.2017
taille150.34 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3
1 .50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ?

Consultant-gestionnaire : Dangnossi Ibrahim

Chercheur associé au dossier mémoire : Université des sciences et technologies du Benin

dibrajex@yahoo.fr

Edité le 12/09/2013

« On a trop dansé en Afrique, on a trop chanté et on a trop rigolé ...Pour cette commémoration il n’y aura ni défilé militaire pompeux, ni danses endiablées, mais un colloque. Un colloque auquel j’inviterais les représentants de tous les pays africains qui ont acquis leur indépendance en 1960 afin que l’on réfléchisse sur ce demi-siècle passé et les cinquante ans à venir », le Président Laurent Gbagbo de Côte d’Ivoire, le 31 janvier 2010.
INTRODUCTION
 En  cette  année  de  célébration  des  50  ans  d’indépendance  pour  nombre  de  pays  africains1,  au‐delà  de  l’enthousiasme,  c’est  aussi  le  temps  du  bilan,  surtout  de  l’introspection  de  ce  qui  est  advenu  de  cette  accession  à  la  souveraineté  internationale.  Le  premier  constat  que  l’on  observe  est  que,  malgré  ses  multiples  richesses,  l’Afrique  reste  à  la  traine  du  développement.  Aussi,  si  l’on  peut  déceler  dans  ses  rapports  déséquilibrés  avec  le  reste  du  monde,  notamment  l’Occident,  les  dirigeants  qui  se  sont  succédés  dans  les  différents  pays  du  continent  depuis  les  années  1960,  à  quelques  exceptions  près,  ont  plutôt  manifesté  une  seule  volonté,  se  maintenir  au  pouvoir  contre  vent  et  marrée  dans  une  ambiance  très  souvent  teintée  de  mauvaise  gouvernance,  de  népotisme,  de  corruption,  de  manipulation  des  institutions  et  des  règles  démocratiques  les  plus  élémentaires,  qui  ont  permis  certains  d’entre  eux,  d’accéder  au  pourvoir.  

 

Parallèlement,  les  défis  socioéconomiques  se  posent  avec  acuité  et  ne  cessent  de  se  complexifier  chaque  jour  avec  l’augmentation  rapide  de  la population,  notamment  dans  les  centres  urbains2  :  plus  de  2/3  de  la  population  urbaine  vivent  dans  un  habitat  précaire  (72  %)  sans  services  essentiels  (seulement  36  %  de  la  population  disposent  d’un  système  d’assainissement  ;  44  %  ont  accès  à  une  eau  potable)  ;  54  %  de  la  population  est  jeune  (moins  de  20  ans)  et  46  %  vivent  dans  l’extrême  pauvreté  avec  moins  de  1  $  US/jour.  Au  chapitre  sanitaire,  la  situation  n’est  guère  reluisante.  La  pandémie  du  Sida  continue  de  faire  des  ravages  sur  le  continent,  dont  les  enfants  et  les  femmes  sont  plus  exposés  (70  %  des  40  millions  de  personnes  infectées  par  le  VIH  dans  le  monde  vivent  en  Afrique).  Outre  le  Sida,  la  mortalité  maternelle  et  infantile  reste  plus  élevée  en  Afrique  que  partout  au  monde  (916  femmes  perdent  la  vie  pour  100  000  naissances  ;  30  000  enfants  meurent  chaque  jour  avant  d’atteindre  leur  cinquième  anniversaire);  alors  que  le  paludisme  reste  encore  la  première  cause  de  mortalité  sur  le  continent,  détruisant  des  familles  entières,  auquel  s’ajoute  la  poliomyélite,  le  choléra,  la  méningite,  la  bilharziose,  etc.,  et  la  sous‐alimentation  reste  une  équation  insoluble  (30  %  de la population)  

1 En 1960, 17 pays francophones accèdent à la souveraineté internationale vis-à-vis de la métropole coloniale, la France. Toutefois, auparavant, certains pays, notamment anglophones, avaient recouvré leur indépendance : Soudan, Égypte Maroc, 1956, Ghana 1958…

2 Avec 4 % de croissance annuelle, en 2000 la population urbaine du continent était estimée à 34,3 %, contre 23,3 % en 1980 et elle devra être de 46,2 % en 2020. À cette date, 37 % des Africains vivront dans une ville millionnaire, contre 22 % en 1990 et seulement 4 % en 1960. 2                                                                

enfants  de  moins  de  5  ans  sont  malnutris,  40  %  de  la  population  survivent  sous  la  menace  d’une  crise  alimentaire)3  et  la  gestion  des  catastrophes  naturelles  un  casse‐tête  (glissements  de  terrain  en  Ouganda,  inondations  en  Afrique  de  l’Ouest…).  

 

L’objet  ici,  n’est  pas  de  mettre  en  cause  l’héritage  historique  et  culturel,  ni  de  le  piétiner  comme  un  vulgaire  papier  à  mouchoir  après  usage.  Les  valeureux  et  courageux  ancêtres  qui  ont  légué  une  richesse  inestimable,  tant  du  point  de  vue  social,  culturel  et  même  philosophique,  méritent  un  hommage  mérité.  Toutefois,  il  ne  faut  pas  perdre  de  vue  le  contexte  actuel  dans  lequel  l’Afrique  et  les  Africains  se  débattent  aujourd’hui  et  dans  lequel vivront  demain,  les  enfants  d’Afrique.  Ainsi,  la  vraie  question  n’est‐elle  pas  alors,  comment  faire  en  sorte  que  la  situation  de  sous‐développement  endémique  dans  laquelle  vit  l’écrasante  majorité  des  peuples  du  continent  et  son  corolaire  de  maux  qui  gangrènent leur  quotidien  et  hypothèquent  leur  avenir,  soit  dépassée  ?  Comment  faire  en  sorte  que  cette  situation  déplorable  qui  pousse  des  milliers  de  ses  fils  et  filles  valides  à  vers  un  exode  suicidaire  en  bravant  les  dangers  de  la  mer  ou  du  désert  pour  une  hypothétique  meilleure  condition  de  vie  ?  Or  dans  toutes  les  ressources  rares  et  convoitées,  l’Afrique  fait  figure  de  pool  position  ou  au  moins  dans  les  dix  premiers  (cuivre,  fer,  or,  cobalt,  manganèse,  phosphates,  etc.).  En  outre,  l’Afrique  est  aujourd’hui,  le  continent  le  mieux  aidé  (34  $  US  par  capital  contre  4  pour  l’Asie  du  Sud  Est  et  le  Pacifique,  selon  la  Banque  Mondiale).  À  partir  de  là,  regardons  froidement  la  réalité  à  travers  un  diagnostic  rationnel  des  actes  et  comportements  que  posent  les  Africains  comme  leur  participation  «  au  rendez‐vous  du  donné  et  du  recevoir  »  selon  l’expression  du  Président  Senghor.  

 

I. QUELLE GOUVERNANCE POLITIQUE EN AFRIQUE ?

1. 1. Pour quelle gouvernance ?

 

1960‐2010,  cinquante  ans  de  sueur,  de  larmes  et  de  sang.  Cinq  décennies,  un  demi‐siècle  d’indépendance  est  certes,  un  moment  important  pour  plusieurs  pays  du  continent,  donc  normal  pour  magnifier  cet  événement  historique.  Ainsi,  des  centaines  de  milliards  FCFA  sont  mobilisés4  (dont  une  partie  est  allouée  par  les  anciennes  métropoles)  serviront  à  marquer  les  «  réjouissances  ».  Or  aucun  Africain  n’ignore  que  l’ambiance  sur  le  continent  n’est  pas  à  la  fête,  tant  les  défis  restent  énormes.  Certes,  l’accession  des  États  africains  à  la  souveraineté  internationale,  même  si  elle  a  été  offerte  pour  la  plupart,  elle  n’a  pas  été  facilement  obtenue.  Elle  a  été  une  issue  de  luttes  multiformes  et  de  sacrifices  d’hommes  et  de  femmes  de  valeurs,  pendant  de  très  longues  années.  Ainsi,  les  premières  années  des  «  indépendances  »,  sont  marquées  par  des  figures  emblématiques,  imbues  de  vraies  valeurs  panafricanistes,  d’idées  d’indépendance  totale  et  de  projets  viables  pour  une  Afrique  unie  et  prospère  :  de  Mamadou  Dia  à  Nkwame  Nkrumah  en  passant  par  Patrice  Lumumba,  Amilcar  Cabral,  Thomas  Sankara  entre  autres.  Malheureusement,  ils  ont  tous,  été  éliminés,  très  souvent  avec  la  complicité  de  l’ancienne  puissance  colonisatrice  dans  des  conditions  rocambolesques  (la  parenthèse  de  Bob  Dinard  sur  le  continent  en  témoigne  de  cette  page  noire).  Or  chacun  de  ces  hommes  et  femmes  avait  posé  des  actes  fondateurs  qui  ouvraient  la  voie  à  une  vraie  indépendance  pour  une  Africaine  unie  et  solidaire.  Depuis,  le  sang  n’a  cessé  de  couler  et  continue  encore  de  couler  

3 World Development Indicators, World Bank, 2006.

4 Au Sénégal le budget de cette commémoration s’élève à 1,5 milliard F CFA, dont 800 millions F CFA pour le comité d’organisation. 3                                                                

partout  sur  le  continent  :  au  Darfour,  au  Tchad,  en  passant  par  la  Centrafrique,  l’Ouganda,  le  Niger,  en  RDC,  en  Casamance,  dans  les  rues  de  Mogadiscio,  au  Zimbabwe,  etc.  Les  élections  sont  violemment  contestées  au  Togo,  au  Kenya,  au  Gabon...  Les  coups  d’État  se  succèdent  en  Guinée‐Bissau,  aux  Îles  Comores,  au  Niger  en  Mauritanie...  La  Guinée Conakry,  la  Côte  d’Ivoire…  s’enlisent  pour  l’organisation  d’élections  libres,  transparentes  et  démocratiques.  Le  Liberia,  la  Sierra  Leone,  l’Angola,  le  Burundi,  le  Rwanda,  la  République  Démocratique  du  Congo,  le  Congo,  la  Centrafrique,  l’Ouganda,  le  Zimbabwe,  le  Tchad…  conservent  encore  les  stigmates  de  plusieurs  décennies  de  guerre  civile  et  de  génocide  et  vivent  dans  une  fragilité  manifeste.  

 

Par  ailleurs,  d’autres  qui  ont  incarné  l’espoir  un  moment  ont  fini  par  présenter  leur  vraie  nature  dictatoriale  et  monarchique.  Par  exemple,  à  l’issue  de  l’alternance  historique  intervenue  le  19  mars  2000,  le  Président  Wade  du  Sénégal  avait  déclaré  que  «  le  pays  a  besoin  du  génie  de  ses  fils,  où  qu'ils  se  trouvent,  pour  l’aider  à  construire  ce  qui  a  été  détruit  par  quarante  années  de  gâchis  »5.  Ainsi,  de  nombreux  cadres  de  la  diaspora  avaient  quitté  leur  travail  pour  répondre  à  cet  appel  patriotique.  Ce  qui  est  advenu  de  l’exercice  de  son  pouvoir  n’encourage  pas  d’autres  à  imiter  les  premiers.  De  l’engouement  suscité  au  départ,  il  ne  reste  que  désarroi  pour  la  majorité  de  son  peuple6.  Le  cas  du  Président  sénégalais  est  un  cas  d’école  pour  toute  l’Afrique.  À  son  arrivée  au  pouvoir,  il  prétendait,  être  le  président  le  mieux  élu  de  la  planète,  sinon  de  toute  l’Afrique,  qu’il  ne  se  sentait  aucunement  lié  à  aucun  «  club  de  chef  d’État  »,  se  présentant  même,  comme  un  pourfendeur  des  complaisances  de  certaines  de  ses  paires  qui  se  mêlassent  dans  un  laxisme  cynique  contre  leur  peuple.  Toute  l’Afrique  avait  applaudi  des  deux  mains,  en  se  disait  enfin,  avoir  trouvé  le  leader  idéal  et  soucieux  des  aspirations  de  son  peuple  et  digne  de  la  représenter.  Avec  ses  idées  novatrices,  il  avait  laissé  planer  l’idée  d’une  rupture  d’avec  ce  que  les  présidents  africains  avaient  habitué  leurs  peuples,  jusque‐là.  Son  aura  a  eu  des  échos  partout  à  travers  le  monde,  même  dans  les  Assemblées  les  plus  prestigieuses  (Davos,  G8,  etc.).  Ainsi,  devant  l’océan  de  désespoirs,  voilà  enfin  quelqu’un  qui  symbolisait  l’espoir,  qui  émergeait  du  lot  et  qui,  certainement  fera  tâche  d’huile  sur  les  autres  pays  du  continent.  Même  les  partenaires  qui  se  résignaient  dans  l’afro pessimisme,  trouvaient  par‐là,  des  raisons  de  croire  à  un  sursaut.  Les  idées  et  les  idéologies,  selon  qui  «  l’Afrique  n’était  pas  mûre  pour  la  démocratie  »  et  qui  voudraient  faire  de  l’Afrique  un  «  cancer  »  de  la  planète  et  les  Africains  des  «  sacs  à  virus  »  pour  l’humanité,  trouvaient  par‐là  une  réponse  à  la  mesure  de  l’affront.  Dans  ce  prolongement,  pour  la  première  fois  (hormis  le  cas  du  Président  Rwandais  sur  une  autre  question),  un  pays  africain  osait  répondre  par  la  réciprocité  en  expulsant  des  ressortissants  français  en  réponse  à  la  politique  français  des  charters.  Ces  positions  courageuses  ont  été  saluées  partout  en  Afrique  et  dans  la  diaspora.  

 

Mais  les  actes  posés  ces  dernières  années  en  matière  de  gestion  du  pouvoir  ont  démontré  tout  le  contraire  de  ce  que  cet  homme  afirmait  partout  haut  et  fort.  Par  exemple,  en  tant  qu’un  des  pairs  fondateurs  du  NEPAD,  le  Président  Wade  qui  s’est  ouvert  au  Mécanisme  d’Évaluation  des  Pairs  (MEAP)  depuis  2003,  refuse  à  ce  jour  d’accueillir  la  mission  d’évaluation.  Le  Président  Wade  qui  s’est  révélé  parmi  les  défenseurs  les  plus  acharnés  du  NEPAD  se  présente  aussi  parmi  ses  plus  grands  pourfendeurs.  Combien  d’intellectuels  africains  ont  eu  à  subi  ses  foudres  

5 Restrictions des libertés démocratiques, dérives autoritaires, gestion patrimoniale du pouvoir, manipulation des institutions et de la Constitution, corruption à grande échelle...

6 Le même discours a été tenu par le Président Kibabi du Kenya à son arrivée au pouvoir en 2003, là aussi, l’exercice du pouvoir a conduit à des dérives, notamment aux émeutes électorales du printemps 2008. 4                                                                

lorsqu’ils  ont  osé,  avoir  une  position  critique  vis‐à‐vis  de  ce  plan  sensé  sortir  l’Afrique  de  l’isolement  et  la  mettre  enfin,  sur  la  voie  du  développement  ?  Il  avait  même  nommé  un  ministre  chargé  du  NEPAD.  Ainsi,  le  Président  Wade  a  fini  par  démontrer  à  la  face  du  monde  que  rien  ne  le  différencie  des  autres  chefs  d’État  africains,  qui  ont  habitué  l’opinion,  depuis  les  indépendances,  à  une  gestion  laxiste,  clientéliste,  teinté  de  népotisme,  de  corruption,  de  mal  gouvernance,  de  «  pouvoirisme  »  très  souvent  ensanglanté.  

 

1. 2. Le retour des coups d'État

 

Si  dans  les  années  1990,  on  a  remarqué  une  régression  des  coups  d’État,  des  rébellions,  des  guerres  interétatiques  ou  internes  sur  le  continent,  depuis  quelques  années  on  note  un  retour  marqué  des  coups  d’État,  notamment  dans  la  partie  occidentale  du  continent7.  Après  le  Discours  de  François  Mitterrand  à  La  Baule  en  1989,  le  vent  de  démocratisation  avait  suscité  l’espoir,  et  dans  la  foulée,  l’Organisation  de  l’Unité  Africaine  (OUA),  qui  deviendra  en  2002,  Union  Africaine  (UA)  proscrit,  lors  du  Sommet  d’Alger  en  juillet  1999,  les  «  coups  d’État  ».  Mais,  ce  que  l’on  constate  c’est  que  les  coups  d’État  militaires  reviennent  au  goût  du  jour  en  Afrique,  et  de  plus  en  plus  avec  le  soutien  moral  des  populations.  Ce  fut  le  cas  au  Niger,  au  lendemain  du  putsch  du  18  février  2010  contre  le  Président  Mamadou  Tandja,  en  Mauritanie  en  2006  avec  la  chute  de  Malouya,  en  Guinée  lors  de  l'arrivée  au  pouvoir  du  capitaine  Moussa  Dadis  Camara,  en  décembre  20088.  À  Madagascar,  un  chef  de  l'État  démocratiquement  élu,  Marc  Ravalomanana,  a  été  chassé  du  pouvoir  par  l'armée  avec  le  soutien  de  l'opinion.  S’il  ne  faut  pas  manifester  un  enthousiasme  débordant  en  vis‐à‐vis  de  ces  phénomènes,  néanmoins,  il  faut  toutefois  reconnaitre  que  ces  scènes  de  liesse  traduisent  un  malaise  profond  en  matière  de  gouvernance  politique  sur  l  continent.  

 

Ainsi,  l'ère  des  coups  d'État  qui  paraissait  révolue  est  bel  et  bien  de  retour  sur  le  continent  africain.  Et  contrairement  au  passé,  dans  la  plupart  des  cas,  ils  recueillent  l'assentiment  d'une  grande  partie  de  l'opinion  publique.  N’y  a‐t‐il  pas  lieu  de  s’interroger  sur  comment  a‐t‐on  pu  en  arriver  là,  alors  que  depuis  la  fin  des  années  1980,  le  mouvement  de  démocratisation  semblait  irréversible  sur  le  continent  ?  La  raison  est  que  les  leaders  et  les  élites  politiques  africains  sont  devenus  les  véritables  sources  d'instabilité  dans  leurs  ays,  par  leur  violation  récurrente  des  normes  élémentaires  de  l'État  de  droit,  par  l'instrumentalisation  de  la  Constitution  et  leur  volonté  cynique  d'imposer  à  leur  pays  une  succession  dynastique.  C’est  là  les  véritables  causes  du  retour  des  coups  d'État  militaires  certainement,  alors  que  d’autres  chefs  s'assurent  de  la  loyauté  et  du  soutien  des  forces  armées  pour  se  pérenniser  au  pouvoir.  Ainsi,  si  certains  pays  commençaient  à  sortir  des  ténèbres,  par  contre  d'autres  sombrent  dans  de  nouvelles  crises  interminables  résultantes  de  processus  autocratiques,  notamment  avec  de  l’organisation  de  simulacres  élections,  qui  ne  sont  démocratiques  que  de  nom,  dans  lesquelles,  «  le  parti  unique  »  au  pouvoir,  s’attribue  un  score  confortable  et  attribue  celui  de  ses  opposants,  selon  leur  degré  de  malléabilité  (Gabon,  Togo…).  Ce  qui  ne  aboutie  à  une  instabilité  chronique  et  compromet  toute  initiative  de  développement  économique.  

 

7 Depuis les indépendances, il y a eu sur le continent plus de 70 coups d’État militaire.

8 Avant qu’une folie meurtrière ne s’empare du régime avec le massacre, le 28 septembre 2009, des dizaines d'opposants lors d’une manifestation pacifique à Conakry. 5                                                                
  1   2   3

similaire:

50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ? iconLes technologies numériques vont renforcer la capacité de contrôle...

50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ? iconLittérature / Namibie / France
«Roi du Grand Namaqualand», se trouvent les fondements lointains de l’indépendance africaine dont les Etats du continent noir viennent...

50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ? iconI. La décolonisation asiatique. (1945-1954)
Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Pour les peuples colonisés, cette phrase est interprétée comme une condamnation du colonialisme....

50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ? iconComment la droite est-elle devenue libérale ?
«les fondamentaux républicains du pays» : la laïcité, l'indépendance de la France vis-à-vis des Etats-Unis, le progrès social Bref,...

50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ? iconAtelier découverte pour les 6 / 12 ans
«Noël, Noël !». Ces cris de joie des princes résonnent encore dans le logis royal. Mais les fêtes de la nativité ont largement évolué...

50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ? iconI. La grammaire impose notre pensée au monde
«Maîtresse, c’est une fleur !» et de montrer du doigt les pétales et de discuter pour savoir de quelle fleur IL s’agit : rose pour...

50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ? iconLe théâtre d’Illusia présente
«livre du puits» (tire provisoire) d’après le Cantique des Cantiques et l’Ecclésiaste, spectacle de livres – marionnettes (pour tout...

50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ? iconS aint-Louis-Eisenthür (Sainte-Marie-aux-Mines, France de l'Est)...

50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ? iconQu'est ce que la Renaissance ? La Renaissance a t-elle existé ?

50 ans d’indépendance : quelle Renaissance pour les États africains ? iconFiche 18 augmentée. Complément au cours sur le mouvement culturel de l’humanisme au xvie…
«la Renaissance». Ce terme est une appellation moderne. Au Xvie siècle, on 'parle plutôt de «restitution» ou de «restauration» des...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com