Service educatif des archives departementales des hautes-pyrenees





télécharger 181.92 Kb.
titreService educatif des archives departementales des hautes-pyrenees
page1/2
date de publication20.05.2017
taille181.92 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2
SERVICE EDUCATIF DES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES HAUTES-PYRENEES

LES IMMIGRATIONS DANS LES HAUTES-PYRENÉES

DEPUIS LE XIXe SIECLE

Flavie Garnier

Jean-Michel Pondebat


Les immigrations : le contexte départemental des Hautes-Pyrénées.


Les Hautes-Pyrénées et, avant elles, le comté de Bigorre ont toujours été un territoire frontalier. Pendant de nombreux siècles, et jusqu’à une période récente, la chaîne pyrénéenne a joué le rôle de barrière à la fois protectrice et infranchissable. Seuls, les étroits passages Est (autour de Perpignan) et Ouest (autour de Ciboure) constituaient des points de franchissement.
Mais la notion de frontière-barrière est une notion récente. De tout temps, les cols (on dit aussi « ports » chez nous) ont été franchis et ont permis et facilité les échanges économiques, la circulation des hommes, des idées, des animaux, tandis que se mettaient en place les chemins de pèlerinages. Les passages permirent d’entretenir des liens avec les vallées espagnoles, souvent beaucoup plus qu’avec la France elle-même. Les Hautes-Pyrénées ont longtemps vécu en lien étroit avec l’Espagne.
Ainsi la frontière s’élargit, s’estompe pour devenir une zone de contact, une interface et l’on découvre alors une autre vision pyrénéenne, elle aussi pluriséculaire. Loin de n’être qu’une frontière, la chaîne pyrénéenne a été le théâtre d’échanges de toutes natures.

Aussi, il ne faut pas s’étonner que la Bigorre soit devenue rapidement et très tôt, une terre de migration. Car si ce dossier ne s’intéresse qu’à l’aspect immigration, il faut souligner que les Hautes-Pyrénées sont d’abord terre d’émigrations. Durant les XVIe- XVIIe siècles, les pyrénéens émigrent en masse parfois provisoirement vers l’Espagne. Tout comme au XVIIIe siècle. L’exode rural vers Bordeaux est la première étape vers un exode plus lointain dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle  (Saint-Domingue, Martinique, Guadeloupe). Au XIXe siècle, nous retrouvons ce phénomène de départ. De 1832 à 1913, 25000 personnes partent du département. Plus particulièrement il y a entre 1856-1857 des départs massifs pour l’Algérie, pour la Louisiane aussi. On peut même parler au XIXe siècle de déficit de population. Cette fuite se retrouve au milieu du XXe siècle.

C’est ce contexte particulier qui rend nécessaire les arrivées d’Espagnols pour combler ce déficit au XIXe siècle puis l’arrivée d’étrangers pour l’arsenal de Tarbes durant la Grande guerre ou encore entre 1954-1968 les ouvriers des chantiers hydroélectriques. Mais les Hautes-Pyrénées sont aussi département d’accueil, des réfugiés de guerre entre 1939-1946, des rapatriés d’Algérie après 1962.

Depuis 1975, dans les Hautes-Pyrénées, la population immigrée est en baisse pour atteindre un taux de 5,8 % en 1999. En effet, c’est avant les années 70 que les flux ont été les plus massifs en provenance du sud de l’Europe. Ainsi près d’un immigré sur deux résidant dans le département est arrivé en France avant 1970. De plus, 57 % d’entre eux ont acquis la nationalité française. Ce taux élevé s’explique par l’ancienneté de l’immigration dans notre département.
Trois périodes peuvent se détacher : celle du XIXe siècle ; celle des années 30 à 40 ; celle après 1960. Les documents conservés aux ADHP peuvent faire revivre ces périodes encore bien vivantes dans notre département. Les noms, les accents raniment ces temps où les Pyrénées, loin de constituer un obstacle infranchissable étaient plutôt synonyme d’espoir et de salut.

ARCHIVES, IMMIGRATIONS ET PEDAGOGIE
Ce dossier traite de l’immigration dans les Hautes-Pyrénées aux XIXe et XXe siècles. Il propose à l’aide de documents conservés aux Archives départementales d’aborder une des formes de migrations qui ont touché notre département à une époque récente.
Plusieurs pistes pédagogiques sont proposées.
Commentaire d’un document en Histoire en 1re générale :
Point du programme : Partie 3 : Guerres et totalitarismes. Chapitre sur les Totalitarismes.

Après avoir présenté dans un premier temps l’arrivée au pouvoir des trois totalitarismes, ce document peut être utilisé pour comprendre les caractéristiques du régime fasciste dans un deuxième temps. Il peut donc être utilisé en étude préalable ou en évaluation.
Objectifs :

- pédagogiques : avoir une approche du fascisme à partir d’un témoignage.

- méthodologiques : lire, comprendre en l’analysant un document pour en tirer les éléments principaux. Entraînement à l’épreuve du baccalauréat.
Etude de cas en Géographie en 1re générale :
Point du programme : Partie 2 : Réseaux et flux en Europe et en France. Chapitre sur la mobilité des Hommes.

Après avoir présenté l’Union européenne et la France comme des espaces d’émigration, une étude de cas sur les Hautes-Pyrénées peut présenter l’évolution du phénomène de l’immigration depuis la fin du XIXe siècle et permettre ensuite de généraliser.
Objectifs :

- pédagogiques : comprendre le phénomène d’immigration en France à travers l’exemple départemental. Réintroduire des connaissances historiques.

- méthodologiques : lire, comprendre des documents variés et répondre à des questions. Entraînement à l’épreuve du baccalauréat, étude d’un ensemble documentaire.
Problématique : Quelles sont les caractéristiques et évolutions de l’immigration dans les Hautes-Pyrénées entre la fin du XIXe siècle et le XXe siècle ?
Cette étude de cas est construite en trois temps :
I – Les Hautes-Pyrénées de la fin du XIXe siècle au début du XX: une terre d’accueil pour déracinés économiques.

1 – DOC 1 : Quelle est l’origine des étrangers à la fin du XIXe siècle et quel type d’emplois occupent-ils ?

2 – DOC 2 : Quelle est l’origine des étrangers en 1928 ? Que constate-t-on et quelle raison peut-on donner à cette immigration ?

3 – DOC 3 : Quelle raison plus précise apparaît dans ce document et quelle politique de la France en matière d’immigration se dégage ?

4 – DOC 3-4 : Comment le document 4 illustre-t-il le document 3 ?

Synthèse :
II – Les Hautes-Pyrénées dans les années 30 et 40 : un département refuge.

1 – DOC 5-7-8-10 : Quelles sont les différents types d’immigrés que l’on rencontre dans les Hautes-Pyrénées à cette période ?

2 – Tous doc : Quelles sont les raisons de ces immigrations ?

3 – DOC 5-8 : Quelle est la situation de la France aux niveaux économique et politique dans ces années 30-40 ?

4 – DOC 5-8-9-10 : Quelle est la politique mise en place par la France face à ces différents types d’immigrés ?

Synthèse :
III – Les Hautes-Pyrénées après les années 60 : de nouvelles formes d’immigration.

1 – DOC 11-13 : Quelles sont les autres formes d’immigration qui apparaissent dans les années 60 ?

2 – DOC 12 : Donnez la définition d’étranger et d’immigré. Quel est le lien de ces définitions avec le document.

3 – DOC 14 : Quelle est l’évolution récente de l’immigration dans les Hautes-Pyrénées ?

4 – DOC 14 : Comparez les chiffres des Hautes-Pyrénées avec Midi-Pyrénées, quel constat peut-on faire ?

Synthèse :
Commentaire de deux documents en histoire ou en ECJS en 1re générale.
Point du programme : Partie 3 d’histoire : Guerres et totalitarismes. Après avoir vu la 1re guerre mondiale, introduire les années Trente grâce à ces documents en 1 heure.

Autre possibilité, en ECJS, utiliser ces documents pour avoir une approche du devoir de défense (à mettre en parallèle avec d’autres documents qui abordent un point de vue différent).
Objectifs :

- pédagogiques : comprendre une période à travers l’exemple d’une personne et que l’Histoire se compose d’histoires. Rendre plus vivante, concrète cette période.

En ECJS, comprendre comment peut s’exprimer et s’exercer le devoir de défense.

- méthodologiques : lire, comprendre et confronter des documents en répondant à des questions.
Questionnement possible en histoire :
1 – Présentez les documents.

2 – Présentez l’auteur du document 1.

3 – Quelles sont les trois grandes crises européennes auxquelles est confronté l’auteur du document 1 ?

4 – Expliquez chacune de ces crises et la position de l’auteur par rapport à celles-ci.

5 – Que nous apprend le document 2 sur la situation de Richard Koppl en France, expliquez.
Questionnement possible en ECJS :
1 – Présentez les documents (nature, auteur, date).

2 – Replacez ces documents dans leur contexte.

3 – Résumez les grandes étapes des péripéties de Richard Koppl.

4 – Quelle vision du devoir de défense s’exprime dans cet exemple ?

Commentaire d’un document en histoire en 1re

MINISTÈRE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

DE L’INTÉRIEUR

DIRECTION GÉNÉRALE

DE LA

SURETÉ NATIONALE Tarbes, le 25 mars 1938

Commissariat Spécial

de Tarbes

n° 998 LE COMMISSAIRE SPECIAL

SECRET à Monsieur le CONTROLEUR GENERAL des Services de

Surveillance du Territoire

PARIS
A titre d’information, j’ai l’honneur de vous communiquer les renseignements qui ont été donnés au service par un italien arrivé seulement depuis 8 jours à Tarbes et qui tient absolument à garder l’anonymat de crainte de représailles contre sa mère restée en Italie.

Cet étranger s’est exprimé comme suit :

« Je suis venu en France, où j’avais précédemment résidé parce qu’il est impossible de vivre en Italie. J’ai voulu faire commerce et essayer de monter un bar mais, comme je n’appartenais pas aux organisations fascistes l’autorisation n’arrivait jamais. Non pas que ces autorisations soient automatiquement refusées, mais elles se font longtemps attendre.

« Il y a en Italie, beaucoup de misère. Les non fascistes ne peuvent travailler que clandestinement et pour des salaires dérisoires. L’ouvrier gagne en moyenne 14 ou 15 lires par jour, mais comme le coût de la vie est très élevé (plus élevé qu’en France), on ne peut vivre que difficilement. C’est pour cela que beaucoup se sont lancés dans l’affaire d’Abyssinie où ils gagnent de 35 à 40 lires par jour.

« Il est défendu de se serrer la main ; il faut se saluer à la romaine. Les Italiens résidant à l’étranger, qui ne se sont pas fait inscrire au parti fasciste, sont considérés comme suspects. Les enfants âgés de plus de 10 ans peuvent être inscrits au parti mais ils sont tenus de faire de la préparation militaire.

« Pour entrer dans une administration, il est indispensable d’avoir le titre de pilote, conducteur de tank etc… Hommes et femmes sont obligatoirement entraînés à la conduite des autos camions, tanks etc…

« En Italie on s’attend généralement à la guerre. Il n’y a que les grandes industries qui travaillent ; les petites ont disparu. Il y a pénurie des matières premières, de fer principalement.

« La fabrique ALFA ROMEO qui en 1931 employait à Livourne 500 ouvriers en occupe actuellement 20 000. Cette firme a acquis une importance considérable. A Livourne et à Naples principalement, cette fabrique s’étend sur une superficie de plusieurs kilomètres, plusieurs dizaines d’avions sont fabriqués journellement ; ses succursales fabriquent les pièces de détail.

« On voit à Naples le ciel sillonné d’avions qui se livrent à des manœuvres ; constamment des avions allemands y prennent part. Dans le port de Naples il y a toujours des navires de guerre allemands. Une grande partie de la ville, touchant le port, est fermée, l’entrée n’en est permise qu’aux personnes qui doivent s’embarquer. On active la construction de sous-marins.

« Les milices fascistes contrôlent activement tous les services publics. Pas de manifestation contre la France ni contre l’intervention en Espagne.

« Il est formellement interdit aux familles de tués en Abyssinie et en Espagne, de porter le deuil. Elles doivent dire qu’ils sont morts pour le fascisme.

« Mon impression est que l’Italie n’en restera pas là et je considère qu’une guerre est inévitable ».
Tels sont les renseignements fournis par cet étranger.

Le Commissaire Spécial

Copie à Monsieur le PREFET des Hautes-Pyrénées ADHP, 4 M 249
NB : l’Abyssinie est l’ancien nom de l’actuelle Ethiopie. En alliance diplomatique avec l’Italie depuis 1889, cette région est revendiquée par cette dernière qui fini par la conquérir en 1935. L’Ethiopie est libérée par les Britanniques en 1941.
QUESTIONS :
1 – Présentez le document.

2 – Pourquoi cet Italien désire t-il immigrer en France ? Identifiez les raisons économiques et les raisons politiques.

3 – Quelle est la situation de l’Italie décrite dans ce document ? Relevez les éléments principaux qui qualifient le régime présenté ?

4 – Quelle est la position de l’Italie envers l’Allemagne et l’Espagne ? Quelle est la situation de ces deux pays en 1938 ? Expliquez.

5 – Quelle est la situation de la France au niveau politique à la même époque ? Expliquez.

6 – Quel événement majeur du XXe siècle annonce la fin du document ?

ETUDE DE CAS : LA FRANCE, UN PAYS D’IMMIGRATION.

Exemple du département des Hautes-Pyrénées.
I – Les Hautes-Pyrénées de la fin du XIXe siècle au début du XX: une terre d’accueil pour déracinés économiques.

DOC 1 : ETAT NOMINATIF DES ESPAGNOLS QUI RESIDENT DANS LA VILLE DE TARBES EN 1861

Noms et prénoms

Age

Célibataire marié veuf

Profession

Dernier domicile en Espagne

Observations

Ferré Jouan

Cortal François

Benit Gonzalès

Anna Rouillon

Jumas Joseph

Rocquefort Guillaume

Naqui Raymond

Nougnes Manuel

Bouillon Joseph

Bouillon Manuel

Bouillon Louis

Bouillon Félicie

Bouillon Jacques

Bouillon Antonia

Bouillon Joseph

Ferré Louis

Olter Antoinette

Boulogne Joseph

Lussan Marie

Le Baron de Puis

Mme Françoise et sa famille

Rita Madous et sa famille

Richard Fransisquet

Richard Pech

Louvy Francine

Thomas Joseph

Pignan Henriette

Eyer Jean

Tech Pierre

46

39

41

42

36

34

40

24

39

17

10

8

6

4

8

30

28

27

23

80

40

45

41

45

50

45

30

90

46

marié

id

id

id

id

id

célibataire

id

marié

marié

mariée

id

id

veuf

mariée

id

id

id

id

célibataire

id

veuf

marié

décrotteur

id

débitant de vin

ménagère

pécheur

facteur

décrotteur

id

portefaix

imprimeur
brassier

ménagère

tailleur

ménagère

rentier

brassière

ménagère

manœuvre

ménagère

id

Ss profession

ménagère

mendiant

décrotteur

Laboursy
Ribaldobia

id

Montagnon

Sellouil

Bourg

Santa Austin

Bilamous

né en France

id

Poubla

id

Arenjuès

Rivière Cordous

id

Haroun

id

Geri Lassalière

ne sait

id

Aply

Rivière de Ladoum


ces 2 dernières ont 3 enfants

ETAT NOMINATIF DES ITALIENS RESIDANT DANS L’ARRONDISSEMENT DE BAGNERES EN 1872

Noms et prénoms

Age

Profession

Domicile actuel

Lieu de naissance

Observations

Damiani Adolphe

Dinelly Eugène

Anselme Joseph

Beneditti Jean

Beneditti Catherine

Nelly Marie

Damiani Catherine

27

33

41

34

26

70

26

Peintre

Domestique

Propriétaire

Cultivateur

Ménagère

id

id

Bagnères

id

id

Cieutat

id

Bagnères

id

Lucigniago

Basono

Naples

Cieutat

id

Carrado

Lucigniago


Le père d’origine italienne (décédé)

LISTE DES ETRANGERS RESIDANT A TARBES AUSTRO-HONGROIS EN 1872

Noms et prénoms

Date de la naissance

Lieu de naissance

Observations

Bauer Ferdinand

Lacaze Catherine

Bauer Sophie

Spanbruker Charles

Dossat Irma

Spanbruker Pierre

Spanbruker Louis

Bourguez Florian

Zimermann Jacques

Courtade Bernadine

Zimermann Charles

Zimermann Marie

Zimermann Anasthasie

1841

20

3

1837

30

3

20 mois

39

34

30

6

4

6 mois

Sibelbach

Bouvères

Tarbes

Bolechass pro. de Gallicie (Autr)

Tarbes

id

id

Autriche

Autriche

Tarbes

id

id

id

Graslitz (Bohème)

autrichienne par son mariage

sa fille
autrichienne par son mariage

son fils

id

ouvrier passager
étrangère par son mariage

son fils

sa fille

id

ADHP, 4 M 184


D
ETAT DE LA POPULATION DU DEPARTEMENT

DES HAUTES-PYRENEES

Nombre d’habitants : 187.875

Nombre d’étrangers : 8.279
NATIONALITES NOMBRE

Allemands 45

Américains 7

Argentins 25

Arméniens 10

Autrichiens 12

Belges 178

Brésiliens 2

Britanniques 69

Bulgares 1

Chiliens 4

Chinois 5

Colombiens 2

Cubains 2

Danois 2

Espagnols 5924

Grecs 1

Hollandais 5

Hongrois 10

Italiens 1313

Luxembourgeois 16

Marocains 5

Norvégiens 8

Palestiniens 3

Polonais 32

Portugais 191

Roumains 4

Russes 97

Serbes 6

Suédois 3

Suisses 253

Syriens 1

Tchéco-slovaques 28

Tunisiens 9

Uruguayens 6

Vénézuéliens 1

-------------------

TOTAL 8279

Tarbes, le 15 novembre 1928
ADHP, 4 M 185


MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE
ARRETE
[…] Article 1er : Les propositions maxima de travailleurs étrangers pouvant être employés dans le département des Hautes-Pyrénées, dans les chantiers ou ateliers organisées ou fonctionnant en vue de l’exécution d’un marché de travaux publics ou de fournitures, sont fixées comme suit, par profession :
I – Chantiers de travaux publics à haute altitude, situés dans les cantons d’Aucun, de Luz, de Campan, de Vielle-Aure, de Bordères, de Louron et le Pic-du-Midi de Bigorre 90 %
II – Chantiers ordinaires :

Maçon 50 %

Charpentier et plâtrier 30 %

Terrassier 25 %

Manœuvre 15 %

Forgeron 10 %

Monteur de charpentes en fer 10 %

Riveur 10 %

Peintre 10 %

Chauffeur de chaudières ou d’autos 10 %

[…]

Paris, le 16 novembre 1933

Le Ministre,

Signé : E. Frot.
ADHP, 4 M 182
OC 2 : DOC 3 :





DOC 4 : VENDREDI 8 FEVRIER 1935

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

LOIS ET DECRETS

Réglementation de la délivrance des cartes d’identité destinées aux étrangers.

[…] Depuis le décret du 23 octobre 1933 qui constitue le statut actuel des étrangers résidant en France, la crise économique dont souffre le pays et le chômage qui en est la conséquence inévitable ont pris une intensité telle que de toutes parts le Gouvernement a été invité à prendre des mesures pour essayer d’en atténuer les effets.

L’opinion publique, justement émue, a demandé que des restrictions soient apportées à la faculté accordée à tous les étrangers de s’installer librement dans notre pays, d’y faire du commerce ou d’y occuper des emplois salariés.

Il nous est alors apparu que, pour répondre à ces désidérata très justes en eux-mêmes, il convenait, dès maintenant de limiter la liberté jusqu’ici accordée à tous les étrangers de déplacer leur domicile, suivant leurs convenances personnelles et d’astreindre tout renouvellement de cartes de « travailleurs » à la production d’un contrat de travail visé par les services compétents du ministère du travail. […]
SITUATION DU MARCHE DU TRAVAIL


Département

Nombre de placements à demeure

Placements en extra (une semaine ou moins)

Placements collectifs de dockers

Demandes d’emploi non satisfaites

Offres d’emploi non satisfaites




Locaux Interlocaux Total
















H F H F







Hommes Femmes

Hommes Femmes

Pyrénées (hautes)

16 2 0 0 18

0

0

739 191

15 10


ADHP, 4 M 183


II – Les Hautes-Pyrénées dans les années 30 et 40 : un département refuge.


DOC 5 : Paris, le 4 Août 1936

LE MINISTRE DU TRAVAIL
Ainsi que vous le savez les travailleurs marocains et tunisiens doivent être munis en France, d’une carte d’identité spéciale de « protégé français », qu’ils pouvaient obtenir jusqu’à présent sans avoir à justifier de la possession d’un contrat de travail portant le visa de mon département.

Il est toutefois apparu nécessaire, à la fois dans l’intérêt de notre main-d’œuvre nationale et des travailleurs marocains et tunisiens eux-mêmes, de contrôler plus sévèrement l’immigration en France de ces derniers, qui se trouvent fréquemment réduits à la misère à l’heure actuelle, en raison du chômage qui sévit dans la plupart des professions, et se voient forcés de solliciter des secours de nos institutions d’assistance, ou même leur hospitalisation.

Aussi a-t-il été décidé que les sujets marocains et tunisiens désireux de venir travailleur en France, ne seront plus admis à pénétrer sur notre territoire, à partir du 15 Août prochain, que s’ils sont en possession d’un contrat de travail portant le visa favorable de mon Département, d’un certificat sanitaire et d’un passeport régulièrement visé.

Il convient de préciser à cet égard que les ressortissants français résidant au Maroc ou en Tunisie se trouvent visés, au même titre que les autres étrangers, par les dispositions qui règlementent l’immigration dans nos protectorats marocains et tunisiens.

[…] Seuls, par conséquent, les marocains et tunisiens se trouvant déjà en France, ou ayant pénétré en France avant le 15 Août 1936, ne seront pas soumis à l’obligation d’obtenir un visa de mon département pour la délivrance de leur carte de « protégé français » […]

ADHP, 4 M 183


DOC 6 : 21 octobre 1937

MINISTERE DE L’INTERIEUR

Direction Générale de la Sûreté Nationale

Direction de la Police du Territoire et des Etrangers

- 6ème Bureau –

PARIS

J’ai l’honneur de vous donner ci-dessous les renseignements statistiques demandés par votre télégramme du 28 septembre concernant les diverses professions exercées par les étrangers domiciliés dans le département des Hautes-Pyrénées :

I° - Travailleurs industriels ou assimilés 4 606

2° - Travailleurs agricoles 1 576

3° - Commerçants 193

4° - Artisans 168

5° - Professions libérales 38

6° - Sans profession 1 504

LE PREFET,

ADHP, 4 M 185



DOC 7 : NOMBRE DE REFUGIES ESPAGNOLS HEBERGES DANS LE DEPARTEMENT DES HAUTES-PYRENEES

HOMMES FEMMES ENFANTS TOTAL

Venus du 18.7.1936

au 3.4.1938 63 61 56 180
Venus du 4.4.1938

au 12.5.1938 227 352 451 1030
TOTAUX 290 413 507 1210
ADHP, 4 M 241

DOC 8 : PARIS le 19 Janvier 1938

LE MINISTRE DU TRAVAIL

Comme vous le savez, la pénurie de main-d’œuvre qui, à la suite de la mise en application de la semaine de 40 heures, s’est fait sentir avec une acuité toute particulière dans certaines industries maîtresses (mines de fer, mines de houille, métallurgie), a entraîné la nécessité de recourir à la main-d’œuvre étrangère pour fournir à ces industries l’appoint de travailleurs indispensables au maintien normal de la production.

Plusieurs moyens ont à cet effet été mis en œuvre par mon Département, à savoir :

  1. – Prospection et acheminement sur les industries et les régions intéressées, après régularisation éventuelle de leur situation, des travailleurs étrangers disponibles sur les différents points du territoire français et reconnus aptes à travailler dans ces industries.

  2. – Reclassement, dans leur profession initiale, des travailleurs étrangers ayant été occupés autrefois dans les exploitations minières (mines de houille et de fer) ou la métallurgie et passés dans l’agriculture par suite de la crise.

  3. – Recrutement à l’étranger et introduction en France de contingents limités d’ouvriers qualifiés. […]

ADHP, 4 M 183




DOC 9 : REPUBLIQUE FRANCAISE

Tarbes, le 27 septembre 1939

RAPPORT

Le S/Inspecteur COSCUELLA Gervais à Monsieur

Le Commissaire de Police

J’ai l’honneur de vous informer que conformément aux suggestions de la note du 18 septembre 1939, relative au rapatriement des réfugiés espagnols, sur tout ceux, non susceptibles d’être utiles à l’économie Nationale Française, je me suis rendu hier après midi avec Monsieur le secrétaire Général aux centres de réfugiés de MARINA, URAC, VIC, RABASTENS et COLLONGUES.

Tous les réfugiés à la charge de la collectivité et qui n’ont pas pu trouver du travail ont été rassemblés à leurs centres respectifs : il leur a été lu en Espagnol l’appel du Général Franco ; ensuite ils ont été vus individuellement. A chacun il leur a été signalé que la France qui les avaient accueillis et hébergés pendant de longs mois était maintenant en état de guerre et se croyait dans la nécessité d’assurer l’hébergement des populations Françaises évacuées. […]

ADHP, 4 M 242



DOC 10

Préfecture SERVICES DES REFUGIES FRANCAIS

des Hautes-Pyrénées N° D’ORDRE 63
NOM : Sécula, conjoint

Prénoms : Sophie, née Blanché

Né le 27/8/1905 à Krautergersheim

Nationalité : française

Célibataire ? Mariée ? oui Veuf ? Divorcé ?

Nombre total d’enfants vivants : 7

- de 13 ans : 6

Nombre total d’enfants mineurs à charge :

+ de 13 ans : 1

Domicile au moment de l’évacuation : Fegersheim

Domicile actuel : camp de la Planète (Tarbes)

Date d’arrivée : 9/1/1941

Date de départ : Tuzaguet : 26/10/43

Situation militaire : 13/6/45 Fegersheim Bas-Rhin

L’intéressé bénéficie-t-il : de l’allocation militaire

de l’allocation aux réfugiés oui
Profession : /

Emplois que l’intéressé pourrait éventuellement occuper :

T.S.V.P.

ADHP, 48 W non côté

OBSERVATIONS

26 FEV 1944 bon 2991a Bon 2991d au 24.2.44

Peignoir 1 socquettes 1 tablier enf 2 ans 1

Manteau 1 chemise id 1

Chemise 1 soulier id 1

Culottes 1

Bas coton 1

Chaussures

Vêtements

22/4/42 us trav. E 1659

9/3/43 fant 4030

22.5.44 us trav 12185

27.5.44 Espad fant 5845 E

15.5.45 Espadrilles 14381

Bon 4132 1.6.45

chemise 1

culotte 1

bas 1

sandalettes 1

blouse tablier 1


      1. 1 chemise Gt 1413

1 culotte

26.2.44 1 manteau 8733

1 chemise

1 robe chambre

1 culotte

1 p. bas. d.e.f.g.h

1.6.45 blouse tabl 13.133

chemise

culotte

bas e.f.g.h






III – Les Hautes-Pyrénées après les années 60 : de nouvelles formes d’immigration.

DOC 11 : EFFECTIF DES RAPATRIES AU 23 JUILLET 1962
Nombre de familles 933

Nombre de rapatriés 2 369

Provenant :

40 % d’Alger ;

40 % d’Oran ;

20 % d’autres villes.
PROFESSIONS :

40 % de retraités et sans emploi ;

48 % de salariés ;

4 % d’agriculteurs ;

5 % de commerçants ;

2 % professions libérales ;

1 % d’industriels.
FAMILLES :

60 % de familles complètes ;

20 % sans le chef de famille ;

20 % de chefs de famille rentrés, seuls.
REPARTITION PROPORTIONNELLE DES RAPATRIES DANS LES VILLES DU DEPARTEMENT :

Tarbes 60 %

Lourdes 8 %

Bagnères 10 %

Argelès 8 %

Lannemezan 7 %

Autres villes 7 %

ADHP, 4 JB juillet 1962




DOC 12 : Le 8 mai 1968

Le Maire de Monsieur le PREFET,

Monléon-Magnoac
En réponse à votre lettre ayant pour objet une demande de naturalisation concernant le nommé : M B (hongrois), j’ai l’honneur de vous faire connaître que renseignements pris auprès du Directeur du Collège Notre Dame de GARAISON, il s’avère que l’intéressé a bien résidé dans cet Etablissement aux dates indiquées (de 1957 à 1961).

J’ai également l’honneur de vous informer que durant cette période, il n’y a eu à ma connaissance, aucun fait ou manifestation de sa part, laissant supposer qu’il ait eu une mauvaise attitude du point de vue National.

Pour ma part, j’émets un avis très favorable à sa demande de naturalisation.

Veuillez agréer, Monsieur le PREFET, l’expression de mes sentiments respectueux.

ADHP, 381 W 61



DOC 13 : OBJET : Demande d’introduction de familles Etrangères.

J’ai l’honneur de vous faire connaître que les dossiers suivants ont été transmis, pour exécution, à l’Office National d’Immigration. Les intéressés en ont été avisés par mes soins.

Bordereau E 6 du 14 Janvier 1963

Dossier n° 34-62 établi par le ressortissant espagnol S -F José en faveur de sa fille actuellement en Espagne.

[…] RENSEIGNEMENTS

COMPOSITION DE LA FAMILLE :

Père : S -F José né le 10.9.1929

Mère : M -A Maria del Carmen

Enfant dont l’introduction en France est demandée :

S Maria Conception née le 20.3.1958.

Nationalité : Espagnole.

RESSOURCES :

Salaire de M. S  : environ 600 NF. par mois.

Mme S est sans profession

LOGEMENT :

M. et Mme S ont un appartement de 3 pièces : une cuisine et 2 chambres

LOYER : 30 NF. par mois

CONCLUSION :

M. S est arrivé en France en Janvier 1962. Ayant trouvé du travail et un appartement, il a fait venir sa femme en Mars 1962. Leur fille, âgée de 4 ans ½ était restée en Espagne avec sa grand-mère maternelle.

Actuellement M. et Mme S ayant un logement et un emploi stable ont décidé de prendre leur petite fille avec eux.

Nous donnons avis très favorable à l’introduction en France de la petite S Maria Conception.

LE DIRECTEUR DEPARTEMENTAL

Avis de M. le Préfet des Hautes-Pyrénées

Les époux S se trouvent en situation régulière au regard de la législation sur le séjour des étrangers en France. Il s’agit d’un regroupement de famille dont les motifs apparaissent comme absolument légitimes. Avis favorable.

ADHP, 102 W 19


DOC 14 Immigrés et étrangers dans les Hautes-Pyrénées en 1999




Immigrés

dont Français par acquisition

Etrangers

Population totale

Hautes-Pyrénées

%

Midi-Pyrénées

%

France

%

12 826

5,8

173 606

6,8

4 306 094

7,4

7 373

3,3

85 756

3,4

1 556 043

2,7

5 899

2,6

99 894

3,9

3 258 539

5,6

222 855

100.0

2 552 125

100.0

58 513 700

100.0
  1   2

similaire:

Service educatif des archives departementales des hautes-pyrenees iconComment a évolué la place de l’ouvrier dans la société française entre 1830 et 1975 ?
«Le travail des enfants dans les manufactures de la Somme de la Restauration à la fin du Second Empire», Service éducatif des archives...

Service educatif des archives departementales des hautes-pyrenees iconBibliothèque historique des archives départementales de la sarthe

Service educatif des archives departementales des hautes-pyrenees iconArchives departementales de l’aube

Service educatif des archives departementales des hautes-pyrenees iconArchives départementales : cote : 9 j 14

Service educatif des archives departementales des hautes-pyrenees iconRésumé 501 Les Hautes Alpes (2) Pierre Chauvet est l'auteur d'une...

Service educatif des archives departementales des hautes-pyrenees iconRechercher l’histoire de son moulin
«que leur conservation ne cause aucun dommage aux propriétés environnantes». Les procès-verbaux des experts sont riches de renseignements...

Service educatif des archives departementales des hautes-pyrenees iconDeux postes a pourvoir au service educatif du mont-saint-michel

Service educatif des archives departementales des hautes-pyrenees iconLittérature presse linguistique p. 39 Sciences p. 43 Annexe : Inventaire...
«Aliénor d’Aquitaine». Revue 303, Arts, recherches et créations, Nantes, Hôtel de la Région, n° 81, 2004. 245 p ILL

Service educatif des archives departementales des hautes-pyrenees iconProfesseurs relais au Service éducatif du Musée des Beaux-Arts de...

Service educatif des archives departementales des hautes-pyrenees iconUne exposition des archives départementales du Var
«force noire», les troupes «coloniales» à Fréjus et contribution par la mobilisation générale qui arracha des milliers de Varois...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com