Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ?





télécharger 29.62 Kb.
titreQuelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ?
date de publication17.10.2016
taille29.62 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
La fin du monde Bipolaire 1970-1991

L’équilibre Est-Ouest est remis en cause dans les années 1970 : dérèglement économique, contestation de l’autorité des deux grands, multiplication des conflits dans le tiers-monde. Mais l’implosion du bloc communiste et de l’Union soviétique met fin à la Guerre froide. Les Etats-Unis restent alors la seule superpuissance.

Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ?

Comment s’est achevée la Guerre froide entre 1985 et 1991 ?

Quels sont les espoirs de l’après-guerre froide ?

  1. Le retour des tensions (1973-1985)

  1. Le tournant des années 1973-1975

En 1973, la guerre du Kippour oppose Israël à ses voisins, l’Egypte et la Syrie. En octobre, les pays exportateurs de pétrole, accusant les Etats-Unis et d’autres pays occidentaux de soutenir Israël, décident de limiter leur exportation de pétrole et dans certains cas de pratiquer l’embargo. Les pays industriels voient le cout du pétrole multiplié par 10 en un an dans un contexte d’instabilité monétaire. Depuis 1971, les Etats-Unis ne respectent plus les accords de Bretton Woods, un dollar faible leur sert à exporter plus mais renchérit la facture pétrolière pour tous les importateurs. Les pays communistes, qui venaient de s’ouvrir aux échanges avec l’Ouest, doivent réduire leurs importations au risque, comme en Pologne, de pousser leurs populations à la révolte. Pour le tiers monde, ce choc pétrolier montre que les pays du Sud peuvent s’imposer face aux pays industriels.

  1. Le déclin des Etats-Unis face aux initiatives soviétiques

Les Etats-Unis affaiblis par la guerre du Vietnam.


Deux ans après le retrait des Etats-Unis, la péninsule indochinoise est sous influence communiste entre partisans de Moscou (Laos et Vietnam) et de Pékin (Cambodge). De nombreux « Boat-people » fuient le régime communiste sur des embarcations de fortune. A cet échec retentissant s’ajoute l’affaiblissement de la fonction présidentielle. En effet l’affaire du Watergate (1972-1974) révèle que le président Richard Nixon faisait écouter illégalement l’ensemble du personnel politique. A la veille d’être destitué par le congrès, il démissionne en août 1974. Le démocrate Jimmy Carter1 qui accède à la présidence en 1977 entend redonner aux Etats-Unis sa légitimité morale perdue. Mettant en avant le respect des Droits de l’Homme, il réduit notamment les aides aux dictatures anti-communistes d’Amérique latine.

Brejnev, à la tête de l’URSS, exploite toutes les opportunités.

L’URSS apporte son soutien aux mouvements marxistes qui arrivent au pouvoir en 1975 dans les anciennes colonies portugaises (Angola, Mozambique, Guinée-Bissau) ou en Ethiopie. En Amérique centrale, l’URSS appuie l’arrivée au pouvoir des sandinistes2 en 1979 au Nicaragua et soutient les mouvements révolutionnaires au Salvador. Au total, 11 traités d’amitiés sont signés avec les Etats du 1/3 monde.

  1. Les deux Grands sur la défensive

  1. Les deux modèles contestés.

A l’Ouest, les Etats-Unis doivent faire face au mécontentement des Occidentaux, déçus par leur attitude économique, et inquiets de la poussée soviétique. A l’Est, les dissidents, s’appuyant sur les engagements de l’URSS à Helsinki, critiquent le modèle soviétique à l’exemple des signataires de la Charte 773 en Tchécoslovaquie ou du physicien Sakharov4 en Union soviétique. La Chine communiste se pose en contre-modèle, revendiquant en 1974 son appartenance au tiers-monde et son propre modèle de développement. La Chine s’efforce alors de renforcer sa présence au Moyent-Oriet et en Afrique par une politique de coopération technique et scientifique.

  1. La montée de l’islamisme.

En janvier 1979, le régime du Shah d’Iran5, allié des Etats-Unis, est renversé par les partisans de l’ayatollah Khomeiny ; celui-ci fonde une République islamique. Il défie les Etats-Unis (prise d’otage à l’ambassade américaine de Téhéran en novembre, La tentative de les libérer en avril 1980 est un piteux échec.) comme l’URSS (militants communistes fusillés). La guerre contre l’Irak (1980-1988) soude les iraniens derrière leurs dirigeants. En Afghanistan, la résistance à l’occupation soviétique s’incarne dans un mouvement islamiste prônant le retour aux valeurs traditionnelles.

  1. Le retour des tensions

  1. Les zones de crispation

A partir de 1977, l’Europe redevient un lieu potentiel d’un conflit nucléaire avec la crise des « euromissiles6 ». En décembre 1979, les troupes soviétiques interviennent en Afghanistan pour soutenir le régime communiste afghan. En réponse Jimmy Carter décrète l’embargo sur le blé américain à destination de l’URSS et obtient le boycott des Jeux Olympiques de Moscou. Les accords de désarmement nucléaire SALT II, signés entre les deux grands en juin 1979, ne sont pas ratifiés par le Sénat américain.

  1. « America is back » (Reagan)

Le nouveau président républicain Ronald Reagan est élu en novembre 1980 sur une ligne politique de fermeté. Il remet en cause la politique de détente avec l’URSS désignée comme « l’Empire du mal ». Les Etats-Unis arment les guérillas anticommunistes au Nicaragua, en Angola, et les résistants en Afghanistan qui mettent en échec l’armée soviétique. En Europe, les occidentaux apportent leur soutien au premier syndicat libre polonais Solidarnosc7, imposé par les ouvriers en révolte en août 1980. A partir de 1983, parallèlement à l’installation des missiles américains en Europe de l’Ouest, l’annonce par Reagan du lancement de l’initiative de défense stratégique (guerre des étoiles), le 23 mars 1983, donne une nouvelle impulsion à la contre-offensive occidentale. Ce projet de bouclier spatial représente un défi technologique et financier que l’URSS ne peut relever.

  1. La fin de la guerre froide

  1. Le choix de l’apaisement

A son arrivée au pouvoir en URSS en mars 1985, Gorbatchev veut réduire les dépenses militaires et mener à bien un ensemble de réformes économiques (perestroïka8) et politique (Glasnost9). Pour cela, il a besoin d’une nouvelle détente. Une série de sommets s’ouvre entre Reagan et Gorbatchev aboutissant au traité de Washington en décembre 1987 qui porte sur le démantèlement des euromissiles. Parallèlement, les négociations sur les armes nucléaires stratégiques, bloquées depuis 1983, reprennent. Elles aboutissent au traité START10 1 signé en juillet 1991 à Moscou entre Bush, et Gorbatchev. Enfin, les troupes soviétiques évacuent l’Afghanistan entre mai 1988 et février 1989.

  1. L’effondrement du bloc communiste.

Dès 1988, Gorbatchev annonce que l’URSS n’interviendrait pus militairement en Europe de l’Est. La Pologne est le premier pays communistes à organiser en juin 1989 des élections libres qui débouchent sur la défaite des communistes. Durant l’été, la Hongrie ouvre sa frontière avec l’Autriche, et en octobre 1989, le parti communiste hongrois se saborde, annonçant des élections libres. En RDA, Gorbatchev appuie les mouvements de protestations contre Erich Honecker, secrétaire du PC, qui démissionne le 18 octobre 1989. Le 9 novembre, les frontières s’ouvrent entre les deux Allemagne, c’est la chute du mur de Berlin, le symbole de la guerre froide.

Cet évènement accélère le mouvement dans les autres pays d’Europe de l’Est. Dès le 18 novembre1989, le chancelier Ouest-Allemand Helmut Kohl présente un plan de réunification, accueillant les Allemands de l’Est qui continuent d’affluer en RFA. L’unité monétaire est réalisée le 1 juillet 1990. Le 12 septembre, les deux Allemagnes et les quatre vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale signent le traité11 « 2 + 4 » : l’Allemagne, réunifiée dans les frontières établies à Postdam en 1945, retrouve sa pleine souveraineté. La nouvelle Allemagne est politiquement réunifiée le 3 octobre 1990 et demeure dans l’OTAN. L’année suivante, le COMECON et le pacte de Varsovie sont dissous.


  1. La disparition de l’URSS.


A l’intérieur de l’URSS, les réformes économiques et sociales sont enlisées. Gorbatchev n’est plus en mesure d’arrêter les mouvements d’indépendances. Après les pays baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie), c’est la République de Russie qui proclame sa souveraineté en juin 1990. Son président, Boris Eltsine, est élu au suffrage universel en juin 1991. Les communistes conservateurs tentent un coup de force en août 1991, arrêté par Eltsine dont la légitimité se renforce devant l’opinion publique. Le 25 décembre 1991, alors que le président de Biélorussie, de Russie et d’Ukraine ont annoncé la création d’une « communauté d’Etats indépendants » bientôt élargie aux anciennes Républiques soviétiques, Gorbatchev démissionne. C’est la fin de l’URSS.


  1. Les espoirs d’un « nouvel ordre mondial »

  1. Un nouveau rôle pour l’ONU


L’ONU retrouve une liberté d’action symbolisée par la remise du prix Nobel de la Paix eux casques bleus en 1988. En effet, après huit ans de conflit, le Secrétaire général, Perez de Cuellar, fait signer un cessez le feu entre l’Iran et l’Irak en aout 1988. Au Cambodge, l’ONU organise, après le retrait des troupes vietnamiennes, des élections libres en 1992. Ainsi les missions de l’ONU s’élargissent. De nouveaux principes sont définis comme le « droit d’ingérence humanitaire » justifiant les interventions de la communauté internationale au Kurdistan (1991) ou en Somalie (1992). La notion de développement durable est défendue au Sommet de la terre qui se tient à Rio en 1992. Les Etats présents s’engagent à un programme d’action internationale pour le 21e siècle : l’agenda 21.


  1. La fin des tensions ?


En Amérique latine, un cessez le feu est signé au Nicaragua avec l’annonce d’élections libres (mars 1988). En Afrique, les cubains se retirent de l’Angola à partir de décembre 1988. Le régime communiste éthiopien, sans l’appui de l’URSS, ne peut plus s’opposer à l’indépendance de l’Erythrée et s’effondre en 1991. Au Moyen-Orient, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) s’engage dans un processus de reconnaissance de l’Etat d’Israël. Yitzhak Rabin et Yasser Arafat signent en septembre 1993 à Washington une déclaration en vue de la paix. Sur la base d’une reconnaissance mutuelle, l’autorité palestinienne va gérer la bande de Gaza et des territoires de Cisjordanie alors occupés par Israël.


  1. Les Etats-Unis, première puissance


Quand l’Irak de Saddam Hussein envahit le Koweït en aout 1990, les Etats-Unis, en accord avec l’URSS, font voter au conseil de sécurité des Nations unies la condamnation de l’Irak, puis la remise sur pied d’une force d’intervention de 29 nations. Après la défaite militaire de l’Irak, G.H Bush peut appeler à la création d’un nouvel ordre mondial autour des Etats-Unis.

1 Il succède à Gerald Ford.

2 Le Frente Sandinista de Liberación Nacional (en français Front sandiniste de libération nationale) est un parti politique nicaraguayen fondé en 1961 comme organisation politico-militaire social-démocrate inspirée par la lutte du général Augusto Sandino. Le FSLN joua un rôle majeur dans l'histoire du Nicaragua en déclenchant la Revolución Popular Sandinista (Révolution populaire sandiniste) en 1979

3 En 1976, des individus venus d'horizons différents se réunissent pour protester contre l'attitude répressive du gouvernement communiste de Gustáv Husák contre le groupe rock underground The Plastic People of the Universe. Ils rappellent publiquement au gouvernement son engagement concernant le respect des Droits de l'homme signé en 1975 à la Conférence d'Helsinki. En décembre 1976, une pétition intitulée « Charte 77 », commence à circuler et à être signée par des personnalités du monde des arts, des citoyens lambda, des professeurs d'université… laquelle exige du gouvernement de respecter ses engagements publiés au Journal Officiel (Sbírka Zákonů) en octobre 1976.

4 Andreï Dmitrievitch Sakharov (en cyrillique Андре́й Дми́триевич Са́харов, 1921-1989) est un physicien nucléaire russe, militant pour les droits de l'Homme, les libertés civiles et la réforme de l'Union soviétique. Il a obtenu le Prix Nobel de la paix en 1975. Il est aussi réputé par son QI de 140

5 Mohammad Reza Pahlavi.

6 Installation en Europe de l’Est de fusées SS20 à portée intermédiaire, puis décision par l’OTAN en 1979 de déployer des missiles américains).

7 Solidarność (Solidarité en polonais) est une fédération de syndicats polonais fondée le 31 août 1980, dirigée à l'origine par Lech Wałęsa.

8 La perestroïka (Перестройка signifie en russe : reconstruction, restructuration, avec un élément novateur de péré- = re-, et stroïka = construction en russe) fut le nom donné aux réformes sociales et économiques de Mikhail Gorbatchev menées d'avril 1985 à décembre 1991 en Union soviétique.

9 La glasnost (Гла́сность : transparence en russe, et au sens figuré possibilité de parler) est une politique de liberté d'expression et de la publication d'informations, introduite par Mikhaïl Gorbatchev en URSS en 1985.

10 Strategic Arms Reduction Treaty, abrégé en START, (que l'on peut traduire en « Traité de réduction des armes stratégiques ») désigne deux traités américano-soviétiques visant à réduire la totalité des arsenaux nucléaires des deux superpuissances (aussi bien les missiles terrestres que sous-marins et aériens).


11 Le Traité de Moscou, également appelé Traité quatre plus deux ou Traité deux plus quatre est un accord international entre les représentants des deux Allemagne (l'ex-Allemagne de l'Ouest) et (l'ex-Allemagne de l'Est), ainsi que les quatre puissances Alliées de la Seconde Guerre mondiale, la France, les États-Unis, le Royaume-Uni et l'URSS. Sa signature le 12 septembre 1990 à Moscou ouvrit la voie de la réunification allemande.


similaire:

Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ? iconQuelles sont les différences entre les monarchies anglaise et française ?

Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ? iconLes frontieres de la guyane entre tensions et integration
«Nord» et «Sud», avec toutes les conséquences sur des flux migratoires et informels que ces frontières essentiellement politiques...

Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ? iconLe modèle européen en 2003 caractéristiques et problèmes
«Euro» ? Quelles différences avec celles de l’ue ? A partir de l’analyse des pièces et des billets, quelles sont les valeurs qui...

Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ? iconLes frontieres de la guyane entre tensions et integration

Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ? iconLes transformations de la société française entre 1945 et 1975

Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ? iconI – Le continent américain : entre tensions et intégrations régionales

Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ? iconLycée chaptal madame dechenoix
«Laboratoire de l’Histoire», elle vous forme à devenir Historien (ne) par la mise en œuvre d’un travail d’enquête à partir des sources....

Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ? iconMichel Marian «condamne le terrorisme arménien (1975-1985)»
«tabou arménien», et sur la compétence supposée de «deux anciens militants d’extrême gauche», dont aucun n’est historien et n’a mené...

Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ? iconLa bourgeoisie aujourd’hui : entre mobilité et ancrage
«de passage» fait face à cette mobilité géographique ? Quelles sont les conséquences de cette mobilité sur son identité ? Sur les...

Quelles sont les sources de tensions entre 1975 et 1985 ? icon«Notre Francophonie» : Quelles forces, quelles faiblesses ?
«Retrouvez tous les dossiers» puis taper le mot «Francophonie» dans la zone de recherche. Sélectionner l’émission : «Notre Francophonie...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com