Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud)





télécharger 10.99 Kb.
titreLe mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud)
date de publication06.10.2017
taille10.99 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > économie > Documentos
Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud)

Le mouvement des Girondins est l'un des principaux mouvements politiques de la Révolution française entre 1791 et 1793, il tire son nom de la Gironde dont les plus importants de ses chefs étaient des élus. Les Girondins furent également appelés Brissotins, du nom de Jacques-Pierre Brissot, l'un de leurs dirigeants. Issus de la bourgeoisie et des professions libérales (avocats, journalistes, hommes d’affaire), ils ne formèrent jamais un groupe politique organisé dans tout le pays. Les Girondins apparurent en octobre 1791, au sein de l'Assemblée législative, où ils siégèrent à gauche. Leurs principaux chefs furent Barbaroux, Brissot, Condorcet, Isnard, Pétion de Villeneuve, Vergniaud, etc.

Les Girondins furent membres du Club des Jacobins jusqu'en septembre 1792 aux côtés des Montagnards et s'opposèrent aux Feuillants, partisans d'une monarchie constitutionnelle. Ils s'éloignèrent des Montagnards sur la question de la guerre contre l'Autriche, convaincus qu'elle permettrait d'unir la France derrière la Révolution. Les Girondins entrèrent ainsi au gouvernement le 15 mars 1792, avec Clavière et Roland, et firent voter la déclaration de guerre, en avril 1792.

Après l'instauration de la république, le 21 septembre 1792, leur influence au sein de la Convention déclina lentement au profit des Montagnards, en raison des défaites militaires et des difficultés économiques. Opposés aux contrôles économiques et à la poursuite de la Révolution voulus par les sans-culottes parisiens, ils furent écartés du pouvoir le 2 juin 1793 à la suite d'une émeute populaire. Vingt-sept députés et deux ministres girondins (Clavière et Lebrun) furent guillotinés. Les survivants tentèrent de profiter de la crainte que suscitait la perspective d'une dictature parisienne des sans-culottes, pour tenter d’organiser une insurrection fédéraliste en province. L'exécution de Brissot et de trente de ses partisans par les Jacobins, le 31 octobre, marqua la fin du mouvement. Les survivants furent réintégrés à la Convention le 8 mars 1795.
1/2

Brissot de Warville (1754-1793) est le fondateur du journaal Girondin Le Patriote français. Élu en 1791 à l'Assemblée législative, il dirigea la commission des Affaires étrangères où, contre l'avis de Robespierre, il mit tout son poids en faveur de la déclaration de guerre à l'Autriche (1792), l'Angleterre et les Pays-Bas (1793). Il considérait en effet la guerre comme le plus sûr moyen d'assurer la réussite de la Révolution. Cependant, un discours (26 juillet 1792) et une pétition très impopulaires contre la déposition du roi devaient provoquer sa chute. Il joua encore un rôle de premier plan à la Convention comme porte-parole et chef des Girondins, avant de compter parmi les nombreuses victimes de la Terreur. Accusé de fédéralisme par les Jacobins au pouvoir grandissant, il fut guillotiné le 31 octobre 1793. Son fils publia ses Mémoires en 1830.
Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet(1743-1794), philosophe, mathématicien et homme politique français il prit la défense des Girondins en s'opposant à la Terreur de 1793. Déclaré proscrit, il prit la fuite, mais huit mois plus tard il fut arrêté à Clamart et emprisonné ; le jour suivant on le trouva mort dans sa prison de Bourg-l'Égalité (Bourg-la-Reine). En 1989, ses cendres furent transférées au Panthéon.

Pierre Victurnien Vergniaud (1753-1793). Député à l’assemblée Législative, qu'il présida à partir d'octobre 1791, élu à la Convention, il adhéra au parti girondin dont il devint l'un des chefs les plus écoutés. Ardent patriote, il prit position contre les prêtres réfractaires, se dressa contre le roi et La Fayette, provoquant la déclaration de la « Patrie en danger », le 11 juillet 1792. Il poussa à la proclamation de la République mais se dressa contre la Commune et le club des Jacobins. Président de la Convention (janvier 1793), il vota la mort du roi sans sursis mais s'opposa à la création du tribunal révolutionnaire et aux premières mesures de salut public proposées par les Montagnards. Il fut éliminé et condamné à mort avec les principaux chefs girondins après les émeutes populaires de mai et juin 1793, et fut exécuté le 7 octobre 1793.

2/2

similaire:

Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud) iconLes Girondins étaient nommés ainsi car leurs plus célèbres porte-parole...

Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud) iconHistoire d’entreprise et histoire économique africaine et ultramarine...
«cultures coloniales»10, des migrations, etc. – ce qui a encore plus mis en évidence le «désert» girondin dans ces domaines

Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud) iconHistoire d’entreprise et histoire économique africaine et ultramarine...
«cultures coloniales»10, des migrations, etc. – ce qui a encore plus mis en évidence le «désert» girondin dans ces domaines

Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud) iconBibliographie ouvrages (par ordre thématique et chronologique) I...
«Désobéissance civile et luttes autonomes», Jacques Desmaison & Bob Nadoulek, alternatives n°5, editions alternatives & paralleles...

Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud) iconContribution à l’histoire du mouvement psychanalytique
«défense et illustration» de la psychanalyse : Cinq leçons sur la psychana­lyse, suivi de Contribution à l'histoire du mouvement...

Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud) iconFamille marianiste, spiritualité, mission
«à situation nouvelle, tactique et méthode nouvelles» (Petite vie p. 51), le voici créant un ‘mouvement’ – au sens actuel du terme...

Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud) iconCours : Socialisme et mouvement ouvrier en Allemagne depuis 1875
«mouvement» ( donc dialectique),IL ne s’est pas attardé sur l’avenir radieux … l’idéal,c’est le dépassement du capitalisme, l’abolition...

Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud) iconInnovation et conservatisme : le patronat girondin autour de la création...

Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud) iconMarcher sur deux jambes : les multiples dualismes du négoce girondin...

Le mouvement Girondin ( Brissot, Condorcet, Vergniaud) iconLa construction d’un système socio-mental impérial par le monde des...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com